Discussion:L’Homme qui plantait des arbres

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Infoédit[modifier]

Informations sur l’édition de L’Homme qui plantait des arbres

Édition :


Source :


Contributeur(s) :


Niveau d’avancement :


Remarques :


Relu et corrigé par :


Sources en mode texte[modifier]

Sources en mode fac-similé[modifier]

Discussion[modifier]

The letter should have a seperate articlespace. Also, English translation Sherurcij 5 juin 2007 à 19:15 (UTC)

Sleep thumbnail.png

Ce livre est sélectionné pour figurer sur le Portail des enfants dans le cadre du projet Wikisource n° 26.


le texte a été remplacé suivant les indications [ici]--Tpa2067 25 janvier 2009 à 05:48 (UTC)

Merci, Tpa2067  ! J'ai transféré ce texte dans une nouvelle page. ---Zyephyrus 25 janvier 2009 à 06:55 (UTC)


Droits d'auteur[modifier]

La nouvelle de Jean Giono ci-dessus a été écrite vers 1953. Traduite en treize langues, elle a été largement diffusée dans le monde entier et si appréciée que de nombreuses questions ont été posées sur la personnalité d'Elzéard Bouffier et sur la forêt de Vergons, ce qui a permis de retrouver le texte. Si l'homme qui plantait des chênes est le produit de l'imagination de l'auteur, il y a eu effectivement dans cette région un énorme effort de reboisement surtout depuis 1880. Cette région est délimitée au sud-est et au sud par le cours moyen de la Durance, entre Sisteron et Mirabeau ; au nord par le cours supérieur de la Drôme, depuis sa source jusqu'à Die ; à l'ouest par les plaines du Comtat Venaissin et les contreforts du Mont-Ventoux. Elle comprend toute la partie nord du département des Basses-Alpes, le sud de la Drôme et une petite enclave du Vaucluse.Cent mille hectares ont été reboisés avant la Première Guerre mondiale, surtout en pin noir d'Autriche et en mélèze d'Europe, ce sont aujourd'hui de belles forêts qui ont effectivement transformé le paysage et le régime des eaux.

Voici d'ailleurs le texte de la lettre que Giono écrivit au Conservateur des Eaux et Forêts de Digne, Monsieur Valdeyron, en 1957, au sujet de cette nouvelle :

Cher Monsieur,
Navré de vous décevoir, mais Elzéard Bouffier est un personnage inventé. Le but était de faire aimer l'arbre ou plus exactement faire aimer à planter des arbres (ce qui est depuis toujours une de mes idées les plus chères). Or si j'en juge par le résultat, le but a été atteint par ce personnage imaginaire. Le texte que vous avez lu dans Trees and Life a été traduit en Danois, Finlandais, Suédois, Norvégien, Anglais, Allemand, Russe, Tchécoslovaque, Hongrois, Espagnol, Italien, Yddisch, Polonais. J'ai donné mes droits gratuitement pour toutes les reproductions. Un américain est venu me voir dernièrement pour me demander l'autorisation de faire tirer ce texte à 100 000 exemplaires pour les répandre gratuitement en Amérique (ce que j'ai bien entendu accepté). L'Université de Zagreb en fait une traduction en yougoslave. C'est un de mes textes dont je suis le plus fier. Il ne me rapporte pas un centime et c'est pourquoi il accomplit ce pour quoi il a été écrit.
J'aimerais vous rencontrer, s'il vous est possible, pour parler précisément de l'utilisation pratique de ce texte. Je crois qu'il est temps qu'on fasse une « politique de l'arbre » bien que le mot politique semble bien mal adapté.
Très cordialement.
Jean Giono