Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Pinacle

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pilier <
Index alphabétique - P
> Piscine
Index par tome

PINACLE, s. m. Couronnement, finoison, comme on disait au XIVe siècle, d’un contre-fort, d’un point d’appui vertical, plus ou moins orné et se terminant en cône ou en pyramide. Dans les monuments d’une haute antiquité, on signale déjà certains amortissements d’angles de frontons et de corniches qui sont de véritables pinacles[1] : La plupart des monuments de notre période romane ont perdu presque tous ces couronnements supérieurs qui rappelaient cette tradition antique. Toutefois les ornements en forme de pomme de pin, qui terminent les lanternons de l’église de Saint-Front de Périgueux, peuvent bien passer pour de véritables pinacles. Ce n’est guère qu’au XIIe siècle que l’on commence à signaler des restes nombreux de ces sortes d’amortissements. Alors ils surmontent les angles des clochers carrés à la base des cônes ou des pyramides formant la flèche ; ils apparaissent au-dessus des contre-forts aux angles des pignons. D’abord peu développés, ou en forme d’édicules, ils prennent, dès la fin du XIIe siècle, une assez grande importance ; puis au commencement du XIIIe siècle, ils deviennent souvent de véritables monuments. Comme tous les membres de l’architecture de ce temps, les pinacles remplissent une fonction : ils sont destinés à assurer la stabilité des points d’appui verticaux par leur poids ; ils maintiennent la bascule des gargouilles et corniches supérieures ; ils arrêtent le glissement des tablettes des pignons ; ils servent d’attache aux balustrades ; mais aussi leur silhouette, toujours composée avec un art infini, contribue à donner aux édifices une élégance particulière. Quelquefois, pendant la période romane, ce sont des amortissements très-simples. Les contre-forts des XIe et XIIe siècles, dans le Beauvoisis, par exemple, sont souvent terminés, à leur extrémité supérieure, par un cône recourbé à la pointe. Ces contre-forts cylindriques présentent donc les amortissements reproduits dans les figures 1 et 2[2].

Pinacles.XIe.et.XIIe.siecles.png
L’église collégiale de Poissy conserve encore, sur l’un des angles de l’escalier de l’abside terminé par une piramide octogone, un pinacle du commencement du XIIe siècle, dont nous donnons (fig. 3) un dessin perspectif.
Pinacle.eglise.collegiale.Poissy.png
Ce pinacle se compose de quatre colonnettes portant un groupe de chapiteaux taillés dans une même assise ; un cône terminé par un fleuron couronne les chapiteaux. Ce pinacle est fort petit, 1m,30 de haut environ ; il se trouve fréquemment adopté dans les édifices de cette époque à la base des piramides des flèches. Le clocher vieux de Chartres possède aux angles de la tour, à la naissance de la flèche, des pinacles d’une belle composition, qui servent en même temps de lucarnes (voy. Flèche, fig. 4) ; ceux-ci datent du milieu du XIIe siècle.

Les donjons des châteaux possédaient aussi presque toujours leurs pinacles, probablement dès une époque reculée, si l’on s’en rapporte aux vignettes des manuscrits et aux représentations gravées qui nous restent de ces édifices. Au XIIIe siècle, nous en trouvons encore quelques-uns en place ou en fragments. Quelquefois même, comme à la tour de Montbard, ils sont directement posés sur les merlons des créneaux. Au donjon de Coucy, ils étaient au nombre de quatre, élevés sur l’épais talus qui couvrait la corniche de la défense supérieure (voy. Donjon, fig. 39). Mais l’époque brillante des pinacles est celle où les architectes commencèrent à élever des arcs-boutants, afin de contre-buter les grandes voûtes des nefs de leurs églises. Il fallait nécessairement, sur les contre-forts recevant ces arcs-boutants, ajouter un poids, une pression verticale destinée à neutraliser la poussée oblique de ces arcs et permettant de diminuer d’autant la section horizontale des piliers butants (voy. Construction). Si puissant que fussent d’ailleurs ces piliers, les arcs-boutants exerçaient leur action de poussée près de leur sommet, et pouvaient, si ces sommets n’étaient pas chargés, faire glisser les dernières assises. Il fallait donc au-dessus du départ de l’arc un poids vertical, une pression. Les architectes de l’école laïque comprirent bien vite le parti qu’ils pourraient tirer de cette nécessité, au point de vue de la décoration des édifices, et ils ne tardèrent pas à imaginer les plus belles et les plus gracieuses combinaisons pour satisfaire à cette partie du programme imposé aux constructeurs. Ils surent donc composer des pinacles tantôt très-simples pour les édifices élevés à peu de frais, tantôt très-riches, mais toujours entendus, comme silhouette et comme structure, d’une façon remarquable.

Parmi les plus beaux pinacles que nous possédons dans nos édifices français du XIIIe siècle, il faut citer, en première ligne, ceux qui terminent les contre-forts de la cathédrale de Reims. Ce sont là de véritables chefs-d’œuvre de composition et d’exécution. On conçoit combien il est difficile de poser des édicules au sommet d’un monument, et de les soumettre à l’échelle adoptée pour l’ensemble, de ne point tomber dans la recherche et le mesquin. Tout en donnant à ces couronnements une extrême élégance, l’architecte de Notre-Dame de Reims a su les mettre en harmonie parfaite avec les masses énormes qui les avoisinent, et cela en les accompagnant de statues colossales qui présentent, tout le long de la nef et du chœur, une série non interrompue de grands motifs occupant le regard et faisant disparaître ce qu’il pourrait y avoir de grêle dans ces piramides à jour et dentelées.

Voici (fig. 4) un dessin perspectif de ces pinacles.
Pinacle.cathedrale.Reims.png
Le calme et la simplicité de la composition n’ont pas besoin de commentaires pour être appréciés ; le croquis que nous donnons, si loin qu’il soit de l’original, fait ressortir les qualités essentielles de l’œuvre. Observons comme, dans ce détail purement décoratif, l’architecte a su éviter les banalités. Dans les parties décoratives de l’architecture, depuis l’époque de la renaissance, et plus particulièrement de nos jours, on a su si bien familiariser nos yeux avec ce que nous nommerons les chevilles de notre art, que nous avons perdu le sentiment de ce qui est vrai, de ce qui est à sa place, de ce qui est orné, en raison du lieu et de l’objet. Que voyons-nous ici dans cet immense appendice décoratif qui n’a pas moins de 24 mètres depuis la gargouille jusqu’au fleuron supérieur ? 1° Une pile ou culée puissante, pleine de A en B, destinée à contre-buter la poussée de l’arc-boutant inférieur dont la pression oblique agit avec plus d’énergie que celle du second ; 2° de B en C, une pile évidée, suffisante pour contre-buter la poussée du second arc-boutant, à la condition que cette pile évidée sera chargée d’un poids considérable ; celui de la piramide CD ; 3° en avant de la partie du contre-fort évidé, deux colonnes monolithes qui raidissent tout le système de la structure, et sous cet évidement destiné à donner de la légèreté à cette pile énorme, une statue abritée, composée de telle façon que les lignes des ailes viennent rompre l’uniformité des lignes verticales ; 4° le poids de la piramide, accusé aux yeux par les quatre piramidions d’angle en encorbellement. En tout ceci, rien de superflu, rien qui ne soit justifié ou calculé. Dans toutes les parties, la construction parfaitement d’accord avec la décoration et l’objet ; construction savante d’ailleurs et n’étant nulle part en contradiction avec la forme.

Les architectes ne pouvaient pas toujours disposer de ressources aussi considérables, ni se permettre d’élever devant les contre-forts, ou sur leur sommet, des édicules de cette importance relative. Souvent, au contraire, nous voyons qu’ils sont privés des moyens de compléter leur œuvre.

Pinacle.cathedrale.Chalons.sur.Marne.png


À la cathédrale de Châlons-sur-Marne, dont la construction est contemporaine de celle de Reims, l’architecte procédait avec une économie évidente. Aussi les pinacles qui terminent les contre-forts de la nef (fig. 5) sont-ils bien loin de présenter la richesse et l’abondance de composition de ceux de Notre-Dame de Reims. Ils consistent en un piramidion à section octogonale, surmontant la tête du contre-fort terminé par trois gâbles au-dessus de la gargouille recevant les eaux des combles coulant dans le caniveau A formant chaperon sur l’arc-boutant. Ici les piliers butants s’élèvent d’une venue jusqu’au niveau B ; ce pinacle n’est plus qu’un simple couronnement destiné à couvrir ce pilier et à alléger son sommet. Un programme aussi restreint étant donné, ces pinacles sont encore habilement agencés, et il est difficile de passer d’une base massive à un couronnement grêle avec plus d’adresse.

Les contre-forts de la cathédrale de Rouen, au-dessus des chapelles de la nef, du côté septentrional, montrent de beaux pinacles datant de 1260 environ.
Pinacle.cathedrale.Rouen.png
Ils se composent (fig. 6) d’un édicule ayant en épaisseur le double de sa largeur ; la partie postérieure est pleine et sert de culée à l’arc-boutant ; la partie antérieure est ajourée et repose sur deux colonnettes. Sous le dais que forment les gâbles antérieurs est placée une statue de roi ; les murs de clôture des chapelles sont en A. Sûrs de la qualité des matériaux qu’ils choisissaient, et sachant les employer en raison même de cette qualité, les architectes de cette époque ne reculaient pas devant ces hardiesses. Ces pinacles, qui ont aujourd’hui 600 ans, et qui n’ont certes pas été entretenus avec beaucoup de soin, sont encore debout, et leurs fines colonnettes supportent leurs couronnements sans avoir subi d’altération. On voit un pinacle analogue à ceux-ci, à la tête du premier contre-fort septentrional du chœur de la cathédrale de Paris, reconstruit exceptionnellement vers 1260, et contenant les statues des trois rois mages groupés. Ceux de l’église abbatiale de Saint-Denis, élevés à la tête des arcs-boutants, sous le règne de saint Louis, rappelaient primitivement cette donnée ; mais ils ont été tellement défigurés, lors des restaurations entreprises, il y a vingt-cinq ans, qu’on ne saurait les reconnaître. Un clocheton octogone surmontait la double travée des gâbles.

Le XIVe siècle alla plus loin encore en fait de légèreté dans la composition des pinacles. Ceux de la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Rouen sont d’une ténuité qui les fait ressembler à des objets d’orfèvrerie, et semblent plutôt être exécutés en métal qu’en pierre ; il est vrai, que la pierre choisie, celle de Vernon, se prête merveilleusement à ces délicatesses.

Comme dans tous les autres membres de l’architecture gothique, les pinacles adoptent les lignes verticales de préférence aux lignes horizontales, à mesure qu’ils s’éloignent du commencement du XIIIe siècle.
Pinacles.Sainte.Chapelle.Palais.Paris.png
Ainsi (fig. 7), les pinacles qui terminent les contre-forts de la Sainte Chapelle du Palais à Paris, tracés en A, reposent sur la corniche qui fait tout le tour du bâtiment, et leurs gâbles prennent naissance sur une tablette horizontale a placée sur un dé cubique orné de refouillements. Ceux de la salle synodale de Sens, élevés à la même époque, c’est-à-dire vers 1250, et tous variés, accusent encore des lignes horizontales qui coupent les verticales. En B, nous donnons celui qui accompagne la statue du roi saint Louis, et qui représente un donjon avec porte fermée d'une herse, fenêtres grillées et tourelles. La section horizontale de ce pinacle, prise au niveau cd, est figurée en B′. Les pinacles qui couronnent les contre-forts du chœur de l’église Saint-Urbain de Troyes, figurés en C, et dont la section horizontale, faite au niveau ab, est tracée en C′, n’ont, en fait de membre horizontal, qu’une bague dissimulée derrière les piramidions inférieurs. Ces pinacles datent de 1290. Enfin, les grands pinacles qui s’appuient sur les culées des arcs-boutants du chœur de la cathédrale de Paris, reproduits en D, qui datent de 1300, n’accusent qu’à peine la ligne horizontale. Là même, l’architecte a évidemment voulu donner à ce membre important de l’architecture une apparence élancée. Les clochetons f accolés au corps principal du pinacle, et qui l’épaulent, conduisent l’œil du point e au sommet, par une ligne inclinée à peine interrompue. Ces pinacles sont très-habilement composés et produisent un grand effet. Le caniveau qui sert de chaperon à l’arc-boutant conduit les eaux, à travers les deux jouées du clocheton supérieur, dans une grande gargouille placée à sa base. Ces quatre pinacles sont figurés à la même échelle. Au XVe siècle, la ligne horizontale, non-seulement n’entre plus dans la composition des pinacles, mais encore ceux-ci forment habituellement des faisceaux de prismes qui se terminent en piramides, se pénètrent et s’élancent les uns au-dessus des autres. Parmi les pinacles de cette époque, dont l’exécution est bonne, nous citerons ceux des contre-forts du chœur de l’église d’Eu (fig. 8). En A, nous en donnons la section faite sur ab, et en B, quelques détails assez remarquables par leur exécution.
Pinacle.eglise.Eu.png

La silhouette a évidemment préoccupé les architectes auteurs de ces conceptions, et il est certain que, sauf de rares exceptions, elle est heureuse. Ces membres d’architecture se découpent presque toujours sur le ciel, et nous avons signalé dans d’autres articles (voy. Clocher, Flèche) les difficultés que présente la composition de couronnement ayant l’atmosphère pour fond. En voulant éviter la maigreur, facilement on tombe dans l’excès opposé ; le moindre défaut de proportion ou d’harmonie entre les détails et l’ensemble choque les yeux les moins exercés, détruit l’échelle, fait tache ; car le ciel est, pour les œuvres d’architecture, un fond redoutable : aussi faut-il voir avec quel soin les architectes du moyen âge ont étudié les parties de leurs édifices dont la silhouette est libre de tout voisinage, et comme les architectes de notre temps craignent d’exposer leurs œuvres en découpure sur l’atmosphère. Plusieurs ont été jusqu’à déclarer que ces hardiesses étaient de mauvais goût : c’était un moyen aisé de tourner la difficulté, et cependant neuf fois sur dix les monuments se détachent en silhouette sur le ciel, car ils s’élèvent au-dessus des constructions privées, et sont rarement en pleine lumière, surtout dans notre climat. Il faut considérer, en effet, que c’est particulièrement dans les régions situées au nord de la Loire que les pinacles prennent une grande importance et sont étudiés avec une recherche minutieuse.

Le XVIe siècle composa encore d’assez beaux pinacles, mais qu’on ne peut comparer à ceux du XVe comme hardiesse, ni comme entente de l’harmonie des détails avec l’ensemble et des proportions. Les pinacles du XVIe siècle sont habituellement mal soudés à la partie qu’ils couronnent, ils ne s’y lient pas avec cette merveilleuse adresse que nous admirons, par exemple, dans la composition de ceux du tour du chœur de Notre-Dame de Paris. Ce sont des hors-d’œuvre qui ne tiennent plus à l’architecture, des édicules plantés sur des contre-forts, sans liaison avec la bâtisse. Ils ne remplissent plus d’ailleurs leur fonction essentielle, qui est d’assurer la stabilité d’un point d’appui par un poids agissant verticalement ; ce sont des appendices décoratifs, les restes d’une tradition dont on ne saisit plus le motif.

  1. Voyez la médaille frappée sous le règne de Caracalla, donnant au revers le temple de Vénus à Paphos (bronze) ; celle donnant au revers les propylées du temple du Soleil, à Baalbec. Consulter l'Architectura numismatica, recueillie par Donaldson, architecte (London, 1859).
  2. Le pinacle de la figure 1 provient des contre-forts de la grande église de Saint-Germer (XIIe siècle). Celui de la figure 2 se retrouve dans quelques édifices du Beauvoisis de la fin du XIe siècle. Les pinacles couronnant les contre-forts cylindriques de l’église Saint-Remi de Reims étaient terminés par des pinacles analogues (XIe siècle).