Discussion:L’Ours et l’Amateur des Jardins

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Choix de modernisation ou non[modifier]


Copie d'écran : barre d'onglets en haut de la page, bascule pour choisir l'orthographe modernisée ou l'orthographe originale.
Choix de la modernisation ou de l'orthographe originale, bascule dans la barre d'onglets



Informations sur l'édition[modifier]


Informations sur l’édition de L’Ours et l’Amateur des Jardins

Édition : Barbin & Thierry, 1668-1694, Paris


Source : BnF BnF Gallica Tomes 1 - 2 - 3 - 4 - 5


Contributeur(s) : Relu et corrigé


Niveau d’avancement : Relu et corrigé


Remarques : Version originale, avec onglet de modernisation optionnelle de l’orthographe ; ponctuation et casse de l’original conservées, voir illustration ci-dessus. [1].
L'historique des modifications de la page étant actuellement un mauvais indicateur du travail fourni, les noms des contributeurs ont été ajoutés au fur et à mesure manuellement.


Relu et corrigé par : Relu et corrigé



  1. Sur la ponctuation, voir ce qu’a écrit John Dover Wilson en 1921 (à traduire de l’anglais).


    A NOTE ON PUNCTUATION



    In the main, the punctuation of the old texts is Shakespeare’s, or at worst that of the play-house. No doubt the compositor had his share too ; in plays hurriedly written perhaps a large one, in others such as Hamlet or The Tempest a small one probably little more than the addition of certain commas. In either event the framework is Shakespearian. This punctuation is dramatic, that is to say it is a question of pause, emphasis and intonation ; and is quite independent of syntax. À comma indicates a short pause, a semicolon a longer one, a colon one longer still, and a full-stop a full stop, which sometimes occurs in the middle of a sentence. Further, absence of punctuation, where a modern reader would expect to find it, implies rapid delivery.

    Brackets, on the other hand, affect intonation rather than speed. Often they denote the drop in the voice which a parenthesis demands ; but there are many beautiful instances which mark a much more significant change of tone : a hushed whisper, a touch of anxiety, a note of tenderness, surprise or awe.

    In the same way the pause, especially with the semicolon, the colon or the period, often needs filling by a sob, a kiss, or by other and lengthier’business. ’

    As he wrote Shakespeare had the living voice ever sounding in his ears, the flesh and blood of his creations ever moving before his eyes.

    To translate this exquisite pointing into symbols convenient to the modern eye is no easy task.

    We have retained as much of the original system as possible ; but, inasmuch as it was non-syntactical in character, to keep it all would have tended to bewilderment and confusion. Thus we have been forced, reluctantly, to compromise

    The Tempest is a particularly beautiful example of dramatic pointing ; and we feel confident that if, after glancing at this brief note, the reader will turn to The Tempest second scene and follow for a moment or two the pause— effects in the exquisite dialogue between Miranda and her father, he will not only master its principles without difficulty but will become a complete convert to Shakespearian punctuation. D. W.


    Traduction Google :



    UNE NOTE SUR LA PUNCTUATION



    Pour l’essentiel, la ponctuation des textes anciens est celle de Shakespeare, ou au pire celle du théâtre. Sans doute le compositeur avait-il sa part aussi ; dans des pièces écrites à la hâte, peut-être une grande, dans d’autres telles que Hamlet ou The Tempest, une petite est probablement un peu plus que l’ajout de certaines virgules. Dans les deux cas, le cadre est Shakespearien. Cette ponctuation est dramatique, c’est-à-dire qu’il s’agit d’une pause, d’une accentuation et d’une intonation ; et est assez indépendant de la syntaxe. Une virgule indique une courte pause, un point-virgule un plus long, un deux-points encore plus long et un point complet, ce qui se produit parfois au milieu d’une phrase. De plus, l’absence de la ponctuation qu’un lecteur moderne s’attendrait à trouver, implique une livraison rapide.

    Les crochets, par contre, affectent l’intonation plutôt que la vitesse. Souvent, ils dénotent la baisse de voix demandée par une parenthèse ; mais il y a beaucoup de beaux exemples qui marquent un changement de ton beaucoup plus important : un murmure feutré, une pointe d’anxiété, une note de tendresse, une surprise ou une crainte.

    De la même manière, la pause, en particulier avec le point-virgule, les deux points ou les règles, doit souvent être remplie par un sanglot, un baiser ou par une « entreprise » plus longue et plus longue.

    Au moment où il écrivait, Shakespeare avait la voix vivante qui résonnait dans ses oreilles, la chair et le sang de ses créations bougeant toujours devant ses yeux.

    Traduire ce pointage exquis en symboles pratiques pour l’œil moderne n’est pas une tâche facile.

    Nous avons conservé autant que possible le système d’origine. mais, dans la mesure où il avait un caractère non syntaxique, tout garder aurait eu tendance à l’égarement et à la confusion. Nous avons donc été forcés, à contrecœur, de faire des compromis.

    La Tempête est un exemple particulièrement beau de ponctuation dramatique ; et nous sommes confiants que si, après avoir jeté un coup d’œil sur cette courte note, le lecteur se tourne vers la deuxième scène de La Tempête et suit un instant les effets de pause du dialogue exquis entre Miranda et son père, il ne maîtrisera pas seulement son principe sans difficulté mais deviendra un converti complet à la ponctuation shakespearienne. D. W.