Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Villars (avenue de)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villars (avenue de).

Commence à la place de Vauban, nos 1 et 3 ; finit au boulevart des Invalides et à la rue d’Estrées, no 2. Le seul impair est 1 ; le seul pair, 2. Sa longueur est de 153 m.10e arrondissement, quartier des Invalides.

Cette avenue, qui n’est point reconnue voie publique, a été formée vers 1780. (Voyez avenue de la Bourdonnaye.) Sa largeur est de 38 m. 50 c. Elle n’est point pavée.

Louis Hector, duc de Villars, pair et maréchal de France, naquit à Moulins, en 1653. À l’âge de 19 ans, sa brillante valeur lui avait concilié l’estime et l’amitié de Turenne et du grand Condé. Le courage et le sang-froid qu’il déploya à la bataille de Sénef, lui valurent un régiment de cavalerie. En 1690, Villars fut nommé maréchal de camp, et lieutenant-général en 1692. Vers 1702, il reçut le commandement d’un corps chargé d’opérer en Bavière. Le grand capitaine s’annonça par la victoire d’Huningue, et les soldats émerveillés de la bravoure de leur général, le proclamèrent maréchal de France sur le champ de bataille. Le 11 septembre 1709, Villars combattit à Malplaquet, où la France perdit du sang, non de la gloire. Mais nous avons hâte d’arriver à la journée de Denain. La monarchie de Louis XIV s’écroulait sous les efforts de cette puissante coalition souvent rompue, et toujours plus redoutable. Dans ces terribles moments, le grand roi eut recours au génie de Villars. Le général français, hors d’état de se mesurer en plaine avec les alliés, simule une attaque contre les lignes que le prince Eugène occupait à Landrécies, traverse l’Escaut, se jette dans les marais et se présente à l’improviste devant le camp retranché de Denain qu’il surprend et enlève à la baïonnette. Le prince Eugène, averti trop tard, se présente à son tour pour traverser l’Escaut, nos soldats le repoussent, lui tuent ses meilleures troupes et le forcent à la retraite. Cette victoire sauva la France. — Le maréchal de Villars mourut à Turin, le 17 juin 1734.