Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le Grand/Édition Garnier/Avant-propos

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Histoire de l’empire de Russie sous Pierre le GrandGarniertome 16 (p. 393-394).


PREMIÈRE PARTIE.

AVANT-PROPOS.

Dans les premières années du siècle où nous sommes, le vulgaire ne connaissait dans le Nord de héros que Charles XII. Sa valeur personnelle, qui tenait beaucoup plus d’un soldat que d’un roi, l’éclat de ses victoires et même de ses malheurs, frappaient tous les yeux qui voient aisément ces grands événements, et qui ne voient pas les travaux longs et utiles. Les étrangers doutaient même alors que les entreprises du czar Pierre Ier pussent se soutenir ; elles ont subsisté, et se sont perfectionnées[1] sous les impératrices Anne et Elisabeth, mais surtout sous Catherine II, qui a porté si loin la gloire de la Russie. Cet empire est aujourd’hui compté parmi les plus florissants États, et Pierre est dans le rang des plus grands législateurs. Quoique ses entreprises n’eussent pas besoin de succès aux yeux des sages, ses succès ont affermi pour jamais sa gloire. On juge aujourd’hui que Charles XII méritait d’être le premier soldat de Pierre le Grand[2]. L’un n’a laissé que des ruines, l’autre est un fondateur en tout genre. J’osai porter à peu près ce jugement, il y a trente années[3], lorsque j’écrivis l’histoire de Charles. Les Mémoires qu’on me fournit aujourd’hui sur la Russie[4] me mettent en état de faire connaître cet empire, dont les peuples sont si anciens et chez qui les lois, les mœurs et les arts sont d’une création nouvelle. L’histoire de Charles XII était amusante, celle de Pierre Ier est instructive.


  1. L’édition de 1759 porte : « Se sont perfectionnées surtout sous l’impératrice Élisabeth, sa fille. Cet empire, etc. » Dans l’édition in-4° de 1768, il y a : « Élisabeth, sa fille, et encore plus sous Catherine Seconde. Cet empire, etc. » La version actuelle est de 1775. (B.)
  2. Montesquieu avait dit (Esprit des lois, livre X, chapitre XIII), en parlant de Charles XII : « Il n’était point Alexandre, mais il aurait été le meilleur soldat d’Alexandre. »
  3. Dès 1731 Voltaire avait écrit que Pierre Ier était beaucoup plus grand homme que Charles XII. Voyez page 132.
  4. Voyez les lettres de Voltaire à Schouvaloff (Correspondance, années 1757 et 1758).