Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/La Brebis tondue

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Brebis tondue.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 141).
321


LA BREBIS TONDUE


Une brebis que l’on tondait maladroitement dit à celui qui la tondait : « Si c’est ma laine que tu veux, coupe plus haut ; si au contraire c’est ma chair que tu désires, tue-moi une fois pour toutes, et cesse de me torturer pièce à pièce. »

Cette fable s’applique à ceux qui sont maladroits dans leur métier.