Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/La Rivière et la Peau

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Rivière et la Peau.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 140).
320


LA RIVIERE ET LA PEAU


Une rivière, apercevant une peau de bœuf qu’elle charriait dans ses eaux, lui demanda son nom. « Je m’appelle Dure », répondit-elle. Alors précipitant son courant sur elle : « Cherche un autre nom, dit-elle ; car je t’aurai vite rendue molle. »

Souvent les audacieux et les orgueilleux sont terrassés par les malheurs de la vie.