Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Taureau et les Chèvres sauvages

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Taureau et les Chèvres sauvages.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 145).
332


LE TAUREAU ET LES CHÈVRES SAUVAGES


Un taureau poursuivi par un lion se réfugia dans un antre où se trouvaient des chèvres sauvages. Frappé et encorné par elles, il leur dit : « Si j’endure vos coups, ce n’est pas que j’aie peur de vous, mais je crains celui qui se tient à l’entrée de la caverne. »

C’est ainsi que souvent la crainte d’un plus fort nous fait supporter les outrages d’un moins fort que nous.