Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Zeus et le Serpent

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Zeus et le Serpent.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 55).
122


ZEUS ET LE SERPENT


Comme Zeus se mariait, tous les animaux lui apportèrent des présents, chacun suivant ses moyens. Le serpent monta jusqu’à lui, en rampant, une rose à la bouche. En le voyant Zeus dit : « De tous les autres j’accepte des présents ; mais de ta bouche à toi je les refuse absolument. »

Cette fable montre qu’il faut craindre les gracieusetés des méchants.