Description de la Chine (La Haye)/Dynasties/Neuvième Dynastie, Tsi

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Scheuerleer (Tome Premierp. 382-384).


NEUVIÈME DYNASTIE


NOMMÉE TSI,


Qui compte cinq empereurs dans l’espace de vingt-trois ans.


KAO TI. Premier empereur.
A régné quatre ans.


Il établit sa cour dans la ville de Nan king, capitale de la province de Kiang nan ; mais il n’y jouit pas longtemps du fruit de ses crimes. Il s’était fait plus de réputation par son habileté dans les sciences, que par ses exploits militaires. Il avait accoutumé de dire que s’il parvenait à gouverner l’empire pendant dix ans, il ferait en sorte que l’or ne serait pas plus précieux que la terre.

Un jour qu’il portait un habit tout couvert de pierres précieuses, tout à coup il les fit briser et réduire en poudre, disant qu’elles n’étaient bonnes qu’à inspirer l’amour du luxe, et à exciter la cupidité.

Il mourut âgé de cinquante quatre ans la cinquante-neuvième année du cycle. Son fils aîné, nommé Vou ti, devint son successeur.


VOU TI. Second empereur.
A régné onze ans.


Il commença son règne par une ordonnance qu’il publia, par laquelle il défendait de continuer les mandarins dans leurs charges au-delà de trois ans ; il renouvela pareillement une loi ancienne, laquelle ne permet pas aux familles qui portent le même nom, de s’allier ensemble par des mariages.


Cycle XLVIII. Année de J. C. 484.

On vit paraître en ce temps-là un prétendu philosophe nommé Fan tchin, qui débitait des maximes détestables, et dont on n’avait point encore entendu parler. Il enseignait que tout ce qui arrive dans le monde, était l’effet du pur hasard ; qu’après cette vie le sort de l’homme était semblable à celui des bêtes, et que l’âme mourait avec le corps. Il y eut aussitôt d’habiles lettrés qui s’élevèrent contre cette doctrine impie, et qui la réfutèrent dans de savants ouvrages.

Siao yuen, qui s’était rendu célèbre par ses vertus politiques militaires, fut élevé à la dignité de colao. On le verra bientôt marcher sur les traces de son prédécesseur dans la même charge, et répandre le sang de ses maîtres pour usurper leur couronne.

Vou ti mourut âgé de quarante-cinq ans, la dixième année du cycle ; il fut remplacé par Ming ti, frère du fondateur de cette dynastie.


MING TI. Troisième empereur.
A régné cinq ans.


Kao ti, fondateur de la dynastie, avait cru ne rien faire de mieux, que de confier à son frère Ming ti le soin et l’éducation de deux de ses enfants qui étaient en bas âge. Ming ti les ayant placés successivement sur le trône, les fit mourir l’un après l’autre dans le court espace de quatre mois, et s’empara de la couronne.

Les provinces septentrionales jouissaient d’une paix profonde. L’empereur de ces contrées avait tant de goût et d’inclination pour l’étude, que soit qu’il fût à cheval, soit qu’il se fît porter en chaise, il avait toujours un livre à la main.

Ming ti mourut la quinzième année du cycle âgé de quarante ans, et laissa la couronne à son troisième fils nommé Hoen heou.


HOEN HEOU. Quatrième empereur.
A régné deux ans.


La cruauté et les débauches de ce prince, son éloignement de tous ceux qui étaient capables de lui donner de sages conseils, le crédit où il mit les eunuques, furent autant de prétextes dont Siao yuen colora la passion qu’il avait de régner. Il se joignit au roi de la principauté de Leang, et s’étant rendu maître du palais, il le fit brûler, et en bâtit ensuite un autre beaucoup plus magnifique. L’empereur fut renversé du trône, et tué de la main de ce premier ministre, n’ayant encore que dix-neuf ans. Le perfide mit sur le trône le frère de cet infortuné prince nommé Ho ti.


HO TI. Cinquième empereur.
A régné un an.


La vue de Siao yuen, en plaçant ce jeune prince sur le trône, n’était pas de l’y laisser longtemps. Au bout d’un an il lui ôta la vie et la couronne, dont il s’empara, et devint le fondateur d’une nouvelle dynastie. Ho ti fut tué à l’âge de quinze ans.