Histoire de ma vie (Sand, édition Gerhard)/Texte entier2

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Wolfgang Gerhard (5 à 9p. --170).
◄  Volume 1
Volume 3  ►



HISTOIRE DE MA VIE.






Page:Sand - Histoire de ma vie tomes 5a9 1855 Gerhard.djvu/9


CHAPITRE TROISIÈME.

Rose et Julie. — Diplomatie maternelle de ma grand’mère. — Je retrouve mon chez nous. — L’intérieur de mon grand-oncle. — Voir, c’est avoir. — Les dîners fins de mon grand-oncle, ses tabatières. — Mme de la Marlière. — Mme de Pardaillan. — Mme de Béranger et sa perruque. — Mme de Ferrières et ses beaux bras. — Mme de Maleteste et son chien. — Les abbés. — Premiers symptômes d’un penchant à l’observation. — Les cinq générations de la rue de Grammont. — Le bal d’enfans. — La fausse grâce. — Les talons rouges littéraires de nos jours.


Quand ma fièvre se fut dissipée, et que je n’eus plus à garder le lit que par précaution, j’entendis Mlle Julie et Rose qui causaient à demi-voix de ma maladie et de la cause qui l’avait rendue si forte.

Il faut que je dise d’abord quelles étaient ces deux personnes à l’empire desquelles j’ai été beaucoup trop livrée depuis, pour le bonheur de mon enfance.

Rose avait été déjà au service de ma mère, du vivant de mon père, et ma mère étant satisfaite de son attachement et de plusieurs bonnes qualités qu’elle avait, l’ayant retrouvée à Paris, sans place, et désirant mettre auprès de moi une femme propre et honnête, avait persuadé à ma grand’mère de la prendre pour me soigner, me promener et me distraire. Rose était une rousse forte, active et intrépide. Elle était bâtie comme un garçon, montait à cheval jambe de çà, jambe de là, galopant comme un démon, sautant les fossés, tombant quelquefois, se fendant le crâne, et ne se rebutant de rien. En voyage, elle était précieuse à ma grand’mère, parce qu’elle n’oubliait rien, prévoyait tout, mettait le sabot à la roue, relevait le postillon s’il se laissait choir, raccommodait les traits et eût volontiers, en cas de besoin, pris les bottes fortes et mené la voiture. C’était une nature puissante, comme l’on voit, une véritable charretière de la Brie, où elle avait été élevée aux champs. Elle était laborieuse, courageuse, adroite, propre comme une servante hollandaise, franche, juste, pleine de cœur et de dévoûment. Mais elle avait un défaut cruel dont je m’aperçus bien par la suite et qui tenait à l’ardeur de son sang et à l’exubérance de sa vie. Elle était violente et brutale. Comme elle m’aimait beaucoup, m’ayant bien soignée dans ma première enfance, ma mère croyait m’avoir donné une amie, et elle me chérissait en effet ; mais elle avait des emportemens et des tyrannies qui devaient m’opprimer plus tard et faire de ma seconde enfance une sorte de martyre.

Pourtant, je lui ai tout pardonné, et chose bizarre, malgré l’indépendance de mon caractère et les souffrances dont elle m’a accablée, je ne l’ai jamais haïe. C’est qu’elle était sincère, c’est que le fond était généreux, c’est surtout qu’elle aimait ma mère et qu’elle l’a toujours aimée. C’était tout le contraire avec Mlle Julie : celle-ci était douce, polie, n’élevait jamais la voix, montrait une patience angélique en toutes choses ; mais elle manquait de franchise, et c’est là un caractère que je n’ai jamais pu supporter. C’était une fille d’un esprit supérieur, je n’hésite pas à le dire. Sortie de sa petite ville de La Châtre sans avoir rien appris, sachant à peine lire et écrire, elle avait occupé ses longs loisirs de Nohant à lire toute espèce de livres. D’abord ce furent des romans, dont toutes les femmes de chambre ont la passion, ce qui fait que je pense souvent à elles quand j’en écris. Ensuite ce furent des livres d’histoire, et enfin des ouvrages de philosophie. Elle connaissait son Voltaire mieux que ma grand’mère elle-même, et j’ai vu dans ses mains le Contrat social, de Rousseau, qu’elle comprenait fort bien. Tous les mémoires connus ont été avalés et retenus par cette tête froide, positive et sérieuse. Elle était versée dans toutes les intrigues de la cour de Louis XIV, de Louis XV, de la czarine Catherine, de Marie-Thérèse et du grand Frédéric, comme un vieux diplomate, et si l’on était embarrassé de rappeler quelque parenté de seigneurs de l’ancienne France avec les grandes familles de l’Europe, on pouvait s’adresser à elle : elle avait cela au bout de son doigt. J’ignore si, dans sa vieillesse elle a conservé cette aptitude et cette mémoire, mais je l’ai connue vraiment érudite en ce genre, solidement instruite à plusieurs autres égards, bien qu’elle ne sût pas mettre un mot d’orthographe.

J’aurai encore beaucoup à parler d’elle, car elle m’a fait beaucoup souffrir, et ses rapports de police sur mon compte, auprès de ma grand’mère, m’ont rendue beaucoup plus malheureuse que les criailleries et les coups dont Rose, par bonne intention, travaillait à m’abrutir ; mais, je ne me plaindrai ni de l’une ni de l’autre avec amertume. Elles ont travaillé à mon éducation physique et morale selon leur pouvoir, et chacune d’après un système qu’elle croyait le meilleur.

Je conviens que Julie me déplaisait particulièrement parce qu’elle haïssait ma mère. En cela elle croyait témoigner son dévoûment à sa maîtresse, et elle faisait à celle-ci plus de mal que de bien. En résumé, il y avait chez nous le parti de ma mère, représenté par Rose, Ursule et moi, le parti de ma grand’mère, représenté par Deschartres et par Julie.

Il faut dire à l’éloge des deux suivantes de ma bonne maman, que cette différence d’opinion ne les empêcha pas de vivre ensemble sur le pied d’une grande amitié, et que Rose, sans jamais abandonner la défense de sa première maîtresse, professa toujours un grand respect et un grand dévoûment pour la seconde. Elles ont soigné ma grand’mère jusqu’à son de rnier jour avec un zèle parfait ; elles lui ont fermé les yeux. Je leur ai donc pardonné tous les ennuis et toutes les larmes qu’elles m’ont coûté, l’une par sa sollicitude féroce pour ma personne, l’autre par l’abus de son influence sur ma bonne maman.

Elles étaient donc dans ma chambre à chuchotter, et que de choses de ma famille j’ai su par elles, que j’aurais bien mieux aimé ne pas savoir si tôt !…… Et ce jour-là, elles disaient : (Julie.) « Voyez comme cette petite est folle d’adorer sa mère ! sa mère ne l’aime point du tout. Elle n’est pas venue une seule fois la voir depuis qu’elle est malade. — Sa mère ! disait Rose, elle est venue tous les jours savoir de ses nouvelles. Mais elle n’a pas voulu monter, parce qu’elle est fâchée contre madame, à cause de Caroline. — C’est égal, reprenait Julie, elle aurait pu venir voir sa fille sans entrer chez madame ; mais elle a dit à M. de Beaumont qu’elle avait peur d’attraper la rougeole. Elle craint pour sa peau ! — Vous vous trompez, Julie, répartit Rose ; ce n’est pas comme cela. C’est qu’elle a peur d’apporter la rougeole à Caroline, et pourquoi faudrait-il que ses deux filles fussent malades à la fois ? C’est bien assez d’une. »

Cette explication me fit du bien et calma mon désir d’embrasser ma mère. Elle vint le lendemain jusqu’à la porte de ma chambre et me cria : Bonjour, à travers. « Va-t’en, ma petite mère, lui dis-je ; n’entre pas. Je ne veux pas envoyer ma rougeole à Caroline. — Voyez, dit ma mère à je ne sais quelle personne qui était avec elle. Elle me connaît bien, elle ! Elle ne m’accuse pas. On aura beau faire et beau dire, on ne l’empêchera pas de m’aimer…… »

On voit, d’après ces petites scènes d’intérieur, qu’il y avait autour de mes deux mères, des gens qui leur redisaient tout, et qui envenimaient leurs dissentimens. Mon pauvre cœur d’enfant commençait à être ballotté par leur rivalité. Objet d’une jalousie et d’une lutte perpétuelles, il était impossible que je ne fusse pas la proie de quelque prévention, comme j’étais la victime des douleurs que je causais.

Dès que je fus en état de sortir, ma grand’mère m’enveloppa soigneusement, me prit avec elle dans une voiture et me conduisit chez ma mère où je n’avais pas encore été depuis mon retour à Paris. Je crois qu’elle demeurait alors rue Duphot, si je ne me trompe. L’appartement était petit, sombre et bas, pauvrement meublé, et le pot-au-feu bouillait dans la cheminée du salon. Tout était fort propre, mais ne sentait ni la richesse ni la prodigalité. On a tant reproché à ma mère d’avoir mis du désordre dans la vie de mon père et de lui avoir fait faire des dettes, que je suis bien aise de la retrouver dans tous mes souvenirs, économe, presque avare pour elle-même.

La première personne qui vint nous ouvrir fut Caroline ; elle me parut jolie comme un ange, malgré son petit nez retroussé. Elle était plus grande que moi relativement à nos âges respectifs ; elle avait la peau moins brune, les traits plus délicats, et une expression de finesse un peu froide et railleuse. Elle soutint avec aplomb la rencontre de ma grand’mère, elle se sentait chez elle ; elle m’embrassa avec transport, me fit mille caresses, mille questions, avança tranquillement et fièrement un fauteuil à ma bonne maman en lui disant : « Asseyez-vous, madame Dupin, je vais faire appeler maman qui est chez la voisine. » Puis, ayant averti la portière qui faisait leurs commissions, car elles n’avaient pas de servante, elle revint s’asseoir auprès du feu, me prit sur ses genoux, et se remit à me questionner et à me caresser, sans s’occuper davantage de la grande dame qui lui avait fait un si cruel affront.

Ma bonne maman avait certainement préparé quelque bonne et digne parole à dire à cette enfant pour la rassurer et la consoler, car elle s’était attendue à la trouver timide, effrayée ou boudeuse, et à soutenir une scène de larmes ou de reproches. Mais, voyant qu’il n’y avait rien de ce qu’elle avait prévu, elle éprouva, je crois, un peu d’étonnement et de malaise, car je remarquai qu’elle prenait beaucoup de tabac prise sur prise.

Ma mère arriva au bout d’un instant. Elle m’embrassa passionnément, et salua ma grand’mère avec un regard sec et enflammé. Celle-ci vit bien qu’il fallait aller au devant de l’orage. — Ma fille, dit-elle avec beaucoup de calme et de dignité, sans doute quand vous avez envoyé Caroline chez moi, vous aviez mal compris mes intentions à l’égard des relations qui doivent exister entre elle et Aurore. Je n’ai jamais eu la pensée de contrarier ma petite-fille dans ses affections. Je ne m’opposerai jamais à ce qu’elle vienne vous voir et à ce qu’elle voie Caroline chez vous. Faisons donc en sorte, ma fille, qu’il n’y ait plus de malentendu à cet égard. »

Il était impossible de s’en tirer plus sagement et avec plus d’adresse et de justice. Elle n’avait pas été toujours aussi équitable dans cette affaire. Il est bien certain qu’elle n’avait pas voulu consentir, dans le principe, à ce que je visse Caroline, même chez ma mère, et que ma mère avait été forcée de s’engager à ne me point amener chez elle dans nos promenades, engagement qu’elle avait fidèlement observé. Il est bien certain aussi qu’en voyant dans mon cœur plus de mémoire et d’attachement qu’elle ne pensait, ma bonne maman avait renoncé à une résolution impossible et mauvaise. Mais, cette concession faite, elle conservait son droit de ne pas admettre chez elle une personne dont la présence lui était désagréable. Son explication adroite et nette coupait court à toute récrimination : ma mère le sentit et son courroux tomba. « À la bonne heure, maman, » dit-elle, et elles parlèrent à dessein, d’autre chose. Ma mère était entrée avec une tempête dans l’âme, et, comme de coutume, elle était étonnée, devant la fermeté souple et polie de sa belle-mère, d’avoir à plier ses voiles et à rentrer au port.

Au bout de quelques instans, ma grand’mère se leva pour continuer ses visites, priant ma mère de me garder jusqu’à ce qu’elle vînt me reprendre : c’était une concession et une délicatesse de plus, pour bien montrer qu’elle ne prétendait pas gêner et surveiller nos épanchemens. Pierret arriva à temps pour lui offrir son bras jusqu’à la voiture. Ma grand’mère avait de la déférence pour lui, à cause du grand dévoûment qu’il avait témoigné à mon père. Elle lui faisait très bon accueil, et Pierret n’était pas de ceux qui excitaient ma mère contre elle. Bien au contraire, il n’était occupé qu’à la calmer et à l’engager à vivre dans de bons rapports avec sa belle-mère. Mais il rendait à celle-ci de très rares visites. C’était pour lui trop de contrainte que de rester une demi-heure sans allumer son cigare, sans faire de grimaces et sans proférer à chaque phrase son jurement favori : sac à papier !

Quelle joie ce fut pour moi que de nous retrouver dans ce qui me semblait ma seule, ma véritable famille ! Que ma mère me semblait bonne, ma sœur aimable, mon ami Pierret drôle et complaisant ! Et ce petit appartement si pauvre et si laid en comparaison des salons ouatés de ma grand’mère (c’est ainsi que je les appelais par dérision), devint pour moi en un instant la terre promise de mes rêves. Je l’explorais dans tous les coins, je regardais avec amour les moindres objets, la petite pendule en albâtre, les vases de fleurs en papier, jaunies sous leur cylindre de verre, les pelottes que Caroline avait brodées en chenille, à sa pension, et jusqu’à la chaufferette de ma mère, ce meuble prolétaire banni des habitudes élégantes, ancien trépied de mes premières improvisations dans la rue Grange-Batelière. Comme j’aimais tout cela ! Je ne me lassais pas de dire : « Je suis ici chez nous. Là-bas, je suis chez ma bonne maman. — Sac à papier ! disait Pierret, qu’elle n’aille pas dire chez nous devant Mme Dupin : elle nous reprocherait de lui apprendre à parler comme aux z-halles. » Et Pierret de rire aux éclats, car il riait volontiers de tout, et ma mère de se moquer de lui, et moi de crier : Comme on s’amuse chez nous !

Caroline me faisait des pigeons avec ses doigts ; ou, avec un bout de fil que nous passions et croisions dans les doigts l’une de l’autre, elle m’apprenait toutes ces figures et ces combinaisons de lignes que les enfans appellent le lit, le bateau, les ciseaux, la scie, etc. Les belles poupées et les beaux livres d’images de ma bonne maman ne me paraissaient plus rien auprès de ces jeux qui me rappelaient mon enfance ; car, encore enfant, j’avais déjà une enfance, un passé derrière moi, des souvenirs, des regrets, une existence accomplie et qui ne devait pas m’être rendue.

La faim me prit. Il n’y avait chez nous ni gâteaux ni confitures, mais le classique pot-au-feu pour toute nourriture : mon goûter passa en un instant de la cheminée sur la table. Avec quel plaisir je retrouvai mon assiette de terre de pipe ! Jamais je ne mangeai de meilleur cœur. J’étais comme un voyageur qui rentre chez lui après de longues tribulations, et qui jouit de tout dans son petit ménage.

Ma grand’mère revint me chercher ; mon cœur se serra, mais je compris que je ne devais pas abuser de sa générosité. Je la suivis en riant avec des yeux pleins de larmes.

Ma mère ne voulut pas abuser non plus de la concession faite, et ne me mena chez elle que les dimanches. C’étaient les jours de congé de Caroline, qui était encore en pension, ou qui, peut-être, commençait à apprendre le métier de graveuse de musique, qu’elle a continué depuis et exercé jusqu’à son mariage avec beaucoup de labeur et quelque petit profit. Ces heureux dimanches, si impatiemment attendus, passaient comme des rêves. À cinq heures, Caroline allait dîner chez ma tante Maréchal ; maman et moi, nous allions retrouver ma grand’mère chez mon grand-oncle de Beaumont. C’était un vieil usage de famille fort doux que ce dîner hebdomadaire qui réunissait invariablement les mêmes convives. Il s’est presque perdu dans la vie agitée et désordonnée que l’on mène aujourd’hui. C’était la manière la plus agréable et plus commode de se voir pour les gens de loisir et d’habitudes régulières. Mon grand-oncle avait pour cuisinière un cordon bleu qui, n’ayant jamais affaire qu’à des palais d’une expérience et d’un discernement consommés, mettait un amour-propre immense à les contenter. Mme Bourdieu, la gouvernante de mon oncle, et mon oncle lui-même, exerçaient une surveillance éclairée sur ces importans travaux. À cinq heures précises, nous arrivions, ma mère et moi, et nous trouvions déjà autour du feu ma grand’mère dans un vaste fauteuil placé vis-à-vis du vaste fauteuil de mon grand-oncle, et Mme de la Marlière entre eux, les pieds allongés sur les chenets, la jupe un peu relevée, et montrant deux maigres jambes chaussées de souliers très pointus. Mme de la Marlière était une ancienne amie intime de la feue comtesse de Provence, la femme de celui qui fut depuis Louis XVIII. Son mari, le général de la Marlière, était mort sur l’échafaud. Il est souvent question de cette dame dans les lettres de mon père, si l’on s’en souvient. C’était une personne fort bonne, fort gaie, expansive, babillarde, obligeante, dévouée, bruyante, railleuse, un peu cynique dans ses propos. Elle n’était point du tout pieuse alors, et se gaussait des curés, voire même d’autre chose, avec une liberté extrême. À la Restauration, elle devint dévote, et elle a vécu jusqu’à l’âge de 98 ans, je crois, en odeur de sainteté : c’était, en somme, une excellente femme, sans préjugés au temps où je l’ai connue, et je ne pense pas qu’elle soit jamais devenue bigote et intolérante. Elle n’en avait guère le droit après avoir tenu si peu de compte des choses saintes pendant les trois quarts de sa vie. Elle était fort bonne pour moi, et comme c’était la seule des amies de ma grand’mère, qui n’eût aucune prévention contre ma mère, je lui témoignais plus de confiance et d’amitié qu’aux autres. Pourtant j’avoue qu’elle ne m’était pas naturellement sympathique. Sa voix claire, son accent méridional, ses étranges toilettes, son menton aigu dont elle me meurtrissait les joues en m’embrassant, et surtout la crudité de ses expressions burlesques, m’empêchaient de la prendre au sérieux et de trouver du plaisir à ses gâteries.

Mme Bourdieu allait et venait légèrement de la cuisine au salon ; elle n’avait guère alors qu’une quarantaine d’années : c’était une brune forte, replète et d’un type très accusé. Elle était de Dax, et avait un accent gascon encore plus sonore que celui de Mme de la Marlière. Elle appelait mon grand-oncle papa, et ma mère aussi avait cette habitude. Mme de la Marlière, qui aimait à faire l’enfant, disait papa aussi, ce qui faisait paraître mon grand-oncle plus jeune qu’elle.

L’appartement qu’il a occupé tout le temps de ma vie où je l’ai connu, c’est-à-dire pendant une vingtaine d’années, était situé rue Guénégaud, au fond d’une cour triste et vaste, dans une maison du temps de Louis XIV, d’un caractère très homogène dans toutes ses parties. Les fenêtres étaient hautes et longues : mais il y avait tant de rideaux, de tentures, de paravens, de draperies et de tapis pour défendre à l’air extérieur de s’introduire par la moindre fissure, que toutes les pièces étaient sombres et sourdes comme des caves. L’art de se préserver du froid en France, et surtout à Paris, commençait à se perdre sous l’Empire, et il s’est tout à fait perdu maintenant pour les gens d’une fortune médiocre, malgré les nombreuses inventions de chauffage économique dont le progrès nous a enrichis. La mode, la nécessité et la spéculation, qui, de concert, nous ont amené à bâtir des maisons percées de plus de fenêtres qu’il ne reste de parties pleines dans l’édifice, le manque d’épaisseur des murailles, et la hâte avec laquelle ces constructions laides et fragiles se sont élevées, font que plus un appartement est petit, plus il est froid et coûteux à réchauffer. Celui de mon grand-oncle était une serre-chaude, créée par ses soins assidus dans une maison épaisse et massive, comme devraient l’être toutes les habitations d’un climat aussi ingrat et aussi variable que le nôtre. Il est vrai qu’autrefois on s’installait là pour toute sa vie, et en y bâtissant son nid, on y creusait sa tombe.

Les vieilles gens que j’ai connues à cette époque et qui avaient une existence retirée ne vivaient que dans leur chambre à coucher. Elles avaient un salon vaste et beau, où elles recevaient une ou deux fois l’an, et où elles n’entraient jamais d’ailleurs. Mon grand-oncle et ma grand’mère, ne recevant jamais, eussent pu se passer de ce luxe inutile qui doublait le prix de leur loyer. Mais ils eussent cru n’être pas logés s’il en eût été autrement.

Le mobilier de ma grand’mère était du temps de Louis XVI, et elle n’avait pas de scrupule d’y introduire de temps en temps un objet plus moderne, lorsqu’il lui semblait commode ou joli. Mais mon grand-oncle était trop artiste pour se permettre le moindre disparate. Tout chez lui était du même style Louis XIV : les moulures des portes ou les ornemens du plafond. Je ne sais s’il avait hérité de ce riche ameublement ou s’il l’avait collectionné lui-même ; mais ce serait aujourd’hui une trouvaille pour un amateur que ce mobilier complet dans son ancienneté, depuis la pincette et le soufflet jusqu’au lit et aux cadres des tableaux. Il avait des peintures superbes dans son salon et des meubles de Boule d’une grandeur et d’une richesse respectables . Comme tout cela n’était point redevenu de mode et qu’on préférait à ces belles choses, véritables objets d’art, les chaises curules de l’empire et les détestables imitations d’Herculanum en acajou plaqué ou en bois peint couleur bronze, le mobilier de mon grand-oncle n’avait guère de prix que pour lui-même. J’étais loin de pouvoir apprécier le bon goût et la valeur artistique d’une semblable collection, et même j’entendais dire à ma mère que tout cela était trop vieux pour être beau. Pourtant les belles choses portent avec elles une impression que subissent souvent ceux même qui ne les comprennent pas. Quand j’entrais chez mon oncle, il me semblait entrer dans un sanctuaire mystérieux, et comme le salon était, en effet, un sanctuaire fermé, je priais tout bas Mme Bourdieu de m’y laisser pénétrer. Alors, pendant que mes grands parens jouaient aux cartes après dîner, elle me donnait un petit bougeoir, et, me conduisant comme en cachette dans ce grand salon, elle m’y laissait quelques instans, me recommandant bien de ne pas monter sur les meubles et de ne pas répandre de bougie. Je n’avais garde d’y manquer ; je posais ma lumière sur une table, et je me promenais gravement dans cette vaste pièce à peine éclairée jusqu’au plafond par mon faible luminaire. Je ne voyais donc que très confusément les grands portraits de Largillière, les beaux intérieurs flamands et les tableaux des maîtres italiens qui couvraient les murs ; je me plaisais au scintillement des dorures, aux grands plis des rideaux, au silence et à la solitude de cette pièce respectable, que l’on semblait ne pas oser habiter, et dont je prenais possession à moi toute seule.

Cette possession fictive me suffisait, car, dès mes plus jeunes années, la possession réelle des choses n’a jamais été un plaisir pour moi. Jamais rien ne m’a fait envie, en fait de palais, de voitures, de bijoux et même d’objets d’art ; et pourtant j’aimais à parcourir un beau palais, à voir passer un équipage élégant et rapide, à toucher et à retourner des bijoux bien travaillés, à contempler les produits d’art ou d’industrie où l’intelligence de l’homme s’est révélée sous une forme quelconque. Mais je n’ai jamais éprouvé le besoin de me dire : Ceci est à moi ; et je ne comprends même pas qu’on ait ce besoin-là. On a tort de me donner un objet rare ou précieux, parce qu’il m’est impossible de ne pas le donner bientôt à un ami qui l’admire et chez qui je vois le désir de la possession. Je ne tiens qu’aux choses qui me viennent des êtres que j’ai aimés et qui ne sont plus. Alors j’en suis avare, quelque peu de valeur qu’elles aient, et j’avoue que le créancier qui me forcerait à vendre les vieux meubles de ma chambre, me ferait beaucoup de peine, parce qu’ils me viennent presque tous de ma grand’mère, et qu’ils me la rappellent à tous les instans de ma vie. Pour tout ce qui est aux autres, je n’en suis jamais tentée et je me sens de la race de ces bohémiens dont Béranger a dit :

Voir, c’est avoir.

Je ne haïs pas le luxe, tout au contraire, je l’aime ; mais je n’en ai que faire pour moi. J’aime les bijoux surtout de passion. Je ne trouve pas de création plus jolie que ces combinaisons de métaux et de pierres précieuses, qui peuvent réaliser les formes les plus riantes et les plus heureuses dans de si délicates proportions. J’aime à examiner les parures, les étoffes, les couleurs : le goût me charme. Je voudrais être bijoutier ou costumier, pour inventer toujours, et pour donner, par ce miracle du goût, une sorte de vie à ces riches matières. Mais tout cela n’est d’aucun usage agréable pour moi. Une belle robe est gênante, les bijoux égratignent : et, en toutes choses, la mollesse des habitudes nous vieillit et nous tue. Enfin, je ne suis pas née pour être riche, et si les malaises de la vieillesse ne commençaient à se faire sentir, je vivrais très réellement dans une chaumière du Berry, pourvu qu’elle fût propre[1], avec autant de contentement que dans une villa italienne.

Ce n’est point vertu, ni prétention à l’austérité républicaine. Est-ce qu’une chaumière n’est pas souvent, pour l’artiste, plus belle, plus riche de couleur, de grâce, d’arrangement et de caractère, qu’un vilain palais moderne construit et décoré dans le goût constitutionnel, le plus pitoyable style qui existe dans l’histoire des arts ? Aussi n’ai-je jamais compris que les artistes de mon temps eussent tant de vénalité, de besoins de luxe et d’ambitions de fortune. Si quelqu’un au monde peut se passer de luxe et se créer à lui-même une vie selon ses rêves, avec peu, avec presque rien, c’est l’artiste, puisqu’il porte en lui le don de poétiser les moindres choses et de se construire une cabane selon les règles du goût ou les instincts de la poésie. Le luxe me paraît la ressource des gens bêtes.

Ce n’était pourtant point le cas pour mon grand-oncle ; son goût était luxueux de sa nature, et j’approuve beaucoup qu’on se meuble avec de belles choses quand on peut se les procurer, par d’heureuses rencontres, à meilleur marché que de laides. C’est probablement ce qui lui était arrivé, car il avait une mince fortune et il était fort généreux, ce qui équivaut à dire qu’il était pauvre et n’avait pas de folies et de caprices à se permettre.

Il était gourmand, quoiqu’il mangeât fort peu : mais il avait une gourmandise sobre et de bon goût comme tout le reste, point fastueuse, sans ostentation, et qui se piquait même d’être positive. Il était plaisant de l’entendre analyser ses théories culinaires, car il le faisait tantôt avec une gravité et une logique qui eussent pu s’appliquer à toutes les données de la politique et de la philosophie, tantôt avec une verve comique et indignée. « Rien n’est si bête, disait-il avec ses paroles enjouées dont l’accent distingué corrigeait la crudité, que de se ruiner pour sa gueule. Il n’en coûte pas plus d’avoir une omelette délicieuse que de se faire servir, sous prétexte d’omelette, un vieux torchon brûlé. Le tout, c’est de savoir soi-même ce que c’est qu’une omelette ; et quand une ménagère l’a bien compris, je la préfère dans ma cuisine, à un savant prétentieux qui se fait appeler monsieur par ses marmitons, et qui baptise une charogne des noms les plus pompeux. »

Tout le temps du dîner, la conversation était sur ce ton et roulait sur la mangeaille. J’en ai donné cet échantillon pour qu’on se figure bien cette nature de chanoine qui n’a plus guère de type dans le temps présent. Ma grand’mère, qui était d’une friandise extrême, bien que très petite mangeuse, avait aussi des théories scientifiques sur la manière de faire une crême à la vanille et une omelette soufflée. Mme Bourdieu se faisait quereller par mon oncle, parce qu’elle avait laissé mettre dans la sauce quelques parcelles de muscade de plus ou de moins ; ma mère riait de leurs disputes. Il n’y avait que la mère la Marlière qui oubliât de babiller au dîner, parce qu’elle mangeait comme un ogre. Quant à moi, ces longs dîners servis, discutés, analysés et savourés avec tant de solennité m’ennuyaient mortellement. J’ai toujours mangé vite, et en pensant à autre chose. Une longue séance à table m’a toujours rendue malade, et j’obtenais la permission de me lever de temps en temps, pour aller jouer avec un vieux caniche qui s’appelait Babet, et qui passait sa vie à faire des petits et à les allaiter dans un coin de la salle à manger.

La soirée me paraissait bien longue aussi. Il fallait que ma mère prît des cartes et fît la partie des grands-parens, ce qui ne l’amusait pas non plus, mon oncle étant beau joueur et ne se fâchant pas comme Deschartres, et la mère la Marlière gagnant toujours parce qu’elle trichait. Elle convenait elle-même que le jeu sans tricherie l’ennuyait. C’est pourquoi elle ne voulait pas jouer d’argent[2].

Pendant ce temps, la bonne Bourdieu tâchait de me distraire. Elle me faisait faire des châteaux de cartes ou des édifices de dominos. Mon oncle qui était taquin, se retournait pour souffler dessus ou pour donner un coup de coude à notre petite table. Et puis, il disait à Mme Bourdieu qui s’appelait Victoire, comme ma mère : « Victoire, vous abrutissez cette enfant. Montrez-lui quelque chose d’intéressant. Tenez, faites-lui voir mes tabatières ! » Alors on ouvrait un coffret et l’on me faisait passer en revue une douzaine de tabatières fort belles, ornées de charmantes miniatures. C’étaient les portraits d’autant de belles dames en costume de nymphes, de déesses ou de bergères. Je comprends maintenant pourquoi mon oncle avait tant de belles dames sur ses tabatières. Quant à lui, il n’y tenait plus, et cela ne lui paraissait plus avoir d’autre utilité que d’amuser les regards d’un petit enfant. Donnez donc des portraits aux abbés ! heureusement ce n’est plus la mode.

Ma bonne maman me menait aussi quelquefois chez Mme de la Marlière ; mais celle-ci, n’ayant qu’une très mince existence, ne donnait pas de dîners. Elle occupait, rue Villedot, n° 6, un petit appartement au troisième, qu’elle n’a pas quitté, je crois, depuis le Directoire jusqu’à sa mort, arrivée en 1841 ou 42. Son intérieur, moins beau que celui de mon grand-oncle, était curieux aussi pour son homogénéité, et je ne crois pas que depuis le temps de Louis XVI, dont il était un petit spécimen complet, il eût subi le moindre changement.

Mme de la Marlière était alors très liée avec Mme Junot, duchesse d’Abrantès, qui a laissé des Mémoires intéressans, et qui est morte très malheureuse, après une vie mêlée de plaisirs et de désastres. Elle a consacré, s’il m’en souvient bien, une page à Mme de la Marlière, qu’elle a beaucoup poétisée. Mais il faut permettre à l’amitié ces sortes d’inexactitudes. En somme, la vieille amie de la comtesse de Provence, de Mme Junot et de ma grand’mère avait plus de qualités que de défauts, et c’était de quoi lui faire pardonner quelques travers et quelques ridicules. Les autres amies de ma grand’mère étaient d’abord Mme de Pardaillan, celle qu’elle préférait avec raison à toutes les autres : petite bonne vieille qui avait été fort jolie et qui était encore proprette, mignonne et fraîche sous ses rides. Elle n’avait pas d’esprit et pas plus d’instruction que les autres dames de son temps, car de toutes celles que je mentionne, ma grand’mère était la seule qui sût parfaitement sa langue et dont l’orthographe fût correcte. Mme de la Marlière, quoique drôle et piquante dans son style, écrivait comme nos cuisinières n’écrivent plus ; mais Mme de Pardaillan, n’ayant jamais eu aucune espèce de prétention, et ne visant point à l’esprit, n’était jamais ennuyeuse. Elle jugeait tout avec un grand bon sens, et prenait son opinion et ses principes dans son cœur, sans s’inquiéter du monde. Je ne crois pas qu’elle ait, non seulement dit un mot méchant dans sa vie, mais encore qu’elle ait eu une seule pensée hostile ou amère. C’était une nature angélique, calme, et pourtant sensible et aimante, une âme fidèle, maternelle à tous, pieuse sans fanatisme, tolérante non par indifférence, mais par tendresse et modestie. Enfin, je ne sais si elle avait des défauts, mais elle est une des deux ou trois personnes que j’ai rencontrées, dans ma vie, chez lesquelles il m’a été impossible d’en pressentir aucun.

S’il n’y avait pas de brillant à la surface de son esprit, je crois qu’il y avait du moins une certaine profondeur dans ses pensées. Elle avait l’habitude de m’appeler pauvre petite. Et un jour que je me trouvais seule avec elle, je m’enhardis à lui demander pourquoi elle m’appelait ainsi. Elle m’attira près d’elle et me dit d’une voix émue, en m’embrassant : « Soyez toujours bonne, ma pauvre enfant, car ce sera votre seul bonheur en ce monde. » Cette espèce de prophétie me fit quelque impression. — « Je serai donc malheureuse ? lui dis-je. — Oui, me répondit-elle. Tout le monde est condamné au chagrin ; mais vous en aurez plus qu’une autre, et souvenez-vous de ce que je vous dis ; soyez bonne, parce que vous aurez beaucoup à pardonner. — Et pourquoi faudra-t-il que je pardonne ? lui demandai-je encore. — Parce que vous éprouverez à pardonner le seul bonheur que vous devez avoir. »

Avait-elle dans l’âme quelque secret chagrin qui la faisait parler ainsi d’une manière générale ? Je ne le pense pas ; elle devait être heureuse, car elle était adorée de sa famille. Je croirais pourtant assez qu’elle avait été brisée dans sa jeunesse par quelque peine de cœur, qu’elle n’avait jamais révélée à personne, ou bien comprenait-elle, avec son bon et noble cœur, combien j’aimais ma mère et combien j’aurais à souffrir dans cette affection ?

Mme de Béranger et Mme de Ferrières étaient toutes deux si infatuées de leur noblesse que je ne saurais laquelle nommer la première pour l’orgueil et les grands airs. C’étaient bien les meilleurs types de vieilles comtesses dont ma mère pût se divertir. Elles avaient été fort belles toutes les deux, et fort vertueuses, disaient-elles, ce qui ajoutait à leur morgue et à leur raideur. Mme de Ferrières avait encore de beaux restes, et n’était point fâchée de les montrer. Elle avait toujours les bras nus dans son manchon, dès le matin, quelque temps qu’il fît. C’étaient des bras fort blancs et très gras, que je regardais avec étonnement, car je ne comprenais rien à cette coquetterie surannée. Mais ces beaux bras de soixante ans étaient si flasques qu’ils devenaient tout plats quand ils se posaient sur une table, et cela me causait une sorte de dégoût. Je n’ai jamais compris ces besoins de nudité chez les vieilles femmes, surtout chez celles dont la vie a été sage. Mais c’était peut-être chez Mme de Ferrières une habitude de costume ancien quelle ne voulait point abjurer.

Mme de Béranger, non plus que la précédente, n’était la favorite d’aucune princesse de l’ancien ou du nouveau régime[3]. Elle s’estimait trop haut placée pour cela, car elle eût dit volontiers : C’est à moi d’avoir une cour, et non de faire partie de celle des autres. Je ne sais plus de qui elle était fille, mais son mari prétendait descendre de Béranger, roi d’Italie, du temps des Goths ; à cause de cela, sa femme et lui se croyaient des êtres supérieurs dans la création.

« Et comme du fumier regardaient tout le monde. »

Ils avaient été fort riches, et l’étaient encore assez, quoiqu’ils se prétendissent ruinés par l’infâme révolution. Mme de Béranger ne montrait pas ses bras, mais elle avait encore pour sa taille une prétention extraordinaire. Elle portait des corsets si serrés qu’il fallait deux femmes de chambre pour la sangler en lui mettant leurs genoux dans la cambrure du dos. Si elle avait été belle comme on le disait, il n’y paraissait guère, surtout avec la coiffure qu’elle portait, et qui consistait en une petite perruque blonde frisée à l’enfant ou à la Titus sur toute la tête. Rien n’était si laid et si ridicule que de voir une vieille femme avec ce simulacre de tête nue et de cheveux courts, blondins et frisotés ; d’autant plus pour Mme de Béranger qu’elle était fort brune, et qu’elle avait de grands traits. Le soir, le sang lui montait à la tête et elle ne pouvait supporter la chaleur de sa perruque ; elle l’ôtait pour jouer aux cartes avec ma grand’mère, et elle restait en serre-tête noir, ce qui lui donnait l’air d’un vieux curé ; mais si l’on annonçait quelque visite, elle se hâtait de chercher sa perruque qui souvent était par terre, ou dans sa poche, ou sur son fauteuil, elle assise dessus. On juge quels plis étranges avaient pris toutes ces mèches de petits cheveux frisés, et comme, dans sa précipitation, il lui arrivait souvent de la mettre à l’envers, ou sens-devant-derrière, elle offrait une suite de caricatures à travers lesquelles il m’était bien difficile de retrouver la beauté d’autrefois.

Mme de Troussebois, Mme de Jasseau et les autres dont je ne me rappelle pas les noms, avaient, celle-ci un menton qui rejoignait son nez, celle-là une face de momie. La plus jeune de la collection était une chanoinesse blonde qui avait une assez belle tête sur un corps nain et difforme. Quoiqu’elle fût demoiselle, elle avait le privilége de s’appeler madame, et de porter un ruban d’ordre sur sa bosse, parce qu’elle avait seize quartiers de noblesse. Il y avait aussi une baronne d’Hasfeld ou d’Hazefeld, qui avait la tournure et les manières d’un vieux corporal schlag : enfin, une Mme Dubois, la seule qui n’eût point un nom, et qui, précisément, n’avait aucun ridicule. Je ne sais plus quelle autre avait une grosse lèvre violette toujours gonflée, fendue et gercée, dont les baisers m’étaient odieux. Il y avait aussi une Mme de Maleteste, encore assez jeune, qui avait épousé un vieux mari pauvre et grognon, uniquement pour porter le nom des Malatesta d’Italie, nom qui n’est pas bien beau, puisqu’il signifie tout bonnement mauvaise tête ou plutôt tête méchante. Par une singulière coïncidence, cette dame passait sa vie à avoir la migraine, et comme on prononçait son nom Maltête, je croyais de bonne foi que c’était un sobriquet qu’on lui avait donné à cause de sa maladie et de ses plaintes continuelles. De sorte qu’un jour je lui demandai naïvement comment elle s’appelait pour de bon. Elle s’étonna et me répondit que je le savais bien. — Mais non, lui dis-je, mal de tête, mal à la tête, mal-tête, n’est pas un nom. — Pardon, mademoiselle, me répondit-elle fièrement, c’est un fort beau et fort grand nom. — Ma foi, je ne trouve pas, lui répondis-je. Vous devriez vous fâcher quand on vous appelle comme ça. — Je vous en souhaite un pareil ! ajouta-t-elle avec emphase. — Merci, repris-je obstinément : j’aime mieux le mien. Les autres dames qui ne l’aimaient pas, peut-être parce qu’elle était la plus jeune, se cachaient pour rire dans leurs grands éventails. Ma grand’mère m’imposa silence, et Mme de Maleteste se retira peu de momens après, fort blessée d’une impertinence dont je ne sentais pas la portée.

Les hommes étaient l’abbé de Pernon, un doux et excellent homme, sécularisé dans toute sa personne, toujours vêtu d’un habit gris-clair, et la figure couverte de gros pois-chiches ; l’abbé d’Andrezel, dont j’ai déjà parlé, et qui portait des spincers sur ses habits ; le chevalier de Vinci qui avait un tic nerveux, grâce auquel sa perruque, fortement secouée et attirée par une continuelle contraction des sourcils et des muscles frontaux, quittait sa nuque et, en cinq minutes, arrivait à tomber sur son nez. Il la rattrapait juste au moment où elle abandonnait sa tête et se précipitait dans son assiette. Il la rejetait alors très en arrière sur son crâne afin qu’elle eût plus de chemin à parcourir avant d’arriver à une nouvelle chute. Il y avait encore deux ou trois vieillards dont les noms m’échappent et me reviendront peut-être en temps et lieu.

Mais qu’on se figure l’existence d’un enfant qui n’a point sucé les préjugés de la naissance avec le lait de sa mère, au milieu de ces tristes personnages d’un enjouement glacial ou d’une gravité lugubre ! J’étais déjà très artiste sans le savoir, artiste dans ma spécialité, qui est l’observation des personnes et des choses, bien longtemps avant de savoir que ma vocation serait de peindre bien ou mal des caractères et de décrire des intérieurs. Je subissais avec tristesse et lassitude les instincts de cette destinée. Je commençais à ne pouvoir plus m’abstraire dans mes rêveries, et malgré moi, le monde extérieur, la réalité, venait me presser de tout son poids et m’arracher aux chimères dont je m’étais nourrie dans la liberté de ma première existence. Malgré moi, je regardais et j’étudiais ces visages ravagés par la vieillesse, que ma grand’mère trouvait encore beaux par habitude et qui me paraissaient d’autant plus affreux que je les entendais vanter dans le passé. J’analysais les expressions de physionomie, les attitudes, les manières, le vide des paroles oiseuses, la lenteur des mouvemens, les infirmités, les perruques, les verrues, l’embonpoint désordonné, la maigreur cadavéreuse : toutes ces laideurs, toutes ces tristesses de la vieillesse, qui choquent quand elles ne sont pas supportées avec bonhomie et simplicité. J’aimais la beauté, et, sous ce rapport, la figure sereine, fraîche et indestructiblement belle de ma grand’mère ne blessait jamais mes regards : mais, en revanche, la plupart des autres me contristaient, et leurs discours me jetaient dans un ennui profond. J’aurais voulu ne point voir, ne pas entendre ; ma nature scrutatrice me forçait à regarder, à écouter, à ne rien perdre, à ne rien oublier, et cette faculté naissante redoublait mon ennui en s’exerçant sur des objets aussi peu attrayans.

Dans la journée, quand je courais avec ma mère, je m’égayais avec elle, de ce qui m’avait ennuyé la veille. Je lui faisais, à ma manière, la peinture des petites scènes burlesques dont j’avais été le silencieux et mélancolique spectateur, et elle riait aux éclats, enchantée de me voir partager son dédain et son aversion pour les vieilles comtesses.

Et pourtant, il y avait certainement, parmi ces vieilles dames, des personnes d’un mérite réel puisque ma bonne maman leur était attachée. Mais, excepté Mme de Pardaillan qui m’a toujours été sympathique, je n’étais pas en âge d’apprécier le mérite sérieux, et je ne voyais que les disgrâces et les ridicules des solennelles personnes qui en étaient revêtues.

Mme de Maleteste avait un horrible chien qui s’appelait Azor ; c’est aujourd’hui le nom classique du chien de la portière : mais toutes choses ont leur charme dans la nouveauté, et, à cette époque, le nom d’Azor ne paraissait ridicule que parce qu’il était porté par un vieux caniche d’une malpropreté insigne. Ce n’est pas qu’il ne fût lavé et peigné avec amour, mais sa gourmandise avait les plus tristes résultats, et sa maîtresse avait la rage de le mener partout avec elle, disant qu’il avait trop de chagrin quand elle le laissait seul. Mme de la Marlière, par contre, avait horreur des animaux, et j’avoue que ma tendresse pour les bêtes n’allait pas jusqu’à trouver trop cruel qu’elle allongeât, avec ses grand souliers pointus, de plantureux coups de pieds à Azor de Maleteste, c’est ainsi qu’elle l’appelait. Cela fut cause d’une haine profonde entre ces deux dames. Elles disaient pis que pendre l’une de l’autre, et toutes les autres s’amusaient à les exciter. Mme de Maleteste qui était fort pincée, lançait toutes sortes de petits mots secs et blessans. Mme de la Marlière, qui n’était pas méchante, mais vive et leste en paroles, ne se fâchait pas et l’exaspérait d’autant plus par la crudité de ses plaisanteries.

Une chose qui m’étonnait autant que le nom de Mme de Maleteste, c’était ce titre d’abbé que je voyais donner à des messieurs habillés comme tout le monde et n’ayant rien de religieux dans leurs habitudes ni de grave dans leurs manières. Ces célibataires, qui allaient au spectacle, et mangeaient des poulardes le ven dredi saint, me paraissaient des êtres particuliers dont je ne pouvais me définir le mode d’existence, et, comme les enfans terribles de Gavarni, je leur adressais des questions gênantes. Je me souviens qu’un jour je disais à l’abbé d’Andrezel : « Eh bien, si tu n’es pas curé où donc est ta femme ? et si tu es curé, où donc est ta messe ? » On trouva le mot fort spirituel et fort méchant, je ne m’en doutais guère. J’avais fait de la critique sans le savoir, et cela m’est arrivé plus d’une fois dans la suite de ma vie. J’ai fait, par distraction ou par bêtise, des questions ou des remarques qu’on a crues bien profondes ou bien mordantes.

Comme je ne peux pas ordonner mes souvenirs avec exactitude, j’ai mis ensemble dans ma mémoire beaucoup de personnes et de détails qui ne datent peut-être pas spécialement de ce premier séjour à Paris avec ma grand’mère ; mais comme les habitudes et l’entourage de celle-ci ne changèrent pas, et que chaque séjour à Paris amena les mêmes circonstances et les mêmes visages autour de moi, je n’aurai plus à les décrire quand je poursuivrai mon récit. Je parlerai donc ici de la famille Villeneuve, dont il a été si souvent question dans les lettres de mon père.

J’ai déjà dit que Dupin de Francueil mon grand-père, ayant été marié deux fois, avait eu, de sa première femme, une fille qui se trouvait être par conséquent sœur de mon père et beaucoup plus âgée que lui. Elle avait été mariée à M. Valet de Villeneuve, financier, et ses deux fils, René et Auguste, étaient par conséquent les neveux de mon père, bien que l’oncle et les neveux fussent à peu près du même âge.

Quant à moi, je suis leur cousine, et leurs enfans sont mes neveux et nièces à la mode de Bretagne, bien que je sois la plus jeune de cette génération. Ce renversement de l’âge, qui convient ordinairement au degré ascendant de la parenté, faisait toujours un effet bizarre pour les personnes qui n’étaient pas bien au courant de la filiation. À présent, quelques années de différence ne s’aperçoivent plus ; mais quand j’étais un petit enfant, et que de grands garçons et de grandes demoiselles m’appelaient ma tante, on croyait toujours que c’était un jeu. Par plaisanterie, mes cousins, habitués à appeler mon père leur oncle, m’appelaient leur grand’tante, et mon nom prêtant à cet amusement, toute la famille, vieux et jeunes, grands et petits, m’appelaient ma tante Aurore.

Cette famille demeurait alors et a demeuré depuis, pendant une trentaine d’années, dans une même maison qui lui appartenait, rue de Grammont. C’était une nombreuse famille, comme on va voir, et dont l’union avait quelque chose de patriarcal. Au rez-de-chaussée, c’était Mme de Courcelles, mère de Mme de Guibert. Au premier, Mme de Guibert, mère de Mme René de Villeneuve. Au second, M. et Mme René de Villeneuve avec leurs enfans. Dix ans après l’époque de ma vie que je raconte, Mlle de Villeneuve ayant épousé M. de La Roche-Aymon, demeura, au troisième, et la vieille Mme de Courcelles vivait encore sans défaillance et sans infirmités, lorsque les enfans de Mme de La Roche-Aymon furent installés avec leurs bonnes au quatrième étage ; ce qui faisait en réalité, avec le rez-de-chaussée, cinq générations directes vivant sous le même toit. Et Mme de Courcelles pouvait dire à Mme de Guibert ce mot proverbial si joli : Ma fille, va-t’en dire à ta fille que la fille de sa fille crie.

Toutes ces femmes s’étant mariées très jeunes et étant toutes jolies ou bien conservées, il était impossible de deviner que Mme de Villeneuve fût grand’mère et Mme de Guibert arrière-grand’mère. Quant à la trisaïeule, elle était droite, mince, propre, active. Elle montait légèrement au quatrième pour aller voir les arrière-petits-enfans de sa fille. Il était impossible de ne pas éprouver un grand respect et une grande sympathie en la voyant si forte, si douce, si calme et si gracieuse. Elle n’avait aucun travers, aucun ridicule, aucune vanité. Elle est morte sans faire de maladie, par une indisposition subite à laquelle son grand âge ne put résister. Elle était encore dans toute la plénitude de ses facultés.

Je ne dirai rien de Mme de Guibert, veuve du général de ce nom, qui a eu des talens et du mérite. J’ai très peu connu sa veuve, qui vivait un peu à part du reste de sa famille : je n’ai jamais bien su pourquoi ? on la disait mariée secrètement avec Barrère. Ce devait être une personne d’idées et d’aventures étranges. Mais il régnait une sorte de mystère autour d’elle, et je suis si peu curieuse que je n’ai jamais songé à m’en enquérir.

Quant à M. et à Mme René de Villeneuve, j’en parlerai plus tard, parce qu’ils sont liés plus directement à l’histoire de ma vie.

Auguste, frère de René, et trésorier de la ville de Paris, demeurait rue d’Anjou, dans un bel hôtel, avec ses trois enfans : Félicie, qui était un ange de beauté, de douceur et de bonté, et qui, phthisique comme sa mère, est morte jeune en Italie, où elle avait épousé le comte Balbo, le même dont les écrits et les opinions très modérément progressives ont fait quelque bruit en Piémont dans ces derniers temps ; Louis, qui est mort aussi au sortir de l’adolescence, et Léonce, qui a été préfet de l’Indre et du Loiret sous Louis-Philippe.

Celui-là aussi était un enfant d’une charmante figure, très spirituel et très railleur. Je me souviens d’un bal d’enfans que donna sa mère ! c’est la première et la dernière fois que je vis cette bonne et charmante Laure de Ségur, pour qui mon père avait tant de respect et d’affection. Elle portait une robe rose garnie de jacinthes, et me prit auprès d’elle sur le divan où elle était couchée, pour regarder tristement ma ressemblance avec mon père. Elle était pâle et brûlante de fièvre. Ses enfans ne pressentaient nullement qu’elle fût à la veille de mourir. Léonce se moquait de toutes ces petites filles endimanchées. Les toilettes de ce temps-là étaient parfois bien singulières, et je ne crois pas que les gravures du temps nous les aient toutes transmises. Je n’ai du moins retrouvé nulle part une robe de réseau de laine rouge à grandes mailles, un véritable filet à prendre de poisson, que Félicie avait, et qui me paraissait fantastique. Cela se portait sur une robe de dessous en satin blanc, et se terminait en bas par une frange de houppes de laine tombant de chaque maille. Cela venait d’Italie, et c’était très estimé.

Ce qui me frappa le plus, ce fut une petite fille dont je n’ai jamais su le nom et que Léonce taquinait beaucoup. Elle était déjà coquette comme une petite femme du monde, et elle n’avait guère que mon âge, sept ou huit ans. Léonce lui disait qu’elle était laide, pour la faire enrager, et elle enrageait si bien qu’elle pleurait de colère. Elle vint auprès de moi et me dit : « N’est-ce pas que c’est faux, et que je suis très jolie ? Je suis la plus jolie et la mieux habillée de tout le bal, maman l’a dit. » D’autres enfans, qui étaient autour de nous, excités par l’exemple de Léonce, lui dirent qu’elle se trompait et qu’elle était la plus laide. Elle était si furieuse qu’elle faillit s’étrangler avec son collier de corail qu’elle tirait violemment autour de son cou, et qui, heureusement, finit par se rompre.

Je fus frappée de ce naïf dépit, de ce véritable désespoir d’enfant, comme d’une chose fort extraordinaire. Mes parens avaient dit cent fois devant moi que j’étais une superbe petite fille, et la vanité ne m’était pas venue pour cela. Je prenais cela pour un éloge donné à ma bonne conduite, car toutes les fois que j’étais méchante, on me disait que j’étais affreuse. La beauté pour les enfans me semblait donc avoir une acception purement morale. Peut-être n’étais-je point portée par nature à l’adoration de moi-même ; ce qu’il y a de certain, c’est que ma grand’mère, tout en faisant de grands efforts pour me donner le degré de coquetterie qu’elle me souhaitait, m’ôta le peu que j’en aurais pu avoir. Elle voulait me rendre gracieuse de ma personne, soigneuse de mes petites parures, élégante dans mes petites manières. J’avais eu jusque-là la grâce naturelle à tous les enfans qui ne sont point malades ou contrefaits. Mais on commençait à me trouver trop grande pour conserver cette grâce-là, qui n’est de la grâce que parce qu’elle est l’aplomb et l’aisance de la nature. Il y avait, dans les idées de ma bonne maman, une grâce acquise, une manière de marcher, de s’asseoir, de saluer, de ramasser son gant, de tenir sa fourchette, de présenter un objet ; enfin, une mimique complète qu’on devait enseigner aux enfans de très bonne heure, afin que ce leur devînt, par l’habitude, une seconde nature. Ma mère trouvait cela fort ridicule, et je crois qu’elle avait raison. La grâce tient à l’organisation, et, si on ne l’a pas en soi-même, le travail qu’on fait pour y arriver augmente la gaucherie. Il n’y a rien de si affreux pour moi qu’un homme ou une femme qui se manièrent. La grâce de convention n’est bonne qu’au théâtre (précisément par la raison que j’ai donnée plus haut que la vérité dans l’art n’est pas la réalité).

Cette convention était un article de si haute importance dans la vie des hommes et des femmes de l’ancien beau monde, que les acteurs ont peine aujourd’hui, malgré toutes leurs études, à nous en donner une idée. J’ai encore connu de ces vieux êtres gracieux, et je déclare que, malgré leurs vieux admirateurs des deux sexes, je n’ai rien vu de plus ridicule et de plus déplaisant. J’aime cent fois mieux un laboureur à sa charrue, un bûcheron dépeçant un arbre, une lavandière enlevant sa corbeille sur sa tête, un enfant se roulant par terre avec ses compagnons. Les animaux d’une belle structure sont des modèles de grâce. Qui apprend au cheval ses grands airs de cygne, ses attitudes fières, ses mouvemens larges et souples, et à l’oiseau ses indescriptibles gentillesses, et au jeune chevreau ses danses et ses bonds inimitables ? Fi de cette vieille grâce qui consistait à prendre avec art une prise de tabac et à porter avec prétention un habit brodé, une robe à queue, une épée ou un éventail. Les belles dames espagnoles manient ce dernier jouet avec une grâce indicible, nous dit-on, et c’est un art chez elles. C’est vrai, mais leur nature s’y prête. Les paysannes espagnoles dansent le boléro mieux que nos actrices de l’Opéra, et leur grâce ne leur vient que de leur belle organisation, qui porte son cachet avec elle.

La grâce, comme on l’entendait avant la Révolution, c’est-à-dire la fausse grâce, fit donc le tourment de mes jeunes années. On me reprenait sur tout, et je ne faisais pas un mouvement qui ne fût critiqué. Cela me causait une impatience continuelle, et je disais souvent : Je voudrais être un bœuf ou un âne, on me laisserait marcher à ma guise et brouter comme je l’entendrais : au lieu qu’on veut faire de moi un chien savant, m’apprendre à marcher sur les pieds de derrière et à donner la patte. »

À quelque chose malheur est bon, car c’est peut-être à l’aversion que cette petite persécution de tous les instans m’inspira pour le maniéré, que je dois d’être restée naturelle dans mes idées et dans mes sentimens. Le faux, le guindé, l’affecté me sont antipathiques, et je les devine, même quand l’habilité les a couverts du vernis, d’une fausse simplicité. Je ne puis voir le beau et le bon que dans le vrai et le simple, et plus je vieillis, plus je crois avoir raison de vouloir cette condition avant toutes les autres dans les caractères humains, dans les œuvres de l’esprit et dans les actes de la vie sociale.

Et puis, je voyais fort bien que cette prétendue grâce, eût-elle été vraiment jolie et séduisante, était un brevet de maladresse et de débilité physique. Toutes ces belles dames et tous ces beaux messieurs qui savaient si bien marcher sur des tapis et faire la révérence, ne savaient pas faire trois pas sur la terre du bon Dieu sans être accablés de fatigue. Ils ne savaient même pas ouvrir et fermer une porte, et ils n’avaient pas la force de soulever une bûche pour la mettre dans le feu. Il leur fallait des domestiques pour leur avancer un fauteuil. Ils ne pouvaient pas entrer et sortir tout seuls. Qu’eussent-ils fait de leur grâce sans leurs valets pour leur tenir lieu de bras, de mains et de jambes ? Je pensais à ma mère qui, avec des mains et des pieds plus mignons que les leurs, faisait deux ou trois lieues le matin dans la campagne avant son déjeuner, et qui remuait de grosses pierres ou poussait la brouette aussi facilement qu’elle maniait une aiguille ou un crayon. J’aurais mieux aimé être une laveuse de vaisselle qu’une vieille marquise com me celles que j’étudiais chaque jour en baillant dans une atmosphère de vieux musc ?

Ô écrivains d’aujourd’hui, qui maudissez sans cesse la grossièreté de notre temps et qui pleurez sur les ruines de tous ces vieux chiffons ; vous qui avez créé, en ce temps de royauté constitutionnelle et de démocratie bourgeoise, une littérature toute poudrée, à l’image des nymphes de Trianon, je vous félicite de n’avoir point passé votre heureuse enfance dans ces décombres de l’ancien bon ton ! Vous avez été moins ennuyés que moi, ingrats qui reniez le présent et l’avenir, penchés sur l’urne d’un passé charmant que vous n’avez connu qu’en peinture !



CHAPITRE QUATRIÈME.

Idée d’une loi morale réglementaire des affections. — Retour à Nohant. — Année de bonheur. — Apologie de la puissance impériale. — Commencemens de trahison. — Propos et calomnies des salons. — Première communion de mon frère. — Notre vieux curé ; sa gouvernante. — Ses sermons. — Son voleur, sa jument. — Sa mort. — Les méfaits de l’enfance. — Le faux Deschartres. — La dévotion de ma mère. — J’apprends le français et le latin.


Je m’ennuyais beaucoup, et pourtant je n’étais pas encore malheureuse. J’étais fort aimée, et ce n’est pas là ce qui m’a manqué dans ma vie. Je ne me plains donc pas de cette vie, malgré toutes ses douleurs, car la plus grande doit être de ne point inspirer les affections qu’on éprouve. Mon malheur et ma destinée furent d’être blessée et déchirée précisément par l’excès de ces affections qui manquaient tantôt de clairvoyance ou de délicatesse, tantôt de justice ou de modération. Un de mes amis, homme d’une grande intelligence faisait souvent une réflexion qui m’a toujours paru très frappante, et il la développait ainsi :

« On a fait des règles et des lois morales pour corriger ou développer les instincts, disait-il ; mais on n’en a point fait pour diriger et éclairer les sentimens. Nous avons des religions et des philosophies pour régler nos appétits et réprimer nos passions ; les devoirs de l’âme nous sont bien enseignés d’une manière élémentaire, mais l’âme a toutes sortes d’élans qui donnent toutes sortes de nuances et d’aspects particuliers à ses affections. Elle a des puissances qui dégénèrent en excès, des défaillances qui deviennent des maladies. Si vous consultez les amis, si vous cherchez un remède dans les livres, vous aurez différens avis et des jugemens contradictoires ; preuve qu’il n’y a pas de règle fixe pour la morale des affections même les plus légitimes, et que chacun, livré à lui-même, juge à son point de vue l’état moral de celui qui lui demande conseil ; conseil qui ne sert à rien, d’ailleurs, qui ne guérit aucune souffrance et ne corrige aucun travers. Par exemple, je ne vois pas où est le catéchisme de l’amour. Et pourtant l’amour, sous toutes les formes, domine notre vie entière : Amour filial, amour fraternel, amour conjugal, amour paternel ou maternel, amitié, bienfaisance, charité ou philanthropie. L’amour est partout, il est notre vie même. Eh bien ! l’amour échappe à toutes les directions, à tous les exemples, à tous les préceptes. Il n’obéit qu’à lui-même, et il devient tyrannie, jalousie, soupçon, exigence, obsession, inconstance, caprice, volupté ou brutalité, chasteté ou ascétisme, dévoûment sublime ou égoïsme farouche, le plus grand des biens, le plus grand des maux, suivant la nature de l’âme qu’il remplit et possède. N’y aurait-il pas un catéchisme à faire pour rectifier les excès de l’amour, car l’amour est excessif de sa nature, et il l’est souvent d’autant plus qu’il est plus chaste et plus sacré. Souvent les mères rendent leurs enfans malheureux à force de les aimer, impies à force de les vouloir religieux, téméraires à force de les vouloir prudens, ingrats à force de les vouloir tendres et reconnaissans. Et la jalousie conjugale ! où sont ses limites permises d’atteindre, défendues de dépasser ? Les uns prétendent qu’il n’y a pas d’amour sans jalousie, d’autres que le véritable amour ne connaît pas le soupçon et la méfiance. Où est, sous ce rapport, la règle de conscience qui devrait nous enseigner à nous observer, à nous guérir nous-mêmes, à nous ranimer quand notre enthousiasme s’éteint, à le réprimer quand il s’emporte au delà du possible ? Cette règle, l’homme ne l’a pas encore trouvée ; voilà pourquoi je dis que nous vivons comme des aveugles, et que si les poètes ont mis un bandeau sur les yeux de l’amour, les philosophes n’ont pas su le lui ôter. »

Ainsi parlait mon ami, et il mettait le doigt sur mes plaies ; car, toute ma vie, j’ai été le jouet des passions d’autrui, par conséquent leur victime. Pour ne parler que du commencement de ma vie, ma mère et ma grand’mère, avides de mon affection, s’arrachaient les lambeaux de mon cœur. Ma bonne, elle-même, ne m’opprima et ne me maltraita que parce qu’elle m’aimait avec excès, et me voulait parfaite selon ses idées.

Dès les premiers jours du printemps, nous fîmes les paquets pour retourner à la campagne. J’en avais grand besoin. Soit trop de bien-être, soit l’air de Paris, qui ne m’a jamais convenu, je redevenais languissante et je maigrissais à vue d’œil. Il n’aurait pas fallu songer à me séparer de ma mère : je crois qu’à cette époque, ne pouvant avoir le sentiment de la résignation et la volonté de l’obéissance, j’en serais morte. Ma bonne maman invita donc ma mère à revenir avec nous à Nohant, et comme je montrais à cet égard une inquiétude qui inquiétait les autres, il fut convenu que ma mère me conduirait avec elle, et que Rose nous accompagnerait, tandis que la grand’mère irait de son côté avec Julie. On avait vendu la grande berline, et on ne l’avait encore remplacée, vu un peu de gêne dans nos finances, que par une voiture à deux places.

Je n’ai point parlé dans ce qui précède de mon oncle Maréchal, ni de sa femme ma bonne tante Lucie, ni de leur fille ma chère Clotilde. Je ne me rappelle rien de particulier sur eux dans cette période de temps. Je les voyais assez souvent, mais je ne sais plus où ils demeuraient. Ma mère m’y conduisait, et même quelquefois ma grand’mère, qui recevait d’eux et qui leur rendait de rares visites. Les manières franches et ouvertes de ma tante ne lui plaisaient pas beaucoup ; mais elle était trop juste pour ne pas reconnaître le devoûment vrai qu’elle avait eu pour mon père, et les excellentes et solides qualités du mari et de la femme.

J’eus donc le plaisir de demeurer deux ou trois jours avec ma mère et Caroline, dans une intimité de tous les momens. Puis ma pauvre sœur retourna en pleurant à sa pension, où l’on mit, je crois, Clotilde avec elle pendant quelque temps pour la consoler ; et nous partîmes.

Cette portion de l’année 1811 passée à Nohant fut, je crois, une des rares époques de ma vie où je connus le bonheur complet. J’avais été heureuse comme cela rue Grange-Batelière, quoique je n’eusse ni grands appartemens ni grands jardins. Madrid avait été pour moi une campagne émouvante et pénible ; l’état maladif que j’en avais rapporté, la catastrophe survenue dans ma famille par la mort de mon père, puis cette lutte entre mes deux mères, qui avait commencé à me révéler l’effroi et la tristesse, c’était déjà un apprentissage du malheur et de la souffrance. Mais le printemps et l’été de 1811 furent sans nuages, et la preuve, c’est que cette année-là ne m’a laissé aucun souvenir particulier. Je sais qu’Ursule la passa avec moi, que ma mère eut moins de migraines que précédemment, et que s’il y eut de la mésintelligence entre elle et ma bonne maman, cela fut si bien caché, que j’oubliais qu’il pouvait y en avoir et qu’il y en avait eu. Il est probable que ce fut aussi le moment de leur vie où elles s’entendirent le mieux, car ma mère n’était pas femme à cacher ses impressions : cela était au-dessus de ses forces, et quand elle était irritée, la présence même de ses enfans ne pouvait l’engager à se contenir.

Il y eut aussi dans la maison un peu plus de gaîté qu’auparavant. Le temps n’endort pas les grandes douleurs, mais il les assoupit. Presque tous les jours, pourtant, je voyais l’une ou l’autre de mes deux mères pleurer à la dérobée, mais leurs larmes même prouvaient qu’elles ne pensaient plus à toute heure, à tout instant, à l’objet de leurs regrets. Les douleurs dans leur plus grande intensité n’ont pas de crises ; elles agissent dans une crise permanente pour ainsi dire.

Mme de la Marlière vint passer un mois ou deux chez nous. Elle était fort amusante avec Deschartres, qu’elle appelait petit père et qu’elle taquinait du matin au soir. Elle n’avait pas, à coup sûr, autant d’esprit que ma mère, mais il n’y avait jamais de bile dans ses plaisanteries. Elle avait de l’amitié pour Deschartres sans être hostile à ma mère, à qui elle donnait même toujours raison. Cette vieille femme légère était bonne, facile à vivre, impatientante seulement par son caquet, son bruit, son mouvement, ses éclats de rire retentissans, ses bons mots un peu répétés et le peu de suite de ses propos comme de ses idées. Elle était d’une ignorance fabuleuse malgré le brillant de son caquet. C’était elle qui disait une épître à l’âme au lieu d’un épithalame, et Mistoufiè pour Méphistophélès. Mais on pouvait se moquer d’elle sans la fâcher. Elle riait aux éclats de ses bévues, et c’était d’aussi bon cœur que quand elle riait de celles des autres.

Les petits jardins, les grottes, les bancs de gazon, les cascades allaient leur train pendant toute la belle saison. Le parterre du vieux poirier, qui marquait à notre insu la sépulture de mon petit frère, reçut de notables améliorations. Un tonneau plein d’eau fut placé à côté, afin que nous puissions nous livrer aux travaux de l’arrosage. Un jour, je tombai la tête la première dans ce tonneau et je m’y serais noyée si Ursule ne fût venue à mon secours.

Nous avions chacune notre petit jardin dans ce jardin de ma mère, qui était lui-même si petit qu’il aurait bien dû nous suffire ; mais un certain esprit de propriété est tellement inné dans l’être humain, qu’il faut à l’enfant quatre pieds carrés de terre pour qu’il aime réellement cette terre cultivée par lui, et dont l’étendue est proportionnée à ses forces. Cela m’a toujours fait penser que, quelque communiste qu’on pût être, on devait toujours reconnaître une propriété individuelle. Qu’on la restreigne ou qu’on l’étende dans une certaine mesure, qu’on la définisse d’une manière ou d’une autre selon le génie ou les nécessités des temps, il n’en est pas moins certain que la terre que l’homme cultive lui-même lui est aussi personnelle que son vêtement. Sa chambre ou sa maison est encore un vêtement, son jardin ou son champ est le vêtement de sa maison, et ce qu’il y a de remarquable, c’est que cette observation des instincts naturels, qui constate le besoin de la propriété dans l’homme, semble exclure le besoin d’une grande étendue de propriété. Plus la propriété est petite, plus il s’y attache, mieux il la soigne, plus elle lui devient chère. Un noble Vénitien ne tient certainement pas à son palais autant qu’un paysan du Berry à sa chaumière, et le capitaliste qui possède plusieurs lieues carrées en retire moins de jouissances que l’artisan qui cultive une giroflée dans sa mansarde. Un avocat de mes amis disait un jour en riant, à un riche client qui lui parlait à satiété de ses domaines : « Des terres ? vous croyez qu’il n’y a que vous pour avoir des terres ? J’en ai aussi, moi, sur ma fenêtre, dans des pots à fleurs, et elles me donnent plus de plaisir et moins de soucis que les vôtres. » Depuis, cet ami a fait un gros héritage ; il a eu des terres, des bois, des fermes, et de soucis par conséquent.

En abordant l’idée communiste, qui a beaucoup de grandeur parce qu’elle a beaucoup de vérité, il faudrait donc commencer par distinguer ce qui est essentiel à l’existence complète de l’individu de ce qui est essentiellement collectif dans sa liberté, dans son intelligence, dans sa jouissance, dans son travail. Voilà pourquoi le communisme absolu, qui est la notion élémentaire, par conséquent grossière et trop forcée de l’égalité vraie, est une chimère ou une injustice.

Mais je ne pensais guère à tout cela, il y a trente-sept ans[4] ! Trente-sept ans ! Quelles transformations s’opèrent dans les idées humaines pendant ce court espace, et combien les changemens sont plus frappans et plus rapides à proportion dans les masses que chez les individus ! Je ne sais pas s’il existait un communiste il y a trente-sept ans ; cette idée aussi vieille que le monde n’avait pas pris un nom particulier, et c’est peut-être un tort qu’elle en ait pris un de nos jours, car ce nom n’exprime pas complétement ce que devrait être l’idée.

On n’en était pas alors à discuter sur de semblables matières. C’était la dernière, la plus brillante phase du règne de l’individualité. Napoléon était dans toute sa gloire, dans toute sa puissance, dans toute la plénitude de son influence sur le monde. Le flambeau du génie allait décroître ; il jetait sa plus vive lueur, sa clarté la plus éblouissante sur la France ivre et prosternée. Des exploits grandioses avaient conquis une paix opulente, glorieuse, mais fictive, car le volcan grondait sourdement dans toute l’Europe, et les traités de l’empereur ne servaient qu’à donner le temps aux anciennes monarchies de rassembler des hommes et des canons. Sa grandeur cachait un vice originel, cette profonde vanité aristocratique du parvenu qui lui fit commettre toutes ses fautes, et rendit de plus en plus inutiles, au salut de la France, la beauté du génie et du caractère de l’homme en qui la France se personnifiait. Oui, c’était un admirable caractère d’homme, puisque la vanité même, le plus mesquin, le plus pleutre des travers, n’avait pu altérer en lui la loyauté, la confiance, la magnanimité naturelles. Hypocrite dans les petites choses, il était naïf dans les grandes. Orgueilleux dans les détails, exigeant sur des misères d’étiquette, et follement fier du chemin que la fortune lui avait fait faire, il ne connaissait pas son propre mérite, sa vraie grandeur. Il était modeste à l’égard de son vrai génie.

Toutes les fautes qui ont précipité sa chute comme homme de guerre et comme homme d’État, sont venues d’une trop grande confiance dans le talent ou dans la probité des autres. Il ne méprisait pas l’espèce humaine, comme on l’a dit, pour n’estimer que lui-même : c’est là un propos de courtisan dépité ou d’ambitieux secondaire jaloux de sa supériorité. Il s’est confié toute sa vie à des traîtres. Toute sa vie il a compté sur la foi des traités, sur la reconnaissance de ses obligés, sur le patriotisme de ses créatures. Toute sa vie il a été joué ou trahi.

Son mariage avec Marie-Louise était une mauvaise action et devait lui porter malheur. Les gens les plus simples et les plus tolérans sur la loi du divorce, ceux mêmes qui aimaient le plus l’empereur, disaient tout bas, je m’en souviens bien : « C’est un mariage d’intérêt. On ne répudie pas une femme qu’on aime et dont on est aimé. » Il n’y aura, en effet, jamais de loi qui sanctionne moralement une séparation pleurée de part et d’autre, et qui s’accomplit seulement en vue d’un intérêt matériel. Mais, tout en blâmant l’empereur, on l’aimait encore parmi le peuple. Les grands commençaient à le trahir, et jamais ils ne l’avaient tant adulé. Le beau monde était en fêtes. La naissance d’un enfant roi (car ce n’eût pas été assez pour l’orgueil du soldat de fortune que de lui donner le titre de Dauphin de France) avait jeté la petite bourgeoisie, les soldats, les ouvriers et les paysans dans l’ivresse. Il n’y avait pas une maison riche ou pauvre, palais ou cabane, où le portrait du marmot impérial ne fût inauguré avec une vénération feinte ou sincère. Mais les masses étaient sincères : elles le sont toujours. L’empereur se promenait à pied, sans escorte, au milieu de la foule. La garnison de Paris était de 12,000 hommes !

Pourtant la Russie armait. Bernadotte donnait le signal d’une immense et mystérieuse trahison. Les esprits un peu clairvoyans voyaient venir l’orage. La cherté des denrées frappées par le blocus continental effrayait et contrariait les petites gens. On payait le sucre 6 francs la livre, et, au milieu de l’opulence apparente de la nation, on manquait de choses fort nécessaires à la vie. Nos fabriques n’avaient pas encore atteint le degré de perfectionnement nécessaire à cet isolement de notre commerce. On souffrait d’un certain malaise matériel, et quand on était las de s’en prendre à l’Angleterre, on s’en prenait au chef de la nation, sans amertume il est vrai, mais avec tristesse.

Ma grand’mère n’avait point d’enthousiasme pour l’empereur. Mon père n’en avait pas eu beaucoup non plus, comme on l’a vu dans ses lettres. Pourtant, dans les dernières années de sa vie il avait pris de l’affection pour lui. Il disait souvent à ma mère : « J’ai beaucoup à me plaindre de lui, non pas parce qu’il ne m’a pas placé d’emblée aux premiers rangs ; il avait bien autre chose en tête, et il n’a pas manqué de gens plus heureux, plus habiles et plus hardis à demander que moi : mais je me plains de lui, parce qu’il aime les courtisans, et que ce n’est pas digne d’un homme de sa taille. Pourtant, malgré ses torts envers la révolution et envers lui-même, je l’aime. Il y a en lui quelque chose, je ne sais quoi, son génie à part, qui me force à être ému quand mon regard rencontre le sien. Il ne me fait pas peur du tout, et c’est à cela que je sens qu’il vaut mieux que les airs qu’il se donne. »

Ma grand’mère ne partageait pas cette sympathie secrète qui avait gagné mon père, et qui, jointe à la loyauté de son âme, à la chaleur de son patriotisme, l’eussent certainement empêché, je ne dis pas seulement de trahir l’empereur, mais même de se rallier après coup au service des Bourbons. Il fallait que cela fût bien certain, d’après son caractère, puisque après la campagne de France, ma grand’mère, toute royaliste qu’elle était devenue, disait en soupirant : « Ah ! si mon pauvre Maurice avait vécu, il ne m’en faudrait pas moins le pleurer à présent ! Il se serait fait tuer à Waterloo ou sous les murs de Paris, ou bien il se serait brûlé la cervelle en voyant entrer les Cosaques. » Et ma mère m’en disait la même chose de son côté.

Pourtant ma grand’mère redoutait l’Empereur plus qu’elle ne l’aimait. À ses yeux c’était un ambitieux sans repos, un tueur d’hommes, un despote par caractère encore plus que par nécessité. Les plaintes, les critiques, les calomnies, les révélations fausses ou vraies, ne remplissaient pas alors les colonnes des journaux. La presse était muette : mais cette absence de polémique donnait aux conversations et aux préoccupations des particuliers un caractère de partialité et de commérage extraordinaire. La louange officielle a fait plus de mal à Napoléon que ne lui en eussent fait vingt journaux hostiles. On était las de ces dithyrambes ampoulés, de ces bulletins emphatiques, de la servilité des fonctionnaires et de la morgue mystérieuse des courtisans. On s’en vengeait en rabaissant l’idole dans l’impunité des causeries intimes, et les salons récalcitrans étaient des officines de délations, de propos d’antichambre, de petites calomnies, de plates anecdotes qui devaient plus tard rendre la vie à la presse sous la Restauration. Quelle vie ! Mieux eût valu rester morte que de ressusciter ainsi, en s’acharnant sur le cadavre de l’empire vaincu et profané.

La chambre à coucher de ma grand’mère (car, je l’ai dit, elle ne tenait pas salon, et sa société avait un caractère d’intimité solennelle) fût devenue une de ces officines si, par son bon esprit et son grand sens, la maîtresse du logis n’eût fait, de temps en temps, ouvertement la part du vrai et du faux dans les nouvelles que chacun ou plutôt chacune y apportait : car c’était une société de femmes plutôt que d’hommes, et, au reste, il y avait peu de différence morale entre les deux sexes : les hommes y faisant l’office de vieilles bavardes. Chaque jour on nous apportait quelque méchant bon mot de M. de Talleyrand contre son maître, ou quelque cancan de coulisses. Tantôt l’empereur avait battu l’impératrice, tantôt il avait arraché la barbe du Saint-Père. Et puis, il avait peur ; il était toujours plastronné. Il fallait bien dire cela pour se venger de ce que personne ne songeait plus à l’assassiner, si ce n’est quelque intrépide et fanatique enfant de la Germanie, comme Staps ou La Sahla. Un autre jour, il était fou ; il avait craché au visage de M. Cambacérès. Et puis son fils, arraché par le forceps au sein maternel, était mort en voyant la lumière, et le petit roi de Rome était l’enfant d’un boulanger de Paris. Ou bien, le forceps ayant déprimé son cerveau, il était infailliblement crétin, et l’on se frottait les mains, comme si, en rétablissant l’hérédité au profit d’un soldat de fortune, la France devait être punie par la Providence de n’avoir pas su conserver ses crétins légitimes.

Mais ce qu’il y a de remarquable, c’est qu’au milieu de tous ces déchaînemens sournois contre l’empereur, il n’y avait pas un regret, pas un souvenir, pas un vœu pour les Bourbons exilés. J’écoutais avec stupeur tous ces propos ; jamais je n’entendis prononcer le nom des prétendans inconnus qui trônaient à huis-clos on ne savait où, et quand ces noms frappèrent mes oreilles en 1814, ce fut pour la première fois de ma vie.

Ces commérages ne nous suivaient pas à Nohant, si ce n’est dans quelques lettres que ma grand’mère recevait de ses nobles amies. Elle les lisait tout haut à ma mère, qui haussait les épaules, et à Deschartres, qui les prenait pour paroles d’Évangile, car l’empereur était sa bête noire, et il le tenait fort sérieusement pour un cuistre.

Ma mère était comme le peuple : elle admirait et adorait l’empereur à cette époque. Moi, j’étais comme ma mère et comme le peuple. Ce qu’il ne faut jamais oublier ni méconnaître, c’est que les cœurs naïvement attachés à cet homme furent ceux qu’aucune reconnaissance personnelle et aucun intérêt matériel ne lièrent à ses désastres ou à sa fortune. Sauf de bien rares exceptions, tous ceux qu’il avait comblés furent ingrats. Tous ceux qui ne songèrent jamais à lui rien demander lui tinrent compte de la grandeur de la France.

Je crois que ce fut cette année-là ou la suivante qu’Hippolyte fit sa première communion. Notre paroisse étant supprimée, c’est à Saint-Chartier que se faisaient les dévotions de Nohant. Mon frère fut habillé de neuf ce jour-là. Il eut des culottes courtes, des bas blancs et un habit veste en drap vert-billard. Il était si enfant que cette toilette lui tournait la tête, et que s’il réussit à se tenir tranquille pendant quelques jours, ce fut dans la crainte, en manquant sa première communion, de ne pas endosser ce costume splendide qu’on lui p réparait.

C’était un excellent homme que le vieux curé de Saint-Chartier mais dépourvu de tout idéal évangélique. Quoiqu’il eût un de devant son nom, je crois qu’il était paysan de naissance, ou bien, à force de vivre avec les paysans, il avait pris leurs façons et leur langage, à tel point qu’il pouvait les prêcher sans qu’ils perdissent un mot de son sermon ; ce qui eût été un bien si ses sermons eussent été un peu plus évangéliques. Mais il n’entretenait ses fidèles que d’affaires de ménage, et c’était avec un abandon plein de bonhomie qu’il leur disait en chaire : « Mes chers amis, voilà que je reçois un mandement de l’archevêque qui nous prescrit encore une procession. Monseigneur en parle bien à son aise. Il a un beau carrosse pour porter sa grandeur, et un tas de personnage pour se donner du mal à sa place. Mais moi, me voilà vieux, et ce n’est pas une petite besogne que de vous ranger en ordre de procession. La plupart de vous n’entendent ni à hue ni à dia. Vous vous poussez, vous vous marchez sur les pieds, vous vous bousculez pour entrer ou sortir de l’église, et j’ai beau me mettre en colère, jurer après vous, vous ne m’écoutez point et vous vous comportez comme des veaux qui entrent dans une étable. Il faut que je sois à tout, dans ma paroisse et dans mon église ; c’est moi qui suis obligé de faire toute la police, de gronder les enfans et de chasser les chiens. Or, je suis las de toutes ces processions qui ne servent à rien du tout pour votre salut et pour le mien. Le temps est mauvais, les chemins sont gâtés, et si monseigneur était obligé de patauger, comme nous, deux heures dans la boue avec la pluie sur le dos, il ne serait pas si friand de cérémonies. — Ma foi, je n’ai pas envie de me déranger pour celle-là, et si vous m’en croyez, vous resterez chacun chez vous… Oui dà, j’entends le père un tel qui me blâme, et voilà ma servante qui ne m’approuve point…… Ecoutez : que ceux qui ne sont pas contens, aillent…… se promener. Vous en ferez ce que vous voudrez : mais quant à moi, je ne compte pas sortir dans les champs : je vous ferai votre procession autour de l’église. C’est bien suffisant. Allons, allons, c’est entendu. Finissons cette messe qui n’a duré que trop longtemps. » J’ai entendu de mes deux oreilles plus de deux cents sermons, dont celui-là est un specimen très atténué, et dont les formes sont restées proverbiales dans nos paroisses, particulièrement la formule de la fin qui était comme l’amen de toutes ses prédications et admonestations paternelles.

Il y avait à Saint-Chartier une vieille dame d’un embonpoint prodigieux, dont l’époux était maire ou adjoint de la commune. Elle avait eu une vie orageuse : novice, avant la révolution, elle avait sauté par dessus les murs du monastère pour suivre à l’armée un garde français ou un suisse ; je ne sais par quelle suite d’aventures étranges elle était venue asseoir ses derniers beaux jours dans le banc des marguilliers de notre paroisse où elle avait apporté beaucoup plus des manières du régiment que de celles du cloître. Aussi la messe était-elle interrompue à chaque instant par ses bâillemens affectés et par ses apostrophes énergiques à M. le curé : « Quelle diable de messe, disait-elle tout haut. Ce gredin-là n’en finira pas ! — Allez au diable ! disait le curé à demi-voix, en se retournant pour bénir l’auditoire : Dominus vobiscum. »

Ces dialogues, jetés à travers la messe et dans un style si accentué que je ne puis en donner qu’une très faible traduction, troublaient à peine la gravité de l’auditoire rustique, et comme ce furent les premières messes auxquelles j’assistai, il me fallut quelque temps pour comprendre que c’étaient des cérémonies religieuses. La première fois que j’en revins, ma grand’mère me demandant ce que j’avais vu : J’ai vu, lui dis-je, le curé qui déjeûnait tout debout devant une grande table, et qui, de temps en temps, se retournait pour nous dire des sottises.

Le jour où Hippolyte fit sa première communion, le curé l’avait invité à déjeûner après la messe. Comme ce gros garçon n’était pas trop ferré sur son catéchisme, ma grand’mère, qui désirait que la première communion fût, comme elle le disait, une affaire baclée, avait prié le curé d’user d’un peu d’indulgence, alléguant le peu de mémoire de l’enfant. M. le curé avait été indulgent, en effet, et Hippolyte fut chargé de lui porter un petit cadeau : c’était douze bouteilles de vin muscat. On se mit à table et on déboucha la première bouteille. — Ma foi, fit le bon curé, voilà un petit vin blanc qui se laisse boire et qui ne doit pas porter à la tête comme le vin du crû. C’est doux, c’est gentil, ça ne peut pas faire de mal. Buvez, mon garçon, mettez-vous là : Manette, appelez le sacristain, et nous goûterons la seconde bouteille quand la première sera finie.

La servante et le sacristain prirent place et trouvèrent le vin fort gentil. En effet, Hippolyte ne se méfiait de rien, n’en ayant jamais eu à sa discrétion. Les convives le trouvèrent un peu chaud à la seconde bouteille, mais après essai, ils déclarèrent qu’il ne portait pas l’eau. On passa au troisième et au quatrième feuillet du bréviaire, comme disait le curé, c’est à dire aux autres bouteilles du panier, et insensiblement le communiant, le curé, la servante et le sacristain se trouvèrent si gais, puis si graves, puis si préoccupés, qu’on se sépara sans trop savoir comment. Hippolyte revint seul par les prés, car depuis longtemps tous les paroissiens venus à la messe étaient rentrés chez eux. Chemin faisant, il se sentit la tête si lourde qu’il croyait voir danser les buissons. Il prit le parti de se coucher sous un arbre et d’y faire un bon somme. Après quoi, ses idées s’étant un peu éclaircies, il put revenir à la maison, où il nous édifia tous par sa gravité et sa sobriété le reste de la journée.

La servante du curé était une toute petite femme, propre, active, dévouée, tracassière et acariâtre : ce dernier défaut étant souvent comme un complément inévitable des qualités dont il est peut-être l’excès. Elle avait sauvé la vie et la bourse de son maître pendant la révolution. Elle l’avait caché, elle avait nié sa présence avec beaucoup de hardiesse et de sang-froid au temps de la persécution. Cela ne s’était point passé dans notre vallée noire, où les prêtres ni les seigneurs n’ont jamais été menacés sérieusement ni maltraités en aucune façon. Depuis ce temps, Manette gouvernait despotiquement son maître, et le faisait marcher comme un petit garçon. Ils sont morts à peu d’intervalle l’un de l’autre, dans un âge très avancé, et malgré leurs querelles et le peu d’idéal de leur vie, le temps qui ennoblit tout avait donné à leur affection mutuelle un caractère touchant. Manette voulait toujours que son maître fût exclusivement soigné et servi par elle ; mais elle n’en avait plus la force, et lorsqu’il était malade, quand elle l’avait bien veillé et médicamenté, elle tombait malade à son tour. Alors, le curé prenait une autre servante pour que la vieille pût se reposer et se soigner. Mais à peine était-elle debout qu’elle était furieuse de voir une étrangère dans la maison. Elle n’avait pas de repos qu’elle ne l’eût fait renvoyer.

Mais plus elle allait, plus elle perdait ses forces. Elle se plaignait alors d’avoir trop d’ouvrage et de n’être point secondée. Et vite le curé de reprendre une aide qu’il fallait renvoyer de même au bout de huit jours. C’était une criaillerie perpétuelle, et le curé s’en plaignait à moi, car j’avais trente et quelques années qu’il vivait encore… « Hélas ! disait-il, elle me rend très malheureux, mais que voulez-vous ? Il y a soixante et sept ans que nous sommes ensemble, elle m’a sauvé la vie, elle m’aime comme son fils, il faut bien que celui qui survivra ferme les yeux de celui qui partira le premier. Elle me gronde sans cesse, elle se plaint de moi comme si j’étais un ingrat : je tâche de lui prouver qu’elle est injuste, mais elle est si sourde qu’elle n’entend pas la grosse cloche ! » Et, en disant cela, le vieux curé ne se doutait pas qu’il était sourd lui-même à ne pas entendre le canon.

Il n’était pas très aimé de ses paroissiens, et je pense qu’il y avait bien au moins autant de leur faute que de la sienne : car, quoi qu’on dise des touchantes relations qui existent dans les campagnes entre curés et paysans, rien n’est si rare, du moins depuis la révolution, que de voir les uns et les autres se rendre justice et se témoigner de l’indulgence. Le paysan exige du curé trop de perfection chrétienne : le curé ne pardonne pas assez au paysan son existence et les défauts de son éducation morale, qui sont un peu l’œuvre du catholicisme, venu en aide au despotisme pour le tenir dans l’ignorance et la crainte. Quoi qu’il en soit, notre curé avait de bonnes qualités. Il était d’une franchise et d’une indépendance de caractère qui ne se rencontrent plus guère dans la hiérarchie ecclésiastique. Il ne se mêlait pas de politique, il ne cherchait pas à exercer de l’influence pour plaire à tel personnage ou pour se préserver des rancunes de tel autre, car il était courageux, audacieux même par nature. Il aimait la guerre de passion, et se plaisait au récit des campagnes de nos soldats, disant que, s’il n’était pas prêtre, il voudrait être militaire. Certes, il tenait bien un peu de l’un et de l’autre, car il jurait comme un dragon et buvait comme un templier. « Je ne suis point un cagot, moi, disait-il, sous la Restauration. Je ne suis pas un de ces hypocrites qui ont changé de manières depuis que le gouvernement nous protége. Je suis le même qu’auparavant et n’exige point que mes paroissiens me saluent plus bas, ni qu’ils se privent du cabaret et de la danse, comme si ce qui était permis hier ne devait plus l’être aujourd’hui. Je suis mauvaise tête, et je n’ai pas besoin de nouvelles lois pour me défendre. Si quelqu’un me cherche noise, je suis bon pour lui répondre, et j’aime mieux lui montrer mon poing que de le menacer des gendarmes et du procureur du roi. Je suis un vieux de la vieille roche, et je ne crois pas qu’avec leur loi contre le sacrilége ils aient réussi à faire aimer la religion. Je ne tracasse personne et ne me laisse guère tracasser non plus. Je n’aime pas l’eau dans le vin et ne force personne à en mettre. Si l’archevêque n’est pas content, qu’il le dise, je lui répondrai, moi ! Je lui montrerai qu’on ne fait pas marcher un homme de mon âge comme un petit séminariste ; et s’il m’ôte ma paroisse, je n’irai pas dans une autre. Je me retirerai chez moi. J’ai huit ou dix mille francs de placés. C’est assez pour ce qui me reste de temps à vivre, et je me moquerai bien de tous les archevêques du monde. »

En effet, l’archevêque étant venu donner la confirmation à Saint-Chartier, et déjeûnant chez le curé avec tout son état-major, monseigneur voulut plaisanter son hôte, qui ne se laissa point faire. « Vous avez quatre-vingt-deux ans, monsieur le curé, lui dit il, c’est un bel âge ! — Oui-dà, monseigneur, répliqua le curé, qui ne se faisait pas faute de quelques liaisons hasardées dans le discours : vous avez beau z-être archevêque, vous n’y viendrez peut-être point. » L’observation du prélat voulait dire au fond : Vous voilà si vieux que vous devez radoter, et il serait temps de laisser la place à un plus jeune. — Et la réplique signifiait : Je ne la céderai point que vous ne m’en chassiez, et nous verrons si vous oserez faire cette injure à mes cheveux blancs.

À ce même déjeuner, vers le dessert, comme l’archevêque devait venir dîner chez moi, le curé, apostrophant mon frère qui était à côté de lui et croyait lui parler tout bas, lui cria en vrai sourd qu’il était : « Ah çà, emmenez-le donc et débarrassez-moi de tous ces grands messieurs-là, qui me font une dépense de tous les diables et qui mettent ma maison sens dessus dessous. J’en ai prou, et grandement plus qu’il ne faut pour savoir qu’ils mangent mes perdrix et mes poulets tout en se gaussant de moi. » Ce discours tenu à haute voix au milieu d’un silence dont le bon curé ne se doutait pas, mit Hippolyte dans un grand embarras ; mais voyant que l’archevêque et le grand-vicaire en riaient aux éclats, il prit le parti de rire aussi, et on quitta la table, à la grande satisfaction de l’Amphytrion et de Manette qui, croyant cacher leurs pensées, les disaient tout haut, à la barbe de leurs illustres hôtes.

Vers la fin de sa vie, notre curé eut une émotion qui dut la hâter. Il avait la manie de cacher son argent comme beaucoup de vieillards qui n’osent le placer, et qui se créent un tourment avec les économies destinées à faire la sécurité de leurs vieux jours. Il avait mis les siennes dans son grenier. Un voisin, qu’il avait pourtant, dit-on, comblé de bienfaits, se laissa tenter, grimpa la nuit par les toits, pénétra par une lucarne, et s’empara du trésor de M. l’abbé. Quand celui-ci vit ses écus dénichés, il eut tant de colère et de chagrin qu’il faillit devenir fou. Il était au lit, il avait presque le délire quand le procureur du roi vint, sur sa requête, prendre des informations et recevoir sa plainte. Ce qui ajoutait à la douleur et à l’indignation du vieillard, c’est qu’il avait deviné l’auteur du délit ; mais, au moment de le désigner aux poursuites de la justice, il fut pris de compassion pour cet homme qu’il avait aimé, et peut-être aussi d’un remords de chrétien pour cet amour de l’argent qui l’avait trop dominé. « Faites votre besogne, dit-il au magistrat qui l’interrogeait ; j’ai été volé, c’est vrai, mais si j’ai des soupçons, je n’en dois compte qu’au bon Dieu, et il ne m’appartient pas de punir le coupable. » On le pressa vainement. « Je n’ai rien à vous dire, fit-il en tournant le dos avec humeur. Je pourrais me tromper. C’est vous autres, magistrats, de prendre cela sur votre conscience. C’est votre état et non le mien. »

La nuit suivante, l’argent fut reporté dans le grenier, et Manette, en furetant avec désespoir, le retrouva dans la cachette d’où on l’avait soustrait. Le voleur, pris de repentir et touché de la générosité du curé, s’était exécuté à l’instant même. Le curé, pour faire cesser les investigations de la justice et les commentaires de la paroisse, donna à entendre qu’il avait rêvé la perte de son argent, ou que sa servante, pour le mieux cacher, l’avait changé de place et ne s’en était pas souvenue le lendemain, à cause de son grand âge, qui lui avait fait perdre la mémoire. On raconta donc de diverses manières l’aventure du curé, et plusieurs versions courent encore à cet égard. Mais il m’a raconté lui-même ce que je raconte ici à son honneur, et même à l’honneur de son voleur, car le sentiment chrétien qui estime le repentir plus agréable à Dieu que la persévérance, est un beau sentiment dont la justice humaine ne tient guère de compte.

Ce vieux curé avait beaucoup d’amitié pour moi. J’avais quelque chose comme trente-cinq ans qu’il disait encore de moi : « L’Aurore est un enfant que j’ai toujours aimé. » Et il écrivait à mon mari, supposant apparemment qu’il pouvait lui donner de l’ombrage : « Ma foi, monsieur, prenez-le comme vous voudrez, mais j’aime tendrement votre femme. »

Le fait est qu’il agissait tout paternellement avec moi. Pendant vingt ans, il n’a pas manqué un dimanche de venir dîner avec moi après vêpres. Quelquefois j’allais le chercher en me promenant. Un jour, je me fis mal au pied en marchant, et je n’aurais su comment revenir, car, dans ce temps-là, il ne fallait pas parler de voitures dans les chemins de Saint-Chartier, si le curé ne m’eût offert de me prendre en croupe sur sa jument ; mais j’aurais mieux fait de prendre en croupe le curé, car il était si vieux alors qu’il s’endormait au mouvement du cheval. Je rêvassais en regardant la campagne, lorsque je m’aperçus que la bête, après avoir progressivement ralenti son allure, s’était arrêtée pour brouter, et que le curé ronflait de tout son cœur. Heureusement l’habitude l’avait rendu solide cavalier, même dans son sommeil ; je jouai du talon, et la jument, qui savait son chemin, nous conduisit à bon port, malgré qu’elle eût la bride sur le cou.

Après le dîner, où il mangeait et buvait copieusement, il se rendormait au coin du feu, et, de ses ronflemens, faisait trembler les vitres. Puis il s’éveillait et me demandait un petit air de clavecin ou d’épinette : il ne pouvait pas dire piano, l’expression lui semblant trop nouvelle. À mesure qu’il vieillissait, il n’entendait plus les basses ; les notes aiguës de l’instrument lui chatouillaient encore un peu le tympan. Un jour il me dit : « Je n’entends plus rien du tout. Allons, me voilà vieux ! » Pauvre homme ! il y avait longtemps qu’il l’était. Et pourtant, il montait encore à cheval à dix heures du soir, et s’en retournait, en plein hiver à son presbytère, sans vouloir être accompagné. Quelques heures avant de mourir, il dit au domestique, que j’avais envoyé savoir de ses nouvelles : « Dites à Aurore qu’elle ne m’envoie plus rien ; je n’ai plus besoin de rien ; et dites-lui aussi que je l’aime bien, ainsi que ses enfans. »

Il me semble que la plus grande preuve d’attachement qu’on puisse revendiquer, c’est d’avoir occupé les dernières pensées d’un mourant. Peut-être aussi y a-t-il là quelque chose de prophétique qui doit inspirer de la confiance ou de l’effroi. Lorsque la supérieure de mon couvent mourut, de soixante pensionnaires qui l’intéressaient toutes à peu près également, elle ne songea qu’à moi, à qui pourtant elle n’avait jamais témoigné une sollicitude particulière. « Pauvre Dupin, dit-elle à plusieurs reprises dans son agonie, je la plains bien de perdre sa grand’mère. » Elle rêvait que c’était ma grand’mère qui était malade et mourante à sa place. Cela me laissa une grande inquiétude et une sorte d’appréhension superstitieuse de quelque malheur imminent.

Ce fut vers l’âge de sept ans que je commençai à subir le préceptorat de Deschartres. Je fus assez longtemps sans avoir à m’en plaindre, car, autant il était rude et brutal avec Hippolyte, autant il fut calme et patient avec moi dans les premières années. C’est pour cela que je fis de rapides progrès avec lui, car il démontrait fort clairement et brièvement quand il était de sang-froid ; mais dès qu’il s’animait, il devenait diffus, embarrassé dans ses démonstrations, et la colère le faisant bégayer, le rendait tout à fait inintelligible. Il maltraitait et rudoyait horriblement le pauvre Hippolyte, qui pourtant avait de la facilité et une mémoire excellente. Il ne voulait pas tenir compte du besoin d’activité d’une robuste nature que de trop longues leçons exaspéraient. J’avoue bien, malgré mon amitié pour mon frère, que c’était un enfant insupportable. Il ne songeait qu’à briser, à détruire, à taquiner, à jouer de mauvais tours à tout le monde. Un jour, il lançait des tisons enflammés dans la cheminée, sous prétexte de sacrifier aux dieux infernaux et il mettait le feu à la maison. Un autre jour, il mettait de la poudre dans une grosse bûche pour qu’elle fît explosion dans le foyer et lançât le pot-au-feu au milieu de la cuisine. Il appelait cela étudier la théorie des volcans. Et puis il attachait une casserole à la queue des chiens et se plaisait à leur fuite désordonnée et à leurs cris d’épouvante à travers le jardin. Il mettait des sabots aux chats, c’est à dire qu’il leur engluait les quatre pieds dans des coquilles de noix et qu’il les lançait ainsi sur la glace ou sur les parquets, pour les voir glisser, tomber, et retomber cent fois avec des juremens épouvantables. D’autres fois il disait être Calchas, le grand-prêtre des Grecs, et, sous prétexte de sacrifier Iphigénie sur la table de la cuisine, il prenait le couteau destiné à de moins illustres victimes : et, s’évertuant à droite et à gauche, il blessait les autres ou lui-même.

Je prenais bien quelquefois un peu de part à ses méfaits dans la mesure de mon tempérament qui était moins fougueux. Un jour que nous avions vu tuer un cochon gras dans la basse-cour, Hippolyte s’imagina de traiter comme tels les concombres du jardin. Il leur introduisait une petite brochette de bois dans l’extrémité qui, selon lui, représentait le cou de l’animal : puis, pressant du pied ces malheureux légumes, il en faisait sortir tout le jus. Ursule le recueillait dans un vieux pot à fleurs pour faire le boudin, et j’allumais gravement un feu fictif à côté pour faire griller le porc, c’est à dire le concombre, ainsi que nous l’avions vu pratiquer au boucher. Ce jeu nous plut tellement que, passant d’un concombre à l’autre, choisissant d’abord les plus gras, et finissant par les moins rebondis, nous dévastâmes lestement une couche, objet des sollicitudes du jardinier. Je laisse à penser quelle fut sa douleur quand il vit cette scène de carnage. Hippolyte, au milieu des cadavres, ressemblait à Ajax immolant dans son délire les troupeaux de l’armée des Grecs. Le jardinier porta plainte, et nous fûmes punis : mais cela ne fit pas revivre les concombres, et on n’en mangea pas cette année-là.

Un autre de nos méchans plaisirs était de faire ce que les enfans de notre village appellent des trompe-chien. C’est un trou que l’on remplit de terre légère délayée dans de l’eau. On le recouvre avec de petits bâtons ; sur lesquels on place des ardoises et une légère couche de terre ou de feuilles sèches, et quand ce piége est établi au milieu d’un chemin ou d’une allée de jardin, on guette les passans et on se cache dans les buissons pour les voir s’embourber, en vociférant contre les gamins abominables qui s’inventent de pareils tours[5]. Pour peu que le trou soit profond, il y a de quoi se casser les jambes ; mais les nôtres n’offraient pas ce danger-là, ayant une assez grande surface. L’amusant, c’était de voir la terreur du jardinier qui sentait la terre manquer sous ses pieds dans les plus beaux endroits de ses allées ratissées, et qui en avait pour une heure à réparer le dommage. Un beau jour, Deschartres y fut pris. Il avait toujours de beaux bas à côtes, bien blancs, des culottes courtes et de jolies guêtres de nankin, car il était vaniteux de son pied et de sa jambe ; il était d’une propreté extrême et recherché dans sa chaussure ; avec cela, comme tous les pédans c’est un signe caractéristique à quoi on peut les reconnaître à coup sûr, même quand ils ne font pas métier de pédagogues, il marchait toujours le jarret tendu et les pieds en dehors. Nous marchions derrière lui pour mieux jouir du coup d’œil. Tout d’un coup le sol s’affaisse, et le voilà jusqu’à mi-jambe dans une glaise jaune, admirablement préparée pour teindre ses bas. Hippolyte fit l’étonné, et toute la fureur de Deschartres dut retomber sur Ursule et sur moi. Mais nous ne le craignions guère ; nous étions bien loin avant qu’il eût repêché ses souliers.

Comme Deschartres battait cruellement mon pauvre frère, et qu’il se contentait de dire des sottises aux petites filles, il était convenu, entre Hippolyte, Ursule et moi, que nous prendrions beaucoup de ces sortes de choses sur notre compte, et même nous avions, pour mieux donner le change, une petite comédie tout arrangée et qui eut du succès pendant quelque temps. Hippolyte prenait l’initiative : « Voyez ces petites sottes ! criait-il aussitôt qu’il avait cassé une assiette ou fait crier un chien trop près de l’oreille de Deschartres, elles ne font que du mal ! voulez-vous bien finir, mesdemoiselles ! » Et il se sauvait, tandis que Deschartres, mettant le nez à la fenêtre, s’étonnait de ne pas voir les petites filles.

Un jour que Deschartres était allé vendre des bêtes à la foire, car l’agriculture et la régie de nos fermes l’occupaient en première ligne, Hippolyte, étant sensé étudier sa leçon dans la chambre du grand homme, s’imagina de faire le grand homme tout de bon. Il endosse la grande veste de chasse, qui lui tombait sur les talons, il coiffe la casquette à soufflet, et le voilà qui se promène dans la chambre en long et en large, les pieds en dehors, les mains derrière le dos, à la manière du pédagogue. Puis il s’étudie à imiter son langage. Il s’approche du tableau noir, fait des figures avec de la craie, entame une démonstration, se fâche, bégaie, traite son élève d’ignorant crasse et de butor ; puis, satisfait de son talent d’imitation, il se met à la fenêtre et apostrophe le jardinier sur la manière dont il taille les arbres, et le critique, le réprimande, l’injurie, le menace… le tout dans le style de Deschartres, et avec ses éclats de voix accoutumés. Soit que ce fut assez bien imité, soit la distance, le jardinier qui, dans tous les cas, était un garçon simple et crédule, y fut pris, et commença à répondre et à murmurer. Mais quelle fut sa stupeur quand il vit à quelques pas de lui le véritable Deschartres, qui assistait à cette scène et ne perdait pas un des gestes ni une des paroles de son sosie. Deschartres aurait dû en rire, mais il ne supportait pas qu’on s’attaquât à sa personnalité, et, par malheur, Hippolyte ne le vit pas, caché qu’il était par les arbres. Deschartres, qui était rentré de la foire plus tôt qu’on ne l’attendait, monta sans bruit à sa chambre et en ouvrit brusquement la porte, au moment où l’espiègle disait d’une grosse voix à un Hippolyte supposé : « Vous ne travaillez pas, voilà une écriture de chat et une orthographe de crocheteur ; pim ! pan ! voilà pour vos oreilles, animal que vous êtes ! »

En ce moment la scène fut double, et pendant que le faux Deschartres souffletait un Hippolyte imaginaire, le vrai Deschartres souffletait le véritable Hippolyte.

J’apprenais la grammaire avec Deschartres et la musique avec ma grand’mère. Ma mère me faisait lire et écrire. On ne me parlait d’aucune religion, bien qu’on me fît lire l’Histoire sainte. On me laissait libre de croire et de rejeter à ma guise les miracles de l’antiquité. Ma mère me faisait dire ma prière à genoux, à côté d’elle qui n’y manquait pas, qui n’y a jamais manqué. Et même c’étaient d’assez longues prières ; car, après que j’avais fini les miennes et que j’étais couchée, je la voyais encore à genoux, la figure dans ses mains et profondément absorbée. Elle n’allait pourtant jamais à confesse et faisait gras le vendredi ; mais elle ne manquait pas la messe le dimanche, ou, quand elle était forcée de la manquer, elle faisait double prière ; et quand ma grand’mère lui demandait pourquoi elle pratiquait ainsi à moitié, elle répondait : « J’ai ma religion, de celle qui est prescrite, j’en prends et j’en laisse. Je ne peux pas souffrir les prêtres ; ce sont des caffards, et je n’irai jamais leur confier mes pensées qu’ils comprendraient tout de travers. Je crois que je ne fais point de mal, parce que, si j’en fais, c’est malgré moi. Je ne me corrigerai pas de mes défauts, je n’y peux rien ; mais j’aime Dieu d’un cœur sincère, je le crois trop bon pour nous punir dans l’autre vie. Nous sommes bien assez châtiés de nos sottises dans celle-ci. J’ai pourtant grand’peur de la mort, mais c’est parce que j’aime la vie, et non parce que je crains de comparaître devant Dieu, en qui j’ai confiance, et que je suis sûre de n’avoir jamais offensé avec intention. — Mais que lui dites-vous dans vos longues prières ? — Je lui dis que je l’aime ; je me console avec lui de mes chagrins et je lui demande de me faire retrouver mon mari dans l’autre monde. — Mais qu’allez-vous faire à la messe ? vous n’y entendez goutte ? — J’aime à prier dans une église ; je sais bien que Dieu est partout ; mais, dans l’église, je le vois mieux, et cette prière en commun me paraît meilleure. J’y ai beaucoup de distractions, cela dure trop longtemps ; mais enfin il y a un bon moment où je prie Dieu de tout mon cœur, et cela me soulage. — Pourtant, lui disait encore ma grand’mère, vous fuyez les dévots ? — Oui, répondait-elle, parce qu’ils sont intolérans et hypocrites, et je crois que si Dieu pouvait haïr ses créatures, les dévots et les dévotes surtout seraient celles qu’il haïrait le plus. — Vous condamnez par là votre religion même, puisque les personnes qui la pratiquent le mieux sont les plus haïssables et les plus méchantes qui existent. Cette religion est donc mauvaise, et, plus on s’en éloigne, meilleur on est ; n’est-ce pas la conséquence de votre opinion ? — Vous m’en demandez trop long, disait ma mère. Je n’ai pas été habituée à raisonner mes sentimens, je vais comme je me sens poussée, et tout ce que mon cœur me conseille, je le fais sans en demander la raison à mon esprit. »

On voit par là, et par l’éducation qui m’était donnée, ou plutôt par l’absence d’éducation religieuse raisonnée, que ma grand’mère n’était pas du tout catholique. Ce n’était pas seulement les dévots qu’elle haïssait, comme faisait ma mère, c’était la dévotion, c’était le catholicisme qu’elle jugeait froidement et sans pitié. Elle n’était pas athée, il s’en faut beaucoup. Elle croyait à cette sorte de religion naturelle enseignée et peu définie par les philosophes du dix-huitième siècle. Elle se disait déiste, et repoussait avec un égal dédain tous les dogmes, toutes les formes de religion. Elle tenait, disait-elle, Jésus-Christ en grande estime, et, admirant l’Évangile comme une philosophie parfaite, elle plaignait la vérité d’avoir toujours été entourée d’une fabulation plus ou moins ridicule.

Je dirai plus tard ce que j’ai gardé ou perdu, adopté ou rejeté de ses jugemens. Mais, suivant pas à pas le développement de mon être, je dois dire que, dans mon enfance, mon instinct me poussait beaucoup plus vers la foi naïve et confiante de ma mère que vers l’examen critique et un peu glacé de ma bonne maman. Sans qu’elle s’en doutât, ma mère portait de la poésie dans son sentiment religieux, et il me fallait de la poésie ; non pas de cette poésie arrangée et faite après mûre réflexion, comme on essayait d’en faire alors pour réagir contre le positivisme du dix-huitième siècle, mais de celle qui est dans le fait même et qu’on sent dans l’enfance sans savoir ce que c’est et quel nom on lui donne. En un mot, j’avais besoin de poésie, comme le peuple, comme ma mère, comme le paysan qui se prosterne un peu devant le bon Dieu, un peu devant le diable, prenant quelquefois l’un pour l’autre et cherchant à se rendre favorables toutes les mystérieuses puissances de la nature.

J’aimais le merveilleux passionnément, et mon imagination ne trouvait pas son compte aux explications que m’en donnait ma grand’mère. Je lisais avec un égal plaisir les prodiges de l’antiquité juive et païenne. Je n’aurais pas mieux demandé que d’y croire. Ma grand’mère, faisant de temps en temps un court et sec appel à ma raison, je ne pouvais pas arriver à la foi. Mais je me vengeais du petit chagrin que cela me causait en ne voulant rien nier intérieurement. C’était absolument comme pour mes contes de fées, auxquels je ne croyais plus qu’à demi, en de certains momens et comme par accès.

Les nuances que revêt le sentiment religieux suivant les individus, est une affaire d’organisation, et je ne fais pas le procès à la dévotion comme ma grand’mère, à cause des vices de la plupart des dévots. La dévotion est une exaltation de nos facultés mentales, comme l’ivresse est une exaltation de nos facultés physiques. Tout vin enivre quand on boit trop, et ce n’est pas la faute du vin. Il y a des gens qui en supportent beaucoup et qui n’en sont que plus lucides ; il en est d’autres qu’une petite dose rend idiots ou furieux, mais, en somme, je crois que le vin ne nous fait révéler que ce que nous avons en nous de bon ou de mauvais, et le meilleur vin du monde fait mal à ceux qui ont la tête faible ou le caractère irritable.

L’exaltation religieuse, sur quelque dogme qu’elle s’appuie, est donc un état de l’âme sublime, odieux ou misérable, selon que le vase où fermente cette brûlante liqueur est solide ou fragile. Cette surexcitation de notre être fait de nous des saints ou des persécuteurs, des martyrs ou des bourreaux, et ce n’est certainement pas la faute du christianisme si les catholiques ont inventé l’inquisition et les tortures.

Ce qui me choque dans les dévots en général, ce ne sont pas les défauts qui tiennent invinciblement à leur organisation, c’est l’absence de logique de leur vie et de leurs opinions. Ils ont beau dire, ils font comme faisait ma mère : ils en prennent et ils en laissent, et ils n’ont pas ce droit que ma mère s’arrogeait, avec raison, elle qui ne se piquait point d’orthodoxie. Quand j’ai été dévote, je ne me passais rien, et je ne faisais pas un mouvement sans m’en rendre compte et sans demander à ma conscience timorée s’il m’était permis de marcher du pied droit ou du pied gauche. Si j’étais dévote aujourd’hui, je n’aurais peut-être pas l’énergie d’être intolérante avec les autres, parce que le caractère ne s’abjure jamais ; mais je serais intolérante vis-à-vis de moi-même, et l’âge mûr conduisant à une sorte de logique positive, je ne trouverais rien d’assez austère pour moi. Je n’ai donc jamais compris les dames du monde qui vont au bal, qui montrent leurs épaules, qui songent à se faire belles, et qui pourtant reçoivent tous leurs sacremens, ne négligent aucune prescription du culte, et se croient parfaitement d’accord avec elles-mêmes. Je ne parle pas ici des hypocrites, ce ne sont point des dévotes ; je parle de femmes très naïves et à qui j’ai souvent demandé leur secret pour pécher ainsi sans scrupule contre leur propre conviction, et chacune me l’a expliqué à sa manière, ce qui fait que je ne suis pas plus avancée qu’auparavant.

Je ne comprends pas non plus certains hommes qui croient de bonne foi à l’excellence de toutes les prescriptions catholiques, qui en défendent le principe avec chaleur, et qui n’en suivent aucune. Il me semble que si je croyais tel acte meilleur que tel autre, je n’hésiterais pas à l’accomplir. Il y a plus, je ne me pardonnerais pas d’y manquer. Cette absence de logique chez des personnes que je sais intelligentes et sincères est quelque chose que je n’ai jamais pu m’expliquer. Cela s’expliquera peut-être pour moi quand je repasserai mes souvenirs avec ordre, ce qui m’arrivera, certes, pour la première fois de ma vie, en les écrivant, et je pourrai analyser la situation de l’âme aux prises avec la foi et le doute, en me rappelant comment je devins dévote et comment je cessai de l’être.

À sept ou huit ans, je sus à peu près ma langue. C’était trop tôt, car on me fit passer tout de suite à d’autres études, et on négligea de me faire repasser la grammaire. On me fit beaucoup griffonner ; on s’occupa de mon style, et on ne m’avertit qu’incidemment des incorrections qui se glissaient peu à peu dans mon langage, à mesure que j’étais entraînée par la facilité de m’exprimer par écrit. Au couvent, il fut entendu que je savais assez de français pour qu’on ne me fît point suivre les leçons des classes ; et, en effet, je me tirai fort bien à l’épreuve des faciles devoirs distribués aux élèves de mon âge ; mais, plus tard, quand je me livrai à mon propre style, je fus souvent embarrassée. Je dirai comment, au sortir du couvent, je rappris moi-même le français, et comment, douze ans plus tard, lorsque je voulus écrire pour le public, je m’aperçus que je ne savais encore rien ; comment je fis une nouvelle étude, qui, trop tardive, ne me servit guère, ce qui est cause que j’apprends encore ma langue en la pratiquant, et que je crains de ne la savoir jamais : la pureté, la correction seraient pourtant un besoin de mon esprit, aujourd’hui surtout, et ce n’est jamais par négligence ni par distraction que je pèche, c’est par ignorance réelle.

Le malheur vint de ce que Deschartres, partageant le préjugé qui préside à l’éducation des hommes, s’imagina que, pour me perfectionner dans la connaissance de ma langue, il lui fallait m’enseigner le latin. J’apprenais très volontiers tout ce qu’on voulait, et j’avalai le rudiment avec résignation. Mais le français, le latin et le grec qu’on apprend aux enfans prennent trop de temps : soit qu’on les enseigne par de mauvais procédés, ou que ce soient les langues les plus difficiles du monde, ou encore que l’étude d’une langue quelconque soit ce qu’il y a de plus long et de plus difficile pour les enfans : toujours est-il qu’à moins de facultés toutes spéciales, on sort du collége sans savoir ni le latin, ni le français, et le grec encore moins. Quant à moi, le temps que je perdis à ne pas apprendre le latin fit beaucoup de tort à celui que j’aurais pu employer à apprendre le français, dans cet âge où l’on apprend mieux que dans tout autre.

Heureusement je cessai le latin d’assez bonne heure, ce qui fait que, sachant mal le français, je le sais encore mieux que la plupart des hommes de mon temps. Je ne parle pas ici des littérateurs, que je soupçonne fort de n’avoir pas pris leur forme et leur style au collége, mais du grand nombre des hommes qui ont parfait leurs études classiques sans songer depuis à faire de la langue une étude spéciale. Si on veut bien le remarquer, on s’apercevra qu’ils ne peuvent écrire une lettre de trois pages sans qu’il s’y rencontre une faute de langage ou d’orthographe. On remarquera aussi que les femmes de vingt à trente ans, qui ont reçu un peu d’éducation, écrivent le français généralement mieux que les hommes, ce qui tient, selon moi, à ce qu’elles n’ont pas perdu huit ou dix ans de leur vie à essayer d’apprendre les langues mortes.

Tout cela est pour dire que j’ai toujours trouvé déplorable le système adopté pour l’instruction des garçons, et je ne suis pas seule de cet avis. J’entends dire à tous les hommes qu’ils ont perdu leur temps et l’amour de l’étude au collége. Ceux qui y ont profité sont des exceptions. N’est-il donc pas possible d’établir un système où les intelligences ordinaires ne seraient pas sacrifiées aux besoins des intelligences d’élite ?



CHAPITRE CINQUIÈME.

Tyrannie et faiblesse de Deschartres. — Le menuet de Fischer. — Le livre magique. — Nous évoquons le diable. — Le chercheur de tendresse. — Les premières amours de mon frère. — Pauline. — M. Gogault et M. Loubens. — Les talens d’agrément. — Le maréchal Maison. — L’appartement de la rue Thiroux. — Grande tristesse à 7 ans, en prévision du mariage. — Départ de l’armée pour la campagne de Russie. — Nohant. — Ursule et ses sœurs. — Effet du jeu sur moi. — Mes vieux amis. — Système de guerre du czar Alexandre. — Moscou.


Nous prenions nos leçons dans la chambre de Deschartres, chambre tenue très proprement à coup sûr, mais où régnait une odeur de savonnette à la lavande qui avait fini par me devenir nauséabonde. Mes leçons, à moi, n’étaient pas longues ; mais celles de mon pauvre frère duraient toute l’après-midi, parce qu’il était condamné à étudier pour son compte, et à préparer son devoir sous les yeux du pédagogue. Il est vrai que, quand on ne le gardait pas à vue, il n’ouvrait pas seulement son livre. Il s’enfuyait à travers champs, et on ne le voyait plus de la journée. Dieu avait certainement créé et mis au monde cet enfant impétueux pour faire faire pénitence à Deschartres ; mais Deschartres, tyran par nature, ne prenait pas ses escapades en esprit de mortification. Il le rendait horriblement malheureux, et il fallut que l’enfant fût de bronze pour ne pas éclater sous cette dure contrainte.

Ce n’était pas le latin qui faisait son martyre, on ne le lui enseignait pas ; c’étaient les mathématiques, pour lesquelles il avait montré de l’aptitude, et il en avait véritablement. Il ne haïssait pas l’étude en elle-même, mais il préférait le mouvement et la gaîté dont il avait un impérieux besoin. Deschartres lui enseignait aussi la musique. Le flageolet étant son instrument favori, Hippolyte dut l’apprendre bon gré mal gré ; on lui fit emplette d’un flageolet en buis, et Deschartres, armé de son flageolet d’ébène monté en ivoire, lui en appliquait de violens coups sur les doigts à chaque fausse note. Il y a un certain menuet de Fischer qui aurait dû laisser des calus sur les mains de l’élève infortuné. Cela était d’autant plus coupable de la part de Deschartres que, quelque irrité qu’il fût, il pouvait toujours se vaincre jusqu’à un certain point avec les personnes qu’il aimait. Il n’avait jamais brutalisé l’enfance de mon père, et jamais il ne s’emporta contre moi jusqu’à un essai de voie de fait, qu’une seule fois en sa vie. Il avait donc une sorte d’aversion pour Hippolyte, à cause des mauvais tours et des moqueries de celui-ci, et pourtant il lui portait, à cause de mon père, un véritable intérêt. Rien ne l’obligeait à l’instruire, et il s’y employait avec une obstination qui n’était pas de la vengeance, car il eût été vite dégoûté d’une satisfaction que son élève lui faisait payer si cher. Il s’était imposé cette tâche en conscience ; mais il est bien vrai de dire qu’à l’occasion le ressentiment y trouvait son compte.

Quand j’allais prendre mes leçons auprès d’Hippolyte, accoudé sur sa table et jouant aux mouches quand on ne le regardait pas, Ursule était toujours là. Deschartres aimait cette petite fille pleine d’assurance qui lui tenait tête et lui répliquait fort à propos. Comme tous les hommes violens, Deschartres aimait parfois la résistance ouverte et devenait débonnaire, faible même avec ceux qui ne le craignaient pas. Le tort d’Hippolyte et son malheur était de ne lui jamais dire en face qu’il était injuste et cruel. S’il l’eût menacé une seule fois de se plaindre à ma grand’mère ou de quitter la maison, Deschartres eût certainement fait un retour sur lui-même ; mais l’enfant le craignait, le haïssait et ne se consolait que par la vengeance.

Il est certain qu’il y était ingénieux et qu’il avait un esprit diabolique pour observer et relever les ridicules. Souvent, au milieu de la leçon, Deschartres était appelé dans la maison ou dans la cour de la ferme par quelque détail de son exploitation. Ces absences étaient mises à profit pour se moquer de lui. Hippolyte prenait le flageolet d’ébène et singeait le profess eur avec un rare talent d’imitation. Il n’y avait rien de plus ridicule, en effet, que Deschartres jouant du flageolet. Cet instrument champêtre était déjà ridicule par lui-même dans les mains d’un personnage si solennel et au milieu d’un visage si refrogné d’habitude. En outre, il le maniait avec une extrême prétention, arrondissant les doigts avec grâce, dandinant son gros corps et pinçant la lèvre supérieure avec une affectation qui lui donnait la plus plaisante figure du monde. C’était dans le menuet de Fischer surtout qu’il déployait tous ses moyens, et Hippolyte savait très bien par cœur ce morceau qu’il ne pouvait venir à bout de lire proprement quand la musique écrite et la figure menaçante de Deschartres étaient devant ses yeux ; mais à force de le contrefaire, il l’avait appris malgré lui, et je crois qu’il ne fit jamais d’autre étude musicale que celle-là.

Ursule, qui était fort sage pendant la leçon, devenait fort turbulente dans les entr’actes. Elle grimpait partout, feuilletait tous les livres, bousculait toutes les pantoufles et toutes les savonnettes, et riait à se rouler par terre de toutes les remarques dénigrantes d’Hippolyte sur la toilette, les habitudes et les manières du pédagogue. Il avait toujours sur les rayons de sa bibliothèque une quantité de petits sacs de graines qu’il expérimentait dans le jardin, rêvant sans cesse au moyen d’acclimater quelque nouvelle plante fourragère, fromentale ou légumineuse dans le département, et se flattant d’éclipser la gloire de ses concurrens au comité d’agriculture. Nous prenions soin de lui mêler toutes ces graines triées avec tant de scrupule par ses propres mains, nous mélangions le pastel avec le colza, et le sarrazin avec le millet, si bien que les graines poussaient tout de travers, et qu’il récoltait de la luzerne là où il avait semé des raves. Il entassait manuscrits sur manuscrits pour prouver à ses confrères de la Société d’agriculture que M. Cadet de Vaux était un âne et M. Rougier de la Bergerie un veau ; car c’était en ces termes peu parlementaires qu’il faisait la guerre aux systèmes de ses concurrens dans le comice agricole. Nous dérangions les feuillets de ses opuscules et nous ajoutions des lettres à plusieurs mots pour y faire des fautes d’orthographe. Il lui arriva une fois d’envoyer le manuscrit ainsi embelli à l’imprimerie, et quand on lui renvoya ses épreuves à corriger, il entra dans une colère épouvantable contre le crétin de prote qui faisait de pareilles bévues.

Parmi ses livres, il y en avait plusieurs qui excitaient vivement notre curiosité : entre autres, le Grand Albert et le Petit Albert, et divers manuels d’économie rurale et domestique, fort anciens et remplis de billevesées. Il y en avait un, dont j’ai oublié le titre, que Deschartres avait placé au plus haut de ses rayons, et qu’il prisait pour l’ancienneté de l’édition. Je ne saurais dire au juste de quoi il traite ni ce qu’il vaut. Nous ne pouvions guère le parcourir, car l’escalade pour le saisir et le remettre en place prenait une partie du temps que nous dérobions à la vigilance du maître. Autant que je m’en souviens, il y avait de tout : des remèdes pour guérir les maladies des hommes et des bêtes, des recettes pour les médicamens, les mets, les liqueurs et les poisons. Il y avait aussi de la magie, et c’était là ce qui nous intéressait le plus. Hippolyte avait ouï dire une fois à Deschartres qu’il s’y trouvait une formule de conjuration pour faire paraître le diable. Il s’agissait de la trouver dans tout ce fatras et nous nous y reprîmes à plus de vingt fois. Au moment où nous pensions arriver au magique feuillet, nous entendions retentir sur l’escalier les pas lourds de Deschartres. Il eût été plus simple de lui demander de nous le montrer ; il est probable que, dans un moment de bonne humeur, il nous eût enseigné en riant le procédé pour appeler satan ; mais il nous paraissait bien plus piquant de surprendre le secret nous-mêmes et de faire l’expérience entre nous.

Enfin, un jour que Deschartres était à la chasse, Hippolyte vint nous chercher. Il avait, ou il croyait avoir trouvé parmi divers grimoires, celui qui servait à l’incantation. Il y avait des paroles à dire, des lignes à tracer par terre avec de la craie et je ne sais quelles autres préparations qui m’échappent, et que nous ne pouvions réaliser. Soit qu’Hippolyte se moquât de nous, soit qu’il crût un peu à la vertu des formules, nous fîmes ce qu’il nous prescrivait, lui, le livre à la main, nous, parcourant en différens sens les lignes tracées par terre. C’était une sorte de table de Pythagore, avec des carrés, des losanges, des étoiles, des signes du zodiaque, beaucoup de chiffres et d’autres figures cabalistiques dont le souvenir est assez confus en moi.

Ce que je me rappelle bien, c’est l’espèce d’émotion qui nous gagnait à mesure que nous opérions ; il était dit que le premier indice du succès de l’opération serait le jaillissement d’une flamme bleuâtre sur certains chiffres ou certaines figures, et nous attendions ce prodige avec une certaine anxiété. Nous n’y croyions pourtant pas, Hippolyte étant déjà assez esprit fort, et moi ayant été habituée, par ma mère et ma grand’mère (d’accord sur ce point), à regarder l’existence du diable comme une imposture, la fiction d’un croquemitaine pour les petits enfans. Mais Ursule eut peur tout en riant, et quitta la chambre, sans qu’il fût possible de l’y ramener.

Alors, mon frère et moi, nous trouvant seuls à l’œuvre, et la gaîté de notre compagne ne nous soutenant plus, nous reprîmes l’opération avec une sorte de courage. Malgré nous, l’imagination s’allumait, et l’attente d’un prodige quelconque nous agitait un peu. Aussitôt que les flammes paraîtraient, nous pouvions en rester là et ne pas insister pour que, sous les chiffres du milieu, le plancher fût percé par les deux cornes de Lucifer. « Bah ! disait Hippolyte, il est écrit dans le livre que les personnes qui n’oseraient pas aller jusqu’au bout, peuvent, en effaçant bien vite certains chiffres, faire rentrer le diable sous terre, au moment où il passe la tête dehors. Seulement, il faut éviter que ses yeux soient sortis, car aussitôt qu’il vous a regardé vous n’êtes plus maître de le renvoyer avant de lui avoir parlé : moi, je ne sais pas si je l’oserais, mais tout au moins, je voudrais voir le bout de ses cornes.

«  — Mais s’il nous regarde, et s’il faut lui parler, disais-je, que lui dirons-nous ?

«  — Ma foi, répondait Hippolyte, je lui commanderai d’emporter Deschartres, son flageolet et tous ses vieux bouquins. »

Nous prenions certainement la chose en plaisanterie en devisant ainsi, mais nous n’en étions pas moins émus. Les enfans ne peuvent jouer avec le merveilleux sans en ressentir quelque ébranlement, et, sous ce rapport, les hommes du passé ont été des enfans bien autrement crédules que nous ne l’étions.

Nous complétâmes l’expérience comme nous pûmes, et non seulement le diable ne vint pas, mais encore il n’y eut pas la moindre petite flamme. Nous mettions pourtant l’oreille sur le carreau, et Hippolyte prétendait entendre un petit pétillement précurseur des premières étincelles ; mais il se moquait de moi et je n’en étais pas dupe, tout en feignant d’écouter et d’entendre aussi quelque chose. Ce n’était qu’un jeu, mais un jeu qui nous faisait battre le cœur. Nos plaisanteries nous rassuraient et tenaient notre raison éveillée, mais je ne sais pas si nous eussions osé jouer ainsi avec l’enfer l’un sans l’autre. Je ne crois pas qu’Hippolyte l’ait essayé depuis.

Nous étions cependant un peu désappointés d’avoir pris tant de peine pour rien, et nous nous consolâmes en reconnaissant que nous n’avions pas la moitié des objets désignés dans le livre pour accomplir le charme. Nous nous promîmes de nous les procurer, et, en effet, pendant quelques jours, nous recueillîmes certaines herbes et certains chiffons. Mais comme il y avait une foule d’autres prescriptions scientifiques que nous ne comprenions pas, et d’ingrédiens qui nous étaient complétement inconnus, la chose n’alla pas plus loin.

Le flageolet de Deschartres me rappelle qu’il y avait à la Châtre un fou qui venait souvent demander à notre précepteur de lui jouer un petit air, et celui-ci n’avait garde de le lui refuser, car c’était un auditeur très attentif, le seul probablement qu’il ait jamais charmé. Ce fou s’appelait M. Demai. Il était jeune encore, habillé très proprement et d’une figure agréable, sauf une grande barbe noire qu’on était convenu de trouver très effrayante à cette époque, où l’on se rasait entièrement la figure, et où les militaires seuls portaient la moustache. Il était doux et poli ; sa folie était une mélancolie profonde, une sorte de préoccupation solennelle. Jamais un sourire, le calme d’un désespoir ou d’un ennui sans bornes. Il arrivait seul à toute heure du jour, et nous remarquions avec surprise que les chiens, qui étaient fort méchans, aboyaient de loin après lui, s’approchaient avec méfiance pour flairer ses habits et se retiraient aussitôt, comme s’ils eussent compris que c’était un être inoffensif et sans conséquence. Lui, sans faire aucune attention aux chiens, entrait dans la maison ou dans le jardin, et bien qu’avant sa folie il n’eût jamais eu aucune relation avec nous, il s’arrêtait auprès de la première personne qu’il rencontrait, lui disait une ou deux paroles et restait là plus ou moins longtemps, sans qu’il fût nécessaire de s’occuper de lui. Quelquefois il entrait chez ma grand’mère sans frapper, sans songer à se faire annoncer, lui demandait très poliment de ses nouvelles, répondait à ses questions qu’il se portait fort bien, prenait un siége sans y être invité, et demeurait impassible, pendant que ma grand’mère continuait à écrire ou à me donner ma leçon. Si c’était la leçon de musique, il se levait, se plaçait debout derrière le clavecin, et y restait immobile jusqu’à la fin.

Lorsque sa présence devenait gênante, on lui disait : « Eh bien, monsieur Demai, désirez-vous quelque chose ? — Rien de nouveau, répondait-il, je cherche la tendresse. — Est-ce que vous ne l’avez pas trouvée encore, depuis le temps que vous la cherchez ? — Non, disait-il, et pourtant j’ai cherché partout. Je ne sais où elle peut être. — Est-ce que vous l’avez cherchée dans le jardin ? — Non, pas encore, disait-il, et, frappé d’une idée subite, il allait au jardin, se promenait dans toutes les allées, dans tous les coins, s’asseyait sur l’herbe à côté de nous pour regarder nos jeux, d’un air grave, montait chez Deschartres, entrait chez ma mère, et même dans les chambres inhabitées, parcourait toute la maison, ne demandant rien à personne, et se contentant de répondre à qui l’interrogeait « qu’il cherchait la tendresse. » Les domestiques, pour s’en débarrasser, lui disaient : « Ça ne se trouve pas ici ; allez du côté de la Châtre. Bien sûr, vous la rencontrerez par là. » Quelquefois il avait l’air de comprendre qu’on le traitait comme un enfant. Il soupirait et s’en allait. D’autres fois, il avait l’air de croire à ce qu’on lui disait, et regagnait la ville à pas précipités.

Je crois avoir entendu dire qu’il était devenu fou par chagrin d’amour, mais qu’il le serait devenu pour une cause quelconque, parce qu’il y avait d’autres fous dans sa famille. Quoi qu’il en soit, je ne me rappelle pas ce pauvre chercheur de tendresse sans attendrissement. Nous l’aimions, nous autres enfans, sans autre motif que la compassion, car il ne nous disait presque rien, et faisait si peu d’attention à nous, malgré qu’il nous regardât jouer ensemble des heures entières, qu’il ne nous reconnaissait pas les uns d’avec les autres. Il appelait Hippolyte M. Maurice, et demandait souvent à Ursule si elle était Mlle Dupin, ou à moi si j’étais Ursule. Nous avions pour son infortune un respect d’instinct, car nous ne l’avons jamais raillé ni évité. Il ne répondait guère aux questions et semblait se trouver content quand on ne le repoussait ni ne le fuyait. Peut-être eût-il été très curable par un traitement soutenu de douceur, de distractions et d’amitié ; mais probablement les soins moraux et intelligens lui manquaient, car il venait toujours seul et s’en allait de même. Il a fini par se suicider. Du moins, on l’a trouvé noyé dans un puits, où, sans doute, l’infortuné cherchait la tendresse, cet introuvable objet de ses douloureuses aspirations.

Ma mère nous quitta au commencement de l’automne. Elle ne pouvait abandonner Caroline, et se voyait forcée de partager sa vie entre ses deux enfans. Elle me raisonna beaucoup pour m’empêcher de vouloir la suivre. J’avais un vif chagrin : mais nous devions tous partir pour Paris à la fin d’octobre. C’était deux mois de séparation tout au plus, et l’effroi qui s’était emparé de moi l’année précédente à l’idée d’une séparation absolue, était dissipé par la manière dont j’avais vécu auprès d’elle, presque sans interruption, depuis ce temps-là. Elle me fit comprendre que Caroline avait besoin d’elle, que nous serions bientôt réunies à Paris, qu’elle viendrait encore à Nohant l’année suivante. Je me soumis.

Ces deux mois se passèrent sans encombre : je m’habituais aux manières imposantes de ma bonne maman ; j’étais devenue assez raisonnable pour obéir sans effort, et elle s’était, de son côté, un peu relâchée envers moi de ses exigences de bonne tenue. À la campagne, elle était moins frappée des inconvéniens de mon laisser-aller. C’est à Paris qu’en me comparant aux petites poupées du beau monde, elle s’effrayait de mon franc parler et de mes allures de paysanne. Alors recommençait la petite persécution qui me profitait si peu.

Nous quittâmes Nohant, ainsi qu’on me l’avait promis, aux premiers froids. Il fut décidé qu’on mettrait Hippolyte en pension à Paris pour le dégrossir aussi de ses manières rustiques. Deschartres s’offrit à l’y conduire, à faire choix de l’établissement destiné au bonheur de posséder un élève si gentil, et à l’y installer. On lui fit donc un trousseau ; et comme il devait aller prendre avec Deschartres la diligence à Châteauroux, il fut convenu que nous traverserions la brande ensemble, nous dans la voiture, conduite par Saint-Jean et les deux vieux chevaux, Hippolyte et Deschartres à cheval sur les paisibles jumens de la ferme. Mais quelques jours avant de partir, on s’avisa que, pour faire cette partie d’équitation, il lui fallait des bottes, car la culotte courte et les bas blancs de la première communion n’étaient plus de saison.

Une paire de bottes ! c’était depuis longtemps le rêve, l’ambition, l’idéal, le tourment du gros garçon. Il avait essayé de s’en faire avec de vieilles tiges de Deschartres et un grand morceau de cuir qu’il avait trouvé dans la remise, peut-être le tablier de quelque cabriolet réformé. Il avait travaillé quatre jours et quatre nuits, taillant, cousant, faisant tremper son cuir dans l’auge des chevaux pour l’amollir, et il avait réussi à se confectionner des chaussures informes, dignes d’un Esquimau, mais qui crevèrent le premier jour qu’il les mit. Ses vœux furent donc comblés quand le cordonnier lui apporta de véritables bottes, avec fer au talon et courroies pour recevoir des éperons.

Je crois que c’est la plus grande joie que j’aie vu éprouver à un mortel. Le voyage à Paris, le premier déplacement de sa vie ! la course à cheval, l’idée de se séparer bientôt de Deschartres, tout cela n’était rien en comparaison du bonheur d’avoir des bottes. Lui-même met encore cette satisfaction d’enfant, dans ses souvenirs, au-dessus de toutes celles qu’il a goûtées depuis, et il dit souvent : « Les premières amours ? je crois bien ! les miennes ont eu pour objet une paire de bottes ; et je vous réponds que je me suis trouvé heureux et fier ! »

C’étaient des bottes à la hussarde, selon la mode d’alors, et on les portait par dessus le pantalon plus ou moins collant. Je les vois encore, car mon frère me les fit tant regarder et tant admirer bon gré mal gré, que j’en fus obsédée jusqu’à en rêver la nuit. Il les mit la veille du départ et ne les quitta plus qu’à Paris, car il se coucha avec. Mais il ne put dormir, tant il craignait, non que ses bottes vinssent à déchirer ses draps de lit, mais que ses draps de lit n’enlevassent le brillant de ses bottes. Il se releva donc sur le minuit, et vint dans ma chambre pour les examiner à la clarté du feu qui brillait encore dans la cheminée. Ma bonne, qui couchait dans un cabinet voisin, voulut le renvoyer. Ce fut impossible. Il me réveilla pour me montrer ses bottes, puis s’assit devant le feu ne voulant point dormir, car c’eût été perdre pour quelques instans le sentiment de son bonheur. Pourtant le sommeil vainquit cette ivresse, et quand ma bonne m’éveilla pour partir, nous vîmes Hippolyte qui s’était laissé glisser par terre et qui dormait sur le carreau, devant la cheminée.

Je vis peut-être un peu moins ma mère à Paris dans l’hiver de 1811 à 1812. On m’habituait peu à peu à me passer d’elle, et, de son côté, sentant qu’elle se devait davantage à Caroline, qui n’avait pas de bonne maman pour la gâter, elle secondait le désir qu’on éprouvait de me voir prendre mon parti. J’eus, cette fois, des distractions et des plaisirs conformes à mon âge. Ma grand’mère était liée avec Mme de Fargès, dont la fille, Mme de Pontcarré, avait une fille charmante, nommée Pauline. On nous fit faire connaissance, et nous sommes restées intimement liées jusqu’à l’époque de nos mariages respectifs, qui nous ont éloignées l’une de l’autre, avec des circonstances que je raconterai en leur lieu. Pauline, qui fut plus tard une ravissante jeune fille, était un enfant blond, mince, un peu pâle, vif, agréable et fort enjoué. Elle avait une magnifique chevelure bouclée, des yeux bleus superbes, des traits réguliers. Elle avait, à peu de chose près, le même âge que moi. Comme sa mère était une femme de beaucoup d’esprit, l’enfant n’était point maniéré. Cependant, elle avait une meilleure tenue que moi, elle marchait plus légèrement et perdait beaucoup moins souvent ses gants et son mouchoir. Aussi ma grand’mère me la proposait-elle pour modèle à toute heure, moyen infaillible pour me la faire détester si j’avais eu l’amour-propre qu’on voulait me donner, et si je n’avais pas eu toute ma vie un besoin irrésistible de m’attacher aux êtres avec lesquels le hasard me fait vivre.

J’aimais donc tendrement Pauline qui se laissa aimer : c’était là sa nature. Elle était bonne, sincère, aimable, mais froide. J’ignore si elle a changé. Cela m’étonnerait beaucoup.

Nous prenions toutes nos leçons ensemble, et ma grand’mère n’ayant guère le temps, à Paris, de s’occuper de moi sous ce rapport, Mme de Pontcarré eut la bonté de m’associer aux études de Pauline, comme on associait Pauline à mes leçons. Il vint chez nous, pour nous deux, trois fois par semaine, un maître d’écriture, un maître de danse, une maîtresse de musique. Les autres jours, Mme de Pontcarré venait me chercher, et c’était elle-même qui se donnait la peine de nous faire repasser les principes et de nous mettre les mains sur son piano. Elle était excellente musicienne et chantait avec beaucoup de feu et de grandeur. Sa belle voix et les brillans accompagnemens qu’elle trouvait sur un instrument moins aigre et plus étendu que le clavecin de Nohant, augmentèrent mon goût pour la musique. Après la musique, elle nous enseignait la géographie et un peu d’histoire. Pour tout cela, elle se servait des méthodes de l’abbé Gaultier, qui étaient en vogue alors et que je crois excellentes. C’était une sorte de jeu avec des boules et des jetons comme au loto, et on apprenait en s’amusant.

Elle était fort douce et encourageante avec moi ; mais, soit que Pauline fût plus distraite, soit le grand désir qu’ont les mères de pousser leurs enfans à de rapides progrès, elle la brutalisait un peu, et lui pinçait même les oreilles d’une façon toute napoléonienne. Pauline pleurait et criait, mais la leçon arrivait à bonne fin, et, aussitôt après, Mme de Pontcarré nous menait promener et jouer chez sa mère qui avait un appartement au rez-de-chaussée et un jardin quelque part comme rue de la Ferme-des-Mathurins ou de la Victoire. Je m’y amusais beaucoup, parce que nous y trouvions souvent des enfans plus âgés que nous, il est vrai, de quelques années, mais qui voulaient bien nous inviter à leur colin-maillard et à leur partie de barres. C’étaient les enfans de Mme Debrosse, seconde fille, je crois, de Mme de Fargès, par conséquent les cousins de Pauline. Je ne me rappelle du garçon que le nom d’Ernest. La fille était déjà une assez grande personne relativement à nous. Mais elle était gaie, vive et fort spirituelle. Elle s’appelait Constance, et était alors au couvent des Anglaises, où nous avons été depuis, Pauline et moi. Il y avait aussi un jeune garçon qui s’appelait Fernand de Prunelet, dont la figure était agréable, malgré un énorme nez. Il était le doyen de nos parties de jeu, par conséquent le plus obligeant et le plus tolérant à l’égard des bouderies ou des caprices des deux petites filles. Nous dînions quelquefois tous ensemble et, après le dîner, on nous laissait nous évertuer dans la salle à manger, où nous faisions grand vacarme. Les domestiques, et même les mamans venaient aussi se mêler aux jeux. C’était une sorte de vie de campagne transportée à Paris, et j’avais grand besoin de cela.

Je voyais aussi de temps en temps ma chère Clotilde, avec qui je me querellais beaucoup plus qu’avec Pauline, parce qu’elle répondait davantage à mon affection et ne prenait pas mes torts avec la même insouciance. Elle se fâchait quand je me fâchais, s’obstinait quand je lui en donnais l’exemple, et puis après c’étaient des embrassades et des transports de tendresse comme avec Ursule ; mieux encore, car nous avions dormi dans le même berceau, nous avions été nourries du même lait, nos mères donnant le sein à celle de nous qui criait la première ; et quoique, depuis, nous n’ayons jamais passé beaucoup de temps ensemble, il y a toujours eu entre nous comme un amour du sang plus prononcé encore que le degré de notre parenté. Nous nous considérions, dès l’enfance, comme deux sœurs jumelles.

Hippolyte était en demi-pension. Dans l’intervalle des heures qu’il passait à la maison, et les jours de congé, il prenait la leçon de danse et la leçon d’écriture avec nous. Je dirai quelque chose de nos maîtres, dont je n’ai rien oublié.

M. Gogault, le maître de danse, était danseur à l’Opéra. Il faisait grincer sa pochette et nous tortillait les pieds pour nous les placer en dehors. Quelquefois Deschartres, assistant à la leçon, renchérissait sur le professeur pour nous reprocher de marcher et de danser comme des ours ou des perroquets. Mais nous, qui détestions le marcher prétentieux de Deschartres, et qui trouvions M. Gogault singulièrement ridicule de se présenter dans une chambre comme un zéphyr qui va battre un entrechat, nous nous hâtions, mon frère et moi, de nous tourner les pieds en dedans aussitôt qu’il était parti, et, comme il nous les disloquait pour leur faire prendre la première position, nous nous les disloquions en sens contraire dans la crainte de rester comme il nous voulait arranger. Nous appelions ce travail en cachette la sixième position. On sait que les principes de la danse n’en admettent que cinq.

Hippolyte était d’une maladresse et d’une pesanteur épouvantables, et M. Gogault déclarait que jamais pareil cheval de charrue ne lui avait passé par les mains. Ses changemens de pied ébranlaient toute la maison ; ses battemens entamaient la muraille. Quand on lui disait de relever la tête et de ne pas tendre le cou, il prenait son menton dans sa main et le tenait ainsi en dansant. Le professeur était forcé de rire, tandis que Deschartres exhalait une sérieuse et véhémente indignation contre l’élève, qui croyait pourtant avoir fait preuve de bonne volonté.

Le maître d’écriture s’appelait M. Loubens. C’était un professeur à grandes prétentions et capable de gâter la meilleure main avec ses systèmes. Il tenait à la position du bras et du corps, comme si écrire était une mimique chorégraphique : mais tout se tenait dans le genre d’éducation que ma grand’mère voulait nous donner ; il fallait de la grâce dans tout. M. Loubens avait donc inventé divers instrumens de gêne pour forcer ses élèves à avoir la tête droite, le coude dégagé, trois doigts allongés sur la plume, et le petit doigt étendu sur le papier, de manière à soutenir le poids de la main. Comme cette régularité de mouvement et cette tension des muscles sont ce qu’il y a de plus antipathique à l’adresse naturelle et à la souplesse des enfans, il avait inventé : 1º pour la tête, une sorte de couronne en baleine ; 2º pour le corps et les épaules, une ceinture qui se rattachait par derrière à la couronne, au moyen d’une sangle ; 3º pour le coude, une barre de bois qui se vissait à la table ; 4º pour l’index de la main droite, un anneau de laiton soudé à un plus petit anneau dans lequel on passait la plume ; 5º pour la position de la main et du petit doigt, une sorte de socle en bois avec des entailles et des roulettes. Joignez à tous ces ustensiles indispensables à l’étude de la calligraphie selon M. Loubens, les règles, le papier, les plumes et les crayons, toutes choses qui ne valaient rien, si elles n’étaient fournies par le professeur, on verra que le professeur faisait un petit commerce qui le dédommageait un peu de la modicité du prix attribué généralement aux leçons d’écriture.

D’abord toutes ces inventions nous firent beaucoup rire ; mais au bout de cinq minutes d’essai, nous reconnûmes que c’était un vrai supplice, que les doigts s’ankylosaient, que le bras se raidissait et que le bandeau donnait la migraine. On ne voulut pas écouter nos plaintes et nous ne fûmes débarrassés de M. Loubens, que lorsqu’il eut réussi à nous rendre parfaitement illisibles.

La maîtresse de piano s’appelait Mme de Villiers. C’était une jeune femme toujours vêtue de noir, intelligente, patiente, et de manières distinguées.

J’avais en outre, pour moi seule, une maîtresse de dessin, Mlle Greuze, qui se disait fille du célèbre peintre, et qui l’était peut-être. C’était une bonne personne, qui avait peut-être aussi du talent, mais qui ne travaillait guère à m’en donner, car elle m’enseignait de la manière la plus bête du monde, à faire des hachures avant de savoir dessiner une ligne, et à arrondir de gros vilains yeux, avec d’énormes cils qu’il fallait compter un à un, avant d’avoir l’idée de l’ensemble d’une figure.

En somme, toutes ces leçons étaient un peu de l’argent perdu. Elles étaient trop superficielles pour nous apprendre réellement aucun art. Elles n’avaient qu’un bon résultat, c’était de nous occuper et de nous faire prendre l’habitude de nous occuper nous-mêmes. Mais il eût mieux valu éprouver nos facultés, et nous tenir ensuite à une spécialité que nous eussions pu conquérir. Cette manière d’apprendre un peu de tout aux demoiselles est certainement meilleure que de ne leur rien apprendre ; c’est encore l’usage, et on appelle cela leur donner des talens d’agrément, agrément que nient, par parenthèse, les infortunés voisins condamnés à entendre des journées entières certaines études de chant ou de piano. Mais il me semble que chacune de nous est propre à une certaine chose, et que celles qui, dans l’enfance, ont de l’aptitude pour tout, n’en ont pour rien par la suite. Dans ce cas-là, il faudrait choisir et développer l’aptitude qui domine. Quant aux jeunes filles qui n’en ont aucune, il ne faudrait pas les abrutir par des études qu’elles ne comprennent pas, et qui parfois les rendent sottes et vaines, de simples et bonnes qu’elles étaient naturellement.

Il y a pourtant à considérer le bon côté en toutes choses, et celui de l’éducation que je critique est de développer simultanément toutes les facultés, par conséquent de compléter l’âme, pour ainsi dire. Tout se tient dans l’intelligence comme dans les émotions de l’être humain. C’est un grand malheur que d’être absolument étranger aux jouissances de la peinture lorsqu’on est musicien, et réciproquement. Le poète se complète par le sentiment de tous les arts et n’est point impunément insensible à un seul. La philosophie des anciens, continuée en partie au moyen-âge et pendant la renaissance, embrassait tous les développemens de l’esprit et du corps, depuis la gymnastique jusqu’à la musique, aux langues, etc. Mais c’était un ensemble logique, et la philosophie était toujours au faîte de cet édifice. Les diverses branches de l’instruction se rattachaient à l’arbre de la science, et quand on apprenait la déclamation et les différens modes de la lyre, c’était pour célébrer les dieux, ou pour répandre les chants sacrés des poètes. Cela ne ressemblait guère à ce que nous faisons aujourd’hui en apprenant une sonate ou une romance. Nos arts si perfectionnés sont en même temps profanés dans leur essence, et nous peignons assez bien le peu de dignité de leur usage en les appelant arts d’agrément dans le monde.

L’éducation étant ce qu’elle est, je ne regrette pas que ma bonne grand’mère m’ait forcée de bonne heure à saisir ces différentes notions. Si elles n’ont produit chez moi aucun résultat d’agrément pour les autres, elles ont du moins été pour moi-même une source de pures et inaltérables jouissances, et, m’étant inculquées dans l’âge où l’intelligence est fraîche et facile, elles ne m’ont causé ni peine ni dégoût.

J’en excepte pourtant la danse que M. Gogault me rendait ridicule, et le grand art de la calligraphie que M. Loubens me rendait odieux. Lorsque l’abbé d’Andrezel venait voir ma grand’mère, il entrait quelquefois dans la chambre où nous prenions nos leçons, et à la vue de M. Loubens, il s’écriait : « Salut à M. le professeur de belles-lettres ! » titre que M. Loubens, soit qu’il comprît ou non le calembour, acceptait fort gravement. « Ah ! grand Dieu ! disait ensuite l’abbé, si on enseignait les véritables belles-lettres à l’aide de carcans, de camisoles de force et d’anneaux de fer, suivant la méthode Loubens, combien de littérateurs nous aurions de moins, mais combien de pédans de plus ! »

Nous occupions alors un très joli appartement rue Thiroux, n° 8. C’était un entresol assez élevé pour un entresol, et vaste pour un appartement de Paris. Il y avait comme dans la rue des Mathurins un beau salon où l’on n’entrait jamais. La salle à manger donnait sur la rue, mon piano était entre les deux fenêtres, mais le bruit des voitures, les cris de Paris, bien plus fréquens et plus variés qu’ils ne le sont aujourd’hui, les orgues de Barbarie et le passage des visiteurs me dérangeaient tellement que je n’étudiais avec aucun plaisir et seulement pour l’acquit de ma conscience.

La chambre à coucher, qui était réellement le salon de ma grand’mère, donnait sur une cour, terminée par un jardin et un grand pavillon, dans le goût de l’empire, où demeurait, je crois, un ex-fournisseur des armées. Il nous permettait d’aller courir dans son jardin, qui n’était, en réalité qu’un fond de cour planté et sablé, mais où nous trouvions moyen de faire bien du chemin. Au dessus de nous demeurait Mme Perrier, fort jolie et pimpante personne, belle-sœur de Casimir Périer. Au second, c’était le général Maison, soldat parvenu, dont la fortune était certainement respectable, mais qui a été l’un des premiers à abandonner l’empereur en 1814. Ses équipages, ses ordonnances, ses mulets couverts de bagages (je crois qu’il partait pour l’Espagne à cette époque, ou qu’il en revenait) remplissaient la cour et la maison de bruit et de mouvement ; mais ce qui me frappait le plus, c’était sa mère, vieille paysanne qui n’avait rien changé à son costume, à son langage et à ses habitudes de parcimonie rustique ; toute tremblotante et cassée qu’elle était, elle assistait dans la cour, par le plus grand froid, au sciage des bûches et au mesurage du charbon. Elle avait des querelles de l’autre monde avec le concierge, à qui elle arrachait des mains la bûche dite bûche du portier, lorsqu’il la choisissait un peu trop grosse. Cela avait son beau et son mauvais côté ; mais je défie que d’ici à longtemps on fasse passer le paysan de la misère à la richesse, sans porter son avarice à l’extrême. L’existence de cette pauvre vieille était une fatigue, un souci, une fureur sans relâche.

Nous avons occupé cet appartement de la rue Thiroux jusqu’en 1816. En 1832 ou 1833, cherchant à me loger, j’ai aperçu un écriteau sur la porte et je suis entrée, espérant que c’était le logement de ma grand’mère qui se trouvait vacant ; mais c’était le pavillon du fond, et on en demandait, je crois, 1,800 fr., prix beaucoup trop élevé pour mes ressources à cette époque. Je me suis pourtant donné le plaisir d’examiner ce pavillon afin de parcourir la cour plantée où rien n’était changé, et de voir en face les croisées de la chambre de ma bonne maman, d’où elle me faisait signe de rentrer lorsque je m’oubliais dans le jardin. Tout en causant avec le portier, j’appris que cette maison n’avait pas changé de propriétaire : que ce propriétaire existait toujours, et qu’il occupait précisément l’appartement de l’entresol que je convoitais. Je voulus, du moins, me procurer la satisfaction de revoir cet appartement, et, sous prétexte de marchander le pavillon, je me fis annoncer à M. Buquet. Il ne me reconnut pas, et je ne l’aurais pas reconnu non plus. Je l’avais perdu de vue jeune encore et ingambe. Je retrouvai un vieillard qui ne sortait plus de sa chambre et qui, pour faire apparemment un peu d’exercice commandé par le médecin, avait installé un billard à côté de son lit, dans la propre chambre de ma grand’mère. Du reste, sauf ma chambre qui avait été jointe à un autre appartement, rien n’était changé dans la disposition des autres pièces : les ornemens dans le goût de l’empire, les plafonds, les portes, les lambris, je crois même le papier de l’antichambre, étaient les mêmes que de mon temps ; mais tout cela était noir, sale, enfumé, et puant le caporal au lieu des exquises senteurs de ma grand’mère. Je fus surtout frappée de la petitesse de la maison, de la cour, des jardins et des chambres, qui, jadis, me paraissaient si vastes, et qui étaient restés ainsi dans mes souvenirs. Mon cœur se serra de retrouver si laide, si triste et si sombre cette habitation toute pleine de mes souvenirs.

J’ai du moins encore une partie des meubles qui me retracent mon enfance et même le grand tapis qui nous amusait tant Pauline et moi. C’est un tapis Louis XV avec des ornemens qui, tous, avaient un nom et un sens pour nous. Tel rond était une île, telle partie du fond un bras de mer à traverser. Une certaine rosace à flammes pourpres était l’enfer, de certaines guirlandes étaient le paradis, et une grande bordure représentant des ananas était la forêt Hercynia. Que de voyages fantastiques, périlleux ou agréables nous avons faits sur ce vieux tapis avec nos petits pieds ! La vie des enfans est un miroir magique. Ceux qui ne sont pas initiés n’y voient que les objets réels. Les initiés y trouvent toutes les riantes images de leurs rêves ; mais un jour vient où le talisman perd sa vertu, ou bien la glace se brise, et les éclats sont dispersés pour ne jamais se réunir.

Tel fut pour moi l’éparpillement de toutes les personnes et de presque toutes les choses qui remplirent ma vie de Paris jusqu’à l’âge de dix-sept ou dix-huit ans. Ma grand’mère et tous ses vieux amis des deux sexes moururent un à un. Mes relations changèrent. Je fus oubliée, et j’oubliai moi-même une grande partie des êtres que j’avais vus tous les jours pendant si longtemps. J’entrai dans une nouvelle phase de ma vie ; qu’on me pardonne donc de trop m’arrêter dans celle qui a disparu pour moi tout entière.

Je voyais de temps en temps les neveux de mon père et la nombreuse famille qui se rattachait à l’aîné surtout, René, celui qui habitait le joli petit hôtel de la rue de Grammont. Je n’ai encore rien dit de ses enfans, afin de ne pas embrouiller mon lecteur dans cette complication de générations ; et, au reste, je n’ai rien à dire de son fils Septime, que j’ai peu connu et qui ne m’était point sympathique. Le rêve de ma grand’mère était de me marier avec lui ou avec son cousin Léonce, fils d’Auguste. Mais je n’étais pas un parti assez riche pour eux, et je crois que ni eux ni leurs parens n’y songèrent jamais. Les propos des bonnes me mirent de bonne heure, malgré moi, au courant de rêveries de ma bonne grand’mère, et c’est une grande sottise de tourmenter les enfans par ces idées de mariage. Je m’en préoccupai longtemps avant l’âge où il eût été nécessaire d’y songer, et cela produisait en moi une grande inquiétude d’esprit. Léonce me plaisait, comme un enfant peut plaire à un autre enfant. Il était gai, vif et obligeant. Septime était froid et taciturne, du moins il me semblait tel parce que je me croyais destinée à lui plus particulièrement, ma grand’mère ayant plus d’amitié pour son père que pour celui de Léonce. Mais que ce fût Léonce ou Septime, j’avais une grande terreur de l’une ou de l’autre union, parce que, depuis la mort de mon père, leurs parens ne voyaient point ma mère et la maltraitaient beaucoup dans leur opinion.

Je pensais donc que mon mariage serait le signal d’une rupture forcée avec ma mère, ma sœur et ma chère Clotilde, et j’étais dès-lors si soumise de fait à ma grand’mère, que l’idée de résister à sa volonté ne se présentait pas encore à mon esprit. J’étais donc toujours assez mal à l’aise avec tous les Villeneuve, quoique d’ailleurs je les aimasse beaucoup, et quelquefois, en jouant chez eux avec leurs enfans, il me venait des envies de pleurer au milieu de mes rires. Appréhensions chimériques, souffrances gratuites. Personne ne pensait alors à me séparer de ma mère, et ces enfans, plus heureux que moi, ne songeaient point à enchaîner leur liberté ou la mienne par le mariage.

La sœur de Septime, Emma de Villeneuve, aujourd’hui Mme de la Roche-Aymon, était une charmante personne, gracieuse, douce et sensible, pour qui j’ai ressenti, dès mon enfance, une sympathie particulière. J’étais à l’aise avec elle, et pour peu qu’elle eût deviné les idées qui me tourmentaient, je lui aurais ouvert mon cœur au moindre encouragement de sa part. Mais elle était bien loin de penser qu’après avoir ri sur ses genoux et gambadé autour d’elle, je m’en allais pleine de mélancolie, et me reprochant en quelque sorte l’amitié que j’éprouvais pour mes parens paternels, pour ceux que l’on m’avait présentés comme les ennemis de ma mère.

La mère d’Emma et de Septime, Mme René de Villeneuve, était une des plus jolies femmes de la cour impériale. Elle était, à cette époque, dame d’honneur de la reine Hortense. Je la voyais quelquefois, le soir, avec des robes à queue et des diadèmes à l’antique, ce qui m’éblouissait grandement : mais je la craignais, je ne sais pourquoi.

René était chambellan du roi Louis. C’est un des hommes les plus aimables que j’aie connus. Je l’ai aimé comme un père jusqu’au moment où tout s’est brisé autour de moi. Et puis, sur ses vieux jours, il m’a appelée dans ses bras, et j’y ai couru de grand cœur : on ne boude pas contre soi-même.

Hippolyte ne fit pas long feu dans la pension où Deschartres l’avait installée. Il y trouva des garçons aussi fous et encore plus malins que lui, qui développèrent si bien ses heureuses dispositions pour le tapage et l’indiscipline, que ma grand’mère, voyant qu’il travaillait encore moins qu’à Nohant, le reprit au moment de notre départ.

C’est pendant l’hiver dont je viens de parler que se firent les immenses préparatifs de la campagne de Russie. Dans toutes les maisons où nous allions, nous rencontrions des officiers partant pour l’armée et venant faire leurs adieux à la famille. On n’était pas assuré de pénétrer jusqu’au cœur de la Russie. On était si habitué à vaincre qu’on ne doutait pas d’obtenir satisfaction par des traités glorieux aussitôt qu’on aurait passé la frontière et livré quelques batailles dans les premières marches russes. On se faisait si peu l’idée du climat, que je me souviens d’une vieille dame qui voulait donner toutes ses fourrures à un sien neveu, lieutenant de cavalerie, et cette précaution maternelle le faisait beaucoup rire. Jeune et fier dans son petit dolman pincé et étriqué, il montrait son sabre, et disait que c’était avec cela qu’on se réchauffe à la guerre. La bonne dame lui disait qu’il allait dans un pays toujours couvert de neige. Mais on était au mois d’avril : les jardins fleurissaient, l’air était tiède. Les jeunes gens, et les Français surtout, croient volontiers que le mois de décembre n’arrivera jamais pour eux. Ce fier jeune homme a pu regretter plus d’une fois les fourrures de sa vieille tante, lors de la fatale retraite.

Les gens avisés, et Dieu sait qu’il n’en manque point après l’événement, ont prétendu qu’ils avaient tous mal auguré de cette gigantesque entreprise ; qu’ils avaient blâmé Napoléon comme un conquérant téméraire : enfin, qu’ils avaient eu le pressentiment de quelque immense désastre. Je n’en crois rien, ou du moins je n’ai jamais entendu exprimer ces craintes, même chez les personnes ennemies, par système ou par jalousie, des grandeurs de l’empire. Les mères qui voyaient partir leurs enfans se plaignaient de l’infatigable activité de l’empereur, et se livraient aux inquiétudes et aux regrets personnels inévitables en pareil cas. Elles maudissaient le conquérant ambitieux ; mais jamais je ne vis en elles le moindre doute du succès, et j’entendais tout, je comprenais tout à cette époque. La pensée que Napoléon pût être vaincu ne se présenta jamais qu’à l’esprit de ceux qui le trahissaient. Ils savaient bien que c’était le seul moyen de le vaincre. Les gens prévenus, mais honnêtes, avaient en lui, tout en le maudissant, la confiance la plus absolue, et j’entendais dire à une des amies de ma grand’mère : Eh bien ! quand nous aurons pris la Russie, qu’est-ce que nous en ferons ?

D’autres disaient qu’il méditait la conquête de l’Asie, et que la campagne de Russie n’était qu’un premier pas vers la Chine. Il veut être le maître du monde, s’écriait-on, et il ne respecte les droits d’aucune nation. Où s’arrêtera-t-il ? Quand se trouvera-t-il satisfait ? C’est intolérable. Tout lui réussit.

Et personne ne disait qu’il pouvait éprouver des revers, et faire payer cher à la France la gloire dont il l’avait enivrée.

Nous revînmes à Nohant avec le printems de 1812 ; ma mère vint passer une partie de l’été avec nous, et Ursule, qui retournait tous les hivers chez ses parens, me fut rendue, à ma grande joie et à la sienne aussi. Outre l’affection qu’Ursule avait pour moi, elle adorait Nohant. Elle était plus sensible que moi à ce bien-être, et elle jouissait plus que moi de la liberté, puisque, sauf quelques leçons de couture et de calcul que lui donnait sa tante Julie, elle était livrée à une complète indépendance. Je dois dire qu’elle n’en abusait pas, et que, par caractère, elle était laborieuse. Ma mère lui apprenait à lire et à écrire, et, tandis que je prenais mes autres leçons avec Deschartres ou avec ma bonne maman, bien loin de songer à aller courir, elle restait auprès de ma mère qu’elle adorait et qu’elle entourait des plus tendres soins. Elle savait se rendre utile, et ma mère regrettait de n’avoir pas le moyen de l’emmener à Paris pendant l’hiver.

Ce maudit hiver était le désespoir de ma pauvre Ursule. Toute différente de moi en ceci, elle se croyait exilée quand elle retournait dans sa famille. Ce n’est pas que ses parens fussent dans la misère. Son père était chapelier et gagnait assez d’argent, surtout dans les foires, où il allait vendre des chapeaux à pleines charretées aux paysans. Sa femme, pour aider à son débit, tenait ramée dans les foires ; mais ils avaient beaucoup d’enfans, et de la gêne, par conséquent.

Ursule ne pouvait supporter sans se plaindre le changement annuel de régime et d’habitudes. On pensa que le richement menaçait de lui tourner la tête, on commença à regretter de lui avoir fait manger son pain blanc le premier, et on parla de la reprendre et de la mettre en apprentissage pour lui donner une profession. Je ne voulais pas entendre parler de cela, et ma grand’mère hésita quelque temps. Elle avait quelque désir de garder Ursule, disant qu’un jour elle pourrait gouverner ma maison et s’y rendre utile en ne cessant pas d’être heureuse : mais il y avait du temps jusque-là ; on ne savait ce qui pourrait arriver, et Ursule n’était pas d’un caractère à être jamais une fille de chambre. Elle avait trop de fierté, de franchise et d’indépendance pour faire penser qu’elle se plierait à faire des volontés des autres pour de l’argent. Il lui fallait une fonction et non un service domestique. C’était donc une position à lui assurer dans une famille qu’elle aimerait et dont elle serait aimée. Si, par quelque événement imprévu, la nôtre venait à lui manquer, que deviendrait-elle sans profession acquise, et avec l’habitude du bien-être ? Mlle Julie pensait judicieusement que la pauvre enfant serait horriblement malheureuse, et elle insista pour qu’on ne la laissât pas plus longtemps s’accoutumer à ce chez nous dont le souvenir la tourmentait si fort en notre absence. Ma grand’mère céda, et il fut décidé qu’Ursule s’en irait tout à fait au moment où nous repartirions pour Paris, mais que, jusque-là, on ne ferait part de cette résolution ni à elle ni à moi, afin de ne pas troubler notre bonheur présent. C’était, en effet, la fin de mon bonheur qui approchait. En même temps qu’Ursule, je devais bientôt perdre la présence de ma mère et tomber sous le joug et dans la société des femmes de chambre.

Cet été de 1812 fut donc encore sans nuage, Tous les dimanches, les trois sœurs d’Ursule venaient passer la journée avec nous. L’aînée, qu’on appelait de son nom de famille féminisé, selon la coutume du pays, était une bonne personne d’une beauté angélique, à laquelle j’ai conservé une grande sympathie de cœur. Elle nous chantait des rondes, nous enseignait le cob, la marelle, les évalines, le traîne-balin, l’aveuglat[6], enfin tous les jeux de notre pays, dont le nom est aussi ancien que l’usage, et qu’on ne retrouverait même pas tous dans l’immense nomenclature des jeux d’enfans rapportés dans le Gargantua. Toutes ces amusettes nous passionnaient. La maison, le jardin et le petit bois retentissaient de nos jeux et de nos rires : mais, vers la fin de la journée, j’en avais assez, et, s’il avait fallu passer ainsi deux journées de suite, je n’aurais pas pu y tenir. J’avais déjà pris l’habitude du travail, et je souffrais d’une sorte d’ennui indéfinissable au milieu de mes amusemens. Pour rien au monde, je ne me serais avoué à moi-même que je regrettais ma leçon de musique ou d’histoire, et pourtant elle me manquait. À mon insu, mon cerveau, abandonné à la dérive au milieu de ces plaisirs enfantins et de cette activité sans but, arrivait à la satiété, et n’eût été la joie de revoir ma chère Godignonne, j’aurais désiré, le dimanche soir, que les sœurs d’Ursule ne revinssent pas le dimanche suivant, mais le dimanche suivant ma gaîté et mon ardeur au jeu revenaient dès le matin et duraient encore une partie de la journée.

Nous eûmes cette année-là une nouvelle visite de mon oncle de Beaumont, et la fête de ma bonne maman fut de nouveau préparée avec des surprises. Nous n’étions déjà plus assez naïfs et assez confians en nous-mêmes pour désirer de jouer la comédie, mon oncle se contenta de faire des couplets sur l’air de la Pipe de tabac que je dus chanter à déjeuner en présentant mon bouquet. Ursule eut un long compliment en prose moitié sérieux, moitié comique, à dégoiser ; Hippolyte dut jouer, sans faire une seule faute, le menuet de Fischer sur le flageolet, et même il eut l’honneur, ce jour-là, de soufler et de cracher dans le flageolet d’ébène de Deschartres.

Les visites que nous recevions et que nous rendions me mettaient en rapport avec de jeunes enfans qui sont restés les amis de toute ma vie. Le capitaine Fleury, dont il est question dans les premières lettres de mon père, avait un fils et une fille. La fille, charmante et excellente personne, est morte peu d’années après son mariage, et son frère Alphonse est resté un frère pour moi. M. et Mme Duvernet, les amis de mon père et les compagnons de ses joyeux essais dramatiques en 1797, avaient un fils que je n’ai guère perdu de vue depuis qu’il est au monde, et que j’appelle aujourd’hui mon vieux ami. Enfin, notre plus proche voisin habitait et habite encore un joli château de la renaissance, ancienne appartenance de Diane de Poitiers. Ce voisin, M. Papet, amenait sa femme et ses enfans passer la journée chez nous, et son fils Gustave était encore en robe quand nous fîmes connaissance. Voilà trois pères de famille, plus jeunes que moi de quelques années, que j’ai connus en petits jupons et en bourrelet, que j’ai pris dans mes bras déjà robustes pour leur faire cueillir des cerises aux arbres de mon jardin, qui m’ont tyrannisée des journées entières (car, dès mon enfance, j’ai aimé les petits enfans avec une passion maternelle), et qui souvent, depuis, se sont crus pourtant plus raisonnables que moi. Les deux aînés sont déjà un peu chauves, et moi je grisonne. J’ai peine aujourd’hui à leur persuader qu’ils sont des enfans, et ils ne se souviennent plus des innombrables méfaits que j’ai à leur reprocher. Il est vrai que des amitiés de quarante ans ont pu réparer bien des sottises, robes déchirées, joujoux cassés, exigences furibondes. J’en passe, et des meilleures ! C’était un peu ma faute, et je ne pouvais pas m’empêcher de rire avec mon frère et Ursule de leurs turpitudes.

Il n’y avait pas si longtemps que nous les trouvions charmantes à commettre pour notre propre compte.

Au milieu de nos jeux et de nos songes dorés, les nouvelles de Russie vinrent, à l’automne, jeter de notes lugubres et faire passer sous nos yeux hallucinés des images effrayantes et douloureuses. Nous commencions à écouter la lecture des journaux, et l’incendie de Moscou me frappa comme un grand acte de patriotisme. Je ne sais pas aujourd’hui s’il faut ainsi juger cette catastrophe. La manière dont les Russes nous faisaient la guerre est à coup sûr quelque chose d’inhumain et de farouche qui ne peut avoir d’analogue chez les nations libres. Dévaster ses propres champs, brûler ses maisons, affamer de vastes contrées pour livrer au froid et à la faim une armée d’invasion serait héroïque de la part d’une population qui agirait ainsi de son propre mouvement. Mais le czar russe qui ose dire, comme Louis XIV : L’État, c’est moi ! ne consultait point les populations esclaves de la Russie. Il les arrachait de leurs demeures, il dévastait leurs terres, il les faisait chasser devant ses armées comme de misérables troupeaux, sans les consulter, sans s’inquiéter de leur laisser un asile, et ces malheureux eussent été infiniment moins opprimés, moins ruinés et moins désespérés par notre armée victorieuse qu’ils ne le furent par leur propre armée, obéissant aux ordres sauvages d’une autorité sans merci, sans entrailles, sans notion aucune du droit humain.

En supposant que Rostopchin eût pris conseil, avant de brûler Moscou, de quelques riches et puissantes familles, la population de cette vaste cité n’en eut pas moins l’obligation de subir le sacrifice de ses maisons, et de ses biens, et il est permis de douter qu’elle y eût consenti unanimement si elle eût pu être consultée, si elle eût eu des réclamations à faire entendre, des droits à faire valoir. La guerre de Russie, c’est le navire battu de l’orage qui jette à l’eau sa cargaison pour alléger son lest ; le czar, c’est le capitaine ; les ballots qu’on submerge, c’est le peuple ; le navire qu’on sauve, c’est la politique du souverain. Si jamais autorité a méprisé profondément et compté pour rien la vie et la propriété des hommes, c’est dans les monarchies absolues qu’il faut aller chercher l’idéal d’un pareil système.

Mais l’autorité de Napoléon recommença, dès le moment de nos désastres en Russie, à représenter l’individualité, l’indépendance et la dignité de la France. Ceux qui en jugèrent autrement pendant la lutte de nos armées avec la coalition tombèrent dans une erreur fatale. Les uns, ceux qui se préparaient à trahir, commirent sciemment un mensonge envers la conscience publique : d’autres, les pères du libéralisme naissant, y tombèrent probablement de bonne foi. Mais, l’histoire commence à faire justice de leur rôle en cette affaire. Ce n’était pas le moment de s’aviser des empiétemens de l’empereur sur les libertés politiques, lorsque le premier représentant de notre libéralisme allait être le Russe Alexandre.

J’avais donc huit ans quand j’entendis débattre pour la première fois le redoutable problème de l’avenir de la France. Jusque-là, je regardais ma nation comme invincible et le trône impérial comme celui de Dieu même. On suçait avec le lait, à cette époque, l’orgueil de la victoire. La chimère de la noblesse s’était agrandie, communiquée à toutes les classes. Naître Français, c’était une illustration, un titre. L’aigle était le blason de la nation tout entière.



CHAPITRE SIXIÈME

L’armée et l’empereur perdus pendant quinze jours. — Vision. — Un mot de l’empereur sur mon père. — Les prisonniers allemands. — Les Tyroliennes. — Séparation d’avec Ursule. — Le tutoiement. — Le grand lit jaune. — La tombe de mon père. — Les jolis mots de M. de Talleyrand. — La politique des vieilles comtesses. — Un enfant patriote. — Autre vision. — Mme de Béranger et ma mère. — Les soldats affamés en Sologne. — L’aubergiste jacobin. — Maladie de ma grand’mère. — Mme de Béranger dévaste notre jardin. — Le corset. — Lorette de Béranger. — Entrée des alliés à Paris. — Opinion de ma grand’mère sur les Bourbons. — Le boulet de canon. — Les belles dames et les Cosaques.


Les enfans s’impressionnent à leur manière des faits généraux et des malheurs publics. On ne parlait d’autre chose autour de nous que de la campagne de Russie, et pour nous c’était quelque chose d’immense et de fabuleux comme les expéditions d’Alexandre dans l’Inde.

Ce qui nous frappa extrêmement c’est que pendant quinze jours, si je ne me trompe, on fut sans nouvelles de l’empereur et de l’armée. Qu’une masse de trois cent mille hommes, que Napoléon, l’homme qui remplissait l’univers de son nom et l’Europe de sa présence, eussent ainsi disparu comme un pèlerin que la neige engloutit, et dont on ne retrouve pas même le cadavre, c’était pour moi un fait incompréhensible. J’avais des rêves bizarres, des élans d’imagination qui me donnaient la fièvre et remplissaient mon sommeil de fantômes. Ce fut alors qu’une singulière fantaisie, qui m’est restée longtemps après, commença à s’emparer de mon cerveau excité par les récits et les commentaires qui frappaient mes oreilles. Je me figurais, à un certain moment de ma rêverie, que j’avais des ailes, que je franchissais l’espace, et que, ma vue plongeant sur les abîmes de l’horizon, je découvrais les vastes neiges, les steppes sans fin de la Russie blanche ; je planais, je m’orientais dans les airs, je découvrais enfin les colonnes errantes de nos malheureuses légions ; je les guidais vers la France, je leur montrais le chemin, car ce qui me tourmentait le plus, c’était de me figurer qu’elles ne savaient où elles étaient et qu’elles s’en allaient vers l’Asie, s’enfonçant de plus en plus dans les déserts, en tournant le dos à l’Occident. Quand je revenais à moi-même, je me sentais fatiguée et brisée par le long vol que j’avais fourni, mes yeux étaient éblouis par la neige que j’avais regardée ; j’avais froid, j’avais faim, mais j’éprouvais une grande joie d’avoir sauvé l’armée française et son empereur.

Enfin, vers le 25 décembre, nous apprîmes que Napoléon était à Paris. Mais son armée restait derrière lui, engagée encore pour deux mois dans une retraite horrible, désastreuse. On ne sut officiellement les souffrances et les malheurs de cette retraite qu’assez longtemps après. L’empereur à Paris, on croyait tout sauvé, tout réparé. Les bulletins de la grande armée et les journaux ne disaient qu’une partie de la vérité. Ce fut par les lettres particulières, par les récits de ceux qui échappèrent au désastre, qu’on put se faire une idée de ce qui s’était passé.

Parmi les familles que ma grand’mère connaissait, il y eut un jeune officier qui était parti à seize ans pour cette terrible campagne. Il grandit de toute la tête au milieu de ces marches forcées et de ces fatigues inouïes. Sa mère, n’entendant plus parler de lui, le pleurait. Un jour, une espèce de brigand, d’une taille colossale et bizarrement accoutré, se précipite dans sa chambre, tombe à ses genoux et la presse dans ses bras. Elle crie de peur d’abord et bientôt de joie. Son fils avait près de six pieds[7]. Il avait une longue barbe noire, et en guise de pantalon, un jupon de femme, la robe d’une pauvre vivandière tombée gelée au milieu du chemin.

Je crois que c’est ce même jeune homme qui eut peu de temps après un sort pareil à celui de mon père. Sorti sain et sauf des extrêmes périls de la guerre, il se tua à la promenade ; son cheval emporté vint se briser avec lui contre le timon d’une charrette. L’empereur ayant appris cet accident, dit d’un ton brusque : « Les mères de famille prétendent que je fais tuer tous leurs enfans à la guerre, en voilà un pourtant dont je n’ai pas à me reprocher la mort. C’est comme M. Dupin ! Est-ce encore ma faute si celui-là a été tué par un mauvais cheval ? »

Ce rapprochement entre M. de…… et mon père montre la merveilleuse mémoire de l’empereur. Mais à quel propos se plaignait-il ainsi des mères de famille ? C’est ce que je n’ai pu savoir. Je ne me souviens pas de l’époque précise de la catastrophe de M. de… Ce devait être dans un moment où la France aristocratique abandonnait la cause de l’empereur, et où celui-ci faisait d’amères réflexions sur sa destinée.

Il m’est impossible de me rappeler si nous allâmes à Paris dans l’hiver de 1812 à 1813. Cette partie de mon existence est tout à fait sortie de ma mémoire. Je ne saurais dire non plus si ma mère vint à Nohant dans l’été de 1813. Il est probable que oui, car dans le cas contraire j’aurais eu du chagrin, et je me souviendrais.

Le calme s’était rétabli dans ma tête à l’endroit de la politique. L’empereur était reparti de Paris, la guerre avait recommencé en avril. Cet état de guerre extérieure était alors comme un état normal, et on ne s’inquiétait que lorsque Napoléon n’agissait pas d’une manière ostensible. On l’avait dit abattu et découragé après son retour de Moscou. Le découragement d’un seul homme, c’était encore le seul malheur public qu’on voulût admettre et qu’on osât prévoir. Dès le mois de mai, les victoires de Lutzen, Dresde et Bautzen, relevèrent les esprits. L’armistice dont on parlait me parut la sanction de la victoire. Je ne pensai plus à avoir des ailes et à voler au secours de nos légions. Je repris mon existence de jeux, de promenades et d’études faciles.

Dans le courant de l’été, nous eûmes un passage de prisonniers. Le premier que nous vîmes fut un officier qui s’était assis au bord de la route, sur le seuil d’un petit pavillon qui ferme notre jardin de ce côté-là. Il avait un habit de drap fin, de très beau linge, des chaussures misérables, et un portrait de femme attaché à un ruban noir sur sa poitrine. Nous le regardions curieusement, mon frère et moi, tandis qu’il examinait ce portrait d’un air triste, mais nous n’osâmes pas lui parler. Son domestique vint le rejoindre. Il se leva et se remit en route sans faire attention à nous. Une heure après, il passa un groupe assez considérable d’autres prisonniers. Ils se dirigeaient sur Châteauroux. Personne ne les conduisait ni ne les surveillait. Les paysans les regardaient à peine.

Le lendemain, comme nous jouions mon frère et moi auprès du pavillon, un de ces pauvres diables vint à passer. La chaleur était accablante. Il s’arrêta et s’assit sur cette marche du pavillon qui offrait aux passans un peu d’ombre et de fraîcheur. Il avait une bonne figure de paysan allemand, lourde, blonde et naïve. Cela nous enhardit à lui parler, mais il nous répondit : « Moi pas comprend. » C’était tout ce qu’il savait dire en français. Alors je lui demandai par signes s’il avait soif. Il me répondit en me montrant l’eau du fossé d’un air d’interrogation. Nous lui fîmes comprendre qu’elle n’était pas bonne à boire et qu’il eût à nous attendre. Nous courûmes lui chercher une bouteille de vin et un énorme morceau de pain sur lesquels il se jeta avec des exclamations de joie et de reconnaissance, et quand il se fut restauré, il nous tendit la main à plusieurs reprises. Nous pensions qu’il voulait de l’argent, et nous n’en avions pas. J’allais en demander pour lui à ma grand’mère, lorsqu’il devina ma pensée. Il me retint, et nous fit entendre que ce qu’il voulait de nous, c’était une poignée de main. Il avait les yeux pleins de larmes, et après avoir bien cherché, il vint à bout de nous dire : « Enfans très pons ! »

Nous revînmes tout attendris raconter à ma bonne maman notre aventure. Elle se prit à pleurer, songeant au temps où son fils avait eu un sort pareil chez les Croates. Puis, comme de nouvelles colonnes de prisonniers paraissaient sur la route, elle fit porter au pavillon une pièce de vin du pays et une provision de pain. Nous en prîmes possession, mon frère et moi, et nous eûmes récréation toute la journée, afin de pouvoir remplir l’office de cantiniers jusqu’au soir. Ces pauvres gens étaient d’une grande discrétion, d’une douceur parfaite, et nous montraient une vive reconnaissance pour ce pauvre morceau de pain et ce verre de vin offerts en passant, sans cérémonie. Ils paraissaient touchés surtout de voir deux enfans leur faire les honneurs, et pour nous remercier, ils se groupaient en chœur et nous chantaient des tyroliennes qui me charmèrent. Je n’avais jamais entendu rien de semblable. Ces paroles étrangères, ces voix justes chantant en parties, et cette classique vocalisation gutturale qui marque le refrain de leurs airs nationaux étaient alors choses très nouvelles en France, et ce n’est pas sur moi seulement qu’elles produisirent de l’effet. Tous les prisonniers allemands internés dans nos provinces y furent traités avec la douceur et l’hospitalité naturelles autrefois au Berrichon ; mais ils durent à leurs chants et à leur talent pour la valse plus de sympathie et de bons traitemens que la pitié ne leur en eût assuré. Ils furent les compagnons et les amis de toutes les familles où ils s’établirent : quelques-uns même s’y marièrent.

Je crois bien que cette année-là fut la première que je passai à Nohant sans Ursule. Probablement nous avions été à Paris pendant l’hiver, et, à mon retour, la séparation était un fait préparé et accompli, car je ne me rappelle pas qu’il ait amené de la surprise et des larmes. Je sais que cette année-là, ou la suivante, Ursule venait me voir tous les dimanches, et nous étions restées tellement liées, que je ne passais pas un samedi sans lui écrire une lettre pour lui recommander de venir le lendemain, et pour lui envoyer un petit cadeau. C’était toujours quelque niaiserie de ma façon, un ouvrage en perles, une découpure en papier, un bout de broderie. Ursule trouvait tout cela magnifique et en faisait des reliques d’amitié.

Ce qui me surprit et me blessa beaucoup, c’est que tout d’un coup elle cessa de me tutoyer. Je crus qu’elle ne m’aimait plus, et quand elle m’eut protesté de son attachement, je crus que c’était une taquinerie, une obstination, je ne sais quoi enfin ; mais cela me parut une insulte gratuite, et, pour me consoler, il fallut qu’elle m’avouât que sa tante Julie lui avait solennellement défendu de rester avec moi sur ce pied de familiarité inconvenante. Je courus en demander raison à ma grand’mère, qui confirma l’arrêt en me disant que je comprendrais plus tard combien cela était nécessaire. J’avoue que je ne l’ai jamais compris.

J’exigeai qu’Ursule me tutoyât quand nous serions tête à tête ; mais comme à ce compte elle n’eût pu guère prendre l’habitude qu’on lui imposait, et qu’elle fut grondée pour avoir laissé échapper en présence de sa tante quelque tu au lieu de vous en parlant à ma personne, je fus forcée de consentir à ce qu’elle perdît avec moi cette douce et naturelle familiarité. Cela me fit souffrir longtemps, et même j’essayai de lui donner de vous pour rétablir l’égalité entre nous. Elle en ressentit beaucoup de chagrin. « Puisqu’on ne vous défend pas de me tutoyer, me disait-elle, ne m’ôtez pas ce plaisir-là ; car, au lieu d’un chagrin, ça m’en ferait deux. » Alors comme nous étions assez savantes pour nous amuser des mots de notre première enfance : « Tu vois, lui disais-je, ce que c’est que ce maudit richement, que tu voulais me faire aimer et que je n’aimerai jamais. Cela ne sert qu’à vous empêcher d’être aimé. — Ne croyez pas cela de moi, disait Ursule, vous serez toujours ce que j’aimerai le mieux au monde : que vous soyez riche ou pauvre, ça m’est bien égal. » Cette excellente fille, qui vraiment m’a tenu parole, apprenait l’état de tailleuse, où elle est devenue fort habile. Bien loin d’être paresseuse et prodigue, comme on craignait qu’elle ne le devînt, elle est une des femmes les plus laborieuses et les plus raisonnables que je connaisse.

Je crois me rappeler positivement maintenant que ma mère passa cet été-là avec moi et que j’eus du chagrin, parce que jusqu’alors j’avais couché dans sa chambre quand elle était à Nohant, et que pour la première fois cette douceur me fut refusée. Ma grand’mère me disait trop grande pour dormir sur un sofa, et, en effet, le petit lit de repos qui m’avait servi devenait trop court. Mais le grand lit jaune qui avait vu naître mon père et qui était celui de ma mère à Nohant (le même dont je me sers encore) avait six pieds de large, et c’était une fête pour moi quand elle me permettait d’y dormir avec elle. J’étais là comme un oisillon dans le sein maternel, il me semblait que j’y dormais mieux et que j’y avais de plus jolis rêves.

Malgré la défense de la bonne maman, j’eus pendant deux ou trois soirs la patience d’attendre, sans dormir, jusqu’à onze heures, que ma mère fût rentrée dans sa chambre. Alors je me levais sans bruit, je quittais la mienne sur la pointe de mes pieds nus, et j’allais me blottir dans les bras de ma petite mère, qui n’avait pas le courage de me renvoyer, et qui elle-même était heureuse de s’endormir avec ma tête sur son épaule. Mais ma grand’mère eut des soupçons, ou fut avertie par Mlle Julie, son lieutenant de police. Elle monta et me surprit au moment où je m’échappais de ma chambre : Rose fut grondée pour avoir fermé les yeux sur mes escapades. Ma mère entendit du bruit et sortit dans le corridor. Il y eut des paroles assez vives échangées, ma grand’mère prétendait que ce n’était ni sain, ni chaste, qu’une fille de neuf ans dormît à côté de sa mère. Vraiment elle était fâchée et ne savait pas ce qu’elle disait, car rien n’est plus chaste et plus sain, au contraire. J’étais si chaste quant à moi, que je ne comprenais même pas bien le sens du mot de chasteté. Tout ce qui pouvait en être le contraire m’était inconnu. J’entendis ma mère qui répondait : « Si quelqu’un manque de chasteté, c’est pour avoir de pareilles idées ! C’est en parlant trop tôt de cela aux enfans qu’on leur ôte l’innocence de leur esprit, et je vous assure bien que si c’est comme cela que vous comptez élever ma fille, vous auriez mieux fait de me la laisser. Mes caresses sont plus honnêtes que vos pensées. »

Je pleurai toute la nuit. Il me semblait être attachée physiquement et moralement à ma mère par une chaîne de diamant que ma grand’mère voulait en vain s’efforcer de rompre, et qui ne faisait que se resserrer autour de ma poitrine jusqu’à m’étouffer.

Il y eut beaucoup de froideur et de tristesse dans les relations avec ma grand’mère pendant quelques jours. Cette pauvre femme voyait bien que plus elle essayait de me détacher de ma mère, plus elle perdait elle-même dans mon affection, et elle n’avait d’autre ressource que de se réconcilier avec elle pour se réconcilier avec moi. Elle me prenait dans ses bras et sur ses genoux pour me caresser, et je lui fis grand’peine la première fois en m’en dégageant et en lui disant : « Puisque ce n’est pas chaste, je ne veux pas embrasser. » Elle ne répondit rien, me posa à terre, se leva et quitta sa chambre avec plus de précipitation qu’elle ne paraissait capable d’en mettre dans ses mouvemens.

Cela m’étonna, m’inquiéta même après un moment de réflexion, et je n’eus pas de peine à la rejoindre dans le jardin ; je la vis prendre l’allée qui longe le mur du cimetière et s’arrêter devant la tombe de mon père. Je ne sais pas si j’ai dit déjà que mon père avait été déposé dans un petit caveau pratiqué sous le mur du cimetière, de manière que la tête reposât dans le jardin et les pieds dans la terre consacrée. Deux cyprès et un massif de rosiers et de lauriers francs marquent cette sépulture, qui est aussi aujourd’hui celle de ma grand’mère.

Elle s’était donc arrêtée devant cette tombe qu’elle avait bien rarement le courage d’aller regarder, et elle pleurait amèrement. Je fus vaincue, je m’élançai vers elle, je serrai ses genoux débiles contre ma poitrine et je lui dis une parole qu’elle m’a bien souvent rappelée depuis : « Grand’mère, c’est moi qui vous consolerai. » Elle me couvrit de larmes et de baisers et alla sur-le-champ trouver ma mère avec moi. Elles s’embrassèrent sans s’expliquer autrement, et la paix revint pendant quelque temps.

Mon rôle eût été de rapprocher ces deux femmes et de les mener, à chaque querelle, s’embrasser sur la tombe de mon père. Un jour vint où je le compris et où je l’osai. Mais j’étais trop enfant à l’époque que je raconte pour rester impartiale entre elles deux : je crois même qu’il m’eût fallu une grande dose de froideur ou d’orgueil pour juger avec calme laquelle avait le plus tort ou le plus raison dans leurs dissidences, et j’avoue qu’il m’a fallu trente ans pour y voir bien clair et pour chérir presque également le souvenir de l’une et de l’autre.

Je crois que ce qui précède date de l’été 1813, je ne l’affirmerais pourtant pas, parce qu’il y a là une sorte de lacune dans mes souvenirs : mais, si je me trompe de date, il importe peu. Ce que je sais, c’est que cela n’est pas arrivé plus tard.

Nous fîmes un très court séjour à Paris l’hiver suivant. Dès le mois de janvier 1814 ma grand’mère, effrayée des rapides progrès de l’invasion, vint se réfugier à Nohant, qui est le point central pour ainsi dire de la France, par conséquent le plus à l’abri des événemens politiques.

Je crois que nous en étions parties au commencement de décembre, et qu’en faisant ses préparatifs pour une absence de trois à quatre mois comme les autres années, ma grand’mère ne prévoyait nullement la chute prochaine de l’empereur et l’entrée des étrangers dans Paris. Il y était de retour, lui, depuis le 7 novembre, après la retraite de Leipzig. La fortune l’abandonnait. On le trahissait, on le trompait de t outes parts. Quand nous arrivâmes à Paris, le nouveau mot de M. de Talleyrand courait les salons : « C’est, disait-il, le commencement de la fin. » Ce mot, que j’entendais répéter dix fois par jour, c’est à dire par toutes les visites qui se succédaient chez ma grand’mère, me sembla niais d’abord, et puis triste, et puis odieux. Je demandai ce que c’était que M. de Talleyrand, j’appris qu’il devait sa fortune à l’empereur, et je demandai si son mot était un regret ou une plaisanterie. On me dit que c’était une moquerie et une menace, que l’empereur le méritait bien, qu’il était un ambitieux, un monstre. « En ce cas, demandai-je, pourquoi est-ce que ce Talleyrand a accepté quelque chose de lui ? »

Je devais avoir bien d’autres surprises. Tous les jours j’entendais louer des actes de trahison et d’ingratitude. La politique des vieilles comtesses me brisait la tête. Mes études et mes jeux en étaient troublés et attristés.

Pauline n’était pas venue à Paris cette année-là ; elle était restée en Bourgogne avec sa mère, qui, toute femme d’esprit qu’elle était, donnait dans la réaction jusqu’à la rage, et attendait les alliés comme le Messie. Dès le jour de l’an, on parla de Cosaques qui avaient franchi le Rhin, et la peur fit taire la haine un instant. Nous allâmes faire visite à une des amies de ma grand’mère vers le Château-d’Eau : c’était, je crois, chez Mme Dubois. Il y avait plusieurs personnes, et des jeunes gens qui étaient ses petits-fils ou ses neveux. Parmi ces jeunes gens, je fus frappée du langage d’un garçonnet de treize ou quatorze ans, qui, à lui seul, tenait tête à toute sa famille et à toutes les personnes en visite. « Comment, disait-il, les Russes, les Prussiens, les Cosaques sont en France et viennent sur Paris, et on les laissera faire ? — Oui, mon enfant, disaient les autres, tous ceux qui pensent bien les laisseront faire. Tant pis pour le tyran, les étrangers viennent pour le punir de son ambition et pour nous débarrasser de lui. — Mais ce sont des étrangers ! disait le brave enfant, et par conséquent nos ennemis. Si nous ne voulons plus de l’empereur, c’est à nous de le renvoyer nous-mêmes ; mais nous ne devons pas nous laisser faire la loi par nos ennemis, c’est une honte. Il faut nous battre contre eux ! » On lui riait au nez. Les autres grands jeunes gens, ses frères ou ses cousins, lui conseillaient de prendre un grand sabre et de partir à la rencontre des Cosaques. Cet enfant eut des élans de cœur admirables dont tout le monde se moqua, dont personne ne lui sut gré, si ce n’est moi, enfant qui n’osais dire un mot devant cet auditoire à peu près inconnu, et dont le cœur battait pourtant d’une émotion subite à l’idée enfin clairement énoncée devant moi du déshonneur de la France. « Oui, moquez-vous, disait le jeune garçon, dites tout ce que vous voudrez, mais qu’ils viennent, les étrangers, et que je trouve un sabre, fût-il deux fois grand comme moi, je saurai m’en servir, vous verrez, et tous ceux qui ne feront pas comme moi seront des lâches. »

On lui imposa silence, on l’emmena. Mais il avait fait au moins un prosélyte. Lui seul, cet enfant que je n’ai jamais revu et dont je n’ai jamais su le nom, m’avait formulé ma propre pensée. C’était tous des lâches ces gens qui criaient d’avance : Vivent les alliés ! Je ne me souciais plus tant de l’empereur, car au milieu du dévergondage de sots propos dont il était l’objet, de temps en temps, une personne intelligente, ma grand’mère, mon oncle de Beaumont, l’abbé d’Andrezel ou ma mère elle-même, prononçait un arrêt mérité, un reproche fondé sur la vanité qui l’avait perdu. Mais la France ! Ce mot-là était si grand à l’époque où j’étais née, qu’il faisait sur moi une impression plus profonde que si je fusse née sous la Restauration. On sentait l’honneur du pays dès l’enfance, pour peu qu’on ne fût pas né idiot.

Je rentrai donc fort triste et agitée, et mon rêve de la campagne de Russie me revint. Ce rêve m’absorbait et me rendait sourde aux déclamations qui fatiguaient mon oreille. C’était un rêve de combat et de meurtre. Je retrouvais mes ailes, j’avais une épée flamboyante, comme celle que j’avais vue à l’Opéra dans je ne sais plus quelle pièce, où l’ange exterminateur apparaissait dans les nuages[8], et je fondais sur les bataillons ennemis, je les mettais en déroute, je les précipitais dans le Rhin. Cette vision me soulageait un peu.

Pourtant, malgré la joie qu’on se promettait de la chute du tyran, on avait peur de ces bons messieurs les Cosaques, et beaucoup de gens riches se sauvaient. Mme de Béranger était la plus effrayée ; ma grand’mère lui offrit de l’emmener à Nohant, elle accepta. Je la donnais de grand’cœur au diable, car cela empêchait ma bonne maman d’emmener ma mère. Elle n’eût pas voulu mettre en présence deux natures si incompatibles. J’étais outrée de cette préférence pour une étrangère. S’il y avait réellement du danger à rester à Paris, c’était ma mère, avant tout, qu’il fallait soustraire à ce danger, et je commençais à faire le projet d’entrer en révolte et de rester avec elle pour mourir avec elle s’il le fallait.

J’en parlai à ma mère, qui me calma. « Quand même ta bonne maman voudrait m’emmener, me dit-elle, moi je n’y consentirais pas. Je veux rester auprès de Caroline, et plus on parle de dangers à courir, plus c’est mon devoir et ma volonté ; mais tranquillise-toi, nous n’y sommes pas. Jamais l’empereur, jamais nos troupes ne laisseront approcher les ennemis de Paris. Ce sont des espérances de vieille comtesse. L’empereur battra les Cosaques à la frontière, et nous n’en verrons jamais un seul. Quand ils seront exterminés, la vieille Béranger reviendra pleurer ses Cosaques à Paris, et j’irai te voir à Nohant. »

La confiance de ma mère dissipa mes angoisses. Nous partîmes le 12 ou le 13 janvier. L’empereur n’avait pas encore quitté Paris. Tant qu’on le voyait là, on se croyait sûr de n’y jamais voir d’autres monarques, à moins que ce ne fût en visite et pour lui baiser les pieds.

Nous étions dans une grande calèche de voyage dont ma grand’mère avait fait l’acquisition, et madame de Béranger, avec sa femme de chambre et sa petite chienne nous suivait dans une grande berline à quatre chevaux. Notre équipage déjà si lourd était leste en comparaison du sien. Le voyage fut assez difficile. Il faisait un temps affreux. La route était couverte de fourgons, de munitions de campagne de toute espèce. Des colonnes de conscrits, de volontaires se croisaient, se mêlaient bruyamment et se séparaient aux cris de Vive l’empereur ! vive la France ! Madame de Béranger avait peur de ces rencontres fréquentes, au milieu desquelles nos voitures ne pouvaient avancer. Les volontaires criaient souvent : Vive la nation ! et elle se croyait en 93. Elle prétendait qu’ils avaient des figures patibulaires et qu’ils la regardaient avec insolence. Ma grand’mère se moquait un peu d’elle à la dérobée, mais elle était très dominée par elle et ne la contredisait jamais ouvertement.

Dans la Sologne, nous rencontrâmes des soldats qui paraissaient venir de loin, d’après leurs vêtemens en guenilles et leur air affamé. Etaient-ce des détachemens rappelés d’Allemagne ou repoussés de la frontière ? Ils nous le dirent ; je ne m’en souviens plus. Ils ne mendiaient point ; mais lorsque nous allions au pas dans les sables détrempés de la Sologne, ils pressaient nos voitures d’un air suppliant. Qu’est-ce qu’ils veulent donc ? dit ma grand’mère. Ces pauvres gens mouraient de faim et avaient trop de fierté pour le dire. Nous avions un pain dans la voiture, je le tendis à celui qui se trouvait le plus à ma portée. Il poussa un cri effrayant et se jeta dessus, non avec les mains, mais avec les dents, si violemment que je n’eus que le temps de retirer mes doigts, qu’il eût dévorés. Ses compagnons l’entourèrent, et mordirent à même ce pain qu’il rongeait comme eût pu le faire un animal. Ils ne se disputaient pas, ils ne songeaient point à partager, ils se faisaient place les uns aux autres pour mordre dans la proie commune, et ils pleuraient à grosses larmes. C’était un spectacle navrant, et je ne pus me retenir de pleurer aussi.

Comment, au cœur de la France, dans un pays pauvre, il est vrai, mais que la guerre n’avait pas dévasté et où la disette n’avait pa s régné cette année-là, nos pauvres soldats expiraient-ils de faim sur une grande route ? Voilà ce que j’ai vu et ne puis expliquer. Nous vidâmes le coffre aux provisions, nous leur donnâmes tout ce qu’il y avait dans les deux voitures. Je crois qu’ils nous dirent que les ordres avaient été mal donnés et qu’ils n’avaient pas eu de rations depuis plusieurs jours, mais le détail m’échappe.

Les chevaux manquèrent souvent aux relais de poste, et nous fûmes obligées de coucher dans de très mauvais gîtes. Dans un de ces gîtes, l’hôte vint causer avec nous après dîner. Il était outré contre Napoléon de ce qu’il avait laissé envahir la France. Il disait qu’il fallait faire la guerre de partisans, égorger tous les étrangers, mettre l’empereur à la porte, et proclamer la république : mais la bonne, disait-il, la vraie, l’une et indivisible et impérissable. Cette conclusion ne fut point du goût de Mme de Béranger, elle le traita de jacobin : il le lui fit payer sur sa note.

Enfin, nous arrivâmes à Nohant, mais nous n’y étions pas depuis trois jours qu’un grand chagrin vint donner un autre cours à mes pensées.

Ma grand’mère, qui n’avait jamais été malade de sa vie, fit une maladie grave. Comme son organisation était très particulière, les accidens de cette maladie eurent un caractère particulier. D’abord ce fut un sommeil profond dont il fut impossible, durant deux jours, de la tirer : puis, lorsque tous les symptômes alarmans furent dissipés, on s’aperçut qu’elle avait sur le corps une large plaie gangréneuse, produite par la légère excoriation laissée par les cataplasmes salins. Cette plaie fut horriblement douloureuse et longue à fermer. Pendant deux mois il lui fallut garder le lit, et la convalescence ne fut pas moins longue.

Deschartres, Rose et Julie soignèrent ma pauvre bonne maman avec un grand dévouement. Quant à moi, je sentis que je l’aimais plus que je ne m’en étais avisée jusqu’alors. Ses souffrances, le danger de mort où elle se trouva plusieurs fois me la rendirent chère, et le temps de sa maladie fut pour moi d’une mortelle tristesse.

Madame de Béranger resta, je crois, six semaines avec nous, et ne partit que lorsque ma grand’mère fut hors de tout danger. Mais cette dame, si elle eut du chagrin ou de l’inquiétude, ne le fit pas beaucoup paraître, et je doute qu’elle eût le cœur bien tendre. Je ne sais, en vérité, pourquoi ma bonne maman, qui avait un si grand besoin de tendresse, s’était particulièrement attachée à cette femme hautaine et impérieuse en qui je n’ai jamais pu découvrir le moindre charme d’esprit ou de caractère.

Elle était fort active et ne pouvait rester en place. Elle se croyait très habile à lever ou à rectifier le plan d’un jardin ou d’un parc, et elle n’eut pas plutôt vu notre vieux jardin régulier qu’elle se mit en tête de le transformer en paysage anglais : c’était une idée saugrenue, car sur un terrain plat, ayant peu de vue, et où les arbres sont très lents à pousser, ce qu’il y a de mieux à faire, c’est de conserver précieusement ceux qui s’y trouvent, de planter pour l’avenir, de ne point ouvrir de clairières qui vous montrent la pauvreté des lignes environnantes ; c’est surtout, lorsqu’on a la route en face et tout près de la maison, de se renfermer autant que possible derrière des murs ou des charmilles pour être chez soi. Mais nos charmilles faisaient horreur à Mme de Béranger, nos carrés de fleurs et de légumes, qui me paraissaient si beaux et si rians, elle les traitait de jardin de curé. Ma grand’mère, au sortir de la première crise de son mal, avait à peine recouvré la voix et l’ouïe, que son amie lui demanda l’autorisation de mettre la coignée dans le petit bois et la pioche dans les allées. Ma grand’mère n’aimait pas le changement, mais elle avait la tête si faible en ce moment, et d’ailleurs Mme de Béranger exerçait sur elle une telle domination, qu’elle lui donna pleins pouvoirs.

Voilà donc cette bonne dame à l’œuvre : elle mande une vingtaine d’ouvriers, et de sa fenêtre dirige l’abattage, élaguant ici, détruisant là, et cherchant toujours un point de vue qui ne se trouva jamais, parce que, si des fenêtres du premier étage de la maison la campagne est assez jolie, rien ne peut faire que, dans ce jardin, de plain pied avec cette campagne, on ne la voie pas de niveau et sans étendue. Il aurait fallu exhausser de cinquante pieds le sol du jardin et chaque ouverture pratiquée dans les massifs n’aboutissait qu’à nous faire jouir de la vue d’une grande plaine labourée. On élargissait la brèche, on abattait de bons vieux arbres qui n’en pouvaient mais Mme de Béranger traçait des lignes sur le papier, tendait de sa fenêtre des ficelles aux ouvriers, criait après eux, montait, descendait, retournait, s’impatientait et détruisait le peu d’ombrage que nous avions, sans nous faire rien gagner en échange. Enfin, elle y renonça, Dieu merci, car elle eût pu faire table rase : mais Deschartres lui observa que ma grand’mère, dès qu’elle serait en état de sortir et de voir par ses yeux, regretterait peut-être beaucoup ses vieilles charmilles.

Je fus très frappée de la manière dont cette dame parlait aux ouvriers. Elle était beaucoup trop illustre pour daigner s’enquérir de leurs noms et pour les interpeller en particulier. Cependant elle avait affaire de sa fenêtre à chacun d’eux tour à tour, et pour rien au monde elle ne leur eût dit : « Monsieur, ou mon ami, ou mon vieux, » comme on dit en Berry, quel que soit l’âge de l’être masculin auquel on s’adresse. Elle leur criait donc à tuetète : « L’homme n° 2 ! Écoutez, l’homme n° 4 ! » Cela faisai t grandement rire nos paysans narquois, et aucun ne se dérangeait ni ne tournait la tête de son côté. « Pardi se disaient-ils les uns aux autres en levant les épaules, nous sommes bien tous des hommes, et nous ne pouvons pas deviner à qui elle en a, la femme ! »

Il a fallu une trentaine d’années pour faire disparaître le dégât causé chez nous par Mme de Béranger et pour refermer les brèches de ses points de vue.

Elle avait une autre manie qui me contrariait encore plus que celle des jardins anglais. Elle se sanglait si fort dans ses corsets, que le soir elle était rouge comme une betterave et que les yeux lui sortaient de la tête. Elle déclara que je me tenais comme une bossue, que j’étais taillée comme un morceau de bois, et qu’il fallait me donner des formes. En conséquence, elle me fit faire bien vite un corset, à moi qui ne connaissais pas cet instrument de torture, et elle me le sangla elle-même si bien que je faillis me trouver mal la première fois.

À peine fus-je hors de sa présence, que je coupai lestement le lacet, moyennant quoi je pus supporter le buse et les baleines ; mais elle s’aperçut bientôt de la supercherie et me sangla encore plus fort. J’entrai en révolte, et, me réfugiant dans la cave, je ne me contentai pas de couper le lacet, je jetai le corset dans une vieille barrique de lie de vin où personne ne s’avisa d’aller le découvrir. On le chercha bien, mais si on le retrouva six mois après, à l’époque des vendanges, c’est ce dont je ne me suis jamais enquis.

La petite Lorette de Béranger, car Mme de la Marlière nous avait appris à donner aux chiens trop gâtés les noms de leurs maîtresses, était un être acariâtre qui sautait à la figure des gros chiens les plus graves et les forçait à sortir de leur caractère. Dans ces rencontres, Mme de Béranger jetait les hauts cris et se trouvait mal. Si bien que nos amis Brillant et Moustache ne pouvaient plus mettre la patte au salon. Chaque soir, Hippolyte était chargé de mener promener Lorette, parce que son air bon apôtre inspirait de la confiance à Mme de Béranger ; mais Lorette passait de mauvais quarts d’heure entre ses mains. « Pauvre petite chérie, amour de petite bête ! » lui disait-il sur le seuil de la porte, d’où sa maîtresse pouvait l’entendre, et à peine la porte était-elle franchie, qu’il lançait Lorette en l’air de toute sa force au milieu de la cour, s’inquiétant peu comment et où elle retomberait. Je crois bien que Lorette se figurait aussi avoir seize quartiers de noblesse, car c’était une bête stupide et détestable dans son impertinence.

Enfin Mme de Béranger et Lorette partirent. Nous ne regrettâmes que sa femme de chambre, qui était une personne de mérite.

La maladie de la bonne maman ne nous avait pas permis de beaucoup rire aux dépens de la vieille comtesse. Les nouvelles du dehors n’étaient pas gaies non plus, et, un jour de printemps, ma grand’mère convalescente reçut une lettre de Mme de Pardaillan qui lui disait : « Les alliés sont entrés dans Paris. Ils n’y ont pas fait de mal. On n’a point pillé. On dit que l’empereur Alexandre va nous donner pour roi le frère de Louis XVI, celui qui était en Angleterre et dont je ne me rappelle pas le nom. »

Ma grand’mère rassembla ses souvenirs. « Ce doit être, dit-elle, celui qui avait le titre de Monsieur. C’était un bien mauvais homme. Quant au comte d’Artois, c’était un vaurien détestable. Allons, ma fille, voilà nos cousins sur le trône, mais il n’y a pas de quoi nous vanter. »

Telle fut sa première impression. Et puis, suivant l’impulsion de son entourage, elle fut dupe pendant quelque temps des promesses faites à la France, et subit le premier engouement, non pour les personnes, mais pour les choses restaurées. Cela ne fut pas de longue durée. Quand la dévotion fut à l’ordre du jour, elle revint à son dégoût pour les hypocrites ; je le dirai plus tard.

J’attendais avec anxiété une lettre de ma mère, elle arriva enfin. Ma pauvre petite maman avait été malade de peur. Par une chance singulière, un des cinq ou six boulets lancés sur Paris et dirigés sur la statue de la colonne de la place Vendôme était venu tomber sur la maison que ma mère habitait alors rue Basse-du-Rempart. Ce boulet avait troué le toit, pénétré deux étages, et était venu s’amortir sur le plafond de la chambre où elle se trouvait. Elle avait fui avec Caroline, croyant que Paris allait être, en peu d’heures, un amas de décombres. Elle put revenir coucher tranquillement chez elle, après avoir vu, avec la foule consternée et stupéfaite, l’entrée des barbares que de belles dames couraient embrasser et couronner de fleurs.



CHAPITRE SEPTIÈME.

La lutte domestique s’envenime. — Je commence à connaître le chagrin. — Discussion avec ma mère. — Mes prières, ses promesses, son départ.


Ma mère vint passer un mois avec nous, et dut s’en retourner pour faire sortir Caroline de pension. Je compris alors que je la verrais désormais de moins en moins à Nohant. Ma grand’mère parlait d’y passer l’hiver, je tombai dans le plus grand chagrin que j’eusse encore ressenti de ma vie. Ma mère s’efforçait de me donner du courage, mais elle ne pouvait plus me tromper, j’étais d’âge à constater les nécessités de la position qui nous était faite à l’une et à l’autre. L’admission de Caroline dans la famille eût tout arrangé, et c’est sur quoi ma grand’mère était inflexible.

Ma mère n’était point heureuse à Nohant, elle y souffrait, elle y subissait un étouffement moral, une contrainte, une irritation comprimée de tous les instans. Mon obstination à la préférer ostensiblement à ma grand’mère (je ne savais pas feindre, quoique cela eût été dans l’intérêt de tout le monde) aigrissait de plus en plus cette dernière contre elle. Et il faut bien dire que la maladie de cette pauvre grand’mère avait beaucoup changé son caractère. Elle avait des jours d’humeur que je ne lui avais jamais vus. Sa susceptibilité devenait excessive. En de certains momens, elle me parlait si sèchement que j’en étais atterrée. Mlle Julie prenait un empire extraordinaire, déplorable, sur son esprit, recevant toutes ses confidences et envenimant tous ses déplaisirs, à bonne intention sans doute, mais sans discernement et sans justice.

Pourtant ma mère eût supporté tout cela pour moi, si elle n’eût été continuellement inquiète de son autre fille. Je le compris ; je ne voulais pas que Caroline me fût sacrifiée, et pourtant Caroline commençait, de son côté, à être jalouse de moi, la pauvre enfant, à se plaindre des absences annuelles de sa mère, et à lui reprocher en sanglotant sa préférence pour moi.

Ainsi nous étions toutes malheureuses, et moi, cause innocente de toutes ces amertumes domestiques, j’en ressentais le contre-coup plus douloureusement encore que les autres.

Quand je vis ma mère faire ses paquets, je fus saisie de terreur. Comme elle était, ce jour-là, fort irritée des propos de Julie et disait qu’il n’y avait plus moyen de subir l’autorité d’une femme de chambre devenue plus maîtresse dans la maison que la maîtresse elle-même, je crus que ma mère s’en allait pour ne plus revenir ; je devinai, du moins, qu’elle ne reviendrait plus que de loin en loin, et je me jetai dans ses bras, à ses pieds ; je me roulai par terre, la suppliant de m’emmener, et lui disant que si elle ne le faisait pas, je me sauverais et que j’irais de Nohant à Paris, seule et à pied, pour la rejoindre.

Elle me prit sur ses genoux et tâcha de me faire comprendre sa situation. « Ta grand’mère, me dit-elle, peut me réduire à quinze cents francs si je t’emmène. — Quinze cents francs, m’écriai-je, mais c’est beaucoup, cela ! c’est bien assez pour nous trois. — Non, me dit-elle, ce ne serait pas assez pour Caroline et moi, car la pension et l’entretien de ta sœur m’en coûtent la moitié, et avec ce qui me reste, j’ai bien de la peine à vivre et à m’habiller. Tu saurais cela si tu avais la moindre idée de ce que c’est que l’argent. Eh bien, si je t’emmène, et qu’on me retire mille francs par an, nous serons si pauvres, si pauvres, que tu ne pourras pas le supporter et que tu me redemanderas ton Nohant et tes quinze mille livres de rente. — Jamais ! jamais ! m’écriai-je ; nous serons pauvres, mais nous serons ensemble : nous ne nous quitterons jamais, nous travaillerons, nous mangerons des haricots dans un petit grenier, comme dit Mlle Julie, où est le mal ? nous serons heureuses, on ne nous empêchera plus de nous aimer ! »

J’étais si convaincue, si ardente, si désespérée, que ma mère fut ébranlée. « C’est peut-être vrai, ce que tu dis là, répondit-elle avec la simplicité d’un enfant, et d’un généreux enfant qu’elle était. Il y a longtemps que je sais que l’argent ne fait pas le bonheur, et il est certain que si je t’avais avec moi à Paris, je serais beaucoup plus heureuse dans ma pauvreté que je ne le suis ici, où je ne manque de rien et où je suis abreuvée de dégoûts. Mais ce n’est pas à moi que je pense, c’est à toi, et je crains que tu ne me reproches un jour de t’avoir privée d’une belle éducation, d’un beau mariage et d’une belle fortune.

— Oui, oui, m’écriai-je, une belle éducation, où l’on veut faire de moi une poupée de bois ; un beau mariage ! avec un monsieur qui rougira de ma mère et la mettra à la porte de chez moi ; une belle fortune, qui m’aura coûté tout mon bonheur et qui me forcera à être une mauvaise fille ! Non, j’aime mieux mourir que d’avoir toutes ces belles choses-là. Je veux bien aimer ma grand’mère, je veux bien venir la soigner et faire sa partie de grabuge et de loto quand elle s’ennuiera ; mais je ne veux pas demeurer avec elle. Je ne veux pas de son château et de son argent ; je n’en ai pas besoin, qu’elle les donne à Hippolyte, ou à Ursule, ou à Julie, puisqu’elle aime tant Julie : moi, je veux être pauvre avec toi, et on n’est pas heureuse sans sa mère. »

Je ne sais pas tout ce que j’ajoutai, je fus éloquente à ma manière, puisque ma mère se trouva réellement influencée. « Ecoute , me dit-elle, tu ne sais pas ce que c’est que la misère pour de jeunes filles ! moi, je le sais, et je ne veux pas que Caroline et toi passiez par où j’ai passé quand je me suis trouvée orpheline et sans pain à quatorze ans ; je n’aurais qu’à mourir et à vous laisser comme cela ! Ta grand’mère te reprendrait peut-être, mais elle ne prendra jamais ta sœur, et que deviendrait-elle ? Mais il y a un moyen d’arranger tout. On peut toujours être assez riche en travaillant, et je ne sais pas pourquoi, moi qui sais travailler, je ne fais plus rien, et pourquoi je vis de mes rentes comme une belle dame. Ecoute-moi bien ; je vais essayer de monter un magasin de modes. Tu sais que j’ai été déjà modiste et que je fais les chapeaux et les coiffures mieux que les perruches qui coiffent ta bonne maman tout de travers, et qui font payer leurs vilains chiffons les yeux de la tête. Je ne m’établirai pas à Paris, il faudrait trop d’argent ; mais, en faisant des économies pendant quelques mois, et en empruntant une petite somme que ma sœur ou Pierret me feront bien trouver, j’ouvrirai une boutique à Orléans, où j’ai déjà travaillé. Ta sœur est adroite, tu l’es aussi, et tu auras plus vite appris ce métier-là que le grec et le latin de M. Deschartres. À nous trois, nous suffirons au travail ; je sais qu’on vend bien à Orléans et que la vie n’est pas très chère. Nous ne sommes pas des princesses, nous vivrons de peu, comme du temps de la rue Grange-Batelière ; nous prendrons plus tard Ursule avec nous. Et puis nous ferons des économies, et, dans quelques années, si je peux vous donner à chacune huit ou dix mille francs, ce sera de quoi vous marier avec d’honnêtes ouvriers qui vous rendront plus heureuses que des marquis et des comtes. Au fait, tu ne seras jamais à ta place dans ce monde-là. On ne t’y pardonnera pas d’être ma fille et d’avoir eu un grand-père marchand d’oiseaux. On t’y fera rougir à chaque instant, et si tu avais le malheur de prendre leurs grands airs, tu ne te pardonnerais plus à toi-même de n’être qu’à moitié noble. C’est donc résolu. Garde bien ce secret-là. Je vais partir, et je m’arrêterai un jour ou deux à Orléans pour m’informer et voir des boutiques à louer. Puis je préparerai tout à Paris, je t’écrirai en cachette par Ursule ou par Catherine, quand tout sera arrangé, et je viendrai te prendre ici. J’annoncerai ma résolution à ma belle-mère : je suis ta mère, et personne ne peut m’ôter mes droits sur toi. Elle se fâchera, elle me retirera le surplus de pension qu’elle me donne, je m’en moquerai : nous partirons d’ici pour prendre possession de notre petite boutique, et quand elle passera dans son carrosse par la grande rue d’Orléans, elle verra en lettres longues comme le bras : « Madame veuve Dupin, marchande de modes. »


FIN DU TOME CINQUIÈME.

Typographie L. Schnauss.



HISTOIRE DE MA VIE.






HISTOIRE

DE MA VIE

PAR

Mme GEORGE SAND.

Charité envers les autres ; Dignité envers soi-même ; Sincérité devant Dieu.

Telle est l’épigraphe du livre que j’entreprends.

15 avril 1847.

GEORGE SAND.


TOME SIXIÈME.

PARIS, 1855.

LEIPZIG, CHEZ WOLFGANG GERHARD.



CHAPITRE SEPTIÈME.

(SUITE.)

Première nuit d’insomnie et de désespoir. — La chambre déserte. — Première déception. — Liset. — Projet romanesque. — Mon trésor. — Accident arrivé à ma grand’mère. — Je renonce à mon projet. — Ma grand’mère me néglige forcément. — Leçons de Deschartres. — La botanique. — Mon dédain pour ce qu’on m’enseigne.


Ce beau projet me tourna la tête. J’en eus presque une attaque de nerfs. Je sautais par la chambre en criant et en riant aux éclats, et en même temps je pleurais. J’étais comme ivre. Ma pauvre mère était certainement de bonne foi et croyait à sa résolution, sans cela elle n’eût point à la légère empoisonné l’insouciance ou la résignation de mes jeunes années par un rêve trompeur ; car il est certain que ce rêve s’empara de moi et me créa pour longtemps des agitations et des tourmens sans rapport naturel avec mon âge.

Je mis alors autant de zèle à faire partir ma mère que j’en avais mis à l’en empêcher. Je l’aidais à faire ses paquets, j’étais gaie, j’étais heureuse ; il me semblait qu’elle reviendrait me chercher au bout de huit jours. Mon enjouement, ma pétulance étonnèrent ma bonne maman pendant le dîner, d’autant plus que j’avais tant pleuré que j’avais les paupières presque en sang, et que ce contraste était inexplicable. Ma mère me dit quelques mots à l’oreille pour m’engager à m’observer et à ne pas donner de soupçons. Je m’observai si bien, je fus si discrète, que jamais personne ne se douta de mon projet, bien que je l’aie porté quatre ans dans mon cœur avec toutes les émotions de la crainte et de l’espérance ; je ne le confiai jamais, pas même à Ursule.

Pourtant, à mesure que la nuit approchait (ma mère devait partir à la première aube), j’étais inquiète, épouvantée. Il me semblait que ma mère ne me regardait pas de l’air d’intelligence et de sécurité qu’il aurait fallu pour me consoler. Elle devenait triste et préoccupée. Pourquoi était-elle triste, puisqu’elle devait sitôt revenir, puisqu’elle allait travailler à notre réunion, à notre bonheur ? Les enfans ne doutent pas par eux-mêmes et ne tiennent pas compte des obstacles, mais quand ils voient douter ceux en qui leur foi repose, ils tombent dans une détresse de l’âme qui les fait ployer et trembler comme de pauvres brins d’herbe.

On m’envoya coucher à neuf heures, comme à l’ordinaire. Ma mère m’avait bien promis de ne pas se coucher elle-même sans entrer dans ma chambre pour me dire encore adieu et me renouveler ses engagemens ; mais je craignis qu’elle ne voulût m’éveiller si elle me supposait endormie, et je ne me couchai pas ; c’est-à-dire que je me relevai aussitôt que Rose fut partie, car lorsqu’elle m’avait mise au lit, elle redescendait attendre auprès de Julie le coucher de ma grand’mère. Ce coucher était fort long. Ma grand’mère mangeait un peu et très lentement ; et puis, pendant qu’on lui apprêtait et lui arrangeait, sur la tête et sur les épaules, une douzaine de petits bonnets et de petits fichus de toile, de soie, de laine et d’ouate, elle écoutait le rapport de Julie sur les choses intimes de la famille, et celui de Rose sur les détails du ménage. Cela durait jusqu’à deux heures du matin, et c’est alors seulement que Rose venait se coucher dans le cabinet contigu à ma chambrette.

Cette chambrette donnait sur un long corridor presque en face de la porte du cabinet de toilette de ma mère, par lequel elle passait ordinairement pour rentrer chez elle, et je ne pouvais manquer de la saisir au passage et de m’entretenir encore avec elle avant que Rose vînt nous interrompre. Mais nous pouvions être surveillées par exception cette nuit-là, et, dans ma terreur de ne pouvoir plus m’épancher avec l’objet de mon amour, je voulus lui écrire une longue lettre. Je fis des prodiges d’adresse et de patience pour rallumer ma bougie, sans allumettes, à mon feu presque éteint ; j’en vins à bout, et j’écrivis sur des feuilles arrachées à mon cahier de verbes latins.

Je vois encore ma lettre et l’écriture ronde et enfantine que j’avais dans ce temps-là ; mais qu’y avait-il dans cette lettre ? Je ne m’en souviens plus. Je sais que je l’écrivis dans la fièvre de l’enthousiasme, que mon cœur y coulait à flots pour ainsi dire, et que ma mère l’a gardée longtemps comme une relique ; mais je ne l’ai pas retrouvée dans les papiers qu’elle m’a laissés. Mon impression est que jamais passion plus profonde et plus pure ne fut plus naïvement exprimée, car mes larmes l’arrosèrent littéralement, et à chaque instant j’étais forcée de retracer les lettres effacées par mes pleurs.

Mais comment remettre cette lettre à ma mère si elle était accompagnée, en montant l’escalier, par Deschartres ? J’imaginai, pendant que j’en avais le temps encore, de pénétrer dans la chambre de ma mère sur la pointe du pied. Il fallait ouvrir et fermer des portes, précisément au-dessus de la chambre de Mlle Julie. La maison est d’une sonorité effrayante, grâce à une immense cage d’escalier où vibre le moindre souffle. J’en vins à bout cependant, et je plaçai ma lettre derrière un petit portrait de mon grand’père qui était comme caché derrière une porte. C’était un dessin au crayon où il était représenté, non pas jeune, mince et coquet, comme dans le grand pastel du salon, avec une veste de chambre en taffetas feuille-morte à boutons de diamant et les cheveux relevés avec un peigne, une palette à la main, et vis-à-vis d’un paysage ébauché couleur de rose et bleu turquoise ; mais vieux, cassé, en grand habit carré, en bourse et ailes de pigeon, gros, flasque et courbé sur une table de travail, comme il devait être peu de temps avant de mourir. J’avais mis sur l’adresse de ma lettre : « Place ta réponse derrière ce même portrait du vieux Dupin. Je la trouverai demain quand tu seras partie. » Il ne me restait plus qu’à trouver un moyen d’avertir ma mère d’avoir à chercher derrière ce portrait ; j’y accrochai son bonnet de nuit : et, dans le bonnet de nuit, je mis un mot au crayon : « Secoue le portrait. »

Toutes mes précautions prises, je revins me coucher, sans faire le moindre bruit ; mais je restai assise sur mon lit, dans la crainte que la fatigue ne vainquît ma résolution. J’étais brisée par les larmes et les émotions de la journée, et je m’assoupissais à chaque instant, mais j’étais réveillée en sursaut par les battemens de mon cœur, et je croyais entendre marcher dans le corridor. Enfin minuit sonna à la pendule de Deschartres dont la chambre n’était séparée de la mienne que par la muraille. Deschartres monta le premier ; j’entendis son pas lourd et régulier, et ses portes fermées avec une majestueuse lenteur. Ma mère vint un quart d’heure après, mais Rose était avec elle, elle venait l’aider à faire ses malles. Rose n’avait pas l’intention de nous contrarier, mais elle avait été souvent réprimée pour sa faiblesse dans ces sortes d’occasions, et je ne pouvais plus me fier à elle. D’ailleurs, j’avais besoin de voir ma mère sans témoin. Je me renfonçai donc sous mes couvertures, à demi vêtue encore, et je ne bougeai pas. Ma mère passa, Rose resta avec elle une demi-heure, puis vint se coucher. J’attendis encore une demi-heure qu’elle fût endormie, puis bravant tout, j’ouvris tout doucement ma porte, et m’en allai trouver ma mère.

Elle lisait ma lettre, elle pleurait. Elle m’étreignit sur son cœur : mais elle était retombée de la hauteur de notre projet romanesque dans une hésitation désespérante. Elle comptait que je m’habituerais à ma grand’mère, elle se reprochait de m’avoir monté la tête, elle m’engageait à l’oublier. C’était comme des coups de poignard froids comme la mort dans mon pauvre cœur. Je lui fis de tendres reproches, et j’y mis tant de véhémence qu’elle s’engagea de nouveau à revenir me chercher dans trois mois au plus tard, si ma bonne maman ne me conduisait pas à Paris à l’hiver, et si je persistais dans ma résolution. Mais ce n’était pas assez pour me rassurer, je voulais qu’elle répondît par écrit à l’ardente supplication de ma lettre. Je demandais une lettre d’elle à trouver, après son départ, derrière le portrait, une lettre que je pourrais relire tous les jours en secret pour me donner du courage et entretenir mon espérance. Elle ne put m’envoyer coucher qu’à ce prix, et j’allai essayer de réchauffer mon pauvre corps glacé dans mon lit encore plus froid. Je me sentais malade : j’aurais voulu dormir comme elle le désirait pour oublier un instant mon angoisse : mais cela me fut impossible. J’avais le doute, c’est-à-dire le désespoir dans l’âme : c’est tout un pour les enfans, puisqu’ils ne vivent que de songes, et de confiance en leurs songes. Je pleurai si amèrement que j’avais le cerveau brisé, et quand le jour parut pâle et triste, c’était la première aube que je voyais paraître après une nuit de douleur et d’insomnie. Combien d’autres depuis, que je ne saurais compter !

J’entendis rouvrir les portes, descendre les paquets : Rose se leva, je n’osai lui montrer que je ne dormais pas ; elle en eût été attendrie cependant ; mais mon amour, à force d’être exalté, devenait romanesque, il avait besoin de mystère. Pourtant lorsque la voiture roula dans la cour, lorsque j’entendis les pas de ma mère dans le corridor, je n’y pus tenir, je m’élançai pieds nus sur le carreau, je me précipitai dans ses bras, et perdant la tête, je la suppliai de m’emmener. Elle me reprocha de lui faire du mal lorsqu’elle souffrait déjà tant de me quitter. Je me soumis, je retournai à mon lit ; mais lorsque j’entendis le dernier roulement de la voiture qui l’emportait, je ne pus retenir des cris de désespoir, et Rose elle-même, malgré la sévérité dont elle commençait à s’armer, ne put retenir ses larmes en me retrouvant dans cet état pitoyable, trop violent pour mon âge et qui aurait dû me rendre folle, si Dieu, me destinant à souffrir, ne m’eût douée d’une force extraordinaire.

Je reposai cependant quelques heures : mais à peine fus-je éveillée que je retrouvai mon chagrin, et que mon cœur se brisa à l’idée que ma mère était partie, peut-être pour toujours. Aussitôt habillée, je courus à sa chambre, je me jetai sur son lit défait, je baisai mille fois l’oreiller qui portait encore l’empreinte de sa tête. Puis, je m’approchai du portrait où je devais trouver une lettre, mais Rose entra, et je dus renfermer ma douleur : non pas que cette fille, dont le cœur était bon, m’en eût fait un crime, mais j’éprouvais une sorte d’amère douceur à cacher ma souffrance. Elle se mit à faire la chambre, à enlever les draps, à relever les matelas, à fermer les persiennes.

Assise dans un coin, je la regardais faire, j’étais comme hébétée. Il me semblait que ma mère était morte, et qu’on rendait au silence et à l’obscurité cette chambre où elle ne rentrerait plus.

Ce ne fut que dans la journé e que je pus trouver le moyen d’y rentrer sans être observée, et je courus au portrait, le cœur palpitant d’espérance ; mais j’eus beau secouer et retourner l’image du vieux Francueil, on ne lui avait rien confié pour moi ; ma mère, ne voulant pas entretenir dans mon esprit une chimère qu’elle regrettait déjà sans doute d’y avoir fait naître, avait cru ne pas devoir me répondre. Ce fut pour moi le dernier coup. Je restai tout le temps de ma récréation immobile et abrutie dans cette chambre devenue si froide, si mystérieuse et si morne. Je ne pleurais plus, je n’avais plus de larmes, et je commençais à souffrir d’un mal plus profond et plus déchirant que l’absence. Je me disais que ma mère ne m’aimait pas autant qu’elle était aimée de moi ; j’étais injuste en cette circonstance ; mais, au fond, c’était la révélation d’une vérité que chaque jour devait confirmer. Ma mère avait pour moi, comme pour tous les êtres qu’elle avait aimés, plus de passion que de tendresse. Il se faisait dans son âme comme de grandes lacunes dont elle ne pouvait se rendre compte. À côté de trésors d’amour, elle avait des abîmes d’oubli ou de lassitude. Elle avait trop souffert, elle avait besoin souvent de ne plus souffrir : et moi j’étais comme avide de souffrance, tant j’avais encore de force à dépenser sous ce rapport-là.

J’avais pour compagnon de mes jeux un petit paysan plus jeune que moi de deux années, à qui ma mère enseignait à lire et à écrire. Il était alors fort gentil et fort intelligent. Je me fis non-seulement un plaisir, mais comme une religion, de continuer l’éducation commencée par ma mère, et j’obtins de ma grand’mère qu’il viendrait prendre sa leçon tous les matins à huit heures. Je le trouvais installé dans la salle à manger, ayant déjà barbouillé une grande page de lettres. On peut croire que je ne le soumettais pas à la méthode de M. Lubin, aussi avait-il une jolie écriture, fort lisible. Je corrigeais ses fautes, je le faisais épeler, et j’exigeais qu’il se rendît compte du sens des mots. Car je me souvenais d’avoir su lire longtemps avant de comprendre ce que je lisais. Cela amenait beaucoup de questions de sa part et d’explications de la mienne. Je lui donnais donc des notions d’histoire, de géographie, etc., ou plutôt de raisonnement sur ces choses qui étaient toutes fraîches dans ma tête et qui passaient facilement dans la sienne.

Le jour du départ de ma mère, je trouvai Liset (diminutif berrichon de Louis) tout en larmes. Il ne voulut pas me dire devant Rose la cause de son chagrin, mais, quand nous fûmes seuls, il me dit qu’il pleurait madame Maurice. Je me mis à pleurer avec lui, et, de ce moment, je le pris en amitié véritable. Quand sa leçon était finie, il allait aux champs, et il revenait à l’heure de ma récréation. Il n’était ni gai ni bruyant. Il aimait à causer avec moi, et quand j’étais triste il gardait le silence et marchait derrière moi comme un confident de tragédie. Le railleur Hippolyte, qui regrettait bien aussi ma mère, mais qui n’était pas capable d’engendrer une longue mélancolie, l’appelait mon fidèle Achate.

Je ne lui confiais pourtant rien du tout : je sentais la gravité du secret que ma mère m’avait confié dans un moment d’entraînement, et je ne voulais pas encore me persuader que ce secret n’était qu’un leurre.

Pourtant les jours succédèrent aux jours, les semaines aux semaines, et ma mère ne m’envoya aucun avis particulier ; elle ne me fit pas entendre, par le moindre mot à double sens dans ses lettres, qu’elle songeât à notre projet. Ma grand’mère s’installa à Nohant pour tout l’hiver. Je dus me résigner, mais ce ne fut pas sans de grands déchiremens intérieurs. J’avais, pour me consoler de temps en temps, une fantaisie en rapport avec ma préoccupation dominante. C’était de me figurer que, quand je souffrirais trop, je pourrais exécuter la tendre menace que j’avais faite à ma mère de quitter Nohant seule et à pied pour aller la trouver à Paris. Il y avait des momens où ce projet me paraissait très réalisable, et je me promettais d’en faire part à Liset, le jour où j’aurais définitivement résolu de me mettre en route. Je comptais qu’il m’accompagnerait.

Ce n’était ni la longueur du chemin, ni la souffrance du froid, ni aucun danger qui me faisait hésiter, mais je ne pouvais me résoudre à demander l’aumône en chemin, et il me fallait un peu d’argent. Voici ce que j’imaginai pour m’en procurer au besoin. Mon père avait rapporté d’Italie, à ma mère, un très beau collier d’ambre jaune mat qui n’avait guère d’autre valeur que le souvenir, et qu’elle m’avait donné. J’avais ouï dire à ma mère qu’il l’avait payé fort cher, deux louis ! cela me paraissait très considérable. En outre j’avais un petit peigne en corail, un brillant gros comme une tête d’épingle monté en bague, une bonbonnière d’écaille blonde garnie d’un petit cercle d’or qui valait trois francs, et quelques débris de bijoux sans aucune valeur, que ma mère et ma grand’mère m’avaient donnés pour en orner ma poupée. Je rassemblai toutes ces richesses dans une petite encoignure de la chambre de ma mère, où personne n’entrait que moi, à la dérobée, en de certains jours : et, en moi-même, j’appelai cela mon trésor. Je songeai d’abord à le confier à Liset ou à Ursule, pour qu’ils le vendissent à la Châtre. Mais on eût pu les soupçonner d’avoir volé ces bijoux, du moment qu’ils en voudraient faire de l’argent, et je m’avisai d’un meilleur moyen tout à fait conforme à celui usité par les princesses errantes de mes contes de fées : c’était d’emporter mon trésor dans ma poche, et, chaque fois que j’aurais faim en voyage, d’offrir en paiement une perle de mon collier, ou une petite brisure de mes vieux ors. Chemin faisant, je trouverais bien un orfèvre à qui je pourrais vendre ma bonbonnière, mon peigne ou ma bague, et je me figurais que j’aurais encore de quoi dédommager ma mère, en arrivant, de la dépense que j’allais lui occasionner.

Quand je crus m’être ainsi assurée de la possibilité de ma fuite, je me sentis un peu plus calme, et dans mes accès de chagrin, je me glissais dans la chambre sombre et déserte, j’allais ouvrir l’encoignure et je me consolais en contemplant mon trésor, l’instrument de ma liberté. Je commençais à être, non plus en imagination, mais en réalité, si malheureuse que j’aurais certainement pris la clef des champs, sauf à être rattrapée et ramenée au bout d’une heure (chance que je ne voulais pas prévoir, tant je me croyais certaine d’aller vite et de me cacher habilement dans les buissons du chemin), sans un nouvel accident arrivé à ma grand’mère.

Un jour au milieu de son dîner, elle se trouva prise d’un étourdissement, elle ferma les yeux, devint pâle, et resta immobile et comme pétrifiée pendant une heure. Ce n’était pas un évanouissement, mais plutôt une sorte de catalepsie. La vie molle et sans mouvement physique qu’elle s’était obstinée à mener avait mis en elle un germe de paralysie qui devait l’emporter plus tard, et qui s’annonça dès lors par une suite d’accidens du même genre. Deschartres trouva ce symptôme très grave, et la manière dont il m’en parla changea toutes mes idées. Je retrouvais dans mon cœur une grande affection pour ma bonne maman quand je la voyais malade ; j’éprouvais alors le besoin de rester auprès d’elle, de la soigner, et une crainte excessive de lui faire du mal en lui faisant de la peine. Cette sorte de catalepsie revint cinq ou six fois par an pendant deux années, et reparut ensuite aux approches de sa dernière maladie.

Je commençai donc à me reprocher mes projets insensés. Ma mère ne les encourageait pas ; tout au contraire, elle semblait vouloir me les faire oublier en se faisant oublier elle-même, car elle m’écrivait assez rarement, et il me fallait lui adresser deux ou trois lettres pour en recevoir une d’elle. Elle s’apercevait, un peu tard sans doute, mais avec raison, qu’elle avait trop développé ma sensibilité, et elle m’écrivait : « Cours, joue, marche, grandis, reprend tes bonnes joues roses, ne pense à rien que de gai, porte-toi bien et deviens forte, si tu veux que je sois tranquille, et que je me console un peu d’être loin de toi. »

Je la trouvais devenue bien patiente à supporter notre séparation, mais je l’aimais quand même, et puis ma grand’mère devenait si chétive que le moindre chagrin pouvait la tuer. Je renonçai solennellement (toujours en présence de moi seule) à effectuer ma fuite. Pour n’y plus penser, comme ce maudit trésor me donnait des tentations ou des regrets, je le retirai de la chambre où sa vue et l’espèce de mystère de son existence m’impressionnaient doublement. Je le donnai à serrer à ma bonne, après avoir envoyé à Ursule tout ce qu’elle pouvait accepter sans être accusée d’indiscrétion par ses parens, très sévères et très délicats sous ce rapport.

Je ne pouvais pas me dissimuler que la maladie de ma bonne-maman et les accidens qui se renouvelaient avaient porté atteinte à sa force d’esprit et à la sérénité de son caractère. Chez elle, l’esprit proprement dit, comme on l’entend dans le monde, c’est-à-dire l’art de causer et d’écrire, n’avait pas souffert ; mais le jugement et la saine appréciation des personnes et des choses avaient été ébranlés. Elle avait tenu jusqu’alors ses domestiques et même ses amis à une certaine distance du sanctuaire de sa pensée. Elle avait résisté à ses premières impressions et aux influences du préjugé. Il n’en était plus absolument de même, bien que l’apparence y fût toujours. Les domestiques avaient trop voix délibérative dans les conseils de la famille.

La santé morale était affaiblie avec la santé physique, et pourtant elle n’avait que soixante-six ans, âge qui n’est pas fatalement marqué pour les infirmités du corps et de l’âme , âge que j’ai vu atteindre et dépasser par ma mère sans amener la moindre diminution dans son énergie morale et physique.

Ma grand’mère ne pouvait plus guère supporter le bruit de l’enfance, et je me faisais volontairement, mais sans effort et sans souffrance, de plus en plus taciturne et immobile à ses côtés. Elle sentait que cela pouvait être préjudiciable à ma santé, et elle ne me gardait plus guère auprès d’elle. Elle était poursuivie par une somnolence fréquente, et comme son sommeil était fort léger, que le moindre souffle la réveillait péniblement, elle voulut, pour échapper à ce malaise continuel, régulariser son sommeil de la journée. Elle s’enfermait donc à midi pour faire sur son grand fauteuil une sieste qui durait jusqu’à trois heures. Et puis c’étaient des bains de pieds, des frictions et mille soins particuliers qui la forçaient à s’enfermer avec Mlle Julie, si bien que je ne la voyais plus guère qu’aux heures des repas et pendant la soirée, pour faire sa partie ou tenir les cartes, tandis qu’elle faisait des patiences et des réussites. Cela m’amusait médiocrement, comme on peut croire : mais je n’ai point à me reprocher d’y avoir jamais laissé paraître un instant d’humeur ou de lassitude.

Chaque jour j’étais donc livrée davantage à moi-même, et les courtes leçons qu’elle me donnait consistaient en un examen de mon cahier d’extraits, tous les deux ou trois jours, et une leçon de clavecin qui durait à peine une demi-heure. Deschartres me donnait une leçon de latin que je prenais de plus en plus mal, car cette langue morte ne me disait rien ; et une leçon de versification française qui me donnait des nausées, cette forme, que j’aime et que j’admire pourtant, n’étant point la mienne, et ne me venant pas plus naturellement que l’arithmétique, pour laquelle j’ai toujours eu une incapacité notoire. J’étudiais pourtant l’arithmétique et la versification, et le latin, voire un peu de grec et un peu de botanique par-dessus le marché, et rien de tout cela ne me plaisait. Pour comprendre la botanique (qui n’est point du tout une science à la portée des demoiselles), il faut connaître le mystère de génération et la fonction des sexes ; c’est même tout ce qu’il y a de curieux et d’intéressant dans l’organisme des plantes. Comme on le pense bien, Deschartres me faisait sauter à pieds joints par là-dessus, et j’étais beaucoup trop simple pour m’aviser par moi-même de la moindre observation en ce genre. La botanique se réduisait donc pour moi à des classifications purement arbitraires, puisque je n’en saisissais pas les lois cachées, et à une nomenclature grecque et latine qui n’était qu’un aride travail de mémoire. Que m’importait de savoir le nom scientifique de toutes ces jolies herbes des prés, auxquelles les paysannes et les pâtres ont donné des noms souvent plus poétiques et toujours plus significatifs : le thym de bergère, la bourse à berger, la patience, le pied de chat, le baume, la nappe, la mignonnette, la boursette, la repousse, le danse-toujours, la pâquerette, l’herbe aux gredots, etc. Cette botanique à noms barbares me semblait la fantaisie des pédans, et de même pour la versification latine et française, je me demandais, dans ma superbe ignorance, à quoi bon ces alignemens et ces règles desséchantes qui gênaient l’élan de la pensée et qui en glaçaient le développement. Je me répétais tout bas ce que j’avais entendu dire à ma naïve mère : « À quoi ça sert-il, toutes ces fadaises-là ? » Elle avait le bon sens de Nicole, moi la sauvagerie instinctive d’un esprit très logique sans le savoir, et très positif par cela même qu’il était très romanesque : ceci peut sembler un paradoxe, mais j’aurai tant à y revenir, qu’on me permettra de passer outre pour le moment.



CHAPITRE HUITIÈME.

Mes rapports avec mon frère. — Les ressemblances et les incompatibilités de nos caractères. — Violences de ma bonne. — Tendances morales que développe en moi cette tyrannie. — Ma grand’mère devient royaliste sans l’être. — Le portrait de l’empereur Alexandre. — Retour de l’île d’Elbe. — Nouvelles visions. — Ma mère revient à Nohant. — Je pardonne à ma bonne. — Le passage de l’armée de la Loire. — La cocarde du général Subervic. — Le général Colbert. — Comme quoi Nohant faillit être le foyer et le théâtre d’une Vendée patriotique. — Le licenciement. — Le colonel Sourd. — Les brigands de la Loire. — Les pêches de Deschartres. — Le régiment de mon père. — Visite de notre cousin. — Dévotion de Mme de la Marlière. — Départ de ma mère. — Départ de mon frère. — Solitude.


J’entrerai plus tard dans un détail plus raisonné du goût ou du dégoût que m’inspirèrent mes diverses études. Ce que je veux retracer ici, c’est la disposition morale dans laquelle je me trouvai, livrée pour ainsi dire à mes propres pensées, sans guide, sans causerie, sans épanchement. J’avais besoin d’exister pourtant, et ce n’est pas exister que d’être seul. Hippolyte devenait de plus en plus turbulent, et, dans nos jeux, il n’était pas question d’autre chose que de faire du mouvement et du bruit. Il m’en donnait bien vite plus que je n’avais besoin d’en prendre, et cela finissait toujours par quelque susceptibilité de ma part et quelque rebuffade de la sienne. Nous nous aimions pourtant, nous nous sommes toujours aimés. Il y avait certains rapports de caractère et d’intelligence entre nous, malgré d’énormes différences d’ailleurs. Il était aussi positif que j’étais romanesque, et pourtant il y avait dans son esprit un certain sens artiste, et dans sa gaîté un tour d’observation critique qui répondait au côté enjoué de mes instincts. Il ne venait personne chez nous qu’il ne jugeât, ne devinât et ne sût reprendre et analyser avec beaucoup de pénétration, mais avec trop de causticité. Cela m’amusait assez, et nous étions horriblement moqueurs ensemble. J’avais besoin de gaîté, et personne n’a jamais su comme lui me faire rire. Mais on ne peut pas toujours rire, et j’avais encore plus besoin d’épanchement sérieux que de folie à cette époque-là.

Ma gaîté avec lui avait donc souvent quelque chose sinon de forcé, du moins de nerveux et de fébrile. À la moindre occasion, elle se changeait en bouderies et puis en larmes. Mon frère prétendait que j’avais un mauvais caractère ; cela n’était pas, il l’a reconnu plus tard : j’avais tout bonnement un secret ennui, un profond chagrin que je ne pouvais pas lui dire, et dont il se fût peut-être moqué comme il se moquait de tout, même de la tyrannie et des brutalités de Deschartres.

Je m’étais dit que tout ce que j’apprenais ne me servirait de rien, puisque, malgré le silence de ma mère à cet égard, j’avais toujours la résolution de retourner auprès d’elle et de me faire ouvrière avec elle, aussitôt qu’elle le jugerait possible. L’étude m’ennuyait donc d’autant plus que je ne faisais pas comme Hippolyte qui, bien résolûment, s’en abstenait de son mieux. Moi, j’étudiais par obéissance, mais sans goût et sans entraînement, comme une tâche fastidieuse que je fournissais durant un certain nombre d’heures fades et lentes. Ma bonne maman s’en apercevait et me reprochait ma langueur, ma froideur avec elle, ma préoccupation continuelle qui ressemblait souvent à de l’imbécilité, et dont Hippolyte me raillait tout le premier sans miséricorde. J’étais blessée de ces reproches et de ces railleries, et on m’accusait d’avoir un amour-propre excessif. J’ignore si j’avais beaucoup d’amour-propre en effet, mais j’ai bien conscience que mon dépit ne venait pas de l’orgueil contrarié, mais d’un mal plus sérieux, d’une peine de cœur méconnue et froissée.

Jusqu’alors Rose m’avait menée assez doucement, en égard à l’impétuosité naturelle de son caractère. Elle avait été tenue en bride par la fréquente présence de ma mère à Nohant, ou plutôt elle avait obéi à un instinct qui commençait à se modifier, car elle n’était pas dissimulée, j’aime à lui rendre cette justice. Je pense qu’elle était de la nature de ces bonnes couveuses qui soignent tendrement leurs petits tant qu’ils peuvent dormir sous leur aile, mais qui ne leur épargnent pas les coups de bec quand ils commencent à voler et à courir seuls. À mesure que je me faisais grandelette, elle ne me dorlotait plus, et, en effet, je n’avais plus besoin de l’être ; mais elle commençait à me brutaliser, ce dont je me serais fort bien passée. Désirant ardemment complaire à ma grand’mère, elle prenait en sous-ordre le soin et la responsabilité de mon éducation physique, et elle m’en fit une sorte de supplice. Si je sortais sans prendre toutes les petites précautions indiquées contre le rhume, j’étais d’abord, je ne dirai pas grondée mais abasourdie ; le mot n’est que ce qu’il faut pour exprimer la tempête de sa voix et l’abondance des épithètes injurieuses qui ébranlaient mon système nerveux. Si je déchirais ma robe, si je cassais mon sabot, si, en tombant dans les broussailles, je me faisais une égratignure qui eût pu faire soupçonner à ma grand’mère que je n’avais pas été bien surveillée, j’étais battue assez doucement d’abord, et comme par mesure d’intimidation, peu à peu plus sérieusement, par système de répression, et enfin tout à fait, par besoin d’autorité et par habitude de violence. Si je pleurais, j’étais battue plus fort ; si j’avais eu le malheur de crier, je crois qu’elle m’aurait tuée, car lorsqu’elle était dans le paroxisme de la colère, elle ne se connaissait plus. Chaque jour l’impunité la rendait plus rude et plus cruelle, et en cela elle abusa étrangement de ma bonté ; car si je ne la fis point chasser (ma grand’mère ne lui eût certes pas pardonné d’avoir seulement levé la main sur moi), ce fut uniquement parce que je l’aimais, en dépit de son abominable humeur. Je suis ainsi faite, que je supporte longtemps, très longtemps ce qui est intolérable. Il est vrai que quand ma patience est lassée, je brise tout d’un coup et pour jamais.

Pourquoi aimais-je cette fille au point de me laisser opprimer et briser à chaque instant ? C’est bien simple, c’est qu’elle aimait ma mère, c’est qu’elle était encore la seule personne de chez nous qui me parlât d’elle quelquefois, et qui ne m’en parlât jamais qu’avec admiration et tendresse. Elle n’avait pas l’intelligence assez déliée pour voir jusqu’au fond de mon âme le chagrin qui me consumait, et pour comprendre que mes distractions, mes négligences, mes bouderies n’avaient pas d’autre cause : mais quand j’étais malade elle me soignait avec une tendresse extrême. Elle avait pour me désennuyer mille complaisances que je ne rencontrais point ailleurs ; si je courais le moindre danger, elle m’en tirait avec une présence d’esprit, un courage et une vigueur qui me rappelaient quelque chose de ma mère. Elle se serait jetée dans les flammes ou dans la mer pour me sauver ; enfin, ce que je craignais plus que tout, les reproches de ma grand’mère, elle ne m’y exposa jamais, elle m’en préserva toujours. Elle eût menti au besoin pour m’épargner son blâme, et quand mes légères fautes m’avaient placée dans l’alternative d’être battue par ma bonne ou grondée par ma grand’mère, je préférais de beaucoup être battue.

Pourtant, ces coups m’offensaient profondément. Ceux de ma mère ne m’avaient jamais fait d’autre mal et d’autre peine que le chagrin de la voir fâchée contre moi. Il y avait longtemps d’ailleurs qu’elle avait cessé entièrement ce genre de correction, qu’elle pensait n’être applicable qu’à la première enfance. Rose, procédant au rebours, adoptait ce système à un âge de ma vie où il pouvait m’humilier et m’avilir. S’il ne me rendit point lâche, c’est que Dieu m’avait donné un instinct très juste de la véritable dignité humaine. Sous ce rapport, je le remercie de grand cœur de tout ce que j’ai supporté et souffert. J’ai appris de bonne heure à mépriser l’injure et le dommage que je ne mérite pas. J’avais vis-à-vis de Rose un profond sentiment de mon innocence et de son injustice, car je n’ai jamais eu aucun vice, aucun travers qui ait pu motiver ses indignations et ses emportemens. Tous mes torts étaient involontaires et si légers, que je ne comprendrais pas ses fureurs aujourd’hui si je ne me rappelais qu’elle était rousse, et qu’elle avait le sang si chaud qu’en plein hiver elle était vêtue d’une robe d’indienne et dormait la fenêtre ouverte.

Je m’habituai donc à l’humiliation de mon esclavage, et j’y trouvai l’aliment d’une sorte de stoïcisme naturel dont j’avais peut-être besoin pour pouvoir vivre avec une sensibilité de cœur trop surexcitée. J’appris de moi-même à me raidir contre le malheur, et, à cet égard, j’étais assez encouragée par mon frère, qui, dans nos escapades, me disait en riant : « Ce soir, nous serons battus. » Lui, horriblement battu par Deschartres, prenait son parti avec un mélange de haine et d’insouciance. Il se trouvait vengé par la satire ; moi, je trouvais ma vengeance dans mon héroïsme et dans le pardon que j’accordais à ma bonne. Je me guindais même un peu pour me rehausser vis-à-vis de moi-même dans cette lutte de la force morale contre la force brutale, et lorsqu’un coup de poing sur la tête m’ébranlait les nerfs et remplissait mes yeux de larmes, je me cachais pour les essuyer. J’aurais rougi de les laisser voir.

J’aurais pourtant mieux fait de crier et de sangloter. Rose était bonne, elle eût eu des remords si elle se fût avisée qu’elle me faisait du mal. Mais peut-être bien aussi n’avait-elle pas conscience de ses voies de fait tant elle était impétueuse et irréfléchie. Un jour qu’elle m’apprenait à marquer mes bas, et que je prenais trois mailles au lieu de deux avec mon aiguille, elle m’appliqua un furieux soufflet. « Tu aurais dû, lui dis-je froidement, ôter ton dé pour me frapper la figure, quelque jour tu me casseras les dents. » Elle me regarda avec un étonnement sincère, elle regarda son dé et la marque qu’il avait laissée sur ma joue. Elle ne pouvait croire ce que fût elle qui, à l’instant même, venait de me faire cette marque-là. Quelquefois elle me menaçait d’une grande tape aussitôt après me l’avoir donnée, à son insu apparemment.

Je ne reviendrai plus sur cet insipide sujet ; qu’il me suffise de dire que pendant trois ou quatre ans je ne passai guère de jour sans recevoir, à l’improviste, quelque horion qui ne me faisait pas toujours grand mal, mais qui chaque fois me causait un saisissement cruel et me replongeait, moi nature confiante et tendre, dans un roidissement de tout mon être moral. Il n’y avait peut-être pas de quoi, étant aimée quand même, me persuader que j’étais malheureuse, d’autant plus que je pouvais faire cesser cet état de choses et que je ne le voulus jamais. Mais que je fusse fondée ou non à me plaindre de mon sort, je me sentis, je me trouvai malheureuse, et c’était l’être en réalité. Je m’habituais même à goûter une sorte d’amère satisfaction à protester intérieurement et à toute heure contre cette destinée, à m’obstiner de plus en plus à n’aimer qu’un être absent et qui semblait m’abandonner à ma misère, à refuser à ma bonne maman l’élan de mon cœur et de mes pensées, à critiquer en moi-même l’éducation que je recevais et dont je lui laissais volontairement ignorer les déboires, enfin à me regarder comme un pauvre être exceptionnellement voué à l’esclavage, à l’injustice, à l’ennui et à d’éternels regrets.

Qu’on ne me demande donc plus pourquoi, pouvant me targuer d’une espèce d’aristocratie de naissance, et priser les jouissances d’un certain bien-être, j’ai toujours porté ma sollicitude et ma sympathie familière, mon intimité de cœur, si je puis ainsi dire, vers les opprimés. Cette tendance s’est faite en moi par la force des choses, par la pression des circonstances extérieures, bien longtemps avant que l’étude de la vérité et le raisonnement de la conscience m’en eussent fait un devoir. Je n’y ai donc aucune gloire, et ceux qui pensent comme moi ne doivent pas plus m’en faire un mérite que ceux qui pensent autrement ne sont fondés à m’en faire un reproche.

Ce qu’il y a de certain, ce que l’on ne contestera pas, de bonne foi, après avoir lu l’histoire de mon enfance, c’est que le choix de mes opinions n’a point été un caprice, une fantaisie d’artiste, comme on l’a dit : mais le résultat inévitable de mes premières douleurs, de mes plus saintes affections, de ma situation même dans la vie.

Ma grand’mère, après une courte résistance à l’entraînement de sa caste, était devenue non pas royaliste, mais partisan de l’ancien régime, comme on disait alors. Elle s’était toujours fait une sorte de violence pour accepter, non pas l’usurpation heureuse de l’homme de génie, mais l’insolence des parvenus qui avaient partagé sa fortune sans l’avoir conquise aux mêmes titres. De nouveaux insolens arrivaient : mais elle n’était pas aussi choquée de leur arrogance, parce qu’elle l’avait déjà connue, et que, d’ailleurs, mon père n’était plus là avec ses instincts républicains pour lui en montrer le ridicule.

Il faut dire aussi qu’après la longue tension du règne grandiose et absolu de l’empereur, l’espèce de désordre anarchique qui suivit immédiatement la Restauration avait quelque chose de nouveau qui ressemblait à la liberté dans les provinces. Les libéraux parlaient beaucoup, et on rêvait une sorte d’état politique et moral jusqu’alors inconnu en France, l’État constitutionnel dont personne ne se faisait une idée juste, et que nous n’avons connu qu’en paroles ; une royauté sans pouvoirs absolus, un laisser-aller de l’opinion et du langage en tout ce qui touchait aux institutions ébranlées et replâtrées à la surface. Il régnait sous ce rapport beaucoup de tolérance dans un certain milieu bourgeois que ma grand’mère eût volontiers écouté de préférence à son vieux cénacle. Mais ces dames (comme disait mon père) ne lui permirent guère de raisonner. Elles avaient l’intolérance de la passion. Elles vouaient à la haine la plus tenace et la plus étroite tout ce qui osait regretter le Corse, sans songer que la veille encore elles avaient frayé sans répugnance avec son cortége. Jamais on n’a vu tant de petitesses, tant de commérages, tant d’accusations, tant d’aversions, tant de dénonciations.

Heureusement nous étions loin des foyers de l’intrigue. Les lettres que recevait ma grand’mère nous en apportaient seulement un reflet, et Deschartres se livrait à des déclamations souverainement absurdes contre le tyran, auquel il n’accordait même pas une intelligence ordinaire. Quant à moi, j’entendais dire tant de choses que je ne savais plus que penser. L’empereur Alexandre était le grand législateur, le philosophe des temps modernes, le nouveau Frédéric le Grand, l’homme de génie par excellence. On envoyait son portrait à ma grand’mère et elle me le donnait à encadrer. Sa figure, que j’examinai avec grande attention, puisqu’on disait que Bonaparte n’était qu’un petit garçon auprès de lui, ne me toucha point. Il avait la tête lourde, la face molle, le regard faux, le sourire niais. Je ne l’ai jamais vu qu’en peinture, mais je présume que parmi tant de portraits répandus alors en France à profusion, quelques-uns ressemblaient. Aucun ne m’inspira de sympathie, et malgré moi je me rappelais toujours les beaux yeux clairs de mon empereur qui s’étaient une fois attachés sur les miens dans un temps où l’on me disait que cela me porterait bonheur.

Mais voilà que tout à coup, dans les premiers jours de mars, la nouvelle nous arrive qu’il est débarqué, qu’il marche sur Paris. Je ne sais si elle nous vint de Paris ou du Midi ; mais ma grand’mère ne partagea pas la confiance de ces dames, qui écrivaient : « Réjouissons-nous. Cette fois, on le pendra, ou tout au moins on l’enfermera dans une cage de fer. » Ma bonne maman jugea tout autrement, et nous dit : « Ces Bourbons sont incapables, et Bonaparte va les chasser pour toujours. C’est leur destinée d’être dupes ; comment peuvent-ils croire que tous ces généraux qui ont trahi leur maître ne vont pas les trahir maintenant pour retourner à lui ? Dieu veuille que tout cela n’amène pas de terribles représailles, et que Bonaparte ne les traite pas comme il a traité le duc d’Enghien ! »

Quant à moi, je n’ai pas grand souvenir de ce qui se passa à Nohant durant les cent-jours. J’étais absorbée dans de longues rêveries où je ne voyais pas clair. J’étais ennuyée d’entendre toujours parler politique, et tous ces brusques reviremens de l’opinion étaient inexplicables pour ma jeune logique. Je voyais tout le monde changé et transformé du jour au lendemain. Nos provinciaux et nos paysans s’étaient trouvés royalistes tout d’un coup, sans que je pusse comprendre pourquoi. Où étaient ces bienfaits des Bourbons tant annoncés et tant vantés ?

Chaque jour nous apportait vaguement la nouvelle de l’entrée triomphante de Napoléon dans toutes les villes qu’il traversait, et voilà que beaucoup de gens redevenaient bonapartistes qui avaient crié : À bas le tyran ! et traîné le drapeau tricolore dans la boue. Je ne comprenais pas assez tout cela pour en être indignée, mais j’éprouvais un dégoût involontaire et comme un ennui d’être au monde. Il me semblait que tout le monde était fou, et je revenais à mon rêve de la campagne de Russie et de la campagne de France. Je retrouvais mes ailes, et je m’en allais au-devant de l’empereur pour lui demander compte de tout le mal et de tout le bien qu’on disait de lui.

Une fois, je songeai que je l’emportais à travers l’espace et que je le déposais sur la coupole des Tuileries. Là j’avais un long entretien avec lui, je lui faisais mille questions, et je lui disais : « Si tu me prouves par tes réponses que tu es, comme on le dit, un monstre, un ambitieux, un buveur de sang, je vais te précipiter en bas et te briser sur le seuil de ton palais ; mais si tu te justifies, si tu es ce que j’ai cru, le bon, le grand, le juste empereur, le père des Français, je te reporterai sur ton trône, et avec mon épée de feu je te défendrai de tes ennemis. » Il m’ouvrit alors son cœur et m’avoua qu’il avait commis beaucoup de fautes par un trop grand amour de la gloire : mais il me jura qu’il aimait la France, et que désormais il ne songerait plus qu’à faire le bonheur du peuple. Sur quoi je le touchai de mon épée de feu qui devait le rendre invulnérable.

Il est fort étrange que je fisse ces rêves tout éveillée, et souvent en apprenant machinalement des vers de Corneille ou de Racine que je devais réciter à ma leçon. C’était une espèce d’hallucination, et j’ai remarqué depuis que beaucoup de petites filles, lorsqu’elles approchent d’une certaine crise de développement physique, sont sujettes à des extases ou à des visions encore plus bizarres. Je ne me rappellerais probablement pas les miennes si elles n’avaient pris obstinément la même forme pendant quelques années consécutives, et si elles ne s’étaient pas fixées sur l’empereur et sur la grande armée, il me serait impossible d’expliquer pourquoi. Certes, j’avais des préoccupations plus personnelles et plus vives, et mon imagination eût dû ne me présenter que le fantôme de ma mère dans l’espèce d’Éden qu’elle m’avait fait envisager un instant, et auquel j’aspirais sans cesse. Il n’en fut rien pourtant, je pensais à elle à toute heure et je ne la voyais jamais : au lieu que cette pâle figure de l’empereur que je n’avais vue qu’un instant se dessinait toujours devant moi et devenait vivante et parlante aussitôt que j’entendais prononcer son nom.

Pour n’y plus revenir, je dirai que, lorsque le Bellérophon l’emporta à Sainte-Hélène, je fis chavirer le navire en le poussant avec mon épée de feu ; je noyai tous les Anglais qui s’y trouvaient et j’emportai une fois encore l’empereur aux Tuileries, après lui avoir bien fait promettre qu’il ne ferait plus la guerre pour son plaisir. Ce qu’il y a de particulier dans ces visions, c’est que je n’y étais point moi-même, mais une sorte de génie, tout-puissant, l’ange du Seigneur, la destinée, la fée de la France, tout ce qu’on voudra excepté la petite fille de onze ans, qui étudiait sa leçon ou arrosait son petit jardin pendant les promenades aériennes de son moi fantastique.

Je n’ai rapporté ceci que comme un fait physiologique. Ce n’était pas le résultat d’une exaltation de l’âme ni d’un engouement politique, car, cela se produisait en moi dans mes pires momens de langueur, de froideur et d’ennui, et souvent après avoir écouté sans intérêt et comme malgré moi ce qui se disait à propos de la politique. Je n’ajoutais aucune loi, aucune superstition à mon rêve, je ne le pris jamais au sérieux, je n’en parlai jamais à personne : il me fatiguait, et je ne le cherchais pas. Il s’emparait de moi par un travail de mon cerveau tout à fait imprévu et indépendant de ma volonté.

Le séjour des ennemis à Paris y rendait l’existence odieuse et insupportable aux personnes en qui le fanatisme de la royauté n’avait pas étouffé l’amour et le respect de la patrie. Ma mère confia Caroline à ma tante et vint passer l’été à Nohant. Il y avait sept ou huit mois que je ne l’avais vue, je laisse à penser quels furent mes transports. Avec elle, d’ailleurs, ma vie était transformée. Rose perdait son autorité sur moi et se reposait volontiers de ses fureurs. J’avais été plus d’une fois tentée de me plaindre à ma mère, aussitôt qu’elle arriverait, des mauvais traitemens que me faisait essuyer cette fille : mais comme, dans sa sincérité de cœur, elle ne se rendait pas compte à elle-même de ses torts envers moi, comme, au lieu de redouter son arrivée, elle se réjouissait de toute son âme de voir madame Maurice, comme elle préparait sa chambre avec sollicitude, comme elle comptait les jours et les heures avec moi, comme elle l’aimait enfin, je lui pardonnai tout, et non-seulement je ne trahis pas le secret de ses violences, mais encore j’eus le courage de les nier, lorsque ma mère en eut quelque soupçon. Je me rappelle qu’un jour ces soupçons s’aggravèrent et que j’eus un certain mérite à les effacer.

Mon frère avait imaginé de faire de la glu pour prendre les oiseaux. Je ne sais si c’est dans le Grand ou le Petit Albert, ou dans notre vieux manuel de diablerie qu’il en avait trouvé la recette. Il s’agissait tout bonnement de piler du gui de chêne. Nous ne réussîmes point à faire d e la glu, mais bien à barbouiller notre visage, nos mains et nos vêtemens d’une pâte verte d’un ton fort équivoque. Ma mère travaillait près de nous dans le jardin, assez distraite, suivant sa coutume, et ne songeant pas même à se préserver des éclaboussures de notre baquet. Tout à coup je vis venir Rose au bout de l’allée, et mon premier mouvement fut de me sauver. « Qu’a-t-elle donc ? » dit ma mère à Hippolyte en sortant de sa rêverie et en me regardant courir ; mon frère, qui n’a jamais aimé à se faire des ennemis, répondit qu’il n’en savait rien : mais ma mère était méfiante, elle me rappela, et interpellant Rose en ma présence : « Ce n’est pas la première fois, lui dit-elle, que je remarque combien la petite a peur de toi. Je crois que tu la brutalises. Mais, dit la rousse indignée de me voir si salie et si tachée, voyez comme elle est faite ! n’y a-t-il pas de quoi perdre patience quand il faut passer sa vie à laver et à raccommoder ses nippes ? — Ah çà, dit ma mère d’un ton brusque, t’imagines-tu, par hasard, que je t’ai fait entrer ici pour faire autre chose que laver et raccommoder des nippes ? crois-tu que c’est pour toucher une rente et lire Voltaire comme mademoiselle Julie ? Ote-toi cela de l’esprit, lave, raccommode, laisse courir, jouer et grandir mon enfant, c’est comme cela que je l’entends et pas autrement. »

Aussitôt que ma mère fut seule avec moi, elle me pressa de questions. « Je te vois trembler et pâlir quand elle te fait les gros yeux, me dit-elle : elle te gronde donc bien fort ? — Oui, répondis-je, elle me gronde trop fort. — Mais j’espère, reprit ma mère, qu’elle n’a jamais eu le malheur de te donner une chiquenaude, car je la ferais chasser dès ce soir ! » L’idée de faire renvoyer cette pauvre fille qui m’aimait tant, malgré ses emportemens, fit rentrer au fond de mon cœur l’aveu que j’allais faire. Je gardai le silence. Ma mère insista vivement. Je vis qu’il fallait mentir pour la première fois de ma vie, et mentir à ma mère ! mon cœur fit taire ma conscience. Je mentis, et ma mère, toujours soupçonneuse, n’attribuant ma discrétion qu’à la crainte, mit ma générosité à une rude épreuve en me faisant affirmer plusieurs fois que je lui disais la vérité. Je n’en eus point de remords, je l’avoue. Mon mensonge ne pouvait nuire qu’à moi.

À la fin, elle me crut. Rose ne sut pas ce que j’avais fait pour elle. Tenue en respect par la présence de ma mère, elle se radoucit : mais par la suite, quand nous nous retrouvâmes ensemble, elle me fit payer cher la bêtise de mon cœur. J’eus la fierté de ne pas la lui dire, et, comme de coutume, je subis en silence l’oppression et les outrages.

Un spectacle imposant et plein d’émotions vint m’arracher au sentiment de ma propre existence pendant une partie de l’été que ma mère passa avec moi en 1815. Ce fut le passage et le licenciement de l’armée de la Loire.

On sait qu’après s’être servi de Davoust pour tromper cette noble armée, après lui avoir promis amnistie complète, le roi publiait, le 24 juillet, une ordonnance qui traduisait devant les conseils de guerre Ney, Labédoyère et dix-neuf autres noms chers à l’armée et à la France. Trente-huit autres étaient condamnés au bannissement. Le prince d’Eckmühl avait donné sa démission, sa position de généralissime à l’armée de la Loire n’étant plus soutenable. La restauration s’apprêtait à le dédommager de sa soumission, elle lui donna pour successeur Macdonald, lequel fut chargé d’opérer en douceur le licenciement. Il transféra à Bourges le quartier général de l’armée. « Deux ordres, en date des 1er et 2 août, firent connaître ce double changement aux troupes. Macdonald, dans ces deux ordres, ne prononçait pas encore le mot de licenciement. Il se bornait à annoncer que, pour soulager les habitans du fardeau des logemens militaires, il allait étendre l’armée. Cette mesure fut le commencement de la dissolution : on disloqua les brigades et les divisions ; les régimens d’un même corps ou d’une même arme se trouvèrent dispersés à de grandes distances les uns des autres ; on éparpilla jusqu’aux bataillons ou aux escadrons de certains régimens. Une fois tous les rapports brisés ; l’ordonnance pour la réorganisation de l’armée fut rendue publique (le 12 août), et l’on procéda au licenciement, mais par détachemens, par régimens, de manière à diviser les réclamations, à isoler les murmures et les résistances. » (ACHILLE DE VAULABELLE, Histoire des deux Restaurations.)

C’est ainsi que nous assistâmes à des scènes de détail qui me firent enfin comprendre peu à peu ce qui se passait en France. Jusque-là, j’avoue que je ne pouvais guère démêler le vrai sentiment national de l’esprit de parti. J’avais presque frayeur des instincts bonapartistes qui se réveillaient en moi quand j’entendais maudire, conspuer, calomnier et avilir tout ce que j’avais vu respecter et redouter la veille. Ma mère, aussi enfant que moi, n’avait pas attendu le retour des vieilles comtesses pour railler et détester l’ancien régime : mais elle n’avait de parti pris sur rien et ne savait quoi répondre à ma bonne maman quand celle-ci, faisant le procès aux ambitieux et aux conquérans grands tueurs d’hommes, lui disait qu’une monarchie tempérée par des institutions libérales, un système de paix durable, le retour du bien-être, de la liberté individuelle, de l’industrie, des arts et des lettres, vaudraient mieux à la France que le règne du sabre. « N’avons-nous pas assez maudit la guerre, vous et moi, du temps de notre pauvre Maurice ? lui disait-elle : maintenant nous payons les violons de toute cette gloire impériale. Mais laissez passer cette première colère de l’Europe contre nous, et vous verrez que nous entrerons dans une ère de calme et de sécurité heureuse sous ces Bourbons que je n’aime pas beaucoup plus que vous, mais qui nous sont le gage d’un meilleur avenir. Sans eux notre nationalité était perdue. Bonaparte l’avait sérieusement compromise en voulant trop l’étendre. Si un parti royaliste ne s’était pas formé pour hâter sa chute, voyez ce que nous deviendrions aujourd’hui après le désastre de nos armées ! La France eût été démembrée, nous serions Prussiens, Anglais ou Allemands. »

Ainsi raisonnait ma grand’mère, n’admettant pas une chose que je crois pourtant fort certaine, c’est que si un parti royaliste ne se fût pas formé pour vendre et trahir le pays, l’univers réuni contre nous, n’eût pu vaincre l’armée française. Ma mère, qui volontiers reconnaissait la supériorité de sa belle-mère, se laissait tout doucement persuader, et moi, par conséquent avec elle. J’étais donc comme désillusionnée de l’empire et comme résignée à la Restauration, lorsque, par un ardent soleil d’été, nous vîmes reluire sur tous les versans de la vallée noire les glorieuses armes de Waterloo. Ce fut un régiment de lanciers décimé par ce grand désastre, qui, le premier, vint occuper nos campagnes. Le général Colbert établit à Nohant son quartier-général. Le général Subervic occu pa le château d’Ars, situé à une demi-lieue. Tous les jours, ces généraux, leurs aides-de-camp et une douzaine d’officiers principaux dînaient ou déjeunaient chez nous. Le général Subervic était alors un joli garçon très galant avec les dames, enjoué, et même taquin avec les enfans. Comme par sa faute, je m’étais un peu trop familiarisée avec lui, et qu’il m’avait tiré les oreilles un peu fort en jouant avec lui, je me vengeai, un jour, par une espièglerie dont je ne sentais guère la portée. Je découpai une jolie cocarde en papier blanc, et je l’attachai avec une épingle sur la cocarde tricolore de son chapeau, sans qu’il s’en aperçût. Toute l’armée portait encore les couleurs de l’empire, et l’ordre de les faire disparaître n’arriva que quelques jours plus tard. Il alla donc à la Châtre avec cette cocarde, et s’étonna de voir les regards des officiers et des soldats qu’il rencontrait se fixer sur lui avec stupeur. Enfin, je ne sais plus quel officier lui demanda l’explication de cette cocarde blanche, à quoi il ne comprit rien, et ôtant son chapeau et jetant la cocarde blanche au diable, il me donna à tous les diables par-dessus le marché.

J’ai revu ce bon général Subervic pour la première fois depuis ce temps-là, en 1848, à l’hôtel-de-ville, quelques jours après la révolution et lorsqu’il venait d’accepter le portefeuille de la guerre. Il n’avait oublié aucune des circonstances de son passage à Nohant en 1815, et il me reprocha ma cocarde blanche, comme je lui reprochai de m’avoir tiré les oreilles.

Quelques jours plus tard, en 1815, je ne lui aurais certainement pas fait cette mauvaise plaisanterie, car mon court essai de royalisme fut abjuré dans mon cœur, et voici à quelle occasion.

On voyait, au premier mot de ma grand’mère, et rien qu’à son grand air et à son costume suranné, qu’elle appartenait au parti royaliste. On supposait même chez elle plus d’attachement à ce parti qu’il n’en existait réellement au fond de sa pensée. Mais elle était fille du maréchal de Saxe, elle avait eu un brave fils au service, elle était pleine de grâces hospitalières et de délicates attentions pour ces brigands de la Loire en qui elle ne pouvait voir autre chose que de vaillans et généreux hommes, les frères d’armes de son fils (quelques-uns même l’avaient connu, et je crois que le général Colbert était du nombre), en outre ma grand’mère inspirait le respect, et un respect tendre, à quiconque avait un bon sentiment dans l’âme. Ces officiers qu’elle recevait si bien s’abstenaient donc de dire devant elle un seul mot qui pût blesser les opinions qu’elle était censée avoir, comme de son côté, elle s’abstenait de prononcer une parole, de rappeler un fait qui pût aigrir leur respectable infortune. Voilà pourquoi je vis ces officiers pendant plusieurs jours sans qu’aucune émotion nouvelle changeât la disposition de mon esprit ; mais un jour que nous étions par exception en petit comité à dîner, Deschartres, qui ne savait pas retenir sa langue, excita un peu le général Colbert. Alphonse Colbert, descendant du grand Colbert, était un homme d’environ quarante ans, un peu replet et sanguin. Il avait des manières excellentes, des talens agréables : il chantait des romances champêtres en s’accompagnant au piano : il était plein de petits soins pour ma grand’mère, qui le trouvait charmant, et ma mère disait tout bas que, pour un militaire, elle le trouvait trop à l’eau de rose.

Je ne saurais dire si ce jour-là même l’ordonnance de la dislocation de l’armée n’était pas arrivée de Bourges. Que ce fût cette cause ou les maladroites réflexions de Deschartres, le général s’anima. Ses yeux ronds et noirs commencèrent à lancer des flammes, ses joues se colorèrent, l’indignation et la douleur trop longtemps contenues s’épanchèrent, et il parla avec une véritable énergie : « Non ! nous n’avons pas été vaincus, s’écria-t-il, nous avons été trahis, et nous le sommes encore. Si nous ne l’étions pas, si nous pouvions compter sur tous nos officiers, je vous réponds que nos braves soldats feraient bien voir à messieurs les Prussiens et à messieurs les Cosaques que la France n’est pas une proie qu’ils puissent impunément dévorer. » Il parla avec feu de l’honneur français, de la honte de subir un roi imposé par l’étranger, et il peignit cette honte avec tant d’âme, que je sentis la mienne se ranimer, comme le jour où j’avais entendu, en 1811, un enfant de treize ou quatorze ans parler de prendre un grand sabre pour défendre sa patrie.

Ma grand’mère, voyant que le général s’exaltait de plus en plus, voulut le calmer, et lui dit que le soldat était épuisé, que le peuple ne voulait plus que le repos. « Le peuple ! s’écria-t-il, ah ! vous ne le connaissez pas. Le peuple ! son vœu et sa véritable pensée ne se font pas jour dans vos châteaux. Il est prudent devant ses vieux seigneurs qui reviennent, et dont il se défie ; mais nous autres soldats nous connaissons ses sympathies, ses regrets, et, voyez-vous, ne croyez pas que la partie soit si bien gagnée ! On veut nous licencier parce que nous sommes la dernière force, le dernier espoir de la patrie : mais il ne tient qu’à nous de repousser cet ordre comme un acte de trahison et comme une injure. Pardieu ! ce pays-ci est excellent pour une guerre de partisans, et je ne sais pas pourquoi nous n’y organisons pas le noyau d’une Vendée patriotique. Ah ! le peuple, ah ! les paysans ! dit-il en se levant et en brandissant son couteau de table, vous allez les voir se joindre à nous ! Vous verrez comme ils viendront avec leurs faux et leurs fourches, et leurs vieux fusils rouillés ! On peut tenir six mois dans vos chemins creux et derrière vos grandes haies. Pendant ce temps, la France se lèvera sur tous les points ; et d’ailleurs, si nous sommes abandonnés, mieux vaut mourir avec gloire en se défendant que d’aller tendre la gorge aux ennemis. Nous sommes encore un bon nombre à qui il ne faudrait qu’un mot pour relever l’étendard de la nation, et c’est peut-être à moi de donner l’exemple ! »

Deschartres ne disait plus rien. Ma grand’mère prit le bras du général, lui ôta le couteau des mains, le força à se rasseoir, et cela d’une façon si tendre et si maternelle qu’il en fut ému. Il prit les deux mains de la vieille dame, les couvrit de baisers et lui demandant pardon de l’avoir effrayée, la douleur reprit le dessus sur la colère, et il fondit en larmes, les premières peut-être qui eussent soulagé son cœur ulcéré depuis Waterloo.

Nous pleurions tous, sauf Deschartres, qui, cependant, n’insistait plus pour avoir raison et à qui un certain respect devant le malheur fermait enfin la bouche. Ma grand’mère emmena le général au salon. « Mon cher général, au nom du ciel, lui dit-elle, soulagez-vous, pleurez, mais ne dites jamais devant personne des choses comme il vient de vous en échapper. Je suis sûre autant qu’on peut l’être de ma famille, de mes hôtes et de mes domestiques ; mais, voyez-vous, dans le temps où nous sommes et lorsqu’une partie de vos compagnons est forcée de fuir pour échapper peut-être à une sentence de mort, c’est jouer votre tête que de vous abandonner ainsi à votre désespoir.

— Vous me conseillez la prudence, chère madame, lui dit-il, mais ce n’est pas la prudence, c’est la témérité que vous devriez me conseiller. Vous croyez donc que je ne parle pas sérieusement, et que je veux accepter le licenciement honteux que les ennemis nous imposent ! C’est un second Waterloo, moins l’honneur, auquel on nous pousse. Un peu d’audace nous sauverait !

— La guerre civile ! s’écria ma grand’mère : vous voulez rallumer la guerre civile en France ! vous, idolâtres de ce même Napoléon, qui du moins n’a pas voulu imprimer cette tache à son nom et qui a sacrifié son orgueil devant l’horreur d’un pareil expédient ! Sachez que je ne l’ai jamais aimé, mais que pourtant j’ai eu de l’admiration pour lui un jour en ma vie. C’est le jour où il a abdiqué plutôt que d’armer les Français les uns contre les autres. Lui-même désavouerait aujourd’hui votre tentative. Soyez donc fidèle à son souvenir en suivant le noble exemple qu’il vous a donné. »

Soit que ces raisons fissent impression sur l’esprit du général, soit que ses propres réflexions fussent conformes, quant au fond, à celles de ma grand’mère, il se calma, et plus tard il a repris du service sous les Bourbons. Mais pour tous ceux que la loyauté et la douleur avaient accompagnés comme lui derrière la Loire, il n’y a rien eu que de très légitime à poursuivre leur carrière militaire, lorsqu’ils l’ont pu sans s’abaisser, sous un autre régime.

On a vu dans ce que j’ai cité de l’histoire de M. de Vaulabelle que l’ordre du licenciement fut déguisé sous diverses ordonnances de dissolution partielle. Un soir, la petite place de Nohant et les chemins qui y aboutissent virent une foule compacte de cavaliers encore superbes de tenue venir recevoir les ordres du général Colbert. Ce fut l’affaire d’un instant. Muets et sombres, ils se divisèrent et s’éloignèrent dans des directions diverses.

Le général et son état-major parurent résignés. L’idée d’une Vendée patriotique n’était pourtant pas éclose isolément dans la tête de M. de Colbert. Elle avait parcouru les rangs frémissans de l’armée de la Loire : mais on sait maintenant qu’il y avait là une intrigue du parti d’Orléans à laquelle ils eurent raison de ne point se fier.

Un matin, pendant que nous déjeunions avec plusieurs officiers de lanciers, on parla du colonel du régiment, tombé sur le champ de bataille de Waterloo : « Ce brave colonel Sourd, disait-on, quelle perte pour ses amis et quelle douleur pour tous les hommes qu’il commandait ! C’était un héros à la guerre et un homme excellent dans l’intimité.

— Et vous ne savez ce qu’il est devenu ? dit ma grand’mère. — Il était criblé de blessures, et il avait un bras fracassé par un boulet, répondit le général. On a pu l’emporter à l’ambulance ; il a encore vécu après l’événement, on espérait le sauver ; mais depuis longtemps nous n’avons plus de ses nouvelles, et tout porte à croire qu’il n’est plus. Un autre a pris le commandement du régiment. Pauvre Sourd ! Je le regretterai toute ma vie ! »

Comme il disait ces mots, la porte s’ouvre. Un officier mutilé, la manche vide et relevée dans la boutonnière, la figure traversée de larges bandes de taffetas d’Angleterre qui cachaient d’effroyables cicatrices, paraît et s’élance vers ses compagnons. Tous se lèvent, un cri s’échappe de toutes les poitrines, on se précipite sur lui, on l’embrasse, on le presse, on l’interroge, on pleure, et le colonel Sourd achève avec nous ce déjeûner qui avait commencé par son éloge funèbre.

Le lieutenant-colonel Féroussac, qui avait commandé le régiment en son absence, fut heureux de lui rendre son autorité, et Sourd voulut être licencié à la tête de son régiment, qui le revit avec des transports impossibles à décrire.

Je dois ici un souvenir à M. Pétiet, aide-de-camp du général Colbert, qui fut pour moi d’une bonté vraiment paternelle, toujours occupé de jouer avec moi comme un excellent enfant qu’il était encore, malgré son grade et ses années de service, qui commençaient déjà à compter. Il n’avait guère que trente ans, mais il avait été page de l’impératrice, et il était entré dans l’armée de fort bonne heure. Il avait conservé la gaîté et l’espièglerie d’un page : mon frère et moi nous l’adorions et nous ne le laissions pas un instant en repos. Il est maintenant général.

Au bout d’une quinzaine de jours, le général Colbert, M. Pétiet, le général Subervic et les autres officiers du corps qu’ils commandaient allèrent ailleurs, à Saint-Amand, si je ne me trompe. Ma grand’mère aimait déjà tant le général Colbert qu’elle pleura son départ. Il avait été excellent, en effet, parmi nous, et les nombreux officiers supérieurs que nous eûmes successivement à loger pendant une partie de la saison nous laissèrent tous des regrets. Mais à mesure que le licenciement s’opérait, l’intérêt devenait moins vif pour moi, du moins à l’égard des officiers, qui commençaient à prendre leur parti et à se préoccuper de l’avenir plus que du passé. Plusieurs même étaient déjà tout ralliés à la Restauration et avaient de nouveaux brevets dans leur poche. Ma grand’mère voyait cela avec plaisir et leur faisait fête. Mais ce royalisme de fraîche date répugnait encore à ma mère, à moi par conséquent, car je cherchais toujours mon impression dans ses yeux et mon avis sur ses lèvres.

Plus d’un lui fit la cour car elle était encore charmante, et je crois qu’elle eût pu facilement se remarier honorablement à cette époque ; mais elle n’en voulut pas entendre parler, et, quoiqu’elle fût entourée d’hommages, jamais je ne vis moins de coquetterie et plus de réserve qu’elle n’en montra.

C’était un spectacle imposant que ce continuel passage d’une armée encore superbe dans notre vallée noire. Le temps fut toujours clair et chaud. Tous les chemins étaient couverts de ces nobles phalanges qui défilaient en bon ordre et dans un silence solennel. C’était la dernière fois qu’on devait voir ces uniformes si beaux, si bien portés, usés par la victoire, comme on l’a dit depuis avec raison, ces belles figures bronzées, ces fiers soldats si terribles dans les combats, si doux, si humains, si bien disciplinés pendant la paix. Il n’y eut pas un seul acte de maraude ou de brutalité à leur reprocher. Je ne vis jamais parmi eux un homme ivre, quoique le vin chez nous soit à bon marché, et que le paysan le prodigue au soldat. Nous pouvions nous promener à toute heure sur les chemins, ma mère et moi, comme en temps ordinaire, sans craindre la moindre insulte. Jamais on ne vit le malheur, la proscription, l’ingratitude et la calomnie supportés avec tant de patience et de dignité ; ce qui n’empêcha pas qu’ils ne fussent nommés les Brigands de la Loire.

Deschartres même jeta les hauts cris parce qu’un volume des Mille et une Nuits fut égaré, et que quatre belles pêches disparurent de l’espalier où il les regardait mûrir ; méfaits dont Hippolyte peut-être fut le seul coupable. N’importe, Deschartres accusait les brigands, et il ne se calma que lorsque ma bonne maman lui dit avec un grand sérieux : « Eh bien ! monsieur Deschartres, quand vous écrirez l’histoire de ces temps-ci, vous n’oublierez pas un fait si grave. Vous direz : « Une armée entière traversa Nohant et porta le ravage et la dévastation sur un espalier, où l’on comptait quatre pêches avant cette terrible époque. »

Je me rappelle qu’il y eut pourtant un autre fait un peu plus grave et que je raconte précisément pour montrer combien ces brigands se piquaient d’honneur et de probité.

Nous vîmes passer des régimens de toutes armes, des chasseurs, des carabiniers, des dragons, des cuirassiers, de l’artillerie et ces brillans mamelucks avec leurs beaux chevaux et leur costume de théâtre, que j’avais vus à Madrid. Le régiment de mon père passa aussi, et les officiers, dont plusieurs l’avaient connu, entrèrent dans la cour et demandèrent à saluer ma grand’mère et ma mère. Elles les reçurent en sanglotant, prêtes à s’évanouir. Un officier dont j’ai oublié le nom s’écria en me voyant : « Ah ! voilà sa fille. Il n’y a pas à se tromper à une pareille ressemblance. » Il me prit dans ses bras et m’embrassa en me disant : « Je vous ai vue toute petite en Espagne. Votre père était un brave militaire et bon comme un ange. »

Plus tard, à Paris, ayant plus de vingt ans, j’ai été abordée sur le boulevard par un officier à demi solde qui m’a demandé si je n’étais pas la fille du pauvre Dupin, et dans un restaurant, d’autres officiers qui dînaient à une autre table sont venus faire la même question aux personnes qui étaient avec moi. C’étaient de braves débris de notre belle armée, mais j’ai la mémoire des noms si peu certaine que je craindrais de me tromper en les citant. Dans toutes ces rencontres, j’ai toujours entendu faire de mon père les plus vifs et les plus tendres éloges.

J’ai dit que mon frère était grand observateur et critique judicieux pour son âge. Il me faisait part de ses remarques, et nous remarquâmes, en effet, que les réconciliations du nouveau pouvoir avec l’armée s’opéraient toujours en commençant par les plus hauts grades. Ainsi, vers la fin du passage, les officiers supérieurs exhibaient avec satisfaction des étendards fleurdelisés, brodés, disait-on, par la duchesse d’Angoulême, et qu’elle leur avait envoyés en signe de bienveillance. Les officiers de moindre grade se montraient irrésolus ou sur la réserve. Les sous-officiers et les soldats étaient tous franchement et courageusement des bonapartistes, comme on disait alors, et quand vint l’ordre définitif de changer de drapeau et de cocarde, nous vîmes brûler des aigles dont les cendres furent littéralement baignées de larmes. Quelques-uns crachèrent sur la cocarde sans tache avant de la mettre à leur shako. Les officiers ralliés avaient hâte de se séparer de ces fidèles soldats et de prendre place dans l’armée réorganisée sur les nouvelles bases et avec un autre personnel. Je pense bien qu’il y en eut beaucoup de trompés dans leurs espérances, et que les belles promesses à l’aide desquelles on leur avait fait opérer sans bruit la dislocation n’aboutirent plus tard qu’à une maigre demi-solde.

Quand les derniers uniformes eurent disparu dans la poussière de nos routes, nous sentîmes tous une grande fatigue : à force de voir marcher, il nous semblait avoir marché nous-mêmes. Nous avions assisté au convoi de la gloire, aux funérailles de notre nationalité. Ma grand’mère avait eu des émotions douloureuses et profondes, des souvenirs ravivés ; ma mère, en voyant tous ces jeunes et brillans officiers, avait senti plus que jamais qu’elle n’aimerait plus et que sa vie encore jeune et pleine s’écoulerait dans la solitude et les regrets. Deschartres avait la tête brisée d’avoir eu tous les jours des centaines de logemens à distribuer et à discuter. Tous nos domestiques étaient sur les dents pour avoir servi nuit et jour une quarantaine de personnes et de chevaux pendant deux mois. Les courtes finances de ma grand’mère et sa cave s’en ressentaient, mais elle aimait à faire grandement les honneurs de chez elle, et elle y avait mangé une année de son revenu sans se plaindre.

À courir avec les soldats, mon frère avait pris rage d’être militaire et il ne fallait plus guère lui parler d’études. Quant à moi, qui avais été comme lui en récréation forcée pendant tout ce temps, j’étais accablée et brisée de mon inaction, car dès mon plus jeune âge, ne rien faire a toujours été pour moi la pire des fatigues.

Néanmoins, j’eus beaucoup de peine à me remettre au travail. Le cerveau est un instrument qui se rouille, et qui aurait besoin d’un exercice modéré, mais soutenu. La politique me devenait nauséabonde. Nohant n’était plus aussi recueilli et aussi intime que par le passé. Les autorités de la ville voisine avaient été remplacées en grande partie par des royalistes ardens, qui venaient faire des visites officielles à ma grand’mère, et là on ne parlait que du trône et de l’autel, et des nouvelles tentatives du parti des Jacobins, et des nouvelles répressions paternelles de ce bon gouvernement, qui envoyait à l’échafaud Ney, Labédoyère et autres scélérats. On faisait du zèle devant ma grand’mère parce qu’on la croyait bien lancée dans le monde et influente. Le fait est qu’elle ne l’était ni ne se piquait de l’être. Elle avait passé la seconde moitié de sa vie dans une sorte de retraite qui ne lui avait laissé que peu d’occasions d’être utile, et elle n’était pas charmée de l’ancien régime autant qu’on se l’imaginait.

Pour moi, je n’étais plus tentée de me laisser prendre au royalisme. J’avais honte de passer pour en tenir par solidarité de famille. Je trouvais ma mère trop indifférente à tout cela, et je déblatérais dans mon coin avec Hippolyte contre ce roi cotillon que les troupiers nous avaient enseigné à railler et à chansonner en cachette. Mais il fallait nous bien garder d’en rien laisser paraître. Deschartres n’entendait pas raison sur ce chapitre, et Mlle Julie n’avait pas coutume de garder pour elle ce qu’elle entendait.

Mon cousin René de Villeneuve vint nous voir à l’automne. Il était parfaitement aimable, enjoué, sachant occuper agréablement les loisirs de la campagne, et pas du tout royaliste, quoiqu’il sût ménager les apparences. Ma grand’mère lui parla de l’avenir de mon frère, qui s’en allait avoir seize ans et qui ne tenait plus dans sa peau, tant il avait envie de quitter Deschartres et de commencer la vie, n’importe par quel bout. On lui avait enseigné les mathématiques avec l’idée de le mettre dans la marine ; mais M. de Villeneuve, qui venait de marier sa fille avec le comte de la Roche-Aymon, et qui voyait dans cette nouvelle alliance beaucoup de nouvelles portes ouvertes pour une certaine influence, engagea ma grand’mère à le faire entrer dans un régiment de cavalerie, où il espérait lui assurer des protections et de l’avancement. Il promit de s’en occuper aussitôt, et mon frère bondit de joie à l’idée d’avoir un cheval et des bottes tous les jours de sa vie.

Après M. de Villeneuve, nous vîmes arriver Mme de la Marlière, qui était devenue dévote tout d’un coup et qui allait à la messe et à vêpres le dimanche. Cela m’étonna grandement. Enfin, vint la bonne Mme de Pardaillan, et puis, tout ce monde parti, ma mère partit à son tour. Quelque temps après, Hippolyte fit ses paquets et alla rejoindre son régiment de hussards à Saint-Omer, si bien qu’au commencement de l’année 1816 je me trouvai absolument seule à Nohant avec ma grand’mère, Deschartres, Julie et Rose.

Alors s’écoulèrent pour moi les deux plus longues, les deux plus rêveuses, les deux plus mélancoliques années qu’il y eût encore eu dans ma vie.



CHAPITRE NEUVIÈME.

Enseignement de l’histoire. — Je l’étudie comme un roman. — Je désapprends la musique avec un maître. — Premiers essais littéraires. — L’art et le sentiment. — Ma mère se moque de moi, et je renonce aux lettres. — Mon grand roman inédit. — Corambé. — Marie et Solange. — Plaisir le porcher. — Le fossé couvert. — Démogorgon. — Le temple mystérieux.


Je ne peux pas toujours suivre ma vie comme un récit qui s’enchaîne, car il y a beaucoup d’incertitudes dans ma mémoire sur l’ordre des petits événemens que je me retrace. Je sais que j’ai passé à Nohant avec ma grand’mère, sans aller à Paris, les années 1814, 15, 16 et 17. Je résumerai donc en masse mon développement moral pendant ces quatre années.

Les seules études qui me plurent réellement furent l’histoire, la géographie, qui n’en est que l’appendice nécessaire, la musique et la littérature. Je pourrais encore réduire ces aptitudes, en disant que je n’aimais et n’aimerai réellement jamais que la littérature et la musique, car ce qui me passionnait dans l’histoire, ce n’était pas cette philosophie que la théorie toute moderne du progrès nous a enseigné à déduire de l’enchaînement des faits. On n’avait point alors popularisé cette notion claire et précise qui est véritablement, sinon la grande découverte, du moins la grande certitude philosophique des temps nouveaux, et dont Pierre Leroux, Jean Reynaud et leur école de 1830 à 1840 ont posé la meilleure exposition et les meilleures déductions dans les travaux de l’Encyclopédie nouvelle.

À l’époque où l’on m’enseigna l’histoire, on n’avait généralement aucune idée d’ordre et d’ensemble dans l’appréciation des faits. Aujourd’hui, l’étude de l’histoire peut être la théorie du progrès ; elle peut tracer une ligne grandiose à laquelle viennent se rattacher toutes les lignes jusqu’alors éparses et brisées. Elle nous fait assister à l’enfance de l’humanité, à son développement, à ses essais, à ses efforts, à ses conquêtes successives, et ses déviations mêmes aboutissant fatalement à un retour qui la replace sur la route de l’avenir, ne font que confirmer la loi qui la pousse et l’entraîne.

Dans la théorie du progrès, Dieu est un, comme l’humanité est une. Il n’y a qu’une religion, qu’une vérité antérieure à l’homme, coéternelle à Dieu, et dont les différentes manifestations dans l’homme et par l’homme sont la vérité relative et progressive des diverses phases de l’histoire. Rien de plus simple, rien de plus grand, rien de plus logique. Avec cette notion, avec ce fil conducteur dans une main : L’humanité éternellement progressive ; avec ce flambeau dans l’autre main : Dieu éternellement révélateur et révélable, il n’est plus possible de flotter et de s’égarer dans l’étude de l’histoire des hommes, puisque c’est l’histoire de Dieu même dans ses rapports avec nous.

De mon temps, on procédait simultanément par plusieurs histoires séparées, qui n’avaient aucun rapport entre elles. Par exemple, l’histoire sacrée et l’histoire profane étant contemporaines l’une de l’autre, il fallait les étudier en regard l’une de l’autre, sans admettre qu’elles eussent aucun lien. Quelle était la vraie, quelle était la fabuleuse ? Toutes deux étaient chargées de miracles et de fables également inadmissibles pour la raison ; mais pourquoi le Dieu des Juifs était-il le seul vrai Dieu ? On ne vous le disait point, et, pour moi, particulièrement, j’étais libre de rejeter le dieu de Moïse et de Jésus, tout aussi bien que ceux d’Homère et de Virgile. « Lisez, me disait-on, prenez des notes, faites des extraits, retenez bien tout cela. Ce sont des choses qu’il faut savoir et qu’il n’est pas permis d’ignorer[9]. »

Savoir pour savoir, voilà véritablement toute la moralité de l’éducation qui m’était donnée. Il n’était pas question de s’instruire pour se rendre meilleur, plus heureux ou plus sage. On apprenait pour devenir capable de causer avec les personnes instruites, pour être à même de lire dans les livres qu’on avait dans son armoire, et de tuer le temps à la campagne ou ailleurs. Et comme les caractères de mon espèce ne comprennent pas beaucoup qu’il soit utile de donner la réplique aux causeurs instruits, au lieu de les écouter en silence ou de ne pas les écouter du tout ; comme, en général, les enfans ne s’inquiètent pas de l’ennui, puisqu’ils s’amusent volontiers de toute autre chose que l’étude, il fallait leur donner un autre motif, un autre stimulant. On leur parlait alors du plaisir de satisfaire leurs parens, et on faisait appel au sentiment de l’obéissance, à la conscience du devoir. C’était encore ce qu’il y avait de meilleur à invoquer, et cela réussissait assez avec moi, qui étais, par nature indépendante dans mes idées, soumise dans les actes extérieurs.

Je n’ai jamais connu la révolte de fait avec les êtres que j’aimais et dont j’ai dû accepter la domination naturelle, car il y en a une, ne fût-ce que celle de l’âge, sans compter celle du sang. Je n’ai jamais compris qu’on ne cédât pas aux personnes avec lesquelles on ne veut ni ne peut rompre, quand même on est persuadé qu’elles se trompent, ni qu’on hésitât entre le sacrifice de soi-même et leur satisfaction. Voilà pourquoi ma grand’mère, ma mère, et les religieuses de mon couvent m’ont toujours trouvée d’une douceur inexplicable au milieu d’un insurmontable entêtement. Je me sers du mot douceur, parce que j’ai été frappée de les voir se rencontrer dans cette expression dont elles se servaient pour peindre mon caractère d’enfant. L’expression n’était peut-être pas juste. Je n’étais pas douce, puisque je ne cédais pas intérieurement. Mais, pour ne pas céder en fait, il eût fallu haïr, et, tout au contraire, j’aimais. Cela prouve donc uniquement que mon affection m’était plus précieuse que mon raisonnement, et que j’obéissais plus volontiers, dans mes actions, à mon cœur qu’à ma tête.

Ce fut donc par pure affection pour ma grand’mère que j’étudiai de mon mieux les choses qui m’ennuyaient, que j’appris par cœur des milliers de vers dont je ne comprenais pas les beautés, le latin, qui me paraissait insipide : la versification, qui était comme une camisole de force imposée à ma poétique naturelle : l’arithmétique, qui était si opposée à mon organisation que, pour faire une addition, j’avais littéralement des vertiges et des défaillances. Pour lui faire plaisir aussi, je m’enfonçais dans l’histoire, mais là, ma soumission reçut enfin sa récompense, l’histoire m’amusa prodigieusement.

Pourtant, par la raison que j’ai dite, par l’absence de théorie morale de cette étude, elle ne satisfaisait pas l’appétit de logique qui commençait à s’éveiller en moi ; mais elle prit à mes yeux un attrait différent : je la goûtai sous son aspect purement littéraire et romanesque. Les grands caractères, les belles actions, les étranges aventures, les détails poétiques, le détail, en un mot, me passionna, et je trouvai à raconter tout cela, à y donner une forme dans mes extraits, un plaisir indicible.

Peu à peu, je m’aperçus que j’étais peu surveillée, que ma grand’mère, trouvant mon extrait bien écrit pour mon âge, et intéressant, ne consultait plus le livre pour voir si ma version était bien fidèle, et cela me servit plus qu’on ne peut croire. Je cessai de porter à la leçon les livres qui avaient servi à mon résumé, et comme on ne me les demanda plus, je me lançai avec plus de hardiesse dans mes appréciations personnelles. Je fus plus philosophe que mes historiens profanes, plus enthousiaste que mes historiens sacrés. Me laissant aller à mon émotion et ne m’inquiétant pas d’être d’accord avec le jugement de mes auteurs, je donnai à mes récits la couleur de ma pensée, et même je me souviens que je ne me gênais pas pour orner un peu la sécheresse de certains fonds. Je n’altérais point les faits essentiels, mais, quand un personnage insignifiant ou inexpliqué me tombait sous la main, obéissant à un besoin invincible d’art, je lui donnais un caractère quelconque que je déduisais assez logiquement de son rôle ou de la nature de son action dans le drame général. Incapable de me soumettre aveuglément au jugement de l’auteur, si je ne réhabilitais pas toujours ce qu’il condamnait, j’essayais du moins de l’expliquer et de l’excuser, et si je le trouvais trop froid pour les objets de mon enthousiasme, je me livrais à ma propre flamme, et je la répandais sur mon cahier dans des termes qui faisaient rire souvent ma grand’mère par leur naïveté d’exagération.

Enfin, quand je trouvais l’occasion de fourrer une petite description au milieu de mon récit, je ne m’en faisais pas faute. Pour cela une courte phrase du texte, une sèche indication me suffisaient. Mon imagination s’en emparait et brodait là-dessus ; je faisais intervenir le soleil ou l’orage, les fleurs, les ruines, les monumens, les chœurs, les sons de la flûte sacrée ou de la lyre d’Ionie, l’éclat des armes, le hennissement des coursiers, que sais-je ? J’étais classique en diable ; mais si je n’avais pas l’art de me trouver une forme nouvelle, j’avais le plaisir de sentir vivement, et de voir par les yeux de l’imagination tout ce passé qui se ranimait devant moi.

Il est vrai aussi que, n’étant pas tous les jours dans cette disposition poétique, et pouvant impunément en prendre à mon aise, il m’arriva parfois de copier presque textuellement les pages du livre dont j’étais chargée de rendre le sens. Mais c’étaient mes jours de langueur et de distraction. Je m’en dédommageais avec plaisir quand je sentais la verve se rallumer.

Je faisais un peu de même pour la musique. J’étudiais pour l’acquit de ma conscience les sèches études que je devais jouer à ma grand’mère ; mais quand j’étais sûre de m’en tirer passablement, je les arrangeais à ma guise, ajoutant des phrases, changeant les formes, improvisant au hasard, chantant, jouant et composant musique et paroles, quand j’étais bien sûre de ne pas être entendue. Dieu sait à quelles stupides aberrations musicales je m’abandonnais ainsi ! j’y prenais un plaisir extrême.

La musique qu’on m’enseignait commençait à m’ennuyer. Ce n’était plus la direction de ma grand’mère. Elle s’était imaginé qu’elle ne pourrait pas m’enseigner elle-même la musique, ou bien sa santé ne lui permettait plus d’en garder l’initiative ; elle ne me démontrait plus rien, et se bornait à me faire jouer en mesure la plate musique que m’apportait mon maître.

Ce maître était l’organiste de la Châtre. Il savait la musique, certainement, mais il ne la sentait nullement, et il mettait peu de conscience à me la montrer. Il s’appelait M. Gayard, et il avait la figure et la tournure ridicules. Il portait toujours la queue ficelée, les ailes de pigeon et les grands habits carrés de l’ancien régime, quoiqu’il n’eût guère qu’une cinquantaine d’années. Sous la Restauration, on a vu pendant quelque temps des particuliers reprendre ces vieux usages de coiffure et d’habillement pour témoigner de leur attachement aux bons principes. D’autres ne les avaient jamais quittés, et c’était sans doute par habitude de gravité que M. Gayard conservait la poudre et les culottes courtes.

Il était pourtant médiocrement grave quand il n’était plus sous les yeux du curé, à la Châtre, et de ma grand’mère, à Nohant. Il arrivait le dimanche, à midi, se faisait servir un copieux déjeûner, remontait l’accord du piano et du clavecin, me donnait une leçon de deux heures, puis allait batifoler avec les servantes jusqu’au dîner. Là il mangeait comme quatre, parlait peu, me faisait jouer ensuite devant ma grand’mère un morceau qu’il m’avait seriné plutôt qu’expliqué, et s’en allait les poches pleines de friandises qu’il se faisait donner par les femmes de chambre.

Je faisais des progrès apparens avec ce professeur, et, en réalité, je n’apprenais rien du tout, et je perdais le respect et l’amour de la musique. Il m’apportait de la musique facile, bête, soi-disant brillante. Heureusement, il se glissait quelquefois à son insu de petits diamans dans ce fatras, des sonatines de Steibelt, des pages de Gluck, de Mozart, et de jolies études de Pleyel et de Clementi. La preuve que j’avais un bon sentiment musical, c’est que je discernais fort bien de moi-même ce qui valait la peine d’être étudié, et j’y portais un certain sentiment naïf qui plaisait à ma grand’mère, mais dont M. Gayard ne me tenait aucun compte. Il frappait fort et jouait carrément, sans nuances, sans couleur et sans cœur. C’était exact, correct, bruyant, sans charme et sans élévation. Je le sentais, et je haïssais sa manière. Avec cela, il avait de grosses pattes laides, velues, grasses et sales qui me répugnaient, et une odeur de poudre mêlée à une odeur de crasse qui me faisait paraître ma leçon insupportable. Ma grand’mère devait bien savoir que c’était là un maître sans valeur et sans âme ; mais elle pensait que j’avais besoin de me délier les doigts, et comme les siens étaient de plus en plus paralysés, elle me donnait M. Gayard comme une mécanique. En effet, M. Gayard m’apprenait à remuer les doigts, et il me donnait à lire beaucoup de musique, mais il ne m’enseignait rien. Jamais il ne me demanda de me rendre compte à moi-même du ton dans lequel était écrit le morceau qu’il me faisait jouer, ni du mouvement, encore moins du sentiment et de la pensée musicale. Il me fallait deviner tout cela, car j’avais oublié toutes les règles que ma grand’mère m’avait enseignées si clairement et qu’il eût été bon de repasser sans cesse en les appliquant. Je les appliquais d’instinct et ne les savais plus. Quand je faisais quelque faute, M. Gayard me débitait des calembours et des coqs-à-l’âne en forme de critique. C’est ainsi que je travaillais, disait-il, la dernière fois qu’on me mit à la porte ; ou bien il avait des sentences en latin de collége :

Aspice Pierrot pendu, Quod fa dièse n’a pas rendu.

Et toute la leçon se passait ainsi, à moins qu’il ne préférât dormir auprès du poêle, ou se promener dans la chambre en mangeant des pruneaux ou des noisettes, car il mangeait toujours et ne se souciait guère d’autre chose.

On ne me parlait plus de chant, et pourtant c’était là mon instinct et ma vocation. Je trouvais un soulagement extrême à improviser en prose ou en vers blancs des récitatifs ou des fragmens de mélodie lyrique, et il me semblait que le chant eût été ma véritable manière d’exprimer mes sentimens et mes émotions. Quand j’étais seule au jardin, je chantais toutes mes actions pour ainsi dire : « Roule, roule, ma brouette : poussez, poussez, petits gazons que j’arrose ; papillons jolis, venez sur mes fleurs, etc. ; » et quand j’avais du chagrin, quand je pensais à ma petite mère absente, c’étaient des complaintes en mineur qui ne finissaient pas et qui endormaient peu à peu ma mélancolie ou qui provoquaient des larmes dont j’étais soulagée :

Ma mère, m’entends-tu ? je pleure et je soupire, etc.

Vers l’âge de douze ans, je m’essayai à écrire ; mais cela ne dura qu’un instant ; je fis plusieurs descriptions, une de la vallée noire, vue d’un certain endroit où j’allais souvent me promener, et l’autre d’une nuit d’été avec clair de lune. C’est tout ce que je me rappelle, et ma grand’mère eut la bonté de déclarer à qui voulait la croire que c’étaient des chefs-d’œuvre. D’après les phrases qui me sont restées dans la mémoire[10], ces chefs-d’œuvre-là étaient bons à mettre au cabinet. Mais ce que je me rappelle avec plus de plaisir, c’est que, malgré les imprudens éloges de ma bonne maman, je ne fus nullement enivrée de mon petit succès. J’avais dès lors un sentiment que j’ai toujours conservé ; c’est qu’aucun art ne peut rendre le charme et la fraîcheur de l’impression produite par les beautés de la nature, de même que rien dans l’expression ne peut atteindre à la force et à la spontanéité de nos émotions intimes. Il y a dans l’âme quelque chose de plus que dans la forme. L’enthousiasme, la rêverie, la passion, la douleur n’ont pas d’expression suffisante dans le domaine de l’art, quel que soit l’art, quel que soit l’artiste. J’en demande pardon aux maîtres : je les vénère et les chéris, mais ils ne m’ont jamais rendu ce que la nature m’a donné, ce que moi-même j’ai senti mille fois l’impossibilité de rendre aux autres.

L’art me semble une aspiration éternellement impuissante et incomplète, de même que toutes les manifestations humaines. Nous avons, pour notre malheur, le sentiment de l’infini, et toutes nos expressions ont une limite rapidement atteinte ; ce sentiment même est vague en nous, et les satisfactions qu’il nous donne sont une espèce de tourment.

L’art moderne l’a bien senti, ce tourment de l’impuissance, et il a cherché à étendre ses moyens en littérature, en musique, en peinture. L’art a cru trouver dans les formes nouvelles du romantisme une nouvelle puissance d’expansion. L’art a pu y gagner, mais l’âme humaine n’élève ses facultés que relativement, et la soif de la perfection, le besoin de l’infini restent les mêmes, éternellement avides, éternellement inassouvis. C’est pour moi une preuve irréfutable de l’existence de Dieu. Nous avons le désir inextinguible du beau idéal : donc le désir a un but. Ce but n’existe nulle part à notre portée, ce but est l’infini, ce but est Dieu.

L’art est donc un effort plus ou moins heureux pour manifester des émotions qui ne peuvent jamais l’être complétement, et qui, par elles-mêmes, dépassent toute expression. Le romantisme, en augmentant les moyens, n’a pas reculé la limite des facultés humaines. Une grêle d’épithètes, un déluge de notes, un incendie de couleurs, ne témoignent et n’expriment rien de plus qu’une forme élémentaire et naïve. J’ai beau faire, j’ai le malheur de ne rien trouver dans les mots et dans les sons de ce qu’il y a dans un rayon du soleil ou dans un murmure de la brise.

Et pourtant l’art a des manifestations sublimes, et je ne saurais vivre sans les consulter sans cesse ; mais plus ces manifestations sont grandes, plus elles excitent en moi la soif d’un mieux et d’un plus que personne ne peut me donner, et que je ne puis pas donner moi-même, parce qu’il faudrait pour exprimer ce plus et ce mieux un chiffre qui n’existe pas pour nous et que l’homme ne trouvera probablement jamais.

J’en reviens à dire plus clairement et plus positivement que rien de ce que j’ai écrit dans ma vie ne m’a jamais satisfait, pas plus mes premiers essais à l’âge de douze ans, que les travaux littéraires de ma vieillesse, et qu’il n’y a à cela aucune modestie de ma part. Toutes les fois que j’ai vu et senti quelque sujet d’art, j’ai espéré, j’ai cru naïvement que j’allais le rendre comme il m’était venu. Je m’y suis jetée avec ardeur, j’ai rempli ma tâche parfois avec un vif plaisir, et parfois, en écrivant la dernière page, je me suis dit : « Oh ! cette fois, c’est bien réussi ! » Mais, hélas, je n’ai jamais pu relire l’épreuve sans me dire : « Ce n’est pas du tout cela, je l’avais rêvé et senti, et conçu tout autrement ; c’est froid, c’est à côté, c’est trop dit et ce n’est pas assez. » Et si l’ouvrage n’avait pas toujours été la propriété d’un éditeur, je l’aurais mis dans un coin avec le projet de le refaire, et je l’y aurais oublié pour en essayer un autre.

Je sentis donc, dès la première tentative littéraire de ma vie, que j’étais au-dessous de mon sujet et que mes mots et mes phrases le gâtaient pour moi-même. On envoya à ma mère une de mes descriptions pour lui faire voir comme je devenais habile et savante : elle me répondit : « Tes belles phrases m’ont bien fait rire, j’espère que tu ne vas pas te mettre à parler comme ça. » Je ne fus nullement mortifiée de l’accueil fait par elle à mon élucubration poétique : je trouvai qu’elle avait parfaitement raison, et je lui répondis : « Sois tranquille, ma petite mère, je ne deviendrai pas une pédante, et quand je voudrai te dire que je t’aime, que je t’adore, je te le dirai tout bonnement comme le voilà dit. »

Je cessai donc d’écrire ; mais le besoin d’inventer et de composer ne m’en tourmentait pas moins. Il me fallait un monde de fictions, et je n’avais jamais cessé de m’en créer un que je portais partout avec moi, dans mes promenades, dans mon immobilité, au jardin, aux champs, dans mon lit avant de m’endormir et en m’éveillant, avant de me lever. Toute ma vie j’avais eu un roman en train dans la cervelle, auquel j’ajoutais un chapitre plus ou moins long aussitôt que je me trouvais seule, et pour lequel j’amassais sans cesse des matériaux. Mais pourrai-je donner une idée de cette manière de composer que j’ai perdue et que je regretterai toujours, car c’est la seule qui ait réalisé jamais ma fantaisie.

Je ne donnerais aucun développement au récit de cette fantaisie de mon cerveau, si je croyais qu’elle n’eût été qu’une bizarrerie personnelle. Car mon lecteur doit remarquer que je me préoccupe beaucoup plus de lui faire repasser et commenter sa propre existence, celle de nous tous, que de l’intéresser à la mienne propre ; mais j’ai lieu de croire que mon histoire intellectuelle est celle de la génération à laquelle j’appartiens, et qu’il n’est aucun de nous qui n’ait fait, dans son jeune âge, un roman ou un poème.

J’avais bien vingt-cinq ans, lorsque voyant mon frère griffonner beaucoup, je lui demandai ce qu’il faisait. « Je cherche, me dit-il, un roman moral dans le fond, comique dans la forme : mais je ne sais pas écrire, et il me semble que tu pourrais rédiger ce que j’ébauche. » Il me fit part de son plan, que je trouvai trop sceptique et dont les détails me rebutèrent. Mais, à ce propos, je lui demandai depuis quand il avait cette fantaisie de faire un roman. « Je l’ai toujours eue, répondit-il. Quand j’y rêve, il me passionne et me divertit quelquefois tant, que j’en ris tout seul. Mais quand je veux y mettre de l’ordre, je ne sais par où commencer, par où finir. Tout cela se brouille sous ma plume. L’expression me manque, je m’impatiente, je me dégoûte, je brûle ce que je viens d’écrire, et j’en suis débarrassé pour quelques jours. Mais bientôt cela revient comme une fièvre. J’y pense le jour, j’y pense la nuit, et il faut que je gribouille encore, sauf à brûler toujours.

— Que tu as tort, lui dis-je, de vouloir donner une forme arrêtée, un plan régulier à ta fantaisie ! tu ne vois donc pas que tu lui fais la guerre, et que si tu renonçais à la jeter hors de toi, elle serait toujours en toi active, riante et féconde ? Que ne fais-tu comme moi, qui n’ai jamais gâté l’idée que je me suis faite de ma création en cherchant à la formuler ?

— Ah çà, dit-il, c’est donc une maladie que nous avons dans le sang ? Tu pioches donc aussi dans le vide ? tu rêvasses donc aussi comme moi ? tu ne me l’avais jamais dit. » J’étais déjà fâchée de m’être trahie, mais il était trop tard pour se raviser. Hippolyte, en me confiant son mystère, avait droit de m’arracher le mien, et je lui racontai ce que je vais raconter ici.

Dès ma première enfance, j’avais besoin de me faire un monde intérieur à ma guise, un monde fantastique et poétique ; peu à peu j’eus besoin d’en faire aussi un monde religieux ou philosophique, c’est-à-dire moral ou sentimental. Vers l’âge de onze ans, je lus l’Iliade et la Jérusalem délivrée. Ah ! que je les trouvais courtes, que je fus contrariée d’arriver à la dernière page ! je devins triste et comme malade de chagrin de les voir sitôt finies. Je ne savais plus que devenir ; je ne pouvais plus rien lire ; je ne savais auquel de ces deux poèmes donner la préférence : je comprenais qu’Homère était plus beau, plus grand, plus simple ; mais le Tasse m’intéressait et m’intriguait davantage. C’était plus romanesque, plus de mon temps et de mon sexe. Il y avait des situations dont j’aurais voulu que le poète ne me fît jamais sortir, Herminie chez les bergers, par exemple, ou Clorinde délivrant du bûcher Olinde et Sofronie. Quels tableaux enchantés je voyais se dérouler autour de moi ! Je m’emparais de ces situations, je m’y établissais pour ainsi dire ; les personnages devenaient miens ; je les faisais agir ou parler, et je changeais à mon gré la suite de leurs aventures, non pas que je crusse mieux faire que le poète, mais parce que les préoccupations amoureuses de ces personnages me gênaient, et que je les voulais tels que je les sentais, c’est-à-dire enthousiastes seulement de religion, de guerre ou d’amitié. Je préférais la martiale Clorinde à la timide Herminie : sa mort et son baptême la divinisaient à mes yeux. Je haïssais Armide, je méprisais Renaud. Je sentais vaguement de la guerrière et de la magicienne ce que Montaigne dit de Bradamante et d’Angélique, à propos du poème de l’Arioste : l’une « d’une beauté naïve, active, généreuse, non homasse, mais virile ; l’autre d’une beauté molle, affectée, délicate, artificielle : l’une travestie en garçon, coiffée d’un morion luisant : l’autre vêtue en fille, coiffée d’un atiffet emperlé. »

Mais au-dessus de ces personnages du roman, l’Olympe chrétien planait sur la composition du Tasse, comme dans l’Iliade les dieux du paganisme : et c’est par la poésie de ces symboles que le besoin d’un sentiment religieux, sinon d’une croyance définie, vint s’emparer ardemment de mon cœur. Puisqu’on ne m’enseignait aucune religion, je m’aperçus qu’il m’en fallait une, et je m’en fis une.

J’arrangeai cela très secrètement en moi-même ; religion et roman poussèrent de compagnie dans mon âme. J’ai dit que les esprits les plus romanesques étaient les plus positifs, et, quoique cela ressemble à un paradoxe, je le maintiens. Le penchant romanesque est un penchant du beau idéal. Tout ce qui, dans la réalité vulgaire, gêne cet élan est facilement mis de côté et compté pour rien par ces esprits logiciens à leur point de vue. Les chrétiens pri mitifs, les adeptes de toutes les sectes enfantées par le christianisme pris au pied de la lettre sont des esprits romanesques, et leur logique est rigoureuse, absolue : je défie qu’on prouve le contraire.

Me voilà donc, enfant rêveur, candide, isolé, abandonné à lui-même, lancé à la recherche d’un idéal, et ne pouvant pas rêver un monde, une humanité idéalisée, sans placer au faîte un Dieu, l’idéal même. Ce grand créateur Jéhovah, cette grande fatalité Jupiter, ne me parlaient pas assez directement. Je voyais bien les rapports de cette puissance suprême avec la nature, je ne la sentais pas assez particulièrement dans l’humanité. Je fis ce que l’humanité avait fait avant moi. Je cherchai un médiateur, un intermédiaire, un Dieu-homme, un divin ami de notre race malheureuse.

Homère et le Tasse, venant couronner la poésie chrétienne et païenne de mes premières lectures, me montraient tant de divinités sublimes ou terribles que je n’avais que l’embarras du choix ; mais cet embarras était grand. On me préparait à la première communion, et je ne comprenais absolument rien au catéchisme. L’Évangile et le drame divin de la vie et de la mort de Jésus m’arrachaient en secret des torrens de larmes. Je m’en cachais bien, j’aurais craint que ma grand’mère ne se moquât de moi. Elle ne l’eût pas fait, j’en suis certaine aujourd’hui, mais cette absence d’intervention dans ma croyance, dont elle semblait s’être fait une loi, me jetait dans le doute, et peut-être aussi l’éternel attrait du mystère dans mes émotions les plus intimes me portait-il à moi-même le préjudice moral d’être privée de direction. Ma grand’mère, en me voyant lire et apprendre le dogme par cœur, sans faire la moindre réflexion, se flattait peut-être de trouver en moi une table rase, aussitôt qu’elle voudrait m’instruire à son point de vue, mais elle se trompait. L’enfant n’est jamais une table rase. Il commente, il s’interroge, il doute, il cherche, et si on ne lui donne rien pour se bâtir une maison, il se fait un nid avec les fétus qu’il peut rassembler.

C’est ce qui m’arriva. Comme ma grand’mère n’avait eu qu’un soin, celui de combattre en moi le penchant superstitieux, je ne pouvais croire aux miracles et je n’aurais pas osé croire non plus à la divinité de Jésus. Mais je l’aimais quand même, cette divinité et je me disais : « Puisque toute religion est une fiction, faisons un roman qui soit une religion ou une religion qui soit un roman. Je ne crois pas à mes romans, mais ils me donnent autant de bonheur que si j’y croyais. D’ailleurs, s’il m’arrive d’y croire de temps en temps, personne ne le saura, personne ne contrariera mon illusion en me prouvant que je rêve. »

Et voilà qu’en rêvant la nuit, il me vint une figure et un nom. Le nom ne signifiait rien, que je sache, c’était un assemblage fortuit de syllabes comme il s’en forme dans les songes. Mon fantôme s’appelait Corambé, et ce nom lui resta. Il devint le titre de mon roman et le dieu de ma religion.

En commençant à parler de Corambé, je commence à parler, non-seulement de ma vie poétique, que ce type a remplie si longtemps dans le secret de mes rêves, mais encore de ma vie morale, qui ne faisait qu’une avec la première. Corambé n’était pas, à vrai dire, un simple personnage de roman, c’était la forme qu’avait prise et que garda longtemps mon idéal religieux.

De toutes les religions qu’on me faisait passer en revue comme une étude historique pure et simple, sans m’engager à en adopter aucune, il n’y en avait aucune, en effet, qui me satisfît complétement, et toutes m’attiraient par quelque endroit. Jésus-Christ était bien pour moi le type d’une perfection supérieure à toutes les autres ; mais la religion qui me défendait, au nom de Jésus, d’aimer les autres philosophes, les autres dieux, les autres saints de l’antiquité, me gênait et m’étouffait pour ainsi dire. Il me fallait l’Iliade et la Jérusalem dans mes fictions. Corambé se créa tout seul dans mon cerveau. Il était pur et charitable comme Jésus, rayonnant et beau comme Gabriel ; mais il lui fallait un peu de la grâce des nymphes et de la poésie d’Orphée. Il avait donc les formes moins austères que le Dieu des chrétiens, et un sentiment plus spiritualisé que ceux d’Homère. Et puis il me fallait le compléter en le vêtissant en femme à l’occasion, car ce que j’avais le mieux aimé, le mieux compris jusqu’alors, c’était une femme, c’était ma mère. Ce fut donc souvent sous les traits d’une femme qu’il m’apparut. En somme, il n’avait pas de sexe et revêtait toutes sortes d’aspects différens.

Il y avait des déesses païennes que je chérissais : la sage Pallas, la chaste Diane, Iris, Hébé, Flore, les muses, les nymphes ; c’étaient là des êtres charmans dont je ne voulais pas me laisser priver par le christianisme. Il fallait que Corambé eût tous les attributs de la beauté physique et morale, le don de l’éloquence, le charme tout-puissant des arts, la magie de l’improvisation musicale surtout ; je voulais l’aimer comme un ami, comme une sœur, en même temps que le révérer comme un Dieu. Je ne voulais pas le craindre, et, à cet effet, je souhaitais qu’il eût quelques-unes de nos erreurs et de nos faiblesses.

Je cherchai celle qui pourrait se concilier avec sa perfection, et je trouvai l’excès de l’indulgence et de la bonté. Ceci me plut particulièrement, et son existence, en se déroulant dans mon imagination (je n’oserais dire par l’effet de ma volonté, tant ces rêves me parurent bientôt se formuler d’eux-mêmes), m’offrit une série d’épreuves, de souffrances, de persécutions et de martyres. J’appelais livre ou chant chacune de ses phases d’humanité, car il devenait homme ou femme en touchant la terre, et quelquefois le Dieu supérieur et tout-puissant dont il n’était, après tout, qu’un ministre céleste, préposé au gouvernement moral de notre planète, prolongeait son exil parmi nous, pour le punir de trop d’amour et de miséricorde envers nous.

Dans chacun de ces chants (je crois bien que mon poème en a au moins mille sans que j’aie été tentée d’en écrire une ligne), un monde de personnages nouveaux se groupait autour de Corambé. Tous étaient bons. Il y avait des méchans qu’on ne voyait jamais (je ne voulais pas les faire paraître), mais dont la malice et la folie se révélaient par des images de désastre et des tableaux de désolation. Corambé consolait et réparait sans cesse. Je le voyais, entouré d’êtres mélancoliques et tendres, qu’il charmait de sa parole et de son chant, dans des paysages délicieux, écoutant le récit de leur peines et les ramenant au bonheur par la vertu.

D’abord je me rendis bien compte de cette sorte de travail inédit ; mais au bout de très peu de temps, de très peu de jours même, car les jours comptent triple dans l’enfance, je me sentis possédée par mon sujet bien plus qu’il n’était possédé par moi. Le rêve arriva à une sorte d’hallucination douce, mais si fréquente et si complète parfois, que j’en étais comme ravie hors du monde réel.

D’ailleurs, le monde réel se plia bie ntôt à ma fantaisie. Il s’arrangea à mon usage. Nous avions, aux champs, mon frère, Liset et moi, plusieurs amis, filles et garçons, que nous allions trouver tour à tour pour jouer, courir, marauder ou grimper avec eux. J’allais, quant à moi, plus souvent avec les filles d’un de nos métayers, Marie et Solange, qui étaient un peu plus jeunes de fait et plus enfans que moi par caractère. Presque tous les jours, de midi à deux heures, c’était l’heure de ma récréation permise, je courais à la métairie et je trouvais mes jeunes amies occupées à soigner leurs agneaux, à chercher les œufs de leurs poules, épars dans les buissons, à cueillir les fruits du verger, ou à garder les ouailles, comme on dit chez nous, ou à faire de la feuille pour leur provision d’hiver. Suivant la saison, elles étaient toujours à l’ouvrage, et je les aidais avec ardeur afin d’avoir le plaisir d’être avec elles. Marie était un enfant fort sage et fort simple. La plus jeune, Solange, était assez volontaire, et nous cédions à toutes ses fantaisies. Ma grand’mère était fort aise que je prisse de l’exercice avec elles, mais elle disait qu’elle ne concevait pas le plaisir que je pouvais trouver, moi qui faisais de si belles descriptions, et qui asseyais la lune dans une nacelle d’argent, avec ces petites paysannes crottées, avec leurs dindons et leurs chèvres.

Moi, j’avais le secret de mon plaisir et je le gardais pour moi seule. Le verger où je passais une partie de ma journée était charmant (il l’est encore), et c’est là que mon roman venait en plein me trouver. Quoique ce verger fût bien assez joli par lui-même, je ne le voyais pas précisément tel qu’il était. Mon imagination faisait d’une butte de trois pieds une montagne, de quelques arbres une forêt, du sentier qui allait de la maison à la prairie le chemin qui mène au bout du monde, de la mare bordée de vieux saules un gouffre ou un lac, à volonté ; et je voyais mes personnages agir, courir ensemble, ou marcher seuls en rêvant, ou dormir à l’ombre, ou danser en chantant dans ce paradis de mes songes creux. La causette de Marie et de Solange ne me dérangeait nullement. Leur naïveté, leurs occupations champêtres ne détruisaient rien à l’harmonie de mes tableaux, et je voyais en elles deux petites nymphes déguisées en villageoises et préparant tout pour l’arrivée de Corambé qui passerait par là un jour ou l’autre et les rendrait à leur forme et à leur destinée véritables.

D’ailleurs quand elles parvenaient à me distraire et à faire disparaître mes fantômes, je ne leur en savais pas mauvais gré, puisque j’arrivais à m’amuser pour mon propre compte avec elles. Quand j’étais là, les parens se montraient fort tolérans sur le temps perdu, et bien souvent nous laissions quenouilles, moutons ou corbeilles pour nous livrer à une gymnastique échevelée, grimper sur les arbres, ou nous précipiter du haut en bas des montagnes de gerbes entassées dans la grange, jeu délirant, je l’avoue, et que j’aimerais encore si je l’osais.

Cet accès de mouvement et de gaîté enivrante me faisait trouver plus de plaisir encore à retomber dans mes contemplations, et mon cerveau excité physiquement était plus riche d’images et de fantaisies. Je le sentais et ne m’en faisais pas faute.

Une autre amitié que je cultivais moins assidûment, mais où mon frère m’entraînait quelquefois, avait pour objet un gardeur de cochons qui s’appelait Plaisir. J’ai toujours eu peur et horreur des cochons, et pourtant, peut-être précisément à cause de cela, Plaisir, par la grande autorité qu’il exerçait sur ces méchans et stupides animaux, m’inspirait une sorte de respect et de crainte. On sait que c’est une dangereuse compagnie qu’un troupeau de porcs. Ces animaux ont entre eux un étrange instinct de solidarité. Si l’on offense un individu isolé, il jette un certain cri d’alarme qui réunit instantanément tous les autres. Ils forment alors un bataillon qui se resserre sur l’ennemi commun, et le force à chercher son salut sur un arbre ; car, de courir, il n’y faut point songer, le porc maigre étant, comme le sanglier, un des plus rapides et des plus infatigables jarrets qui existent.

Ce n’était donc pas sans terreur que je me trouvais aux champs au milieu de ces animaux, et jamais l’habitude n’a pu me corriger de cette faiblesse. Pourtant, Plaisir craignait si peu et dominait tellement ceux auxquels il avait affaire, leur arrachant sous le nez les féverolles et autres tubercules sucrés qu’ils trouvent dans nos terres, que je travaillais à m’aguerrir auprès de lui. La plus terrible bête de son troupeau, c’était le maître porc, celui que nos pastours appellent le cadi, et qui, réservé à la reproduction de l’espèce, atteint souvent une taille et une force extraordinaires. Il l’avait si bien dompté, qu’il le chevauchait avec une sorte de maëstria sauvage et burlesque.

Walter Scott n’a pas dédaigné d’introduire un gardeur de pourceaux dans Ivanhoe, un de ses plus beaux romans. Il aurait pu tirer un grand parti de la figure de Plaisir. C’était un être tout primitif, doué des talens de sa condition barbare. Il abattait les oiseaux à coups de pierre avec une habileté remarquable et s’exerçait principalement sur les pies et les corneilles qui viennent, en hiver, faire société intime avec les troupeaux de porcs. On les voit se tenir autour de ces animaux pour chercher dans les mottes de terre qu’ils retournent avec leur nez les vers et les graines en germe. Cela donne lieu à de grandes altercations entre ces oiseaux querelleurs : celui qui a saisi la proie saute sur le cochon pour la dévorer à son aise, les autres l’y suivent pour le houspiller, et le dos ou la tête du quadrupède indifférent et impassible devient le théâtre de luttes acharnées. Quelquefois aussi ces oiseaux se perchent sur le pourceau seulement pour se réchauffer, ou pour mieux observer le travail dont ils doivent profiter. J’ai vu souvent une vieille corneille cendrée se tenir ainsi sur une jambe, d’un air pensif et mélancolique, tandis que le pourceau labourait profondément le sol, et par ses efforts lui imprimait des secousses qui la dérangeaient, l’impatientaient et la décidaient à le corriger à coups de bec.

C’est dans cette farouche société que Plaisir passait sa vie ; vêtu en toute saison d’une blouse et d’un pantalon de toile de chanvre qui avaient pris, ainsi que ses mains et ses pieds nus, la couleur et la dureté de la terre, se nourrissant, comme son troupeau, des racines qui rampent sous le sol, armé de l’instrument de fer triangulaire qui est le sceptre des porchers et qui leur sert à creuser et à couper sous les sillons, toujours enfoui dans quelque trou, ou rampant sous les buissons pour y poursuivre les serpens ou les belettes, quand un pâle soleil d’hiver faisait briller le givre sur les grands terrains bouleversés par l’incessant travail de son troupeau, il me faisait l’effet du gnome de la glèbe, une sorte de diable entre l’homme et le loup-garou, entre l’animal et la plante.

À la lisière du champ où nous vîmes Plaisir pendant toute une saison, le fossé était couvert d’une belle végétation. Sous les branches pendantes des vieux ormes et l’entrecroisement des ronces, nous autres enfans, nous pouvions marcher à couvert, et il y avait des creux secs et sablonneux avec des revers de mousse et d’herbes desséchées, où nous pouvions nous tenir à l’abri du froid ou de la pluie. Ces retraites me plaisaient singulièrement, surtout quand j’y étais seule, et que les rouge-gorges et les roitelets, enhardis par mon immobilité, venaient curieusement tout auprès de moi pour me regarder. J’aimais à me glisser inaperçue sous les berceaux naturels de la haie, et il me semblait entrer dans le royaume des esprits de la terre. J’eus là beaucoup d’inspirations pour mon roman. Corambé vint m’y trouver sous la figure d’un gardeur de pourceaux, comme Apollon chez Admète. Il était pauvre et poudreux comme Plaisir ; seulement sa figure était autre et laissait quelquefois jaillir un rayon où je reconnaissais le dieu exilé, condamné à d’obscurs et mélancoliques labeurs. Le cadi était un méchant génie attaché à ses pas, et dompté, malgré sa malice, par l’irrésistible influence de l’esprit de patience et de bonté. Les petits oiseaux du buisson étaient des sylphes qui venaient le plaindre et le consoler dans leur joli langage, et il souriait encore sous ses haillons, le pauvre pénitent volontaire. Il me racontait qu’il expiait la peine de quelqu’un, et que son abjection était destinée à racheter l’âme d’un de mes personnages coupable de faste ou d’indolence.

Dans le fossé couvert, je vis aussi apparaître un personnage mythologique qui m’avait fait une grande impression dans ma première enfance. C’était l’antique Démogorgon, le génie du sein de la terre, ce petit vieillard crasseux, couvert de mousse, pâle et défiguré, qui habitait les entrailles du globe. Ainsi le décrivait mon vieux traité de mythologie, lequel assurait, en outre, que Démogorgon s’ennuyait beaucoup dans cette triste solitude. L’idée m’était bien venue quelquefois de faire un grand trou pour essayer de le délivrer, mais lorsque je commençai à rêver de Corambé, je n’ajoutai plus foi aux fables païennes, et Démogorgon ne fut plus pour moi qu’un personnage fantastique dans mon roman. Je l’évoquais pour qu’il vînt s’entretenir avec Corambé qui lui racontait les malheurs des hommes et le consolait ainsi de vivre parmi les débris ignorés de l’antique création.

Peu à peu la fiction qui m’absorbait prit un tel caractère de conviction, que j’éprouvai le besoin de me créer une sorte de culte.

Pendant près d’un mois, je parvins à me dérober à toute surveillance durant mes heures de récréation, et à me rendre si complétement invisible, que personne n’eût pu dire ce que je devenais à ces heures-là, pas même Rose, qui pourtant ne me laissait guère tranquille, pas même Liset, qui me suivait partout comme un petit chien.

Voici ce que j’avais imaginé. Je voulais élever un autel à Corambé. J’avais d’abord pensé à la grotte en rocaille qui subsistait encore, quoique ruinée et abandonnée : mais le chemin en était encore trop connu et trop fréquenté. Le petit bois du jardin offrait alors certaines parties d’un fourré impénétrable. Les arbres, encore jeunes, n’avaient pas étouffé la végétation des aubépines et des troënes qui croissaient à leur pied, serrés comme les herbes d’une prairie. Dans ces massifs que côtoyaient les allées de charmille, j’avais donc remarqué qu’il en était plusieurs où personne n’entrait jamais et où l’œil ne pouvait pénétrer durant la saison des feuilles. Je choisis le plus épais, je m’y frayai un passage et je cherchai dans le milieu un endroit convenable. Il s’y trouva, comme s’il m’eût attendue. Au centre du fourré s’élevaient trois beaux érables sortant d’un même pied, et la végétation des arbustes étouffés par leur ombrage s’arrondisssait à l’entour pour former comme une petite salle de verdure. La terre était jonchée d’une mousse magnifique, et, de quelque côté qu’on portât les yeux, on ne pouvait rien distinguer dans l’interstice des broussailles à deux pas de soi. J’étais donc là aussi seule, aussi cachée qu’au fon d d’une forêt vierge, tandis qu’à trente ou quarante pieds de moi couraient des allées sinueuses où l’on pouvait passer et repasser sans se douter de rien.

Il s’agissait de décorer à mon gré le temple que je venais de découvrir. Pour cela je procédai comme ma mère me l’avait enseigné. Je me mis à la recherche des beaux cailloux, des coquillages variés, des plus fraîches mousses. J’élevai une sorte d’autel au pied de l’arbre principal, et au-dessus je suspendis une couronne de fleurs que des chapelets de coquilles roses et blanches faisaient descendre comme un lustre des branches de l’érable. Je coupai quelques broussailles, de manière à donner une forme régulière à la petite rotonde, et j’y entrelaçai du lierre et de la mousse de façon à former une sorte de colonnade de verdure avec des arcades, d’où pendaient d’autres petites couronnes, des nids d’oiseaux, de gros coquillages en guise de lampes, etc. Enfin je parvins à faire quelque chose qui me parut si joli, que la tête m’en tournait et que j’en rêvais la nuit.

Tout cela fut accompli avec les plus grandes précautions. On me voyait bien fureter dans le bois, chercher des nids et des coquillages, mais j’avais l’air de ne ramasser ces petites trouvailles que par désœuvrement, et quand j’en avais rempli mon tablier, j’attendais d’être bien seule pour pénétrer dans le taillis. Ce n’était pas sans peine et sans égratignures, car je ne voulais pas me frayer un passage qui pût me trahir, et chaque fois je m’introduisais par un côté différent, afin de ne pas laisser de traces en foulant un sentier et en brisant des arbrisseaux par des tentatives répétées.

Quand tout fut prêt, je pris possession de mon empire avec délices, et, m’asseyant sur la mousse, je me mis à rêver aux sacrifices que j’offrirais à la divinité de mon invention. Tuer des animaux ou seulement des insectes pour lui complaire, me parut barbare et indigne de sa douceur idéale. Je m’avisai de faire tout le contraire, c’est-à-dire de rendre sur son autel la vie et la liberté à toutes les bêtes que je pourrais me procurer. Je me mis donc à la recherche des papillons, des lézards, des petites grenouilles vertes et des oiseaux ; ces derniers ne me manquaient pas, j’avais toujours une foule d’engins tendus de tous côtés, au moyen desquels j’en attrapais souvent. Liset en prenait dans les champs et me les apportait ; de sorte que, tant que dura mon culte mystérieux, je pus tous les jours délivrer, en l’honneur de Corambé, une hirondelle, un rouge-gorge, un chardonneret, voire un moineau franc. Les moindres offrandes, les papillons et les scarabées comptaient à peine. Je les mettais dans une boîte que je déposais sur l’autel et que j’ouvrais, après avoir invoqué le bon génie de la liberté et de la protection. Je crois que j’étais devenue un peu comme ce pauvre fou qui cherchait la tendresse. Je la demandais aux bois, aux plantes, au soleil, aux animaux et à je ne sais quel être invisible qui n’existait que dans mes rêves.

Je n’étais plus assez enfant pour espérer de voir apparaître ce génie : cependant, à mesure que je matérialisais pour ainsi dire mon poème, je sentais mon imagination s’exalter singulièrement. J’étais également près de la dévotion et de l’idolâtrie, car mon idéal était aussi bien chrétien que païen, et il vint un moment où, en accourant le matin pour visiter mon temple, j’attachais malgré moi une idée superstitieuse au moindre dérangement. Si un merle avait gratté mon autel, si le pivert avait entaillé mon arbre, si quelque coquille s’était détachée du feston ou quelque fleur de la couronne, je voulais que pendant la nuit, au clair de la lune, les nymphes ou les anges fussent venus danser et folâtrer en l’honneur de mon génie. Chaque jour je renouvelais toutes les fleurs, et je faisais des anciennes couronnes un amas qui jonchait l’autel. Quand, par hasard, la fauvette ou le pinson auquel je donnais la volée, au lieu de fuir effarouché dans le taillis, montait sur l’arbre et s’y reposait un instant, j’étais ravie : il me semblait que mon offrande avait été plus agréable encore que de coutume. J’avais là des rêveries délicieuses, et, tout en cherchant le merveilleux, qui avait pour moi tant d’attrait, je commençais à trouver l’idée vague et le sentiment net d’une religion selon mon cœur.

Malheureusement (heureusement peut-être pour ma petite cervelle, qui n’était pas assez forte pour creuser ce problème), mon asile fut découvert. À force de me chercher, Liset arriva jusqu’à moi, et tout ébaubi à la vue de mon temple, il s’écria : « Ah ! mam’selle, le joli petit reposoir de la Fête-Dieu ! »

Il ne vit qu’un amusement dans mon mystère et il voulut m’aider à l’embellir encore. Mais le charme était détruit. Du moment que d’autres pas que les miens eurent foulé ce sanctuaire Corambé ne l’habita plus. Les dryades et les chérubins l’abandonnèrent, et il me sembla que mes cérémonies et mes sacrifices n’étaient plus qu’une puérilité que je n’avais pas prise moi-même au sérieux. Je détruisis le temple avec autant de soin que je l’avais édifié. Je creusai au pied de l’arbre et j’enterrai les guirlandes, les coquillages et tous les ornemens champêtres sous les débris de l’autel.



CHAPITRE DIXIÈME.

L’ambition de Liset. — Énergie et langueur de l’adolescence. — Les glaneuses. — Deschartres me rend communiste. — Il me dégoûte du latin. — Un orage pendant la fenaison. — La bête. — Histoire de l’enfant de chœur. — Les veillées des chanvreurs. — Les histoires du sacristain. — Les visions de mon frère. — Les beautés de l’hiver à la campagne. — Association fraternelle des preneurs d’alouettes. — Le roman de Corambé se passe du nécessaire. — La première communion. — Les comédiens de passage. — La messe et l’Opéra. Brigitte et Charles. — L’enfance ne passe pas pour tout le monde.


Mon frère était si content de s’en aller, que je ne pus m’affliger beaucoup de le voir partir. Cependant la maison me parut bien grande, le jardin bien triste, la vie bien morne quand je me trouvai seule. Comme il riait en me quittant, j’aurais eu honte de pleurer : mais je pleurai le lendemain matin, lorsqu’en m’éveillant je me dis que je ne le verrais plus. Liset, me voyant les yeux rouges à la récréation, se crut obligé de pleurer, quoiqu’il eût été plus tourmenté et plus rossé que choyé par Hippolyte. C’était un enfant très sensible, que ses parens ne rendaient pas heureux et qui avait reporté sur moi toutes ses affections. Il rêvait, comme félicité suprême, d’être un jour mon jockey et d’avoir un chapeau galonné. Je ne goûtais pas ce genre d’ambition, et je lui jurais que de ma vie je ne galonnerais mes domestiques. J’ai tenu parole ; je ne peux pas souffrir ces travestissemens ; mais c’était le conte de fées, la poésie de Liset, et je ne pus jamais lui faire comprendre que c’était une sotte vanité. Le pauvre enfant est mort pendant que j’étais au couvent et je devais bientôt le quitter pour ne plus le revoir.

Tout au milieu de mes rêvasseries sans fin et des chagrins de ma situation, je me développais extraordinairement. J’annonçais devoir être grande et robuste ; de douze à treize ans, je grandis de trois pouces, et j’acquis une force exceptionnelle pour mon âge et pour mon sexe. Mais j’en restai là, et mon développement s’arrêta au moment où il commence souvent pour les autres. Je ne dépassai pas la taille de ma mère, mais je fus toujours très forte, et capable de supporter des marches et des fatigues presque viriles.

Ma grand’mère, ayant enfin compris que je n’étais jamais malade que faute d’exercice et de grand air, avait pris le parti de me laisser courir, et pourvu que je ne revinsse pas avec des déchirures à ma personne ou à mes vêtemens, Rose m’abandonnait peu à peu à ma liberté physique. La nature me poussait par un besoin invincible à seconder le travail qu’elle opérait en moi, et ces deux années, celles où je rêvai et pleurai pourtant le plus, furent aussi celles où je courus et où je m’agitai davantage. Mon corps et mon esprit se commandaient alternativement une inquiétude d’activité et une fièvre de contemplation, pour ainsi dire. Je dévorais les livres qu’on me mettait entre les mains, et puis tout à coup je sautais par la fenêtre du rez-de-chaussée, quand elle se trouvait plus près de moi que la porte, et j’allais m’ébattre dans le jardin ou dans la campagne, comme un poulain échappé. J’aimais la solitude de passion, j’aimais la société des autres enfans avec une passion égale ; j’avais partout des amis et des compagnons. Je savais dans quel champ, dans quel pré, dans quel chemin je trouverais Fanchon, Pierrot, Lilinne, Rosette ou Sylvain. Nous faisions le ravage dans les fossés, sur les arbres, dans les ruisseaux. Nous gardions les troupeaux, c’est-à-dire que nous ne les gardions pas du tout, et que, pendant que les chèvres et les moutons faisaient bonne chère dans les jeunes blés, nous formions des danses échevelées, ou bien nous goûtions sur l’herbe avec nos galettes, nos fromages et notre pain bis. On ne se gênait pas pour traire les chèvres et les brebis, voire les vaches et les jumens quand elles n’étaient pas trop récalcitrantes. On faisait cuire des oiseaux ou des pommes de terre sous la cendre. Les poires et les pommes sauvages, les prunelles, les mûres de buisson, les racines, tout nous était régal. Mais c’était là qu’il ne fallait pas être surpris par Rose, car il m’était enjoint de ne pas manger hors des repas, et si elle arrivait, armée d’une houssine verte, elle frappait impartialement sur moi et sur mes complices.

Chaque saison amenait ses plaisirs. Dans le temps des foins, quelle joie de se rouler sur le sommet du charroi, ou sur les miloches ! Toutes mes amies, tous mes petits camarades rustiques venaient glaner derrière les ouvriers dans nos prairies, et j’allais rapidement faire l’ouvrage de chacun d’eux, c’est-à-dire que, prenant leurs râteaux, j’entamais dans nos récoltes, et qu’en un tour de main je leur en donnais à chacun autant qu’il en pouvait emporter. Nos métayers faisaient la grimace, et je ne comprenais pas qu’ils n’eussent pas le même plaisir que moi à donner. Deschartres se fâchait ; il disait que je faisais de tous ces enfans des pillards qui me feraient repentir, un jour, de ma facilité à donner et à laisser prendre.

C’était la même chose en temps de moisson ; ce n’était plus des javelles qu’emportaient les enfans de la commune, c’était des gerbes. Les pauvresses de La Châtre venaient par bandes de quarante et cinquante. Chacune m’appelait pour suivre sa rège, c’est-à-dire pour tenir son sillon avec elle, car elles établissent entre elles une discipline et battent celle qui glane hors de sa ligne. Quand j’avais passé cinq minutes avec une glaneuse, comme je ne me gênais pas pour prendre à deux mains dans nos gerbes, elle avait gagné sa journée, et lorsque Deschartres me grondait, je lui rappelais l’histoire de Ruth et de Booz.

C’est de cette époque particulièrement que datent les grandes et fastidieuses instructions que le bon Deschartres entreprit de me faire goûter sur les avantages et les plaisirs de la propriété. Je ne sais pas si j’étais prédisposée à prendre la contre-partie de sa doctrine, ou si ce fut la faute du professeur, mais il est certain que je me jetai par réaction dans le communisme le plus aveugle et le plus absolu. On pense bien que je ne donnais pas ce nom à mon utopie, je crois que le mot n’avait pas encore été créé ; mais je décrétai en moi-même que l’égalité des fortunes et des conditions était la loi de Dieu, et que tout ce que la fortune donnait à l’un, elle le volait à l’autre. J’en demande bien pardon à la société présente, mais cela m’entra dans la tête à l’âge de douze ans, et n’en sortit plus que pour se modifier en se conformant aux nécessités morales des faits accomplis. L’idéal resta pour moi dans un rêve de fraternité paradisiaque, et lorsque je devins catholique plus tard, ce rêve s’appuya sur la logique de l’Évangile. J’y reviendrai.

J’exposais naïvement mon utopie à Deschartres. Pauvre homme ! s’il vivait aujourd’hui, avec ses instincts réactionnaires développés par les circonstances, dans quelles fureurs certaines idées nouvelles lui feraient achever ses jours ! Mais en 1816 l’utopie ne lui paraissait pas menaçante, et il prenait la peine de la discuter méthodiquement. « Vous changerez d’avis, me disait-il, et vous arriverez à mépriser trop l’humanité pour vouloir vous sacrifier à elle. Mais, dès à présent, il faut combattre en vous ces instincts de prodigalité que vous tenez de votre pauvre père. Vous n’avez pas la moindre idée de ce que c’est que l’argent, vous vous croyez riche parce que vous avez autour de vous de la terre qui est à vous, des moissons qui mûrissent pour vous, des bestiaux qu’on soigne et qu’on engraisse pour vous fournir tous les ans quelques sacs d’écus. Mais avec tout cela vous n’êtes pas riche, et votre bonne maman a bien de la peine à tenir sa maison sur un pied honorable.

— Eh bien, voyons, disais-je, qui est-ce qui force ma bonne maman à ces dépenses, qui sont principalement une bonne cave et une bonne table pour ses amis ? Car, quant à elle, elle mange comme un oiseau, et une bouteille de muscat lui durerait bien deux mois. Croyez-vous qu’on vienne la voir pour boire et manger ses friandises ? — Mais il faut ceci, il faut cela, » disait Deschartres. Je niais tout ; j’accordais qu’il fallait à ma bonne maman tout le bien-être dont je la voyais jouir avec plaisir, mais je prétendais que Deschartres et moi nous pouvions bien nous mettre au brouet noir des Lacédémoniens. Cela ne lui souriait pas du tout. Il raillait ma ferveur de novice en stoïcisme, et il m’emmenait voir nos champs et nos prés, assurant que je devais me mettre au courant de ma fortune et que je ne pouvais de trop bonne heure me rendre compte de mes dépenses et de mes recettes. Il me disait : « Voilà un morceau de terre qui vous appartient. Il a coûté tant, il vaut tant, il rapporte tant. » Je l’écoutais d’un air de complaisance ; et lorsqu’au bout d’un instant il voulait me faire répéter ma leçon de propriétaire, il se trouvait que je ne l’avais pas entendue, ou que je l’avais déjà oubliée. Ses chiffres ne me disaient rien, je savais très bien dans quel blé poussaient les plus belles nieilles et les plus belles gesses sauvages, dans quelle haie je trouverais des coronilles et des saxifrages, dans quel pré des mousserons ou des morilles, sur quelles fleurs, au bord de l’eau, se posaient les demoiselles vertes et les petits hannetons bleus ; mais il m’était impossible de lui dire si nous étions sur nos terres ou sur celles du voisin, où était la limite du champ, combien d’ares, d’hectares ou de centiares renfermait cette limite, si la terre était de première ou de troisième qualité, etc. Je le désespérais, j’étouffais des bâillemens spasmodiques, et je finissais par lui dire des folies qui le faisaient rire et gronder en même temps. « Ah ! pauvre tête, pauvre cervelle ! disait-il en soupirant. C’est absolument comme son père ; de l’intelligence pour certaines choses inutiles et brillantes, mais néant en fait de notions pratiques ! pas de logique, pas un grain de logique ! » Que dirait-il donc aujourd’hui s’il savait que, grâce à ses explications, j’ai pris une telle aversion pour la possession de la terre que je ne suis pas plus avancée à quarante-cinq ans que je ne l’étais à douze ! Je l’avoue à ma honte, je ne connais pas mes terres d’avec celles du voisin, et quand je me promène à trois pas de ma maison, j’ignore absolument chez qui je suis.

Il semblerait qu’il fît tout son possible, ce brave homme, pour me dégoûter à tout jamais de ce qu’il appelait l’agriculture. Moi, j’adorais déjà, j’ai toujours adoré la poésie des scènes champêtres, mais il ne voulait m’y laisser rien voir de ce que j’y voyais. Si j’admirais la physionomie imposante des grands bœufs ruminant dans les herbes, il fallait entendre toute l’histoire du marché où le prix de ce bœuf avait été discuté, et la surenchère de tel fermier, et les grandes raisons que Deschartres, secondé par un intelligent Marchois de sa connaissance, avait fait valoir pour le payer trente francs de moins. Et puis ce bœuf avait une maladie qu’il fallait connaître et examiner. Il avait le pied tendre, la corne usée, une maladie de peau, que sais-je ? Adieu la poésie et l’idéale sérénité de mon bœuf Apis, le roi des prairies. Ces bons moutons qui venaient m’étouffer de leurs empressemens pour manger dans mes poches, il fallait les voir trépaner parce qu’ils avaient une affection cérébrale ; c’était horrible. Il grondait terriblement les bergères, mes douces compagnes, qui tremblaient devant lui et s’en allaient en pleurant, tandis que moi, plantée à son côté comme juge et comme partie intéressée en même temps, je prenais en exécration mon rôle de propriétaire et de maître, qui tôt ou tard devait me faire haïr. Haïr pour ma parcimonie ou railler pour mon insouciance, c’était l’écueil inévitable, et j’y suis tombée. Les paysans de chez nous ont un grand mépris pour mon incurie, et je passe parmi eux depuis longues années pour une espèce d’imbécile.

Quand je voulais aller d’un côté, Deschartres m’emmenait d’un autre. Nous partions pour la rivière, qui, dans tout son parcours, sous les saules et le long des écluses du petit ravin, offre une suite de paysages adorables, des ombrages frais et des fabriques rustiques du style le plus pittoresque. Mais, en route, Deschartres, armé de sa lunette de poche, voyait des oies dans un de nos blés. Il fallait remonter la côte aride, et, sous l’ardente chaleur de l’été, aller verbaliser sur ces oies, ou sur la chèvre qui pelait des ormeaux, déjà si pelés, que je ne comprends guère le mal qu’elle y pouvait faire. Et puis on surprenait dans un arbre touffu un gamin volant de la feuille. L’âne du voisin avait franchi la haie et tondait dans nos foins la largeur de sa langue. C’étaient des débits continuels à réprimer, des exécutions, des menaces, des querelles de tous les instans, et qui s’engageaient parfois avec mes meilleurs amis. Cela me serrait le cœur, et, quand je le disais à ma grand’mère, elle me donnait de l’argent pour que je pusse, en cachette de Deschartres, aller rembourser les frais de l’amende au délinquant, ou porter de sa part les paroles de grâce.

Mais ce rôle ne me plaisait pas non plus : il était loin de satisfaire mon idéal d’égalité fraternelle. En faisant grâce à ces villageois, il me semblait que je les rabaissais dans mon propre cœur. Leurs remercîmens me blessaient, et je ne pouvais pas m’empêcher de leur dire que je ne faisais là qu’un acte de justice. Ils ne me comprenaient pas. Ils s’avouaient coupable dans la personne de leurs enfans, mauvais gardiens du petit troupeau. On voulait les battre en ma présence pour me donner satisfaction ; cela m’était odieux, et véritablement, me sentant devenir chaque jour artiste avec des instincts de poésie et de tendresse, je maudissais le sort qui m’avait fait naître dame et châtelaine contre mon gré. J’enviais la condition des pastours. Mon plus doux rêve eût été de m’éveiller un beau matin sous leur chaume, de m’appeler Naniche ou Pierrot, et de mener mes bêtes au bord des chemins, sans souci de M. L’Homond et compagnie, sans solidarité avec les riches, sans appréhension d’un avenir qu’on me présentait si compliqué, si difficile à soutenir et si antipathique à mon caractère. Je ne voyais dans cette petite fortune qu’on voulait me faire compter et recompter sans cesse, qu’un embarras dont je ne saurais jamais me tirer, et je ne me trompais nullement.

En dépit de mon goût pour le vagabondage, une sorte de fatalité me poussait au besoin de cultiver mon intelligence, malgré la conviction où j’étais que toute science était vanité et fumée. Même au milieu de mes plus vifs amusemens champêtres, il me prenait un besoin de solitude et de recueillement ou une rage de lecture, et, passant d’un extrême à l’autre après une activité fiévreuse, je m’oubliais dans les livres pendant plusieurs jours, et il n’y avait pas moyen de me faire bouger de ma chambre ou du petit boudoir de ma grand’mère ; de sorte qu’on était bien embarrassé de définir mon caractère, tantôt dissipé jusqu’à la folie, tantôt sérieux et morne jusqu’à la tristesse.

Deschartres s’était beaucoup radouci depuis que mon frère n’était plus là pour le faire enrager. Il se plaisait souvent aux leçons que je prenais bien ; mais l’inconstance de mon humeur ramenait de temps en temps les bourrasques de la sienne, et il m’accusait de mauvaise volonté quand je n’avais réellement qu’une fièvre de croissance. Il me menaça quelquefois de me frapper, et, comme ces sortes d’avertissemens sont déjà un fait à demi accompli, je me tenais sur mes gardes, résolue à ne pas souffrir de lui ce que je commençais à ne plus souffrir de Rose. À l’habitude, il était débonnaire avec moi, et me savait un gré infini de la promptitude avec laquelle je comprenais ses enseignemens, quand ils étaient clairs. Mais, en de certains jours, j’étais si distraite, qu’il lui arriva enfin de me jeter à la tête un gros dictionnaire latin. Je crois qu’il m’aurait tuée si je n’eusse lestement évité le boulet en me baissant à propos. Je ne dis rien du tout, je rassemblai mes cahiers et mes livres, je les mis dans l’armoire, et j’allai me promener. Le lendemain, il me demanda si j’avais fait ma version : « Non, lui dis-je, je sais assez de latin comme cela, je n’en veux plus ! » Il ne m’en reparla jamais, et le latin fut abandonné. Je ne sais pas comment il s’en expliqua avec ma grand’mère ; elle ne m’en parla pas non plus. Probablement Deschartres eut honte de son emportement et me sut gré de lui en garder le secret, en même temps qu’il comprit que ma résolution de ne plus m’y exposer était irrévocable. Cette aventure ne m’empêcha pas de l’aimer ; il était pourtant l’ennemi juré de ma mère, et je n’avais jamais pu prendre mon parti sur les mauvais traitemens qu’il avait fait essuyer à Hippolyte. Un jour qu’il l’avait cruellement battu, je lui avais dit : « Je vais le dire à ma bonne maman, » et je l’avais fais résolument. Il avait été sévèrement blâmé, à ce que je présume, mais il ne m’en avait pas gardé de ressentiment. Comme nous étions francs l’un et l’autre, nous ne pouvions pas nous brouiller.

Il avait beaucoup du caractère de Rose, c’est pour cela qu’ils ne pouvaient pas se supporter. Un jour qu’elle balayait ma chambre et qu’il passait dans le corridor, elle lui avait jeté de la poussière sur ses beaux souliers reluisans. Lui de la traiter de butorde, elle de le qualifier de crocheteur : le combat s’engage, et Rose, lançant son balai dans les jambes du pédagogue pendant qu’il descendait l’escalier, avait failli lui faire rompre le cou. De ce moment, ils se détestèrent cordialement : c’était chaque jour de nouvelles querelles, qui dégénéraient même en pugilat. Un peu plus tard, il eut des différends moins énergiques, mais encore plus amers avec Julie. La cuisinière était aussi à couteaux tirés avec Rose, et elles se jetaient les assiettes à la tête. Ladite cuisinière se battait d’autre part avec son vieux époux, Saint-Jean. On changea dix fois de valet de chambre parce qu’il ne pouvait s’entendre avec Rose ou avec Deschartres. Jamais intérieur ne fut troublé de plus de criailleries et de batailles. Tel était le triste effet de l’excessive faiblesse de ma grand’mère. Elle ne voulait ni se séparer de ses domestiques ni s’établir juge de leurs différends. Deschartres, en voulant y porter la paix, venait y mêler la tempête de sa colère. Tout cela m’inspirait un grand dégoût et augmentait mon amour pour les champs et pour la société de mes pastours, qui étaient si doux et vivaient en si bon accord.

Quand je sortais avec Deschartres, je pouvais aller assez loin avec lui, et j’avais une certaine liberté. Rose m’oubliait, et je pouvais faire le gamin tout à mon aise. Un soir la fenaison se prolongea fort tard dans la soirée. On enlevait le dernier charroi d’un pré. Il faisait clair de lune, et on voulait en finir, parce que l’orage s’annonçait pour la nuit. Quelque diligence qu’on fît, le ciel se voila, et la foudre commençait à gronder lorsque nous reprîmes le chemin de la ferme. Nous étions au bord de la rivière, à un quart de lieue de chez nous. Le charroi, chargé précipitamment, était mal équilibré. Deux ou trois fois en chemin il s’écroula, et il fallut le rétablir. Nous avions de jeunes bœufs de trait que le tonnerre effrayait, et qui ne marchaient qu’à grands renforts d’aiguillon, et en soufflant d’épouvante comme des chevaux ombrageux. La bande des glaneurs et des glaneuses de foin nous avait attendue pour aider au chargement et pour soutenir de leurs râteaux l’édifice chancelant que chaque ornière compromettait. Deschartres, armé de l’aiguillon, dont il se servait mal, pestait, suait, jurait ; les métayers et leurs ouvriers se lamentaient avec exagération, comme s’il se fût agi de la retraite de Russie. C’est la manière de s’impatienter du paysan berrichon. La foudre roulait avec un fracas épouv antable, et le vent soufflait avec furie. On ne voyait plus à se conduire qu’à la lueur des éclairs, et le chemin était très difficile. Les enfans avaient peur et pleuraient. Une de mes petites camarades était si démoralisée qu’elle ne voulait plus porter sa petite récolte, et l’aurait laissée au milieu du chemin si je ne m’en fusse chargée. Encore fallait-il la tirer elle-même par la main, car elle avait mis son tablier sur sa tête pour ne pas voir le feu du ciel, et elle se jetait dans tous les trous. Il était fort tard quand nous arrivâmes enfin par un vrai déluge. On était inquiet de nous à la maison. À la ferme, on était inquiet des bœufs et du foin. Pour moi, cette scène champêtre m’avait ravie, et j’essayai le lendemain d’en écrire la description, mais je n’y réussis pas à mon gré, et la déchirai sans la montrer à ma grand’mère. Chaque nouvel essai que je faisais de formuler mon émotion me dégoûtait pour longtemps de recommencer.

L’automne et l’hiver étaient le temps où nous nous amusions le mieux. Les enfans de la campagne y sont plus libres et moins occupés. En attendant les blés de mars, il y a des espaces immenses où leurs troupeaux peuvent errer sans faire de mal. Aussi se gardent-ils eux-mêmes tandis que les pastours, rassemblés autour de leur feu en plein vent, devisent, jouent, dansent, ou se racontent des histoires. On ne s’imagine pas tout ce qu’il y a de merveilleux dans la tête de ces enfans qui vivent au milieu des scènes de la nature sans y rien comprendre, et qui ont l’étrange faculté de voir par les yeux du corps tout ce que leur imagination leur représente. J’ai tant de fois entendu raconter à plusieurs d’entre eux, que je savais très véridiques, et trop simples d’ailleurs pour rien inventer, les apparitions dont ils avaient été témoins, que je suis bien persuadée qu’ils n’ont pas cru voir, mais qu’ils ont vu, par l’effet d’un phénomène qui est particulier aux organisations rustiques, les objets de leur épouvante. Leurs parens, moins simples qu’eux, et quelquefois même incrédules, étaient sujets aussi à ces visions.

J’ai été témoin d’un de ces faits d’hallucination ; je revenais de Saint-Chartier, et le curé m’avait donné une paire de pigeons qu’il mit dans un panier et dont il chargea son enfant de chœur, en lui disant de m’accompagner. C’était un garçon de quatorze à quinze ans, grand, fort, d’une santé excellente, d’un esprit très calme et très lucide. Le curé lui donnait de l’instruction, et il a été depuis maître d’école. Il savait dès lors moins de français peut-être, mais plus de latin que moi, à coup sûr. C’était donc un paysan dégrossi et très intelligent.

Nous sortions de vêpres, il était environ trois heures ; c’était en plein été, par le plus beau temps du monde ; nous prîmes les sentiers de traverse parmi les champs et les prairies, et nous causions fort tranquillement. Je l’interrogeais sur ses études. Il avait l’esprit parfaitement libre et dispos ; il s’arrêta auprès d’un buisson pour mettre un brin d’osier à son sabot qui s’était cassé. « Allez toujours, me dit-il, je vous rattraperai bien. » Je continuai donc à marcher ; mais je n’avais pas fait trente pas que je le vois accourir, pâle, les cheveux comme hérissés sur le front. Il avait laissé sabots, panier et pigeons là où il s’était arrêté. Il avait vu, au moment où il était descendu dans le fossé, un homme affreux qui l’avait menacé de son bâton.

Je le crus d’abord, et je me retournai pour voir si cet homme nous suivait ou s’il s’en allait avec nos pigeons ; mais je vis distinctement le panier et les sabots de mon compagnon, et pas un être humain sur le sentier ni dans le champ, ni auprès, ni au loin.

J’avais à cette époque dix-sept ou dix-huit ans, et je n’étais plus du tout peureuse. « C’est, dis-je à l’enfant, un pauvre vagabond qui meurt de faim et qui a été tenté par nos pigeons. Il se sera caché dans le fossé. Allons voir ce que c’est. — Non répondit-il, quand on me couperait par morceaux. — Comment ! repris-je, un grand et fort garçon comme te voilà a peur d’un homme tout seul ? Allons, coupe un bâton, et viens avec moi rechercher nos pigeons. Je ne prétends pas les laisser là. — Non, non, demoiselle, je n’irai pas, s’écria-t-il, car je le verrais encore, et je ne veux plus le voir. Les bâtons et le courage n’y feraient rien, puisque ce n’est pas un homme humain. C’est plutôt fait comme une bête. »

Je commençais à comprendre et j’insistai d’autant plus pour le ramener avec moi à son panier et à ses sabots. Rien ne put l’y faire consentir. J’y allai seule, en lui disant au moins de me suivre des yeux, pour bien s’assurer qu’il avait rêvé. Il me le promit, mais quand je revins avec les sabots et les pigeons, mon drôle avait pris sa course et me les laissa très bien porter jusqu’aux premières maisons du village, où il arriva avant moi. J’essayai de lui faire honte. Ce fut bien inutile. C’est lui qui se moqua de mon incrédulité, et qui trouva que j’étais folle de braver un loup-garou pour ravoir deux malheureux pigeons.

Le beau courage que j’eus en cette rencontre, je ne l’aurais probablement pas eu trois ans plus tôt, car à l’époque où je passais une bonne moitié de ma vie avec les pastours, je confesse que leurs terreurs m’avaient gagnée, et que, sans croire précisément au follet, aux revenans et à Georgeon, le diable de la vallée noire, j’avais l’imagination vivement impressionnée par ces fantômes. Mais je n’étais pas de la race rustique et je n’eus jamais la moindre hallucination. J’eus beaucoup de visions d’objets et de figures, dans la rêverie, presque jamais dans la frayeur ; et même, dans ce dernier cas, je ne fus jamais dupe de moi-même. La tendance sceptique de l’enfant de Paris luttait encore en moi contre la crédulité de l’enfant en général.

Ce qui achevait de me troubler la cervelle, c’étaient les contes de la veillée lorsque les chanvreurs venaient broyer. Pour éloigner de la maison le bruit et la poussière de leur travail, et comme la moitié du hameau voulait écouter leurs histoires, on les installait à la petite porte de la cour qui donne sur la place, tout à côté du cimetière dont on voyait les croix au clair de la lune par-dessus un mur très bas. Les vieilles femmes relayaient les narrateurs. J’ai raconté ces scènes rustiques dans mes romans. Mais je ne saurais jamais raconter cette foule d’histoires merveilleuses et saugrenues que l’on écoutait avec tant d’émotion et qui avaient toutes le caractère de la localité ou des diverses professions de ceux qui les avaient rapportées. Le sacristain avait sa poésie à lui, qui jetait du merveilleux sur les choses de son domaine, les sépultures, les cloches, la chouette, le clocher, les rats du clocher, etc. Tout ce qu’il attribuait à ces rats de mystérieuse sorcellerie remplirait un volume. Il les connaissait tous, il leur avait donné les noms des principaux habitans morts dans le bourg depuis une quarantaine d’années. À chaque nouveau mort, il voyait surgir un nouveau rat qui s’attachait à ses pas et le tourmentait par ses grimaces. Pour apaiser ces mânes étranges, il leur portait des graines dans le clocher ; mais en y retournant le lendemain, il trouvait les plus bizarres caractères tracés par ces rats suspects avec les graines mêmes qu’il leur avait offertes. Un jour il trouvait tous les haricots blancs rangés en cercle avec une croix de haricots rouges au centre. Le jour suivant, c’était la combinaison contraire. Une autre fois, les blancs et les rouges, alternés systématiquement formaient plusieurs cercles enchaînés, ou des lettres inconnues, mais si bien dessinées, qu’on aurait juré l’ouvrage d’une personne humaine. Il n’est point d’animaux insignifians, il n’est point d’objets inanimés que le paysan ne fasse entrer dans son monde fantastique, et le christianisme du moyen âge, qui est encore le sien, est tout aussi fécond en personnifications mythologiques que les religions antérieures.

J’étais avide de tous ces récits, j’aurais passé la nuit à les entendre, mais ils me faisaient beaucoup de mal ; ils m’ôtaient le sommeil. Mon frère, plus âgé que moi de cinq ans, en avait été plus affecté encore, et son exemple me confirma dans la croyance où je suis que les races d’origine rustique ont la faculté de l’hallucination. Il tenait à cette race par sa mère, et il avait des visions, tandis que, malgré la fièvre de peur et les rêves sinistres de mon sommeil, je n’en avais pas. Vingt ans plus tard, il m’affirmait sous serment avoir entendu claquer le fouet du follet dans les écuries, et le battoir des lavandières de nuit au bord des sources. C’est de lui que j’ai parlé dans les articles intitulés : Visions de la nuit dans les campagnes, et ses récits étaient d’une sincérité complète. Dans les dangers réels, il était plus que courageux, il était téméraire. Dans son âge mûr comme dans son enfance, il a toujours eu comme une habitude de mépriser la vie ; du moins il exposait la sienne à tout propos et pour la moindre affaire. Mais que vous dirai-je ? il tenait au terroir, il était halluciné, il croyait aux choses surnaturelles.

J’ai dit que l’automne et l’hiver étaient nos saisons les plus gaies ; j’ai toujours aimé passionnément l’hiver à la campagne, et je n’ai jamais compris le goût des riches, qui a fait de Paris le séjour des fêtes dans la saison de l’année la plus ennemie des bals, des toilettes et de la dissipation. C’est au coin du feu que la nature nous convie en hiver à la vie de famille, et c’est aussi en pleine campagne que les rares beaux jours de cette saison peuvent se faire sentir et goûter. Dans les grandes villes de nos climats, cette affreuse boue, puante et glacée, ne sèche presque jamais. Aux champs, un rayon de soleil ou quelques heures de vent rendent l’air sain et la terre propre. Les pauvres prolétaires des cités le savent bien, et ce n’est pas pour leur agrément qu’ils restent dans ce cloaque. La vie factice et absurde de nos riches s’épuise à lutter contre la nature. Les riches Anglais l’entendent mieux : ils passent l’hiver dans leurs châteaux.

On s’imagine à Paris que la nature est morte pendant six mois, et pourtant les blés poussent dès l’automne, et le pâle soleil des hivers, on est convenu de l’appeler comme cela, est le plus vif et le plus brillant de l’année. Quand il dissipe les brumes, quand il se couche dans la pourpre étincelante des soirs de grande gelée, on a peine à soutenir l’éclat de ses rayons. Même dans nos contrées froides, et fort mal nommées tempérées, la création ne se dépouille jamais d’un air de vie et de parure. Les grandes plaines fromentales se couvrent de ces tapis courts et frais, sur lesquels le soleil, bas à l’horizon, jette de grandes flammes d’émeraude. Les prés se revêtent de mousses magnifiques, luxe tout gratuit de l’hiver. Le lierre, ce pampre inutile, mais somptueux, se marbre de tons d’écarlate et d’or. Les jardins mêmes ne sont pas sans richesse. La primevère, la violette et la rose de Bengale rient sous la neige. Certaines autres fleurs, grâce à un accident de terrain, à une disposition fortuite, survivent à la gelée et vous causent à chaque instant une agréable surprise. Si le rossignol est absent, combien d’oiseaux de passage, hôtes bruyans et superbes, viennent s’abattre ou se reposer sur le faîte des grands arbres ou sur le bord des eaux ! Et qu’y a-t-il de plus beau que la neige, lorsque le soleil en fait une nappe de diamans, ou lorsque le gelée se suspend aux arbres en fantastiques arcades, en indescriptibles festons de givre et de cristal ? Et quel plaisir n’est-ce pas de se sentir en famille, auprès d’un bon feu, dans ces longues soirées de campagne où l’on s’appartient si bien les uns aux autres, où le temps même semble nous appartenir, où la vie devient toute morale et tout intellectuelle en se retirant en nous-mêmes ?

L’hiver, ma grand’mère me permettait d’installer ma société dans la grande salle à manger, qu’un vieux poêle réchauffait au mieux. Ma société, c’était une vingtaine d’enfans de la commune qui apportaient là leurs saulnées. La saulnée est une ficelle incommensurable, toute garnie de crins disposés en nœuds coulans pour prendre les alouettes et menus oiseaux des champs en temps de neige. La belle saulnée fait le tour d’un champ. On la roule sur des dévidoirs faits exprès, et on la tend avant le lever du jour dans les endroits propices. On balaie la neige tout le long du sillon, on y jette du grain, et deux heures après, on y trouve les alouettes prises par centaines. Nous allions à cette récolte avec de grands sacs que l’âne rapportait pleins. Comme il y avait de graves contestations pour les partages, j’avais établi le régime de l’association, et l’on s’en trouva fort bien. Les saulnées ne peuvent servir plus de deux ou trois jours sans être regarnies de crins (car il s’en casse beaucoup dans les chaumes), et sans qu’on fasse le rebouclage, c’est-à-dire le nœud coulant à chaque crin dénoué. Nous convînmes donc que ce long et minutieux travail se ferait en commun, comme celui de l’installation des saulnées, qui exige aussi un balayage rapide et fatigant. On se partageait, sans compter et sans mesurer, la corde et le crin ; le crin était surtout la denrée précieuse, et c’était en commun aussi qu’on en faisait la maraude : cela consistait à aller dans les prés et dans les étables arracher de la queue et de la crinière des chevaux tout ce que ces animaux voulaient bien nous en laisser prendre sans entrer en révolte. Aussi nous étions devenus bien adroits à ce métier-là, et nous arrivions à éclaircir la chevelure des poulains en liberté, sans nous laisser atteindre par les ruades les plus fantastiques. L’ouvrage se faisait entre nous tous avec une rapidité surprenante, et nous avons été jusqu’à regarnir deux ou trois cents brasses dans une soirée. Après la chasse venait le triage. On mettait d’un côté les alouettes, de l’autre les oiseaux de moindre valeur. Nous prélevions pour notre régal du dimanche un certain choix, et l’un des enfans allait vendre le reste à la ville, après quoi je partageais l’argent entre eux tous. Ils étaient fort contens de cet arrangement, et il n’y avait plus de disputes et de méfiance entre eux. Tous les jours notre association recrutait de nouveaux adhérans, qui préféraient ce bon accord à leurs querelles et à leurs batailles. On ne pensait plus à se lever avant les autres pour aller dépouiller la saulnée des camarades, et la journée du dimanche était une véritable fête. Nous faisions nous-mêmes notre cuisine de volatiles. Rose était de bonne humeur ces jours-là, car elle était gaie et bonne fille quand elle n’était pas furibonde. La cuisinière faisait l’esprit fort à l’endroit de notre cuisine ; le père Saint-Jean seul faisait la grimace et prétendait que la queue de son cheval blanc diminuait tous les jours. Nous le savions bien.

À travers tous ces jeux, le roman de Corambé continuait à se dérouler dans ma tête. C’était un rêve permanent aussi décousu, aussi incohérent que les rêves du sommeil, et dans lequel je ne me retrouvais que parce qu’un même sentiment le dominait toujours.

Ce sentiment ce n’était pas l’amour. Je savais par les livres que l’amour existe dans la vie et qu’il est le fond et l’âme de tous les romans et de tous les poèmes. Mais, ne sentant en moi rien qui put m’expliquer pourquoi un être s’attachait exclusivement à la poursuite d’un autre être, dans cet ordre d’affections inconnues, hiéroglyphiques pour ainsi dire, je me préservais avec soin d’entraîner mon roman sur ce terrain glacé pour mon imagination. Il me semblait que si j’y introduisais des amans et des amantes, il deviendrait banal, ennuyeux pour moi, et que je ferais, des personnages charmans avec lesquels je passais ma vie, des êtres de convention comme ceux que je trouvais souvent dans les livres, ou, tout au moins des étrangers occupés d’un secret auquel je ne pouvais m’intéresser, puisqu’il ne répondait à aucune émotion que j’eusse éprouvée par moi-même. En revanche, l’amitié, l’amour filial ou fraternel, la sympathie, l’attrait le plus pur, régnaient dans cette sorte de monde enchanté : mon cœur comme mon imagination étaient tout entiers dans cette fantaisie, et quand j’étais mécontente de quelque chose ou de quelqu’un dans la vie réelle, je pensais à Corambé avec presque autant de confiance et de consolation qu’à une vérité démontrée.

J’en étais là lorsqu’on m’annonça que dans trois mois j’aurais à faire ma première communion.

C’était une situation encore plus embarrassante pour ma bonne maman que pour moi. Elle ne voulait pas me donner une éducation franchement philosophique. Tout ce qui eût pu être taxé d’excentricité lui répugnait ; mais, en même temps qu’elle subissait l’empire de la coutume, et qu’au début de la Restauration elle n’eût pu s’y soustraire sans un certain scandale, elle craignait que ma nature enthousiaste ne se laissât prendre à la superstition, dont elle avait décidément horreur. Elle prit donc le parti de me dire qu’il fallait faire cet acte de bienséance très décemment, mais me bien garder d’outrager la sagesse divine et la raison humaine jusqu’à croire que j’allais manger mon Créateur.

Ma docilité naturelle fit le reste. J’appris le catéchisme comme un perroquet, sans chercher à le comprendre et sans songer à en railler les mystères, mais bien décidée à n’en pas croire, à n’en pas retenir un mot aussitôt que l’affaire serait bâclée, comme on disait chez nous. La confession me causa une répugnance extrême. Ma grand’mère, qui savait que le bon curé de Saint-Chartier parlait et pensait un peu crûment, me confia à un autre bon vieux curé, celui de La Châtre, qui avait plus d’éducation, et qui, je dois le dire, respecta l’ignorance de mon âge et ne m’adressa aucune de ces questions infâmes par lesquelles il arrive souvent au prêtre de souiller, sciemment ou non, la pudeur de l’enfance. On ne mit entre mes mains aucun formulaire, aucun examen de conscience, et on me dit simplement d’accuser les fautes dont je me sentais coupable.

Je me trouvai fort embarrassée. J’en voyais bien quelques-unes, mais il me semblait que ce n’était pas assez pour que M. le curé pût s’en contenter. D’abord j’avais menti une fois à ma mère pour sauver Rose, et souvent depuis à Deschartres pour sauver Hippolyte. Mais je n’étais pas menteuse, je n’avais aucun besoin de l’être, et Rose elle-même, me brutalisant toujours avant de m’interroger, ne faisait pas de ma servitude une nécessité de dissimulation. J’avais été un peu gourmande, mais il y avait si longtemps, que je m’en souvenais à peine. J’avais toujours vécu au milieu de personnes si chastes, que je n’avais même pas l’idée de quelque chose de contraire à la chasteté. J’avais été irritable et violente : depuis que je me portais bien, je n’avais plus sujet de l’être. De quoi donc pouvais-je m’accuser, à moins que ce ne fût d’avoir préféré parfois le jeu à l’étude, d’avoir déchiré mes robes et perdu mes mouchoirs, griefs que ma bonne qualifiait d’enfance terrible ?

En vérité, je ne sais pas de quoi peut s’accuser un enfant de douze ans, à moins que le malheureux n’ait été déjà souillé par des exemples et des influences hideuses, et dans ce cas-là c’est la confession d’autrui qu’il a à faire.

J’avais si peu de choses à dire, que cela ne valait pas la peine de déranger un curé ; le mien s’en contenta, et me donna pour pénitence de réciter l’oraison dominicale en sortant du confessional. Cela me parut fort doux : car cette prière est belle, sublime et simple, et je l’adressai à Dieu de tout mon cœur ; mais je ne me sentais pas moins humiliée de m’être agenouillée devant un prêtre pour si peu.

Au reste, jamais première communion ne fut si lestement expédiée. J’allais une fois par semaine à La Châtre. Le curé me faisait une petite instruction de cinq minutes ; je savais mon catéchisme sur le bout du doigt dès la première semaine. La veille du jour fixé, on m’envoya passer la soirée et la nuit chez une bonne et charmante dame de nos amies. Elle avait deux enfans plus jeunes que moi. Sa fille Laure, belle et remarquable personne à tous égards, a épousé depuis mon ami Fleury, fils de Fleury, l’ami de mon père. Il y avait encore d’autres enfans dans la maison ; je m’y amusai énormément, car on joua à toutes sortes de jeux sous l’œil des bons parens, qui prirent part à notre innocente gaîté, et j’allai dormir si fatiguée d’avoir ri et sauté que je ne me souvenais plus du tout de la solennité du lendemain.

Mme Decerfz, cette charmante et excellente femme qui voulait bien m’accompagner à l’église dans mes dévotions, m’a souvent rappelé depuis combien j’étais folle et bruyante lorsque je me trouvais dans sa famille au retour de l’église. Sa mère, une bien excellente femme aussi, lui disait alors : Mais voilà un enfant bien peu recueilli, et ce n’est pas ainsi que de mon temps on se préparait aux sacremens. « Je ne lui vois faire aucun mal, répondait Mme Decerfz : elle est gaie, donc elle a la conscience bien légère, et le rire des enfans est une musique pour le bon Dieu. »

Le lendemain matin, ma grand’m ère arriva. Elle s’était décidée à assister à ma première communion, non sans peine, je crois, car elle n’avait pas mis le pied dans une église depuis le mariage de mon père. Mme Decerfz me dit de lui demander sa bénédiction et le pardon des déplaisirs que je pouvais lui avoir causés, ce que je fis de meilleur cœur que devant le prêtre. Ma bonne maman m’embrassa et me conduisit à l’église.

Aussitôt que j’y fus, je commençai à me demander ce que j’allais faire ; je n’y avais pas encore songé. Je me sentais si étonnée de voir ma grand’mère dans une église ! Le curé m’avait dit qu’il fallait croire, sinon commettre un sacrilége ; je n’avais pas la moindre idée d’être sacrilége, pas la plus légère velléité de révolte ou d’impiété, mais je ne croyais pas. Ma bonne maman m’avait empêchée de croire, et cependant elle m’avait ordonné de communier. Je me demandai si elle et moi nous ne faisions pas un acte d’hypocrisie, et, bien que j’eusse l’air aussi calme et aussi sérieux que j’avais paru insouciante et dissipée la veille, je me sentis fort mal à l’aise, et j’eus deux ou trois fois la pensée de me lever et de dire à ma grand’mère : « En voilà assez ; allons-nous-en. »

Mais, tout à coup, il me vint à l’esprit un commentaire qui me calma. Je repassais la Cène de Jésus dans mon esprit, et ces paroles : « Ceci est mon corps et mon sang » ne me parurent plus qu’une métaphore ; Jésus était trop saint et trop grand pour avoir voulu tromper ses disciples. Il les avait conviés à un repas fraternel, il les avait invités à rompre le pain ensemble en mémoire de lui. Je ne sentis plus rien de moquable dans l’institution de la Cène, et, me trouvant à la balustrade auprès d’une vieille pauvresse qui reçut dévotement l’hostie avant moi, j’eus la première idée de la signification de ces agapes de l’égalité dont l’Église avait, selon moi, méconnu ou falsifié le symbole.

Je revins donc fort tranquille de la sainte table, et le contentement d’avoir trouvé une solution à ma petite anxiété donna, m’a-t-on dit depuis, une expression nouvelle à ma figure. Ma grand’mère, attendrie et effrayée, partagée peut-être entre la crainte de m’avoir rendue dévote et celle de m’avoir fait mentir à moi-même, me pressa doucement contre son cœur quand je revins auprès d’elle, et laissa tomber des larmes sur mon voile.

Tout cela fut énigmatique pour moi ; j’attendais qu’elle me donnât, le soir, une explication sérieuse de l’acte qu’elle m’avait fait accomplir et de l’émotion qu’elle avait laissée paraître. Il n’en fut rien. On me fit faire une seconde communion huit jours après, et puis, on ne me reparla plus de religion, il n’en fut pas plus question que si rien ne s’était passé.

Aux grandes fêtes, on m’envoyait encore à La Châtre pour voir les processions et assister aux offices. C’était des occasions que je faisais valoir moi-même, parce que je passais ces jours-là dans la famille Decerfz, où je m’ébattais avec les enfans et où j’étais si gâtée que je mettais tout sens dessus dessous, cassant tout, les meubles, les poupées et même quelque peu les enfans, trop débiles pour mes manières de paysanne.

Quand je revenais à la maison fatiguée de ces ébats, je retombais dans mes accès de mélancolie. Je me replongeais dans la lecture, et ma grand’mère avait bien un peu de peine à me remettre au travail réglé. Rien ne ressemble plus à l’artiste que l’enfant. Il a ses veines de labeur et de paresse, ses soifs ardentes de production, ses lassitudes pleines de dégoût. Ma grand’mère n’avait jamais eu le caractère de l’artiste, bien qu’elle en eût certaines facultés ; j’ignore si elle avait eu une enfance. C’était une nature si calme, si régulière, si unie, qu’elle ne comprenait pas les engouemens et les défaillances de la mienne. Elle me donnait si peu de besogne (et c’était là le mal), qu’elle s’étonnait de m’en voir accablée parfois, et comme, en d’autres jours, j’en faisais volontairement quatre fois davantage, elle m’accusait de caprice et de résistance raisonnée. Elle se trompait, je ne me gouvernais pas moi-même, voilà tout. Elle me grondait toujours avec affection, mais avec une certaine amertume, et elle avait tort : elle voulait m’obliger à me vaincre, m’habituer à me régulariser, et en cela elle avait raison.

Comme par-dessus tout elle me gâtait, elle me laissa prendre un genre de dissipation qui me tourna la tête pendant tout l’été qui suivit ma première communion. Il vint à La Châtre une troupe de comédiens ambulans, une assez bonne troupe, par parenthèse, qui donnait le mélodrame, la comédie, le vaudeville et surtout l’opéra comique. Il y avait de bonnes voix, assez d’ensemble, un premier chanteur et deux chanteuses qui ne manquaient pas de talent. Cette troupe était vraiment trop distinguée pour le misérable local des représentations. C’était la même salle où mon père avait joué la comédie avec nos amis les Duvernet, une ancienne église de couvent, où l’on voyait encore les dessins des ogives mal recouvertes d’un plâtre plus frais que celui des murailles, le tout surmonté d’un plafond de solives brutes posé après coup, et meublé de mauvais bancs de bois en amphithéâtre. N’importe, les dames de la ville venaient s’y asseoir en grande toilette, et quand tout cela était couvert de fleurs et de rubans, on ne voyait plus la nudité et la malpropreté de la salle. Les amateurs de l’endroit, à la tête desquels était encore M. Duvernet, composaient un orchestre très satisfaisant. On était encore artiste en province dans ce temps-là. Il n’y avait si pauvre et si petite localité où l’on ne trouvât moyen d’organiser un bon quatuor, et toutes les semaines on se réunissait, tantôt chez un amateur, tantôt chez l’autre, pour faire ce que les Italiens appellent musica di camera (musique de chambre), honnête et noble délassement qui a disparu avec les vieux virtuoses, derniers gardiens du feu sacré dans nos provinces.

J’adorais toujours la musique, bien que ma bonne maman me négligeât sous ce rapport, et que Gayard m’inspirât de plus en plus le dégoût de l’étudier à sa manière. Il arrivait bien rarement à ma grand’mère de poser ses doigts blancs et paralysés sur le vieux clavecin, et de chevroter ces majestueux fragmens des vieux maîtres qu’elle chevrotait mieux que personne ne les eût chantés. J’avais presque oublié que j’étais née musicienne aussi, et que je pouvais sentir et comprendre ce que les autres peuvent exprimer ou produire. La première fois qu’on m’envoya entendre la comédie à La Châtre, nos chanteurs ambulans donnèrent Aline, reine de Golconde. J’en revins transportée et sachant presque l’opéra par cœur, chant, paroles, accompagnemens, récitatifs. Une autre fois, ce fut Montano et Stéphanie ; puis le Diable à quatre, Adolphe et Clara, Gulistan, Ma tante Aurore, Jeannot et Colin, que sais-je ? toutes les jolies, faciles, chantantes et gracieuses opérettes de ce temps-là. Je repris fureur à la musique, et je chantais le jour en réalité, la nuit en rêve. La musique avait tout poétisé pour moi dans ces représentations où Mme Duvernet avait l’obligeance de me conduire toutes les semaines. Je ne me souvenais plus d’avoir vu de belles salles de spectacle et des acteurs de premier ordre à Paris. Il y avait si longtemps de cela que la comparaison ne me gênait point. Je ne m’apercevais pas de la misère des décors, de l’absurdité des costumes : mon imagination et le prestige de la musique suppléant à tout ce qui manquait, je croyais assister aux plus beaux, aux plus somptueux, aux plus complets spectacles de l’univers, et ces comédiens de campagne, chantant et déclamant dans une grange, m’ont fait autant de plaisir et de bien que, depuis, les plus grands artistes de l’Europe sur les plus nobles scènes du monde.

Madame Duvernet avait une nièce nommée Brigitte, aimable, bonne et spirituelle enfant avec laquelle je fus bientôt intimement liée. Avec le plus jeune fils de la maison, Charles (mon vieux ami d’aujourd’hui) et deux ou trois autres personnages de la même gravité (je crois que le doyen de tous n’avait pas quinze ans), nous passions dans des jeux absorbans ces heureuses journées qui précédaient la comédie. Comme tout nous était spectacle, même les fêtes religieuses du matin, nous représentions alternativement la messe et la comédie, la procession et le mélodrame. Nous nous affublions des chiffons de la mère, qu’on mettait au pillage ; nous faisions avec des fleurs, des miroirs, des dentelles et des rubans, tantôt des décors de théâtre, tantôt des chapelles, et nous chantions, ensemble à tue-tête tantôt des chœurs d’opéra-comique, tantôt la messe et les vêpres. Tout cela accompagné des cloches qui sonnaient à toute volée presque sur le toit de la maison, des amateurs qui répétaient en bas l’ouverture et les accompagnemens qu’on allait jouer le soir, et des hurlemens des chiens d’alentour qui avaient mal aux nerfs : c’était la plus étrange cacophonie et en même temps la plus joyeuse. Enfin l’heure du dîner arrivait ; on dépouillait vite les costumes improvisés. Charles ôtait à la hâte le jupon brodé de sa mère dont il s’était fait un surplis. Il fallait repeigner les longs cheveux noirs de Brigitte. Je courais cueillir dans le petit jardin les bouquets de la soirée. On se mettait à table avec grand appétit : mais Brigitte et moi nous ne pouvions pas manger, tant l’impatience et la joie d’aller au spectacle nous serraient l’estomac.

Heureux temps, ou l’on s’amuse, ou l’on s’éprend, ou l’on se passionne à si bon marché, êtes-vous passés sans retour pour mes amis et pour tous ceux qui ne sont plus jeunes ? Me voilà assez vieille, et, pourtant, à beaucoup d’égards, j’ai eu cette grâce du bon Dieu de rester enfant. Le spectacle m’amuse encore quelquefois comme si j’avais encore douze ans, et j’avoue que ce sont les spectacles les plus naïfs, les mimodrames, les féeries, qui me divertissent si fort. Il m’arrive encore quelquefois, lorsque j’ai passé un an loin de Paris, de dîner à la hâte avec mes enfans et mes amis, et d’avoir un certain battement de cœur au lever du rideau. Je laisse à peine aux autres le temps de manger, je m’impatiente contre le fiacre qui va trop lentement, je ne veux rien perdre, je veux comprendre la pièce, quelque stupide qu’elle soit. Je ne veux pas qu’on me parle, tant je veux écouter et regarder. On se moque de moi, et j’y suis insensible, tant ce monde de fictions qui pose devant moi trouve en moi un spectateur naïf et avide. Eh bien ! je crois que dans la salle il se trouve bon nombre de gens tout aussi malheureux que je l’ai été, tout aussi amers dans leur appréciation de la vie et dans leur expérience des choses humaines, qui sont, sans oser l’avouer, tout aussi absorbés, tout aussi amusés, tout aussi enfans que moi. Nous sommes une race infortunée, et c’est pour cela que nous avons un impérieux besoin de nous distraire de la vie réelle par les mensonges de l’art : plus il ment, plus il nous amuse.



CHAPITRE ONZIÈME.

Récit d’une profonde douleur que tout le monde comprendra. — Mouvement de dépit. — Délation de Mlle Julie. — Pénitence et solitude. — Soirée d’automne à la porte d’une chaumière. — On me brise le cœur. — Je me raidis contre mon chagrin et deviens tout de bon un enfant terrible. — Je retrouve ma mère. — Déception. — J’entre au couvent des Anglaises. — Origine et aspect de ce monastère. — La supérieure. — Nouveau déchirement. — La mère Alippe. — Je commence à apprécier ma situation et je prends mon parti. — Claustration absolue.


Malgré toutes ces distractions et tous ces étourdissemens, je nourrissais toujours au fond de mon cœur une sorte de passion malheureuse pour ma mère absente. De notre cher roman, il n’était plus question le moins du monde, elle l’avait bien parfaitement oublié ; mais moi j’y pensais toujours. Je protestais toujours, dans le secret de ma pensée, contre le sort que ma pauvre bonne maman tenait tant à m’assurer. Instruction, talens et fortune, je persistais à tout mépriser. J’aspirais à revoir ma mère, à lui reparler de nos projets, à lui dire que j’étais résolue à partager son sort, à être ignorante, laborieuse et pauvre avec elle. Les jours où cette résolution me dominait, je négligeais bien mes leçons, il faut l’avouer. J’étais grondée, et ma résolution n’en était que plus obstinée. Un jour que j’avais été réprimandée plus que de coutume en sortant de la chambre de ma bonne maman, je jetai par terre mon livre et mes cahiers ; je pris ma tête dans mes deux mains, et me croyant seule, je m’écriai : « Eh bien, oui, c’est vrai, je n’étudie pas parce que je ne veux pas. J’ai mes raisons. On les saura plus tard. »

Julie était derrière moi. « Vous êtes une mauvaise enfant, me dit-elle, et ce que vous pensez est pire que tout ce que vous faites. On vous pardonnerait d’être dissipée et paresseuse, mais puisque c’est par entêtement et par mauvaise volonté que vous mécontentez votre bonne maman, vous mériteriez qu’elle vous renvoyât chez votre mère.

— Ma mère ! m’écriai-je, me renvoyer chez ma mère ! mais c’est tout ce que je désire, tout ce que je demande !

— Allons, vous n’y pensez pas, reprit Julie ; vous parlez comme cela, parce que vous avez de la colère, vous êtes folle dans ce moment-ci. Je me garderai bien de répéter ce qui vient de vous échapper, car vous seriez bien désolée plus tard qu’on vous eût prise au mot.

— Julie, lui répondis-je avec véhémence, je vous entends très bien et je vous connais. Je sais que quand vous promettez de vous taire, c’est que vous êtes bien décidée à parler. Je sais que quand vous m’interrogez avec douceur et câlinerie, c’est pour m’arracher ce que je pense et pour l’envenimer aux yeux de ma bonne maman. Je sais que dans ce moment-ci, vous m’excitez à dessein et que vous profitez de ma colère et de mon ennui pour m’en faire dire encore plus. Eh bien, vous n’avez pas besoin de vous donner tant de peine. Ce que j’ai dans le cœur, vous le saurez et je vous autorise à le faire savoir. Je ne veux plus rester ici, je veux retourner avec ma mère, et je ne veux plus qu’on me sépare d’elle. C’est elle que j’aime et que j’aimerai toujours, quoi qu’on fasse. C’est à elle seule que je veux obéir. Allez, dépêchez-vous, faites votre déposition, je suis prête à la signer. »

La pauvre fille faisait-elle réellement auprès de moi le métier d’agent provocateur ? Dans la forme, oui, dans le fond, non certainement. Elle ne me voulait que du bien. Elle n’avait pas de méchant plaisir à me faire gronder, elle s’affligeait avec ma grand’mère de ce qu’elles appelaient mon ingratitude. Comment eût-elle compris que ce n’était pas à l’affection que j’étais ingrate, mais à la fortune que j’étais rebelle ? ma grand’mère elle-même s’y trompait. Mais il est certain que cette fille avait dans le regard, dans la voix, dans toutes ses manières de procéder, une sorte de prudence insinuante qui sentait la ruse et la duplicité, et cela m’était souverainement ant ipathique.

Quoi qu’il en soit, c’était la première fois que je la poussais à bout et que j’irritais son amour-propre. Elle fut mortifiée, et elle eut vraiment un mouvement de vengeance, car elle alla sur-le-champ rapporter ma déclamation dans les termes les plus noirs. Elle fit là une mauvaise action, car elle frappait au cœur cette pauvre bonne maman qui n’était guère de force à lutter contre de nouvelles douleurs maternelles. La moindre peine ravivait en elle la mémoire de son fils, et ses éternels regrets, et sa dévorante jalousie contre la femme qui lui avait disputé le cœur de ce fils adoré et qui maintenant lui disputait le mien. Elle eut, j’en suis sûre, un chagrin mortel, et si elle me l’eût laissé voir, je serais tombée à ses pieds, j’aurais abjuré toutes mes rébellions ; car j’ai toujours été d’une excessive faiblesse devant les douleurs que j’ai causées, et mes retours m’ont toujours plus liée que mes résistances ne m’avaient déliée. Mais on me cacha bien soigneusement l’émotion de ma bonne maman, et Julie, irritée personnellement contre moi, ne vint pas me dire : « Elle souffre, allez la consoler. »

On prit un mauvais système, on résolut de s’armer de rigueur, on crut m’effrayer en me prenant au mot, et mademoiselle Julie vint m’annoncer que j’eusse à me retirer dans ma chambre et à n’en pas sortir. « Vous ne reverrez plus votre grand’mère, me dit-elle, puisque vous la détestez. Elle vous abandonne ; dans trois jours vous partirez pour Paris.

— Vous en avez menti, lui répondis-je, menti avec méchanceté, je ne déteste pas ma grand’mère, je l’aime : mais j’aime mieux ma mère, et si l’on me rend à elle, je remercie le bon Dieu, ma grand’mère et même vous. »

Là-dessus je lui tournai le dos et montai résolûment à ma chambre. J’y trouvai Rose, qui ne savait pas ce qui venait de se passer et qui ne me dit rien. Je n’avais ni sali ni déchiré mes hardes ce jour-là, le reste la préoccupait fort peu. Je passai trois grands jours sans voir ma bonne maman. On me faisait descendre pour prendre mes repas quand elle avait fini les siens. On me disait d’aller prendre l’air au jardin quand elle était enfermée, et elle s’enfermait ou on l’enfermait bien littéralement, car lorsque je passais devant la porte de sa chambre, j’entendais mettre la barre de fer avec une sorte d’affectation, comme pour me dire que tout repentir serait inutile.

Les domestiques semblaient consternés, mais j’avais un air si hautain, apparemment, que pas un n’osa me parler, pas même Rose, qui devinait peut-être bien qu’on s’y prenait mal et qu’on excitait mon amour pour ma mère au lieu de le refroidir. Deschartres, soit par système, soit par suite d’une appréciation analogue à celle de Rose, ne me parlait pas non plus. I l ne fut plus question de leçons ni d’écritures pendant ce temps d’expiation.

Voulait-on me faire sentir l’ennui de l’inaction ? on aurait dû me priver de livres ; mais on ne me priva de rien : et, voyant la bibliothèque à ma disposition comme de coutume, je ne sentis pas la moindre envie de me distraire par la lecture. On ne désire que ce qu’on ne peut pas avoir.

Je passai donc ces trois jours dans un tête à tête assidu avec Corambé. Je lui racontai mes peines, et il m’en consola en me donnant raison. Je souffrais pour l’amour de ma mère, pour l’amour de l’humilité et de la pauvreté. Je croyais remplir un grand rôle, accomplir une mission sainte, et comme tous les enfans romanesques, je me drapais un peu dans mon calme et dans ma persévérance. On avait voulu m’humilier en m’isolant comme un lépreux dans cette maison où d’ordinaire tout me riait, je ne m’en rehaussais que plus dans ma propre estime. Je faisais de belles réflexions philosophiques sur l’esclavage moral de ces valets qui n’osaient plus m’adresser la parole, et qui, la veille, se fussent mis à mes pieds parce que j’étais en faveur. Je comparais ma disgrâce à toutes les grandes disgrâces historiques que j’avais lues, et je me comparais moi-même aux grands citoyens des républiques ingrates, condamnés à l’ostracisme pour leurs vertus.

Mais l’orgueil est une sotte compagnie, et je m’en lassai en un jour. « C’est fort bête, tout cela, me dis-je, voyons clair sur les autres et sur moi-même, et concluons. On ne prépare pas mon départ, on n’a pas envie de me rendre à ma mère. On veut m’éprouver, on croit que je demanderai à rester ici. On ne sait pas combien je désire vivre avec elle, et il faut qu’on le voie. Restons impassible. Que ma claustration dure huit jours, quinze jours, un mois, peu importe. Quand on se sera bien assuré que je ne change pas d’idée, on me fera partir, et alors je m’expliquerai avec ma bonne maman ; je lui dirai que je l’aime, et je le lui dirai si bien qu’elle me pardonnera et me rendra son amitié. Pourquoi faut-il qu’elle me maudisse parce que je lui préfère celle qui m’a mise au monde et que Dieu lui-même me commande de préférer à tout ? Pourquoi croirait-elle que je suis ingrate parce que je ne veux pas être élevée à sa manière et vivre de sa vie ? À quoi lui suis-je utile ici ? Je la vois de moins en moins. La société de ses femmes lui semble plus nécessaire ou plus agréable que la mienne, puisque c’est avec elles qu’elle passe le plus de temps. Si elle me garde ici, ce n’est pas pour elle certainement, c’est pour moi. Eh bien ! ne suis-je pas un être libre, libre de choisir la vie et l’avenir qui lui conviennent ? Allons, il n’y a rien de tragique à ce qui m’arrive. Ma grand’mère a voulu, par pure bonté, me rendre instruite et riche : moi je lui en suis très reconnaissante, mais je ne peux pas m’habituer à me passer de ma mère. Mon cœur lui sacrifie tous les faux biens joyeusement. Elle m’en saura gré, et Dieu m’en tiendra compte. Personne n’a sujet d’être irrité contre moi, et ma bonne maman le reconnaîtra si je puis parvenir jusqu’à elle et combattre les calomnies qui se sont glissées entre elle et moi. »

Là-dessus j’essayai d’entrer chez elle, mais je trouvai encore la porte barricadée, et j’allai au jardin. J’y rencontrai une vieille femme pauvre à qui l’on avait permis de ramasser le bois mort. « Vous n’allez pas vite, la mère, lui dis-je, pourquoi vos enfans ne vous aident-ils pas ? — Ils sont aux champs, me dit-elle, et moi, je ne peux plus me baisser pour ramasser ce qui est par terre, j’ai les reins trop vieux. » Je me mis à travailler pour elle, et comme elle n’osait toucher au bois mort sur pied, j’allai chercher une serpe pour abattre les arbrisseaux desséchés et faire tomber les branches des arbres à ma portée. J’étais forte comme une paysanne, je fis bientôt un abatis splendide. Rien ne passionne comme le travail du corps quand une idée ou un sentiment vous poussent. La nuit vint que j’étais encore à l’ouvrage, taillant, fagotant, liant, et faisant à la vieille une provision pour la semaine au lieu de sa provision de la journée qu’elle aurait eu peine à enlever. J’avais oubliée de manger, et comme personne ne m’avertissait plus de rien, je ne songeais pas à me retirer. Enfin, la faim me prit, la vieille était partie depuis longtemps. Je chargeai sur mes épaules un fardeau plus lourd que moi et je le portai à sa chaumière, qui était au bout du hameau. J’étais en nage et en sang, car la serpe m’avait plus d’une fois fendu les mains, et les ronces m’avaient fait une grande balafre au visage.

Mais la soirée d’automne était superbe et les merles chantaient dans les buissons. J’ai toujours aimé particulièrement le chant du merle ; moins éclatant, moins original, moins varié que celui du rossignol, il se rapproche davantage de nos formes musicales, et il a des phrases d’une naïveté rustique qu’on pourrait presque noter et chanter en y mêlant fort peu de nos conventions. Ce soir-là, ce chant me parut la voix même de Corambé qui me soutenait et m’encourageait. Je pliais sous mon fardeau ; je sentis, tant l’imagination gouverne nos facultés, décupler ma force, et même une sorte de fraîchir soudaine passer dans mes membres brisés. J’arrivai à la chaumière de la mère Brin comme les premières étoiles brillaient dans le ciel encore rose. « Ah ! ma pauvre mignonne, me dit-elle, comme vous voilà fatiguée ! vous prendrez du mal ! — Non, lui dis-je, mais j’ai bien travaillé pour vous, et cela vaut un morceau de votre pain, car j’ai grand appétit. » Elle me coupa, dans son pain noir et moisi, un grand morceau que je mangeai, assise sur une pierre à sa porte, tandis qu’elle couchait ses petits enfans et disait ses prières. Son chien efflanqué (tout paysan, si pauvre qu’il soit, a un chien, ou plutôt une ombre de chien qui vit de maraude, et n’en défend pas moins le misérable logis où il n’est pas même abrité) ; son chien, après m’avoir beaucoup grondée, s’apprivoisa à la vue de mon pain et vint partager ce modeste souper.

Jamais repas ne m’avait semblé si bon, jamais heure plus douce et nature plus sereine. J’avais le cœur libre et léger, le corps dispos comme on l’a après le travail. Je mangeais le pain du pauvre après avoir fait la tâche du pauvre. « Et ce n’est pas une bonne action, comme on dit dans le vocabulaire orgueilleux des châteaux, pensais-je, c’est tout bonnement un premier acte de la vie de pauvreté que j’embrasse et que je commence. Me voici enfin libre : plus de leçons fastidieuses, plus de confitures écœurantes qu’il faut trouver bonnes sous peine d’être ingrate, plus d’heures de convention pour manger, dormir, et s’amuser sans envie et sans besoin. La fin du jour a marqué celle de mon travail. La faim seule m’a sonné l’heure de mon repas : plus de laquais pour me tendre mon assiette et me l’enlever à sa fantaisie. À présent voici les étoiles qui viennent, il fait bon, il fait frais : je suis lasse et je me repose, personne n’est là pour me dire : « Mettez votre châle, ou rentrez, de crainte de vous enrhumer. « Personne ne pense à moi, personne ne sait où je suis ; si je veux passer la nuit sur cette pierre, il ne tient qu’à moi. Mais c’est là le bonheur suprême, et je ne conçois pas que cela s’appelle une punition. »

Puis je pensai que bientôt je serais avec ma mère, et je fis mes adieux tendres, mais joyeux, à la campagne, aux merles, aux buissons, aux étoiles, aux grands arbres. J’aimais la campagne ; mais je ne savais pas que je ne pourrais jamais vivre ailleurs, je croyais qu’avec ma mère le paradis serait partout. Je me réjouissais de l’idée que je lui serais utile, que ma force physique la dispenserait de toute fatigue. « C’est moi qui porterai son bois, qui ferai son feu, son lit, me disais-je. Nous n’aurons point de domestiques, point d’esclaves tyrans ; nous nous appartiendrons, nous aurons enfin la liberté du pauvre. »

J’étais dans une situation d’esprit vraiment délicieuse, mais Rose ne m’avait pas si bien oubliée que je le pensais. Elle me cherchait et s’inquiétait, quand je rentrai à la maison ; mais, en voyant l’énorme balafre que j’avais au visage, comme elle m’avait vue travailler pour la mère Blin, elle, qui avait un bon cœur, ne songea point à me gronder. D’ailleurs, depuis que j’étais en pénitence, elle était fort douce et même triste.

Le lendemain, elle m’éveilla de bon ne heure. « Allons, me dit-elle, cela ne peut pas durer ainsi. Ta bonne maman a du chagrin, va l’embrasser et lui demander pardon. — Il y a trois jours qu’on aurait dû me laisser faire ce que tu dis là, lui répondis-je : mais Julie me laissera-t-elle entrer ? — Oui, oui, répondit-elle, je m’en charge ! » Et elle me conduisit par les petits couloirs à la chambre de ma bonne maman. J’y allais de bon cœur, quoique sans grand repentir, car je ne me sentais vraiment pas coupable, et je n’entendais pas du tout, en lui témoignant de la tendresse, renoncer à cette séparation que je regardais comme un fait accompli : mais dans les bras de ma pauvre chère aïeule m’attendait la plus cruelle, la plus poignante et la moins méritée des punitions.

Jusque-là personne au monde, ma grand’mère moins que personne, ne m’avait dit de ma mère un mal sérieux. Il était bien facile de voir que Deschartres la haïssait, que Julie la dénigrait pour faire sa cour, que ma grand’mère avait de grands accès d’amertume et de froideur contre elle. Mais ce n’était que des railleries sèches, des demi-mots d’un blâme non motivé, des airs de dédain ; et, dans ma partialité naïve, j’attribuais au manque de fortune et de naissance le profond regret que le mariage de mon père avait laissé dans sa famille. Ma bonne maman semblait s’être fait un devoir de respecter en moi le respect que j’avais pour ma mère.

Durant ces trois jours qui l’avaient tant fait souffrir, elle chercha apparemment le plus prompt et le plus sûr moyen de me rattacher à elle-même et à ses bienfaits dont je tenais si peu de compte, en brisant dans mon jeune cœur la confiance et l’amour qui me portaient vers une autre. Elle réfléchit, elle médita, elle s’arrêta au plus funeste de tous les partis.

Comme je m’étais mise à genoux contre son lit et que j’avais pris ses mains pour les baiser, elle me dit d’un ton vibrant et amer que je ne lui connaissais pas : « Restez à genoux et m’écoutez avec attention, car ce que je vais vous dire vous ne l’avez jamais entendu et jamais plus vous ne l’entendrez de ma bouche. Ce sont des choses qui ne se disent qu’une fois dans la vie, parce qu’elles ne s’oublient pas, mais, faute de les connaître, quand, par malheur, elles existent, on perd sa vie, on se perd soi-même. »

Après ce préambule qui me fit frissonner, elle se mit à me raconter sa propre vie et celle de mon père, telles que je les ai fait connaître, puis celle de ma mère, telle qu’elle croyait la savoir, telle du moins qu’elle la comprenait. Là, elle fut sans pitié et sans intelligence, j’ose le dire, car il y a dans la vie des pauvres, des entraînemens, des malheurs et des fatalités que les riches ne comprennent jamais et qu’ils jugent comme les aveugles des couleurs.

Tout ce que ma grand’mère me raconta était vrai par le fait et appuyé sur des circonstances dont le détail ne permettait pas le moindre doute. Mais on eût pu me dévoiler cette histoire sans m’ôter le respect et l’amour pour ma mère, et l’histoire racontée ainsi eût été beaucoup plus vraisemblable et beaucoup plus vraie. Il n’y avait qu’à tout dire, les causes de ses malheurs, l’isolement et la misère dès l’âge de quatorze ans, la corruption des riches qui sont là pour guetter la faim et flétrir l’innocence, l’impitoyable rigorisme de l’opinion qui ne permet point le retour et n’accepte point l’expiation[11]. Il fallait me dire aussi comment ma mère avait racheté le passé, comment elle avait aimé fidèlement mon père, comment, depuis sa mort, elle avait vécu humble, triste et retirée. Ce dernier point, je le savais bien, du moins je croyais le savoir ; mais on me faisait entendre que si l’on me disait tout le passé, on m’épargnait le présent, et qu’il y avait, dans la vie actuelle de ma mère, quelque secret nouveau qu’on ne voulait pas me dire et qui devait me faire trembler pour mon propre avenir si je m’obstinai à vivre avec elle. Enfin, ma pauvre bonne maman, épuisée par ce long récit, hors d’elle-même, la voix étouffée, les yeux humides et irrités, lâcha le grand mot, l’affreux mot : Ma mère était une femme perdue, et moi un enfant aveugle qui voulait s’élancer dans un abîme.

Ce fut pour moi comme un cauchemar ; j’avais la gorge serrée, chaque parole me faisait mourir : je sentais la sueur me couler du front, je voulais interrompre, je voulais me lever, m’en aller, repousser avec horreur cette effroyable confidence ; je ne pouvais pas, j’étais clouée sur mes genoux, la tête brisée et courbée par cette voix qui planait sur moi et me desséchait comme un vent d’orage. Mes mains glacées ne tenaient plus les mains brûlantes de ma grand’mère, je crois que machinalement je les avais repoussées de mes lèvres avec terreur.

Enfin je me levai sans dire un mot, sans implorer une caresse, sans me soucier d’être pardonnée ; je remontai à ma chambre. Je trouvai Rose sur l’escalier. « Eh bien ! me dit-elle, est-ce fini, tout cela ? — Oui, c’est bien fini, fini pour toujours, » lui dis-je : et me rappellant que cette fille ne m’avait jamais dit que du bien de ma mère, sûre qu’elle connaissait tout ce qu’on venait de m’apprendre, et qu’elle n’en était pas moins attachée à sa première maîtresse, quoiqu’elle fût horrible, elle me parut belle : quoiqu’elle fût mon tyran et presque mon bourreau, elle me sembla être ma meilleure, ma seule amie ; je l’embrassai avec effusion, et, courant me cacher, je me roulai par terre en proie à des convulsions de désespoir.

Les larmes qui firent irruption ne me soulagèrent pas. J’ai toujours entendu dire que les pleurs allégent le chagrin, j’ai toujours éprouvé le contraire, je ne sais pas pleurer. Dès que les larmes me viennent aux yeux, les sanglots me prennent à la gorge, j’étouffe, ma respiration s’exhale en cris ou en gémissemens : et comme j’ai horreur du bruit de la douleur, comme je me retiens de crier, il m’est souvent arrivé de tomber comme une morte, et c’est probablement comme cela que je mourrai quelque jour si je me trouve seule, surprise par un malheur nouveau. Cela ne m’inquiète guère, il faut toujours mourir de quelque chose, et chacun porte en soi le coup qui doit l’achever. Probablement la pire des morts, la plus triste et la moins désirable, est celle que choisissent les poltrons, mourir de vieillesse, c’est-à-dire après tout ce qu’on a aimé, après tout ce à quoi on a cru sur la terre.

À cette époque, je n’avais pas le stoïcisme de refouler mes sanglots, et Rose, m’entendant râler, vint à mon secours. Quand j’eus repris un peu d’empire sur moi-même, je ne voulus pas faire la malade, je descendis au premier appel du déjeuner, je me forçai pour manger. On me donna mes cahiers, je fis semblant de travailler, mais j’avais les paupières à vif, tant mes larmes avaient été âcres et brûlantes ; j’avais une migraine affreuse, je ne pensais plus, je ne vivais pas, j’étais indifférente à toutes choses. Je ne savais plus si j’aimais ou si je haïssais quelqu’un, je ne sentais plus d’enthousiasme pour personne, plus de ressentiment contre qui que ce soit ; j’avais comme une énorme brûlure intérieure et comme un vide cuisant à la place du cœur. Je ne me rendais compte que d’une sorte de mépris pour l’univers entier et d’un amer dédain pour la vie, quelle qu’elle pût être pour moi désormais ; je ne m’aimais plus moi-même. Si ma mère était méprisable et haïssable, moi, le fruit de ses entrailles, je l’étais aussi. Je ne sais à quoi a tenu que je ne devinsse pas perverse par misanthropie, à partir de ce moment-là. On m’avait fait un mal affreux qui pouvait être irréparable ; on avait tenté de tarir en moi les sources de la vie morale, la foi, l’amour et l’espérance.

Heureusement pour moi, le bon Dieu m’avait faite pour aimer et pour oublier. On m’a souvent reproché d’être oublieuse du mal : puisque je devais tant en subir, c’est une grâce d’état.

Au bout de quelques jours d’une indicible souffrance et d’une fatigue suprême, je sentis avec étonnement que j’aimais encore plus ma mère, et que je n’aimais pas moins ma grand’mère qu’auparavant. On m’avait vue si triste, Rose avait raconté de moi une telle scène de douleur, qu’on crut à un grand repentir. Ma bonne maman comprit bien qu’elle m’avait fait beaucoup de mal, mais elle s’imagina que c’était un mal salutaire et que mon parti était pris. Il ne fut pas question d’explication nouvelle, on ne m’interrogea pas, c’eût été bien inutile. J’avais pour toujours un sceau sur les lèvres. La vie recommença à couler comme un ruisseau tranquille, mais le ruisseau était troublé pour moi, et j’y ne regardais plus.

En effet, je ne faisais plus aucun projet, je ne faisais plus venir les doux rêves. Plus de roman, plus de contemplations. Corambé était muet. Je vivais comme une machine. Le mal était plus profond qu’on ne pensait. Aimante, j’aimais encore les autres. Enfant, je m’amusais encore de la vie, mais, je l’ai dit, je ne m’aimais plus, je ne me souciais plus du tout de moi-même. J’avais résisté systématiquement à l’avantage de l’instruction, j’avais dédaigné d’orner et de rehausser mon être intellectuel, croyant que mon être moral y gagnerait. Mais mon idéal était voilé, et je ne comprenais plus l’avenir que je m’étais pendant si longtemps créé et arrangé selon ma fantaisie. J’entrevoyais désormais, dans cet avenir, des luttes contre l’opinion auxquelles je n’avais jamais songé, et je ne sais quelle énigme douloureuse dont on n’avait pas voulu me dire le mot. On m’avait parlé de dangers affreux, on s’était imaginé que je les devinerais, et moi, simple, et d’organisation tranquille, je ne devinais rien du tout. En outre, autant j’ai l’esprit actif pour ce qui sourit à mes instincts, autant je l’ai paresseux pour ce qui leur est hostile, et je ne cherchais pas le mot du sphynx ; mais il y avait quelque chose de terrible devant moi si je persistais à quitter l’aile de ma grand’mère, et ce quelque chose, sans me faire peur, ôtait à mes châteaux en Espagne le charme de la confiance absolue.

« Ce sera pire que la misère, m’avait-on dit, ce sera la honte ! »

« La honte de quoi ? me disais-je. Rougirai-je d’être la fille de ma mère ? Oh ! si ce n’était que cela ! on sait bien que je n’aurai pas cette lâche honte. » Je supposais alors, sans rien incriminer, quelque lieu mystérieux entre ma mère et quelqu’un qui me ferait sentir une domination injuste et illégitime. Et puis je m’abstenais volontairement d’y songer. « Nous verrons bien, me disais-je. On veut que je cherche, je ne chercherai pas. »

Il m’a toujours fallu, pour vivre, une résolution arrêtée de vivre pour quelqu’un ou pour quelque chose, pour des personnes ou pour des idées. Ce besoin m’était venu naturellement dès l’enfance, par la force des circonstances, par l’affection contrariée. Il restait en moi quoique mon but fût obscurci et mon élan incertain. On voulait me forcer à me rattacher à l’autre but que l’on m’avait montré, et dont je m étais obstinément détournée. Je me demandai si cela était possible. Je sentis que non. La fortune et l’instruction, les belles manières, le bel esprit, ce qu’on appelait le monde m’apparut sous des formes sensibles, telles que je pouvais les concevoir. « Cela se réduit, pensai-je, à devenir une belle demoiselle bien pimpante, bien guindée, bien érudite, tapant sur un piano devant des personnes qui approuvent sans écouter ou sans comprendre, ne se souciant de personne, aimant à briller, aspirant à un riche mariage, vendant sa liberté et sa personnalité pour une voiture, un écusson, des chiffons et quelques écus. Cela ne me va point et ne m’ira jamais. Si je dois hériter forcément de ce castel, de ces gerbes de blé que compte et recompte Deschartres, de cette bibliothèque où tout ne m’amuse pas, et de cette cave où rien ne me tente, ne voilà-t-il pas un grand bonheur et de belles richesses ! J’ai souvent rêvé de lointains voyages. Les voyages m’auraient tentée si je n’avais eu le projet de vivre pour ma mère. Eh bien, voilà ! Si ma mère ne veut pas de moi, quelque jour je partirai, j’irai au bout du monde. Je verrai l’Etna et le mont Gibel ; j’irai en Amérique, j’irai dans l’Inde. On dit que c’est loin, que c’est difficile, tant mieux ! On dit qu’on y meurt, qu’importe ? En attendant, vivons au jour le jour, vivons au hasard, puisque rien de ce que je connais ne me tente ou ne me rassure ; laissons venir l’inconnu. »

Là-dessus, j’essayai de vivre sans songer à rien, sans rien craindre et sans rien désirer. Cela me fut d’abord bien difficile ; j’avais pris une telle habitude de rêver et d’aspirer à un bien futur, que, malgré moi, je me reprenais à y songer. Mais la tristesse devenait alors si noire et le souvenir de la scène qu’on m’avait faite si étouffant, que j’avais besoin d’échapper à moi-même, et que je courais aux champs m’étourdir avec les gamins et les gamines qui m’aimaient et m’arrachaient à ma solitude.

Quelques mois se passèrent alors qui ne me profitèrent à rien et dont je me souviens confusément, parce qu’ils furent vides. Je m’y comportai fort mal, ne travaillant que juste ce qu’il fallait pour n’être pas gronder, me dépêchant, pour ainsi dire, d’oublier vite ce que je venais d’apprendre, ne méditant plus sur mon travail comme j’avais fait jusqu’alors par un besoin de logique et de poésie qui avait eu son charme secret, courant plus que jamais les chemins, les buissons et les pacages avec mes bruyans acolytes : mettant la maison sens dessus dessous par des jeux échevelés : prenant une habitude de gaîté folle, quelquefois forcée, quand ma douleur intérieure menaçait de se réveiller, enfin tournant tout de bon à l’enfant terrible, comme le disait ma bonne, qui commençait à avoir raison, et qui pourtant ne me battait plus, voyant à ma taille que je serais de force à le lui rendre, et à mon air que je n’étais plus d’humeur à le souffrir.

Voyant tout cela aussi, ma grand’mère me dit : « Ma fille, vous n’avez plus le sens commun. Vous aviez de l’esprit, et vous faites tout votre possible pour devenir ou pour paraître bête. Vous pourriez être agréable, et vous vous faites laide à plaisir. Votre teint est noirci, vos mains gercées, vos pieds vont se déformer dans les sabots. Votre cerveau se déforme et se dégingande comme votre personne. Tantôt vous répondez à peine et vous avez l’air d’un esprit fort qui dédaigne tout. Tantôt vous parlez à tort et à travers comme une pie qui babille pour babiller. Vous avez été une charmante petite fille, il ne faut pas devenir une jeune personne absurde. Vous n’avez point de tenue, point de grâce, point d’à-propos. Vous avez un bon cœur et une tête pitoyable. Il faut changer tout cela. Vous avez d’ailleurs besoin de maîtres d’agrément, et je ne puis vous en procurer ici. J’ai donc résolu de vous mettre au couvent, et nous allons à Paris à cet effet.

— Et je vais voir ma mère ? m’écriai-je.

— Oui certes, vous la verrez, répondit froidement ma bonne maman, après quoi vous vous séparerez d’elle et de moi le temps nécessaire pour achever votre éducation.

— Soit, pensai-je : le couvent, je ne sais ce que c’est, mais ce sera nouveau, et comme après tout, je ne m’amuse pas du tout de la vie que je mène, je pourrai gagner au change.

Ainsi fut fait. Je revis ma mère avec mes transports accoutumés. J’avais un dernier espoir : c’est qu’elle trouverait ce couvent inutile et ridicule, et qu’elle me reprendrait avec elle en voyant que j’avais persisté dans ma résolution. Mais, tout au contraire, elle me prêcha l’avantage des richesses et des talens. Elle le fit d’une manière qui m’étonna et me blessa, car je n’y trouvai pas sa franchise et son courage ordinaires. Elle raillait le couvent, elle critiquait fort à propos ma grand’mère, qui, détestant et méprisant la dévotion, me confiait à des religieuses : mais tout en la blâmant, ma mère fit comme ma grand’mère. Elle me dit que le couvent me serait utile et qu’il y fallait entrer. Je n’ai jamais eu de volonté pour moi-même, j’entrai au couvent sans crainte, sans regret et sans répugnance. Je ne me rendis pas compte des suites. Je ne savais pas que j’entrais peut-être véritablement dans le monde en franchissant le seuil du cloître, que je pouvais y contracter des relations, des habitudes d’esprit, même des idées qui m’incorporeraient, pour ainsi dire, dans la classe avec laquelle j’avais voulu rompre. Je crus voir, au contraire, dans ce couvent, un terrain neutre, et dans ces années que je devais y passer, une sorte de halte au milieu de la lutte que je subissais.

J’avais retrouvé à Paris Pauline de Pontcarré et sa mère. Pauline était plus jolie que jamais, son caractère était resté enjoué, facile, aimable : son cœur n’avait pas changé non plus. Il était parfaitement froid, ce qui ne m’empêcha pas d’aimer et d’admirer comme par le passé cette belle indifférente.

Ma grand’mère avait questionné Mme de Pontcarré sur le couvent des Anglaises, ce même couvent où elle avait été prisonnière pendant la révolution. Une nièce de Mme de Pontcarré y avait été élevée et venait d’en sortir. Ma bonne maman, qui avait gardé de ce couvent et des religieuses qu’elle y avait connues un certain souvenir, fut charmée d’apprendre que Mlle Debrosses y avait été fort bien soignée, élevée avec distinction, que l’on faisait là de bonnes études, que les maîtres d’agrément étaient renommés, enfin que le couvent des Anglaises méritait la vogue dont il jouissait dans le beau monde, en concurrence avec le Sacré-Cœur et l’Abbaye-aux-Bois. Mme de Pontcarré avait le projet d’y mettre sa fille, ce qu’elle fit, en effet, l’année suivante. Ma grand’mère se décida donc pour les Anglaises, et, un jour d’hiver, on me fit endosser l’uniforme de sergette amarante, on arrangea mon trousseau dans une malle, un fiacre nous conduisit rue des Fossés-Saint-Victor, et après que nous eûmes attendu quelques instans dans le parloir, on ouvrit une porte de communication qui se referma derrière nous. J’étais cloîtrée.

Ce couvent est une des trois ou quatre communautés britanniques qui s’établirent à Paris pendant la puissance de Cromwell. Après avoir été persécuteurs, les catholiques anglais, cruellement persécutés, s’assemblèrent dans l’exil pour prier et demander spécialement à Dieu la conversion des protestans. Les communautés religieuses restèrent en France, mais les rois catholiques reprirent le sceptre en Angleterre et se vengèrent peu chrétiennement.

La communauté des Augustines anglaises est la seule qui ait subsisté à Paris, et dont la maison ait traversé les révolutions sans trop d’orage. La tradition du couvent disait que la reine d’Angleterre, Henriette de France, fille de notre Henri IV et femme du malheureux Charles Ier, était venue souvent avec son fils Jacques II prier dans notre chapelle et guérir les scrofules des pauvres qui se pressaient sur leurs pas. Un mur mitoyen sépare ce couvent du collége des Écossais. Le séminaire des Irlandais est à quatre portes plus loin. Toutes nos religieuses étaient Anglaises, Écossaises ou Irlandaises. Les deux tiers des pensionnaires et des locataires, ainsi qu’une partie des prêtres qui venaient officier appartenaient aussi à ces nations. Il y avait des heures de la journée où il était enjoint à toute la classe de ne pas dire un mot de français, ce qui était la meilleure étude possible pour apprendre vite la langue anglaise. Nos religieuses, comme de raison, ne nous en parlaient presque jamais d’autres. Elles avaient les habitudes de leur climat, prenant le thé trois fois par jour et admettant celles de nous qui étaient bien sages à le prendre avec elles.

Le cloître et l’église étaient pavés de longues dalles funéraires sous lesquelles reposaient les ossemens vénérés des catholiques de la vieille Angleterre, morts dans l’exil et ensevelis par faveur dans ce sanctuaire inviolable. Partout, sur les tombes et sur les murailles, des épitaphes et des sentences religieuses en anglais. Dans la chambre de la supérieure et dans son parloir particulier, de grands vieux portraits de princes ou de prélats anglais. La belle et galante Marie Stuart, réputée sainte par nos chastes nonnes, brillait là comme une étoile. Enfin, tout était anglais dans cette maison, le passé et le présent, et quand on avait franchi la grille, il semblait qu’on eût traversé la Manche.

Ce fut pour moi, paysanne du Berry, un étonnement, un étourdissement à n’en pas revenir de huit jours. Nous fûmes d’abord reçues par la supérieure, Mme Canning, une très grosse femme entre cinquante et soixante ans, belle encore avec sa pesanteur physique qui contrastait avec un esprit fort délié. Elle se piquait avec raison d’être femme du monde, elle avait de grandes manières, la conversation facile malgré son rude accent, plus de moquerie et d’entêtement dans l’œil que de recueillement et de sainteté. Elle a toujours passé pour bonne, et comme sa science du monde faisait prospérer le couvent, comme elle savait habilement pardonner, en vertu de son droit de grâce, qui lui réservait, en dernier ressort, l’utile et commode fonction de réconcilier tout le monde, elle était aimée et respectée des religieuses et des pensionnaires. Mais, dès l’abord, son regard ne me plut pas, et j’ai eu lieu de croire depuis qu’elle était dure et rusée. Elle est morte en odeur de sainteté, mais je crois ne pas me tromper en pensant qu’elle devait surtout à son habit et à son grand air la vénération dont elle était l’objet.

Ma grand’mère, en me présentant, ne put se défendre du petit orgueil de dire que j’étais fort instruite pour mon âge, et qu’on me ferait perdre mon temps si on me mettait en classe avec les enfans. On était divisé en deux sections, la petite classe et la grande classe. Par mon âge, j’appartenais réellement à la petite classe, qui contenait une trentaine de pensionnaires de six à treize ou quatorze ans. Par les lectures qu’on m’avait fait faire et par les idées qu’elles avaient développées en moi, j’appartenais à une troisième classe qu’il aurait peut-être fallu créer pour moi et pour deux ou trois autres : mais je n’avais pas été habituée à travailler avec méthode, je ne savais pas un mot d’anglais. Je comprenais beaucoup d’histoire et même de philosophie : mais j’étais fort ignorante, ou tout au moins fort incertaine sur l’ordre des temps et des événemens. J’aurais pu causer de tout avec les professeurs et peut-être même voir un peu plus clair et plus avant que ceux qui nous dirigeaient : mais le premier cuistre venu m’aurait fort embarrassée sur des points de fait, et je n’aurais pu soutenir un examen en règle sur quoi que ce fût.

Je le sentais bien, et je fus très soulagée d’entendre la supérieure déclarer que, n’ayant pas encore reçu le sacrement de confirmation, je devais forcément entrer à la petite classe.


FIN DU TOME SIXIÈME.


Typographie L. Schnauss.



HISTOIRE DE MA VIE.






HISTOIRE

DE MA VIE

PAR

Mme GEORGE SAND.

Charité envers les autres ; Dignité envers soi-même ; Sincérité devant Dieu.

Telle est l’épigraphe du livre que j’entreprends.

15 avril 1847.

GEORGE SAND.


TOME SEPTIÈME.

PARIS, 1855.

LEIPZIG, CHEZ WOLFGANG GERHARD.



CHAPITRE ONZIÈME.

(SUITE.)

J’entre au couvent des Anglaises. — Origine et aspect de ce monastère. — La supérieure. — Nouveau déchirement. — La mère Alippe. — Je commence à apprécier ma situation et je prends mon parti. — Claustration absolue.


C’était l’heure de la récréation ; la supérieure fit appeler une des plus sages de la petite classe, me confia et me recommanda à elle, et m’envoya au jardin. Je me mis tout de suite à aller et venir, à regarder toutes choses et toutes figures, à fureter dans tous les coins du jardin comme un oiseau qui cherche où il mettra son nid. Je ne me sentais pas intimidée le moins du monde, quoiqu’on me regardât beaucoup ; je voyais bien qu’on avait de plus belles manières que moi ; je voyais passer et repasser les grandes, qui ne jouaient pas et babillaient en se tenant par le bras. Mon introductrice m’en nomma plusieurs ; c’étaient de grands noms très aristocratiques, qui ne firent pas d’effet sur moi, comme l’on peut croire. Je m’informai du nom des allées, des chapelles et des berceaux qui ornaient le jardin. Je me réjouis en apprenant qu’il était permis de prendre un petit coin dans les massifs et de le cultiver à sa guise. Cet amusement n’étant recherché que des toutes petites, il me sembla que la terre et le travail ne me manqueraient pas.

On commença une partie de barres et on me mit dans un camp. Je ne connaissais pas les règles du jeu, mais je savais bien courir. Ma grand’mère vint se promener avec la supérieure et l’économe, et elle parut prendre plaisir à me voir déjà si dégourdie et si à l’aise. Puis elle se disposa à partir et m’emmena dans le cloître pour me dire adieu. Le moment lui paraissait solennel, et l’excellente femme fondit en larmes en m’embrassant. Je fus un peu émue, mais je pensai qu’il était de mon devoir de faire contre fortune bon cœur, et je ne pleurai pas. Alors ma grand’mère, me regardant en face, me repoussa en s’écriant : « Ah ! insensible cœur, vous me quittez sans aucun regret, je le vois bien ! » Et elle sortit, la figure cachée dans ses mains.

Je restai stupéfaite. Il me semblait que j’avais bien agi en ne lui montrant aucune faiblesse, et, selon moi, mon courage et ma résignation eussent dû lui être agréables. Je me retournai et vis près de moi l’économe ; c’était la mère Alippe, une petite vieille toute ronde et toute bonne, un excellent cœur de femme. « Eh bien, me dit-elle avec son accent anglais, qu’y a-t-il ? avez-vous dit à votre grand’mère quelque chose qui l’ait fâchée ? — Je n’ai rien dit du tout, répondis-je, et j’ai cru ne devoir rien dire. — Voyons, dit-elle en me prenant par la main, avez-vous du chagrin d’être ici ? Comme elle avait cet accent de franchise qui ne trompe pas, je lui répondis sans hésiter : « Oui, madame, malgré moi, je me sens triste et seule au milieu de gens que je ne connais pas. Je sens qu’ici personne ne peut encore m’aimer, et que je ne suis plus avec mes parens, qui m’aiment beaucoup. C’est pour cela que je n’ai pas voulu pleurer devant ma grand’mère, puisque sa volonté est que je reste où elle me met. Est-ce que j’ai eu tort ? — Non, mon enfant, répondit la mère Alippe, votre grand’mère n’a peut-être pas compris. Allez jouer, soyez bonne, et l’on vous aimera ici autant que chez vos parens. Seulement, quand vous reverrez votre bonne maman, n’oubliez pas de lui dire que, si vous n’avez pas montré de chagrin en la quittant, c’était pour ne pas augmenter le sien. »

Je retournai au jeu, mais j’avais le cœur gros. Il me semblait et il me semble encore que le mouvement de ma pauvre grand’mère avait été fort injuste. C’était sa faute si je regardais ce couvent comme une pénitence qu’elle m’imposait, car elle n’avait pas manqué, dans ses momens de gronderie, de me dire que, quand j’y serais, je regretterais bien Nohant et les petites douceurs de la maison paternelle. Il semblait qu’elle fût blessée de me voir endurer la punition sans révolte ou sans crainte. « Si c’est pour mon bonheur que je suis ici, pensai-je, je serais ingrate d’y être à contre-cœur. Si c’est pour mon châtiment, eh bien, me voilà châtiée, j’y suis, que veut-on de plus ? que je souffre d’y être ? c’est comme si l’on me battait plus fort parce que je refuse de crier au premier coup. »

Ma grand’mère alla dîner ce jour-là chez mon grand-oncle de Beaumont, et elle lui raconta en pleurant comme quoi je n’avais pas pleuré. « Eh bien donc tant mieux ! fit-il avec son enjoûment philosophique. C’est bien assez triste d’être au couvent, voulez-vous qu’elle le comprenne ? Qu’a-t-elle donc fait de mal pour que vous lui imposiez la réclusion et les larmes par-dessus le marché ? Bonne sœur, je vous l’ai déjà dit, la tendresse maternelle est souvent fort égoïste, et nous eussions été bien malheureux si notre mère eût aimé ses enfans comme vous aimez les vôtres. »

Ma grand’mère fut assez irritée de ce sermon. Elle se retira de bonne heure, et ne vint me voir qu’au bout de huit jours, quoiqu’elle m’eût promis de revenir le surlendemain de mon entrée au couvent. Ma mère, qui vint plus tôt, me raconta ce qui s’était passé, me donnant raison, suivant sa coutume. Ma petite amertume intérieure en augmenta. « Ma bonne maman a tort, pensai-je ; mais ma mère a tort aussi de me le faire tant sentir ; moi, j’ai eu tort par le fait, bien que j’aie cru avoir raison. J’ai voulu ne montrer aucun dépit, on a cru que je voulais montrer de l’orgueil. Ma bonne maman me blâme pour cela, pour cela ma mère m’approuve ; ni l’une ni l’autre ne m’a comprise, et je vois bien que cette aversion qu’elles ont l’une pour l’autre me rendra injuste aussi, et très malheureuse, à coup sûr, si je me livre aveuglément à l’une ou à l’autre. »

Là-dessus, je me réjouis d’être au couvent ; j’éprouvais un impérieux besoin de me reposer de tous ces déchiremens intérieurs ; j’étais lasse d’être comme une pomme de discorde entre deux êtres que je chérissais. J’aurais presque voulu qu’on m’oubliât.

C’est ainsi que j’acceptai le couvent, et je l’acceptai si bien que j’arrivai à m’y trouver plus heureuse que je ne l’avais été de ma vie. Je crois que j’ai été la seule satisfaite parmi tous les enfans que j’y ai connus. Tous regrettaient leur famille, non pas seulement par tendresse pour les parens, mais aussi par regret de la liberté et du bien-être. Quoique je fusse des moins riches et que je n’eusse jamais connu le grand luxe, et quoique nous fussions passablement traitées au couvent, il y avait certes une grande différence sous le rapport de la vie matérielle entre Nohant et le cloître. En outre, la claustration, l’air de Paris, la continuité absolue d’un même régime, que je regarde comme funeste aux développemens successifs ou aux modifications continuelles de l’organisation humaine, me rendirent bientôt malade et languissante. En dépit de tout cela, je passai là trois ans sans regretter le passé, sans aspirer à l’avenir, et me rendant compte de mon bonheur dans le présent ; situation que comprendront tous ceux qui ont souffert et qui savent que la seule félicité humaine pour eux c’est l’absence de maux excessifs : situation exceptionnelle pourtant pour les enfans des riches, et que mes compagnes ne comprenaient pas, quand je leur disais que je ne désirais pas la fin de ma captivité.

Nous étions cloîtrées dans toute l’acception du mot. Nous ne sortions que deux fois par mois, et nous ne découchions qu’au jour de l’an. On avait des vacances, mais je n’en eus point, ma grand’mère disant qu’elle aimait mieux ne pas interrompre mes études, afin de pouvoir me laisser moins longtemps au couvent. Elle quitta Paris peu de semaines après notre séparation, et ne revint qu’au bout d’un an, après quoi elle repartit pour un an encore. Elle avait exigé de ma mère qu’elle ne demandât pas à me faire sortir. Mes cousins Villeneuve m’offrirent de me prendre chez eux les jours de sortie et écrivirent à ma bonne maman pour le lui demander. J’écrivis, de mon côté, pour la prier de ne pas le permettre, et j’eus le courage de lui dire que, ne sortant pas avec ma mère, je ne voulais et ne devais sortir avec personne. Je tremblais qu’elle ne m’écoutât pas, et, quoique je sentisse bien un peu le besoin et le désir des sorties, j’étais décidée à me faire malade, si mes cousins venaient me chercher munis d’une permission. Cette fois, ma grand’mère m’approuva, et, au lieu de me faire des reproches, elle donna à mon sentiment des éloges que je trouvai même un peu exagérés. Je n’avais fait que mon devoir.

Si bien que je passai deux fois l’année entière derrière les grilles. Nous avions la messe dans notre chapelle, nous recevions les visites au parloir, nous y prenions nos leçons particulières, le professeur d’un côté des barreaux, nous de l’autre. Toutes les croisées du couvent qui donnaient sur la rue étaient non seulement grillées, mais garnies de châssis de toile. C’était bien réellement la prison, mais la prison avec un grand jardin et une nombreuse société. J’avoue que je ne m’aperçus pas un instant des rigueurs de la captivité, et que les précautions minutieuses qu’on prenait pour nous tenir sous clé et nous empêcher d’avoir seulement la vue du dehors me faisaient beaucoup rire. Ces précautions étaient le seul stimulant au désir de la liberté, car la rue des Fossés-Saint-Victor et la rue Clopin n’étaient tentantes ni pour la promenade ni même pour la vue. Il n’était pas une de nous qui eût jamais songé à franchir seule la porte de l’appartement de sa mère : presque toutes cependant épiaient au couvent l’entrebâillement de la porte du cloître, ou glissaient des regards furtifs à travers les fentes des toiles de croisées. Déjouer la surveillance, descendre deux ou trois degrés de la cour, apercevoir un fiacre qui passait, c’était l’ambition et le rêve de quarante ou cinquante filles folâtres et moqueuses, qui, le lendemain, parcouraient tout Paris avec leurs parens sans y prendre le moindre plaisir, fouler le pavé et regarder les passans n’étant plus le fruit défendu hors de l’enceinte du couvent.

Durant ces trois années, mon être moral subit des modifications que je n’aurais jamais pu prévoir, et que ma grand’mère vit avec beaucoup de peine, comme si en me mettant là elle n’eût pas dû les prévoir elle-même. La première année, je fus plus que jamais l’enfant terrible que j’avais commencé d’être, parce qu’une sorte de désespoir ou tout au moins de désespérance dans mes affections me poussait à m’étourdir et à m’enivrer de ma propre espièglerie. La seconde année, je passai presque subitement à une dévotion ardente et agitée. La troisième année je me maintins dans un état de dévotion calme, ferme et enjouée. La première année, ma grand’mère me gronda beaucoup dans ses lettres. La seconde, elle s’effraya de ma dévotion plus qu’elle n’avait fait de ma mutinerie. La troisième, elle parut à moitié satisfaite, et me témoigna un contentement qui n’était pas sans mélange d’inquiétude.

Ceci est le résumé de ma vie de couvent ; mais les détails offrent quelques particularités auxquelles plus d’une personne de mon sexe reconnaîtra les effets tantôt bons, tantôt mauvais de l’éducation religieuse. Je les rapporterai sans la moindre prévention, et, j’espère, avec une parfaite sincérité d’esprit et de cœur.



CHAPITRE DOUZIÈME.

Description du couvent. — La petite classe. — Malheur et tristesse des enfans. — Mademoiselle D***, maîtresse de classe. — Mary Eyre. — La mère Alippe. — Les limbes. — Le signe de la croix. — Les diables, les sages et les bêtes. — Mary G***. — Les escapades. — Isabelle C***. — Ses compositions bizarres. — Sophy C***. — Le secret du couvent. — Recherches et expéditions pour la délivrance de la victime. — Les souterrains. — L’impasse mystérieuse. — Promenade sur les toits. — Accident burlesque. — Whisky et les sœurs converses. — Le froid. — Je passe diable. — Mes relations avec les sages et les bêtes. — Mes jours de sortie. — Grand orage contre moi. — Ma correspondance surprise. — Je passe à la grande classe.


Avant de raconter ma vie au couvent, ne dois-je pas décrire un peu le couvent ? Les lieux qu’on habite ont une si grande influence sur les pensées, qu’il est difficile d’en séparer les réminiscences.

C’était un assemblage de constructions, de cours et de jardins qui en faisait une sorte de village, plutôt qu’une maison particulière. Il n’y avait rien de monumental, rien d’intéressant pour l’antiquaire. Depuis sa construction, qui ne remontait pas à plus de deux cents ans, il y avait eu tant de changemens, d’ajoutances ou de distributions successives, qu’on ne retrouvait l’ancien caractère que dans très peu de parties. Mais cet ensemble hétérogène avait son caractère à lui, quelque chose de mystérieux et d’embarrassant comme un labyrinthe, un certain charme de poésie comme les recluses savent en mettre dans les choses les plus vulgaires. Je fus bien un mois avant de savoir m’y retrouver seule, et encore, après mille explorations furtives, n’en ai-je jamais connu tous les détours et les recoins.

La façade, située en contre-bas sur la rue, n’annonce rien du tout. C’est une grande bâtisse laide et nue, avec une petite porte cintrée qui ouvre sur un escalier de pierres large, droit et raide. Au haut de dix-sept degrés (si j’ai bonne mémoire), on se trouve dans une petite cour pavée en dalles et entourée de constructions basses et non percées. C’est d’un côté, le grand mur de l’église, de l’autre, les bâtimens du cloître.

Un portier qui demeure dans cette cour, et dont la loge touche la porte du cloître, ouvre aux personnes du dehors un couloir par lequel on communique avec celles de l’intérieur au moyen d’un tour où l’on dépose les paquets, et de quatre parloirs grillés pour les visites. Le premier est plus spécialement affecté aux visites que reçoivent les religieuses ; le second est destiné aux leçons particulières ; le troisième, qui est le plus grand, est celui où les pensionnaires voient leurs parens ; le quatrième est celui où la supérieure reçoit les personnes du monde, ce qui ne l’empêche pas d’avoir un salon dans un autre corps de logis, et un grand parloir grillé où elle s’entretient avec les ecclésiastiques ou les personnes de sa famille, lorsqu’elle a à traiter d’affaires importantes ou secrètes.

Voilà tout ce que les hommes et même les femmes qui n’ont pas une permission particulière pour entrer, voient du couvent. Pénétrons dans cet intérieur si bien gardé.

La porte de la cour est armée d’un guichet et s’ouvre à grand bruit sur le cloître sonore. Ce cloître est une galerie quadrangulaire, pavée de pierres sépulcrales avec force têtes de mort, ossemens en croix et requiescant in pace. Les cloîtres sont voûtés, éclairés par de larges fenêtres à plein cintre ouvrant sur le préau, qui a son puits traditionnel et son parterre de fleurs. Une des extrémités du cloître ouvre sur l’église et sur le jardin, une autre sur le bâtiment neuf où se trouvent au rez-de-chaussée la grande classe, à l’entresol l’ouvroir des religieuses, au premier et au second les cellules, au troisième le dortoir des pensionnaires de la petite classe.

Le troisième angle du cloître conduit aux cuisines, aux caves, puis au bâtiment de la petite classe, qui se relie à plusieurs autres très vieux qu’ils n’existent peut-être plus, car, de mon temps, ils menaçaient ruine. C’était un dédale de couloirs obscurs, d’escaliers tortueux, de petits logemens détachés et reliés les uns aux autres par des paliers inégaux ou par des passages en planches déjetées. C’était là probablement ce qui restait des constructions primitives, et les efforts qu’on avait faits pour rattacher ces constructions avec les nouvelles attestaient ou une grande misère dans les temps de révolution, ou une grande maladresse de la part des architectes. Il y avait des galeries qui ne conduisaient à rien, des ouvertures par où l’on avait peine à passer, comme on en voit dans ces rêves où l’on parcourt des édifices bizarres qui vont se refermant sur vous et vous étouffant dans leur angles subitement resserrés. Cette partie du couvent échappe à toute description. J’en donnerai une meilleure idée quand je raconterai quelles folles explorations nos folles imaginations de pensionnaires nous y firent entreprendre. Il me suffira, quant à présent, de dire que l’usage de ces constructions était aussi peu en harmonie que leur assemblage. Ici c’était l’appartement d’une locataire ; à côté, celui d’une élève ; plus loin, une chambre où l’on étudiait le piano ; ailleurs, une lingerie, et puis des appartemens vacans ou passagèrement occupés par des amies d’outremer ; et puis, de ces recoins sans nom où les vieilles filles, et les nonnes surtout, entassent mystérieusement une foule d’objets fort étonnés de se trouver ensemble, des débris d’ornemens d’église avec des oignons, des chaises brisées avec des bouteilles vides, des cloches fêlées avec des guenilles, etc., etc.

Le jardin était vaste et planté de marronniers superbes. D’un côté il était contigu à celui du collége des Écossais, dont il était séparé par un mur très élevé ; de l’autre il était bordé de petites maisons toutes louées à des dames pieuses retirées du monde. Outre ce jardin, il y avait encore, devant le bâtiment neuf, une double cour plantée en potager et bordée d’autres maisons également louées à de vieilles matrones ou à des pensionnaires en chambre. Cette partie du couvent se terminait par une buanderie et par une porte qui donnait sur la rue des Boulangers. Cette porte ne s’ouvrait que pour les locataires qui avaient, de ce côté-là, un parloir pour leurs visites. Après le grand jardin dont j’ai parlé, il y en avait un autre encore plus grand où nous n’entrions jamais et qui servait à la consommation du couvent. C’était un immense potager qui s’en allait toucher celui des dames de la Miséricorde, et qui était rempli de fleurs, de légumes et de fruits magnifiques. Nous apercevions à travers une vaste grille les raisins dorés, les melons majestueux et les beaux œillets panachés : mais la grille était presque infranchissable et on risquait ses os pour l’escalader, ce qui n’empêcha pas quelques-unes d’entre nous d’y pénétrer par surprise deux ou trois fois.

Je n’ai pas parlé de l’église et du cimetière, les seuls endroits vraiment remarquables du couvent, j’en parlerai en temps et lieu : je trouve que ma description générale est déjà beaucoup trop longue.

Pour la résumer, je dirai que, tant religieuses que sœurs converses, pensionnaires, locataires, maîtresses séculières et servantes, nous étions environ cent vingt ou cent trente personnes, logées de la manière la plus bizarre et la plus incommode, les unes trop accumulées sur certains points, les autres trop disséminées sur un espace où dix familles eussent vécu fort à l’aise, en cultivant même un peu de terre pour leur agrément. Tout était si éparpillé, qu’on perdait un quart de la journée à aller et venir. Je n’ai pas parlé non plus d’un vaste laboratoire où l’on distillait de l’eau de menthe ; de la chambre des cloîtres, où l’on prenait certaines leçons et qui avait servi de prison à ma mère et à ma tante ; de la cour aux poules, qui infectait la petite classe ; de l’arrière-classe, où l’on déjeunait : des caves et souterrains, dont j’aurais beaucoup à raconter ; enfin, de l’avant-classe, du réfectoire et du chapitre, car je n’aurais jamais fini de faire comprendre, par toutes ces distributions, combien peu les religieuses entendent l’ordonnance logique et les véritables aises de l’habitation.

Mais, en revanche, les cellules des nonnes étaient d’une propreté charmante et remplies de tous ces brimborions qu’une dévotion mignarde découpe, encadre, enlumine et enrubane patiemment. Dans tous les coins, la vigne et le jasmin cachaient la vétusté des murailles. Les coqs chantaient à minuit comme en pleine campagne, la cloche avait un joli son argentin comme une voix féminine ; dans tous les passages, une niche gracieusement découpée dans la muraille s’ouvrait pour vous montrer une madone grassette et maniérée du dix-septième siècle ; dans l’ouvroir, de belles gravures anglaises vous présentaient la chevaleresque figure de Charles Ier à tous les âges de sa vie, et tous les membres de la royale famille papiste. Enfin, jusqu’à la petite lampe qui tremblotait, la nuit, dans le cloître, et aux lourdes portes qui, chaque soir, se fermaient à l’entrée des corridors avec un bruit solennel et un grincement de verrous lugubre, tout avait un certain charme de poésie mystique auquel tôt ou tard je devais être fort sensible.

Maintenant je raconte. Mon premier mouvement en entrant dans la petite classe fut pénible. Nous y étions entassés une trentaine dans une salle sans étendue et sans élévation suffisantes. Les murs revêtus d’un vilain papier jaune d’œuf, le plafond sale et dégradé, des bancs, des tables et des tabourets malpropres, un vilain poêle qui fumait, une odeur de poulailler mêlée à celle du charbon, un vilain crucifix de plâtre, un plancher tout brisé, c’était là que nous devions passer les deux grands tiers de la journée, les trois quarts en hiver, et nous étions en hiver précisément.

Je ne trouve rien de plus maussade que cette coutume des maisons d’éducation de faire de la salle des études l’endroit le plus triste et le plus navrant, sous prétexte que les enfans gâteraient les meubles et dégraderaient les ornemens, on ôte de leur vue tout ce qui serait un stimulant à la pensée ou un charme pour l’imagination. On prétend que les gravures et les enjolivemens, même les dessins d’un papier sur la muraille leur donneraient des distractions. Pourquoi orne-t-on de tableaux et de statues les églises et les oratoires, si ce n’est pour élever l’âme et la ranimer dans ses langueurs par le spectacle d’objets vénérés ? Les enfans, dit-on, ont des habitudes de malpropreté ou de maladresse. Ils jettent l’encre partout, ils aiment à détruire. Ces goûts et ces habitudes ne leur viennent pourtant pas de la maison paternelle, où on leur apprend à respecter ce qui est beau ou utile, et où, dès qu’ils ont l’âge de raison, ils ne pensent point à commettre tous ces dégâts, qui n’ont tant d’attraits pour eux, dans les pensions et dans les colléges, que parce que c’est une sorte de vengeance contre la négligence ou la parcimonie dont ils sont l’objet. Mieux vous les logeriez, plus ils seraient soigneux. Ils regarderaient à deux fois avant de salir un tapis ou de briser un cadre. Ces vilaines murailles nues où vous les enfermez leur deviennent bientôt un objet d’horreur, et ils les renverseraient s’ils le pouvaient. Vous voulez qu’ils travaillent comme des machines, que leur esprit, détaché de toute préoccupation, fonctionne à l’heure, et soit inaccessible à tout ce qui fait la vie et le renouvellement de la vie intellectuelle. C’est faux et impossible. L’enfant qui étudie a déjà tous les besoins de l’artiste qui crée. Il faut qu’il respire un air pur, qu’il ait un peu les aises de son corps, qu’il soit frappé par les images extérieures, et qu’il renouvelle, à son gré, la nature de ses pensées par l’appréciation de la couleur et de la forme. La nature lui est un spectacle continuel. En l’enfermant dans une chambre nue, malsaine et triste, vous étouffez son cœur et son esprit aussi bien que son corps. Je voudrais que tout fût riant dès le berceau autour de l’enfant des villes. Celui des campagnes a le ciel et les arbres, les plantes et le soleil. L’autre s’étiole trop souvent, au moral et au physique, dans la saleté chez le pauvre, dans le mauvais goût chez le riche, dans l’absence de goût chez la classe moyenne.

Pourquoi les Italiens naissent-ils en quelque sorte avec le sentiment du beau ? Pourquoi un maçon de Vérone, un petit marchand de Venise, un paysan de la campagne de Rome aiment-ils à contempler les beaux monumens ? Pourquoi comprennent-ils les beaux tableaux, la bonne musique, tandis que nos prolétaires, plus intelligens sous d’autres rapports, et nos bourgeois élevés avec plus de soin, aiment le faux, le vulgaire, le laid même dans les arts, si une éducation spéciale ne vient redresser leur instinct ? C’est que nous vivons dans le laid et dans le vulgaire ; c’est que nos parens n’ont pas de goût, et que nous passons le mauvais goût traditionnel à nos enfans.

Entourer l’enfance d’objets agréables et nobles en même temps qu’instructifs ne serait qu’un détail. Il faudrait, avant tout, ne la confier qu’à des êtres distingués soit par le cœur, soit par l’esprit. Je ne conçois donc pas que nos religieuses si belles, si bonnes, et douées de si nobles ou si suaves manières, eussent mis à la tête de la petite classe une personne d’une tournure, d’une figure et d’une tenue repoussantes, avec un langage et un caractère à l’avenant. Grasse, sale, voûtée, bigote, bornée, irascible, dure jusqu’à la cruauté, sournoise, vindicative, elle fut, dès la première vue, un objet de dégoût moral et physique pour moi, comme elle l’était déjà pour toutes mes compagnes.

Il est des natures antipathiques qui ressentent l’aversion qu’elles inspirent et qui ne peuvent jamais faire le bien, en eussent-elles envie, parce qu’elles éloignent les autres de la bonne voie, rien qu’en les prêchant, et qu’elles sont réduites à faire leur propre salut isolément, ce qui est la chose la plus stérile et la moins pieuse du monde. Mlle D…… était de ces natures-là. Je serais injuste envers elle si je ne disais pas le pour et le contre. Elle était sincère dans sa dévotion et rigide pour elle-même ; elle y portait une exaltation farouche qui la rendait intolérante et détestable, mais qui eût été une sorte de grandeur, si elle eût vécu au désert comme les anachorètes, dont elle avait la foi. Dans ses rapports avec nous, son austérité devenait féroce, elle avait de la joie à punir, de la volupté à gronder, et, dans sa bouche, gronder, c’était insulter et outrager. Elle mettait de la perfidie dans ses rigueurs, et feignait de sortir (ce qu’elle n’eût jamais dû faire tant qu’elle tenait la classe) pour écouter aux portes le mal que nous disions d’elle, et nous surprendre avec délices en flagrant délit de sincérité. Puis, elle nous punissait de la manière la plus bête et la plus humiliante. Elle nous faisait, entre autres platitudes, baiser la terre pour ce qu’elle appelait nos mauvaises paroles. Cela faisait partie de la discipline du couvent, mais les religieuses se contentaient du simulacre, et feignaient de ne pas voir que nous baisions notre main en nous baissant vers le carreau, tandis que Mlle D…… nous poussait la figure dans la poussière, et nous l’eût brisée si nous eussions résisté.

Il était facile de voir que sa personnalité dominait sa rigidité, et qu’elle ressentait une sorte de rage d’être haïe. Il y avait dans la classe une pauvre petite Anglaise de cinq à six ans, pâle, délicate, maladive, un véritable chacrot, comme nous disons en Berry pour désigner le plus maigre et le plus fragile oisillon de la couvée. Elle s’appelait Mary Eyre, et Mlle D…… faisait son possible pour s’intéresser à elle et peut-être même pour l’aimer maternellement. Mais cela était si peu dans sa nature homasse et brutale qu’elle n’en pouvait venir à bout. Si elle la réprimandait, elle la frappait de terreur ou l’irritait au point qu’elle était forcée ensuite, pour ne pas céder, de l’enfermer ou de la battre. Si elle s’humanisait jusqu’à plaisanter et vouloir jouer avec elle, c’était comme un ours ferait avec une sauterelle. La petite enrageait et criait toujours, soit par espiéglerie mutine, soit par colère et désespoir. Du matin au soir c’était une lutte agaçante, insupportable à voir et à entendre, entre cette vilaine grosse femme et ce maussade et malheureux petit enfant, et tout cela sans préjudice des emportemens et des rigueurs dont nous étions toutes l’objet tour à tour.

J’avais désiré entrer à la petite classe, par un sentiment de modestie assez ordinaire chez les enfans dont les parens sont trop vains ; mais je me sentis bientôt humiliée et navrée d’être sous la férule de ce vieux père fouetteur en cotillons sales. Elle se levait de mauvaise humeur, elle se couchait de même. Je ne fus pas trois jours sous ses yeux sans qu’elle me prît en grippe et sans qu’elle me fît comprendre que j’allais avoir affaire à une nature aussi violente que celle de Rose, moins la franchise, l’affection et la bonté du cœur. Au premier regard attentif dont elle m’honora : « Vous me paraissez une personne fort dissipée, » me dit-elle, et, dès ce moment, je fus classée parmi ses pires antipathies, car la gaîté lui faisait mal, le rire de l’enfance lui faisait grincer les dents, la santé, la bonne humeur, la jeunesse, en un mot, étaient des crimes à ses yeux.

Nos heures de soulagement et d’expansion étaient celles où une religieuse tenait la classe à sa place, mais cela durait une heure ou deux au plus dans la journée.

C’était un tort de la part de nos religieuses, de s’occuper si peu de nous directement. Nous les aimions : elles avaient toutes de la distinction, du charme ou de la solennité, quelque chose de doux ou de grave, ne fût-ce que l’extérieur et le costume, qui nous calmait comme par enchantement. Leur claustration, leur renoncement au monde et à la famille avaient ce seul côté utile à la société qu’elles pouvaient se consacrer à former nos cœurs et nos esprits, et cette tâche leur eût été facile, si elles s’en fussent occupées exclusivement : mais elles prétendaient n’en avoir pas le temps, et elles ne l’avaient pas, en effet, à cause des longues heures qu’elles donnaient aux offices et aux prières. Voilà le mauvais côté des couvens de filles. On y emploie ce qu’on appelle des maîtresses séculières, sorte de pions femelles qui font les bons apôtres devant les religieuses, et qui abrutissent ou exaspèrent les enfans. Nos religieuses eussent mieux mérité de Dieu, de nos parens et de nous, si elles eussent sacrifié à notre bonheur, et, pour parler leur style, à notre salut, une partie du temps qu’elles consacraient avec égoïsme à travailler au leur.

La religieuse, qui relevait de temps en temps ces dames, était la mère Alippe : c’était une petite nonne ronde et rosée comme une pomme d’api trop mûre qui commence à se rider. Elle n’était point tendre ; mais elle était juste, et, quoiqu’elle ne me traitât pas fort bien, je l’aimais comme faisaient les autres.

Chargée de notre instruction religieuse, elle m’interrogea, le premier jour, sur le lieu où languissaient les âmes des enfans morts sans baptême. Je n’en savais rien du tout : je ne me doutais pas qu’il y eût un lieu d’exil ou de châtiment pour ces pauvres petites créatures, et je répondis hardiment qu’elles allaient dans le sein de Dieu. « À quoi songez-vous et que dites-vous là, malheureuse enfant ? s’écria la mère Alippe. Vous ne m’avez pas entendue ? Je vous demande où vont les âmes des enfans morts sans baptême ? »

Je restai court. Une de mes compagnes, prenant mon ignorance en pitié, me souffla à demi-voix : « Dans les limbes ! » Comme elle était Anglaise, son accent m’embrouilla, et je crus qu’elle faisait une mauvaise plaisanterie. « Dans l’Olympe ? » lui dis-je tout haut en me retournant et en éclatant de rire. « For shame ![12] s’écria la mère Alippe, vous riez pendant le catéchisme ? — Pardon, mère Alippe, lui répondis-je, je ne l’ai pas fait exprès. »

Comme j’étais de bonne foi, elle s’apaisa. « Eh bien, dit-elle, puisque c’est malgré vous, vous ne baiserez pas la terre, mais faites le signe de la croix pour vous remettre et vous recueillir.

Malheureusement, je ne savais pas faire le signe de la croix. C’était la faute de Rose, qui m’avait appris à toucher l’épaule droite avant l’épaule gauche, et jamais mon vieux curé n’y avait pris garde. À la vue de cette énormité, la mère Alippe fronça le sourcil : « Est-ce que vous le faites exprès, miss ? — Hélas ! non, madame. Quoi donc ? — Recommences-moi ce signe de croix. — Voilà, ma mère ! — Encore ? — Je veux bien, après ? — Et c’est ainsi que vous faites toujours ? — Mon Dieu oui. — Mon Dieu ? Vous avez dit mon Dieu ? Vous jurez ? — Je ne crois pas. — Ah ! malheureuse, d’où sortez-vous ? C’est une païenne, une véritable païenne, en vérité ! Elle dit que les âmes vont dans l’Olympe, elle fait le signe de la croix de droite à gauche, et elle dit mon Dieu hors de la prière ! Allons, vous apprendrez le catéchisme avec Mary Eyre. Encore en sait-elle plus long que vous ! »

Je ne fus pas très humiliée, je l’avoue : je me mordis les lèvres et me pinçai le nez pour ne pas rire ; mais la religion du couvent me parut une si niaise et si ridicule affaire que je résolus d’en prendre à mon aise, et surtout de ne la jamais prendre au sérieux.

Je me trompais. Mon jour devait venir, mais il ne vint pas tant que je fus à la petite classe. J’étais là dans un milieu tout à fait impropre au recueillement, et certes je ne fusse jamais devenue pieuse si j’étais restée sous le joug odieux de Mlle D……, et sous la férule un peu pédante de la bonne mère Alippe.

Je n’avais pas de parti pris en entrant au couvent. J’étais plutôt portée à la docilité qu’à la révolte. On a vu que j’y arrivais sans humeur et sans chagrin ; je ne demandais pas mieux que de m’y soumettre à la discipline générale. Mais quand je vis cette discipline si bête à mille égards et si méchamment prescrite par la D***, je mis mon bonnet sur l’oreille, et je m’enrégimentai résolument dans le camps des diables.

On appelait ainsi celles qui n’étaient pas et ne voulaient pas être dévotes. Ces dernières étaient appelées les sages. Il y avait une variété intermédiaire qu’on appelait les bêtes, et qui ne prenait parti pour personne, riant à gorge déployée des espiègleries des diables, baissant les yeux et se taisant aussitôt que paraissaient les maîtresses ou les sages, et ne manquant jamais de dire, aussitôt qu’il y avait danger : « Ce n’est pa s moi ! »

Au Ce n’est pas moi des bêtes égoïstes, quelques-unes, complétement lâches, prirent bientôt l’habitude d’ajouter : C’est Dupin ou G***.

Dupin, c’était moi : G***, c’était autre chose : c’était la figure la plus saillante de la petite classe, et la plus excentrique de tout le couvent.

C’était une Irlandaise de 11 ans, beaucoup plus grande et plus forte que moi, qui en avait treize. Sa voix pleine, sa figure franche et hardie, son caractère indépendant et indomptable lui avaient fait donner le surnom du garçon ; et quoique ce fût bien une femme, qui a été belle depuis, elle n’était pas de notre sexe par le caractère. C’était la fierté et la sincérité mêmes, une belle nature, en vérité, une force physique tout à fait virile, un courage plus que viril, une intelligence rare, une complète absence de coquetterie, une activité exubérante, un profond mépris pour tout ce qui est faux et lâche dans la société. Elle avait beaucoup de frères et de sœurs, dont deux au couvent, l’une desquelles (Marcella), personne excellente, est restée fille, et l’autre (Henriette), aimable enfant alors, est devenue Mme Vivien.

Mary G*** (le garçon) était sortie pour cause d’indisposition lorsque j’entrai au couvent. On m’en fit un portrait effroyable. Elle était la terreur des bêtes, et naturellement les bêtes étaient venues à moi pour commencer. Les sages m’avaient tâtée, et comme elles craignaient le bruit et la pétulance de Mary, elles tâchèrent de me mettre en garde contre elle. J’avoue qu’au portrait qu’on m’en fit, j’eus peur aussi. Il y avait des futées qui disaient d’un air mystérieux et qui croyaient fermement que c’était un garçon dont ses parens voulaient absolument faire une fille. Elle cassait tout, elle tourmentait tout le monde, elle était plus forte que le jardinier ; elle ne permettait pas aux laborieuses de travailler ; c’était un fléau, une peste. Malheur à qui oserait lui tenir tête ! « Nous verrons bien, disais-je ; je suis forte aussi, je ne suis pas poltronne, et j’aime bien qu’on me laisse dire et penser à ma guise. » Pourtant je l’attendais avec une sorte d’anxiété. Je n’aurais pas voulu me sentir une ennemie, une antipathie même, parmi mes compagnes. C’était bien assez de la D***, l’ennemie commune.

Mary arriva, et dès le premier regard sa figure sincère me fut sympathique. « C’est bon, me dis-je, nous nous entendrons de reste. » Mais c’était à elle, comme plus ancienne, à me faire les avances. Je l’attendis fort tranquillement.

Elle débuta par des railleries : « Mademoiselle s’appelle Du pain ? some bread ? elle s’appelle Aurore ? rising-sun ? lever du soleil ? les jolis noms ? et la belle figure ! Elle a la tête d’un cheval sur le dos d’une poule. Lever du soleil, je me prosterne devant vous ; je veux être le tournesol qui saluera vos premiers rayons. Il paraît que nous prenons les limbes pour l’Olympe ; jolie éducation, ma foi, et qui nous promet de l’amusement ! »

Toute la classe partit d’un immense éclat de rire.

Les bêtes surtout riaient à se décrocher la mâchoire. Les sages étaient bien aises de voir aux prises deux diables dont elles craignaient l’association.

Je me mis à rire d’aussi bon cœur que les autres. Mary vit du premier coup d’œil que je n’avais pas de dépit, parce que je n’avais pas de vanité. Elle continua de me railler, mais sans aigreur, et, une heure après, elle me donna sur l’épaule une tape à tuer un bœuf, que je lui rendis sans sourciller et en riant. « C’est bon, cela ! dit-elle en se frottant l’épaule. Allons nous promener. — Où ? — Partout excepté dans la classe. — Comment faire ? — C’est bien malin ! Regardez-moi et faites de même. »

On se levait pour changer de table : la mère Alippe entrait avec ses livres et ses cahiers. Mary profite du remue-ménage, et, sans prendre la moindre précaution, sans être observée cependant de personne, franchit la porte et va s’asseoir dans le cloître désert, où, trois minutes après, je vais la rejoindre sans plus de cérémonie.

« Te voilà ? me dit-elle, qu’as-tu inventé pour sortir ?

— Rien du tout, j’ai fait ce que je t’ai vu faire.

— C’est très bien, cela ! dit-elle. Il y en a qui font des histoires, qui demandent à aller étudier le piano, ou qui ont un saignement de nez, ou qui prétendent qu’elles vont faire une prière de santé dans l’église ; ce sont des prétextes usés et des mensonges inutiles. Moi, j’ai supprimé le mensonge, parce que le mensonge est lâche. Je sors, je rentre, on me questionne, je ne réponds pas. On me punit, je m’en moque, et je fais tout ce que je veux.

— Cela me va.

— Tu es donc diable ?

— Je veux l’être.

— Autant que moi ?

— Ni plus ni moins.

— Accepté ! fit-elle en me donnant une poignée de main. Rentrons maintenant et tenons-nous tranquilles devant la mère Alippe. C’est une bonne femme, réservons-nous pour la D…… Tous les soirs, hors de classe, entends-tu ?

— Qu’est-ce que cela, hors de classe ?

— Les récréations du soir dans la classe sous les yeux de la D…… sont fort ennuyeuses. Nous, nous disparaissons en sortant du réfectoire, et nous ne rentrons plus que pour la prière. Quelquefois la D…… n’y prend pas garde, le plus souvent elle en est enchantée, parce qu’elle a le plaisir de nous injurier et de nous punir quand nous rentrons. La punition, c’est d’avoir son bonnet de nuit tout le lendemain sur la tête, même à l’église. Dans ce temps-ci, c’est fort agréable et bon pour la santé. Les religieuses qui vous rencontrent ainsi font des signes de croix, et crient : Shame ! shame ![13] Cela ne fait de mal à personne. Quand on a eu beaucoup de bonnets de nuit dans la quinzaine, la supérieure vous menace de vous priver de sortir. Elle se laisse fléchir par les parens ou elle oublie. Quand le bonnet de nuit est un état chronique, elle se décide à vous tenir enfermée ; mais qu’est ce que cela fait : ne vaut-il pas mieux renoncer à un jour de plaisir que de s’ennuyer volontairement tous les jours de sa vie ?

— C’est fort bien raisonné ; mais la D… que fait-elle quand elle vous déteste à l’excès ?

— Elle vous injurie comme une poissarde qu’elle est. On ne lui répond rien, elle enrage d’autant plus.

— Vous frappe-t-elle ?

— Elle en meurt d’envie, mais elle n’a pas de prétexte pour en venir là, parce que les unes tremblent devant elle comme les sages et les bêtes, et les autres, comme nous, la méprisent et se taisent.

— Combien sommes-nous de diables dans la classe ?

— Pas beaucoup dans ce moment-ci, et il était temps que tu vinsses nous renforcer un peu. Il y a Isabelle, Sophie et nous deux. Toutes les autres sont des bêtes ou des sages. Dans les sages, il y a Louise de la Rochejaquelein et Valentine de Gouy, qui ont autant d’esprit que des diables et qui sont bonnes, mais pas assez hardies pour planter là la classe. Mais sois tranquille, il y en a de la grande classe qui sortent de même et qui viendront nous rejoindre ce soir. Ma sœur Marcelle en est quelquefois.

— Et alors que fait-on ?

— Tu verras, tu seras initiée ce soir.

J’attendis la nuit et le souper avec grande impatience. Au sortir du réfectoire, on entrait en récréation. Dans l’été, les deux classes se mêlaient dans le jardin. Dans l’hiver (et nous étions en hiver), chaque classe rentrait chez elle, les grandes dans leur belle et spacieuse salle d’études, nous dans notre triste local, où nous n’avions pas assez d’espace pour jouer, et où la D*** nous forçait à nous amuser tranquillement, c’est-à-dire à ne pas nous amuser du tout. La sortie du réfectoire amenait un moment de confusion, et j’admirais combien les diables des deux classes s’entendaient à faire naître ce petit désordre à la faveur duquel on s’échappait aisément. Le cloître n’était éclairé que par une petite lampe qui laissait les trois autres galeries dans une quasi-obscurité. Au lieu de marcher tout droit pour gagner la petite classe, on se jetait dans la galerie de gauche, on laissait défiler le troupeau, et on était libre.

Je me trouvai donc dans les ténèbres avec mon amie G*** et les autres diables qu’elle m’avait annoncées. Je ne me rappelle de celles qui furent des nôtres ce soir-là que Sophie et Isabelle, c’étaient les plus grandes de la petite classe. Elles avaient deux ou trois ans de plus que moi, c’étaient deux charmantes filles. Isabelle, blonde, grande, fraîche, plus agréable que jolie, du caractère le plus enjoué, railleuse quoique bonne, remarquable et remarquée surtout pour le talent, la facilité et l’abondance de son crayon. Elle était assurément douée d’un certain génie pour le dessin. J’ignore ce qu’est devenu ce don naturel ; mais il eût pu lui faire un nom et une fortune s’il eût été développé. Elle avait ce que n’avait aucune de nous, ce que n’ont pas ordinairement les femmes, ce qu’on ne nous enseignait pas du tout, quoique nous eussions un maître de dessin : elle savait véritablement dessiner. Elle pouvait composer heureusement un sujet compliqué, elle créait en un clin d’œil, et sans paraître y songer, des masses de personnages tous vrais de mouvement, tous comiques avec une certaine grâce, tous groupés avec une sorte de mæstria. Elle ne manquait pas d’esprit, mais le dessin, la caricature, la composition folle, servaient principalement de manifestation à cet esprit à la fois méditatif et spontané, roma nesque, fantasque, satirique et enthousiaste. Elle prenait un morceau de papier, et, avec sa plume éclaboussante ou un mauvais bout de fusain que l’œil avait peine à suivre, elle jetait là des centaines de figures bien agencées, hardiment dessinées et toutes bien employées dans le sujet, qui était toujours original, souvent bizarre. C’étaient des processions de nonnes qui traversaient un cloître gothique ou un cimetière au clair de la lune. Les tombes se soulevaient à leur approche, les morts dans leurs suaires commençaient à s’agiter, ils sortaient, ils se mettaient à chanter, à jouer de divers instrumens, à prendre les nonnes par les mains, à les faire danser. Les nonnes avaient peur, les unes se sauvaient en criant, les autres s’enhardissaient, entraient en danse, laissaient tomber leurs voiles, leurs manteaux, et s’en allaient se perdre en tournoyant et en cabriolant avec les spectres dans la nuit brumeuse.

D’autres fois c’étaient de fausses religieuses qui avaient des pieds de chèvre, ou des bottes Louis XIII avec d’énormes éperons se trahissant sous leurs robes traînantes par un mouvement imprévu. Le romantisme n’était pas encore découvert, et déjà elle y nageait en plein sans savoir ce qu’elle faisait. Sa vive imagination lui avait fourni cent sujets de danses macabres, quoiqu’elle n’en eût jamais entendu parler et qu’elle n’en connût pas le nom. La mort et le diable jouaient tous les rôles, tous les personnages possibles dans ses compositions terribles et burlesques. Et puis c’étaient des scènes d’intérieur, des caricatures frappantes de toutes les religieuses, de toutes les pensionnaires, des servantes, des maîtres d’agrément, des professeurs, des visiteurs, des prêtres, etc. Elle était le chroniqueur fidèle et éternellement fécond de tous les petits événemens, de toutes les mystifications, de toutes les paniques, de toutes les batailles, de tous les amusemens et de tous les ennuis de notre vie monastique. Le drame incessant de Mlle D…… avec Mary Eyre lui fournissait chaque jour vingt pages plus vraies, plus piteuses, plus drôles les unes que les autres. Enfin on ne pouvait pas plus se lasser de la voir inventer qu’elle ne se lassait d’inventer elle-même. Comme elle créait ainsi à la dérobée, à toute heure, pendant les leçons, sous l’œil même de nos argus, elle n’avait souvent que le temps de déchirer la page, de la rouler dans ses mains et de la jeter par la fenêtre ou dans le feu, pour échapper à une saisie qui eût amené de vives réprimandes ou de sévères punitions. Combien le poêle de la petite classe n’a-t-il pas dévoré de ces chefs-d’œuvre inconnus ! Je ne sais si l’imagination rétrospective ne m’en exagère pas le mérite, mais il me semble que toutes ces créations sacrifiées aussitôt que produites sont fort regrettables, et qu’elles eussent surpris et intéressé un véritable maître.

Sophie était l’amie de cœur d’Isabelle. C’était une des plus jolies, et la plus gracieuse personne du couvent. Sa taille souple, fine et arrondie en même temps, avait des poses d’une langueur britannique, moins la gaucherie habituelle à ces insulaires. Elle avait le cou rond, fort et allongé, avec une petite tête dont les mouvemens onduleux étaient pleins de charmes : les plus beaux yeux du monde, le front droit, court et obstiné, inondé d’une forêt de cheveux bruns et brillans ; son nez était vilain et ne réussissait pas à gâter sa figure ravissante d’ailleurs. Elle avait une bouche, chose rare chez les Anglaises, une bouche de rose bien littéralement remplie de petites perles, une fraîcheur admirable, la peau veloutée, très blanche pour une peau brune. Enfin on l’appelait le bijou. Elle était bonne et sentimentale, exaltée dans ses amitiés, implacable dans ses aversions, mais ne les manifestant que par un muet et invincible dédain. Elle était adorée d’un grand nombre et ne daignait aimer que peu d’élues. Je me pris pour elle et pour Isabelle d’une grande tendresse qui me fut rendue avec plus de protection que d’élan. C’était dans l’ordre. J’étais un enfant pour elles.

Quand nous fûmes réunies dans le cloître, je vis que toutes étaient armées, qui d’une bûche, qui d’une pincette. Je n’avais rien, j’eus l’audace de rentrer dans la classe, de m’emparer d’une barre de fer qui servait à attiser le poêle, et de retourner auprès de mes complices sans être remarquée.

Alors on m’initia au grand secret, et nous partîmes pour notre expédition.

Ce grand secret, c’était la légende traditionelle du couvent, une rêverie qui se transmettait d’âge en âge et de diable en diable depuis deux siècles peut-être : une fiction romanesque qui pouvait bien avoir eu quelque fond de réalité dans le principe, mais qui ne reposait certainement plus que sur le besoin de nos imaginations. Il s’agissait de délivrer la victime. Il y avait quelque part une prisonnière, on disait même plusieurs prisonnières, enfermées dans un réduit impénétrable, soit cellule cachée et murée dans l’épaisseur des murailles, soit cachot situé sous les voûtes des immenses souterrains qui s’étendaient sous le monastère et sous une grande partie du quartier Saint-Victor. Il y avait, en réalité, des caves magnifiques, une véritable ville souterraine dont nous n’avons jamais vu la fin, et qui offrait plusieurs sorties mystérieuses sur divers points du vaste emplacement du couvent. On assurait que ces caves allaient, très loin de là, se relier aux excavations qui se prolongent sous une grande moitié de Paris, et sous les campagnes environnantes jusque vers Vincennes. On disait qu’en suivant les belles caves de notre couvent on pouvait aller rejoindre les catacombes, les carrières, le palais des Thermes de Julien, que sais-je ? Ces souterrains étaient la clé d’un monde de ténèbres, de terreurs, de mystères, un immense abîme creusé sous nos pieds, fermé de portes de fer, et dont l’exploration était aussi périlleuse que la descente aux enfers d’Enée ou du Dante. C’est pour cela qu’il fallait absolument y pénétrer en dépit des difficultés insurmontables de l’entreprise, et des punitions terribles qu’eût provoquées la découverte de notre secret.

Parvenir dans les souterrains, c’était une de ces fortunes inespérées qui arrivaient une fois, deux fois au plus dans la vie d’un diable après des années de persévérance et de contention d’esprit. Y entrer par la porte principale, il n’y fallait pas songer. Cette porte était située au bas d’un large escalier, à côté des cuisines, qui étaient des caves aussi, et où se tenaient toujours les sœurs converses.

Mais nous étions persuadées qu’on pouvait entrer dans les souterrains par mille autres endroits, fût-ce par les toits. Selon nous, toute porte condamnée, tout recoin obscur sous un escalier, toute muraille qui sonnait le creux, pouvait être en communication mystérieuse avec les souterrains, et nous cherchions de bonne foi cette communication jusque sous les combles.

J’avais lu avec délice, avec terreur à Nohant, le Château des Pyrénées de Mme Radcliffe. Mes compagnes avaient dans la cervelle bien d’autres légendes écossaises et irlandaises à faire dresser les cheveux sur la tête. Le couvent avait aussi à foison ses histoires de drames lamentables, de revenans, de cachettes, d’apparitions inexpliquées, de bruits mystérieux. Tout cela, et l’idée de découvrir enfin le formidable secret de la victime, allumait tellement nos folles imaginations, que nous nous persuadions entendre des soupirs, des gémissemens partir de dessous les pavés ou s’exhaler par les fissures des portes et des murs.

Nous voilà donc lancées, mes compagnes pour la centième fois, moi pour la première, à la recherche de cette introuvable captive qui languissait on ne savait où, mais quelque part certainement, et que nous étions peut-être appelées à découvrir. Elle devait être bien vieille depuis tant d’années qu’on la cherchait en vain ! Elle pouvait bien avoir deux cents ans, mais nous n’y regardions pas de si près. Nous la cherchions, nous l’appelions, nous y pensions sans cesse, nous ne désespérions jamais.

Ce soir-là on me conduisit dans la partie des bâtimens que j’ai déjà esquissée, la plus ancienne, la plus disloquée, la plus excitante pour nos explorations. Nous nous attachâmes à un petit couloir bordé d’une rampe en bois et donnant sur une cage vide et sans issue connue. Un escalier, également bordé d’une rampe, descendait à cette région ignorée ; mais une porte en chêne défendait l’entrée d’escalier. Il fallait tourner l’obstacle en passant d’une rampe à l’autre, et en marchant sur la face extérieure des balustres vermoulus. Au-dessous il y avait un vide sombre dont nous ne pouvions apprécier la profondeur. Nous n’avions qu’une petite bougie roulée (un rat), qui n’éclairait que les premières marches de l’escalier mystérieux. C’était un jeu à nous casser le cou. Isabelle y passa la première avec la résolution d’une héroïne, Mary avec la tranquillité d’un professeur de gymnastique, les autres avec plus ou moins d’adresse, mais toutes avec bonheur.

Nous voici enfin sur cet escalier si bien défendu. En un instant nous sommes au bas des degrés, et, avec plus de joie que de désappointement, nous nous trouvons dans un espace carré situé sous la galerie, une véritable impasse. Pas de porte, pas de fenêtre, pas de destination explicable à cette sorte de vestibule sans issue. Pourquoi donc un escalier pour descendre dans une impasse ? pourquoi une porte solide et cadenassée pour en fermer l’escalier ?

On divise en plusieurs bouts la petite bougie, et chacune examine de son côté. L’escalier est en bois. Il faut qu’une marche à secret, ouvre un passage, un escalier nouveau, ou une trappe cachée. Tandis que les unes explorent l’escalier et s’essaient à en disjoindre les vieux ais, les autres tâtent le mur, y cherchent un bouton, une fente, un anneau, un de ces mille en gins qui, dans les romans de Radcliffe et dans les chroniques des vieux manoirs, font mouvoir une pierre, tourner un pan de boiserie, ouvrir une entrée quelconque vers des régions inconnues.

Mais, hélas, rien ! le mur est lisse et crépi en plâtre. Le carreau rend un son mat, aucune dalle ne se soulève, l’escalier ne recèle aucun secret. Isabelle ne se décourage pas. Au plus profond de l’angle qui rentre sous l’escalier, elle déclare que la muraille sonne le creux, on frappe, on vérifie le fait. « C’est là, s’écrie-t-on. Il y a là un passage muré, mais ce passage est celui de la fameuse cachette. Par là on descend au sépulcre qui renferme des victimes vivantes. » On colle l’oreille à ce mur, on n’entend rien, mais Isabelle affirme qu’elle entend des plaintes confuses, des grincemens de chaînes : que faire ? « C’est tout simple, dit Mary, il faut démolir le mur. À nous toutes, nous pourrons bien y faire un trou. »

Rien ne nous paraissait plus facile ; nous voilà travaillant ce mur, les unes essayant de l’enfoncer avec leurs bûches, les autres l’écorchant avec les pelles et les pincettes, sans penser qu’à tourmenter ainsi ces pauvres murailles tremblantes, nous risquions de faire écrouler le bâtiment sur nos têtes. Nous ne pouvions heureusement lui faire grand mal, parce que nous ne pouvions pas frapper sans attirer quelqu’un par le bruit retentissant des coups de bûche. Il fallait nous contenter de pousser et de gratter. Cependant nous avions réussi à entamer assez notablement le plâtre, la chaux et les pierres, quand l’heure de la prière vint à sonner. Nous n’avions que le temps de recommencer notre périlleuse escalade, d’éteindre nos lumières, de nous séparer et de regagner les classes à tâtons. Nous remîmes au lendemain la poursuite de l’entreprise, et rendez-vous fut pris au même lieu. Celles qui y arriveraient les premières n’attendraient pas celles qu’une punition ou une surveillance inusitée retarderaient. On travaillerait à creuser le mur, chacune de son mieux. Ce serait autant de fait pour le jour suivant. Il n’y avait pas de risque qu’on s’en aperçut, personne ne descendant jamais dans cette impasse abandonnée aux souris et aux araignées.

Nous nous aidâmes les unes les autres à faire disparaître la poussière et le plâtre dont nous étions couvertes, nous regagnâmes le cloître et nous rentrâmes dans nos classes respectives comme on se mettait à genoux pour la prière. Je ne me souviens plus si nous fûmes remarquées et punies ce soir-là. Nous le fûmes si souvent qu’aucun fait de ce genre ne prend une date particulière dans le nombre. Mais bien souvent aussi nous pûmes poursuivre impunément notre œuvre. Mlle D…… tricotait, le soir, tout en babillant et se querellant avec Mary Eyre. La classe était sombre, et je crois qu’elle n’avait pas la vue bonne. Tant il y a qu’avec la rage de l’espionnage, elle n’avait pas le don de la clairvoyance, et qu’il nous était toujours facile de nous échapper. Une fois que nous étions hors de classe, où nous prendre dans ce village qu’on appelait le couvent ? Mlle D…… n’avait pas d’intérêt à faire une esclandre et à signaler nos fréquentes escapades à la communauté. On lui eût reproché de ne savoir pas empêcher ce dont elle se plaignait. Nous étions parfaitement indifférentes au bonnet de nuit et aux déclamations furibondes de l’aimable personne. La supérieure, qui était politiquement indulgente, ne se laissait pas aisément persuader de nous priver de sorties. Elle seule avait le droit de prononcer cet arrêt suprême. La discipline était donc fort peu rigoureuse, en dépit du méchant caractère de la surveillante.

La poursuite du grand secret, la recherche de la cachette dura tout l’hiver que je passai à la petite classe. Le mur de l’impasse fut notablement dégradé, mais nous n’arrivâmes qu’à des traverses de bois devant lesquelles il fallut s’arrêter. On chercha ailleurs, on fouilla dans vingt endroits différens, toujours sans obtenir le moindre succès, toujours sans perdre l’espérance.

Un jour, nous nous imaginâmes de chercher sur les toits quelque fenêtre en mansarde qui fût comme la clé supérieure du monde souterrain tant rêvé. Il y avait beaucoup de ces fenêtres dont nous ne savions pas la destination. Sous les combles existait une petite chambre où nous allions étudier un des trente pianos épars dans l’établissement. Chaque jour on avait une heure pour cette étude, dont fort peu d’entre nous se souciaient. J’avais bonne envie d’étudier pourtant, j’adorais toujours la musique. J’avais un excellent maître, M. Pradher. Mais je devenais bien plus artiste pour le roman que pour la musique, car quel plus beau poème que le roman en action que nous poursuivions à frais communs d’imagination, de courage et d’émotions palpitantes ?

L’heure du piano était donc tous les jours l’heure des aventures, sans préjudice de celles du soir. On se donnait rendez-vous dans une de ces chambres éparses, et de là on partait pour le je ne sais où, et le comme il vous plaira de la fantaisie.

Donc, de la mansarde où j’étais censée faire des gammes, j’observai un labyrinthe de toits, d’auvens, d’appentis, de soupentes, le tout couvert en tuiles moussues et orné de cheminées éraillées, qui offrait un vaste champ à des explorations nouvelles. Nous voilà sur les toits ; je ne sais plus avec qui j’étais, mais je sais que Fanelly (dont je parlerai plus tard) conduisait la marche. Sauter par la fenêtre ne fut pas bien difficile. À six pieds au-dessous de nous s’étendait une gouttière formant cout ure entre deux pignons. Escalader ces pignons, en rencontrer d’autres, sauter de pente en pente, voyager comme les chats, c’était plus imprudent que difficile, et le danger nous stimulait loin, de nous retenir.

Il y avait dans cette manie de chercher la victime quelque chose de profondément bête, et aussi quelque chose d’héroïque : bête, parce qu’il nous fallait supposer que ces religieuses dont nous adorions la douceur et la bonté exerçaient sur quelqu’une quelque épouvantable torture ; héroïque, parce que nous risquions tous les jours notre vie pour délivrer un être imaginaire, objet des préoccupations les plus généreuses et des entreprises les plus chevaleresques.

Nous étions là depuis une heure, découvrant le jardin, dominant toute une partie des bâtimens et des cours, et prenant bien soin de nous blottir derrière une cheminée quand nous apercevions le voile noir d’une religieuse qui eût pu lever la tête et nous voir dans les nuages, lorsque nous nous demandâmes comment nous reviendrions sur nos pas. La disposition des toits nous avait permis de descendre et de sauter de haut en bas. Remonter n’était pas aussi facile. Je crois même que, sans échelle, c’était complétement impossible. Nous ne savions plus guère où nous étions. Enfin nous reconnûmes la fenêtre d’une pensionnaire en chambre, Sidonie Macdonald, fille du célèbre général. On pouvait y atteindre en faisant un dernier saut. Celui-là était plus périlleux que les autres. J’y mis trop de précipitation, et donnai du talon dans une croisée horizontale qui éclairait une galerie, et par laquelle je fusse tombée de trente pieds de haut dans les environs de la petite classe, si le hasard de ma maladresse ne m’eût fait dévier un peu. J’en fus quitte pour deux genoux très écorchés sur les tuiles ; mais ce ne fut point là l’objet de ma préoccupation. Mon talon avait enfoncé une partie du châssis de cette maudite fenêtre et brisé une demi-douzaine de vitres qui tombèrent avec un fracas épouvantable à l’intérieur, tout près de l’entrée des cuisines. Aussitôt une grande rumeur s’élève parmi les sœurs converses, et, par l’ouverture que je viens de faire, nous entendons la voix retentissante de la sœur Thérèse qui crie aux chats et qui accuse Whisky, le maître matou de la mère Alippe, de se prendre de querelle avec tous ses confrères, et de briser toutes les vitres de la maison. Mais la sœur Marie défendait les mœurs du chat, et la sœur Hélène assurait qu’une cheminée venait de s’écrouler sur les toits. Ce débat nous causa ce fou rire nerveux chez les petites filles que rien ne peut arrêter. Nous entendions monter les escaliers, nous allions être prises en flagrant délit de promenade sur les toits, et nous ne pouvions faire un pas pour chercher un refuge. Fanelly était couchée tout de son long dans la gouttière ; une autre cherchait son peigne. Quant à moi, j’étais bien autrement empêchée. Je venais de découvrir qu’un de mes souliers avait quitté mon pied, qu’il avait traversé le châssis brisé, et qu’il était allé tomber à l’entrée des cuisines. J’avais les genoux en sang, mais le fou rire était si violent que je ne pouvais articuler un mot, et que je montrais mon pied déchaussée en indiquant l’aventure par signes. Ce fut une nouvelle explosion de rires, et cependant l’alarme était donnée, les sœurs converses approchaient.

Bientôt nous nous rassurâmes. Là où nous étions abritées et cachées par des toits qui surplombaient, il n’était guère possible de nous découvrir sans monter par une échelle à la fenêtre brisée, ou sans suivre le même chemin que nous avions pris. C’était de quoi nous pouvions bien défier toutes les nonnes. Aussi, quand nous eûmes reconnu l’avantage de notre position, commençâmes-nous à faire entendre des miaulemens homériques afin que Whisky et sa famille fussent atteints et convaincus à notre place. Puis nous gagnâmes la fenêtre de Sidonie, qui nous reçut fort mal. La pauvre enfant étudiait son piano et ne s’inquiétait pas des hurlemens félins qui frappaient vaguement son oreille. Elle était maladive et nerveuse, fort douce, et incapable de comprendre le plaisir que nous pouvions trouver à courir les toits. Quand elle nous entendit débusquer en masse par sa fenêtre, à laquelle, en jouant du piano, elle tournait le dos, elle jeta des cris perçans. Nous ne prîmes guère le temps de la rassurer. Ses cris allaient attirer les nonnes ; nous nous élançâmes dans sa chambre, gagnant la porte avec précipitation, tandis que debout, tremblante, les yeux hagards, elle voyait défiler cette étrange procession sans y rien comprendre, sans pouvoir reconnaître aucune de nous, tant elle était effarée.

En un instant nous fûmes dispersées : l’une remontait à la chambre haute dont nous étions parties, et parcourait le piano à tour de bras ; une autre faisait un grand détour pour regagner la classe. Quant à moi, il me fallait aller à la recherche de mon soulier, et reprendre cette pièce de conviction s’il en était temps encore. Je parvins à ne pas rencontrer les sœurs converses et à trouver l’entrée des cuisines libre. « Audaces fortuna juvat, » me disais-je en songeant aux aphorismes que Deschartres m’avait enseignés. Et, en effet, je retrouvai le soulier fortuné qui était venu tomber dans un endroit sombre et qui n’avait frappé les regards de personne. Whisky seul fut accusé. J’eus grand mal aux genoux pendant quelques jours, mais je ne m’en vantai point, et les explorations ne furent pas ralenties.

Il me fallait bien toute cette excitation romanesque pour lutter contre le régime du couvent, qui m’était fort contraire. Nous étions assez convenablement nourries, et c’est d’ailleurs la chose dont je me suis toujours souciée le moins, mais nous souffrions du froid de la manière la plus cruelle, et l’hiver fut très rigoureux cette année-là. Les habitudes du lever et du coucher m’étaient aussi nuisibles que désagréables. J’ai toujours aimé à veiller tard et à ne pas me lever de bonne heure. À Nohant, on m’avait laissé faire, je lisais ou j’écrivais le soir dans ma chambre, et on ne me forçait pas à affronter le froid des matinées. J’ai la circulation lente et le mot sang-froid peint au physique et au moral de mon organisation. Diable parmi les diables du couvent, je ne me démentais jamais et je faisais les plus grandes folies du monde avec un sérieux qui réjouissait fort mes complices : mais j’étais bien réellement paralysée par le froid, surtout pendant la première moitié de la journée. Le dortoir, situé sous le toit en mansarde, était si glacial que je ne m’endormais pas et que j’entendais tristement sonner toutes les heures de la nuit. À six heures, les deux servantes, Marie-Josephe et Marie-Anne venaient nous éveiller impitoyablement. Se lever et s’habiller à la lumière m’a toujours paru fort triste. On se lavait dans de l’eau dont il fallait briser la glace et qui ne lavait pas. On avait des engelures, les pieds enflés saignaient dans les souliers trop étroits. On allait à la messe à la lueur des cierges, on grelottait sur son banc, ou on dormait à genoux dans l’attitude du recueillement. À sept heures, on déjeûnait d’un morceau de pain et d’une tasse de thé. On voyait enfin, en entrant en classe, poindre un peu de clarté dans le ciel et un peu de feu dans le poêle. Moi, je ne dégelais que vers midi, j’avais des rhumes épouvantables, des douleurs aiguës dans tous les membres ; j’en ai souffert après pendant quinze ans.

Mais Mary ne pouvait supporter la plainte ; forte comme un garçon, elle raillait impitoyablement quiconque n’était pas stoïque. Elle me rendit ce service de me rendre impitoyable à moi-même. J’y eus quelque mérite, car je souffrais plus que personne, et l’air de Paris me tuait déjà.

Jaune, apathique, et muette, je paraissais en classe la personne la plus calme et la plus soumise. Jamais je n’eus avec la féroce D…… qu’une seule altercation que je raconterai plus tard. Je n’étais point répondeuse, je ne connaissais pas la colère, je ne me souviens pas d’en avoir eu la plus légère velléité pendant les trois ans que j’ai passés au couvent. Grâce à ce caractère, je n’y ai jamais eu qu’une seule ennemie, et je n’y ai par conséquent ressenti qu’une seule antipathie, c’est pour cela que j’ai gardé une sorte de rancune à cette D…… qui m’a fait connaître là le sentiment le plus opposé à mon organisation. J’ai toujours été aimée, même dans mon temps de pire diablerie, des compagnes les plus maussades et des maîtresses ou des nonnes les plus exigeantes. La supérieure disait à ma grand’mère que j’étais une eau qui dort. Paris avait glacé en moi cette fièvre de mouvement que j’avais subie à Nohant. Tout cela ne m’empêchait pas de courir sur les toits au mois de décembre, et de passer des soirées entières nu-tête dans le jardin en plein hiver ; car, dans le jardin aussi, nous cherchions le grand secret, et nous y descendions par les fenêtres quand les portes étaient fermées. C’est qu’à ces heures-là nous vivions par le cerveau, et je ne m’apercevais plus que j’eusse un corps malade à porter.

Avec tout cela, avec ma figure pâle et mon air transi, dont Isabelle faisait les plus plaisantes caricatures, j’étais gaie intérieurement. Je riais fort peu, mais le rire des autres me réjouissait les oreilles et le cœur. Une extravagance ne me faisait pas bondir de joie, mais je la couronnais gravement par une pire extravagance, et j’avais plus de succès que personne auprès des bêtes, qui ne me haïssaient pas et qui surtout se fiaient à ma générosité.

Par exemple, il arrivait souvent que toute la classe fût punie pour le méfait d’un diable ou pour la maladresse d’une bête. Les bêtes ne voulaient pas se trahir entre elles, mais elles eussent trahi les diables si elles l’eussent osé, seulement elles n’osaient pas. Tout tremblait devant G……, et pourtant G…… était bonne et n’employa jamais sa force à maltraiter les faibles, mais elle avait de l’esprit comme douze diables, et ses moqueries exaspéraient celles qui n’y savaient pas répondre. Isabelle se faisait craindre par ses caricatures. Lavinia par ses grands airs de mépris. Moi seule je ne me faisais craindre par rien ; j’étais diable avec les diables, bête avec les bêtes, le tout par laisser aller de caractère ou par langueur physique. Je conquis tout à fait ces dernières en leur épargnant les punitions collectives. Aussitôt que la maîtresse disait : « Toute la classe en pénitence, si je ne découvre la coupable, » je me levais et je disais : « C’est moi. » Mary, qui me donnait le bon exemple en toutes choses, suivit le mien en celle-ci, et on nous en sut gré.

Ma bonne maman allait quitter Paris, elle obtint de me faire sortir deux ou trois jeudis de suite. La supérieure n’osa pas trop lui dire que j’étais notée par toutes les maîtresses et tous les professeurs comme ne faisant absolument rien, et que le bonnet de nuit était ma coiffure habituelle. Ma grand’mère eût peut-être pensé alors que je perdais mon temps et qu’il valait mieux me reprendre avec elle. On passa donc légèrement sur ma dissipation et mes escapades.

Je me promettais une grande joie de ces sorties. Il n’en fut rien. J’avais déjà pris l’habitude de la vie en commun, habitude si douce aux caractères mélancoliques, et mon caractère était tout à la fois le plus triste et le plus enjoué de tout le couvent : triste par la réflexion, quand je retombais sur moi-même, avec mon corps souffreteux et endolori, avec le souvenir de mes chagrins de famille ; gai, quand le rire de mes compagnes, la brusque interpellation de ma chère Mary, la plaisanterie originale de ma romanesque Isabelle venaient m’arracher au sentiment de ma propre existence et me communiquer la vie qui était dans les autres.

Chez ma bonne maman, tout mon passé amer, tout mon présent tourmenté, tout mon avenir incertain me revenaient. On s’occupait trop de moi, on me questionnait, on me trouvait changée, alourdie, distraite. Quand la nuit était venue, on me reconduisait au couvent. Ce passage du petit salon chaud, parfumé, éclairé, de ma grand’mère, au cloître obscur, vide et glacé : des tendres caresses de la bonne maman, de la petite mère et du grand-oncle, au bonsoir froid et rechigné des portiers et des tourières me navrait le cœur un instant. Je frissonnais en traversant seule ces galeries pavées de tombeaux : mais au bout du cloître déjà la suavité de la retraite se faisait sentir. La madone Vanloo avait l’air de sourire pour moi. Je n’étais pas dévote envers elle, mais déjà sa petite lampe bleuâtre me jetait dans une rêverie vague et douce. Je laissais derrière moi un monde d’émotions trop fortes pour mon âge, et d’exigences de sentiment qu’on ne m’avait pas assez ménagées. J’entendais la voix de Mary m’appeler avec impatience. Les petites bêtes venaient curieusement s’enquérir de ce que j’avais vu dans la journée. « Comme c’est triste de rentrer ! » me disait-on. Je ne répondais pas. Je ne pouvais expliquer pourquoi j’avais cette bizarrerie de me trouver mieux au couvent que dans ma famille.

À la veille du départ de ma grand’mère, un grand orage se forma contre moi dans les conseils de la supérieure. J’aimais à écrire autant que j’aimais peu à parler ; et je m’amusais à faire de nos espiègleries et des rigueurs de la D…, une sorte de journal satirique que j’envoyais à ma bonne maman, laquelle y prenait un grand divertissement et ne me prêchait nullement la soumission et la cajolerie, la dévotion encore moins. Il était de règle que nous missions le soir sur le bahut de l’antichambre de la supérieure les lettres que nous voulions envoyer. Celles qui n’étaient point adressées aux parens devaient être déposées ouvertes. Celles pour les parens étaient cachetées ; on était censé en respecter le secret.

Il m’eût été facile d’envoyer mes manuscrits à ma grand’mère par une voie plus sûre, puisque ses domestiques venaient souvent m’apporter divers objets et s’informer de ma santé ; mais j’avais une confiance suprême dans la loyauté de la supérieure. Elle avait dit devant moi à ma grand’mère qu’elle n’ouvrait jamais les lettres adressées aux parens. Je croyais, j’étais loyale, j’étais tranquille. Mais le volume de la fréquence de mes envois inquiétèrent reverend mother[14]. Elle décacheta sans façon, lut mes satires et supprima les lettres. Elle me fit même ce bon tour trois jours de suite sans en rien dire, afin de bien connaître mes habitudes de chronique moqueuse et la manière dont la D…… nous gouvernait. Une personne de cœur et d’intelligence en eût fait son profit. Elle m’eût grondée peut-être, mais elle eût congédié la D… Il est vrai qu’une personne de cœur n’eût pas tendu un piége à la simplicité d’un enfant et n’eût pas abusé d’un secret qu’elle avait autorisé. La supérieure préféra interroger Mlle D…, qui, bien entendu, ne se reconnut pas au portrait plus ressemblant que flatté que j’avais tracé d’elle. Sa haine, déjà allumée par mon air calme et la douceur très réelle de mes manières, s’exaspéra, comme on peut le croire. Elle me traita de menteuse abominable, d’esprit fort (c’est-à-dire impie), de délatrice, de serpent, que sais-je ! La supérieure me manda et me fit une scène effroyable. Je restai impassible. Elle me promit ensuite bénignement de ne point faire connaître mes calomnies à ma grand’mère et de me garder le secret sur ces abominables lettres. Je ne l’entendais pas ainsi. Je sentis la duplicité de cette promesse. Je répondis que j’avais un brouillon de mes lettres, que ma grand’mère l’aurait, que je soutiendrais devant elle et devant madame la supérieure elle-même la vérité de mes assertions, et que, puisqu’il n’y avait pas de franchise et de loyauté dans les relations auxquelles je m’étais confiée, je demanderais à changer de couvent.

La supérieure n’était pas une méchante femme ; mais, quoi qu’on en pensât, je n’ai jamais senti qu’elle fût une très bonne femme. Elle m’ordonna de sortir de sa présence en m’accablant de menaces et d’injures. C’était une personne du grand monde, et elle savait au besoin prendre des manières royales : mais elle avait fort mauvais ton quand elle était en colère. Peut-être ne savait-elle pas bien la valeur de ses expressions en français, et je ne savais pas encore assez d’anglais pour qu’elle me parlât dans sa langue. Mlle D… avait la tête baissée, l’œil fermé dans l’attitude extatique d’une sainte qui entendait la voix de Dieu même. Elle se donnait des airs de pitié pour moi et de silence miséricordieux. Une heure après, au réfectoire, la supérieure entra suivie de quelques nonnes qui lui faisaient cortége. Elle parcourut les tables comme pour faire une inspection ; puis, s’arrêtant devant moi, et roulant ses gros yeux noirs, qui étaient fort beaux, elle me dit d’une voix solennelle : « Étudiez la vérité ! » — Les sages pâlirent et firent le signe de la croix. Les bêtes chuchotèrent en me regardant. On vint ensuite m’accabler de questions. « Tout cela signifie, répondis-je que dans trois jours je ne serai plus ici. »

J’étais outrée, mais j’avais un violent chagrin. Je ne désirais nullement changer de couvent. J’avais déjà formé des affections que je souffrais de voir sitôt brisées. Ma grand’mère arriva sur ces entrefaites. La supérieure s’enferma avec elle, et prévoyant que je dirais tout, elle prit le parti de remettre mes lettres présentées comme un tissu de mensonges. Je crois qu’elle eut le dessous et que ma grand’mère blâma énergiquement l’abus de confiance qu’on était forcé de lui révéler. Je crois qu’elle prit ma défense, et parla de me remmener sur-le-champ. Je ne sais ce qui se passa entre elles : mais quand on me fit monter dans le parloir de la supérieure, toutes deux essayaient de se composer un maintien grave, et toutes deux étaient fort animées. — Ma grand’mère m’embrassa comme à l’ordinaire, et pas un mot de reproche ne me fut adressé, si ce n’est sur ma dissipation et le temps perdu à des enfantillages. Puis la supérieure m’annonça que j’allais quitter la petite classe où mon intimité avec Mary portait le désordre, et que j’entrerais immédiatement parmi les grandes. Cette bonne nouvelle, qui, en définitive, faisait aboutir toutes les menaces à une notable amélioration dans mon sort, me fut signifiée pourtant d’un ton sévère. On espérait que, n’ayant plus de relations avec Mlle D……, je renoncerais à mes habitudes de satire contre elle, que je romprais mes habitudes de diablerie avec la terrible Mary, et que cette séparation serait profitable à l’une comme à l’autre.

Je répondis que je consentais de bon cœur à ne jamais m’occuper de Mlle D……, mais je ne voulus jamais promettre de ne plus aimer Mary. La force des choses devait suffire à nous séparer, puisque nous n’aurions plus que l’heure des récréations au jardin pour nous voir. Ma grand’mère, satisfaite du résultat de cette affaire, partit pour Nohant. Je passai à la grande classe, où m’avaient précédée Isabelle et Sophie. Je jurai à Mary de rester son amie à la vie et à la mort ; mais je n’en avais pas fini avec la terrible D……, comme on va bientôt le voir.



CHAPITRE DOUZIÈME. (SUITE.)

Louise et Valentine. — La marquise de la Rochejaquelein. — Ses mémoires. — Son salon. — Pierre Riallo. — Mes compagnes de la petite classe. — Héléna. — Facéties et bel esprit de couvent. — La comtesse et Jacquot. — Sœur Françoise. — Mme Eugénie. — Combat singulier avec Mlle D… — Le cabinet noir. — La séquestration. — Poulette. — Les nonnes. — Mme Monique. — Miss Fairbairns. — Mme Anne-Augustine et son ventre d’argent. — Mme Marie-Xavier. — Miss Hurst. — Mme Marie-Agnès. — Mme Anne-Josephe. — Les incapacités intellectuelles. — Mme Alicia. — Mon adoption. — Les conversations de l’avant-quart. — Sœur Thérèse. — La distillerie. — Les dames de chœur et les sœurs converses.


Je ne quitterai pas la petite classe sans parler de deux pensionnaires que j’y ai beaucoup aimées, bien qu’elles ne fussent point classées parmi les diables. Elles ne l’étaient pas non plus parmi les sages, encore moins parmi les bêtes, car c’étaient deux intelligences fort remarquables. Je les ai déjà nommées : c’était Valentine de Gouy et Louise de la Rochejaquelein.

Valentine était une enfant, elle n’avait guère que neuf ou dix ans, si j’ai bonne mémoire ; et comme elle était petite et délicate, elle ne paraissait guère plus âgée que Mary Eyre et Helen Kelly, les deux mioches de la petite classe à cette époque. Mais cette enfant était grandement supérieure à son âge, et on pouvait autant se plaire avec elle qu’avec Isabelle ou Sophie. Elle apprenait toutes choses avec une facilité merveilleuse. Elle était déjà aussi avancée dans toutes ses études que les grandes. Elle avait un esprit charmant, beaucoup de franchise et de bonté. Mon lit était auprès du sien au dortoir, et j’aimais à la soigner comme si elle eût été ma fille. J’avais, de l’autre côté, une petite Suzanne, sœur de Sophie, qu’il me fallait soigner encore plus, car elle était continuellement malade.

L’autre affection que je laissais à la petite classe, mais qui ne tarda pas à me rejoindre à la grande, Louise, était fille de la marquise de la Rochejaquelein, veuve de M. de Lescure, la même qui a laissé des mémoires intéressans sur la première Vendée. Je crois que le personnage politique (1848) qui représente à l’Assemblée nationale une nuance de parti royaliste à idées plus chevaleresques que rassurantes est le frère de cette Louise. Leur mère a été certainement une héroïne de roman historique. Ce roman vrai, raconté par elle, offre des narrations très dramatiques, très bien senties et très touchantes. La situation de la France et de l’Europe m’y semble complétement méconnue ; mais le point de vue royaliste accepté, il est impossible de mieux juger son propre parti, de mieux peindre le fort et le faible, le bon et le mauvais côté des divers éléments de la lutte. Ce livre est d’une femme de cœur et d’esprit. Il restera parmi les documens les plus colorés et les plus utiles de l’époque révolutionnaire. L’histoire a déjà fait justice des erreurs de fait et des naïves exagérations de l’esprit de parti qui ne peuvent pas ne point s’y trouver : mais elle fera son profit des curieuses révélations d’un jugement droit et d’un esprit sincère qui signalent les causes de mort de la monarchie, tout en se dévouant avec héroïsme à cette monarchie expirante.

Louise avait le cœur et l’esprit de sa mère, le courage et un peu de l’intolérance politique des vieux chouans, beaucoup de la grandeur et de la poésie des paysans belliqueux au milieu desquels elle avait été élevée. J’avais déjà lu le livre de la marquise, qui était récemment publié. Je ne partageais pas ses opinions : mais je ne les combattais jamais, je sentais le respect que je devais à la religion de sa famille, et ses récits animés, ses peintures charmantes de mœurs et des aspects du Bocage m’intéressaient vivement. Quelques années plus tard, j’ai été une fois chez elle, et j’ai vu sa mère.

Comme cet intérieur m’a beaucoup frappée, je raconterai ici cette visite, que j’oublierais certainement si je la remettais à être rapportée en son lieu.

Je ne me rappelle plus où était située la maison. C’était un grand hôtel du faubourg Saint-Germain. J’arrivai modestement en fiacre, selon mes moyens et mes habitudes, et je fis arrêter devant la porte, qui ne s’ouvrait pas pour de si minces équipages. Le portier, qui était un vieux poudré de bonne maison, voulut m’arrêter au passage. « Pardon, lui dis-je, je vais chez Mme de la Rochejaquelein. — Vous ? dit-il en me toisant d’un air de mépris, apparemment parce que j’étais en manteau et en chapeau sans fleurs ni dentelles. Allons, entrez ! » Et il leva les épaules comme pour dire ! « Ces gens-là reçoivent tout le monde ! »

J’essayai de pousser la porte derrière moi. Elle était si lourde, que je n’en vins pas à bout avec les doigts. Je ne voulais pas salir mes gants, je n’insistai donc pas ; mais comme j’avais déjà monté les premières marches de l’escalier, ce vieux cerbère courut après moi. « Et votre porte ? me cria-t-il. — Quelle porte ? — Celle de la rue ! — Ah, pardon ! lui dis-je en riant, c’est votre porte et non pas la mienne. » Il s’en alla la fermer en grommelant, et je me demandai si j’allais être aussi mal reçue par les illustres laquais de ma compagne d’enfance. En trouvant beaucoup de ces messieurs dans l’antichambre, je vis qu’il y avait du monde, et je fis demander Louise. Je n’étais à Paris que pour deux ou trois jours ; je désirais répondre au désir qu’elle m’avait témoigné de m’embrasser, et je ne voulais causer que quelques minutes avec elle. Elle vint me chercher, et m’entraîna au salon avec la même gaîté et la même cordialité qu’autrefoi s. Du côté où elle me fit asseoir auprès d’elle, il n’y avait que des jeunes personnes, ses sœurs ou ses amies. De l’autre, des gens graves autour du fauteuil de sa mère, qui était un peu isolé en avant.

Je fus très désappointée de trouver dans l’héroïne de la Vendée une grosse femme très rouge et d’une apparence assez vulgaire. À sa droite, un paysan vendéen se tenait debout. Il était venu de son village pour la voir ou pour voir Paris, et il avait dîné avec la famille. Sans doute c’était un homme bien pensant, et peut-être un héros de la dernière Vendée. Il ne me parut point d’âge à dater de la première, et Louise, que j’interrogeai, me dit simplement : « C’est un brave homme de chez nous. »

Il était vêtu d’un gros pantalon et d’une veste ronde. Il portait une sorte d’écharpe blanche au bras, et une vieille rapière lui battait les jambes. Il ressemblait à un garde champêtre un jour de procession. Il y avait loin de là aux partisans demi-pasteurs, demi-brigands que j’avais rêvés, et ce bon homme avait une manière de dire madame la marquise qui m’était nauséabonde. Pourtant la marquise, presque aveugle alors, me plut par son grand air de bonté et de simplicité. Il y avait autour d’elle de belles dames parées pour le bal, qui lui rendaient de grands hommages et qui, certes, n’avaient pas pour ses cheveux blancs et ses yeux bleus à demi éteints autant de vénération que mon cœur naïf était disposé à lui en accorder ; secret hommage d’autant plus appréciable que je n’étais alors ni dévote ni royaliste.

Je l’écoutai causer, elle avait plus de naturel que d’esprit, du moins dans ce moment-là. Le paysan, en prenant congé, reçut d’elle une poignée de main, et mit son chapeau sur sa tête avant d’être sorti du salon, ce qui ne fit rire personne. Louise et ses sœurs étaient aussi simplement mises qu’elles étaient simples dans leurs manières. Cette simplicité allait même jusqu’à la brusquerie. Elles ne faisaient pas de petits ouvrages, elles avaient des quenouilles et affectaient de filer du chanvre, à la manière des paysannes. Je ne demandais pas mieux que de trouver tout cela charmant, et cela eût pu l’être.

Chez Louise, j’en suis certaine, tout était naïf et spontané ; mais le cadre où je la voyais ainsi jouer à la châtelaine de Vendée ne se mariait point avec ses allures de fille des champs. Un beau salon très éclairé, une galerie de patriciennes élégantes et de ladies compassées, une antichambre remplie de laquais, un portier qui insultait presque les gens en fiacre, cela manquait d’harmonie, et on y sentait trop l’impossibilité d’un hymen public et légitime entre le peuple et la noblesse.

Cette pensée d’hyménée me rappelle une des plus étranges et des plus significatives aventures de la vie de Mme de la Rochejaquelein. Elle était alors veuve de M. de Lescure, encore enceinte de deux jumelles qu’elle devait perdre peu de jours après leur naissance. Réfugiée en Bretagne, au hameau de la Minaye, chez de pauvres paysans fidèles au malheur, traquée par les bleus, livrée à de continuelles alertes, gardant les troupeaux sous le nom de Jeannette, couchant souvent dans les bois avec sa mère (une femme héroïque que l’on adore en lisant ses mémoires), fuyant, par le vent et la pluie, pour se cacher dans quelque sillon ou dans quelque fosse, tandis que les patriotes fouillaient les maisons où elles avaient reçu asile : Mme de la Rochejaquelein avait failli épouser un paysan breton. Voici comme elle raconte elle-même cet épisode :

« …… Ma mère voulut, pour plus de précautions, user d’une ressource fort singulière. Deux paysannes vendéennes avait épousé des Bretons, et depuis ce temps-là, on ne les inquiétait plus. Ma mère, qui cherchait à m’assurer un repos complet pendant mes couches, ne trouva pas de meilleur moyen. Elle jeta les yeux sur Pierre Riallo. C’était un vieil homme veuf qui avait cinq enfans : mais il fallait avoir un acte de naissance. La Ferret avait une sœur qui était allée autrefois s’établir de l’autre côté de la Loire avec sa fille. On envoya Riallo chercher les actes de naissance dans le pays de La Ferret. Tout allait s’arranger : l’officier municipal était prévenu et nous avait promis de déchirer la feuille du registre quand nous le voudrions. On devait prier les bleus au repas de la noce : mais l’exécution de ce projet fut suspendue par des alarmes très vives qu’on nous donna. On nous dit que nous avions été dénoncées et que nous étions particulièrement recherchées. Nous changeâmes de demeure, et même nous nous séparâmes, etc. »

Quelques semaines plus tard, Mme de Lescure et sa mère changeant d’asile, se séparèrent de Pierre Riallo qui les avait conduites à leur nouveau refuge. « Cet excellent homme, dit-elle, nous quitta en pleurant. Il ôta de son doigt une bague d’argent comme en portent les paysannes bretonnes, et me la donna. Jamais je n’ai cessé de la porter depuis. »

Ainsi la veuve de M. de Lescure, celle qui devait être la marquise de La Rochejaquelein, avait été en quelque sorte la fiancée de Pierre Riallo. Rien de plus austère certainement que ces fiançailles en présence de la mort, rien de plus chaste que l’affection du vieux paysan et la gratitude de la jeune marquise ; mais que fût-il arrivé si le mariage eût été conclu, et que Pierre Riallo se fût refusé à la suppression frauduleuse de l’acte civil ? Certes, la noble Jeannette fût morte plutôt que de consentir à ratifier cette mésalliance monstrueuse. On était bien alors, par le fait, l’égale, moins que l’égale du pauvre paysan breton. On était une pauvre b rigande, bien heureuse de recevoir cette généreuse hospitalité et cette magnanime protection. Sous la Restauration, on ne l’avait pas oublié sans doute. On recevait dans son salon le premier paysan venu, pourvu qu’il eût au coude le brassard sans tache. On filait la quenouille des bergères, on avait de touchans et affectueux souvenirs : mais on n’en était pas moins madame la marquise, et cette fausse égalité ne pouvait pas tromper le paysan. Si le fils de Pierre Riallo se fût présenté pour épouser Louise ou Laurence de La Rochejaquelein, on l’aurait considéré comme fou. Le fils des croisés, M. de La Rochejaquelein, aujourd’hui orateur politique, ne serait pas volontiers le beau-frère de quelque laboureur armoricain. Eh bien ! Pierre Riallo, c’est bien là réellement comme un symbole pour personnifier le peuple vis à vis de la noblesse. On se fie à lui, on accepte ses sublimes dévouemens, ses suprêmes sacrifices, on lui tend la main, on se fiancerait volontiers à lui aux jours du danger, mais on lui refuse, au nom de la religion monarchique et catholique, le droit de vivre en travaillant, le droit de s’instruire, le droit d’être l’égal de tout le monde ; en un mot, la véritable union morale des castes, on frémit à l’idée seule de la ratifier.

Je pensais déjà un peu à tout cela en quittant le salon de Mme de la Rochejaquelein, et, bien certaine que tout ce que j’avais vu n’était pas une comédie, sachant bien que Louise et sa famille avaient la mémoire du cœur, je me disais pourtant que, par la force des choses, ce que j’avais vu n’était qu’une charmante petite parade de salon.

Avant de clore cette digression, on me permettra de faire remarquer l’espèce d’analogie qui existe entre l’aventure de la marquise chez Pierre Riallo et les idées que ma mère avait encore en 1804 sur le mariage civil. En 1804, ma mère ne se croyait pas mariée avec mon père parce qu’elle n’était mariée qu’à la municipalité. En 93, Mme de Larochejaquelein ne se fût pas crue mariée avec Pierre Riallo parce que l’officier municipal promettait de déchirer l’acte. Ce peu de respect pour une formalité purement civile marque bien la transition d’une législation à une autre, et la transformation de la société.

Je quitte mon épisode anticipé, qui date de 1824 ou 1825, 1826 peut-être, et je reviens sur mes pas. Je rentre au couvent, où Louise, avec sa vive intelligence, son noble cœur et son aimable caractère, ne faisait naître en moi aucune des réflexions que j’eus lieu de faire plus tard sans cesser de l’aimer. Je l’ai perdue de vue depuis longtemps. J’ignore qui elle a épousé, j’ignore même si elle vit, tant je suis peu du monde, tant j’ai franchi de choses qui me séparent du passé et m’ont fait perdre jusqu’à la trace de mes premières relations. Si elle existe, si elle se souvient de moi, si elle sait que George Sand est la même personne qu’Aurore Dupin, elle doit soupirer, détourner les yeux et nier même qu’elle m’ait aimée. Je sais l’effet des opinions et des préjugés sur les âmes les plus généreuses, et je ne m’en étonne ni ne m’en scandalise. Moi, tranquille dans ma conscience d’aujourd’hui, comme j’étais tranquille et eau dormante dans ma diablerie d’il y a trente ans, je l’aime encore, cette Louise. J’aime encore les royalistes, les dévotes, les nonnes mêmes que j’ai aimées, et qui aujourd’hui ne prononcent mon nom, j’en suis sûre, qu’en faisant de grands signes de croix. Je ne désire pas les revoir, je sais qu’elles me prêcheraient ce qu’elles appelleraient le retour à la vérité. Je sais que je serais forcée de leur causer le chagrin d’échouer dans leurs pieux desseins. Il vaut donc mieux ne pas se revoir que de se revoir avec une cuirasse sur le cœur : mais mon cœur n’est pas mort pour cela. Il a toujours de doux élans vers ses premières tendresses. Ma religion, à moi, ne condamne pas à l’enfer éternel les adversaires de ma croyance. C’est pourquoi je parlerai de mes amies de couvent sans me soucier de ce que l’esprit de caste et de parti en a fait depuis. Je parlerai de celles qui ont dû me renier avec le même enthousiasme, la même effusion que de celles qui m’ont gardé un souvenir inaltérable. Je les vois encore telles qu’elles étaient, et je ne veux pas savoir ce qu’elles sont. Je les vois pures et suaves comme le matin de la vie où nous nous sommes connues. Les grands marronniers du couvent m’apparaissent comme ces Champs-Elyséens où se rencontraient des âmes venues de tous les points de l’univers, et où elles faisaient échange de douces et calmes sympathies, sans prendre garde aux mondaines agitations, aux puériles dissidences de ce bas monde.

On me pardonnera bien de tracer ici une courte liste des compagnes que je laissais à la petite classe ; je ne me les rappelle pas toutes, mais j’ai du plaisir à retrouver une partie de leurs noms dans ma mémoire. C’était, outre celles que j’ai déjà citées, les trois Kelly (Mary, Helen et Henriette) ; les deux O’Mullan, créoles jaunes et douces ; les deux Cary, Fanny et Suzanne, sœurs de Sophie ; Lucy Masterson ; Catherine et Maria Dormer ; Maria Gordon, une délicate et maladive enfant, douce et intelligente, qui a épousé un Français, et qui est devenue une excellente mère de famille, une femme distinguée sous tous les rapports ; — Louise Rollet, fille d’un maître de forges du Berry ; Lavinia Anster ; Camille de la Josne-Contay, personne raide et grave comme une huguenote des anciens jours (très catholique pourtant), Eugénie de Castella, demi-diable très excellent d’ailleurs, avec qui j’étais assez liée ; une des trois Defargues, filles d’un maire de Lyon ; Henriette Manoury, qui venait, je crois, du Havre ; enfin Héléna, enfant un peu persécuté, un peu opprimé, par sa faute peut-être, mais qui m’inspirait de la sollicitude par cette raison qu’elle était souvent victime de la diablerie.

Elle m’aimait quelquefois trop. C’était une nature inquiète et tourmentante. Il fallait lui faire tous ses devoirs, se charger de toutes ses corvées, voire de lui écrire sa confession, ce qui ne se faisait pas toujours très sérieusement, je l’avoue. Je la protégeais contre Mary, qui ne pouvait pas la tolérer. Je lui ai épargné bien des punitions, je l’ai sauvée de bien des orages, et je doute qu’elle en ait gardé la mémoire. Elle tirait une grande vanité de son nom, et on lui en savait mauvais gré, même celles qui en portaient de plus illustres, car il faut rendre à la plupart d’entre nous cette justice, que nous pratiquions de tous points l’égalité chrétienne, et que nous n’avions même pas la pensée de nous croire plus ou moins les unes que les autres.

C’est cette Héléna de… qui m’avait, du reste, gratifiée d’un sobriquet que j’ai porté plus particulièrement que les autres ; car, comme toutes mes compagnes, j’en avais plusieurs. Héléna m’avait nommée Calepin, parce que j’avais la manie des tablettes de poche ; la sœur Thérèse m’avait surnommée Mad-Cap et Mischievous ; à la grande classe, je devins ma Tante et le marquis de Sainte-Lucie.

J’ai eu l’amusement de conserver mes livres élémentaires de la petite classe, le Spelling book, the Garden of the soul (le Jardin de l’âme), etc. Ils sont chargés de devises, de rébus, et ce qui me réjouit le plus, de conversations dialoguées qu’on s’écrivait durant les heures de silence, car le censile général était une punition fort usitée. La couverture du premier livre venu passant de main en main sous la table devenait une causerie générale. On avait aussi des lettres en carton qu’on se faisait passer au moyen d’un long fil, d’un bout de la classe à l’autre. On formait rapidement des mots, et celle qui était séquestrée dans un coin, séparée des autres par une punition particulière, était avertie de tout ce que l’on complotait. En fait de confessions écrites, d’examens de conscience qu’on faisait pour les petites, je retrouve un griffonnage qui est un spécimen, je ne sais qui l’a fait ni à qui il était destiné.

« Confession de……

« Hélas, mon petit père Villèle[15], il m’est arrivé bien souvent de me barbouiller d’encre, de moucher la chandelle avec mes doigts, de me donner des indigestions d’haricots, comme on dit dans le grand monde où j’ai été z’élevée ; j’ai scandalisé les jeunes ladies de la classe par ma malpropreté : j’ai eu l’air bête, et j’ai oublié de penser à quoi que ce soit, plus de deux cents fois par jour. J’ai dormi au catéchisme et j’ai ronflé à la messe ; j’ai dit que vous n’étiez pas beau, j’ai fait égoutter mon rat sur le voile de la mère Alippe, et je l’ai fait exprès. J’ai fait cette semaine au moins quinze pataquès en français et trente en anglais, j’ai brûlé mes souliers au poêle et j’ai infecté la classe. C’est ma faute, c’est ma faute, c’est ma très grande faute, etc. »

On voit combien nos méchancetés et nos impiétés étaient innocentes. Elles étaient pourtant sévèrement tancées quand Mlle D…… mettait la main sur ces écrits, qu’elle appelait licencieux et dangereux. La mère Alippe faisait semblant de se fâcher, punissait un peu, confisquait, et, j’en suis sûre, amusait l’ouvroir avec nos sottises.

Que chacun se rappelle comme il a ri de bon cœur, dans l’enfance, de choses qui, par elles-mêmes, n’étaient peut-être pas drôles du tout. Il n’en faut pas beaucoup pour les petites filles. Tout nous était sujet d’inextinguible risée : un nom estropié, une figure ridicule au parloir, un incident quelconque à l’église, le miaulement d’un chat, que sais-je ? Il y avait des paniques contagieuses comme les joies. Une petite criait pour une araignée ; aussitôt toute la classe criait sans savoir pourquoi. Un soir, à la prière, je ne sais ce qui se passa, personne n’a jamais pu le dire ; une de nous crie, sa voisine se lève, une troisième se sauve ; c’est aussitôt un sauve-qui-peut général, on quitte la classe en masse, renversant les chaises, les bancs, les lumières, et on s’enfuit dans le cloître en tombant les unes sur les autres, entraînant les maîtresses, qui ne crient et ne courent pas moins que les élèves. Il faut une heure pour rassembler le troupeau éperdu, et quand on veut s’expliquer, impossible d’y rien comprendre.

Malgré toute cette gaîté fébrile de la petite classe, j’y souffrais si réellement au moral et au physique, que j’ai conservé le souvenir du jour où j’entrai à la grande classe comme un des plus heureux de ma vie.

J’ai toujours été sensible à la privation de la vive lumière. Il semble que toute ma vie physique soit là. Je m’assombris inévitablement dans une atmosphère terne. La grande classe était très vaste ; il y avait cinq ou six fenêtres, dont plusieurs donnaient sur les jardins. Elle était chauffée d’une bonne cheminée et d’un bon poêle. D’ailleurs, le printemps commençait. Les marronniers allaient fleurir, leurs grappes rosées se dressaient comme des candélabres. Je crus entrer dans le paradis.

La maîtresse de classe, que l’on tournait beaucoup en ridicule, et qui était bien un peu étrange dans ses manières, était une fort bonne personne au fond, et encore plus distraite que Mlle D… On l’appelait la Comtesse, parce qu’elle se donnait de grands airs, et je lui conserverai ce surnom. Elle avait dans le jardin un appartement au rez-de-chaussée, dont un potager nous séparait, et, de sa fenêtre, quand elle ne tenait pas la classe, elle pouvait voir une partie de nos escapades. Mais elle était bien plus occupée de voir, de la classe, ce qui se passait dans son appartement. C’est que là, à sa fenêtre, ou devant sa porte, vivait, grattait et piaillait au soleil, l’unique objet de ses amours, un vieux perroquet gris tout râpé, maussade bête, que nous accablions de nos dédains et de nos insultes.

Nous avions grand tort, car Jacquot eût mérité toute notre gratitude ; c’était à lui que nous devions notre liberté. C’était grâce à lui que la Comtesse, incessamment préoccupée, nous laissait faire nos folies. Perché sur son bâton, à la portée de la vue, Jacquot, lorsqu’il s’ennuyait, poussait des cris perçans. Aussitôt la comtesse courait à la fenêtre, et si un chat rôdait autour du perchoir, si Jacquot impatienté avait brisé sa chaîne et entrepris un voyage d’agrément sur les lilas voisins, la comtesse, oubliant tout, se précipitait hors de la classe, franchissait le cloître, traversait le jardin et courait gronder ou caresser la bête adorée. Pendant ce temps, on dansait sur les tables ou on quittait la classe pour faire, comme Jacquot, quelque voyage d’agrément à la cave ou au grenier.

La Comtesse était une jeune personne de quarante à cinquante ans, demoiselle, très bien née, on ne pouvait l’ignorer, car elle le disait à tout propos, sans fortune, et je crois peu instruite, car elle ne nous donnait aucune espèce de leçons et ne servait qu’à garder la classe comme surveillante. Elle était ennuyeuse et ridicule, mais bonne et convenable. Quelques unes de nous l’avaient prise en grippe et la traitaient si mal qu’elles la forçaient de sortir de son caractère. Je n’ai jamais eu qu’à me louer d’elle pour mon compte, et je me reproche même d’avoir ri avec les autres de sa tournure magistrale, de ses phrases prétentieuses, de son grand chapeau noir qu’elle ne quittait jamais, de son châle vert qu’elle drapait d’une manière si solennelle, enfin de ses lapsus linguæ qui étaient relevés sans pitié et qu’on plaçait ensuite très haut dans la conversation, sans qu’elle s’en aperçût jamais. J’aurais dû plutôt prendre son parti, puis qu’elle prenait souvent le mien auprès des religieuses. Mais les enfans sont ingrats (cet âge est sans pitié !) et la moquerie leur semble un droit inaliénable.

La seconde surveillante était une religieuse fort sévère Mme Anne-Françoise. Cette vieille, maigre et pâle, avait un énorme nez aquilin. Elle grondait beaucoup, injuriait trop, et n’était pas aimée. Je n’avais rien pour elle, ni éloignement ni sympathie. Elle ne me traitait ni bien ni mal. Je ne lui ai jamais vu de préférence pour personne, et on la soupçonnait d’être philosophe, parce qu’elle s’occupait d’astronomie. Elle avait effectivement une manière d’être fort différente des autres nonnes. Au lieu de communier comme elles tous les jours, elle ne s’approchait des sacremens qu’aux grandes fêtes de l’année. Ses sermons n’avaient point d’onction. C’étaient toujours des menaces, et dans un si mauvais français, qu’on ne pouvait les écouter sérieusement. Elle punissait beaucoup, et quand, par hasard, elle voulait plaisanter, elle était blessante et peu convenable. Sa figure accentuée ne manquait pas de caractère. Elle avait l’air d’un vieux dominicain, et pourtant elle n’était pas fanatique, pas même dévote pour une religieuse.

La maîtresse en chef de la petite classe était madame Eugénie, Maria Eugenia Stonor. C’était une grande femme, d’une belle taille, d’un port noble, gracieux même dans sa solennité. Sa figure, rose et ridée comme celle de presque toutes les nonnes sur le retour, avait pu être jolie, mais elle avait une expression de hauteur et de moquerie qui éloignait d’elle au premier abord. Elle était plus que sévère, elle était emportée, et se laissait aller à des antipathies personnelles qui lui faisaient beaucoup d’ennemis irréconciliables. Elle n’était affectueuse avec personne, et je ne connais qu’une seule pensionnaire qui l’ait aimée : c’est moi.

Cette affection, que je ne pus m’empêcher de manifester pour le féroce abat-jour (on l’appelait ainsi, parce qu’elle avait la vue délicate et portait un garde-vue en taffetas vert), étonna toute la grande classe. Voici comment elle me vint.

Trois jours après mon entrée à cette classe, je rencontrai Mlle D…… à la porte du jardin. Elle me fit des yeux terribles ; je la regardai très en face et avec ma tranquillité habituelle.

Elle avait eu un dessous dans mon admission à la grande classe, elle était furieuse. « Vous voilà bien fière, me dit-elle, vous ne me saluez seulement pas ! — Bonjour, madame, comment vous portez-vous ? — Vous avez l’air de vous moquer de moi. — Il vous plaît de le voir. — Ah ! ne prenez pas ces airs dégagés, je vous ferai encore sentir qui je suis. — J’espère que non, madame ; je n’ai plus rien à démêler avec vous. — Nous verrons ! » et elle s’éloigna avec un geste de menace.

On était en récréation, tout le monde courait au jardin. J’en profitai pour entrer à la petite classe, afin de reprendre quelques cahiers que j’avais laissés dans un cabinet attenant à la salle d’études. Ce cabinet, où l’on mettait les encriers, les pupitres, les grandes cruches d’eau destinées au lavage de la classe, servait aussi de cabinet noir, de prison pour les petites, pour Mary Eyre et compagnie.

J’y étais depuis quelques instans, cherchant mes cahiers, lorsque mademoiselle D…… se présente à moi comme Tisiphone. « Je suis b ien aise de vous trouver ici, me dit-elle, vous allez me faire des excuses pour la manière impertinente dont vous m’avez regardée tout à l’heure. — Non, madame, je n’ai pas été impertinente, je ne vous ferai pas d’excuses. — En ce cas, vous serez punie à la manière des petites, vous serez enfermée ici jusqu’à ce que vous ayez baissé le ton. — Vous n’en avez pas le droit, je ne suis plus sous votre autorité. — Essayez de sortir ! — Tout de suite. »

Et, profitant de sa stupeur, je franchis la porte du cabinet et allai droit à elle ; mais aussitôt, transportée de rage, elle se précipita sur moi, m’étreignit dans ses bras et me repoussa vers le cabinet. Je n’ai jamais rien vu de si laid que cette grosse dévote en fureur. Moitié riant, moitié résistant, je la repoussai, je l’acculai contre le mur, jusqu’à ce qu’elle voulut me frapper : alors je levai le poing sur elle, je la vis pâlir, je la sentis faiblir, et je restai le bras levé, certaine que j’étais la plus forte et qu’il m’était très facile de m’en débarrasser ; mais pour cela, il fallait ou lui donner un coup, ou la faire tomber, ou au moins la pousser rudement et risquer de lui faire du mal. Je n’étais pas plus en colère que je ne le suis à cette heure, et je n’ai jamais pu faire de mal à personne. Je la lâchai donc en souriant, et j’allais m’en aller, satisfaite de lui avoir pardonné et de lui avoir fait sentir la supériorité de mes instincts sur les siens, lorsqu’elle profita traîtreusement de ma générosité, revint sur moi et me poussa de toute sa force. Mon pied heurta une grosse cruche d’eau qui roula avec moi dans le cabinet ; la D…… m’y enferma à double tour, et s’enfuit en vomissant un torrent d’injures.

Ma situation était critique. J’étais littéralement dans un bain froid ; le cabinet était fort petit et la cruche énorme ; lorsque je fus relevée j’avais encore de l’eau jusqu’à la cheville. Pourtant je ne pus m’empêcher de rire en entendant la D…… s’écrier : « Ah ! la perverse, la maudite. Elle m’a fait mettre tellement en colère, que je vais être obligée de retourner me confesser. J’ai perdu mon absolution. » Moi, je ne perdis pas la tête, je grimpai sur les rayons du cabinet pour me mettre à pied sec, j’arrachai une feuille blanche d’un cahier, je trouvai plumes et encre, et j’écrivis à Mme Eugénie à peu près ce qui suit. « Madame je ne reconnais maintenant d’autre autorité sur moi que la vôtre. Mlle D…… vient de faire acte de violence sur ma personne et de m’enfermer. Veuillez venir me délivrer, etc. »

J’attendis que quelqu’un parût. Maria Gordon, je crois, vint chercher aussi un cahier dans le cabinet, et, en voyant ma tête apparaître à la lucarne, elle eut grand’peur et voulut fuir. Mais je me fis reconnaître et la priai de porter mon billet à Mme Eugénie, qui devait être au jardin. Un instant après Mme Eugénie parut, suivie de Mlle D… Elle me prit par la main et m ’emmena sans rien dire. La D…… était silencieuse aussi. Quand je fus seule avec Mme Eugénie dans le cloître, je l’embrassai naïvement pour la remercier. Cet élan lui plut. Mme Eugénie n’embrassait jamais personne et personne ne songeait à l’embrasser. Je la vis émue comme une femme qui ne connaît pas l’affection et qui pourtant n’y serait pas insensible. Elle me questionna. Elle avait une manière de questionner très habile ; elle avait l’air de ne pas écouter la réponse, et elle ne perdait ni un mot ni une expression de visage. Je lui racontai tout, elle vit que c’était la vérité. Elle sourit, me serra la main et me fit signe de retourner au jardin.

L’archevêque de Paris venait confirmer quelques jours après. On choisissait les élèves qui avaient fait leur première communion et qui n’avaient pas reçu l’autre sacrement. On les faisait entrer en retraite dans une chambre commune dont Mlle D…… était la gardienne et la lectrice. C’est elle qui faisait les exhortations religieuses. On vint me chercher le jour même, mais Mlle D…… refusa de me recevoir, et ordonna que je ferais ma retraite toute seule dans la chambre qu’il plairait aux religieuses de m’assigner. Alors, Mme Eugénie prit hautement mon parti. « C’est donc une pestiférée ? dit-elle avec son air railleur. Eh bien ! qu’elle vienne dans ma cellule. » Elle m’y conduisit en effet, et Mme Alippe vint nous y joindre. Elles restèrent dans le corridor pendant que je m’installais dans la cellule, et j’entendis leur conversation en anglais. Je ne sais si elles me croyaient déjà capable de n’en pas perdre beaucoup de mots.

« Voyons, disait Mme Eugénie, cet enfant est donc détestable, vous qui la connaissez ? — Elle n’est pas détestable du tout, répondit la mère Alippe ; elle est bonne, au contraire, et cette D…… ne l’est pas. Mais l’enfant est diable, comme elles disent…… Ah ! cela vous fait rire, vous ? vous aimez les diables, on sait cela ! » (C’est bon à savoir, pensai-je.) Et Mme Eugénie reprit : « Puisqu’elle est folle, ce n’est pas le moment de la confirmer. Elle n’y porterait pas le recueillement nécessaire. Laissons-lui le temps de devenir sage, et surtout ne la mettons pas en contact avec une personne qui lui en veut. Vous m’accordez bien que cet enfant m’appartient, et que vous-même vous n’avez plus de droit sur elle ? — Pas d’autres que les droits de l’amitié chrétienne, répondit la mère Alippe, et Mlle D…… est dans son tort ; soyez tranquille, elle ne recommencera plus. »

Mme Eugénie alla trouver la supérieure, à ce que je crois, pour s’expliquer avec elle, et peut-être avec la mère Alippe et Mlle D……, sur ce qui venait de se passer et sur ce qu’il y avait à faire. Pendant que j’étais dans la cellule de ma protectrice, Poulette vint m’y trouver. Poulette, c’était le nom que les petites avaient donné à Mme Mary Austin (Marie-Augustine), la sœur de la mère Alippe, et la dépositaire du couvent. Celle-là était l’idole des pensionnaires. Elle grognait d’une certaine façon maternelle et caressante. N’ayant pas de fonctions auprès de nous, elle faisait métier de nous gâter et de nous tancer gaîment de nos sottises. Elle avait une boutique de friandises qu’elle nous vendait, et elle donnait souvent à celles qui n’avaient plus d’argent, ou du moins elle leur ouvrait des crédits qu’on oubliait de fermer de part et d’autre. Cette bonne femme, toujours gaie, sans morgue de dévotion et qu’on prenait par le cou sans façon, qu’on embrassait sur les deux joues, qu’on taquinait même sans jamais la fâcher sérieusement, vint me consoler de mes mésaventures et me donner même trop raison, ce dont j’aurais pu abuser si je n’avais pas eu hâte de rentrer en paix avec tout le monde.

Au bout d’une heure de babillage avec Poulette, je reçus la visite de Mlle D… La supérieure ou son confesseur l’avait grondée : elle était douce comme miel, et je fus fort étonnée de ses façons caressantes. Elle m’annonça qu’on avait remis mon sacrement à l’année suivante, qu’on ne me croyait pas suffisamment disposée à recevoir la grâce ; que Mme Eugénie allait venir me le dire ; mais qu’elle-même, avant d’entrer en retraite avec les néophytes, avait voulu faire sa paix avec moi. « Voyons, me dit-elle, voulez-vous convenir que vous avez eu tort, et me donner la main ? — De tout mon cœur, lui dis-je. Tout ce que vous me prescrirez avec douceur et bienveillance, je m’y rendrai. Elle m’embrassa, ce qui ne me fit pas grand plaisir, mais tout fut terminé, et jamais plus nous n’eûmes bataille à partir ensemble.

L’année suivante j’étais devenue très dévote, je fus confirmée et je fis la retraite sous le patronage de cette même Mlle D… Elle me témoigna beaucoup d’égards et me loua beaucoup de ma conversion. Elle nous faisait de longues lectures qu’elle développait et commentait ensuite avec une certaine éloquence rude et parfois saisissante. Elle commençait d’un ton emphatique auquel on s’habituait peu à peu, et qui finissait par vous émouvoir. Cette retraite est tout ce que je me rappelle d’elle à partir de mon installation définitive à la grande classe. Je lui ai pardonné de tout mon cœur, et je ne rétracte pas mon pardon ; mais je persiste à dire que nous eussions été infiniment meilleures et plus heureuses, si les religieuses seules se fussent chargées de notre éducation.

Avant d’en revenir au récit de mon existence au couvent, je veux parler de nos religieuses avec quelque détail, je ne crois pas avoir oublié aucun de leurs noms.

Après Mme Canning (la supérieure), dont j’ai parlé, après Mme Eugénie, la mère Alippe, la bonne Poulette (Marie-Augustine) ; une des doyennes était Mme Monique (Maria Monica), personne très austère, très grave, que je n’ai jamais vue sourire et avec laquelle nul ne se familiarisa jamais. Elle a été supérieure après Mme Eugénie, qui, elle-même, avait succédé de mon temps à Mme Canning. L’autorité supérieure n’était pas inamovible. On procédait à l’élection, je crois, tous les cinq ans. Mme Canning fut supérieure pendant trente ou quarante ans, et mourut supérieure. Mme Eugénie demanda à être délivrée de son gouvernement cinq ans après, sa vue se troublant de plus en plus. Elle est devenue presque aveugle. J’ignore si elle existe encore. Je ne sais pas non plus si Mme Monique a vécu jusqu’à présent. Je sais qu’il y a quelques années Mme Marie-Françoise lui avait succédé.

De mon temps, Mme Marie-Françoise était novice sous son nom de famille, miss Fairbairns. C’était une très belle personne, blanche avec des yeux noirs, de fraîches couleurs, une physionomie très ferme, très décidée, franche, mais froide. Cette froideur, dont le principe tout britannique était développé par la réserve claustrale et le recueillement chrétien se faisait sentir chez la plupart de nos religieuses. Souvent nos élans de sympathie pour elles en étaient attristés et glacés. C’est le seul reproche collectif que j’aie à leur faire. Elles n’étaient pas assez désireuses de se faire aimer. — Une autre doyenne était Mme Anne-Augustine, si je ne fais pas erreur de nom. Celle-là était si vieille que, lorsqu’on se trouvait à monter un escalier derrière elle, on avait le temps d’apprendre sa leçon. Elle n’avait jamais pu dire un mot de français. Elle avait aussi une figure très solennelle et très austère. Je ne crois pas qu’elle ait jamais adressé la parole à aucune de nous. On prétendait qu’elle avait eu une maladie très grave et qu’elle ne digérait qu’au moyen d’un ventre d’argent. Le ventre d’argent de Mme Anne-Augustine était une des traditions du couvent, et nous étions assez bêtes pour y croire. On s’imaginait même entendre le cliquetis de ce ventre lorsqu’elle marchait ; c’était donc pour nous un être très mystérieux et quelque peu effrayant que cette antique béguine qui était à moitié statue de métal, qui ne parlait jamais, qui vous regardait quelquefois d’un air étonné, et qui ne savait même pas le nom d’une seule d’entre nous. On la saluait en tremblant, elle faisait une courte inclinaison de la tête et passait comme un spectre. Nous prétendions qu’elle était morte depuis deux cents ans et qu’elle trottait toujours dans les cloîtres par habitude.

Mme Marie-Xavier était la plus belle personne du couvent, grande, bien faite, d’une figure régulière et délicate ; elle était toujours pâle comme sa guimpe, triste comme un tombeau. Elle se disait fort malade et aspirait à la mort avec impatience. C’est la seule religieuse que j’aie vue au désespoir d’avoir prononcé des vœux. Elle ne s’en cachait guère et passait sa vie dans les soupirs et les larmes. Ces vœux éternels, que la loi civile ne ratifiait pas, elle n’osait pourtant pas aspirer à les rompre. Elle avait juré sur le saint sacrement ; elle n’était pas assez philosophe pour se dédire, pas assez pieuse pour se résigner. C’était une âme défaillante, tourmentée, misérable, plus passionnée que tendre, car elle ne s’épanchait que dans des accès de colère, et comme exaspérée par l’ennui. On faisait beaucoup de commentaires là-dessus. Les unes pensaient qu’elle avait pris le voile par désespoir d’amour et qu’elle aimait encore ; les autres, qu’elle haïssait et qu’elle vivait de rage et de ressentiment ; d’autres enfin l’accusaient d’avoir un caractère amer et insociable, et de ne pouvoir subir l’autorité des doyennes.

Quoique tout cela fût aussi bien caché que possible, il nous était facile de voir qu’elle vivait à part, que les autres nonnes la blâmaient et qu’elle passait sa vie à bouder et à être boudée. Elle communiait cependant comme les autres, et elle a passé, je crois, une dizaine d’années sous le voile. Mais j’ai su que peu de temps après ma sortie du couvent elle avait rompu ses vœux et qu’elle était partie, sans qu’on sût ce qui s’était passé dans le sein de la communauté. Quelle a été la fin du douloureux roman de sa vie ! A-t-elle retrouvé libre ou repentant l’objet de sa passion ? Avait-elle ou n’avait-elle point une passion ? Est-elle rentrée dans le monde ? A-t-elle surmonté les scrupules et les remords de la dévotion qui l’avait retenue si longtemps captive, en dépit de son manque de vocation ? Est-elle rentrée dans un autre couvent pour y finir ses jours dans le deuil et la pénitence ? Aucune de nous, je crois, ne l’a jamais su. Ou bien on me l’a dit, et je l’ai oublié. Est-elle morte à la suite de cette longue maladie de l’âme qui la dévorait ? Nos religieuses donnaient pour prétexte l’arrêt des médecins, qui l’avaient condamnée à mourir ou à changer de climat et de régime. Mais il était facile de voir à leur sourire un peu amer que tout cela ne s’était point passé sans luttes et sans blâme.

Une autre novice qui était fort belle aussi et que j’ai vue entrer postulante sous le nom de miss Croft, a fait, depuis mon départ, comme Mme Marie-Xavier : elle a quitté le couvent et renoncé à sa vocation avant d’avoir pris le voile noir.

Miss Hurst, novice à qui j’ai vu prendre ce voile de deuil éternel et qui l’a fait très délibérément et sans repentir, était la nièce de Mme Monique. Elle était ma maîtresse d’anglais. Tous les jours je passais une heure dans sa cellule. Elle démontrait avec clarté et patience. Je l’aimais beaucoup, elle était parfaite pour moi, même quand j’étais diable. Elle s’est nommée en religion Maria Winifred. Je n’ai jamais lu Shakspeare ou Byron dans le texte sans penser à elle et sans la remercier dans mon cœur.

Il y avait, quand j’entrai au couvent, deux autres novices qui touchaient à la fin de leur noviciat et qui prirent le voile avant miss Hurst et miss Fairbairns. J’ai oublié leurs noms de famille, je ne me rappelle que leurs noms de religion. C’était la sœur Mary-Agnès et la sœur Anna-Joseph. Toutes deux petites et menues, elles avaient l’air de deux enfans. Mary-Agnès surtout était un petit être fort singulier. Ses goûts et ses habitudes étaient en parfaite harmonie avec l’exiguité mignarde de sa personne. Elle aimait les petits livres, les petites fleurs, les petits oiseaux, les petites filles, les petites chaises : tous les objets de son choix et à son usage étaient mignons et proprets comme elle. Elle portait dans son genre de prédilection une certaine grâce enfantine et plus de poésie que de manie.

L’autre petite nonne, moins petite pourtant et moins intelligente aussi, était la plus douce et la plus affectueuse créature du monde. Celle-là n’avait pas une parcelle de la morgue anglaise et de la méfiance catholique. Elle ne nous rencontrait jamais sans nous embrasser, en nous adressant, d’un ton à la fois larmoyant et enjoué, les épithètes les plus tendres.

Les enfans sont portés à abuser de l’ex pansion qu’on a avec eux, aussi les pensionnaires avaient-elles peu de respect pour cette bonne petite nonne. Les Anglaises surtout regardaient comme un travers le laisser aller affectueux de ses manières. Il n’y a pas à dire, au couvent comme ailleurs, j’ai toujours trouvé cette race hautaine et guindée à la surface. Le caractère des Anglaises est plus bouillant que le nôtre. Leurs instincts ont plus d’animalité dans tous les genres. Elles sont moins maîtresses que nous de leurs sentimens et de leurs passions. Mais elles sont plus maîtresses de leurs mouvemens, et dès l’enfance il semble qu’elles s’étudient à les cacher et à se composer une habitude de maintien impassible. On dirait qu’elles viennent au monde dans la toile goudronnée dont on faisait ces fameux collets montés devenus synonymes d’orgueil et de pruderie.

Pour en revenir à la sœur Anna-Joseph, je l’aimais comme elle était, et quand elle venait à moi les bras ouverts et l’œil humide (elle avait toujours l’air d’un enfant qui vient d’être grondé et qui demande protection ou consolation au premier venu), je ne songeais point à épiloguer sur la banalité de ses caresses : je les lui rendais avec la sincérité d’une sympathie toute d’instinct, car, d’affection raisonnée, il n’y avait pas moyen d’y songer avec elle. Elle ne savait pas dire deux mots de suite, parce qu’elle ne pouvait pas assembler deux idées. Était-ce bêtise, timidité, légèreté d’esprit ? Je croirais plutôt que c’était maladresse intellectuelle, gaucherie du cerveau, si l’on peut parler ainsi. Elle jasait sans rien dire : mais c’est qu’elle eût voulu beaucoup dire et qu’elle ne le pouvait pas, même dans sa propre langue. Il n’y avait pas absence, mais confusion d’idées. Préoccupée de ce à quoi elle voulait penser, elle disait des mots pour d’autres mots qu’elle croyait dire, ou elle laissait sa phrase au beau milieu, et il fallait deviner le reste tandis qu’elle en commençait une autre. Elle agissait comme elle parlait. Elle faisait cent choses à la fois et n’en faisait bien aucune : son dévoûment, sa douceur, son besoin d’aimer et de caresser semblaient la rendre tout à fait propre aux fonctions d’infirmière dont on l’avait revêtue. Malheureusement comme elle embrouillait sa main droite avec sa main gauche, elle embrouillait malades, remèdes et maladies : elle vous faisait avaler votre lavement, elle mettait la potion dans la seringue. Et puis elle courait pour chercher quelque drogue à la pharmacie, et croyant monter l’escalier, elle le descendait, et réciproquement. Elle passait sa vie à se perdre et à se retrouver. On la rencontrait toujours affairée, toute dolente pour un bobo survenu à une de ses dearest sisters[16] ou à un de ses dearest children[17]. Bonne comme un ange, bête comme une oie, disait-on. Et les autres religieuses la grondaient beaucoup, ou la raillaient un peu vivement pour ses étourderies. Elle se plaignait d’avoir des rats dans sa cellule. On lui répondait que s’il y en avait, ils étaient sortis de sa cervelle. Désespérée quand elle avait fait une sottise, elle pleurait, perdait la tête et devenait complétement incapable de la retrouver.

Quel nom donner à ces organisations affectueuses, inoffensives, pleines de bon vouloir, mais, par le fait, inhabiles et impuissantes ? Il y en a beaucoup, de ces natures-là, qui ne savent et ne peuvent rien faire, et qui, livrées à elles-mêmes, ne trouveraient pas dans la société une fonction applicable à leur individualité. On les appelle brutalement idiotes et imbéciles. Moi, j’aimerais mieux ce préjugé de certains peuples qui réputent sacrées les personnes ainsi faites. Dieu agit en elles mystérieusement, et il faut respecter Dieu dans l’être qu’il semble vouloir écraser de trop de pensées, ou embarrasser en lui ôtant le fil conducteur du labyrinthe intellectuel.

N’aurons-nous pas un jour une société assez riche et assez chrétienne pour qu’on ne dise plus aux inhabiles : « Tant pis pour toi, deviens ce que tu pourras ? » L’humanité ne comprendra-t-elle jamais que ceux qui ne sont capables que d’aimer sont bons à quelque chose, et que l’amour d’une bête est encore un trésor ?

Pauvre petite sœur Anna-Joseph, tu fis bien de te tourner vers Dieu, qui seul ne rebute pas les élans d’un cœur simple, et, quant à moi, je le remercie de ce qu’il m’a fait aimer en toi cette sainte simplicité qui ne pouvait rien donner que de la tendresse et du dévouement. Faites les difficiles, vous autres qui en avez trop rencontré dans ce monde !

J’ai gardé pour la dernière celle des nonnes que j’ai le plus aimée. C’était, à coup sûr, la perle du couvent. Mme Mary Alicia Spiring était la meilleure, la plus intelligente et la plus aimable des cent et quelques femmes, tant vieilles que jeunes, qui habitaient, soit pour un temps, soit pour toujours le couvent des Anglaises. Elle n’avait pas trente ans lorsque je la connus. Elle était encore très belle, bien qu’elle eût trop de nez et trop peu de bouche. Mais ses grands yeux bleus bordés de cils noirs étaient les plus beaux, les plus francs, les plus doux yeux que j’aie vus de ma vie. Toute son âme généreuse, maternelle et sincère, toute son existence dévouée, chaste et digne étaient dans ces yeux-là. On eût pu les appeler, en style catholique, des miroirs de pureté. J’ai eu longtemps l’habitude, et je ne l’ai pas tout à fait perdue, de penser à ces yeux-là quand je me sentais la nuit, oppressée par ces visions effrayantes qui vous poursuivent encore après le réveil. Je m’imaginais rencontrer le regard de Mme Alicia, et ce pur rayon mettait les fantômes en fuite.

Il y avait dans cette personne charmante quelque chose d’idéal ; je n’exagère pas, et quiconque l’a vue un instant à la grille du parloir, quiconque l’a connue quelques jours au couvent, a ressenti pour elle une de ces subites sympathies mêlées d’un profond respect, qu’inspirent les âmes d’élite. La religion avait pu la rendre humble, mais la nature l’avait faite modeste. Elle était née avec le don de toutes les vertus, de tous les charmes, de toutes les puissances que l’idée chrétienne bien comprise par une noble intelligence ne pouvait que développer et conserver. On sentait qu’il n’y avait point de combat en elle et qu’elle vivait dans le beau et dans le bon comme dans son élément nécessaire. Tout était en harmonie chez elle. Sa taille était magnifique et pleine de grâces sous le sac et la guimpe. Ses mains effilées et rondelettes étaient charmantes, malgré une ankylose des petits doigts qui ne se voyait pas habituellement. Sa voix était agréable, sa prononciation d’une distinction exquise dans les deux langues, qu’elle parlait également bien. Née en France d’une mère française, élevée en France, elle était plus Française qu’Anglaise, et le mélange de ce qu’il y a de meilleur dans ces deux races en faisait un être parfait. Elle avait la dignité britannique sans en avoir la raideur, l’austérité religieuse sans la dureté. Elle grondait parfois, mais en peu de mots, et c’étaient des mots si justes, un blâme si bien motivé, des reproches si directs, si nets, et pourtant accompagnés d’un espoir si encourageant, qu’on se sentait courbée, réduite, convaincue, devant elle, sans être ni blessée, ni humiliée ni dépitée. On l’estimait d’autant plus qu’elle avait été plus sincère, on l’aimait d’autant plus qu’on se sentait moins digne de l’amitié qu’elle vous conservait, mais on gardait l’espoir de la mériter, et on y arrivait certainement, tant cette affection était désirable et salutaire.

Plusieurs religieuses avaient une fille, ou plusieurs filles parmi les pensionnaires, c’est-à-dire que, sur la recommandation des parens, ou sur la demande d’un enfant et avec la permission de la supérieure, il y avait une sorte d’adoption maternelle spéciale. Cette maternité consistait en petits soins particuliers, en réprimandes tendres ou sévères à l’occasion. La fille avait la permission d’entrer dans la cellule de sa mère, de lui demander conseil ou protection, d’aller quelquefois prendre le thé avec elle dans l’ouvroir des religieuses, de lui offrir un petit ouvrage à sa fête, enfin de l’aimer et de le lui dire. Tout le monde voulait être la fille de Poulette ou de la mère Alippe. Mme Marie-Xavier avait des filles. On désirait vivement être celle de Mme Alicia, mais elle était avare de cette faveur. Secrétaire de la communauté, chargée de tout le travail de bureau de la supérieure, elle avait peu de loisir et beaucoup de fatigue. Elle avait une fille bien-aimée, Louise de Courteilles (qui a été depuis Mme d’Aure). Cette Louise était sortie du couvent, et personne n’osait espérer de la remplacer.

Cette ambition me vint comme aux gens naïfs qui ne doutent de rien. On se prenait de passion filiale autour de moi pour Mme Alicia, mais on n’osait pas le lui dire. J’allai le lui dire tout net et sans m’embarrasser l’esprit du sermon qui m’attendait. « Vous ? me dit-elle. Vous le plus grand diable du couvent ? Mais vous voulez donc me faire faire pénitence ? Que vous ai-je donc fait pour que vous m’imposiez le gouvernement d’une aussi mauvaise tête que la vôtre ? Vous voulez me remplacer, vous, enfant terrible, ma bonne Louise, ma douce et sage enfant ? Je crois que vous êtes folle ou que vous m’en voulez. — Bah ! lui répondis-je sans me déconcerter, essayez toujours, qui sait ? Je me corrigerai peut-être, je deviendrai peut-être charmante pour vous faire plaisir ! — À la bonne heure, dit-elle ; si c’est dans l’espoir de vous amender que je vous entreprends, je m’y résignerai peut-être ; mais vous me fournissez là un rude moyen de faire mon salut, et j’en aurais préféré un autre. — Un ange comme Louise de Courteilles ne compte pas pour votre salut, repris-je. Vous n’avez eu aucun mérite avec elle ; vous en auriez beaucoup avec moi. — Mais si, après m’être donné beaucoup de peine, je ne réussis pas à vous rendre sage et pieuse ? — Pouvez-vous me promettre de m’aider au moins ? — Pas trop, répondis-je. Je ne sais pas encore ce que je suis et ce que je veux être. Je sens que je vous aime beaucoup, et je me figure que, de quelque façon que je tourne, vous serez forcée de m’aimer aussi. — Je vois que vous ne manquez pas d’amour-propre ? — Oh ! vous verrez que ce n’est pas cela ; mais j’ai besoin d’une mère. J’en ai deux en réalité qui m’aiment trop, que j’aime trop, et nous ne nous faisons que du mal les unes aux autres. Je ne peux guère vous expliquer cela, et pourtant vous le comprendriez, vous qui avez votre mère, dans le couvent ; mais soyez pour moi une mère à votre manière. Je crois que je m’en trouverai bien. C’est dans mon intérêt que je vous le demande, et je ne m’en fais point accroire. Allons, chère mère, dites oui, car je vous avertis que j’en ai déjà parlé à ma bonne maman et à madame la supérieure, et qu’elles vont vous le demander aussi.

Mme Alicia se résigna, et mes compagnes, tout étonnées de cette adoption, me disaient : « Tu n’es pas malheureuse, toi ! Tu es un diable incarné, tu ne fais que des sottises et des malices. Pourtant voilà Mme Eugénie qui te protége et Mme Alicia qui t’aime, tu es née coiffée. » — « Peut-être ! » disais-je avec la fatuité d’un mauvais sujet.

Mon affection pour cette admirable personne était pourtant plus sérieuse qu’on ne pensait et qu’elle ne le croyait certainement elle-même. Je n’avais jamais senti qu’une passion dans mon petit être, l’amour filial ; cette passion se concentrait en moi ; ma véritable mère y répondait tantôt trop, tantôt pas assez, et, depuis que j’étais au couvent, elle semblait avoir fait vœu de repousser mes élans et de me restituer à moi-même pour ainsi dire. Ma grand’mère me boudait parce que j’avais accepté l’épreuve qu’elle m’avait imposée. Ni l’une ni l’autre n’avait plus de raison que moi. J’avais besoin d’une mère sage, et je commençais à comprendre que l’amour maternel, pour être un refuge, ne doit pas être une passion jalouse.

Malgré la dissipation où mon être moral semblait s’être absorbé et comme évaporé, j’avais toujours mes heures de rêverie douloureuse et de sombres réflexions dont je ne faisais part à personne. J’étais parfois si triste en faisant mes folies, que j’étais forcée de m’avouer malade pour ne pas m’épancher. Mes compagnes anglaises se moquaient de moi et me disaient : « You are low-spirited to-day ? — What is the matter with you ? »[18] Isabelle avait coutume de répéter quand j’étais jaune et abattue : « She is in her low-spirits, in her spiritual absences »[19]. Elle faisait ma charge, je riais, et je gardais mon secret.

J’étais diable moins par goût que par laisser-aller. J’aurais tourné à la sagesse si mes diables l’eussent voulu. Je les aimais, ils me faisaient rire, ils m’arrachaient à moi-même : mais cinq minutes de sévérité de Mme Alicia me faisaient plus de bien, parce que, dans cette sévérité, soit amitié particulière, soit charité chrétienne, je sentais un intérêt plus sérieux et plus durable qu’il n’y en avait dans cet échange de gaîté entre mes compagnes et moi. Si j’avais pu vivre à l’ouvroir ou dans la cellule de ma chère mère, au bout de trois jours je n’aurais plus compris qu’on s’amusât sur les toits ou dans les caves.

J’avais besoin de chérir quelqu’un et de le placer dans ma pensée habituelle au-dessus de tous les autres êtres, de rêver en lui la perfection, le calme, la force, la justice : de vénérer enfin un objet supérieur à moi, et de rendre dans mon cœur un culte assidu à quelque chose comme Dieu ou comme Corambé. Ce quelque chose prenait les traits graves et sereins de Maria Alicia. C’était mon idéal, mon saint amour, c’était la mère de mon choix.

Quand j’avais fait le diable tout le jour, je me glissais le soir dans sa cellule après la prière. C’était une des prérogatives de mon adoption. La prière finissait à huit heures et demie. Nous montions l’escalier de notre dortoir, et nous trouvions dans les longs corridors (qu’on appelait dortoirs aussi, parce que toutes les portes des cellules y donnaient) les nonnes alignées sur deux rangs, et rentrant chez elles en psalmodiant à haute voix des prières en latin. Elles s’arrêtaient devant une madone qui était sur le dernier palier, et là elles se séparaient, après plusieurs versets et répons. Chacune entrait dans sa cellule sans rien dire, car, entre la prière et le sommeil, le silence leur était imposé.

Mais celles qui avaient une fonction à remplir auprès des malades ou auprès de leurs filles étaient dispensées de s’astreindre à ce réglement. J’avais donc le droit d’entrer chez ma mère entre neuf heures moins un quart et neuf heures. Lorsque neuf heures sonnaient à la grande horloge, il fallait que sa lumière fût éteinte et que je fusse rentrée au dortoir. C’était donc quelquefois cinq ou six minutes seulement qu’elle pouvait m’accorder, encore avec préoccupation et l’oreille attentive aux quarts, demi-quarts et avant-quarts que sonnait la vieille horloge, car Mme Alicia était scrupuleusement fidèle à l’observance des moindres règles, et elle n’y eût pas voulu manquer d’une seconde.

« Allons, me disait-elle en m’ouvrant sa porte, que je grattais d’une certaine façon pour me faire admettre, voilà encore mon tourment ! » C’était sa formule habituelle, et le ton dont elle la disait était si bon, si accueillant, son sourire était si tendre et son regard si doux que je me trouvais parfaitement encouragée à entrer. « Voyons, disait-elle, que venez-vous me dire de nouveau ? Auriez-vous été sage, par hasard, aujourd’hui ? — Non. — Mais vous n’êtes pas en bonnet de nuit, cependant ? (On sait que c’était la marque de pénitence qui était devenue à peu près adhérente à mon chef.) — Je ne l’ai eu que deux heures, ce soir, disais-je. — Ah ! fort bien ! Et ce matin ? — Ce matin, je l’avais à l’église. Je me suis glissée derrière les autres pour que vous ne le vissiez point. — Ah ! ne craignez rien ! je vous regarde le moins possible, pour ne pas voir ce vilain bonnet. Eh bien ! vous l’aurez donc encore demain ? — Oh ! probablement ! — Vous ne voulez donc pas changer ? — Je ne peux pas encore. — Alors qu’est-ce que vous venez faire chez moi ? — Vous voir et me faire gronder. — Ah ! cela vous amuse ? — Cela me fait du bien. — Je ne m’en aperçois pas du tout, et cela me fait du mal, à moi, méchante enfant ! — Ah ! tant mieux ! lui disais-je, cela prouve que vous m’aimez. — Et que vous ne m’aimez pas ! » reprenait-elle.

Alors elle me grondait, et j’avais un grand plaisir à être grondée par elle. « Au moins, me disais-je, voilà une mère qui m’aime pour moi et qui a raison avec moi. » Je l’écoutais avec le recueillement d’une personne bien décidée à se convertir, et pourtant je n’y songeais nullement.

« Allons me disait-elle, vous changerez, je l’espère ; vos sottises vous ennuieront, et D ieu parlera à votre âme. — Le priez-vous beaucoup pour moi ? — Oui, beaucoup. — Tous les jours ? — Tous les jours. — Vous voyez bien que si j’étais sage, vous m’aimeriez moins et ne penseriez pas si souvent à moi. »

Elle ne pouvait s’empêcher de rire, car elle avait ce fond de gaîté qui est le cachet des bons esprits et des bonnes consciences. Elle me prenait par les épaules et me secouait comme pour faire sortir le diable dont j’étais possédée. Puis l’heure sonnait, et elle me jetait à la porte en riant. Et je remontais au dortoir, emportant, comme par influence magnétique, quelque chose de la sérénité et de la candeur de cette belle âme.

Je n’ai dit ces détails que pour compléter le portrait de ma chère Marie Alicia, car j’aurai beaucoup à revenir sur mes relations avec elle. J’achève maintenant ma nomenclature en disant que nous avions quatre sœurs converses dont je ne me rappelle bien que deux, la sœur Thérèse et la sœur Hélène.

Sister Teresa était une grande vieille d’un beau type. Elle était gaie, brusque, moqueuse, adorablement bonne. C’est encore un de mes chers souvenirs. C’est elle qui m’avait baptisée Madcap. Elle ne savait pas un mot de français et ne pouvait, dans aucune langue, dire correctement trois paroles. C’était une Ecossaise, maigre, forte, très active, vous repoussant toujours de manière à vous attirer, se plaisant aux niches qu’on lui faisait, et capable de vous châtier à coups de balai, tout en riant plus haut que vous. Elle aussi aimait les diables et ne les craignait point.

Elle avait l’emploi de distiller l’eau de menthe, ce qui était une industrie très perfectionnée dans notre couvent. On cultivait la plante dans de grands carrés réservés, au jardin des religieuses. Trois ou quatre fois par semaine, on la fauchait comme une luzerne, et on l’apportait dans une vaste cave qui servait de laboratoire à la sœur Thérèse. Cette cave était située juste au-dessous de la grande classe, et on y descendait par un large escalier. C’était donc naturellement une de nos premières étapes quand nous partions pour nos escapades. Mais quand la distilleuse était absente, tout était fermé avec le plus grand soin, et quand elle était présente, il ne fallait pas songer à folâtrer au milieu de ses alambics et de ses cornues. On s’arrêtait devant la porte ouverte et on la taquinait en paroles, ce qu’elle acceptait fort bien. Cependant, moi qui savais faire tranquillement mes impertinences, j’arrivai bientôt à pénétrer dans le sanctuaire. Je me tins d’abord pendant quelque temps en observation ; j’aimais à la regarder. Seule dans cette grande cave éclairée par un jour blanc, qui, du soupirail, tombait sur sa robe violette, sur son voile d’un noir grisâtre et sur sa figure accentuée de lignes, terne de couleur comme une terre cuite, elle avait l’air d’une sorcière de Macbeth faisant ses évocations autour des fourneaux. Parfois elle était immobile comme une statue, assise auprès de l’alambic où le précieux breuvage coulait goutte à goutte : elle lisait la Bible en silence, ou murmurait ses offices d’une voix rauque et monotone. Elle était belle dans sa rude vieillesse comme un portrait de Rembrandt.

Un jour qu’elle était absorbée ou assoupie, j’arrivai jusqu’à elle sur la pointe des pieds, et quand elle me vit au milieu de ses flacons et de tout l’attirail fragile qu’un combat folâtre eût compromis, force lui fut de capituler et de souffrir ma curiosité. Elle était si bonne qu’elle me prit en affection, Dieu sait pourquoi, et que je pus dès lors me glisser souvent à ses côtés. Quand elle vit que je n’étais pas maladroite et que je ne brisais rien, elle se laissa distraire et désennuyer par mes flâneries, et, tout en me reprochant de n’être pas à la classe, elle ne me poussa jamais dehors, comme elle faisait des autres. L’odeur de la menthe lui causait des maux d’yeux et des migraines. Je l’aidais à étaler et à remuer son fourrage embaumé, et dans les jours d’été, quand on étouffait dans la classe, je trouvais un bien-être extrême à me réfugier dans cette cave dont le parfum me charmait.

L’autre sœur converse, sœur Hélène, était la maîtresse servante du couvent. Elle faisait les lits au dortoir, balayait l’église, etc. Comme après Mme Alicia, c’est la religieuse q ui m’a été la plus chère, je parlerai beaucoup d’elle en temps et lieu ; mais, à la phase de mon récit où je me trouve, je n’ai rien à en dire. Je fus longtemps sans faire la moindre attention à elle.

Les deux autres converses faisaient la cuisine. Ainsi, au couvent comme ailleurs, il y avait une aristocratie et une démocratie. Les dames de chœur vivaient en patriciennes. Elles avaient des robes blanches et du linge fin. Les converses travaillaient comme des prolétaires et leur vêtement sombre était plus grossier. C’étaient de vraies femmes du peuple, sans aucune éducation, et beaucoup moins absorbées par l’église et les offices que par les travaux de ce grand ménage. Elles n’étaient pas en nombre pour y suffire, et il y avait en outre deux servantes séculières, Marie-Anne et Marie-Josephe, sa nièce, deux créatures excellentes qui me dédommageaient bien de Rose et de Julie.

En général on était bon comme Dieu dans cette grande famille féminine. Je n’y ai pas rencontré une seule méchante compagne, et parmi les religieuses et les maîtresses, sauf Mlle D……, je n’ai trouvé que tendresse ou tolérance. Comment ne chérirais-je pas le souvenir de ces années, les plus tranquilles, les plus heureuses de ma vie ? J’y ai souffert de moi-même au physique et au moral, mais, en aucun temps et en aucun lieu, je n’ai moins souffert de la part des autres.



CHAPITRE TREIZIÈME.

Départ d’Isabelle pour la Suisse. — Amitié protectrice de Sophie pour moi. — Fanelly. — La liste des affections. — Anna. — Isabelle quitte le couvent. — Fanelly me console. — Retour sur le passé. — Précautions mal entendues des religieuses. — Je fais des vers. — J’écris mon premier roman. — Ma grand’mère revient à Paris. — M. Abraham. — Études sérieuses pour la présentation à la cour. — Je retombe dans mes chagrins de famille. — On me met en présence d’épouseurs. — Visites chez de vieilles comtesses. — On me donne une cellule. — Description de ma cellule. — Je commence à m’ennuyer de la diablerie. — La vie des saints. — Saint Siméon le Stylite, saint Augustin, saint Paul. — Le Christ au jardin des Oliviers. — L’Évangile. — J’entre un soir dans l’église.


Mon premier chagrin à la grande classe fut le départ d’Isabelle. Ses parens l’emmenaient en Suisse avec sa sœur aînée, qui n’était pas au couvent. Isabelle partit, joyeuse de faire un si beau voyage, ne regrettant que Sophie, et faisant fort peu d’attention à mes larmes. J’en fus blessée. J’aimais Sophie et j’en étais doublement jalouse : jalouse, parce qu’elle me préférait Isabelle ; jalouse, parce que Isabelle me la préférait. J’eus quelques jours de grand chagrin. Mais la jalousie en amitié n’est point mon mal : je la méprise et m’en défends assez bien. Quand je vis Sophie pleurer son amie et dédaigner mes consolations, je ne fis pas la superbe. Je la priai de m’associer à ses regrets, d’être triste avec moi sans se gêner et de me parler d’Isabelle sans jamais craindre de lasser ma patience et mon affection. « Au fait, me dit Sophie en se jetant dans mes bras, je ne sais pas pourquoi nous t’avions traitée comme un enfant, Isabelle et moi. Tu as plus de cœur qu’on ne pense, et je te jure amitié sérieuse. Tu me permettras d’aimer Isabelle avant tout. Elle y a droit par ancienneté, mais après Isabelle, je sens que c’est toi que j’aime plus que tout le monde ici. »

J’acceptai joyeusement la part qui m’était faite, et je devins l’inséparable de Sophie. Elle fut toujours aimable et charmante : mais je dois dire que, pour l’élan du cœur et le dévoûment complet, je fis toujours les frais de cette amitié ; Sophie était exclusive malgré elle. Son âme ne pouvait se partager. Je l’accusai quelquefois d’ingratitude, puis je sentis que j’avais tort, et, sans la quitter d’une semelle, j’ouvris mon cœur à d’autres amitiés.

Mary partit pour un voyage en Angleterre. Elle devait revenir bientôt, et je ne m’en affectai pas beaucoup, parce que mon entrée à la grande classe nous avait beaucoup séparées, et qu’à son retour elle devait m’y rejoindre. Mais son absence se prolongea. Elle ne revint qu’au bout d’un an et pour rentrer à la petite classe. L’affection qui s’empara de moi me dédommagea de toutes ces pertes, et je trouvai dans Fanelly de Brisac la plus aimante de toutes mes amies.

C’était une petite blonde, fraîche comme une rose et d’une physionomie si vive, si franche, si bonne, qu’on avait du plaisir à la regarder. Elle avait de magnifiques cheveux cendrés qui tombaient en longues boucles sur ses yeux bleus et sur ses joues rondelettes. Comme elle remuait toujours, qu’elle ne savait pas marcher sans courir, ni courir sans bondir comme une balle, ce perpétuel flottement de cheveux était la chose la plus gaie du monde. Ses lèvres vermeilles ne savaient que sourire, et, comme elle était de Nérac, elle avait un petit accent gascon qui réjouissait l’oreille. Ses sourcils se rejoignaient au-dessus de son petit nez, ses yeux pétillaient comme des étincelles. Elle agissait et entreprenait toujours, elle ne connaissait pas la rêverie. Elle babillait sans désemparer. Elle était tout feu, tout cœur, tout soleil, un vrai type méridional, la plus aimable, la plus vivante, la plus prévenante compagne que j’aie jamais eue.

Elle m’aima la première et me le dit sans savoir comment j’y répondrais. J’y répondis tout de suite et de tout mon cœur, sans savoir où cela me mènerait. Mais ma bonne étoile avait présidé à ce pacte d’inspiration. Je trouvai en elle un trésor de bonté, la douceur d’un ange dans la pétulance d’un démon, un esprit rayonnant de santé morale, une abondance de cœur inépuisable, une complaisance empressée, ingénieuse, active, une droiture et une générosité d’instincts à toute épreuve, un caractère comme on n’en rencontre pas trois dans la vie pour l’unité, l’égalité, la sûreté. Cette personne-là a toujours vécu loin de moi depuis, nous ne nous sommes presque pas écrit. Elle n’était pas écriveuse, comme nous disions au couvent : nous ne nous sommes pas revues. Elle s’est mariée avec un homme très estimable, M. le Franc de Pompignan, mais dont la religion politique et sociale doit être tout l’opposé de la mienne. Elle doit donc vivre dans un milieu où je suis considérée très probablement comme un suppôt de l’Antechrist[20]. Mais en dépit de tout cela, il y a une chose dont je suis aussi assurée que de ma propre existence, c’est que Fanelly m’aime toujours tendrement et ardemment, c’est qu’aucun nuage n’a passé sur cette irrésistible et complète sympathie que nous avons éprouvée l’une pour l’autre, il y a trente ans, c’est qu’elle ne pense jamais à moi sans se dire qu’elle m’aime et sans être certaine que je l’aime aussi. Qui ne l’eût aimée ? Elle n’avait pas un seul défaut, pas un seul travers. À la voir si rieuse, si échevelée, si en l’air, on eût pu croire qu’elle ne pensait à rien, et cependant elle pensait toujours à vous être agréable ; elle vivait pour ainsi dire de l’affection qu’elle vous portait et du plaisir qu’elle voulait vous donner. Je la vois toujours entrant dans la classe dix fois par jour (car elle savait sortir de classe comme personne) et remuant sa jolie tête blonde à droite et à gauche pour me chercher. Elle était myope malgré ses beaux yeux. « Ma tante, disait-elle, où est donc ma tante ? qu’a-t-on fait de ma tante ? Mesdemoiselles, mesdemoiselles, qui a vu ma tante ? — Eh ! je suis là, lui disais-je. Viens donc auprès de moi.

— Ah ! c’est bien, ma tante ! Tu m’as gardé ma place à côté de toi. C’est bien, c’est bien, nous allons rire. Mais qu’est-ce que tu as, ma tante ? Tu as l’air soucieux, voyons, dis-moi ce que tu as ?

— Mais rien.

— En ce cas, ris donc, est-ce que tu t’ennuies ? Eh, oui, je parie ! Il y a au moins une heure que tu es tranquille. Viens, décampons ; j’ai découvert quelque chose de charmant. »

Et elle m’emmenait battre les buissons dans le jardin, ou les pavés dans le cloître, et elle avait toujours préparé quelque folle surprise pour me divertir. Il n’y avait pas moyen d’être triste ou seulement rêveuse avec elle, et ce qu’il y avait de remarquable dans ce charmant naturel, c’est que son tourbillonnement ne fatiguait jamais. Elle vous arrachait à vous-même et ne vous faisait jamais regretter de vous être laissé aller. Elle était pour moi la santé, la vie de l’âme et du corps. C’était le ciel qui me l’envoyait, à moi qui avais, qui ai toujours eu besoin précisément de l’initiative des autres pour exister.

Je trouvais fort doux d’être aimée ainsi, et je dois ajouter que cette enfant est dans ma vie le seul être dont je me sois sentie aimée à toute heure avec la même intensité et la même placidité.

Comment fit-elle durant deux années d’intimité pour ne pas se lasser de moi un seul instant ? C’est qu’elle avait une libéralité de cœur tout exceptionnelle. C’est aussi qu’elle avait un esprit peu ordinaire. Elle avait trouvé le secret de me transformer, de me rendre amusante, de m’arracher si bien à mes langueurs et à mes abattemens, qu’elle en était venue à me croire vivante comme elle. Elle ne se doutait pas que c’était elle qui me donnait la vie.

On avait au couvent l’enfantine et plaisante habitude d’établir et de respecter le classement de ses amitiés. L’on exigeait cela les unes des autres, ce qui prouve que la femme est née jalouse, et tient à ses droits dans l’aff ection, à défaut d’autres droits à faire valoir dans la société. Ainsi, on dressait la liste de ses relations plus ou moins intimes : on les classait par ordre, et les initiales des quatre ou cinq noms préférés étaient comme une devise qu’on lisait sur les cahiers, sur les murs, sur les couvercles de pupitre, comme autrefois l’on mettait certains chiffres et certaines couleurs sur ses armes et sur son palefroi. Quand on avait donné la première place, on n’avait pas le droit de la reprendre pour la donner à une autre. L’ancienneté faisait loi. Ainsi ma liste de la grande classe portait invariablement Isabella Clifford en tête, et puis Sophie Cary. Quand vint Fanelly, elle ne put avoir que la troisième place, et bien que Fanelly n’eût pas de meilleures amies que moi, bien qu’elle n’en eût jamais d’autres que les miennes, elle accepta sans jalousie et sans chagrin cette troisième place. Après elle vint Anna Vié, qui eut la quatrième ; et pendant près d’une année je ne formai pas d’autres relations. Le nom de Mme Alicia couronnait toujours la liste ; elle brillait seule, au-dessus, comme mon soleil. Les initiales de mes quatre compagnes formaient le mot Isfa, que je traçais sur tous les objets à mon usage dans la classe, comme une formule cabalistique. Quelquefois je l’entourais d’une auréole de petits a pour signifier qu’Alicia remplissait tout le reste de mon cœur. Combien de fois Mme Eugénie, qui, avec sa vue débile, voyait cependant tout, et mettait son petit nez curieux dans toutes nos paperasses, s’est-elle creusé l’esprit pour découvrir ce que signifiait ce mot mystérieux ! Chacune de nous, ayant un logogriphe du même genre, lui laissait présumer que nous avions une langue de convention, et qu’à l’aide de ce langage nous conspirions contre son autorité. Mais elle interrogeait vainement. On lui disait que c’étaient des lettres jetées au hasard pour essayer les plumes. Le mystère est une si belle chose quand il ne cache aucun secret !

Anna Vié, ma quatrième, était une personne très intelligente, gaie, railleuse, malicieuse, la plus spirituelle du couvent en paroles. Il était impossible de ne pas se plaire avec elle. Elle était laide et pauvre, et ces deux disgrâces dont elle riait sans cesse, faisaient son plus grand charme ; orpheline, elle avait pour tout appui un vieil oncle grec, M. de Césarini, qu’elle connaissait peu et craignait beaucoup. Diable au premier chef, rageuse surtout, redoutée pour son ironie, elle avait pourtant un noble et généreux cœur. Sa gaîté brillante cachait un grand fonds d’amertume. Son avenir, qui se présentait toujours à elle sous des couleurs sombres, son esprit, qui la faisait craindre plus qu’aimer ; ses pauvres petites robes noires, fanées, sa petite taille, qui ne se développait point, son teint jaune et bilieux, ses petits yeux étranges, tout lui était un sujet de plaisanterie appare nte et de douleur secrète. À cause de cela, on la croyait envieuse des avantages des autres. Cela n’était point. Elle avait une grande droiture de jugement, une grande élévation d’idées, et quand elle vous aimait assez pour ne plus rire avec vous, elle pleurait avec noblesse et s’emparait de votre sympathie. Longtemps nous caressâmes ensemble le rêve qu’elle viendrait habiter Nohant quand j’y retournerais. Ma grand’mère souriait à ce projet ; mais l’oncle d’Anna, à qui celle-ci en parla d’abord, ne s’y montra pas favorable.

Je l’ai revue une ou deux fois depuis notre séparation. Elle avait épousé un M. Desparbès de Lussan, de la famille de Mme de Lussan, qui avait été l’amie intime de ma grand’mère. Anna, mariée, n’était plus la même personne. Elle avait grandi, son teint s’était éclairci : sans être jolie, elle était devenue agréable. Elle habitait la campagne à Ivry. Son mari n’était ni jeune, ni riche ni avenant, mais elle s’en louait beaucoup, et, soit pour lui complaire, soit pour se réconcilier avec son sort, qui ne paraissait pas enivrant, elle était devenue dévote, de sceptique très obstinée que je l’avais connue.

Un autre changement qui m’étonna davantage et qui m’affligea, fut la contrainte et la froideur de ses manières avec moi. Je n’étais pourtant pas George Sand alors, et je ne songeais guère à le devenir. J’étais encore catholique, et si inconnue en ce monde que personne ne songeai t à dire du mal de moi. La réserve de mon ancienne amie ne m’eût peut-être pas empêchée de la revoir, car je croyais deviner quelle n’était pas plus heureuse dans le monde qu’au couvent, et qu’elle aurait besoin de s’épancher avec moi quand nous serions seules ; mais je n’habitais point Paris, et les douze ou treize ans que j’ai passés a Nohant après mon mariage ont nécessairement rompu la plupart de mes relations de couvent. J’ai su qu’Anna avait perdu son mari après quelques années de mariage, et je ne sais pas ce qu’elle est devenue. Puisse-t-elle être heureuse ! Elle avait toujours désespéré de pouvoir l’être, et pourtant elle le méritait beaucoup.

Pendant près d’un an, Sophie, Fanelly, Anna et moi, nous fûmes inséparables. Je fus le lien entre elles ; car, avant que Sophie m’eût acceptée pour sa seconde, et que les deux autres m’eussent adoptée pour leur première, elles n’avaient pas marché ensemble. Notre intimité fut sans nuages. Je souffrais bien un peu des fréquentes indifférences de Sophie, qui se croyait obligée d’aimer Isabelle absente plus que moi, tandis que je me croyais obligée d’aimer Isabelle absente et Sophie indifférente plus que Fanelly et Anna, qui m’adoraient généreusement. Mais c’était la règle, la loi. On aurait cru mériter l’odieuse qualification d’inconstante si on eût dérangé l’ordre de la liste. Pourtant je dois dire à ma justification qu’en dépit de la liste, en dépit de l’ancienneté, en dépit des promesses échangées, je ne pouvais m’empêcher de sentir que j’aimais Fanelly plus que toutes les autres, et je lui faisais souvent cet étrange raisonnement : « Par ma volonté tu n’es que ma troisième, mais contre ma volonté tu es ma première et peut-être ma seule. » Elle riait. « Qu’est-ce que cela me fait, me disait-elle, que tu me comptes la troisième, si tu m’aimes comme je t’aime ? va, ma tante, je ne t’en demande pas davantage. Je ne suis pas fière, et j’aime celles que tu aimes. » Isabelle revint de Suisse au bout de quelques mois, mais elle vint nous dire adieu, elle quittait définitivement le couvent. Elle partait pour l’Angleterre. J’eus un désespoir complet, d’autant plus que, tout absorbée par Sophie, elle s’apercevait à peine de ma présence et se retourna pour dire : « Qu’a donc cette petite à pleurer comme cela ? » Je trouvai le mot bien dur ; mais comme Sophie lui dit que j’avais été sa consolatrice et qu’elle m’avait prise pour amie, Isabelle s’efforça de me consoler et voulut que je fusse en tiers dans leur promenade. Elle revint nous voir une autre fois, et partit peu de temps après. Elle a fait un riche mariage. Je ne l’ai jamais revue.

Sophie ne se consola pas de cette séparation. Pour moi, dont l’amitié avait été plus courte et moins heureuse, je m’en laissai consoler par ma chère Fanelly, et je fis bien ; car Isabelle n’avait jamais vu en moi qu’un enfant, et d’ailleurs, elle était peut-être plus sentimentale que tendre.

Mon année, presque mes dix-huit ans de diablerie s’écoulèrent comme un jour et sans que j’en eusse pour ainsi dire conscience. Sophie et Anna prétendaient s’ennuyer mortellement au couvent, et que ce fût un genre ou une réalité, toutes mes compagnes disaient la même chose. Il n’y avait que les dévotes qui se fussent interdit la plainte, et elles n’en paraissaient pas plus gaies. Tous ces enfans avaient été apparemment bien heureux dans leurs familles. Celles qui, comme Anna, n’avaient pas de famille, et dont les jours de sortie n’étaient rien moins que gais, rêvaient un monde de plaisir, de bals, de délices, de voyages, que sais-je ! tout ce qui était la liberté et l’absence d’occupations réglées. La claustration et la règle sont apparemment ce qu’il y a de plus antipathique à l’adolescence.

Pour moi, si je souffris physiquement de la claustration, je ne m’en aperçus pas au moral ; mon imagination ne devançait pas les années, et l’avenir me faisait plus de peur que d’envie. Je n’ai jamais aimé à regarder devant moi. L’inconnu m’effraie, j’aime mieux le passé qui m’attriste. Le présent est toujours une sorte de compromis entre ce que l’on a désiré et ce que l’on a obtenu. Tel qu’il est, on l’accepte ou on le subit, on sait qu’on a déjà subi ou accepté beaucoup de choses, mais que sait-on de ce qu’on pourra subir ou accepter le lendemain ? Je n’ai jamais voulu me laisser dire ma bonne aventure, je ne croyais certes pas à la divination ; mais l’avenir matériel me paraît toujours quelque chose de si grave que je n’aime pas qu’on m’en parle, même en rébus et en jongleries. Pour mon compte, je n’ai jamais fait à Dieu qu’une demande dans mes prières : c’est d’avoir la force de supporter ce qui m’arriverait.

Avec cette disposition d’esprit, qui n’a jamais changé, je me trouvai donc heureuse au couvent plus qu’ailleurs ; car là, personne ne connaissant à fond le passé des autres, personne ne pouvait parler aux autres de ce qui devait leur arriver. Les parens parlent toujours de l’avenir à leurs enfans. Cet avenir de leur progéniture, c’est leur continuel souci, leur tendre et inquiète préoccupation. Ils voudraient l’arranger, l’assurer : ils y consument toute leur vie, et pourtant la destinée dément et déjoue toutes leurs prévisions. Les enfans ne profitent jamais des recommandations qu’on leur a faites. Certain instinct d’indépendance ou de curiosité les pousse même le plus souvent en sens contraire. Les nonnes n’ont pas le même genre de sollicitude pour les enfans qu’elles élèvent. Pour elles, il n’y a pas d’avenir sur la terre. Elles ne voient que le ciel ou l’enfer, et l’avenir, dans leur langage, s’appelle le salut. Avant même d’être dévote, ce genre d’avenir ne m’effrayait pas comme l’autre. Puisque, selon les catholiques, on est libre de choisir entre le salut et la damnation, puisque la grâce n’est jamais en défaut, et que la moindre bonne volonté vous jette dans une voie où les anges mêmes daignent marcher devant vous, je me disais avec une confiance superbe que je ne courais aucun danger, que j’y penserais quand je voudrais, et je ne me pressais pas d’y penser. Je n’étais pas sensible aux considérations d’intérêt personnel. Elles n’ont jamais agi sur moi, même en matière de religion. Je voulais aimer Dieu pour la seule douceur de l’aimer, je ne voulais pas avoir peur de lui : voilà ce que je disais quand on s’efforçait de m’épouvanter.

Sans réflexion et sans souci de cette vie et de l’autre, je ne songeais qu’à m’amuser, ou, pour mieux dire, je ne songeais même pas à cela : je ne songeais à rien. J’ai passé les trois quarts de ma vie ainsi, et pour ainsi dire à l’état latent. Je crois bien que je mourrai sans avoir réellement songé à vivre, et pourtant j’aurai vécu à ma manière, car rêver et contempler est une action insensible qui remplit parfaitement les heures et occupe les forces intellectuelles sans les trop user.

Je vivais donc là sans savoir comment et toujours prête à m’amuser comme l’entendraient mes amies. Anna aimait à causer, je l’écoutais. Sophie était rêveuse et triste, je m’attachais à ses pas en silence, ne la troublant pas dans ses méditations, ne la boudant pas quand elle revenait à moi. Fanelly aimait à courir, à rire, à fureter, à organiser toujours quelque diablerie, je devenais tout feu, toute joie, tout mouvement avec elle. Heureusement pour moi, elle s’emparait de moi ; Anna nous suivait par amitié et Sophie par désœuvrement ; alors commençaient des escapades et des vagabondages qui duraient des journées entières. On se donnait rendez-vous dans un coin quelconque ; Fanelly, dont la petite bourse était toujours la mieux garnie et qui avait l’art de faire acheter en cachette par le portier tout ce qu’elle voulait, nous préparait sans cesse des surprises de gourmandise. C’était un melon magnifique, des gâteaux, des paniers de cerises ou de raisins, des beignets, des pâtés, que sais-je ! Elle s’ingéniait toujours à nous régaler de quelque chose d’inattendu et de prodigieux. Pendant tout un été, nous ne fûmes nourries que par contrebande, et quelle folle nourriture ! Il fallait avoir quinze ans pour n’en pas tomber malade. De mon côté, j’apportais les friandises que me donnaient Mme Alicia et la sœur Thérèse, qui confectionnait elle-même des dumpleens et des puddings délicieux, et qui m’appelait dans son laboratoire pour en bourrer mes poches.

Mettre en commun nos friandises et les manger en cachette aux heures où l’on ne devait pas manger, c’était une fête, une partie fine et des rires inextinguibles, et des saletés de l’autre monde, comme de lancer au plafond la croûte d’une tarte aux confitures et de la voir s’y coller avec grâce, de cacher des os de poulets au fond d’un piano, de semer des pelures de fruit dans les escaliers sombres pour faire tomber les personnes graves. Tout cela paraissait énormément spirituel, et l’on se grisait à force de rire : car en fait de boisson nous n’avions que de l’eau ou de limonade.

La recherche de la victime était poursuivie avec ardeur, et j’aurais à raconter bien des déceptions qu’elle nous causa. Mais j’ai déjà raconté trop d’enfantillages, et, je le crains, avec trop de complaisance.

Je ne voudrais pourtant pas avoir oublié que mon but, en retraçant mes souvenirs, est d’intéresser mon lecteur au souvenir de sa propre vie. Déchirerai-je les pages qui précèdent comme puériles et sans utilité ? Non ! La gaîté, l’espièglerie même de l’adolescence, toujours mêlées d’une certaine poésie ou d’une grande activité d’imagination, sont une phase de notre existence que nous ne retraçons jamais sans nous sentir redevenir meilleurs, quand l’âge a passé sur nos têtes. L’adolescence est un âge de candeur, de courage et de dévouement souvent déraisonnable, toujours sincère et spontané. Ce que l’âge nous fait acquérir d’expérience et de jugement est au détriment de cette ingénuité première, qui ferait de nous des êtres parfaits si nous la conservions tout en acquérant la maturité. Faute de raison, ces trésors de la première jeunesse sont perdus ou stériles : mais en nous reportant à ce temps de prodigalité morale, nous reprenons possession de notre véritable richesse, et nul de nous ne serait capable d’une mauvaise action s’il avait toujours devant les yeux le spectacle de sa première innocence. Voilà pourquoi ces souvenirs sont bons pour tout le monde comme pour moi.

Pourtant j’abrége, car si je voulais rapporter tout ce que je me rappelle avec plaisir et avec une exactitude de mémoire, à certains égards, qui me surprend moi-même, je remplirais tout un volume. Il suffira de dire que je passai longtemps dans cet état de diablerie, ne faisant quoi que ce soit, si ce n’est d’apprendre un peu d’italien, un peu de musique, le moins possible en vérité. Je m’appliquais seulement à l’anglais, que j’avais hâte de savoir, parce que la moitié de la vie était manquée au couvent quand on n’entendait pas cette langue. Je commençais aussi à vouloir écrire. Nous en avions toutes la rage, et celles qui manquaient d’imagination passaient leur temps à s’écrire des lettres les unes aux autres : lettres parfois charmantes de tendresse et de naïveté, que l’on nous interdisait sévèrement comme si c’eût été des billets doux, mais que la prohibition rendait plus actives et plus ardentes.

Disons en passant que la grande erreur de l’éducation monastique est de vouloir exagérer la chasteté. On nous défendait de nous promener deux à deux, il fallait être au moins trois ; on nous défendait de nous embrasser ; on s’inquiétait de nos correspondances innocentes, et tout cela nous eût donné à penser si nous eussions eu en nous-mêmes seulement le germe des mauvais instincts qu’on nous supposait apparemment. Je sais que j’en eusse été fort blessée, pour ma part, si j’eusse compris le motif de ces prescriptions bizarres. Mais la plupart d’entre nous, élevées simplement et chastement dans leurs familles, n’attribuaient ce système de réserve excessive qu’à l’esprit de dévotion qui restreint l’élan des affections humaines en vue d’un amour exclusif pour le Créateur.

Je commençais donc à écrire, et mon premier essai, comme celui de tous les jeunes cerveaux, prit la forme de l’alexandrin. Je connaissais les règles de la versification, et j’y avais toujours fait, contre Deschartres, une opposition obstinée. J’avais parfaitement tort. Il n’y a pas de milieu entre la prose libre et le vers régulier. Je prétendais trouver un terme moyen, rimer de la prose et conserver une sorte de rhythme, sans me soucier de la rime et de la césure. Enfin, je prenais mes aises, prétendant que la règle était trop rigoureuse et gênait l’élan de la pensée. Je fis ainsi beaucoup de prétendus vers qui eurent grand succès au couvent, où l’on n’était pas difficile, il faut l’avouer. Ensuite il me prit fantaisie d’écrire un roman, et, bien que je ne fusse pas du tout dévote alors, ce fut un roman chrétien et dévot.

Ce prétendu roman était plutôt une nouvelle, car il n’avait qu’une centaine de pages. Le héros et l’héroïne se rencontraient, un soir, dans la campagne, aux pieds d’une madone où ils faisaient leurs prières. Ils s’admiraient et s’édifiaient l’un l’autre : mais, quoiqu’il fût de règle qu’ils devinssent amoureux l’un de l’autre, ils ne le devinrent pas. J’avais résolu, par les conseils de Sophie, de les amener à s’aimer ; mais quand j’en fus là, quand je les eus décrits beaux et parfaits tous les deux, dans un site enchanteur, au coucher du soleil, à l’entrée d’une chapelle gothique ombragée de grands chênes, jamais je ne pus dépeindre les premières émotions de l’amour. Cela n’était point en moi, il ne me vint pas un mot. J’y renonçai. Je les fis ardemment pieux, quoique la piété ne fût pas plus en moi que l’amour ; mais je la comprenais, parce que j’en avais le spectacle sous les yeux, et peut-être d’ailleurs le germe de cet amour-là commençait-il à éclore en moi à mon insu. Tant il y a que mes deux jeunes gens, après plusieurs chapitres de voyages et d’aventures que je ne me rappelle pas du tout, se consacrèrent à Dieu chacun de son côté : la demoiselle prit le voile, et le héros se fit prêtre.

Sophie et Anna trouvèrent mon roman bien écrit et les détails leur plurent. Mais elles déclaraient que Fitz Gérald (c’était le nom du héros) était un personnage fort ennuyeux, et que l’héroïne n’était guère plus divertissante. Il y avait une mère qui leur plut davantage ; mais, en somme, ma prose eut moins de succès que mes vers, et ne me charma point moi-même. Je fis un autre roman, un roman pastoral, que je jugeai plus mauvais que le premier et dont j’allumai le poêle un jour d’hiver. Puis je cessai d’écrire, jugeant que cela ne pourrait jamais m’amuser, et trouvant qu’en comparaison de l’infinie jouissance morale que j’avais goûtée à composer sans écrire, tout serait à jamais stérile et glacé pour moi.

Je continuais toujours, sans l’avoir jamais confié à personne, mon éternel poème de Corambé. Mais c’était à bâtons rompus, car au couvent, comme je l’ai dit, le roman était en action, et le sujet, c’était la victime du souterrain, sujet bien plus émouvant que toutes les fictions possibles, puisque nous prenions cette fiction au sérieux.

Ma grand’mère vint au milieu du second hiver que je passai au couvent. Elle repartit deux mois après, et je sortis, en tout, cinq ou six fois. Ma tenue de pensionnaire ne lui plut pas mieux que ma tenue de campagnarde. Je ne m’étais nullement formée aux belles manières. J’étais plus distraite que jamais. Les leçons de danse de M. Abraham, ex-professeur de grâces de Marie-Antoinette, ne m’avaient donné aucune espèce de grâce. Cependant M. Abraham faisait son possible pour nous donner une tenue de cour. Il arrivait en habit carré, jabot de mousseline, cravate blanche à longs bouts, culotte courte et bas de soie noirs, souliers à boucles, perruque à bourse et à frimas, le diamant au doigt, la pochette en main. Il avait environ quatre-vingts ans, toujours mince, gracieux, élégant, une jolie tête ridée, veinée de rouge et de bleu sur un fond jaune comme une vieille feuille nuancée par l’automne, mais fine et distinguée. C’est le meilleur homme du monde, le plus poli, le plus solennel, le plus convenable. Il donnait leçon par première et seconde division de 15 ou 20 élèves chacune, dans le grand parloir de la supérieure, dont nous franchissions la grille à cette occasion. Là, M. Abraham nous démontrait la grâce par raison géométrique, et après les pas d’usage il s’installait dans un fauteuil et nous disait : « Mesdemoiselles, je suis le roi, ou la reine, et comme vous êtes toutes appelées, sans doute, à être présentées à la cour, nous allons étudier les entrées, les révérences et les sorties de la présentation. »

D’autres fois on étudiait des solennités plus habituelles, on représentait un salon de graves personnages. Le professeur faisait asseoir les unes, entrer et sortir les autres, montrait la manière de saluer la maîtresse de la maison, puis la princesse, la duchesse, la marquise, la comtesse, la vicomtesse, la baronne et la présidente, chacune dans la mesure de respect ou d’empressement réservée à sa qualité. On figurait aussi le prince, le duc, le marquis, le comte, le vicomte, le baron, le chevalier, le président, le vidame et l’abbé. M. Abraham faisait tous ces rôles et venait saluer chacune de nous, afin de nous apprendre comment il fallait répondre à toutes ces révérences, reprendre le gant ou l’éventail offert, sourire, traverser l’appartement, s’asseoir, changer de place : que sais-je ! Tout était prévu, même la manière d’éternuer, dans ce code de la politesse française. Nous pouffions de rire, et nous faisions exprès mille balourdises pour le désespérer. Puis, vers la fin de la leçon, pour le renvoyer content, le brave homme (car il y avait barbarie à contrarier tant de douceur et de patience), nous affections toutes les grâces et toutes les mines qu’il nous demandait. C’était pour nous une comédie que nous avions bien de la peine à jouer sans lui rire au nez, mais qui nous apprenait à jouer la comédie tant bien que mal. Il faut croire que la grâce du temps du père Abraham était bien différente de celle d’aujourd’hui : car, plus nous nous rendions à dessein ridicules et affectées, plus il était satisfait, plus il nous remerciait de notre bonne volonté.

Malgré tant de soins et de théorie, je me tenais toujours voûtée, j’avais toujours des mouvemens brusques, des allures naturelles, l’horreur des gants et des profondes révérences. Ma bonne maman me grondait vraiment trop pour ces vices-là. Elle grondait à sa manière, l’excellente femme, d’une voix douce, et avec des paroles caressantes. Mais il me fallait un grand effort sur moi-même pour cacher l’ennui et l’impatience que me causaient ces perpétuels mécontentemens. J’eusse tant voulu lui agréer ! Je n’en venais point à bout. Elle me chérissait, elle ne vivait que pour moi, et il semblait qu’il y eût dans ma simplicité et dans ma malheureuse absence de coquetterie quelque chose qu’elle ne pût accepter, quelque chose d’antipathique qu’elle ne pouvait vaincre, peut-être une sorte de vice originel qui sentait le peuple en dépit de tous ses soins. Pourtant je n’étais pas butorde ; ma nature calme et portée à la confiance ne me poussait point à des manières importunes ou grossières. J’étais préoccupée la plupart du temps Dieu sait de quoi, de rien peut-être le plus souvent. Je n’avais pas de causerie avec ma grand’mère. De quoi parler ? De nos folies, de nos souterrains, de nos paresses, de nos amitiés de couvent ? C’était toujours la même chose, et je ne portais pas mes regards sur le monde et sur l’avenir dont elle eût voulu me voir préoccupée. On me présentait déjà des jeunes gens à marier, et je ne m’en apercevais pas. Quand ils étaient sortis, on me demandait comment je les avais trouvés, et il se trouvait que je ne les avais pas regardés. On me grondait d’avoir pensé à autre chose pendant qu’ils étaient là, à une partie de barres ou à un achat de balles élastiques qui me trottait par la cervelle. Je n’étais pas une nature précoce ; j’avais parlé tard dans ma première enfance, tout le reste fut à l’avenant : ma force physique s’était développée rapidement ; j’avais l’air d’une demoiselle, mais mon cerveau, tout engourdi, tout replié sur lui-même, faisait de moi un enfant, et loin de m’aider à m’endormir dans cette grâce d’état, on cherchait à faire de moi une personne.

Cette grande sollicitude de ma bonne maman venait d’un grand fonds de tendresse. Elle se sentait vieillir et mourir peu à peu. Elle voulait me marier, m’attacher au monde, s’assurer que je ne tomberais pas sous la tutelle de ma mère : et, dans la crainte de n’en avoir pas le temps, elle s’efforçait de m’inspirer la religion du monde, la méfiance pour ma famille maternelle, l’éloignement pour le milieu plébéien où elle tremblait de me laisser retomber en me quittant. Mon caractère, mes sentimens et mes idées se refusaient à la seconder. Le respect et l’amour enchaînaient ma langue. Elle me prenait tantôt pour une sotte, tantôt pour une rusée. Je n’étais ni l’une ni l’autre. Je l’aimais et je souffrais en silence.

Ma mère semblait avoir renoncé à m’aider dans cette lutte muette et douloureuse. Elle raillait toujours le grand monde, me caressait beaucoup, m’admirait comme un prodige, et se préoccupait peu de mon avenir. Il semblait qu’elle e ût accepté pour elle-même un avenir dont je ne faisais plus partie essentielle. Je me sentais navrée de cette sorte d’abandon, après la passion dont elle m’avait fait vivre dans mon enfance. Elle ne m’emmenait plus chez elle. Je vis ma sœur une ou deux fois en deux ou trois ans. Mes jours de sortie étaient remplis de visites que ma grand’mère me faisait faire avec elle à ses vieilles comtesses. Elle voulait apparemment les intéresser à ma jeunesse, me créer des relations, des appuis, parmi celles qui lui survivraient. Ces dames continuaient à m’être antipathiques, la seule Mme de Pardaillan exceptée. Le soir, nous dînions ou chez les cousins Villeneuve ou chez l’oncle Beaumont. Il fallait rentrer à l’heure où je commençais à me mettre à l’aise avec ma famille. Mes jours de sortie étaient donc lugubres. Le matin, joyeuse et empressée, j’arrivais chez nous le cœur plein d’élan et d’impatience. Au bout de trois heures, je devenais triste. Je l’étais davantage en faisant mes adieux ; au couvent seulement je retrouvais du calme et de la gaîté.

L’événement intérieur qui me donna le plus de contentement fut d’obtenir enfin une cellule. Toutes les demoiselles de la grande classe en avaient ; moi seule je restai longtemps au dortoir, parce qu’on craignait mon tapage nocturne. On souffrait mortellement, dans ce dortoir placé sous les toits, du froid en hiver, de la chaleur en été. On y dormait mal, parce qu’il y avait toujours quelque petite qui criait de peur ou de colique au milieu de la nuit. Et puis, n’être pas chez soi, ne pas se sentir seul une heure dans la journée ou dans la nuit, c’est quelque chose d’antipathique pour ceux qui aiment à rêver et à contempler. La vie en commun est l’idéal du bonheur entre gens qui s’aiment. Je l’ai senti au couvent, je ne l’ai jamais oublié ; mais il faut à tout être pensant ses heures de solitude et de recueillement. C’est à ce prix seulement qu’il goûte la douceur de l’association.

La cellule qu’on me donna enfin fut la plus mauvaise du couvent. C’était une mansarde située au bout du corps de bâtiment qui touchait à l’église. Elle était contiguë à une toute semblable occupée par Coralie le Marrois, personne austère, pieuse, craintive et simple, dont le voisinage devait, pensait-on, me tenir en respect. Je fis bon ménage avec elle, malgré la différence de nos goûts ; j’eus soin de ne pas troubler sa prière ou son sommeil, et de décamper sans bruit pour aller sur le palier trouver Fanelly et d’autres babilleuses avec qui l’on errait une partie de la nuit dans le grenier aux oignons et dans les tribunes de l’orgue. Il nous fallait passer devant la chambre de Marie-Josephe, la bonne du couvent ; mais elle avait un excellent sommeil.

Ma cellule avait environ dix pieds de long sur six de large. De mon lit, je touchais avec ma tête le plafond en soupente. La porte, en ouvrant, rasait la commode placée vis-à-vis, auprès de la fenêtre, et pour fermer la porte il fallait entrer dans l’embrasure de cette fenêtre, composée de quatre petits carreaux, et donnant sur une gouttière en auvent qui me cachait la vue de la cour. Mais j’avais un horizon magnifique. Je dominais une partie de Paris par-dessus la cime des grands marronniers du jardin. De vastes espaces de pépinières et de jardins potagers s’étendaient autour de notre enclos. Sauf la ligne bleue de monumens et de maisons qui fermait l’horizon je pouvais me croire, non pas à la campagne, mais dans un immense village. Le campanile du couvent et les constructions basses du cloître servaient de repoussoir au premier plan. La nuit, au clair de la lune, c’était un tableau admirable. J’entendais sonner de près l’horloge, et j’eus quelque peine à m’y habituer pour dormir : mais peu à peu ce fut un plaisir pour moi d’être doucement réveillée par ce timbre mélancolique, et d’entendre au loin les rossignols reprendre bientôt après leur chant interrompu.

Mon mobilier se composait d’un lit en bois peint, d’une vieille commode, d’une chaise de paille, d’un méchant tapis de pied, et d’une petite harpe Louis XV, extrêmement jolie, qui avait brillé jadis entre les beaux bras de ma grand’mère, et dont je jouais un peu en chantant. J’avais la permission d’étudier cette harpe dans ma cellule : c’était un prétexte pour y passer tous les jours une heure en liberté, et, quoique je n’étudiasse pas du tout, cette heure de solitude et de rêverie me devint précieuse. Les moineaux, attirés par mon pain entraient sans frayeur chez moi et venaient manger jusque sur mon lit. Quoique cette pauvre cellule fût un four en été, et littéralement une glacière en hiver (l’humidité des toits se gelant en stalactites à mon plafond disjoint), je l’ai aimée avec passion, et je me souviens d’en avoir ingénument baisé les murs en la quittant, tellement je m’y étais attachée. Je ne saurais dire quel monde de rêveries semblait lié pour moi à cette petite niche poudreuse et misérable. C’est là seulement que je me retrouvais et que je m’appartenais à moi-même. Le jour, je n’y pensais à rien, je regardais les nuages, les branches des arbres, le vol des hirondelles. La nuit, j’écoutais les rumeurs lointaines et confuses de la grande cité qui venaient comme un râle expirant se mêler aux bruits rustiques du faubourg. Dès que le jour paraissait, les bruits du couvent s’éveillaient et couvraient fièrement ces mourantes clameurs. Nos coqs se mettaient à chanter, nos cloches sonnaient matines : les merles du jardin répétaient à satiété leur phrase matinale : puis les voix monotones des religieuses psalmodiaient l’office et montaient jusqu’à moi à travers les couloirs et les mille fissures de la masure sonore. Les pourvoyeurs de la maison élevaient dans la cour, située en précipice au-dessous de moi, des voix rauques et rudes qui contrastaient avec celles des nonnes, et enfin l’appel strident de l’éveilleuse Marie-Josephe courant de chambre en chambre, et faisant grincer les verrous des dortoirs, mettait fin à ma contemplation auditive.

Je dormais peu. Je n’ai jamais su dormir à point. Je n’en avais envie que quand il fallait songer à s’éveiller. Je rêvais à Nohant ; c’était devenu dans ma pensée un paradis, et cependant je n’avais point de hâte d’y retourner, et quand ma grand’mère prononça que je n’aurais pas de vacances, parce que, ne devant pas rester de nombreuses années au couvent, il les fallait faire aussi complètes que possible pour mes études, je me soumis sans chagrin, tant je craignais de retrouver à Nohant les chagrins qui me l’avaient fait quitter sans regret.

Ces études, auxquelles ma bonne maman sacrifiait le plaisir de me voir, étaient à peu près nulles. Elle ne tenait qu’aux leçons d’agrément, et depuis que j’étais diable, je n’aimais plus à m’occuper. Cela m’ennuyait bien quelquefois, cette oisiveté errante, mais le moyen de s’en déshabituer quand on s’y est laissé longtemps endormir ?

Enfin vint le temps où une grande révolution devait s’opérer en moi. Je devins dévote ; cela se fit tout d’un coup, comme une passion qui s’allume dans une âme ignorante de ses propres forces. J’avais épuisé pour ainsi dire la paresse et la complaisance envers mes diables, le mouvement, la rébellion muette et systématique contre la discipline. Le seul amour violent dont j’eusse vécu, l’amour filial, m’avait comme lassée et brisée. J’avais une sorte de culte pour Mme Alicia, mais c’était un amour tranquille : il me fallait une passion ardente. J’avais quinze ans. Tous mes besoins étaient dans mon cœur, et mon cœur s’ennuyait si l’on peut ainsi parler. Le sentiment de la personnalité ne s’éveillait pas en moi. Je n’avais pas cette sollicitude immodérée pour ma personne que j’ai vue se développer à l’âge que j’avais alors chez presque toutes les jeunes filles que j’ai connues. Il me fallait aimer hors de moi, et je ne connaissais rien sur la terre que je pusse aimer de toutes mes forces.

Cependant je ne cherchai point Dieu. L’idéal religieux, et ce que les chrétiens appellent la grâce, vint me trouver et s’emparer de moi comme par surprise. Les sermons des nonnes et des maîtresses n’agirent aucunement sur moi. Mme Alicia elle-même ne m’influença point d’une manière sensible. Voici comment la chose arriva, je la raconterai sans l’expliquer, car il y a dans ces soudaines transformations de notre esprit un mystère qu’il ne nous appartient pas toujours de pénétrer nous-mêmes.

Nous entendions tous les matins la messe, à sept heures ; nous retournions à l’église à quatre heures, et nous y passions une demi-heure, consacrée pour les pieuses à la méditation, à la prière ou à quelque sainte lecture. Les autres baillaient, sommeillaient, ou chuchotaient quand la maîtresse n’avait pas les yeux sur elles. Par désœuvrement, je pris un livre qu’on m’avait donné et que je n’avais pas encore daigné ouvrir. Les feuillets étaient collés encore par l’enluminage de la tranche ; c’était un abrégé de la Vie des saints. J’ouvris au hazard. Je tombai sur la légende excentrique de saint Simon le Stylite, dont Voltaire s’est beaucoup moqué, et qui ressemble à l’histoire d’un fakir indien plus qu’à celle d’un philosophe chrétien. Cette légende me fit sourire d’abord, puis son étrangeté me surprit, m’intéressa ; je la relus plus attentivement, et j’y trouvai plus de poésie que d’absurdité. Le lendemain, je lus une autre histoire, et le surlendemain j’en dévorai plusieurs avec un vif intérêt. Les miracles me laissaient incrédule, mais la foi, le courage, le stoïcisme des confesseurs et des martyrs m’apparaissaient comme de grandes choses et répondaient à quelque fibre secrète qui commençait à vibrer en moi.

Il y avait au fond du chœur un superbe tableau du Titien que je n’ai jamais pu bien voir. Placé trop loin des regards et dans un coin privé de lumière, comme il était très noir par lui-même, on ne distinguait que des masses d’une couleur chaude sur un fond obscur. Il représentait Jésus au jardin des Olives au moment où il tombe défaillant dans les bras de l’ange. Le Sauveur était affaissé sur ses genoux, un de ses bras étendu sur ceux de l’ange qui soutenait sur sa poitrine cette belle tête éperdue et mourante. Ce tableau était placé vis-à-vis de moi, et à force de le regarder je l’avais deviné plutôt que compris. Il y avait un seul moment dans la journée où j’en saisissais à peu près les détails, c’était un hiver, lorsque le soleil sur son déclin jetait un rayon sur la draperie rouge de l’ange et sur le bras nu et blanc du Christ. Le miroitement du vitrage rendait éblouissant ce moment fugitif, et à ce moment-là j’éprouvais toujours une émotion indéfinissable, même au temps où je n’étais pas dévote et où je ne pensais pas devoir jamais le devenir.

Tout en feuilletant la Vie des Saints, mes regards se reportèrent plus souvent sur le tableau ; c’était en été, le soleil couchant ne l’illuminait plus à l’heure de notre prière, mais l’objet contemplé n’était plus aussi nécessaire à ma vue qu’à ma pensée. En interrogeant machinalement ces masses grandioses et confuses, je cherchai le sens de cette agonie du Christ, le secret de cette douleur volontaire si cuisante, et je commençais à y pressentir quelque chose de plus grand et de plus profond que ce qui m’avait été expliqué ; je devenais profondément triste moi-même et comme navrée d’une pitié, d’une souffrance inconnues. Quelques larmes venaient au bord de ma paupière, je les essuyais furtivement, ayant honte d’être émue sans savoir pourquoi. Je n’aurais pas pu dire que c’était la beauté de la peinture, puisqu’on la voyait tout juste assez pour pouvoir dire que cela avait l’air de quelque chose de beau.

Un autre tableau, plus visible et moins digne d’être vu, représentait saint Augustin sous le figuier, avec le rayon miraculeux sur lequel était écrit le fameux Tolle, lege, ces mystérieuses paroles que le fils de Monique crut entendre sortir du feuillage et qui le décidèrent à ouvrir le livre divin des Évangiles. Je cherchai la Vie de saint Augustin, qui m’avait été vaguement racontée au couvent, où ce saint, patron de l’ordre, était en particulière vénération. Je me plus extraordinairement à cette histoire, qui porte avec elle un grand caractère de sincérité et d’enthousiasme. De là, je passai à celle de saint Paul, et le cur me persequeris ? me fit une impression terrible. Le peu de latin que Deschartres m’avait appris me servait à comprendre une partie des offices, et je me mis à écouter et à trouver dans les psaumes récités par les religieuses une poésie et une simplicité admirables. Enfin il se passa tout à coup huit jours où la religion catholique m’apparut comme une étude intéressante.

Le Tolle, lege, me décida enfin à ouvrir l’Évangile et à le relire attentivement. La première impression ne fut pas vive. Le livre divin n’avait point l’attrait de la nouveauté. Déjà j’en avais goûté le côté simple et admirable, mais ma grand’mère avait si bien conspiré pour me faire trouver les miracles ridicules, et elle m’avait tant répété les facéties de Voltaire sur l’esprit malin, transporté du corps d’un possédé à celui d’un troupeau de cochons, enfin elle m’avait si bien mise en garde contre l’entraînement, que je me défendis par habitude et restai froide en relisant l’agonie et la mort de Jésus.

Le soir de ce même jour, je battais tristement le pavé des cloîtres, à la nuit tombante. On était au jardin, j’étais hors de la vue des surveillantes, en fraude, comme toujours ; mais je ne songeais pas à faire d’espiégleries, et ne souhaitais point me trouver avec mes camarades. Je m’ennuyais. Il n’y avait plus rien à inventer en fait de diablerie. Je vis passer quelques religieuses et quelques pensionnaires qui allaient prier et méditer dans l’église isolément, comme c’était la coutume des plus ferventes aux heures de récréation. Je songeai bien à verser de l’encre dans le bénitier, mais cela avait été fait ; à pendre Whisky par la patte à la corde de la sonnette des cloîtres, c’était usé. Je m’avouai que mon existence désordonnée touchait à sa fin qu’il me fallait entrer dans une nouvelle phase : mais laquelle ? Devenir sage ou bête ? Les sages étaient trop froides, les bêtes trop lâches. Mais les dévotes ferventes, étaient-elles heureuses ? Non, elles avaient la dévotion sombre et comme malade. Les diables leur créaient mille contrariétés, mille indignations, mille colères mal rentrées. Leur vie était un supplice, une lutte entre le ridicule et le relâchement. D’ailleurs, il en est de la foi comme de l’amour. Quand on la cherche, on ne la trouve pas, on la trouve au moment où l’on s’y attend le moins. Je ne savais pas cela, mais ce qui m’éloignait de la dévotion, c’était la crainte d’y arriver par un esprit de calcul, par un sentiment d’intérêt personnel.

D’ailleurs, n’a pas la foi qui veut, me disais-je. Je ne l’ai pas, je ne l’aurai jamais. J’ai fait aujourd’hui le dernier effort : j’ai lu le livre même, la vie et la doctrine du Rédempteur ! je suis restée calme. Mon cœur restera vide.

En devisant ainsi avec moi-même, je regardais passer dans l’obscurité, comme des spectres, des ferventes qui s’en allaient furtivement répandre leurs âmes aux pieds de ce Dieu d’amour et de contrition. La curiosité me vint de savoir dans quelle attitude et avec quel recueillement elles priaient ainsi dans la solitude. Par exemple, une vieille locataire bossue qui s’en allait, toute petite et difforme, dans les ténèbres, plus semblable à une sorcière courant au sabbat qu’à une vierge sage ! « Voyons, me dis-je, comment ce petit monstre va se tordre sur son banc ! Cela fera rire les diables quand je leur en ferai la description. »

Je la suivis, je traversai avec elle la salle du chapitre, j’entrai dans l’église. On n’y allait point à ces heures-là sans permission, et c’est ce qui me décida à y aller. Je ne dérogeais point à ma dignité de diable en entrant là par contrebande. Il est assez curieux que la première fois que j’entrai de mon propre mouvement dans une église, ce fut pour faire acte d’indiscipline et de moquerie.



CHAPITRE QUATORZIÈME.

Tolle, lege. — La lampe du sanctuaire. — Invasion étrange du sentiment religieux. — Opinion d’Anna, de Fanelly et de Louise. — Retour et plaisanteries de Mary. — Confession générale. — L’abbé de Prémord. — Le jésuitisme et le mysticisme. — Communion et ravissement.


À peine eus-je mis le pied dans l’église, que j’oubliai ma vieille bossue. Elle trotta et disparut comme un rat dans je ne sais quelle fente de la boiserie. Mes regards ne la suivirent pas. L’aspect de l’église pendant la nuit m’avait saisie et charmée. Cette église, ou plutôt cette chapelle, n’avait rien de remarquable, qu’une propreté exquise. C’était un grand carré long, sans architecture, tout blanchi à neuf, et plus semblable, pour la simplicité, à un temple anglican qu’à une église catholique. Il y avait, comme je l’ai dit, quelques tableaux au fond du chœur ; l’autel, fort modeste, était orné de beaux flambeaux, de fleurs toujours fraîches et de jolies étoffes. La nef était divisée en trois parties : le chœur, où n’entraient que les prêtres et quelques personnes du dehors par permission spéciale, aux jours de fête[21], l’avant-chœur, où se tenaient les pensionnaires, les servantes et les locataires ; l’arrière-chœur ou le chœur des dames, où se tenaient les religieuses. Ce dernier sanctuaire était parqueté, ciré tous les matins, de même que les stalles des nonnes, qui suivaient en hémicycle la muraille du fond, et qui étaient en beau noyer brillant comme une glace. Une grille de fer à petites croisures, avec une porte semblable, qu’on ne fermait pourtant jamais, entre les religieuses et nous, séparait ces deux nefs. De chaque côté de cette porte de lourds piliers de bois cannelés, d’un style rococo, soutenaient l’orgue et la tribune découverte qui formait comme un jubé élevé entre les deux parties de l’église. Ainsi, contre l’usage, l’orgue se trouvait isolé et presque au centre du vaisseau, ce qui doublait la sonorité et l’effet des voix quand nous chantions des chœurs ou des motets aux grandes fêtes. Notre avant-chœur était pavé de sépultures, et sur les grandes dalles on lisait l’épitaphe des antiques doyennes du couvent, mortes avant la révolution, plusieurs personnages ecclésiastiques et même laïques du temps de Jacques Stuart, certains Trockmorton, entre autres, gisaient là sous nos pieds, et l’on disait que quand on allait dans l’église à minuit, tous ces morts soulevaient leurs dalles avec leurs têtes décharnées, et vous regardaient avec des yeux ardens pour vous demander des prières.

Pourtant, malgré l’obscurité qui régnait dans l’église, l’impression que j’y ressentis n’eut rien de lugubre. Elle n’était éclairée que par la petite lampe d’argent du sanctuaire, dont la flamme blanche se répétait dans les marbres polis du pavé, comme une étoile dans une eau immobile. Son reflet détachait quelques pâles étincelles sur les angles des cadres dorés, sur les flambeaux ciselés de l’autel et sur les lames d’or du tabernacle. La porte placée au fond de l’arrière-chœur était ouverte à cause de la chaleur, ainsi qu’une des grandes croisées qui donnaient sur le cimetière. Les parfums du chèvrefeuille et du jasmin couraient sur les ailes d’une fraîche brise. Une étoile perdue dans l’immensité était comme encadré par le vitrage et semblait me regarder attentivement. Les oiseaux chantaient, c’était un calme, un charme, un recueillement, un mystère, dont je n’avais jamais eu l’idée.

Je restai en contemplation sans songer à rien. Peu à peu les rares personnes éparses dans l’église se retirèrent doucement. Une religieuse agenouillée au fond de l’arrière-chœur resta la dernière, puis ayant assez médité, et voulant lire, elle traversa l’avant-chœur et vint allumer une petite bougie à la lampe du sanctuaire. Lorsque les religieuses entraient là, elles ne se bornaient pas à saluer en pliant le genou jusqu’à terre, elles se prosternaient littéralement devant l’autel, et restaient un instant comme écrasées, comme anéanties devant le Saint des saints. Celle qui vint en ce moment était grande et solennelle. Ce devait être Mme Eugénie, Mme Xavier ou Mme Monique. Nous ne pouvions guère reconnaître ces dames à l’église, parce qu’elles n’y entraient que le voile baissé et la taille entièrement cachée sous un grand manteau d’étamine noire qui traînait derrière elles.

Ce costume grave, cette démarche lente et silencieuse, cette action simple mais gracieuse d’attirer à elle la lampe d’argent en élevant le bras pour en saisir l’anneau, le reflet que la lumière projeta sur sa grande silhouette noire lorsqu’elle fit remonter la lampe, sa longue et profonde prosternation sur le pavé avant de reprendre dans le même silence et avec la même lenteur le chemin de sa stalle, tout, jusqu’à l’incognito de cette religieuse qui ressemblait à un fantôme prêt à percer les dalles funéraires pour rentrer dans sa couche de marbre, me causa une émotion mêlée de terreur et de ravissement. La poésie du saint lieu s’empara de mon imagination, et je restai encore après que la nonne eut fait sa lecture et se fut retirée.

L’heure s’avançait, la prière était sonnée, on allait fermer l’église. J’avais tout oublié. Je ne sais ce qui se passait en moi. Je respirais une atmosphère d’une suavité indicible, et je la respirais par l’âme plus encore que par les sens. Tout à coup je ne sais quel ébranlement se produisit dans tout mon être, un vertige passe devant mes yeux comme une lueur blanche dont je me sens enveloppée. Je crois entendre une voix murmurer à mon oreille, Tolle, lege. Je me retourne, croyant que c’est Marie Alicia qui me parle. J’étais seule.

Je ne me fis point d’orgueilleuse illusion, je ne crus point à un miracle. Je me rendis fort bien compte de l’espèce d’hallucination où j’étais tombée. Je n’en fus ni enivrée ni effrayée. Je ne cherchai ni à l’augmenter ni à m’y soustraire. Seulement, je sentis que la foi s’emparait de moi, comme je l’avais souhaité, par le cœur. J’en fus si reconnaissante, si ravie, qu’un torrent de larmes inonda mon visage. Je sentis encore que j’aimais Dieu, que ma pensée embrassait et acceptait pleinement cet idéal de justice, de tendresse et de sainteté que je n’avais jamais révoqué en doute, mais avec lequel je ne m’étais jamais trouvée en communication directe ; je sentis enfin cette communication s’établir soudainement comme si un obstacle invincible se fût abîmé entre le foyer d’ardeur infinie et le feu assoupi dans mon âme. Je voyais un chemin vaste, immense, sans bornes, s’ouvrir devant moi : je brûlais de m’y élancer. Je n’étais plus retenue par aucun doute, par aucune froideur. La crainte d’avoir à me reprendre à railler en moi-même au lendemain la fougue de cet entraînement ne me vint pas seulement à la pensée. J’étais de ceux qui vont sans regarder derrière eux, qui hésitent longtemps devant un certain Rubicon à passer, mais qui, en touchant la rive, ne voient déjà plus celle qu’ils viennent de quitter.

« Oui, oui, le voile est déchiré, me disais-je ; je vois rayonner le ciel, j’irai ! Mais avant tout, rendons grâce ? »

« À qui, comment ? Quel est ton nom ? disais-je au Dieu inconnu qui m’appelait à lui. Comment te prierai-je ? quel langage digne de toi et capable de te manifester mon amour ? mon âme pourra-t-elle te parler ? Je l’ignore mais n’importe, tu lis en moi ; tu vois bien que je t’aime. » Et mes larmes coulaient comme une pluie d’orage, mes sanglots brisaient ma poitrine, j’étais tombée derrière mon banc. J’arrosais littéralement le pavé de mes pleurs.

La sœur qui venait fermer l’église entendit gémir et pleurer : elle chercha, non sans frayeur, et vint à moi sans me reconnaître, sans que je la reconnusse moi-même sous son voile et dans les ténèbres. Je me levai vite, et sortis sans songer à la regarder ni à lui parler. Je remontai à tâtons dans ma cellule ; c’était un voyage. La maison était si bien agencée en corridors et en escaliers, que, pour aller de l’église à cette cellule, qui touchait à l’église même, il me fallait faire des détours et des circuits qui prenaient au moins cinq minutes en grimpant vite. Le dernier escalier tournant, quoique assez large et peu rapide, était si déjeté qu’il était impossible de le franchir sans précaution et sans bien se tenir à la corde qui servait de rampe : à la descente, il vous précipitait en avant malgré qu’on en eût.

On avait fait la prière sans moi à la classe : mais j’avais mieux prié que personne ce jour-là. Je m’endormis brisée de fatigue, mais dans un état de béatitude indicible. Le lendemain, la comtesse qui, par hasard, avait remarqué mon absence de la prière, me demanda où j’avais passé la soirée. Je n’étais pas menteuse, et lui répondis sans hésiter : « À l’église. » Elle me regarda d’un air de doute, vit que je disais vrai et garda le silence. Je ne fus point punie ; je ne sais quelles réflexions cette bizarrerie de ma part lui suggéra.

Je ne cherchai pas Mme Alicia pour lui ouvrir mon cœur. Je ne fis aucune déclaration à mes amies les diables. Je ne me sentais pas pressée de divulguer le secret de mon bonheur. Je n’en avais pas la moindre honte. Je n’eus aucune espèce de combat à livrer contre ce que les dévots appellent le respect humain : mais j’étais comme avare de ma joie intérieure. J’attendais avec impatience l’heure de la méditation de l’église. J’avais encore dans l’oreille le Tolle, lege ! de ma veillée d’extase. Il me tardait de relire de livre divin ; et cependant je ne l’ouvris point. J’y rêvais, je le savais presque par cœur, je le contemplais pour ainsi dire en moi-même. Le côté miraculeux qui m’avait choquée ne m’occupa plus. Non-seulement je n’avais plus besoin d’examiner, mais je sentais comme du mépris pour l’examen après l’émotion puissante que j’avais goûtée dans sa plénitude, je me disais qu’il eût fallu être folle, ou sottement ennemie de soi-même, pour chercher à analyser, à commenter, à discuter la source de pareilles délices.

À partir de ce jour, toute lutte cessa, ma dévotion eut tout le caractère d’une passion. Le cœur une fois pris, la raison fut mise à la porte avec résolution, avec une sorte de joie fanatique. J’acceptai tout, je crus à tout, sans combats, sans souffrance, sans regret, sans fausse honte. Rougir de ce qu’on adore, allons donc ! Avoir besoin de l’assentiment d’autrui pour se donner sans réserve à ce qu’on sent parfait et chérissable de tous points ! Je n’avais rien de plus excellent qu’une autre dans le caractère ; mais je n’étais point lâche, je n’aurais pas pu l’être, l’eussé-je essayé.

Au bout de quatre ou cinq jours, Anna, remarquant que j’étais silencieuse et absorbée, et que j’allais à l’église tous les soirs, me dit d’un air stupéfait : « Ah ça, mon cher Calepin, qu’est-ce à dire ? On jurerait que tu deviens dévote ! — C’est fait, mon enfant, lui répondis-je tranquillement. — Pas possible ! — Je t’en donne ma parole d’honneur. — Eh bien, reprit-elle après avoir réfléchi un instant, je ne te dirai rien pour t’en détourner. Je crois que ce serait inutile. Tu es une nature passionnée ; je l’ai toujours pensé. Je ne pourrai pas te suivre sur ce terrain-là. Je suis une nature plus froide, je raisonne. J’envie ton bonheur, je t’approuve de ne point hésiter ; mais je ne crois pas que jamais j’arrive à la foi aveugle. Si ce miracle s’opérait pourtant, je ferais comme toi, j’en conviendrais sincèrement. — M’aimeras-tu moins ? lui demandai-je. — À présent tu t’en consolerais aisément, reprit-elle. La dévotion absorbe et dédommage de tout. Mais comme j’ai pour ta sincérité la plus parfaite estime, je resterai ton amie quoi qu’il arrive. » Elle ajouta d’excellentes paroles encore, et se montra toujours pleine de raison, d’affection et d’indulgence pour moi.

Sophie ne prit pas beaucoup garde à mon changement. La diablerie passait de mode. Ma conversion lui portait le dernier coup. Peut-être étions-nous toutes également ennuyées de notre inaction, sans nous l’être avoué les unes aux autres. D’ailleurs Sophie était un diable mélancolique, et parfois elle avait de courts accès de dévotion, mêlés de profondes tristesses qu’elle ne voulait ni expliquer ni avouer.

Celle que je craignais le plus d’affliger était Fanelly. Elle m’épargna la peine de lui refuser de courir davantage avec elle, elle me prévint. « Eh bien, ma tante, me dit-elle, te voilà donc rangée ? Soit ! Si tu t’en trouves bien, j’en serai heureuse, et si cela te fait plaisir, je me rangerai aussi. Je suis capable de devenir dévote pour faire comme toi et pour être toujours avec toi. »

Elle l’eût fait comme elle le disait, cette généreuse et abondante nature, si cela eût dépendu d’un mouvement de son cœur. Mais ses idées n’avaient pas la fixité et l’exclusivisme des miennes. D’ailleurs parmi les diables il n’y en avait que deux. Anna et moi, qui fussions susceptibles de ce qu’on appelait une conversion. Les autres n’avaient jamais protesté, elles n’étaient pas pieuses, parce qu’elles étaient dissipées, mais elles croyaient quand même, et du jour où la diablerie cessa, elles furent plus régulières dans leurs exercices de piété sans devenir dévotes exaltées pour cela.

Anna était esprit fort. C’était bien le mot pour elle, qui avait de l’esprit tout de bon et de la force dans la volonté. Pour moi, que l’on qualifiait d’esprit fort aussi, je n’avais ni force ni esprit. Il n’y avait de force en moi que celle de la passion, et quand celle de la religion vint à éclater, elle dévora tout dans mon cœur ; rien dans mon cerveau ne lui fit obstacle.

J’ai dit qu’Anna aussi se jeta dans la piété après son mariage, mais tant qu’elle resta au couvent elle garda son incrédulité. Ma ferveur me rendit probablement moins agréable pour elle, et quoi qu’elle eût la générosité de ne me le faire jamais sentir, je fus naturellement entraînée vers d’autres intimités, comme je le dirai bientôt.

J’étais restée liée avec Louise de Larochejaquelein. Elle était encore à la petite classe, parce qu’elle était plus jeune que nous, mais elle était beaucoup plus raisonnable et plus instruite que moi. Je la rencontrai dans les cloîtres peu de jours après ma conversion, et ce fut la seule personne dont j’eus la curiosité de saisir la première impression. Comme elle n’était ni diable, ni bête, ni fervente, son jugement était une chose à part.

« Eh bien ! me dit-elle, es-tu toujours aussi désœuvrée, aussi tapageuse ?

— Que penserais-tu de moi, lui dis-je, si je t’apprenais que je me sens enflammée par la religion ?

— Je dirais, me répondit-elle, que tu fais bien, et je t’aimerais encore plus que je ne t’aime. »

Elle m’embrassa avec une grande effusion de cœur, et n’ajouta aucun autre encouragement, voyant sans doute à mon air que j’irais plus loin que ses conseils.

Mary revint d’Angleterre ou d’Irlande dans ce temps-là. Elle avait grandi de toute la tête, sa figure avait pris une expression encore plus mâle, et ses manières étaient plus que jamais celles d’un garçon naïf, impétueux et insouciant. Elle rentra à la petite classe et y ressuscita si bien la diablerie que ses parens la reprirent au bout de quelques mois. Elle se moqua impitoyablement de ma dévotion, et quand nous nous rencontrions, elle me poursuivait des sarcasmes les plus comiques. Elle ne me fâcha pourtant jamais, car elle avait de l’esprit de bon aloi, c’est-à-dire de l’esprit sans amertume et une raillerie qui divertissait trop pour pouvoir blesser. Je raconterai dans la suite de mes Mémoires comment nous nous sommes retrouvées vers l’âge de quarante ans, nous aimant toujours et nous retraçant avec plaisir nos jeunes années.

Mais me voici arrivée à un moment où il faut que je parle un peu de moi isolément, car ma ferveur me fit, pendant quelques mois, une vie solitaire et sans expansion apparente.

Ma conversion subite ne me donna pas le temps de respirer. Tout entière à mon nouvel amour, j’en voulus savourer toutes les joies. Je fus trouver mon confesseur pour le prier de me réconcilier officiellement avec le ciel. C’était un vieux prêtre, le plus paternel, le plus simple, le plus sincère, le plus chaste des hommes, et pourtant c’était un jésuite, un père de la foi, comme on disait depuis la révolution. Mais il n’y avait en lui que droiture et charité. Il s’appelait l’abbé de Prémord, et confessait la moindre partie du troupeau ; l’abbé de Villèle, qui était le directeur en titre de la communauté et des pensionnaires, ne pouvant suffire à tout.

On nous envoyait à confesse, bon gré, mal gré, tous les mois, usage détestable qui violentait la conscience et condamnait à l’hypocrisie celles qui n’avaient pas le courage de la résistance.

« Mon père, dis-je à l’abbé, vous savez bien comment je me suis confessée jusqu’ici, c’est-à-dire que vous savez que je ne me suis pas confessée du tout. Je suis venue vous réciter une formule d’examen de conscience qui court la classe et qui est la même pour toutes celles qui viennent à confesse contraintes et forcées. Aussi ne m’avez-vous jamais donné l’absolution que je ne vous ai jamais demandée non plus. Aujourd’hui je vous la demande et je veux me repentir et m’accuser sérieusement. Mais je vous avoue que je ne me souviens d’aucun péché volontaire ; j’ai vécu, j’ai pensé, j’ai cru comme on me l’avait enseigné. Si c’était un crime de nier la religion, ma conscience, qui était muette, ne m’a avertie de rien. Pourtant je dois faire pénitence, aidez-moi à me connaître et à voir en moi-même ce qui est coupable et ce qui ne l’est pas.

— Attendez, mon enfant, me dit-il. Je vois que ceci est une confession générale, comme on dit, et que nous aurons beaucoup à causer. Asseyez-vous. » Nous étions dans la sacristie, j’allai prendre une chaise et lui demandai s’il voulait m’interroger. « Non pas, me dit-il, je ne fais jamais de question : Voici la seule que je vous adresserai. Avez-vous donc l’habitude de chercher vos examens de conscience dans les formulaires ? — Oui, mais il y a bien des péchés que je ne sais pas avoir commis, car je n’y comprends rien. — C’est bien, je vous défends de jamais consulter aucun formulaire et de chercher les secrets de votre conscience ailleurs qu’en vous-même. À présent, causons. Racontez-moi simplement et tranquillement toute votre existence, telle que vous vous la rappelez, telle que vous la concevez et la jugez. N’arrangez rien, ne cherchez ni le bien ni le mal de vos actions et de vos pensées ; ne voyez en moi ni un juge ni un confesseur ; parlez-moi comme à une amie. Je vous dirai ensuite ce que je crois devoir encourager ou corriger en vous dans l’intérêt de votre salut, c’est-à-dire de votre bonheur en cette vie et en l’autre.

Ce plan me mit bien à l’aise. Je lui racontai ma vie avec effusion, moins longuement que je ne l’ai fait ici, mais avec assez de détails et de précision cependant pour que le récit durât plus de trois heures. L’excellent homme m’écouta avec une attention soutenue, avec un intérêt paternel ; plusieurs fois je le vis essuyer ses larmes, surtout quand j’arrivai à la fin et que je lui exposai simplement comment la grâce m’avait touchée au moment où je m’y attendais le moins.

C’était un vrai jésuite que l’abbé de Prémord, et en même temps un honnête homme, un cœur sensible et doux. Sa morale était pure, humaine, vivante pour ainsi dire. Il ne poussait pas au mysticisme, il prêchait terre à terre avec une grande onction et une grande bonhomie. Il ne voulait pas qu’on s’absorbât dans le rêve anticipé d’un monde meilleur, au point d’oublier l’art de se bien conduire dans celui-ci ; voilà pourquoi je dis que c’était un vrai jésuite, malgré sa candeur et sa vertu.

Quand j’eus fini de causer, je lui demandai de me juger et de me choisir les points où j’étais coupable, afin que, m’agenouillant devant lui, j’eusse à les rappeler en confession et à m’en repentir pour mériter une absolution générale. Mais il me répondit : « Votre confession est faite. Si vous n’avez pas été éclairée plus tôt de la grâce, ce n’est pas votre faute. C’est à présent que vous pourriez devenir coupable si vous perdiez le fruit des salutaires émotions que vous avez éprouvées. Agenouillez-vous pour recevoir l’absolution que je vais vous donner de tout mon cœur. »

Quand il eut prononcé la formule sacramentelle, il me dit : « Allez en paix, vous pouvez communier demain. Soyez calme et joyeuse, ne vous embarrassez pas l’esprit de vains remords, remerciez Dieu d’avoir touché votre cœur ; soyez toute à l’ivresse d’une sainte union de votre âme avec le Sauveur. »

C’était me parler comme il fallait, mais on verra bientôt que ce saint quiétisme ne suffisait pas à l’ardeur de mon zèle et que j’étais cent fois plus dévote que mon confesseur ; ceci soit dit à la louange de ce digne homme : il avait atteint, je crois, l’état de perfection et ne connaissait plus les orages d’un prosélytisme ardent. Sans lui, je crois bien que je serais ou folle, ou religieuse cloîtrée à l’heure qu’il est. Il m’a guérie d’une passion délirante pour l’idéal chrétien. Mais en cela fut-il chrétien catholique, ou jésuite homme du monde ?

Je communiai le lendemain, jour de l’Assomption, 15 août. J’avais quinze ans et n’avais pas approché du sacrement depuis ma première communion à La Châtre. C’était dans la soirée du 4 août que j’avais ressenti ces émotions, ces ardeurs inconnues que j’appelais ma conversion. On voit que j’avais été droit au but ; j’étais pressée de faire acte de foi et de rendre, comme on disait, témoignage devant le Seigneur.


FIN DU TOME SEPTIÈME.


Typographie L. Schnauss.



HISTOIRE DE MA VIE.






HISTOIRE

DE MA VIE

PAR

Mme GEORGE SAND.

Charité envers les autres ; Dignité envers soi-même ; Sincérité devant Dieu.

Telle est l’épigraphe du livre que j’entreprends.

15 avril 1847.

GEORGE SAND.


TOME HUITIÈME.

PARIS, 1855.

LEIPZIG, CHEZ WOLFGANG GERHARD.



CHAPITRE QUATORZIÈME. (SUITE.)

Communion et ravissement. — Le dernier bonnet de nuit. — Sœur Hélène. — Enthousiasme et vocation. — Opinion de Marie Alicia. — Elisa Auster. — Le pharisien et le publicain. — Parallèle de sentimens et d’instincts.


Ce jour de véritable première communion me parut le plus beau de ma vie, tant je me sentis pleine d’effusion et en même temps de puissance dans ma certitude. Je ne sais pas comment je m’y prenais pour prier. Les formules consacrées ne me suffisaient pas, je les lisais pour obéir à la règle catholique, mais j’avais ensuite des heures entières où, seule dans l’église, je priais d’abondance, répandant mon âme aux pieds de l’Éternel et, avec mon âme, mes pleurs, mes souvenirs du passé, mes élans vers l’avenir, mes affections, mes dévouemens, tous les trésors d’une jeunesse embrasée qui se consacrait et se donnait sans réserve à une idée, à un rêve insaisissable, à un rêve d’amour éternel.

C’était puéril et étroit dans la forme, cette orthodoxie où je me plongeais, mais j’y portais le sentiment de l’infini. Et quelle flamme ce sentiment n’allume-t-il pas dans un cœur vierge ! Quiconque a passé par là, sait bien que nulle affection terrestre ne peut donner de pareilles satisfactions intellectuelles. Ce Jésus, tel que les mystiques l’ont interprété et refait à leur usage, est un ami, un frère, un père, dont la présence éternelle, la sollicitude infatigable, la tendresse, la mansuétude infinies, ne peuvent se comparer à rien de réel et de possible ; je n’aime pas que les religieuses en aient fait leur époux. Il y a là quelque chose qui doit servir d’aliment au mysticisme hystérique, la plus répugnante des formes que le mysticisme puisse prendre. Cet amour idéal pour le Christ n’est sans danger que dans l’âge où les passions humaines sont muettes. Plus tard, il prête aux aberrations du sentiment et aux chimères de l’imagination troublée. Nos religieuses anglaises n’étaient pas mystiques du tout, heureusement pour elles.

L’été se passa pour moi dans la plus complète béatitude. Je communiais tous les dimanches et quelquefois deux jours de suite. J’en suis revenue à trouver fabuleuse et inouïe l’idée matérialisée de manger la chair et de boire le sang d’un Dieu ; mais que m’importait alors ? Je n’y songeais pas, j’étais sous l’empire d’une fièvre qui ne raisonnait pas et je trouvais ma joie à ne pas raisonner. On me disait : « Dieu est en vous, il palpite dans votre cœur, il remplit tout votre être de sa divinité ; la grâce circule en vous avec le sang de vos veines ! » Cette identification complète avec la Divinité se faisait sentir à moi comme un miracle. Je brûlais littéralement comme sainte Thérèse : je ne dormais plus, je ne mangeais plus, je marchais sans m’apercevoir du mouvement de mon corps ; je me condamnais à des austérités qui étaient sans mérite, puisque je n’avais plus rien à immoler, à changer ou à détruire en moi. Je ne sentais pas la langueur du jeûne. Je portais au cou un chapelet de filigrane qui m’écorchait, en guise de cilice. Je sentais la fraîcheur des gouttes de mon sang, et au lieu d’une douleur c’était une sensation agréable. Enfin je vivais dans l’extase, mon corps était insensible, il n’existait plus. La pensée prenait un développement insolite et impossible. Était-ce même la pensée ? Non, les mystiques ne pensent pas. Ils rêvent sans cesse, ils contemplent, ils aspirent, ils brûlent, ils se consument comme des lampes, et ils ne sauraient se rendre compte de ce mode d’existence qui est tout spécial et ne peut se comparer à rien.

Je crains donc d’être peu intelligent pour ceux qui n’ont pas subi cette maladie sacrée, car je me rappelle l’état où j’ai vécu durant quelques mois sans pouvoir bien me le définir à moi-même.

J’étais devenue sage, obéissante et laborieuse, cela va sans dire. Il ne me fallut aucun effort pour cela. Du moment que le cœur était pris, rien ne me coûtait pour mettre mes actions d’accord avec ma croyance. Les religieuses me traitèrent avec une grande affection ; mais, je dois le dire, sans aucune flatterie et sans chercher, par aucun des moyens de séduction qu’on reproche aux communautés religieuses d’exercer envers leurs élèves, à m’inspirer plus de ferveur. Leur dévotion était calme, un peu froide peut-être, digne et même fière. Hormis une seule, elles n’avait ni le don ni la volonté du prosélytisme entraînant, soit que cette réserve tînt à l’esprit de leur ordre, ou au caractère britannique, dont elles ne se départaient point.

Et puis, quelles remontrances, quelles exhortations aurait-on pu m’adresser ? J’étais si entière dans ma foi, si logique dans mon enthousiasme ! Jamais de tiédeur, jamais d’oubli, jamais de relâchement possible à un esprit enfiévré comme était le mien. La corde était trop tendue pour se détendre d’elle-même, elle se serait plutôt brisée.

Marie Alicia continua d’être angéliquement bonne avec moi. Elle ne m’aima pas davantage après ma conversion qu’elle n’avait fait auparavant, et ce fut une raison pour moi d’augmenter d’affection pour elle. En goûtant la douceur de cette amitié maternelle si pure et si soutenue, je savourais la perfection de cette âme d’élite qui me chérissait si bien pour moi-même, puisqu’elle avait aimé la pécheresse, l’enfant ingouverné et ingouvernable, autant qu’elle aimait la convertie, l’enfant soumis et rangé.

Mme Eugénie, qui m’avait toujours traitée avec une indulgence qu’on taxait de partialité, devint plus sévère en même temps que je devenais plus raisonnable. Je ne péchais plus que par distraction, et elle me rabrouait un peu durement pour cela, quelque involontaires que fussent mes fautes. Un jour même que, perdue dans mes rêveries pieuses, je n’avais pas entendu un ordre qu’elle me donnait, elle m’infligea sans miséricorde la punition du bonnet de nuit. Le bonnet de nuit à sainte Aurore (les diables m’appelaient ainsi en riant) ! Ce fut un cri de surprise et un murmure de stupeur dans toute la classe. « Vous voyez bien, disait-on, cette femme bizarre et contredisante aime les diables, et depuis que celui-ci est tombé dans le bénitier, elle ne peut plus le souffrir ! » Le bonnet de nuit ne m’affecta pas, j’avais la conscience de mon innocence, et je sus même gré à Mme Eugénie de ne m’avoir pas épargnée plus qu’elle n’eût fait d’une autre en pareil cas. Je ne pensai pas qu’elle m’aimait moins, car elle me prouvait sa préférence comme en cachette. Si j’étais souffrante ou triste, elle venait le soir dans ma cellule m’interroger froidement, d’un ton railleur même ; mais c’était de sa part, beaucoup plus que de la part de toute autre, cette sollicitude enjouée, cette démarche de venir à moi qu’elle n’a jamais faite pour aucune autre, que je sache. Je n’éprouvais pas le besoin de lui ouvrir mon cœur comme avec Marie Alicia, mais j’étais sensible à la part d’affection qu’elle pouvait me donner, et baisais avec reconnaissance sa main longue, blanche et froide.

Ce fut au milieu de ma première ferveur que je contractai une amitié qui fut trouvée encore plus bizarre que celle que je portais à Mme Eugénie, mais qui m’a laissé les plus doux et les plus chers souvenirs.

Dans la liste de nos religieuses, j’ai nommé une sœur converse, sœur Hélène, dont je me suis réservé de parler amplement quand j’aurais atteint la phase de mon récit où son existence se mêle à la mienne ; m’y voici arrivée.

Un jour que je traversais le cloître, je vois une sœur converse assise sur la dernière marche de l’escalier, pâle, mourante, baignée d’une sueur froide. Elle était placée entre deux seaux fétides qu’elle descendait du dortoir, et qu’elle allait vider. Leur pesanteur et leur puanteur avaient vaincu son courage et ses forces. Elle était pâle, maigre, en chemin de devenir phthisique. C’était Hélène, la plus jeune des converses, consacrée aux fonctions les plus pénibles et les plus repoussantes du couvent. À cause de cela, elle était un objet de dégoût pour les pensionnaires recherchées. On eût frémi de s’asseoir auprès d’elle, on évitait même de frôler son vêtement.

Elle était laide, d’un type commun, marquée de taches de rousseur sur un fro nt terne et comme terreux. Et cependant cette laideur avait quelque chose de touchant ; cette figure calme dans la souffrance avait comme une habitude et une insouciance du malheur qu’on ne comprenait pas bien au premier abord, et qu’on eût pu prendre pour une indifférence grossière, mais qui se révélait quand on avait lu dans son âme, et dont chaque indice venait confirmer le poème obscur et rude de sa propre vie. Ses dents étaient les plus belles que j’aie jamais vues, blanches, petites, saines et rangées comme un collier de perles. Quand on se souhaitait une beauté idéale, on parlait des yeux d’Eugenia Izquierdo, du nez de Maria Dormer, des cheveux de Sophie et des dents de Sister Helen.

Quand je la vis ainsi défaillante, je courus à elle, comme de juste ; je la soutins dans mes bras, je ne savais que faire pour la secourir. Je voulais monter à l’ouvroir, appeler quelqu’un. Elle retrouva ses forces pour m’en empêcher, et, se levant, elle voulut reprendre son fardeau et continuer son ouvrage ; mais elle se traînait d’une si piteuse façon, qu’il ne me fallut pas beaucoup de vertu pour m’emparer de ses seaux et pour les emporter à sa place. Je la retrouvai, le balai à la main et se dirigeant vers l’église. « Ma sœur, lui dis-je, vous vous tuez. Vous êtes trop malade pour travailler aujourd’hui. Laissez-moi l’aller dire à Poulette pour qu’elle envoie quelqu’un nettoyer l’église, et vous irez vous coucher. — Non ! non ! dit-elle en secouant sa tête courte et obstinée, je n’ai pas besoin d’aide, on peut toujours ce qu’on veut, et je veux mourir en travaillant. — Mais c’est un suicide, lui dis-je, et Dieu vous défend de chercher la mort, même par le travail. — Vous n’y entendez rien, reprit-elle. J’ai hâte de mourir, puisqu’il faut que je meure. Je suis condamnée par les médecins. Eh bien ! j’aime mieux être réunie à Dieu dans deux mois que dans six. »

Je n’osai pas lui demander si elle parlait ainsi par ferveur ou par désespoir, je lui demandai seulement si elle voulait consentir à ce que je l’aidasse à nettoyer l’église, puisque c’était l’heure de ma récréation. Elle y consentit en me disant : « Je n’en ai pas besoin, mais il ne faut pas empêcher une bonne âme de faire acte de charité. »

Hélène me montra comment il fallait s’y prendre pour cirer le parquet de l’arrière-chœur, pour épousseter et frotter à la serge les stalles des nonnes. Ce n’était pas bien difficile, et je fis un côté de l’hémicycle pendant qu’elle faisait l’autre ; mais, toute jeune et forte que j’étais, le travail me mit en nage, tandis qu’elle, endurcie à la fatigue, et déjà remise de son évanouissement, avec l’air d’une mourante et l’apparente lenteur d’une tortue, elle vint à bout de sa tâche plus vite et mieux que moi.

Le lendemain était un jour de fête ; il n’y en avait pas pour elle, puisque tous les jours exigeaient les mêmes soins domestiques. Le hasard me la fit rencontrer encore comme elle allait faire les lits au dortoir. Il y en avait trente et quelques. Elle me demanda d’elle-même si je voulais l’aider, non pas qu’elle voulût être soulagée de son travail, mais parce que ma société commençait à lui plaire. Je la suivis par un mouvement de complaisance qui eût été bien naturel, quand même je n’aurais pas été poussée par le dévouement religieux qui inspire l’amour de la peine. Quand l’ouvrage fut terminé, et abrégé de moitié par mon concours, il nous resta quelques instans de loisir, et la sœur Hélène, s’asseyant sur un coffre, me dit : « Puisque vous êtes si complaisante, vous devriez bien m’enseigner un peu de français, car je n’en peux pas dire un mot, et cela me gêne avec les servantes françaises que j’ai à diriger. — Cette demande de votre part me réjouit, lui dis-je. Elle me prouve que vous ne songez plus à mourir dans deux mois, mais à vous conserver le plus longtemps possible. — Je ne veux que ce que Dieu voudra, reprit-elle. Je ne cherche pas la mort, je ne l’évite pas. Je ne peux pas m’empêcher de la désirer, mais je ne la demande pas. Mon épreuve durera tant qu’il plaira au Seigneur. — Ma bonne sœur, lui dis-je, vous êtes donc bien sérieusement malade ? — Les médecins prétendent que oui, répondit-elle, et il y a des momens où je souffre tant que je crois qu’ils ont raison. Mais, après tout, je me sens si forte qu’ils pourraient bien se tromper. Allons ! qu’il en soit comme Dieu voudra ! »

Elle se leva en ajoutant : « Voulez-vous venir ce soir dans ma cellule, vous me donnerez la première leçon ? »

J’y consentis à regret, mais sans hésiter. Cette pauvre sœur m’inspirait, malgré moi, de la répugnance, non pas elle, mais ses vêtemens qui étaient immondes et dont l’odeur me causait des nausées. Et puis, j’aimais mieux mon heure d’extase, le soir à l’église, que de donner une leçon de français à une personne fort peu intelligente et qui ne savait que fort mal l’anglais.

Je m’y résignai pourtant, et le soir venu, j’entrai pour la première fois dans la cellule de sœur Hélène. Je fus agréablement surprise de la trouver d’une propreté exquise et toute parfumée de l’odeur du jasmin qui montait du préau jusqu’à sa fenêtre. La pauvre sœur était propre aussi, elle avait sa robe de serge violette neuve ; ses petits objets de toilette bien rangés sur un table attestaient le soin qu’elle prenait de sa personne. Elle vit dans mes yeux ce qui me préoccupait. « Vous voilà étonnée, me dit-elle, de trouver propre et même recherchée sous ce rapport une personne qui remplit sans chagrin les plus viles fonctions. C’est parce que j’ai horreur de la saleté et des mauvaises odeurs que j’ai accepté gaîment ces fonctions-là. Quand je suis arrivée en France, j’ai été révoltée de voir des chenets ternes et des serrures rouillées. Chez nous, on se mirait dans le bois des meubles et dans la ferrure des moindres ustensiles. J’ai cru que je ne m’habituerais jamais à vivre dans un pays où l’on était si négligent. Mais, pour faire de la propreté, il faut toucher à des choses malpropres. Vous voyez bien que mon goût devait me faire prendre l’état qui m’a suggéré l’envie de faire mon salut. »

« Elle dit tout cela en riant ; car elle était gaie comme les personnes d’un grand courage. Je lui demandai ce qu’elle était avant d’être religieuse, et elle se mit à me raconter son histoire en mauvais anglais, dans un langage simple et rustique dont il me serait impossible de rendre la grandeur et la naïveté. Je ne l’essaierai pas, mais voici la substance de son récit :

« Je suis une montagnarde écossaise ; mon père[22] est un paysan aisé chargé d’une nombreuse famille. C’est un homme bon et juste, mais aussi rude dans sa volonté que courageux pour son travail. Je gardais ses troupeaux, je ne m’épargnais pas aux soins du ménage et à la surveillance de mes petits frères et sœurs, qui m’aimaient tendrement ; je les aimais de même. J’étais heureuse, j’aimais la campagne, les prés, les animaux. Il ne me semblait pas que je pusse vivre renfermée, seulement dans une ville ; je ne pensais pas beaucoup à mon salut. Un sermon que j’entendis changea toutes mes idées et m’inspira un si grand désir de plaire à Dieu que je n’eus plus ni plaisir, ni repos dans ma famille. Ce sermon prêchait le renoncement, la mortification. Je me demandai ce que je pouvais faire de plus agréable à Dieu et de plus cruel pour moi-même, et je trouvai que quitter la campagne, perdre ma liberté, me séparer pour toujours de ma famille, serait un véritable martyre pour moi. Aussitôt j’y fus résolue. J’allai trouver le prêtre qui avait prêché, et je lui dis que j’avais la vocation. Il ne voulut pas me croire et me conduisit à l’évêque afin que cet homme savant dans la religion examinât si ma vocation était véritable. L’évêque me demanda si j’étais malheureuse chez mes parens, si j’étais dégoûtée de mon pays, de mon état, si enfin j’avais quelque sujet de dépit ou de colère pour quitter comme cela tout ce qui me retenait chez nous. Je lui répondis que dans ce cas-là ma vocation ne serait pas grande, et que je n’y croyais que parce qu’elle m’imposait les plus grands sacrifices que je pusse m’imaginer. Quand l’évêque m’eut bien interrogée sans me trouver en défaut, il me dit : « Oui, vous avez une grande vocation, mais il faut obtenir le consentement de vos parens. »

Je retournai chez nous, et je parlai d’abord à mon père, mon père me dit que si je retournais seulement voir les prêtres, il me tuerait. « Eh bien ! lui dis-je, j’y retournerai, vous me tuerez, et j’irai au ciel plus tôt : c’est tout ce que je demande. » Ma mère et mes tantes pleurèrent, et, voyant que je ne pleurais pas, elles me reprochèrent de ne pas les aimer. Cela me fit beaucoup de peine, comme vous pouvez croire, mais c’était le commencement de mon martyre, et puisque je ne pouvais pas me faire couper par morceaux ou brûler vive pour l’amour de Dieu, je devais me contenter d’avoir le cœur brisé et me réjouir dans cette épreuve. Je ne fis donc que sourire aux larmes de mes parens, parce que je souffrais plus qu’eux encore et que j’étais contente de souffrir.

Je retournai voir le prêtre et l’évêque : mon père me maltraita, m’enferma dans ma chambre, et quand vint le jour où je voulus partir pour entrer en religion, il m’attacha avec des cordes au pied d’un lit. Plus on me faisait de peine et de mal, plus je souhaitais qu’on m’en fît. Enfin ma mère et une de mes tantes, voyant que mon père était furieux, et craignant qu’il ne me fît mourir, essayèrent de le faire consentir à mon départ. « Eh bien, dit-il, qu’elle parte tout de suite, mais qu’elle emporte ma malédiction. »

« Il vint me détacher, et quand je voulus me mettre à ses genoux et l’embrasser, il me repoussa, refusa de me dire adieu et sortit. Il avait bien du chagrin, mon pauvre père. Il prit son fusil : on aurait dit qu’il allait se tuer. Mes frères aînés le suivirent, et quand je fus seule avec les femmes et les enfans, tous se mirent à genoux autour de moi pour me faire renoncer à mon sacrifice. Et moi je riais, et je disais : « Encore, encore ! vous ne me ferez jamais souffrir autant que je le souhaite. »

« Il y avait un petit enfant, l’enfant de ma sœur aînée, un vrai chérubin que j’avais élevé particulièrement, qui était toujours pendu à ma robe, aux champs et dans la maison. On savait que j’étais folle de cet enfant-là. On le mit sur mes genoux, il pleurait et m’embrassait. Je me levai pour le mettre à terre. Je pris mon paquet et marchai vers la porte. L’enfant courut au-devant de moi, et se couchant sur le seuil, il me dit : Puisque tu veux me quitter, tu me marcheras sur le corps. « Je remerciai Dieu de ce qu’il ne m’épargnait rien, et je passai par-dessus l’enfant. Pendant bien longtemps, j’entendis ses cris et les sanglots de ma mère, de mes tantes, de mes sœurs et de tous les petits, qu’on retenait pour les empêcher de courir après moi. Je me retournai et leur montrai le ciel en élevant un bras au-dessus de ma tête. Ma famille n’était pas impie. Il se fit un grand silence. Alors je me remis à marcher, et ne me retournai plus que quand je fus assez loin pour n’être point vue. Je regardai le toit de la maison et la fumée. Je fus forcée de m’asseoir un instant, mais je ne pleurai pas, et j’arrivai auprès de l’évêque aussi tranquille que je le suis maintenant. Il me confia à des dames pieuses qui m’envoyèrent ici, parce qu’elles craignaient que mon père ne vînt me reprendre de force si on me laissait dans mon pays. Voilà mon histoire. Elle n’est pas bien longue, ni bien dite, mais je ne sais pas m’expliquer mieux. »

Cette histoire simple et terrible acheva de me monter la tête pour la religion et m’inspira tout à coup pour la sœur Hélène une prédilection enthousiaste. Je vis en elle une sainte des anciens jours, rude, ignorante des délicatesses de la vie et des compromis de cœur avec la conscience, une fanatique ardente et calme comme Jeanne d’Arc ou sainte Géneviève. C’était, par le fait, une mystique, la seule, je crois, qu’il y eût dans la communauté : aussi n’était-elle pas Anglaise.

Frappée comme d’un contact électrique, je lui pris les mains et m’écriai : « Vous êtes plus forte dans votre simplicité que tous les docteurs du monde, et je crois que vous me montrez, sans y songer, le chemin que j’ai à suivre. Je serai religieuse ! — Tant mieux ! me dit-elle avec la confiance et la droiture d’un enfant : vous serez sœur converse avec moi, et nous travaillerons ensemble. »

Il me sembla que le ciel me parlait par la bouche de cette inspirée.

Enfin j’avais rencontré une véritable sainte comme celles que j’avais rêvées. Mes autres nonnes étaient comme des anges terrestres, qui, sans lutte et sans souffrances, jouissaient par anticipation du calme paradisiaque. Hélène était une créature plus humaine et plus divine en même temps. Plus humaine, parce qu’elle souffrait ; plus divine, parce qu’elle aimait à souffrir. Elle n’avait pas cherché le bonheur, le repos, l’absence de tentations mondaines, la liberté du recueillement dans le cloître. Les séductions du siècle ! pauvre fille des champs nourrie dans de grossiers labeurs, elle ne les connaissait pas. Elle n’avait rêvé et accompli qu’un martyre de tous les jours ; elle l’avait envisagé avec la logique sauvage et grandiose de la foi primitive. Elle était exaltée jusqu’au délire sous une apparence froide et stoïque. Quelle nature puissante ! Son histoire me faisait frissonner et brûler. Je la voyais aux champs, écoutant, comme notre grande pastoure, les voix mystérieuses dans les branches des chênes et dans le murmure des herbes. Je la voyais passant par-dessus le corps de ce bel enfant dont les larmes tombaient sur mon cœur et passaient dans mes yeux. Je la voyais seule et debout sur le chemin, froide comme une statue et le cœur percé cependant des sept glaives de la douleur, élevant sa main hâlée vers le ciel et réduisant au silence, par l’énergie de sa volonté, toute cette famille gémissante et frappée de respect.

« Ô sainte Hélène, me disais-je en la quittant, vous avez raison, vous êtes dans le vrai, vous ! vous êtes d’accord avec vous-même. Oui ! quand on aime Dieu de toutes ses forces, quand on le préfère à toutes choses, on ne s’endort point en chemin ; on n’attend pas ses ordres, on les prévient ; on court au-devant des sacrifices. Oui ! vous m’avez embrasée du feu de votre amour, et vous m’avez montré la voie. Je serai religieuse ; ce sera le désespoir de mes parens, le mien par conséquent. Il faut ce désespoir-là pour avoir le droit de dire à Dieu : « Je t’aime, je serai religieuse et non pas dame de chœur, vivant dans une simplicité recherchée et dans une béate oisiveté. Je serai sœur converse, servante écrasée de fatigue, balayeuse de tombeaux, porteuse d’immondices ; tout ce qu’on voudra, pourvu que je sois oubliée après avoir été maudite par les miens ; pourvu que, dévorant l’amertume de l’immolation, je n’aie que Dieu pour témoin de mon supplice et que son amour pour ma récompense. »

Je ne tardai pas à confier à Marie Alicia mon projet d’entrer en religion. Elle n’en fut point enivrée. La digne et raisonnable femme me dit en souriant : « Si cette idée vous est douce, nourrissez-la, mais ne la prenez pas trop au sérieux. Il faut être plus fort que vous ne pensez pour mettre à exécution une chose difficile. Votre mère n’y consentira pas volontiers, votre grand’mère encore moins. Elles diront que nous vous avons entraînée, et ce n’est pas du tout notre intention ni notre manière d’agir. Nous ne caressons point les vocations au début, nous les attendons à leur entier développement. Vous ne vous connaissez pas encore vous-même. Vous croyez qu’on mûrit du jour au lendemain ; allons, allons, ma chère sœur, il passera encore de l’eau sous le pont avant que vous signiez cet écrit-là. » Et elle me montrait la formule de ses vœux, écrite en latin dans un petit cadre de bois noir au dessus de son prie-Dieu. Cette formule, contraire à la législation française, était un engagement éternel ; on le signait à une petite table sur laquelle, au milieu de l’église, on posait le saint sacrement.

Je souffrais bien un peu des doutes de Mme Alicia sur mon compte ; mais je me défendais de cette souffrance comme d’une révolte de mon orgueil. Seulement je persistais à croire, sans en rien dire, que la sœur Hélène avait une plus grande vocation. Marie Alicia était heureuse, elle le disait sans affectation et sans emphase, et on voyait bien qu’elle était sincère. Elle disait parfois : « Le plus grand bonheur, c’est d’être en paix avec Dieu. Je ne l’aurais pas été dans le monde, je ne suis pas une héroïne, j’ai la crainte et peut-être le sentiment de ma faiblesse. Le cloître me sert de refuge et la règle monastique d’hygiène morale ; moyennant ces puissans secours, je suis mon chemin sans trop d’efforts ni de mérite. »

Ainsi raisonnait cette âme profondément humble, ou, si on l’aime mieux, cet esprit parfaitement modeste. Elle était d’autant plus forte qu’elle croyait ne pas l’être.

Quand j’essayais de raisonner avec elle à la manière de la sœur Hélène, elle secouait doucement la tête : « Mon enfant, me disait-elle, si vous cherchez le mérite de la souffrance, vous le trouverez de reste dans le monde. Croyez bien qu’une mère de famille, ne fût-ce que pour mettre ses enfans au monde, a plus de douleur et de travail que nous. Je ne regarde pas la vie claustrale comme un sacrifice comparable à ceux qu’une épouse et une bonne mère doit s’imposer tous les jours. Ne vous tourmentez donc pas l’esprit, et attendez ce que Dieu vous inspirera quand vous serez en âge de choisir. Il sait mieux que vous et moi ce qui vous convient. Si vous désirez de souffrir, soyez tranquille, la vie vous servira à souhait, et peut-être trouverez-vous, si votre ardeur de sacrifice persiste, que c’est dans le monde, et non dans le couvent, qu’il faut aller chercher votre martyre. »

Sa sagesse me pénétrait de respect, et ce fut elle qui me préserva de prononcer ces vœux imprudens que les jeunes filles font quelquefois d’avance dans le secret de leur effusion devant Dieu : sermens terribles qui pèsent quelquefois pour toute la vie sur des consciences timorées, et qu’on ne viole pas, quelque non recevable qu’ils aient été devant Dieu, sans porter une grave atteinte à la dignité et à la santé de l’âme.

Cependant je ne me défendais pas de l’enthousiasme de sœur Hélène ; je la voyais tous les jours, j’épiais l’occasion et le moyen de l’aider dans ses rudes travaux, consacrant mes récréations de la journée à les partager, et celles du soir à lui donner des leçons de français dans sa cellule. Elle avait, je l’ai dit, fort peu d’intelligence et savait à peine écrire. Je lui appris plus d’anglais que de français, car je m’aperçus bientôt que c’était par l’anglais que nous eussions dû commencer. Nos leçons ne duraient guère qu’une demi-heure. Elle se fatiguait vite. Cette tête si forte avait plus de volonté que de puissance.

Nous avions donc une demi-heure pour causer, et j’aimais son entretien, qui était pourtant celui d’un enfant. Elle ne savait rien, elle ne désirait rien savoir hors du cercle étroit où sa vie s’était renfermée. Elle avait le profond mépris de toute science étrangère à la vie pratique qui caractérise le paysan. Elle parlait mal à froid, ne trouvait pas de mots à son usage, et ne pouvait pas enchaîner ses idées ; mais quand l’enthousiasme revenait, elle avait des élans d’une profondeur étrange dans leur concision enfantine.

Elle ne doutait pas de ma vocati on, elle ne cherchait pas à me retenir et à me faire hésiter dans mon entraînement ; elle croyait à la force des autres comme à la sienne propre. Elle ne s’embarrassait l’esprit d’aucun obstacle et se persuadait qu’il serait très facile de m’obtenir une dispense pour entrer dans la communauté en dépit des statuts de la règle, qui n’admettaient que des Anglaises, des Écossaises ou des Irlandaises dans le couvent. J’avoue que l’idée d’être religieuse ailleurs qu’aux Anglaises me faisait frémir, preuve que je n’avais pas de vocation véritable, et comme je lui avouais le doute que cette préférence pour notre couvent élevait en moi, elle me rassurait avec une adorable indulgence. Elle voulait trouver ma préférence légitime, et cette mollesse de cœur n’altérait pas, suivant elle, l’excellence de ma vocation. J’ai déjà dit quelque part dans cet ouvrage, à propos de la Tour d’Auvergne, je crois, que le cachet de la véritable grandeur est de ne jamais songer à exiger des autres les grandes choses qu’on s’impose à soi-même. La sœur Hélène, cette créature toute d’instincts sublimes, agissait de même avec moi. Elle avait quitté sa famille et son pays, elle était venue avec joie s’enterrer dans le premier couvent qu’on lui avait désigné, et elle consentait à me laisser choisir ma retraite et arranger mon sacrifice. C’était assez, à ses yeux, qu’une personne comme moi, qu’elle regardait comme un grand esprit (parce que je savais ma langue mieux qu’elle ne savait la sienne), acceptât délibérément l’idée d’être sœur converse au lieu de préférer tenir la classe.

Nous faisions donc des châteaux en Espagne ensemble. Elle me cherchait un nom : celui de Marie-Augustine, que j’avais pris à la confirmation, étant déjà porté par Poulette. Elle me désignait une cellule voisine de la sienne. Elle m’autorisait d’avance à aimer le jardinage et à cultiver des fleurs dans le préau. J’avais conservé le goût de tripoter la terre, et comme j’étais trop grande fille pour faire un petit jardin pour moi-même, je passais une partie des récréations à brouetter du gazon et à dessiner des allées dans les jardinets des petites. Aussi il fallait voir quelle adoration ces enfans avaient pour moi. On me raillait un peu à la grande classe. Anna soupirait de mon abrutissement sans cesser d’être bonne et affectueuse. Pauline de Pontcarré, mon amie d’enfance, qui était entrée au couvent depuis six mois, disait à sa mère, devant moi, que j’étais devenue imbécile, parce que je ne pouvais plus vivre qu’avec la sœur Hélène ou les enfans de sept ans.

J’avais pourtant contracté une amitié qui eût dû me relever dans l’opinion des plus intelligentes, puisque c’était avec la personne la plus intelligente du couvent. Je n’ai pas encore parlé d’Elisa Auster, bien que ce soit une des figures les plus remarquables de cette série de portraits où mon récit m’entraîne. J’ai voulu la garder pour le joyau principal de cette précieuse couronne.

Un Anglais, M. Auster, neveu de Mme Canning, notre supérieure, avait épousé à Calcutta une belle Indienne, dont il avait eu grand nombre d’enfans, douze, peut-être quatorze. Le climat les avait tous dévorés dans leur bas âge, excepté un fils, qui s’est fait prêtre, et deux filles : Lavinia, qui a été ma compagne à la petite classe ; Elisa, sa sœur aînée, mon amie de la grande classe, qui est aujourd’hui supérieure d’un couvent de Cork, en Irlande.

M. et Mme Auster, voyant périr tous leurs enfans, dont l’organisation splendide semblait se dessécher tout à coup dans un milieu contraire, et ne pouvant abandonner leurs affaires, firent l’effort de se séparer des trois qui leur restaient. Ils les envoyèrent en Angleterre à Mme Blount, sœur de Mme Canning. Voilà du moins l’histoire que l’on racontait au couvent. Plus tard, j’ai entendu dire autrement ; mais qu’importe ? Le fait certain, c’est qu’Elisa et Lavinia se rappelaient confusément leur mère se roulant de désespoir sur le rivage indien tandis que le navire s’en éloignait à pleines voiles. Mises au couvent de Cork, en Irlande, Elisa et Lavinia vinrent en France lorsque Mme Blount se décida à venir habiter, avec sa fille et ses deux nièces, notre couvent des Anglaises. Cette famille avait-elle de la fortune ? Je l’ignore, on ne s’occupait guère de cela parmi les dévotes. Je crois que le père était encore aux Indes quand je connus ses filles. La mère y était à coup sûr, et n’avait pas vu ses enfans depuis une douzaine d’années.

Lavinia était une charmante enfant, timide, impressionnable, rougissant à tout propos, d’une douceur parfaite, ce qui ne l’empêchait pas d’être un peu diable et fort peu dévote. Ses tantes et sa sœur la grondaient souvent. Elle ne s’en souciait pas énormément.

Elisa était d’une beauté incomparable et d’une intelligence supérieure. C’était le plus admirable résultat possible de l’union de la race anglaise avec le type indien. Elle avait un profil grec d’une pureté de lignes exquises, un teint de lis et de roses sans hyperbole, des cheveux châtains superbes, des yeux bleus d’une douceur et d’une pénétration frappantes, une sorte de fierté caressante dans la physionomie ; le regard et le sourire annonçaient la tendresse d’un ange, le front droit, l’angle facial fortement accusé, je ne sais quoi de carré dans une taille magnifique de proportions, révélaient une grande volonté, une grande puissance, un grand orgueil.

Dès son plus jeune âge, toutes les forces de cette âme vigoureuse s’étaient tournées vers la piété. Elle nous arriva sainte, comme je l’ai toujours connue, ferme dans sa résolution de se faire religieuse, et cultivant dans son cœur une seule amitié exclusive, le souvenir d’une religieuse de son couvent d’Irlande, sœur Maria Borgia de Chantal, qui a toujours encouragé sa vocation, et qu’elle est allée rejoindre plus tard en prenant le voile. La plus grande marque d’amitié qu’elle m’ait donnée, c’est un petit reliquaire que j’ai toujours à ma cheminée, et qu’elle tenait de cette religieuse. Je lis encore sur l’envers : M. de Chantal, to E. 1816. Elle y tenait tant qu’elle me fit promettre de ne jamais m’en séparer, et je lui ai tenu parole. Il m’a suivie partout. Dans un voyage, le verre s’est cassé, la relique s’est perdue, mais le médaillon est intact, et c’est le reliquaire lui-même qui est devenu relique pour moi.

Cette belle Elisa était la première dans toutes les études, la meilleure pianiste du couvent, celle qui faisait tout mieux que les autres, puisqu’elle y portait à dose égale les facultés naturelles et la volonté soutenue. Elle faisait tout cela en vue d’être propre à diriger l’éducation des jeunes Irlandaises qui lui seraient confiées un jour à Cork, car elle était pour son couvent de Cork comme moi pour mon couvent des Anglaises. Marie Borgia était son Alicia et son Hélène. Elle ne comprenait pas qu’elle pût être religieuse ailleurs, et sa vocation n’en était pas moins certaine, puisqu’elle y a persisté avec joie.

Elle avait bien plus raison que moi en songeant à se rendre utile dans le cloître. Moi, je suivais les études avec soumission, avec le plus d’attention possible ; mais, en réalité, depuis que j’étais dévote, je ne faisais pas plus de progrès que je n’avais fait de besogne auparavant. Je n’avais pas d’autre but que celui de me soumettre à la règle, et mon mysticisme me commandant d’immoler toutes les vanités du monde, je ne voyais pas qu’une sœur converse eût besoin de savoir jouer du piano, dessiner et de connaître l’histoire. Aussi, après trois années de couvent, en suis-je sortie beaucoup plus ignorante que je n’y étais entrée. J’y avais même perdu ces accès d’amour pour l’étude dont je m’étais senti prise de temps en temps à Nohant. La dévotion m’absorbait bien autrement que n’avait fait la diablerie. Elle usait toute mon intelligence au profit de mon cœur. Quand j’avais pleuré d’adoration pendant une heure à l’église, j’étais brisée pour tout le reste du jour. Cette passion, répandue à flots dans le sanctuaire, ne pouvait plus se rallumer pour rien de terrestre. Il ne me restait ni force, ni élan, ni pénétration pour quoi que ce soit. Je m’abrutissais, Pauline avait bien raison de le dire, mais il me semble pourtant que je grandissais dans un certain sens. J’apprenais à aimer autre chose que moi-même : la dévotion exaltée a ce grand effet sur l’âme qu’elle possède que, du moins, elle y tue l’amour-propre radicalement, et si elle l’hébète à certains égards, elle la purge de beaucoup de petitesses et de mesquines préoccupations.

Quoique l’être humain soit dans la conduite de sa vie un abîme d’inconséquences, une certaine logique fatale le ramène toujours à des situations analogues à celles où son instinct l’a déjà conduit. Si l’on s’en souvient, j’étais parfois à Nohant, devant les soins et les leçons de ma grand’mère, dans la même disposition de soumission inerte et de dégoût secret que celle où je me retrouvais au couvent devant les études qui m’étaient imposées. À Nohant, ne pensant qu’à me faire ouvrière avec ma mère, j’avais méprisé l’étude comme trop aristocratique. Au couvent, ne songeant qu’à me faire servante avec sœur Hélène, je méprisais l’étude comme trop mondaine.

Je ne sais plus comment il m’arriva de me lier avec Elisa. Elle avait été froide et même dure avec moi durant mes diableries. Elle avait des instincts de domination qu’elle ne pouvait contenir, et lorsqu’un diable dérangeait sa méditation à l’église ou bouleversait ses cahiers à la classe, elle devenait pourpre ; ses belles joues prenaient même rapidement une teinte violacée, ses sourcils déjà très rapprochés, s’unissaient par un froncement nerveux ; elle murmurait des paroles d’indignation, son sourire devenait méprisant, presque terrible ; sa nature impérieuse et hautaine se trahissait. Nous disions alors que le sang asiatique lui montait au visage. Mais c’était un orage passager. La volonté, plus forte que l’instinct, dominait cette colère. Elle faisait un effort, pâlissait, souriait, et ce sourire, passant sur ses traits comme un rayon de soleil, y ramenait la douceur, la fraîcheur et la beauté.

Toutefois il fallait la connaître beaucoup pour l’aimer, et en général, elle était plus admirée que recherchée.

Quand elle se fit connaître à moi, ce ne fut point à demi. Elle me révéla ses propres défauts avec beaucoup de grandeur et m’ouvrit sans réserve son âme austère et tourmentée.

« Nous marchons au même but par des chemins différens, me disait-elle. J’envie le tien, car tu y marches sans effort et tu n’as pas de lutte à soutenir. Tu n’aimes pas le monde, tu n’y pressens qu’ennuis et lassitudes. La louange ne te cause que du dégoût. On dirait que tu te laisses glisser du siècle dans le cloître par une pente facile et que ton être n’a point d’aspérités qui te retiennent. Moi, disait-elle (et en parlant ainsi sa figure rayonnait comme celle d’un archange), j’ai un orgueil de Satan ! Je me tiens dans le temple comme le pharisien superbe, et il me faut faire un effort pour me mettre moi-même à la porte, où je te retrouve, toi, endormie et souriante à l’humble place du publicain. J’ai un sentiment de recherche dans le choix de mon sort futur en religion. Je veux bien obéir, mais je sens aussi le besoin de commander. J’aime l’approbation, la critique m’irrite, la moquerie m’exaspère. Je n’ai ni indulgence instinctive ni patience naturelle. Pour vaincre tout cela, pour m’empêcher de tomber dans le mal cent fois par jour, il me faut une continuelle tension de ma volonté. Enfin, si je surnage au-dessus de l’abîme de mes passions, j’aurai bien du mal, et il me faudra du Ciel une bien grande assistance.

Là-dessus elle pleurait et se frappait la poitrine. J’étais forcée de la consoler, moi qui me sentais un atome auprès d’elle. « Il est possible, lui disais-je, que je n’aie pas les mêmes défauts que toi, mais j’en ai d’autres, et je n’ai pas tes qualités. À brebis tondue, Dieu ménage le vent. Comme je n’ai pas ta force, les vives sensations me sont épargnées. Je n’ai pas de mérite à être humble, puisque par caractère, par position sociale peut-être, je méprise beaucoup de choses qu’on estime dans le monde. Je ne connais pas le plaisir qu’on goûte à la louange, ni ma personne ni mon esprit ne sont remarquables. Peut-être serais-je vaine si j’avais ta beauté et tes facultés : si je n’ai pas le goût du commandement, c’est que je n’aurais pas la persévérance de gouverner quoi que ce soit. Enfin, rappelle-toi que les plus grands saints sont ceux qui ont eu le plus de peine à le devenir. »

— C’est vrai ! s’écriait-elle. Il y a d e la gloire à souffrir, et les récompenses sont proportionnées aux mérites. » Puis tout à coup laissant retomber sa tête charmante dans ses belles mains : « Ah ! disait-elle en soupirant, ce que je pense là est encore de l’orgueil ! Il s’insinue en moi par tous les pores et prend toutes les formes pour me vaincre. Pourquoi est-ce que je veux trouver de la gloire au bout de mes combats, et une plus haute place dans le ciel que toi et la sœur Hélène ? En vérité, je suis une âme bien malheureuse. Je ne peux pas m’oublier et m’abandonner un seul instant. »

C’est dans de telles luttes intérieures que cette vaillante et austère jeune fille consumait ses plus brillantes années ; mais il semblait que la nature l’eût formée pour cela, car plus elle s’agitait, plus elle était resplendissante d’embonpoint, de couleur et de santé.

Il n’en était pas ainsi de moi. Sans lutte et sans orage, je m’épuisais dans mes expansions dévotes. Je commençais à me sentir malade, et bientôt le malaise physique changea la nature de ma dévotion. J’entre dans la seconde phase de cette vie étrange.



CHAPITRE QUINZIÈME.

Le cimetière. — Mystérieux orage contre sœur Hélène. — Premiers doutes instinctifs. — Mort de la mère Alippe. — Terreurs d’Elisa. — Second mécontentement intérieur. — Langueurs et fatigues. — La maladie des scrupules. — Mon confesseur me donne pour pénitence l’ordre de m’amuser. — Bonheur parfait. — Dévotion gaie. — Molière au couvent. — Je deviens auteur et directeur des spectacles. — Succès inouï du Malade imaginaire devant la communauté. — Jane. — Révolte. — Mort du duc de Berry. — Mon départ du couvent. — Mort de Mme Canning. — Son administration. — Élection de Mme Eugénie. — Décadence du couvent.


J’avais passé plusieurs mois dans la béatitude, mes jours s’écoulaient comme des heures. Je jouissais d’une liberté absolue depuis que je n’étais plus d’humeur à en abuser. Les religieuses me menaient avec elles dans tout le couvent, dans l’ouvroir où elles m’invitaient à prendre le thé ; dans la sacristie, où j’aidais à ranger et à plier les ornemens d’autel ; dans la tribune de l’orgue, où nous répétions les chœurs et motets ; dans la chambre des novices, qui était une salle servant d’école de plain-chant ; enfin dans le cimetière, qui était le lieu le plus interdit aux pensionnaires. Ce cimetière, placé entre l’église et le mur du jardin des Écossais, n’était qu’un parterre de fleurs sans tombes et sans épitaphes. Le renflement du gazon annonçait seul la place des sépultures. C’était un endroit délicieux, tout ombragé de beaux arbres, d’arbustes et de buissons luxurians. Dans les soirs d’été, on y était presque asphyxié par l’odeur des jasmins et des roses ; l’hiver, pendant la neige, les bordures de violettes et les roses du Bengale souriaient encore sur le linceul sans tache. Une jolie chapelle rustique, sorte de hangar ouvert qui abritait une statue de la Vierge, et qui était toute festonnée de pampres et de chèvrefeuille, séparait ce coin sacré de notre jardin, et l’ombrage de nos grands marronniers se répandait par-dessus le petit toit de la chapelle. J’ai passé là des heures de délices à rêver sans songer à rien. Dans mon temps de diablerie, quand je pouvais me glisser dans le cimetière, c’était pour y recueillir les bonnes balles élastiques que les Écossais perdaient par-dessus le mur. Mais je ne songeais même plus aux balles élastiques. Je me perdais dans le rêve d’une mort anticipée, d’une existence de sommeil intellectuel, d’oubli de toutes choses, de contemplations incessantes. Je choisissais ma place dans le cimetière. Je m’étendais là en imagination pour dormir comme dans le seul lieu du monde où mon cœur et ma cendre pussent reposer en paix.

Sœur Hélène m’entretenait dans mes songes de bonheur, et pourtant elle n’était pas heureuse, la pauvre fille. Elle souffrait beaucoup, quoique sa force physique eût repris le dessus, et qu’elle fût en voie de guérison ; mais je crois que son mal était moral. Je crois qu’elle était un peu grondée, un peu persécutée pour son mysticisme. Il y avait des soirs où je la trouvais en pleurs dans sa cellule. J’osais à peine l’interroger, car à mon premier mot, elle secouait sa tête carrée d’un air dédaigneux, comme pour me dire : « J’en ai supporté bien d’autres, et vous n’y pouvez rien. » Il est vrai qu’aussitôt elle se jetait dans mes bras et pleurait sur mon épaule ; mais pas une plainte, pas un murmure, pas un aveu ne s’échappa jamais de ses lèvres scellées.

Un soir que je passais dans le jardin au-dessous de la fenêtre de la chambre de la supérieure, j’entendis le bruit d’une vive altercation. Je ne pouvais ni ne voulais saisir le dialogue, mais je reconnaissais le son des voix. Celle de la supérieure était rude et irritée, celle de sœur Hélène navrante et entre-coupée de gémissemens. Dans le temps où je cherchais le secret de la victime, j’aurais trouvé là matière à de belles imaginations ; je me serais glissée dans l’escalier, dans l’antichambre, j’aurais surpris le mystère dont j’étais avide. Mais ma religion me défendait d’espionner désormais, et je passai le plus vite que je pus. Pourtant cette voix déchirante de ma chère Hélène me suivait malgré moi. Elle ne paraissait pas supplier ; je ne crois pas que cette robuste nature eût pu se ployer à cela, elle semblait protester énergiquement et se plaindre d’une accusation injuste. D’autres voix que je ne reconnus pas semblaient la charger et la reprendre. Enfin, quand je fus assez loin pour ne rien entendre clairement, il me sembla que des cris inarticulés venaient jusqu’à moi à travers les brises de la nuit et les rires des pensionnaires en récréation.

Ce fut le premier coup porté à la sérénité de mon âme ? Que se passait-il donc dans le secret du chapitre ? Etaient-elles injustement soupçonneuses, étaient-elles impitoyables devant une faute, ces nonnes à l’air si doux, aux manières si tranquilles ? Et quelle faute pouvait donc commettre une sainte comme la sœur Hélène ? N’était-ce pas son trop de foi et de dévoûment qu’on lui reprochait ? Etais-je pour quelque chose là dedans ? Lui faisait-on un crime de notre sainte amitié ? J’avais entendu distinctement la supérieure articuler d’une voix courroucée : « Shame ! shame ! Honte ! honte ! » Ce mot de honte appliqué à une âme naïve et pure comme celle d’un petit enfant, à un être véritablement angélique, me froissait comme une insulte gratuite et cruelle ; le vers de Boileau me revenait sur les lèvres malgré moi :

Tant de fiel entre-t-il dans l’âme des dévots ?

Mme Canning n’était pas un Tartufe femelle, bien certainement. Elle avait des vertus solides, mais elle était dure et pas très franche. Je l’avais éprouvé par moi-même. Où pouvait-elle avoir puisé dans une âme béate ce flot de reproches amers ou de menaces humiliantes que l’accent de sa voix trahissait à mon oreille ? Je me demandais s’il était possible, à moins qu’on n’eût une âme stupide, de ne pas chérir et admirer sœur Hélène ; et s’il était possible, quand on avait de l’estime et de l’affection pour quelqu’un, de le gronder, de l’humilier, de le faire souffrir à ce point, même pour son bien, même en vue de lui faire son salut. « Est-ce une querelle ? est-ce une épreuve ? me disais-je : si c’est une querelle, elle est ignoble de formes. Si c’est une épreuve, elle est odieuse de cruauté. »

Tout à coup j’entendis des cris (mon imagination troublée me les fit seule entendre peut-être), un vertige passa devant mes yeux, une sueur froide inonda mon corps tremblant : « On la frappe, on la martyrise ! » m’écriai-je.

Que Dieu me pardonne cette pensée, probablement folle et injuste, mais elle s’empara de moi comme une obsession. J’étais dans la grande allée au fond du jardin, torturée par ces bruits confus qui semblaient m’y poursuivre. Je ne fis qu’un bond jusqu’à la cellule de sœur Hélène ; je croirais volontiers que mes pieds ne m’y portaient pas, tant il me sembla voler aussi rapidement que ma pensée. Si je n’avais pas trouvé Hélène dans sa cellule, je crois que j’aurais été la chercher dans celle de la supérieure.

Hélène venait de rentrer ; sa figure était bouleversée, son visage inondé de larmes. Mon premier mouvement fut de regarder si elle n’avait pas de traces de violences, si son voile n’était pas déchiré ou ses mains ensanglantées. J’étais devenue tout à coup soupçonneuse comme ceux qui passent subitement d’une confiance aveugle à un doute poignant. Sa robe seule était poudreuse comme si elle eût été jetée par terre, ou comme si elle se fût roulée sur le plancher. Elle me repoussa en me disant : « Ce n’est rien, ce n’est rien ! Je suis fort malade, il faut que je me mette au lit ; laissez-moi. »

Je sortis pour lui laisser le temps de se coucher, mais je restai dans le corridor, protégée par l’obscurité, l’oreille collée à la porte. Elle gémissait à me déchirer le cœur. Du côté de la chambre de la supérieure, il y avait de l’agitation. On ouvrait et on fermait les portes, j’entendais des frôlemens de robes passer non loin de moi. Cette incertitude était fantastique, affreuse. Quand tout fut rentré dans le silence, je revins auprès de la sœur Hélène.

« Je ne dois pas vous interroger, lui dis-je, et je sais que vous ne voudriez pas me répondre ; mais laissez-moi vous assister et vous soigner. » Elle avait la fièvre, disait-elle, mais ses mains étaient glacées, et elle était agitée d’un tremblement nerveux. Elle me demanda seulement à boire ; il n’y avait que de l’eau dans sa cellule. Je courus malgré elle trouver madame Marie-Augustine (Poulette), qui demeurait, je crois, dans le même dortoir[23]. Poulette était l’infirmière en chef, c’est elle qui avait les clefs et la surveillance de la pharmacie. Je lui dis que sœur Hélène était fort malade. Mais quoi ! la bonne, la rieuse, la maternelle Poulette haussa les épaules d’un air d’insouciance et me répondit : « Sœur Hélène ? bah ! bah ! elle n’est pas bien malade, elle n’a besoin de rien ! »

Révoltée de cette inhumanité, j’allai trouver la sœur Thérèse, la vieille converse aux alambics, la grande Irlandaise de la cave à la menthe. Elle travaillait aussi à la cuisine ; elle pouvait faire chauffer de l’eau, préparer une tisane. Elle m’accueillit sans plus de sollicitude que Poulette. « Sister Helen ! dit-elle en riant : she is in her bad spirits »[24]. Elle ajouta pourtant : « Allons, allons, je vais lui faire du tilleul, » et elle se mit à l’œuvre sans se presser et en ricanant toujours. Elle me remit la tisane et un peu d’eau de menthe en me disant : « Buvez-en aussi, c’est très bon pour le mal d’estomac et pour la folie. »

Je n’en pus rien tirer autre chose, et je retournai auprès de ma malade, qui était dans le plus complet abandon. Elle grelotait de froid ; j’allai lui chercher la couverture de mon lit, et la tisane chaude la réchauffa un peu. On disait la prière à la classe, on allait se retirer. Je fus demander à la Comtesse, qui véritablement ne me refusait jamais rien, la permission de veiller sœur Hélène qui était malade. « Comment ? » dit-elle d’un air étonné, « Sœur Hélène est malade, et il n’y a que vous pour la soigner ? » — « C’est comme cela, madame ; me le permettez-vous ? » — « Allez, ma très chère, » répondit-elle, « tout ce que vous faites ne peut-être que fort agréable à Dieu. » Ainsi me traitait cette excellente personne dont je m’étais tant moquée, et qui n’avait souci et rancune d’aucune chose au monde quand il ne s’agissait que de son perroquet et du chat de la mère Alippe.

Je restai auprès de sœur Hélène jusqu’au moment où l’on vint fermer les portes de communication des dortoirs. Elle dormait enfin et paraissait tranquille quand je la quittai. Elle avait mortellement souffert pendant quelques heures, et il lui était arrivé de dire en se tordant sur son lit : « On ne peut donc pas mourir ! » Mais pas une plainte contre qui que ce fût ne lui était échappée, et le lendemain je la trouvai au travail, souriante, et presque gaie. C’était la bienfaisante mobilité de l’enfant unie à la résignation et au courage d’une sainte.

Cette mystérieuse aventure avait laissé en moi plus de traces qu’en elle : je vis bien, aux manières des religieuses avec moi et à la liberté qu’on me laissait de la voir à toute heure du jour, que je n’étais pour rien dans l’orage qui avait passé sur sa tête. Mais je n’en restai pas moins pensive et brisée, non pas ébranlée dans ma foi, mais troublée dans mon bonheur et dans ma confiance.

Vers ce même temps, je crois, la mère Alippe mourut d’un catarrhe pulmonaire endémique qui mit aussi en danger la vie de la supérieure et de plusieurs autres religieuses. Je n’avais jamais été particulièrement liée avec la mère Alippe. Pourtant je l’aimais beaucoup : j’avais pu apprécier, à la petite classe, la droiture et la justice de son caractère. Elle fut fort regrettée, et sa mort presque subite (après quelques jours de maladie seulement) fut accompagnée de circonstances déchirantes. Sa sœur Poulette, qui la soignait et qui avait aussi, comme infirmière, à soigner les autres et la supérieure, montra un courage admirable dans sa douleur, au point de tomber évanouie et comme morte elle-même dans l’infirmerie, au milieu de ses fonctions, le jour de l’enterrement de mère Alippe.

Cet enterrement fut beau de tristesse et de poésie : les chants, les larmes, les fleurs, la cérémonie dans le cimetière, les pensées plantées immédiatement sur sa tombe et que nous nous hâtâmes de cueillir pour nous les partager, la douleur profonde et résignée des religieuses, tout sembla donner un caractère de sainteté et comme un charme secret à cette mort sereine, à cette séparation d’un jour, comme disait la bonne et courageuse Poulette.

Mais j’avais été violemment troublée par une circonstance incompréhensible pour moi. Nous avions appris la mort de la mère Alippe le matin en sortant de nos cellules. On s’abordait tristement, on pleurait, on était triste, mais calme, car dès la veille la digne créature était condamnée et était entrée dans son agonie. On nous avait caché cette lutte suprême, mais sans nous laisser d’espoir. Par un sentiment de respect pour le repos de l’enfance, ces tristes heures s’étaient écoulées sans bruit. Nous n’avions entendu ni son de cloche ni prières des agonisans. Le lugubre appareil de la mort nous avait été voilé. Nous nous mîmes en prières. C’était par une matinée froide et brumeuse. Un jour terne se glissait sur nos têtes inclinées. Tout à coup, au milieu de l’Ave Maria, un cri déchirant, horrible, part du milieu de nous : tout le monde se lève épouvanté. Elisa seule ne se lève pas ; elle tombe par terre et se roule, en proie à des convulsions terribles.

Par un effort de sa volonté, elle fut debout pour aller entendre la messe, mais elle y fut reprise des mêmes crises nerveuses, et obligée de sortir. Toute la journée, elle fut plus morte que vive ; le lendemain et les jours suivans, il lui échappait un cri strident, au milieu de ses méditations ou de ses études ; elle promenait des yeux hagards autour d’elle, elle était comme poursuivie par un spectre.

Comme elle ne s’expliquait pas, nous attribuâmes d’abord cette commotion physique au chagrin ; mais pourquoi ce chagrin violent, puisqu’elle n’était pas plus liée d’amitié particulière avec la mère Alippe que la plupart d’entre nous ? Elle m’expliqua ce qu’elle souffrait aussitôt que nous fûmes seules : sa chambre n’était séparée que par une mince cloison de l’alcôve de la petite infirmerie, où la mère Alippe était morte. Pendant toute la nuit, elle avait, pour ainsi dire, assisté à son agonie. Elle n’avait pas perdu un mot, un gémissement de la moribonde, et le râle final avait exercé sur ses nerfs irritables un effet sympathique. Elle était forcée de se faire violence pour ne pas l’imiter en racontant cette nuit d’angoisses et de terreurs. Je fis mon possible pour la calmer ; nous avions une prière à la Vierge qu’elle aimait à dire avec moi dans ces heures de souffrance morale. C’était une prière en anglais qui lui venait de sa chère madame de Borgia, et qu’il ne fallait pas dire seule, selon la pensée fraternelle du christianisme primitif, exprimée par cette parole : « Je vous le dis, en vérité, là où vous serez trois réunis en mon nom, je serai au milieu de vous. » Faute d’une troisième compagne aussi assidue que nous à ces pratiques d’une dévotion particulière, nous la disions à nous deux. Elisa avait un prie-Dieu dans sa cellule, qui était arrangée comme celle d’une religieuse. Nous allumions un petit cierge de cire bien blanche, au pied duquel nous déposions un bouquet des plus belles fleurs que nous pouvions nous procurer. Ces fleurs et cette cire vierge étaient exclusivement consacrées comme offrandes dans cette prière. Elisa aimait ces pratiques extérieures de la dévotion, elle y attachait de l’importance, et leur attribuait des influences secrètes pour la guérison des peines morales qu’elle éprouvait souvent. Elle chérissait les formules.

Je pensais bien qu’elle matérialisait un peu son culte, et cela me faisait l’effet d’un amusement naïf et tendre ; mais je le partageais par affection pour elle plus que par goût. Je trouvais toujours que la seule vraie prière était l’oraison mentale, l’effusion du cœur sans paroles, sans phrases, et même sans idées. Elisa aimait tout dans la dévotion, le fond et la forme. Elle avait le goût des patenôtres. Il est vrai qu’elle y savait répandre la poésie qui était en elle.

Néanmoins, l’oraison de Mme Borgia ne la calma qu’un instant, et elle m’avoua qu’elle se sentait assaillie de terreurs involontaires et inexplicables. Le fantôme de la mort s’était dressé devant elle dans toute son horreur ; cette riche et vivante organisation frissonnait d’épouvante devant l’idée de la destruction. À toute heure elle offrait sa vie à Dieu, et certes elle était d’une trempe à ne pas reculer devant la résolution du martyre. Mais la souffrance et la mort, lorsqu’elles se matérialisaient devant ses yeux, ébranlaient trop fortement son imagination ; cette âme si forte avait les nerfs d’une femmelette. Elle se le reprochait et n’y pouvait rien.

Je ne saurais dire pourquoi cela me déplut. J’étais en humeur de désenchantement ; je trouvai étrange et fâcheux que ma sainte Elisa, le type de la force et de la vaillance, fût agitée et troublée devant une chose aussi auguste, aussi solennelle que la mort d’un être sans péché. Je n’avais jamais eu peur de la mort en général. Ma grand’mère me l’avait fait envisager avec un calme philosophique dont je retrouvais l’emploi en face de la mort chrétienne, moins froide et tout aussi sereine que celle du stoïque. Pour la première fois, cela m’apparut comme quelque chose de sombre, à travers l’impression maladive d’Elisa. Tout en la blâmant en moi-même de ne pas l’envisager comme je l’entendais, je sentis sa terreur devenir contagieuse, et, le soir, comme je traversais le dortoir où reposait la morte, j’eus comme une hallucination, je vis passer devant moi l’ombre de la mère Alippe avec sa robe blanche qu’elle secouait et agitait sur le carreau. J’eus peine à retenir un cri comme ceux que jetait Elisa. Je m’en défendis : mais j’eus honte de moi-même. Je m’accusai de cette vaine terreur comme d’une impiété, et je me sentis presque aussi mécontente d’Elisa que de moi-même.

Au milieu de ces désillusions que je refoulais de mon mieux, la tristesse me prit. Un soir j’entrai dans l’église et ne pus prier. Les efforts que je fis pour ranimer mon cœur fatigué ne servirent qu’à l’abattre davantage. Je me sentais malade depuis quelque temps, j’avais des spasmes d’estomac insupportables, plus de sommeil, ni d’appétit. Ce n’est pas à quinze ans qu’on peut supporter impunément les austérités auxquelles je me livrais. Elisa en avait dix-neuf, sœur Hélène en avait vingt-huit. Je faiblissais visiblement sous le poids de mon exaltation. Le lendemain de cette soirée, qui faisait un pendant si affligeant à ma veillée du 4 août, je me levai avec effort, j’eus la tête lourde et distraite à la prière. La messe me trouva sans ferveur. Il en fut de même le soir. Le jour suivant, je fis de tels efforts de volonté que je ressaisis mon émotion et mes transports. Mais le lendemain fut pire. La période de l’effusion était épuisée, une lassitude insurmontable m’écrasait. Pour la première fois depuis que j’étais dévote, j’eus comme des doutes, non pas sur la religion ; mais sur moi-même. Je me persuadai que la grâce m’abandonnait. Je me rappelai cette terrible parole : « Il y a beaucoup d’appelés, peu d’élus. » Enfin, je crus sentir que Dieu ne m’aimait plus, parce que je ne l’aimais pas assez. Je tombai dans un morne désespoir.

Je fis part de mon mal à Mme Alicia. Elle en sourit et me voulut démontrer que c’était une mauvaise disposition de santé, à l’effet de laquelle il ne fallait pas attacher trop d’importance.

« Tout le monde est sujet à ces défaillances de l’âme, me dit-elle. Plus vous vous en tourmenterez, plus elles augmenteront. Acceptez-les en esprit d’humilité, et priez pour que cette épreuve finisse ; mais si vous n’avez commis aucune faute grave, dont cette langueur soit le juste châtiment, espérez et priez ! »

Ce qu’elle me disait là était le fruit d’une grande expérience philosophique et d’une raison éclairée. Mais ma faible tête ne sut pas en profiter. J’avais goûté trop de joie dans ces ardeurs de la dévotion pour me résigner à en attendre paisiblement le retour. Mme Alicia m’avait dit : « Si vous n’avez pas commis quelque faute grave ! » Me voilà cherchant la faute que j’ai pu commettre ; car de supposer Dieu assez fantasque et assez cruel pour me retirer la grâce sans autre motif que celui de m’éprouver, je n’y pouvais consentir. « Qu’il m’éprouve dans ma vie extérieure, je le conçois, me disais-je ; on accepte, on cherche le martyre ; mais pour cela la grâce est nécessaire, et s’il m’ôte la grâce, que veut-il donc que je fasse ? Je ne puis rien que par lui, s’il m’abandonne, est-ce ma faute ? »

Ainsi, je murmurais contre l’objet de mon adoration, et comme une amante jalouse et irritée, je lui eusse volontiers adressé d’amers reproches. Mais je frissonnais devant ces instincts de rebellion, et, me frappant la poitrine : « Oui, me disais-je, il faut que ce soit ma faute. Il faut que j’aie commis un crime et que ma conscience endurcie ou hébétée ait refusé de m’avertir. »

Et me voilà épluchant ma conscience et cherchant mon péché avec une incroyable rigueur envers moi-même, comme si l’on était coupable quand on cherche ainsi sans pouvoir rien trouver ! Alors je me persuadai qu’une suite de péchés véniels équivalait à un péché mortel, et je cherchai de nouveau cette quantité de péchés véniels que j’avais dû commettre, que je commettais sans doute à toute heure, sans m’en rendre compte, puisqu’il est écrit que le juste pèche sept fois par jour, et que le chrétien humble doit se dire qu’il pèche jusqu’à septante fois sept fois.

Il y avait peut-être eu beaucoup d’orgueil dans mon enivrement. Il y eut excès d’humilité dans mon retour sur moi-même. Je ne savais rien faire à demi. Je pris la funeste habitude de scruter en moi les petites choses. Je dis funeste, parce qu’on n’agit pas ainsi sur sa propre individualité sans y développer une sensibilité déréglée, et sans arriver à donner une importance puérile aux moindres mouvemens du sentiment, aux moindres opérations de la pensée. De là à la disposition maladive qui s’exerce sur les autres et qui altère les rapports de l’affection par une susceptibilité trop grande et par une secrète exigence, il n’y a qu’un pas, et si un jésuite vertueux n’eût été à cette époque le médecin de mon âme, je serais devenue insupportable aux autres comme je l’étais déjà à moi-même.

Pendant un mois ou deux, je vécus dans ce supplice de tous les instans, sans retrouver la grâce : c’est-à-dire la juste confiance qui fait que l’on se sent véritablement assisté de l’esprit divin. Ainsi, tout mon pénible travail pour retrouver la grâce ne servait qu’à me la faire perdre davantage. J’étais devenue ce qu’en style de dévots on appelait scrupuleuse.

Une dévote tourmentée de scrupules de conscience devenait misérable. Elle ne pouvait plus communier sans angoisses, parce que, entre l’absolution et le sacrement, elle ne se pouvait préserver de la crainte d’avoir commis un péché, le péché véniel ne fait pas perdre l’absolution ; un acte fervent de contrition en efface la souillure et permet d’approcher de la sainte table ; mais si le péché est mortel, il faut ou s’abstenir, ou commettre un sacrilége. Le remède, c’est de recourir bien vite au directeur, ou, à son défaut, au premier prêtre qui se peut trouver, pour obtenir une nouvelle absolution ! Sot remède, abus véritable d’une institution dont la pensée primitive fut grande et sainte, et qui pour les dévots devient un commérage, une taquinerie puérile, une obsession auprès du Créateur rabaissé au niveau de la créature inquiète et jalouse.

Si un péché mortel avait été commis au moment ou seulement à la veille de la communion, ne faudrait-il pas s’abstenir et attendre une plus longue expiation, une plus difficile réconciliation que celles qui s’opèrent, en cinq minutes de confession, entre le prêtre et le pénitent ? Ah ! les premiers chrétiens ne l’eussent pas entendu ainsi, eux qui faisaient à la porte du temple une confession publique avant de se croire lavés de leurs fautes, eux qui se soumettaient à des épreuves terribles, à des années de pénitence. Ainsi entendue, la confession pouvait et devait transformer un être, et faire surgir véritablement l’homme nouveau de la dépouille du vieil homme. Le vain simulacre de la confession secrète, la courte et banale exhortation du prêtre, cette niaise pénitence qui consiste à dire quelque prière, est-ce là l’institution pure, efficace et solenelle des premiers temps ?

La confession n’a plus qu’une utilité sociale fort restreinte, parce que le secret qui s’y est glissé a ouvert la porte à plus d’inconvéniens que d’avantages pour la sécurité et la dignité des familles. Devenue une vaine formalité pour permettre l’approche des sacremens, elle n’imprime point au croyant un respect assez profond et un repentir assez durable. Son effet est à peu près nul sur les chrétiens tièdes et tolérans. Il est grand, au contraire, sur les fervens ; mais c’est à titre de directeur de conscience, et non comme confesseur, que le prêtre agit sur ces esprits-là. Cela est si vrai, qu’on voit souvent ces deux fonctions distinctes et remplies par deux personnes différentes. Dans cette situation, le confesseur est effacé, puisque le directeur décide de ce qui doit lui être révélé. Il est comme l’infirmier à qui le médecin en chef abandonne et prescrit les soins vulgaires. De toute main l’absolution est bonne, mais le directeur a seul le secret de la maladie et la science de la guérison.

L’ascendant du confesseur n’est donc réel que lorsqu’il est en même temps le directeur de la conscience. Pour cela, il faut qu’il connaisse l’individu et qu’il le choye ou le guide assidûment : c’est alors que le prêtre devient le véritable chef de la famille, et c’est presque toujours par la femme qu’il règne, comme l’a si bien démontré M. Michelet dans un beau livre terrible de vérité. Pourtant, quand le prêtre et le pénitent sont sincères, la confession peut être encore secourable ; mais la faiblesse humaine, l’esprit dominateur du clergé, la foi perdue au sein de l’Église, plus encore que dans celui de la femme, ont assez prouvé que les bienfaits de cette institution détournée de son but et dénaturée par le laisser-aller des siècles sont devenus exceptionnels, tandis que ses dangers et le mal produit habituellement sont immenses.

J’en parle par esprit de justice et d’examen, mon expérience personnelle me conduirait à d’autres conclusions, si je me renfermais dans ma personnalité pour juger le reste du monde. J’eus le bonheur de rencontrer un digne prêtre, qui fut longtemps pour moi un ami tranquille, un conseiller fort sage. Si j’avais eu affaire à un fanatique, je serais morte ou folle, comme je l’ai dit ; à un imposteur, je serais peut-être athée, du moins j’aurais pu l’être par réaction pendant un temps donné.

L’abbé de Prémord fut pendant quelque temps la dupe généreuse de mes confessions. Je m’accusais de froideur, de relâchement, de dégoût, de sentimens impies, de tiédeur dans mes exercices de piété, de paresse à la classe, de distraction à l’église, de désobéissance par conséquent, et cela, disais-je, toujours, à toute heure, sans contrition efficace, sans progrès dans ma conversion, sans force pour arriver à la victoire. Il me grondait bien doucement, me prêchait la persévérance et me renvoyait en disant : « Allons, espérons, ne vous découragez pas : vous avez du repentir, donc vous triompherez. »

Enfin, un jour que je m’accusais plus énergiquement encore, et que je pleurais amèrement, il m’interrompit au beau milieu de ma confession avec la brusquerie d’un brave homme ennuyé de perdre son temps. « Tenez, me dit-il, je ne vous comprends plus, et j’ai peur que vous n’ayez l’esprit malade. Voulez-vous m’autoriser à m’informer de votre conduite auprès de la supérieure ou de telle personne que vous me désignerez ? — Qu’apprendrez-vous par là ? lui dis-je. Des personnes indulgentes et qui me chérissent vous diront que j’ai les apparences de la vertu ; mais si le cœur est mauvais et l’âme égarée, moi seule puis en être juge, et le bon témoignage que l’on vous portera de moi ne me rendra que plus coupable. — Vous seriez donc hypocrite ? reprit-il. Eh non, c’est impossible ! Laissez-moi m’informer de vous. J’y tiens essentiellement. Revenez à quatre heures, nous causerons. »

Je crois qu’il vit la supérieure et Mme Alicia. Quand je fus le retrouver, il me dit en souriant : « Je savais bien que vous étiez folle, et c’est de cela que je veux vous gronder. Votre conduite est excellente, vos dames en sont enchantées : vous êtes un modèle de douceur, de ponctualité, de piété sincère ; mais vous êtes malade, et cela réagit sur votre imagination : vous devenez triste, sombre et comme extatique. Vos compagnes ne vous reconnaissent plus, elles s’étonnent et vous plaignent. Prenez-y garde, si vous continuez ainsi, vous ferez haïr et craindre la piété, et l’exemple de vos souffrances et de vos agitations empêchera plus de conversions qu’il n’en attirera. Vos parens s’inquiètent de votre exaltation. Votre mère pense que le régime du couvent vous tue ; votre grand’mère écrit qu’on vous fanatise et que vos lettres se ressentent d’un grand trouble dans l’esprit. Vous savez bien qu’au contraire on cherche à vous calmer. Quant à moi, à présent que je sais la vérité, j’exige que vous sortiez de cette exagération. Plus elle est sincère, plus elle est dangereuse. Je veux que vous viviez pleinement et librement de corps et d’esprit : et comme dans la maladie des scrupules que vous avez il entre beaucoup d’orgueil à votre insu sous forme d’humilité, je vous donne pour pénitence de retourner aux jeux et aux amusemens innocens de votre âge. Dès ce soir, vous courrez au jardin comme les autres, au lieu de vous prosterner à l’église en guise de récréation. Vous sauterez à la corde, vous jouerez aux barres. L’appétit et le sommeil vous reviendront vite, et quand vous ne serez plus malade physiquement, votre cerveau appréciera mieux ces prétendues fautes dont vous croyez devoir vous accuser. Ô mon Dieu ! m’écriai-je, vous m’imposez là une plus rude pénitence que vous ne pensez. J’ai perdu le goût du jeu et l’habitude de la gaîté. Mais je suis d’un esprit si léger, que si je ne m’observe à toute heure, j’oublierai Dieu et mon salut. — Ne croyez pas cela, reprit-il. D’ailleurs, si vous allez trop loin, votre conscience, qui aura recouvré la santé, vous avertira à coup sûr, et vous écouterez ses reproches. Songez que vous êtes malade, et que Dieu n’aime pas les élans fiévreux d’une âme en délire. Il préfère un hommage pur et soutenu. Allons, obéissez à votre médecin. Je veux que dans huit jours on me dise qu’un grand changement s’est opéré dans votre air et dans vos manières. Je veux que vous soyez aimée et écoutée de toutes vos compagnes, non pas seulement de celles qui sont sages, mais encore (et surtout) de celles qui ne le sont pas. Faites-leur connaître que l’amour du devoir est une douce chose, et que la foi est un sanctuaire d’où l’on sort avec un front serein et une âme bienveillante. Rappelez-vous que Jésus voulait que ses disciples eussent les mains lavées et la chevelure parfumée. Cela voulait dire, n’imitez pas ces fanatiques et ces hypocrites qui se couvrent de cendres et qui ont le cœur impur comme le visage : soyez agréables aux hommes, afin de leur rendre agréable la doctrine que vous professez. Eh bien, mon enfant, il s’agit pour vous de ne pas enterrer votre cœur dans les cendres d’une pénitence mal entendue. Parfumez ce cœur d’une grande aménité et votre esprit d’un aimable enjouement. C’était votre naturel, il ne faut pas qu’on pense que la piété rend l’humeur farouche. Il faut que l’on aime Dieu dans ses serviteurs. Allons, faites votre acte de contrition et je vous donnerai l’absolution. — Quoi, mon père, lui dis-je, je me distrairai, je me dissiperai ce soir, et vous voulez que je communie demain ? — Oui, vraiment, je le veux, reprit-il, et puisque je vous ordonne de vous amuser par pénitence, vous aurez accompli un devoir. — Je me soumets à tout si vous me promettez que Dieu m’en saura gré et qu’il me rendra ces doux transports, ces élans spirituels qui me faisaient sentir et savourer son amour. — Je ne puis vous le promettre de sa part, dit-il en souriant, mais je vous en réponds, vous verrez. »

Et le bonhomme me congédia, stupéfaite, bouleversée, effrayée de son ordonnance. J’obéis cependant, l’obéissance passive étant le premier devoir du chrétien, et je reconnus bien vite qu’il n’est pas fort difficile à quinze ans de reprendre goût à la corde et aux balles élastiques. Peu à peu je me remis au jeu avec complaisance, et puis avec plaisir, et puis avec passion, car le mouvement physique était un besoin de mon âge, de mon organisation, et j’en avais été trop longtemps privée pour n’y pas trouver un attrait nouveau.

Mes compagnes revinrent à moi avec une grâce extrême, ma chère Fanelly la première, et puis Pauline, et puis Anna, et puis toutes les autres, les diables comme les sages. En me voyant si gaie, on crut un instant que j’allais redevenir terrible. Elisa m’en gronda un peu, mais je lui raconta, ainsi qu’à celles qui recherchaient et méritaient ma confiance, ce qui s’était passé entre l’abbé de Prémord et moi, et ma gaîté fut acceptée comme légitime et même comme méritoire.

Tout ce que mon bon directeur m’avait prédit m’arriva. Je recouvrai promptement la santé physique et morale. Le calme se fit dans mes pensées ; en interrogeant mon cœur, je le trouvai si sincère et si pur que la confession devint une courte formalité destinée à me donner le plaisir de communier. Je goûtai alors l’indicible bien-être que l’esprit jésuitique sait donner à chaque nature selon son penchant et sa portée. Esprit de conduite admirable dans son intelligence du cœur humain et dans les résultats qu’il pourrait obtenir pour le bien, si, comme l’abbé de Prémord, tout homme qui le professe et le répand avait l’amour du bien et l’horreur du mal ; mais les remèdes deviennent des poisons dans certaines mains, et le puissant levier de l’école jésuitique a semé la mort et la vie avec une égale puissance dans la société et dans l’Église.

Il se passa alors environ six mois qui sont restées dans ma mémoire comme un rêve, et que je ne demande qu’à retrouver dans l’éternité pour ma part de paradis. Mon esprit était tranquille. Toutes mes idées étaient riantes. Il ne poussait que des fleurs dans mon cerveau, naguère hérissé de rochers et d’épines. Je voyais à toute heure le ciel ouvert devant moi, la Vierge et les anges me souriaient en m’appelant ; vivre ou mourir m’était indifférent. L’empyrée m’attendait avec toutes ses splendeurs, et je ne sentais plus en moi un grain de poussière qui pût ralentir le vol de mes ailes. La terre était un lieu d’attente où tout m’aidait et m’invitait à faire mon salut. Les anges me portaient sur leurs mains, comme le prophète, pour empêcher que, dans la nuit, mon pied ne heurtât la pierre du chemin. Je ne priais plus autant que par le passé, cela m’était défendu, mais chaque fois que je priais, je retrouvais mes élans d’amour, moins impétueux peut-être, mais mille fois plus doux. La coupable et sinistre pensée du courroux du Père céleste et de l’indifférence de Jésus ne se présentait plus à moi. Je communiais tous les dimanches et à toutes les fêtes, avec une incroyable sérénité de cœur et d’esprit. J’étais libre comme l’air dans cette douce et vaste prison du couvent. Si j’avais demandé la clé des souterrains on me l’eût donnée. Les religieuses me gâtaient comme leur enfant chéri : ma bonne Alicia, ma chère Hélène, Mme Eugénie, Poulette, la sœur Thérèse, Mme Anne-Joseph, la supérieure, Elisa, et les anciennes pensionnaires, et les nouvelles, et la grande et la petite classe, je traînais tous les cœurs après moi. Tant il est facile d’être parfaitement aimable quand on se sent parfaitement heureux.

Mon retour à la gaîté fut comme une résurrection pour la grande classe. Depuis ma conversion la diablerie n’avait plus battu que d’une aile. Elle se réveilla sous une forme tout à fait inattendue : on devint anodin, diable à l’eau de rose, c’est-à-dire franchement espiègle, sans esprit de révolte, sans rupture avec le devoir. On travailla aux heures de travail, on rit et on joua aux heures de récréation comme on n’avait jamais fait. Il n’y eut plus de coteries, plus de camps séparés entre les diables, les sages et les bêtes. Les diables se radoucirent, les sages s’égayèrent, les bêtes prirent du jugement et de la confiance, parce qu’on sut les utiliser et les divertir.

Ce grand progrès dans les mœurs du couvent se fit au moyen des amusemens en commun. Nous imaginâmes, entre cinq ou six de la grande classe, d’improviser des charades ou plutôt de petites comédies, arrangées d’avance par scénarios et débitées d’abondance. Comme j’avais, grâce à ma grand’mère, un peu plus de littérature que mes camarades et une sorte de facilité à mettre en scène des caractères, je fus l’auteur de la troupe. Je choisis mes acteurs, je commandai les costumes ; je fus fort bien secondée et j’eus des sujets très remarquables. Le fond de la classe, donnant sur le jardin, devint théâtre aux heures permises. Nos premiers essais furent comme le début de l’art à son enfance ; la comtesse les toléra d’abord, puis elle y prit plaisir, et engagea Mme Eugénie et Mme Françoise à venir voir s’il n’y avait rien d’illicite dans ce divertissement. Ces dames rirent et approuvèrent.

Il se fit rapidement de grands progrès dans nos représentations. On nous prêta de vieux paravens pour faire nos coulisses. Les accessoires nous vinrent de toutes parts. Chacune apporta de chez ses parens des matériaux pour les costumes. La difficulté était de s’habiller en homme. La pudeur et les nonnes ne l’eussent pas souffert. J’imaginai le costume Louis XIII, qui conciliait la décence et la possibilité de s’arranger. Nos jupes froncées en bas jusqu’à mi-jambes formèrent les haut-de-chausses ; nos corsages mis sens devant derrière, un peu arrangés et ouverts sur des mouchoirs froncés en devant de chemise, et en crevés de manches, formèrent les pourpoints. Deux tabliers cousus ensemble firent des manteaux. Les rubans, perruques, chapeaux et fanfreluches ne furent pas difficiles à se procurer. Quand on manquait de plumes, on en faisait en papier découpé et frisé. Les pensionnaires sont adroites, inventives et savent tirer parti de tout. On nous permit les bottes, les épées et les feutres. Les parens en fournirent. Bref, les costumes furent satisfaisans, et l’on fut indulgent pour la mise en scène. On voulut bien prendre une grande table pour un pont et un escabeau couvert d’un tapis vert pour un banc de gazon.

On permit à la petite classe de venir assister à nos représentations, et on enrôla quiconque voulut s’engager. La supérieure, qui aimait beaucoup à s’amuser, nous fit dire enfin un beau jour, qu’elle avait ouï conter des merveilles de notre théâtre, et qu’elle désirait y assister avec toute la communauté. Déjà la classe et Mme Eugénie avaient prolongé la récréation jusqu’à dix heures, et puis jusqu’à onze, les jours de spectacle. La supérieure la prolongea pour le jour en question jusqu’à minuit : c’est-à-dire qu’elle voulut un divertissement complet. Sa demande et sa permission furent accueillies avec transport. On se précipita sur moi : « Allons, l’auteur, allons, boute en train (c’était le dernier surnom qu’on m’avait donné), à l’œuvre ! Il nous faut un spectacle admirable : il nous faut six actes, en deux ou trois pièces. Il faut tenir notre public en haleine depuis huit heures jusqu’à minuit. C’est ton affaire, nous t’aiderons pour tout le reste ; mais pour cela, nous ne comptons que sur toi. »

La responsabilité qui pesait sur moi était grave. Il fallait faire rire la supérieure, mettre en gaîté les plus graves personnages de la communauté ; et pourtant il ne fallait pas aller trop loin, la moindre légèreté pouvait faire crier au scandale et faire fermer le théâtre. Quel désespoir pour mes compagnes ! Si j’ennuyais seulement, le théâtre pouvait être également fermé sous prétexte de trop de désordre dans les récréations du soir et de dissipation dans les études du jour, et le prétexte n’eût point été spécieux. Car il est bien certain que ces divertissemens montaient beaucoup de jeunes têtes, à la petite classe surtout.

Heureusement, je connaissais assez bien mon Molière, et, en retranchant les amoureux, on pouvait trouver encore assez de scènes comiques pour défrayer toute une soirée. Le Malade imaginaire m’offrit un scénario complet. Du dialogue et de l’enchaînement des scènes je ne pouvais avoir un souvenir exact. Molière était défendu au couvent, comme bien l’on pense, et, tout directeur de théâtre que j’étais, je n’en étais pas moins vertueuse. Je me rappelai pourtant assez la donnée principale pour ne pas trop m’écarter de l’original dans mon scénario ; je soufflai à mes actrices les parties importantes du dialogue, et je leur communiquai assez de la couleur de l’ensemble. Pas une n’avait lu Molière, pas une de nos religieuses n’en connaissait une ligne. J’étais donc bien sûre que ma pièce aurait pour toutes l’attrait de la nouveauté. Je ne sais plus par qui furent remplis les rôles, mais ils le furent tous avec beaucoup d’intelligence et de gaîté. Je retranchai du mien, moitié par oubli, moitié à dessein, beaucoup de crudités médicales, car je faisais monsieur Purgon. Mais, à peine eus-je commencé à faire agir et parler mon monde, à peine eus-je débité quelques phrases que je vis la supérieure éclater de rire, Mme Eugénie s’essuyer les yeux et toute la communauté se dérider.

Tous les ans, à la fête de la supérieure, on lui jouait la comédie avec beaucoup plus de soin et de pompe que ce que nous faisions là. On dressait alors un véritable théâtre. Il y avait un magasin de décors ad hoc, une rampe, un tonnerre, des rôles appris par cœur et admirablement joués. Mais les représentations n’étaient point gaies ; c’était toujours les petits drames larmoyans de Mme de Genlis. Moi, avec mes paravens, mes bouts de chandelles, mes actrices recrutées de confiance parmi celles que leur instinct poussait à s’offrir ; avec mon scénario bâti de mémoire, notre dialogue improvisé et une répétition pour toute préparation, je pouvais arriver à un fiasco complet. Il n’en fut point ainsi. La gaîté, la verve, le vrai comique de Molière, même récité par bribes et représenté par fragmens incomplets, enlevèrent l’auditoire. Jamais, de mémoire de nonne, on n’avait ri de si bon cœur.

Ce succès obtenu dès les premières scènes nous encouragea. J’avais préparé pour intermède une scène de Matassins avec une poursuite bouffonne empruntée à M. de Pourceaugnac. Seulement, j’avais dit à mes actrices de se tenir dans les coulisses, c’est-à-dire derrière les paravens, et de n’exhiber les armes que si j’entrais moi-même en scène pour leur en donner l’exemple. Quand je vis qu’on était en humeur de tout accepter, je changeai vite de costume, et, faisant l’apothicaire, je commençai l’intermède en brandissant l’instrument classique au-dessus de ma tête. Je fus accueillie par des rires homériques. On sait que ce genre de plaisanterie n’a jamais scandalisé les dévots. Aussitôt mon régiment noir à tabliers blancs s’élança sur la scène, et cette exhibition burlesque (Poulette nous avait prêté tout l’arsenal de l’infirmerie) mit la communauté de si belle humeur que je pensai voir crouler la salle.

La soirée fut terminée par la cérémonie de réception, et comme je savais par cœur tous les vers, on avait pu les apprendre. Le succès fut complet, l’enthousiasme porté au comble. Ces dames, à force de réciter des offices en latin, en savaient assez pour apprécier le comique du latin bouffon de Molière. La supérieure se déclara divertie au dernier point, et je fus accablée d’éloges pour mon esprit et la gaîté de mes inventions. Je me tuais de dire tout bas à mes compagnes : « Mais c’est du Molière, et je n’ai fait merveille que de mémoire. » On ne m’écoutait pas, on ne voulait pas me croire. Une seule, qui avait lu Molière aux dernières vacances, me dit tout bas : « Tais-toi ! il est fort inutile de dire à ces dames où tu as pris tout cela. Peut-être qu’elles feraient fermer le théâtre si elles savaient que nous leur donnons du Molière. Et puisque rien ne les a choquées, il n’y a aucun mal à ne leur rien dire, si elles ne te questionnent pas. »

En effet, personne ne songea à douter que l’esprit de Molière fût sorti de ma cervelle. J’eus un instant de scrupule d’accepter tous ces complimens. Je me tâtai pour savoir si ma vanité n’y trouvait pas son compte ; je m’aperçus que c’était tout le contraire, et qu’à moins d’être fou, on ne pouvait que souffrir en se voyant décerner l’hommage dû à un autre. J’acceptai cette mortification par dévouement pour mes compagnes, et le théâtre continua à prospérer et à attirer la supérieure et les religieuses le dimanche.

Ce fut une suite de pastiches puisés dans tous les tiroirs de ma mémoire et arrangés selon les moyens et les convenances de notre théâtre. Cet amusement eut l’excellent résultat d’étendre le cercle des relations et des amitiés entre nous. La camaraderie, le besoin de s’aider les unes les autres pour se divertir en commun, engendrèrent la bienveillance, la condescendance, une indulgence mutuelle, l’absence de toute rivalité. Enfin le besoin d’aimer, si naturel aux jeunes cœurs, forma autour de moi un groupe qui grossissait chaque jour et qui se composa bientôt de tout le couvent, religieuses et pensionnaires, grande et petite classe. Je puis rappeler sans vanité ce temps où je fus l’objet d’un engouement inouï dans les fastes du couvent, puisque ce fut l’ouvrage de mon confesseur et le résultat de la dévotion tendre, expansive et riante où il m’avait entraînée.

On me savait un gré infini d’être dévote, complaisante et amusante. La gaîté se communiqua aux caractères les plus concentrés, aux dévotions les plus mélancoliques. Ce fut à cette époque que je contractai une tendre amitié avec Jane Bazoini, un petit être pâle, réservé, doux, malingre en apparence, mais qui a vécu pourtant sans maladie et à qui ses beaux grands yeux noirs, d’une finesse lente et bonne, et son petit sourire d’enfant tenaient lieu de beauté. C’était, ce sera toujours une créature adorable que Jane. C’était la bonté, le dévouement, l’obligeance infatigables de Fanelly avec la piété austère et ferme d’Elisa, le tout couronné d’une grâce calme et modeste qui ne pouvait se comparer qu’à Jane elle-même.

Elle avait deux sœurs plus belles et plus brillantes qu’elle : Chérie, qui était la plus jolie, la plus vivante et la plus recherchée des trois pour la séduction de ses manières, pauvre charmante fille qui est morte deux ans après ; Aimée, qui était belle de distinction et d’intelligence, et qui a traversé une jeunesse maladive pour épouser M. d’Héliand à vingt-sept ans. Aimée était à tous égards une personne supérieure. Ses manières étaient froides, mais son cœur était affectueux, et son intelligence la rendait propre à tous les arts, où elle excellait sans efforts et sans passion apparente.

Ces trois sœurs étaient en chambre avec une gouvernante pour les soigner, mais elles suivaient les classes et les prières comme nous. On jalousait l’amitié de Chérie et d’Aimée. Jane n’avait d’amies que ses sœurs. Elle était trop timide et trop réservée pour en rechercher d’autres. Cette modestie me toucha, et je vis bientôt que ce n’était pas la froideur et la stupidité qui causaient son isolement. Elle était tout aussi intelligente, tout aussi instruite et beaucoup plus aimante que ses sœurs. Je découvris en elle un trésor de bienveillance et de tendresse calme et durable. Nous avons été intimement liées jusqu’en 1831. Je dirai plus tard pourquoi, sans cesser de l’aimer comme elle le méritait, j’ai cessé de la voir sans lui en dire la raison.

Ma petite Jane montra dans nos amusemens qu’elle était aussi capable de gentillesse et de gaîté que les plus brillantes d’entre nous. Une fois même, elle fut punie du bonnet de nuit par la comtesse, qui ne prenait pas toujours en bonne part nos espiègleries ; car la gaîté montait tous les jours d’un cran, et les plus raides s’y laissaient entraîner. Je me rappelle que cela était devenu pour moi, pour tout le monde, une commotion électrique et comme irrésistible. Certes, je m’abstenais désormais de tourner la pauvre comtesse en ridicule, et je faisais mon possible pour l’épargner quand les autres s’en mêlaient. Mais quand, pour la centième fois, elle se laissait prendre à la bougie de pomme qu’Anna ou Pauline plaçaient dans sa lanterne, et lorsqu’elle disait une parole pour l’autre avec le sang-froid d’une personne parfaitement distraite, en voyant toute la classe partir d’un seul éclat de rire, il me fallait en faire autant. Alors elle se tournait vers moi d’un air de détresse, et, comme Jules César à Brutus, elle me disait, en se drapant dans son grand châle vert : « Et vous aussi, Aurore ! » J’aurais bien voulu me repentir, mais elle avait une manière de prononcer les e muets qui sonnait comme un o. Anna la contrefaisait admirablement, et, se tournant vers moi, elle me criait : Auroro ! Auroro ! Je n’y pouvais tenir, le rire devenait nerveux. J’aurais ri dans le feu, comme on disait.

La gaîté alla si loin, que quelques cervelles échauffées la firent tourner en révolte. C’était à une époque de la Restauration où il y eut comme une épidémie de rébellion dans tous les lycées, dans les pensions et même dans les établissemens de notre sexe. Comme ces nouvelles nous arrivaient coup sur coup, avec le récit de circonstances tantôt graves, tantôt plaisantes, les plus vives d’entre nous disaient : « Est-ce que nous n’aurons pas aussi notre petite révolte ? Nous serons donc les seules qui ne suivrons pas la mode ? Nous n’aurons donc pas notre petite note dans les journaux ? »

La comtesse émue devenait plus sévère parce qu’elle avait peur. Nos bonnes religieuses, quelques unes du moins, avaient des figures allongées, et pendant trois ou quatre jours (je crois que nos voisins les Écossais avaient fait aussi leur insurrection) il y eut une sorte de méfiance et de terreur qui nous divertissait beaucoup. Alors on s’imagina de faire semblant de se révolter pour voir la frayeur de ces dames, celle de la comtesse surtout. On ne m’en fit point part ; on était si bon pour moi qu’on ne voulait pas me mettre aux prises avec ma conscience, et on comptait bien m’entraîner dans le rire général quand l’affaire éclaterait.

Il en fut ainsi : un soir, à la classe, comme nous étions toutes assises autour d’une longue table, la comtesse au bout, raccommodant ses nippes à la clarté des chandelles, j’entends ma voisine dire à sa voisine : « Exhaussons ! » Le mot fait le tour de la table, qui, enlevée aussitôt par trente paires de petites mains, s’élève et s’exhausse en effet jusqu’au-dessus de la tête de la comtesse. Fort distraite comme d’habitude, la comtesse s’étonne de l’éloignement de la lumière, mais au moment où elle lève la tête, la table et les lumières s’abaissent et reprennent leur niveau. On recommença plusieurs fois le même tour sans qu’elle s’en rendît compte. C’était à peu près la scène du niais au logis de la sorcière, dans les Pilules du Diable. Je trouvai la chose si plaisante que je ne me fis pas grand scrupule de recevoir le mot d’ordre et d’exhausser comme les autres. Mais enfin la comtesse s’aperçut de nos sottises et se leva furieuse. Il était convenu qu’on ferait aussitôt des mines de mauvais garçons pour l’effrayer. Chacune se pose en conspirateur, les bras croisés, le sourcil froncé, et des chuchotemens font entendre autour d’elle le mot terrible de révolte. La comtesse était incapable de tenir tête à l’orage. Persuadée que le moment fatal est venu, elle s’enfuit en faisant flotter son grand châle comme une mouette qui étend ses ailes et qui prend son vol à travers les tempêtes.

Elle avait perdu l’esprit ; elle traversa le jardin pour se réfugier et se barricader dans sa chambre. Pour augmenter sa terreur, nous jetâmes les flambeaux, les chandelles et les tabourets par la fenêtre au moment où elle passait. Nous ne voulions ni ne pouvions l’atteindre ; mais ce vacarme accompagné des cris : « Révolte ! révolte ! » pensa la faire mourir de peur. Pendant une heure, nous fûmes livrés à nous-mêmes et à nos rires inextinguibles, sans que personne osât rétablir l’ordre. Enfin nous entendîmes de loin la grosse voix de la supérieure qui arrivait avec un bataillon de doyennes. C’était à notre tour d’avoir peur, car la supérieure était aimée, et comme on n’avait voulu que faire semblant de se révolter, il en coûtait d’être grondées et punies comme pour une révolte véritable. Aussitôt on court fermer au verrou les portes de la classe et de l’avant-classe ; on se hâte de ranger tout, on repêche les tabourets et les flambeaux, on rajuste et on rallume les chandelles, puis, quand tout est en ordre, tout le monde se met à genoux et on commence tout haut la prière du soir, tandis qu’une de nous rouvre les portes au moment où la supérieure s’y présente, après quelque hésitation.

La comtesse fut regardée comme une folle et comme une visionnaire, et Marie-Josephe, la servante qui rangeait la classe le matin, et qui était la meilleure du monde, ne se plaignit pas de la fracture de quelques meubles et de quelques chandelles. Elle nous garda le secret, et là finit notre révolution.

Tout allait le mieux du monde, le carnaval arrivait, et nous préparions une soirée de comédie comme jamais nous n’avions encore espéré de la réaliser. Je ne sais plus quelle pièce de Molière ou de Regnard j’avais mise en canevas. Les costumes étaient prêts, les rôles distribués, le violon engagé. Car ce jour-là nous avions un violon, un bal, un souper, et toute la nuit pour nous divertir à discrétion.

Mais un événement politique qui devait naturellement retentir comme une calamité publique dans un couvent vint faire rentrer les costumes au magasin et la gaîté dans les cœurs.

Le duc de Berry fut assassiné à la porte de l’Opéra par Louvel. Crime isolé, fantasque comme tous les actes de délire sanguinaire, et qui servit de prétexte à des persécutions, ainsi qu’à un revirement subit dans l’esprit du règne de Louis XVIII.

Cette nouvelle nous fut apportée le lendemain matin, et commentée par nos religieuses d’une manière saisissante et dramatique. Pendant huit jours, on ne s’entretint pas d’autre chose, et les moindres détails de la mort chrétienne du prince, le désespoir de sa femme, qui coupa, disait-on, ses blonds cheveux sur sa tombe ; toutes les circonstances de cette tragédie royale et domestique, rapportées, embellies, amplifiées et poétisées par les journaux royalistes et les lettres particulières, défrayèrent nos récréations de soupirs et de larmes. Presque toutes nous appartenions à des familles nobles, royalistes ou bonapartistes ralliées. Les Anglaises, qui étaient en majorité, prenaient part au deuil royal par principe, et d’ailleurs le récit d’une mort tragique, et les larmes d’une illustre famille étaient émouvans pour nos jeunes imaginations comme une pièce de Corneille ou de Racine. On ne nous disait pas que le duc de Berry avait été un peu brutal et débauché, on nous le peignait comme un héros, comme un second Henri IV, sa femme comme une sainte et le reste à l’avenant.

Moi seule peut-être je luttais contre l’entraînement général. J’étais restée bonapartiste et je ne m’en cachais pas, sans cependant me prendre de dispute avec personne à ce sujet.

Dans ce temps-là, quiconque était bonapartiste était traité de libéral. Je ne savais ce que c’était que le libéralisme : on me disait que c’était la même chose que le jacobinisme, que je connaissais encore moins. Je fus donc émue quand on me répéta sur tous les tons : « Qu’est-ce qu’un parti qui prêche, commet et préconise l’assassinat ? — S’il en est ainsi, répondis-je, je suis tout ce qu’il vous plaira, excepté libérale, » et je me laissai attacher au cou je ne sais plus quelle petite médaille frappée en l’honneur du duc de Berry, qui était devenue comme un ordre pour tout le couvent.

Huit jours de tristesse, c’est bien long pour un couvent de jeunes filles. Un soir, je ne sais qui fit une grimace, une autre sourit, une troisième dit un bon mot, et voilà le rire qui fait le tour de la classe, d’autant plus violent et nerveux, qu’il succédait aux pleurs.

Peu à peu on nous laissa reprendre nos amusemens. Ma grand’mère était à Paris. Comme on lui rendait bon témoignage de ma conduite, elle n’avait plus sujet de me gronder sérieusement, et elle s’apercevait aussi que ma simplicité et mon absence de coquetterie n’allaient pas mal à une figure de seize ans. Elle me traitait donc avec toute sa bonté maternelle ; mais un nouveau souci s’était emparé d’elle à propos de moi : c’était ma dévotion et le secret désir que je conservais, et qu’elle avait appris vraisemblablement par Mme de Pontcarré (qui devait le tenir de Pauline), de me faire religieuse. Elle avait su l’été précédent, par diverses lettres de personnes qui m’avaient vue au parloir, que j’étais souffrante, triste et toute confite en Dieu. Cette dévotion triste ne l’avait pas beaucoup inquiété. Elle s’était dit avec raison que cela n’était pas de mon âge et ne pouvait durer. Mais quand elle me vit bien portante, fraîche, gaie, ne prenant avec personne d’airs révêches, et néanmoins rentrant chaque fois dans mon cloître avec plus de plaisir que je n’en étais sortie, elle eut peur, et résolut de me reprendre avec elle aussitôt qu’elle repartirait pour Nohant.

Cette nouvelle tomba sur moi comme un coup de foudre, au milieu du plus parfait bonheur que j’eusse goûté de ma vie. Le couvent était devenu mon paradis sur la terre. Je n’y étais ni pensionnaire ni religieuse, mais quelque chose d’intermédiaire, avec la liberté absolue dans un intérieur que je chérissais et que je ne quit tais pas sans regret, même pour une journée. Personne n’était donc aussi heureux que moi. J’étais l’amie de tout le monde, le conseil et le meneur de tous les plaisirs, l’idole des petites. Les religieuses, me voyant si gaie et persistant dans ma vocation, commençaient à y croire, et, sans l’encourager, ne disaient plus non. Elisa, qui seule ne s’était pas laissé distraire et égayer par mon entrain, y croyait fermement ; sœur Hélène, plus que jamais. J’y croyais moi-même et j’y ai cru encore longtemps après ma sortie du couvent. Mme Alicia et l’abbé de Prémord étaient les deux seules personnes qui n’y comptaient pas, me connaissant probablement mieux que les autres, et tous deux me disaient à peu près la même chose : « Gardez cette idée si elle vous est bonne ; mais pas de vœux imprudens, pas de secrètes promesses à Dieu, surtout pas d’aveu à vos parens avant le moment où vous serez certaine de vouloir pour toujours ce que vous voulez aujourd’hui. L’intention de votre grand’mère est de vous marier. Si dans deux ou trois ans vous ne l’êtes pas et que vous n’ayez pas envie de l’être, nous reparlerons de vos projets. »

Le bon abbé m’avait rendue bien facile la tâche d’être aimable. Dans les premiers temps, j’avais été un peu effrayée de l’idée que mon devoir, aussitôt que j’aurais pris quelque ascendant sur mes compagnes, serait de les prêcher et de les convertir. Je lui avais avoué que je ne me sentais pas propre à ce rôle. « Vous voulez que je sois aimée de tout le monde ici, lui avais-je dit : eh bien, je me connais assez pour vous dire que je ne pourrai pas me faire aimer sans aimer moi-même, et que je ne serai jamais capable de dire à une personne aimée : « Faites-vous dévote, mon amitié est à ce prix. » Non, je mentirais. Je ne sais pas obséder, persécuter, pas même insister, je suis trop faible. — Je ne demande rien de semblable, m’avait répondu l’indulgent directeur ; prêcher, obséder serait de mauvais goût à votre âge. Soyez pieuse et heureuse, c’est tout ce que je vous demande, votre exemple prêchera mieux que tous les discours que vous pourriez faire. »

Il avait eu raison d’une certaine manière, mon excellent vieux ami. Il est certain que l’on était devenu meilleur autour de moi ; mais la religion ainsi prêchée par la gaîté avait donné bien de la force à la vivacité des esprits, et je ne sais pas si c’était un moyen très sûr pour persister dans le catholicisme.

J’y persistais avec confiance, j’y aurais persisté, je crois, si je n’eusse pas quitté le couvent ; mais il fallut le quitter, il fallut cacher à ma grand’mère, qui en aurait mortellement souffert, le regret mortel que j’avais de me séparer des nombreux et charmans objets de ma tendresse : mon cœur fut brisé. Je ne pleurai pourtant pas, car j’eus un mois pour me préparer à cette sé paration, et quand elle arriva, j’avais pris une si forte résolution de me soumettre sans murmure, que je parus calme et satisfaite devant ma pauvre bonne maman. Mais j’étais navrée, et je l’étais pour bien longtemps.

Je ne dois pourtant pas fermer le dernier chapitre du couvent sans dire que j’y laissai tout le monde triste ou consterné de la mort de Mme Canning. J’étais arrivée, pour son caractère, au respect que lui devait ma piété ; mais jamais ma sympathie ne m’avait poussée vers elle. Je fus pourtant une des dernières personnes qu’elle nomma avec affection dans son agonie.

Cette femme, d’une puissante organisation, avait eu sans doute les qualités de son rôle dans la vie monastique, puisqu’elle avait conservé, depuis la révolution, le gouvernement absolu de sa communauté. Elle laissait la maison dans une situation florissante, avec un nombre considérable d’élèves et de grandes relations dans le monde, qui eussent dû assurer à l’avenir une clientèle durable et brillante.

Néanmoins, cette situation prospère s’éclipsa avec elle. J’avais vu élire Mme Eugénie, et comme elle m’aimait toujours, si je fusse restée au couvent, j’y aurais été encore plus gâtée ; mais Mme Eugénie se trouva impropre à l’exercice de l’autorité absolue. J’ignore si elle en abusa, si le désordre se mit dans sa gestion ou la division dans ses conseils ; mais elle demanda, au bout de peu d’années, à se retirer du pouvoir, et fut prise au mot, m’a-t-on dit, avec un empressement général. Elle avait laissé les affaires péricliter, ou bien je crois plutôt qu’elle n’avait pu les empêcher d’aller ainsi. Tout est mode en ce monde, même les couvens. Celui des Anglaises avait eu, sous l’empire et sous Louis XVIII, une grande vogue. Les plus grands noms de la France et de l’Angleterre y avaient contribué. Les Mortemart, les Montmorency y avaient eu leurs héritières. Les filles des généraux de l’Empire ralliés à la Restauration y furent mises, à dessein sans doute d’établir des relations favorables à l’ambition aristocratique des parens, mais le règne de la bourgeoisie arrivait, et quoique j’aie entendu les vieilles comtesses accuser Mme Eugénie d’avoir laissé encanailler son couvent, je me souviens fort bien que, lorsque j’en sortis, peu de jours après la mort de Mme Canning, le tiers état avait déjà fait, par ses soins, une irruption très lucrative dans le couvent. Ç’avait été, pour ainsi dire, le bouquet de sa fructueuse administration.

J’avais donc vu notre personnel s’augmenter rapidement d’une quantité de charmantes filles de négocians ou d’industriels, tout aussi bien élevées déjà, et, pour la plupart, plus intelligentes (ceci était même remarquable et remarqué) que les petites personnes de grande maison.

Mais cette prospérité devait être et fut un de paille. Les gens de la haute, comme disent aujourd’hui les bonnes gens, trouvèrent le milieu trop roturier, et la vogue des beaux noms se porta sur le Sacré-Cœur et sur l’Abbaye-aux-Bois. Plusieurs de mes anciennes compagnes furent transférées dans ces monastères, et peu à peu l’élément patricien catholique rompit avec l’antique retraite des Stuarts. Alors sans doute les bourgeois, qui avaient été flattés de l’espérance de voir leurs héritières frayer avec celles de la noblesse, se sentirent frustrés et humiliés. Ou bien l’esprit voltairien du règne de Louis-Philippe, qui couvait déjà dès les premiers jours du règne de son prédécesseur, commença à proscrire les éducations monastiques. Tant il y a, qu’au bout de quelques années je trouvai le couvent à peu près vide, sept ou huit pensionnaires au lieu de soixante-dix à quatre-vingts que nous avions été, la maison trop vaste et aussi pleine de silence qu’elle l’avait été de bruit ; Poulette, désolée et se plaignant avec âcreté des nouvelles supérieures et de la ruine de notre ancienne gloire.

J’ai eu les derniers détails sur cet intérieur en 1847. La situation était meilleure, mais ne s’était jamais relevée à son ancien niveau : grande injustice de la vogue ; car, en somme, les Anglaises étaient sous tous les rapports un troupeau de vierges sages, et leurs habitudes de raison, de douceur et de bonté n’ont pu se perdre en un quart de siècle.



CHAPITRE SEIZIÈME.

Paris, 1820. — Projets de mariage ajournés. — Amour filial contristé. — Mme Catalani. — Arrivée à Nohant. — Matinée de printemps. — Essai de travail. — Pauline et sa mère. — La comédie à Nohant. — Nouveaux chagrins d’intérieur. — Mon frère. — Colette et le général Pepe. — L’hiver à Nohant. — Soirée de février. — Désastre et douleurs.


Je ne me souviens guère des surprises et des impressions qui durent, ou qui auraient dû m’assaillir dans ces premiers jours que je passai à Paris, promenée et distraite à dessein par ma bonne grand’mère. J’étais hébétée, je pense, par le chagrin de quitter mon couvent ; et tourmentée de l’appréhension de quelque projet de mariage. Ma bonne maman, que je voyais avec douleur très changée et très affaiblie, parlait de sa mort, prochaine selon elle, avec un grand calme philosophique ; mais elle ajoutait, en s’attendrissant et en me pressant sur son cœur : « Ma fille, il faut que je te marie bien vite, car je m’en vas. Tu es bien jeune, je le sais ; mais quelque peu d’envie que tu aies d’entrer dans le monde, tu dois faire un effort pour accepter cette idée-là. Songe que je finirais épouvantée et désespérée, si je te laissais sans guide et sans appui dans la vie. »

Devant cette menace de son désespoir et de son épouvante au moment suprême, j’étais épouvantée et désespérée, moi aussi. « Est-ce qu’on va vouloir me marier ? me disais-je ? Est-ce que c’est une affaire arrangée ? M’a-t-on fait sortir du couvent juste pour cela ? Quel est donc ce mari, ce maître, cet ennemi de mes vœux et de mes espérances ? Où se tient-il caché ? Quel jour va-t-on me le présenter, en me disant : Ma fille, il faut dire oui, ou me porter un coup mortel ! »

Je vis pourtant bien qu’on ne s’occupait que vaguement et comme préparatoirement de ce grand projet. Mme de Pontcarré proposait quelqu’un ; ma mère proposait, de par mon oncle de Beaumont, une autre personne. Je vis le parti de Mme de Pontcarré, et elle me demanda mon opinion. Je lui dis que ce monsieur m’avait semblé fort laid. Il paraît qu’au contraire il était beau, mais je ne l’avais pas regardé, et Mme de Pontcarré me dit que j’étais une petite sotte.

Je me rassurai tout à fait en voyant qu’on faisait les paquets pour Nohant sans rien conclure, et même j’entendis ma bonne maman dire qu’elle me trouvait si enfant, qu’il fallait encore m’accorder six mois, peut-être un an de répit.

Soulagée d’une anxiété affreuse, je retombai bientôt dans un autre chagrin. J’avais espéré que ma petite mère viendrait à Nohant avec nous. Je ne sais quel orage nouveau venait d’éclater dans ces derniers temps. Ma mère répondit brusquement à mes questions : « Non, certes ! je ne retournerai à Nohant que quand ma belle-mère sera morte ! »

Je sentis que tout se brisait encore une fois dans ma triste existence domestique. Je n’osai faire de questions ; j’avais une crainte poignante d’entendre, de part ou d’autre, les amères récriminations du passé. Ma piété, autant que ma tendresse filiale, me défendait d’écouter le moindre blâme sur l’une ou sur l’autre. J’essayai en silence de les rapprocher ; elles s’embrassèrent, les larmes aux yeux, devant moi ; mais c’étaient des larmes de souffrance contenue et de reproche mutuel. Je le vis bien, et je cachai les miennes.

J’offris encore une fois à ma mère de me prononcer afin de pouvoir rester avec elle, ou tout au moins de décider ma bonne maman à l’emmener avec moi.

Ma mère repoussa énergiquement cette idée. « Non, non, dit-elle, je déteste la campagne, et Nohant surtout, qui ne me rappelle que des douleurs atroces. Ta sœur est une grande demoiselle que je ne peux plus quitter. Va-t’en sans te désoler, nous nous retrouverons, et peut-être plus tôt que l’on ne croit ! »

Cette allusion obstinée à la mort de ma grand’mère était déchirante pour moi. J’essayai de dire que cela était cruel pour mon cœu r. « Comme tu voudras ! dit ma mère irritée ; si tu l’aimes mieux que moi, tant mieux pour toi, puisque tu lui appartiens à présent corps et âme.

— Je lui appartiens de tout mon cœur par la reconnaissance et le dévoûment, répondis-je, mais non pas corps et âme contre vous. Ainsi, il y a une chose certaine, c’est que si elle exige que je me marie, ce ne sera jamais, je le jure, avec un homme qui refuserait de voir et d’honorer ma mère. »

Cette résolution était si forte en moi que ma pauvre mère eût bien dû m’en tenir compte. Moi, brisée désormais à la soumission chrétienne ; moi qui, d’ailleurs, ne me sentais plus l’énergie de résister aux larmes de ma bonne maman, et qui voyais, par momens, s’effacer mon meilleur rêve, celui de la vie monastique, devant la crainte de l’affliger, j’aurais trouvé encore dans mon instinct filial la force que sœur Hélène avait eue pour briser le sien, quand elle avait résisté à son père pour aller à Dieu. Moi, moins sainte et plus humaine, j’aurais, je le crois, passé par-dessus le corps de ma grand’mère pour tendre les bras à ma mère humiliée et outragée.

Mais ma mère ne comprenait déjà plus mon cœur. Il était devenu trop sensible et trop tendre pour sa nature entière et sans nuances. Elle n’eut qu’un sourire d’énergique insouciance pour répondre à mon effusion : « Tiens, tiens ! je crois bien ! dit-elle. Je ne m’inquiète guère de cela. Est-ce tu ne sais pas qu’on ne peut pas te marier sans mon consentement ? Est-ce que je le donnerai jamais quand il s’agira d’un monsieur qui prendrait de grands airs avec moi ? Allons donc ! Je me moque bien de toutes les menaces. Tu m’appartiens, et quand même on réussirait à te mettre en révolte contre ta mère, ta mère saura bien retrouver ses droits ! »

Ainsi ma mère, exaspérée, semblait vouloir douter de moi et s’en prendre à ma pauvre âme en détresse pour exhaler ses amertumes. Je commençai à pressentir quelque chose d’étrange dans ce caractère généreux, mais indompté, et il y avait, à coup sûr, dans ses beaux yeux noirs quelque chose de terrible qui, pour la première fois, me frappa d’une secrète épouvante.

Je trouvai, par contraste, ma grand’mère plongée dans une tristesse abattue et plaintive qui me toucha profondément. « Que veux-tu, mon enfant ? me dit-elle lorsque j’essayai de rompre la glace ; ta mère ne peut pas ou ne veut pas me savoir gré des efforts immenses que j’ai faits et que je fais tous les jours pour la rendre heureuse. Ce n’est ni sa faute ni la mienne, si nous ne nous chérissons pas l’une l’autre : mais j’ai mis les bons procédés de mon côté en toutes choses, et les siens sont si durs que je ne peux plus les supporter. Ne peut-elle me laisser finir en paix ? Elle a si peu de temps à attendre ! »

Comme j’ouvrais la bouche pour la distraire de cette pensée : « Laisse, laisse ! reprit-elle. Je sais ce que tu veux me dire. J’ai tort d’attrister tes seize ans de mes idées noires. N’y pensons pas. Va t’habiller. Je veux te mener ce soir aux Italiens ! »

J’avais bien besoin de me distraire, et par cela même que j’étais mortellement triste, je ne m’en sentais ni l’envie ni la force. Je crois que c’est ce soir-là que j’entendis pour la première fois Mme Catalani dans Il fanatico per la musica. Je crois aussi que c’était Galli qui faisait le rôle du dilettante burlesque, mais je vis et entendis bien mal, préoccupée comme je l’étais. Il me sembla que la cantatrice abusait de la richesse de ses moyens, et que sa fantaisie de chanter des variations écrites pour le violon était antimusicale. Je sortais des chœurs et des motets de notre chapelle, et, dans le nombre de nos morceaux à effet, ceux qu’on chantait pendant le salut du saint sacrement, il se trouvait bien des antiennes vocalisées dans le goût rococo de la musique sacrée du dernier siècle ; mais nous n’étions pas trop dupes de ces abus, et, en somme, on nous mettait sur la voie des bonnes choses. La musique bouffe des Italiens, si artistement brodée par la cantatrice à la mode, ne me causa donc que de l’étonnement. J’avais plus de plaisir à écouter le chevalier de Lacoux, vieil émigré, ami de ma grand’mère, me jouer sur la harpe ou sur la guitare des airs espagnols dont quelques-uns m’avaient bercée à Madrid, et que je retrouvais comme un rêve du passé endormi dans ma mémoire.

Rose était mariée et devait nous quitter pour aller vivre à la Châtre aussitôt que nous serions de retour à Nohant. Impatiente de retrouver son mari, qu’elle avait épousé la veille du voyage à Paris, elle ne cachait guère sa joie et me disait avec sa passion rouge qui me faisait frémir de peur : « Soyez tranquille, votre tour viendra bientôt ! »

J’allai embrasser une dernière fois toutes mes chères amies du couvent. J’étais véritablement désespérée.

Nous arrivâmes à Nohant aux premiers jours du printemps de 1820, dans la grosse calèche bleue de ma grand’mère, et je retrouvai ma petite chambre livrée aux ouvriers qui en renouvelaient les papiers et les peintures ; car ma bonne maman commençait à trouver ma tenture de toile d’orange à grands ramages trop surannée pour mes jeunes yeux, et voulait les réjouir par une fraîche couleur lilas. Cependant mon lit à colonnes, en forme de corbillard, fut épargné, et les quatre plumets rongés des vers échappèrent encore au vandalisme du goût moderne.

On m’installa provisoirement dans le grand appartement de ma mère. Là, rien n’était changé, et je dormis délicieusement dans cet immense lit à grenades dorées qui me rappelait toutes les tendresses et toutes les rêveries de mon enfance.

Je vis enfin, pour la première fois depuis notre séparation décisive, le soleil entrer dans cette chambre déserte où j’avais tant pleuré. Les arbres étaient en fleurs, les rossignols chantaient, et j’entendais au loin la classique et solennelle cantilène des laboureurs, qui résume et caractérise toute la poésie claire et tranquille du Berry. Mon réveil fut pourtant un indicible mélange de joie et de douleur. Il était déjà neuf heures du matin. Pour la première fois depuis trois ans, j’avais dormi la grasse matinée, sans entendre la cloche de l’angélus et la voix criarde de Marie-Josephe m’arracher aux douceurs des derniers rêves. Je pouvais encore paresser une heure sans en courir aucune pénitence. Echapper à la règle, entrer dans la liberté, c’est une crise sans pareille dont ne jouissent pas à demi les âmes éprises de rêverie et de recueillement.

J’allai ouvrir ma fenêtre et retournai me mettre au lit. La senteur des plantes, la jeunesse, la vie, l’indépendance m’arrivaient par bouffées ; mais aussi le sentiment de l’avenir inconnu qui s’ouvrait devant moi m’accablait d’une inquiétude et d’une tristesse profondes. Je ne saurais à quoi attribuer cette désespérance maladive de l’esprit, si peu en rapport avec la fraîcheur des idées et la santé physique de l’adolescence. Je l’éprouvai si poignante, que le souvenir très net m’en est resté après tant d’années, sans que je puisse retrouver clairement par quelle liaison d’idées, quels souvenirs de la veille, quelles appréhensions du lendemain, j’arrivai à répandre des larmes amères, en un moment où j’aurais dû reprendre avec transport possession du foyer paternel et de moi-même.

Que de petits bonheurs, cependant, pour une pensionnaire hors de cage ! Au lieu du triste uniforme de serge amarante, une jolie femme de chambre m’apportait une fraîche robe de guingamp rose. J’étais libre d’arranger mes cheveux à ma guise, sans que Mme Eugénie me vînt observer qu’il était indécent de se découvrir les tempes. Le déjeuner était relevé de toutes les friandises que ma grand’mère aimait et me prodiguait. Le jardin était un immense bouquet. Tous les domestiques, tous les paysans venaient me faire fête. J’embrassais toutes les bonnes femmes de l’endroit, qui me trouvaient fort embellie parce que j’étais devenue plus grossière, c’est-à-dire, dans leur langage, que j’avais pris de l’embonpoint. Le parler berrichon sonnait à mon oreille comme une musique aimée, et j’étais tout émerveillée qu’on ne m’adressât pas la parole avec le blaisement et le sifflement britanniques. Les grands chiens, mes vieux amis, qui m’avaient grondée la veille au soir me reconnaissaient et m’accablaient de caresses avec ces airs intelligens et naïfs qui semblent vous demander pardon d’avoir un instant manqué de mémoire.

Vers le soir, Deschartres, qui avait été à je ne sais plus quelle soirée éloignée, arriva enfin, avec sa veste, ses grandes guêtres et sa casquette en soufflet. Il ne s’était pas encore avisé, le cher homme, que je dusse être changée et grandie depuis trois ans, et tandis que je lui sautais au cou, il demandait où était Aurore. Il m’appelait mademoiselle ; enfin, il fit comme mes chiens, il ne me reconnut qu’au bout d’un quart d’heure.

Tous mes anciens camarades d’enfance étaient aussi changés que moi. Liset était loué, comme on dit chez nous. Je ne le revis pas ; il mourut peu de temps après. Cadet était devenu aide valet de chambre. Il servait à table et disait naïvement à Mlle Julie, qui lui reprochait de casser toutes les carafes : « Je n’en ai cassé que sept la semaine dernière. » Fanchon était bergère chez nous. Marie Aucante était devenue la reine de beauté du village. Marie et Solange Croux étaient des jeunes filles charmantes. Pendant trois jours ma chambre ne désemplit pas des visites qui m’arrivaient. Ursule ne fut pas des dernières.

Mais, comme Deschartres, tout le monde m’appelait mademoiselle. Plusieurs étaient intimidés devant moi. Cela me fit sentir mon isolement. L’abîme de la hiérarchie sociale s’était creusé entre des enfans qui jusque-là s’étaient sentis égaux. Je n’y pouvais rien changer, on ne l’eût pas souffert. Je me pris à regretter davantage mes compagnes de couvent.

Pendant quelques jours ensuite, je fus tout au plaisir physique de courir les champs, de revoir la rivière, les plantes sauvages, les prés en fleur. L’exercice de marcher dans la campagne, dont j’avais perdu l’habitude, et l’air printanier me grisaient si bien, que je ne pensais plus et dormais de longues nuits avec délices ; mais bientôt l’inaction de l’esprit me pesa, et je songeai à occuper ces éternels loisirs qui m’étaient faits par l’indulgente gâterie de ma grand’mère.

J’éprouvai même le besoin de rentrer dans la règle, et je m’en traçai une dont je ne me départis pas tant que je fus seule et maîtresse de mes heures. Je me fis naïvement un tableau de l’emploi de ma journée. Je consacrais une heure à l’histoire, une au dessin, une à la musique, une à l’anglais, une à l’italien, etc. Mais le moment de m’instruire réellement un peu n’était pas encore venu. Au bout d’un mois, je n’avais fait encore que résumer, sur des cahiers ad hoc, mes petites études du couvent, lorsque arrivèrent invitées par ma bonne maman, Mme de Pontcarré et sa charmante fille Pauline, ma blonde et enjouée compagne du couvent.

Pauline, à seize ans comme à six, était toujours cette belle indifférente qui se laissait aimer sans songer à vous rendre la pareille. Son caractère était charmant comme sa figure, comme sa taille, comme ses mains, comme ses cheveux d’ambre, comme ses joues de lis et de roses ; mais comme son cœur ne se manifestait jamais, je n’ai jamais su s’il existait, et je ne pourrais dire que cette aimable compagne ait été mon amie.

Sa mère était bien différente. C’était une âme passionnée jointe à un esprit éblouissant. Trop sanguine et trop replète pour être encore belle (j’ignore même si elle l’avait jamais été), elle avait des yeux noirs si magnifiques et une physionomie si vivante, une si belle voix et tant d’âme pour chanter, une conversation si réjouissante, tant d’idées, tant d’activité, tant d’affection dans les manières, qu’elle exerçait un charme irrésistible. Elle était de l’âge de mon père, et ils avaient joué ensemble dans leur enfance. Ma grand’mère aimait à parler de son cher fils avec elle, et s’était prise d’amitié pour elle assez récemment, bien qu’elle l’eût toujours connue ; mais cette amitié fit bientôt place chez elle à un sentiment contraire, dont je ne m’aperçus pas assez tôt pour ne pas la faire souffrir.

Dans les commencemens, tout allait si bien entre elles, que je ne me défendis point de l’attrait de cette amitié pour mon compte. Très naturellement, je passais beaucoup plus de temps avec Pauline et sa mère, ingambes et actives toutes deux, qu’auprès du fauteuil où ma grand’mère écrivait ou sommeillait presque toute la journée. Elle-même exigeait que je fisse soir et matin de grandes courses, et de la musique avec ces dames dans la journée. Mme de Pontcarré était un excellent professeur. Elle nous lançait, Pauline et moi, dans les partitions à livre ouvert, nous accompagnant avec feu et soutenant nos voix de l’énergie sympathique de la sienne. Nous avons déchiffré ensemble Armide, Iphigénie, Œdipe, etc. Quand nous étions un peu ferrées sur un morceau, nous ouvrions les portes pour que bonne maman pût entendre, et son jugement n’était pas la moins bonne leçon. Mais bien souvent la porte se trouvait fermée au verrou. Ma grand’mère avait conservé l’habitude d’être seule, ou avec Mlle Julie, qui lui faisait la lecture. Nous étions trop jeunes et trop vivantes pour que notre compagnie assidue lui fût agréable. La pauvre femme s’éteignait doucement, et il n’y paraissait pas encore. Elle se montrait aux repas avec un peu de rouge sur les joues, des diamans aux oreilles, la taille toujours droite et gracieuse dans sa douillette pensée, causant bien et répondant à propos ; esclave d’un savoir-vivre aimable qui lui faisait cacher ou surmonter de fréquentes défaillances, elle semblait jouir d’une belle vieillesse exempte d’infirmités. Longtemps elle dissimula une surdité croissante, et jusqu’à ses derniers momens fit un mystère de son âge : affaire d’étiquette apparemment, car elle n’avait jamais été vaine, même dans tout l’éclat de la jeunesse et de la beauté. Cependant elle s’en allait, comme elle le disait souvent tout bas à Deschartres, qui, l’ayant toujours connue délicate et affaissée, n’y croyait pas et se flattait de mourir avant elle. Elle craignait le moindre bruit, l’éclat du jour lui était insupportable, et quand elle avait fait l’effort de tenir le salon une ou deux heures, elle éprouvait le besoin d’aller s’enfermer dans son boudoir, nous priant d’aller nous occuper ou nous promener un peu loin de son sommeil, qui était fort léger.

Je fus donc bien étonnée et presque effrayée un jour qu’elle me dit que j’étais inséparable de Mme de Pontcarré et de sa fille, que je la négligeais, que je me jetais tête baissée dans des amitiés nouvelles, que j’avais trop d’imagination, que je ne l’aimais pas, et tout cela avec une douleur et des larmes inexplicables.

Je sentais ces reproches si peu mérités qu’ils me consternèrent. Je ne trouvais rien à y répondre à force d’en voir l’injustice ; mais cette injustice dans un cœur si bon et si droit ressemblait à un accès de démence triste et douce. Je ne sus que pleurer avec ma pauvre bonne maman, la caresser et la consoler de mon mieux. Comme elle me reprochait de parler bas souvent à ces dames et d’avoir avec elles un air de cachoterie, je lui fis promettre, en riant, le secret vis-à-vis d’elle-même, et lui confessai que depuis huit jours nous bâtissions un théâtre et répétions une pièce pour le jour de sa fête ; mais que j’aimais bien mieux en trahir la surprise que de la laisser souffrir un seul jour de plus de ses chimères. « Eh ! mon Dieu, me dit-elle en riant aussi à travers ses pleurs, je le sais bien que vous me préparez une belle fête et une belle surprise ! Comment peux-tu t’imaginer que Julie ne me l’ait pas dit ?

— Elle a très bien fait, sans doute, puisqu’elle vous a vue inquiète de nos mystères ; mais alors comment se fait-il, chère maman, que vous vous en tourmentiez encore ? »

Elle m’avoua qu’elle ne savait pas pourquoi elle s’en était fait un chagrin ; et comme je lui proposai de laisser aller la comédie sans m’en mêler afin de passer tout mon temps auprès d’elle, elle s’écria : « Non pas, non pas ! Je ne veux point de cela ! Mme de Pontcarré fera bien assez valoir sa fille ; je ne veux pas que, comme à l’ordinaire, tu sois mise de côté et éclipsée par elle ! »

Je n’y comprenais plus rien. Jamais l’idée d’une rivalité quelconque n’avait pu éclore dans la tête de Pauline ou dans la mienne. Mme de Pontcarré n’y pensait probablement pas davantage ; mais ma pauvre jalouse de bonne maman ne pardonnait pas à Pauline d’être plus belle que moi, et en même temps qu’elle supposait sa mère portée à me dénigrer, elle était jalouse aussi de l’affection que cette mère me témoignait.

Comme la jalousie est grosse d’inconséquences, il me fallut donc voir ces petites scènes se renouveler, et je crois qu’elles furent envenimées par Mlle Julie, qui, décidément, ne m’aimait point. Je ne lui avais fait ni mal ni dommage : tout au contraire, facile au retour comme je le suis, j’appréciais l’intelligence de cette froide personne, et j’aimais à consulter sa merveilleuse mémoire des faits historiques ; mais ma mère l’avait trop blessée pour qu’elle pût me pardonner d’être sa fille et de l’aimer.

Ce fut donc en essuyant de secrètes larmes, et entre plusieurs nuées de ces orages étouffés par le savoir-vivre, que je me travestis en Colin pour jouer la comédie et faire rire ma grand’mère. Le théâtre, tout en feuillages naturels, formait un berceau charmant. M. de Trémoville, un officier ami de Mme de Pontcarré, lequel, se trouvant en remonte de cavalerie dans le département, était venu passer chez nous une quinzaine, avait tout disposé avec beaucoup d’adresse et de goût. Il jouait lui-même le rôle de mon capitaine, car je m’engageais par désespoir des caprices de mon amoureuse Colette. Je ne sais plus quel proverbe de Carmontelle nous avions ainsi arrangé à notre usage. Pauline, en villageoise d’opéra-comique, était belle comme un ange. Deschartres jouait aussi, et jouait très mal. Tout alla néanmoins le mieux du monde, malgré les terreurs de Pauline, qui pleura de peur en entrant en scène. N’ayant jamais connu ce genre de timidité, je jouai très résolument, ce qui consola un peu ma bonne maman de me voir travestie en garçon, pendant que Pauline brillait de tout le charme de sa beauté et de tous les atours de son sexe.

Quelque temps après, Mme de Pontcarré partit avec sa fille et M. de Trémoville, dont je me souviens comme du meilleur homme du monde ; père de famille excellent, il nous traitait, Pauline et moi, comme ses enfans, et nous abusions tellement de son facile et aimable caractère, que ma grand’mère elle-même, dans ses momens de gaîté, l’avait surnommé la bonne de ces demoiselles.

Mais je ne sais quelle irritation profonde resta contre Mme de Pontcarré et Pauline dans le cœur de ma grand’mère. Affligée de leur départ, je dus pourtant me trouver soulagée de voir finir les étranges et incompréhensibles querelles qu’elles m’attiraient. Hippolyte vint en congé, et nous fûmes d’abord intimidés l’un devant l’autre. Il était devenu un beau maréchal de logis de hussards, faisant ronfler les r, domptant les chevaux indomptables, et ayant son franc parler avec Deschartres, qui lui permettait de le taquiner, comme avait fait mon père, sur le chapitre de l’équitation et sur plusieurs autres. Au bout de peu de jours notre ancienne amitié revint, et, recommençant à courir et à folâtrer ensemble, il ne nous sembla plus que nous nous fussions jamais quittés.

Ce fut lui qui me communiqua le goût de monter à cheval, et cet exercice physique devait influer beaucoup sur mon caractère et mes habitudes d’esprit.

Le cours d’équitation qu’il me fit n’était ni long ni ennuyeux. « Vois-tu, me dit-il un matin que je lui demandais de me donner la première leçon, je pourrais faire le pédant et te casser la tête du manuel d’instruction que je professe à Saumur, à des conscrits qui n’y comprennent rien, et qui, en somme, n’apprennent qu’à force d’habitude et de hardiesse ; mais tout se réduit d’abord à deux choses : tomber ou ne pas tomber ; le reste viendra plus tard. Or, comme il faut s’attendre à tomber, nous allons chercher un bon endroit pour que tu ne t’y fasses pas trop de mal. » Et il m’emmena dans un pré immense dont l’herbe était épaisse. Il monta sur le général Pepe, menant Colette en main.

Pepe était un très beau poulain, petit-fils du fatal Léopardo, et que, dans mon enthousiasme naissant pour la révolution italienne, j’avais gratifié du nom d’un homme héroïque qui a été mon ami par la suite des temps. Colette, que l’on appelait dans le principe mademoiselle Deschartres, était une élève de notre précepteur, et n’avait jamais été montée. Elle avait quatre ans et sortait du pacage. Elle paraissait si douce, que mon frère, après lui avoir fait faire plusieurs fois le tour du pré, jugea qu’elle se conduirait bien et me jeta dessus.

Il y a un Dieu pour les fous et pour les enfans. Colette et moi, aussi novices l’une que l’autre, avions toutes les chances possibles pour nous contrarier et nous séparer violemment. Il n’en fut rien. À partir de ce jour, nous devions vivre et galoper quatorze ans de compagnie. Elle devait gagner ses Invalides et finir tranquillement ses jours à mon service, sans qu’aucun nuage ait jamais troublé notre bonne intelligence.

Je ne sais pas si j’aurais eu peur par réflexion, mais mon frère ne m’en donna pas le temps. Il fouetta vigoureusement Colette, qui débuta par un galop frénétique, accompagné de gambades et de ruades les plus folles mais les moins méchantes du monde. « Tiens-toi bien, disait mon frère. Accroche-toi aux crins si tu veux, mais ne lâche pas la bride et ne tombe pas. Tout est là, tomber ou ne pas tomber ! »

C’était le to be or not to be d’Hamlet. Je mis toute mon attention et ma volonté à ne pas trop quitter la selle. Cinq ou six fois, à moitié désarçonnée, je me rattrapai comme il plut à Dieu, et au bout d’une heure, éreintée, échevelée et surtout enivrée, j’avais acquis le degré de confiance et de présence d’esprit nécessaire à la suite de mon éducation équestre.

Colette était un être supérieur dans son espèce. Elle était maigre, laide, grande, dégingandée au repos : mais elle avait une physionomie sauvage et des yeux d’une beauté qui rachetait ses défauts de conformation. En mouvement, elle devenait belle d’ardeur, de grâce et de souplesse. J’ai monté des chevaux magnifiques, admirablement dressés : je n’ai jamais retrouvé l’intelligence et l’adresse de ma cavale rustique. Jamais elle ne m’a fait un faux pas, jamais un écart, et ne m’a jamais jetée par terre que par la faute de ma distraction ou de mon imprudence.

Comme elle devinait tout ce qu’on désirait d’elle, il ne me fallut pas huit jours pour savoir la gouverner. Son instinct et le mien s’étaient rencontrés. Taquine et emportée avec les autres, elle se pliait à ma domination de son plein gré, à coup sûr. Au bout de huit jours, nous sautions haies et fossés, nous gravissions les pentes ardues, nous traversions les eaux profondes ; et moi, l’eau dormante du couvent, j’étais devenue quelque chose de plus téméraire qu’un hussard et de plus robuste qu’un paysan ; car les enfans ne savent pas ce que c’est que le danger, et les femmes se soutiennent, par la volonté nerveuse, au delà des forces viriles.

Ma grand’mère ne parut pas surprise d’une métamorphose qui m’étonnait pourtant moi-même : car, du jour au lendemain, je ne me reconnais plus, tandis qu’elle disait reconnaître en moi les contrastes de langueur et d’enivrement qui avaient marqué l’adolescence de mon père.

Il est étrange que, m’aimant d’une manière si absolue et si tendre, elle n’ait pas été effrayée de me voir prendre le goût de ce genre de danger. Ma mère n’a jamais pu me voir à cheval sans cacher sa figure dans ses mains et sans s’écrier que je finirais comme mon père. Ma bonne maman répondait par un triste sourire à ceux qui lui demandaient raison de sa tolérance à cet égard par cette anecdote bien connue, mais bien jolie, du marin et du citadin.

« Eh quoi, monsieur, votre père et votre grand-père ont péri sur mer dans les tempêtes, et vous êtes marin ? À votre place, je n’aurais jamais voulu monter sur un navire !

— Et vous, monsieur, comment donc sont morts vos parens ?

— Dans leurs lits, grâce au ciel !

— En ce cas, à votre place, je ne me mettrais jamais au lit ? »

Il m’arriva cependant un jour de tomber juste à la place où s’était tué mon père, et de m’y faire même assez de mal. Ce ne fut point Colette, mais le général Pepe qui me joua ce mauvais tour. Ma grand’mère n’en sut rien. Je ne m’en vantai pas, et remontai à cheval de plus belle.

Mon frère retourna à son régiment. Le vieux chevalier de Lacoux, qui était venu nous voir et qui me faisait beaucoup travailler la harpe, nous quitta aussi. Je restai seule à Nohant, pendant tout l’hiver, avec ma grand’mère et Deschartres.

Jusqu’à ce moment, malgré l’agréable compagnie de ces divers hôtes, j’avais lutté en vain contre une profonde mélancolie. Je ne pouvais pas toujours la dissimuler, mais jamais je n’en voulus dire la cause, pas même à Pauline ou à mon frère, qui s’étonnaient de mon abattement et de mes préoccupations. Cette cause, que je laissais attribuer à une indisposition maladive ou à un vague ennui, était bien claire en moi-même : je regrettais le couvent. J’avais le mal du couvent ou le mal du pays. Je ne pouvais pas m’ennuyer, ayant une vie assez remplie ; mais je sentais tout me déplaire, quand je comparais même mes meilleurs momens aux placides et régulières journées du cloître, aux amitiés sans nuage, au bonheur sans secousse que j’avais à jamais laissés derrière moi. Mon âme, déjà lassée dès l’enfance, avait soif de repos, et là seulement j’avais goûté, après les premières émotions de l’enthousiasme religieux, presque une année de quiétude absolue. J’y avais oublié tout ce qui était le passé ; j’y avais rêvé l’avenir semblable au présent. Mon cœur aussi s’était fait comme une habitude d’aimer beaucoup de personnes à la fois et de leur communiquer ou de recevoir d’elles un continuel aliment à la bienveillance et à l’enjouement.

Je l’ai dit, mais je le dirai encore une fois, au moment d’enterrer ce rêve de vie claustrale dans mes lointains mais toujours tendres souvenirs : l’existence en commun avec des êtres doucement aimables et doucement aimés est l’idéal du bonheur. L’affection vit de préférences, mais dans ce genre de société fraternelle, où une croyance quelconque sert de lien, les préférences sont si pures et si saines, qu’elles augmentent les sources du cœur au lieu de les épuiser. On est d’autant meilleur et facilement généreux avec les amis secondaires qu’on sent devoir leur prodiguer l’obligeance et les bons procédés, en dédommagement de l’admiration enthousiaste qu’on réserve pour des êtres plus directement sympathiques. On a dit souvent qu’une belle passion élargissait l’âme. Quelle plus belle passion que celle de la fraternité évangélique ? Je m’étais sentie vivre de toute ma vie dans ce milieu enchanté, je m’étais sentie dépérir depuis, jour par jour, heure par heure, et sans bien me rendre toujours compte de ce qui me manquait, tout en cherchant parfois à m’étourdir et à m’amuser comme il convenait à l’innocence de mon âge, j’éprouvais dans la pensée un vide affreux, un dégoût, une lassitude de toutes choses et de toutes personnes autour de moi.

Ma grand’mère était seule exceptée ; mon affection pour elle se développait extrêmement. J’arrivais à la comprendre, à avoir le secret de ses douces faiblesses maternelles, à ne plus voir en elle le froid esprit fort que ma mère m’avait exagéré, mais bien la femme nerveuse et délicatement susceptible qui ne faisait souffrir que parce qu’elle souffrait elle-même à force d’aimer. Je voyais les contradictions singulières qui existaient, qui avaient toujours existé plus ou moins, entre son esprit bien trempé et son caractère débile. Forcée de l’étudier, et reconnaissant qu’il fallait le faire pour lui épargner tous les petits chagrins que je lui avais causés, je débrouillais enfin cette énigme d’un cerveau raisonnable aux prises avec un cœur insensé. La femme supérieure, et elle l’était par son instruction, son jugement, sa droiture, son courage dans les grandes choses, redevenait femmelette et petite marquise dans les mille petites douleurs de la vie ordinaire. Ce fut d’abord une déception pour moi que d’avoir à mesurer ainsi un être que je m’étais habituée à voir grand dans la rigueur comme dans la bonté. Mais la réflexion me ramena, et je me mis à aimer les côtés faibles de cette nature compliquée, dont les défauts n’étaient que l’excès de qualités exquises. Un jour vint où nous changeâmes de rôle, et où je sentis pour elle une tendresse des entrailles qui ressemblait aux sollicitudes de la maternité.

C’était comme un pressentiment intérieur ou comme un avertissement du ciel, car le moment approchait où je ne devais plus trouver en elle qu’un pauvre enfant à soigner et à gouverner.

Hélas ! il fut bien court, le temps arraché aux rigueurs de notre commune destinée, où, sortant moi-même des ténèbres de l’enfance, je pouvais enfin profiter de son influence morale et du bienfait intellectuel de son intimité. N’ayant plus aucun sujet de jalousie à propos de moi (Hippolyte aussi lui en avait causé quelques derniers accès), elle devenait adorable dans le tête-à-tête. Elle savait tant de choses et jugeait si bien, elle s’exprimait avec une simplicité si élégante, il y avait en elle tant de goût et d’élévation, que sa conversation était le meilleur des livres.

Nous passâmes ensemble les dernières soirées de février, à lire une partie du Génie du Christianisme de Chateaubriand. Elle n’aimait pas cette forme et le fond lui paraissait faux ; mais les nombreuses citations de l’ouvrage lui suggéraient des jugemens admirables sur les chefs-d’œuvre dont je lui lisais les fragmens. Je m’étonnais qu’elle m’eût si peu permis de lire avec elle ; je le lui disais, exprimant le charme que je goûtais dans de tels enseignemens, lorsqu’elle me dit un soir : « Arrête-toi, ma fille. Ce que tu me lis est si étrange que j’ai peur d’être malade et d’entendre autre chose que ce que j’écoute. Pourquoi me parles-tu de morts, de linceul, de cloches, de tombeaux ? Si tu composes tout cela, tu as tort de me mettre ainsi des idées noires dans l’esprit. »

Je m’arrêtai épouvantée : je venais de lui lire une page fraîche et riante, une description des savanes, où rien de semblable à ce qu’elle avait cru entendre ne se trouvait. Elle se remit bien vite et me dit en souriant : « Tiens, je crois que j’ai dormi et rêvé pendant ta lecture. Je suis bien affaiblie. Je ne peux plus lire, et je ne peux plus écouter. J’ai peur de connaître l’oisiveté et l’ennui à présent. Donne-moi des cartes, et jouons au grabuge ; cela me distraira. »

Je m’empressai de faire sa partie, et je réussis à l’égayer. Elle joua avec l’attention et la lucidité ordinaires. Puis, rêvant un instant, elle rassembla ses idées comme pour un entretien suprême ; car, à coup sûr, elle sentait son âme s’échapper. « Ce mariage ne te convenait pas du tout, dit-elle, et je suis contente de l’avoir rompu.

— Quel mariage ? lui dis-je.

— Est-ce que je ne t’en ai pas parlé ? Eh bien ! je t’en parle. C’est un homme immensément riche, mais cinquante ans et un grand coup de sabre à travers la figure. C’est un général de l’empire. Je ne sais pas où il t’a vue, au parloir de ton couvent, peut-être. Te souviens-tu de cela ?

— Pas du tout.

— Enfin, il te connaît apparemment, et il te demande en mariage avec ou sans dot : mais conçoit-on que ces hommes de Bonaparte aient des préjugés comme nous autres ? Il mettait pour première condition que tu ne reverrais jamais ta mère.

— Et vous avez refusé, n’est-ce pas, maman ?

— Oui, me dit-elle ; en voici la preuve. »

Elle me remit une lettre que j’ai encore sous les yeux, car je l’ai gardée comme un souvenir de cette triste soirée. Elle était de mon cousin René de Villeneuve, et ainsi conçue :

« Je ne me console pas, chère grand’mère, de n’être pas auprès de vous pour insister sur la proposition faite pour Aurore. L’âge vous offusque ; mais réellement la personne de cinquante ans a l’air presque aussi jeune que moi. Elle a beaucoup d’esprit, d’instruction, tout ce qu’il faut enfin pour assurer le bonheur d’un lien pareil, car on trouvera bien des jeunes gens, mais on ne peut être sûr de leur caractère, et l’avenir avec eux est fort incertain ; au lieu que là, la position élevée, la fortune, la considération, tout se trouve. Je vous citerai plusieurs exemples à l’appui du raisonnement que je pourrais vous faire. Le duc de C……, qui a soixante-cinq ans, a épousé, il y a deux ans, Mlle de la G……, qui en avait seize. Elle est la plus heureuse des femmes, se conduisant à merveille, bien que lancée dans le grand monde et entourée d’hommages, car elle est belle comme un ange[25]. Elle a reçu une excellente éducation et de bons principes. Tout est là. Venez donc sans faute à Paris au commencement de mars. Je vous somme de faire ce voyage dans l’intérêt de notre chère enfant, etc. »

— Eh bien, maman, m’écriai-je effrayée, est-ce que nous allons à Paris ?

— Oui, mon enfant, nous irons dans huit jours. Mais, rassure-toi, je ne veux pas entendre parler de ce mariage. Ce n’est pas tant l’âge qui m’offusque que la condition dont je t’ai parlé. J’ai été si heureuse avec mon vieux mari que je n’ai pas trop peur pour toi d’un homme de cinquante ans ; mais je sais que tu ne souscrirais pas…… Ne dis rien ; je te connais, à présent, et je regrette de n’avoir pas toujours aussi bien jugé ta situation que je le fais à cette heure. Tu aimes ta mère par devoir et par religion, comme tu l’aimais par habitude et par instinct dans ton enfance. J’ai cru devoir te mettre en garde contre trop de confiance et d’entraînement. J’ai peut-être eu tort de le faire dans un moment de douleur et d’irritation. J’ai bien vu que je te brisais. Il me semblait, dans ce moment-là, que c’était de moi que tu devais apprendre la vérité, et qu’elle te serait plus insupportable de la part de tout autre. Si tu penses que j’aie exagéré quelque chose, ou que j’aie jugé trop durement ta mère, oublie-le, et sache que malgré tout le mal qu’elle m’a fait, je rends justice à ses qualités et à sa conduite depuis la mort de ton pauvre père. D’ailleurs, fût-elle, comme je me le suis imaginé parfois, la dernière des femmes, je comprends ce que tu lui dois d’égards et de fidélité de cœur. Elle est ta mère ! tout est là ! Oui, je le sais. J’ai craint de te voir trop aveuglée, ensuite j’ai craint de te voir devenir trop dévote. Je suis tranquille sur ton compte à présent. Je te vois pieuse, tolérante et conservant les goûts de l’intelligence. Je regrette presque de ne pas croire à tout ce que tu pratiques ; car je vois que tu y puises une force qui n’est pas dans ta nature et qui m’a frappée quelquefois comme au-dessus de ton âge. Ainsi, pendant que tu étais au couvent, enfermée toute l’année, sans vacances, privée de sortir pendant neuf ou dix mois que je passais ici, tu m’as écrit à différentes reprises pour me conjurer de ne pas te permettre de sortir avec les Villeneuve ou avec Mme de Pontcarré. J’en ai été affligée et jalouse d’abord, mais j’en ai été touchée aussi, et maintenant je sens que si je te proposais de rompre avec ta mère pour faire un grand mariage, je révolterais ton cœur et ta conscience. Sois tranquille, et va te coucher. Il ne sera jamais question de rien de pareil. »

J’embrassai ardemment ma chère grand’mère, et, la voyant parfaitement calme et lucide, je me retirai dans ma chambre, la laissant aux soins accoutumés de ses deux femmes, qui la mirent au lit à minuit, après les deux heures de toilette et de tranquille flânerie dont elle avait l’habitude.

C’était, comme je l’ai déjà dit, tout un étrange petit cérémonial que le coucher de ma grand’mère : des camisoles de satin piqué, des bonnets à dentelles, des cocardes de rubans, des parfums, des bagues particulières pour la nuit, une certaine tabatière, enfin tout un édifice d’oreillers splendides, car elle dormait assise, et il fallait l’arranger de manière qu’elle se réveillât sans avoir fait un mouvement. On eût dit que chaque soir elle se préparait à une réception d’apparat, et cela avait quelque chose de bizarre et de solennel où elle avait l’air de se complaire.

J’aurais dû me dire que l’espèce d’hallucination auditive qu’elle avait eue en écoutant ma lecture, et la clarté subite de ses idées, même le retour sur elle-même qu’elle avait voulu faire en me parlant de ma mère, indiquaient une situation morale et physique inusitée. Revenir sur ses propres arrêts, s’attribuer un tort, demander, pour ainsi dire, pardon d’une erreur de jugement, cela était bien contraire à ses habitudes. Ses actions démentaient continuellement ses paroles, mais elle n’en convenait pas et maintenait volontiers son dire. En y réfléchissant, j’eus une vague inquiétude, et je redescendis chez elle vers minuit, comme pour reprendre mon livre oublié. Elle était déjà couchée et enfermée, s’étant sentie assoupie un peu plus tôt que de coutume. Ses femmes n’avaient rien trouvé d’extraordinaire en elle, et je remontai fort tranquille.

Depuis trois ou quatre mois, je dormais fort peu. Je n’avais point passé une semaine dans la véritable intimité de ma grand’mère sans m’aviser du peu d’instruction que j’avais acquise au couvent, et sans reconnaître avec le sincère Deschartres que j’étais, selon son expression favorite, d’une ignorance crasse. Le désir de ne pas impatienter la bonne maman, qui me reprochait bien un peu vivement quelquefois de lui avoir fait dépenser trois années de couvent pour ne rien apprendre, me poussa, plus que la curiosité ou l’amour-propre, à vouloir m’instruire un peu. Je souffrais de lui entendre dire que l’éducation religieuse était abrutissante, et j’apprenais un peu en cachette, afin de lui en laisser attribuer l’honneur à mes religieuses.

J’entreprenais là une chose impossible. Quiconque manque de mémoire ne peut jamais être instruit réellement, et j’en étais complétement dépourvue. Je me donnais un mal inouï pour mettre de l’ordre dans mes petites notion s d’histoire. Je n’avais pas même la mémoire des mots, et déjà j’oubliais l’anglais, qui naguère m’avait été aussi familier que ma propre langue. Je m’évertuais donc à lire et à écrire, depuis dix heures du soir jusqu’à deux ou trois du matin. Je dormais quatre ou cinq heures. Je montais à cheval avant le réveil de ma grand’mère. Je déjeunais avec elle, je lui faisais de la musique et ne la quittais presque plus de la journée ; car, insensiblement, elle s’était habituée à vivre moins avec Julie, et j’avais pris sur moi de lui lire les journaux ou de rester à dessiner dans sa chambre pendant que Deschartres les lui lisait. Cela m’était particulièrement odieux. Je ne saurais dire pourquoi cette chronique journalière du monde réel m’attristait profondément. Elle me sortait de mes rêves, et je crois que la jeunesse ne vit pas d’autre chose que de la contemplation du passé, ou de l’attente de l’inconnu.

Je me souviens que cette nuit-là fut extraordinairement belle et douce. Il faisait un clair de lune voilé par ces petits nuages blancs que Chateaubriand comparait à des flocons de ouate. Je ne travaillai point, je laissai ma fenêtre ouverte et jouai de la harpe en déchiffrant la Nina de Paesiello. Puis je sentis le froid et me couchai en rêvant à la douceur et à l’épanchement de ma grand’mère avec moi. En donnant enfin la sécurité à mon sentiment filial, et en détournant de moi l’effroi d’une lutte qui avait pesé sur toute ma vie, elle me faisait respirer pour la première fois. Je pouvais enfin réunir et confondre mes deux mères rivales dans le même amour. À ce moment-là, je sentis que je les aimais également, et je me flattai de leur faire accepter cette idée. Puis, je pensai au mariage, à l’homme de cinquante ans, au prochain voyage de Paris, au monde où l’on menaçait de me produire. Je ne fus effrayée de rien. Pour la première fois j’étais optimiste. Je venais de remporter une victoire qui me paraissait décisive sur le grand obstacle de l’avenir. Je me persuadai que j’avais acquis sur ma grand’mère un ascendant de tendresse et de persuasion qui me permettrait d’échapper à ses sollicitudes pour mon établissement, que peu à peu elle verrait par mes yeux, me laisserait vivre libre et heureuse à ses côtés, et qu’après lui avoir consacré ma jeunesse, je pourrais lui fermer les yeux sans qu’elle exigeât de moi la promesse de renoncer au cloître. « Tout est bien ainsi, pensai-je. Il est fort inutile de la tourmenter de mes secrets desseins. Dieu les protégera. » Je savais qu’Elisa était sortie du couvent, qu’on la menait dans le monde, qu’elle se résignait à aller au bal, et que rien n’ébranlait sa résolution. Elle m’écrivit qu’elle acceptait l’épreuve à laquelle ses parens avaient voulu la soumettre, qu’elle se sentait chaque jour plus forte dans sa vocation, et que nous nous retrouverions peut-être à Cork sous le voile, si ma qualité de Française m’excluait de la communauté des Anglaises de Paris.

Je m’endormis donc dans une situation d’esprit que je n’avais pas connue depuis longtemps ; mais à sept heures du matin Deschartres entra dans ma chambre, et, en ouvrant les yeux, je vis un malheur dans les siens. « Votre grand’mère est perdue, je le crains, me dit-il. Elle a voulu se lever cette nuit. Elle a été prise d’une attaque d’apoplexie et de paralysie. Elle est tombée et n’a pu se relever. Julie vient de la trouver par terre froide, immobile, sans connaissance. Elle est couchée, réchauffée et un peu ranimée ; mais elle ne se rend compte de rien et ne peut faire aucun mouvement. J’ai envoyé chercher le docteur Decerfz. Je vais la saigner. Venez vite à mon aide. »

Nous passâmes la journée à la soigner. Elle recouvra ses esprits, se rappela être tombée, se plaignit seulement des contusions qu’elle s’était faites, s’aperçut qu’elle avait tout un côté mort depuis l’épaule jusqu’au talon, mais n’attribua cet engourdissement qu’à la courbature de la chute. La saignée lui rendit cependant un peu d’aisance dans les mouvemens qu’on l’aidait à faire, et vers le soir il y eut un mieux si sensible, que je me rassurai et que le docteur partit en me tranquillisant ; mais Deschartres ne se flattait pas. Elle me demanda de lui lire son journal après dîner et parut l’entendre. Puis elle demanda des cartes et ne put les tenir dans sa main. Alors elle commença à divaguer et à se plaindre de ce que nous ne voulions pas la soulager en lui faisant une application de la dame de pique sur le bras. Effrayée, je dis tout bas à Deschartres : « C’est le délire ? — Hélas, non ! me répondit-il ; elle n’a pas de fièvre, c’est l’enfance ! »

Cet arrêt tomba sur moi pire que l’annonce de la mort. J’en fus si bouleversée que je sortis de la chambre et m’enfuis dans le jardin, où je tombai à genoux dans un coin, voulant prier et ne pouvant pas. Il faisait un temps d’une beauté et d’une tranquillité insolentes. Je crois que j’étais en enfance moi-même dans ce moment-là, car je m’étonnais machinalement que tout semblât sourire autour de moi pendant que j’avais la mort dans l’âme. Je rentrai vite. « Du courage ! me dit Deschartres, qui devenait bon et tendre dans la douleur. Il ne faut pas que vous soyez malade ; elle a besoin de nous ! »

Elle passa la nuit à divaguer doucement. Au jour, elle s’endormit profondément jusqu’au soir. Ce sommeil apoplectique était un nouveau danger à combattre. Le docteur et Deschartres l’en tirèrent avec succès ; mais elle s’éveilla aveugle. Le lendemain elle voyait, mais les objets placés à droite lui paraissaient transportés à gauche. Un autre jour elle bégaya et perdit la mémoire des mots. Enfin, après une série de phénomènes étranges et de crises imprévues, elle entra en convalescence. Sa vie était momentanément sauvée. Elle avait des heures lucides. Elle souffrait peu, mais elle était paralytique, et son cerveau affaibli et brisé entrait véritablement dans la phase de l’enfance signalée par Deschartres. Elle n’avait plus de volonté, mais des velléités continuelles et impossibles à satisfaire. Elle ne connaissait plus ni la réflexion ni le courage. Elle voyait mal, n’entendait presque plus. Enfin sa belle intelligence, sa belle âme étaient mortes.

Il y eut beaucoup de phases différentes dans l’état de ma pauvre malade. Au printemps, elle fut mieux. Durant l’été, nous crûmes un instant à une guérison radicale, car elle retrouva de l’esprit, de la gaîté et une sorte de mémoire relative. Elle passait la moitié de sa journée sur son fauteuil. Elle se traînait, appuyée sur nos bras, jusque dans la salle à manger, où elle mangeait avec appétit. Elle s’asseyait dans le jardin, au soleil ; elle écoutait encore quelquefois son journal et s’occupait même de ses affaires et de son testament avec sollicitude pour tous les siens. Mais à l’entrée de l’automne, elle retomba dans une torpeur constante et finit sans souffrance et sans conscience de sa fin, dans un sommeil léthargique, le 25 décembre 1821.

J’ai beaucoup vécu, beaucoup pensé, beaucoup changé dans ces dix mois, pendant lesquels ma grand’mère ne recouvra, dans ses meilleurs momens, qu’une demi-existence. Aussi raconterai-je comment la mienne pivota autour du lit de la pauvre moribonde, sans vouloir trop attrister mes lecteurs des détails douloureux d’une lente et inévitable destruction.



CHAPITRE DIX-SEPTIÈME.

Tristesses, promenades et rêveries. — Luttes contre le sommeil. — Premières lectures sérieuses. — Le Génie du christianisme et l’Imitation de Jésus-Christ. — La vérité absolue, la vérité relative. — Scrupules de conscience. — Hésitation entre le développement et l’abrutissement de l’esprit. — Solution. — L’abbé de Prémord. — Mon opinion sur l’esprit des jésuites. — Lectures métaphysiques. — La guerre des Grecs. — Deschartres prend parti pour le Grand-Turc. — Leibnitz. — Grande impuissance de mon cerveau : victoire de mon cœur.


Si ma destinée m’eût fait passer immédiatement de la domination de ma grand’mère à celle d’un mari ou à celle du couvent, il est possible que, soumise toujours à des influences acceptées, je n’eusse jamais été moi-même. Il n’y a guère d’initiative dans une nature endormie comme la mienne, et la dévotion sans examen qui allait si bien à ma langueur d’esprit, m’eût interdit de demander à ma raison la sanction de ma foi. Les petits efforts, insensibles en apparence, mais continuels, de ma grand’mère pour m’ouvrir les yeux ne produisaient qu’une sorte de réaction intérieure. Un mari voltairien comme elle eût fait pis encore. Ce n’était pas par l’esprit que je pouvais être modifiée ; n’ayant pas d’esprit du tout, j’étais insensible à la raillerie, que, d’ailleurs, je ne comprenais pas toujours.

Mais il était décidé par le sort que, dès l’âge de dix-sept ans, il y aurait pour moi un temps d’arrêt dans les influences extérieures, et que je m’appartiendrais entièrement pendant près d’une année, pour devenir, en bien ou en mal, ce que je devais être à peu près tout le reste de ma vie.

Il est rare qu’un enfant de famille, un enfant de mon sexe surtout, se trouve abandonnée si jeune à sa propre gouverne. Ma grand’mère paralysée n’eut plus, même dans ses momens les plus lucides, la moindre pensée de direction morale ou intellectuelle à mon égard. Toujours tendre et caressante, elle s’inquiétait encore quelquefois de ma santé ; mais toute autre préoccupation, même celle de mon mariage, qu’elle ne pouvait plus traiter par lettres, sembla écartée de son souvenir.

Ma mère ne vint pas, malgré ma prière, disant que l’état de ma grand’mère pouvait se prolonger indéfiniment, et qu’elle ne devait pas quitter Caroline. Je dus me rendre à cette bonne raison et accepter la solitude.

Deschartres, abattu d’abord, puis résigné, sembla changer entièrement de caractère avec moi. Il me remit, bon gré mal gré, tous ses pouvoirs, exigea que je tinsse la comptabilité de la maison, que tous les ordres v inssent de moi, et me traita comme une personne mûre, capable de diriger les autres et soi-même.

C’était beaucoup présumer de ma capacité, et cependant bien lui en prit, comme on le verra par la suite.

Je n’eus pas de grandes peines à me donner pour maintenir l’ordre établi dans la maison. Tous les domestiques étaient fidèles. Comme fermier, Deschartres continuait à diriger les travaux de la campagne, auxquels il m’eût été impossible de rien entendre, malgré tous ses efforts antérieurs pour m’y faire prendre goût. J’étais née amateur, et rien de plus.

Ce pauvre Deschartres, voyant que l’état de ma grand’mère, en me privant de mon unique et de ma plus douce société intellectuelle, me jetait dans un ennui et dans un découragement profonds, que je maigrissais à vue d’œil, et que ma santé s’altérait sensiblement, fit tout son possible pour me distraire et me secouer. Il me donna Colette en toute propriété, et même, pour me rendre le goût de l’équitation, que je perdais avec mon activité, il m’amena toutes les pouliches et tous les poulains de ses domaines, me priant, après les avoir essayés, de m’en servir pour varier mes plaisirs. Ces essais lui coûtèrent plus d’une chute sur le pré, et il fut forcé de convenir que, sans rien savoir, j’étais plus solide que lui qui se piquait de théorie. Il était si raide et si compassé à cheval, qu’il s’y fatiguait vite, et j’allais trop vite aussi pour lui. Il me donna donc pour écuyer, ou plutôt pour page, le petit André, qui était solide comme un singe attaché à un poney ; et, me suppliant de ne point passer un jour sans promenade, il nous laissa courir les champs de compagnie.

Revenant toujours à Colette, à l’adresse et à l’esprit de laquelle rien ne pouvait être comparé, je pris donc l’habitude de faire tous les matins huit ou dix lieues en quatre heures, m’arrêtant quelquefois dans une ferme pour prendre une jatte de lait, marchant à l’aventure, explorant le pays au hasard, passant partout, même dans les endroits réputés impossibles, et me laissant aller à des rêveries sans fin, qu’André, très bien stylé par Deschartres, ne se permettait pas interrompre par la moindre réflexion. Il ne retrouvait son esprit naturel que lorsque je m’arrêtais pour manger, parce que j’exigeais qu’il s’assît alors, comme par le passé, à la même table que moi chez les paysans, et là, résumant les impressions de la promenade, il m’égayait de ses remarques naïves et de son parler berrichon. À peine remis en selle, il redevenait muet, consigne que je n’aurais pas songé à lui imposer, mais que je trouvais fort agréable, car cette rêverie au galop, ou cet oubli de toutes choses que le spectacle de la nature nous procure, pendant que le cheval au pas, abandonné à lui-même, s’arrête pour brouter les buissons sans qu’on s’en aperçoive ; cette succession lente ou rapide de paysages, tantôt mornes, tantôt délicieux ; cette absence de but, ce laisser passer du temps qui s’envole, ces rencontres pittoresques de troupeaux ou d’oiseaux voyageurs ; le doux bruit de l’eau qui clapote sous les pieds des chevaux ; tout ce qui est repos ou mouvement, spectacle des yeux ou sommeil de l’âme dans la promenade solitaire, s’emparait de moi et suspendait absolument le cours de mes réflexions et le souvenir de mes tristesses.

Je devins donc tout à fait poète, et poète exclusivement par les goûts et le caractère, sans m’en apercevoir et sans le savoir. Où je ne cherchais qu’un délassement tout physique, je trouvai une intarissable source de jouissances morales que j’aurais été bien embarrassée de définir, mais qui me ranimait et me renouvelait chaque jour davantage.

Si l’inquiétude ne m’eût ramenée auprès de ma pauvre malade, je me serais oubliée, je crois, des jours entiers dans ses courses ; mais comme je sortais de grand matin, presque toujours à la première aube, aussitôt que le soleil commençait à me frapper sur la tête, je reprenais au galop le chemin de la maison. Je m’apercevais souvent alors que le pauvre André était accablé de fatigue ; je m’en étonnais toujours, car je n’ai jamais vu la fin de mes forces à cheval, où je crois que les femmes, par leur posit ion en selle et la souplesse de leurs membres, peuvent, en effet, tenir beaucoup plus longtemps que les hommes.

Je cédais cependant quelquefois Colette à mon petit page, afin de le reposer, par la douceur de son allure, et je montais ou la vieille jument normande qui avait sauvé la vie à mon père dans plus d’une bataille par son intelligence et la fidélité de ses mouvemens, ou le terrible général Pepe, qui avait des coups de reins formidables, mais je n’en étais pas plus lasse au retour, et je rentrais beaucoup plus éveillée et active que je n’étais partie.

C’est grâce à ce mouvement salutaire que je sentis tout à coup ma résolution de m’instruire cesser d’être un devoir pénible et devenir un attrait tout-puissant par lui-même. D’abord, sous le coup du chagrin et de l’inquiétude, j’avais essayé de tromper les longues heures que je passais auprès de ma malade, en lisant des romans de Florian, de Mme de Genlis et de Van der Velde. Ces derniers me parurent charmans ; mais ces lectures, entrecoupées par les soins et les anxiétés que m’imposait ma situation de garde-malade, ne laissèrent presque rien dans mon esprit, et à mesure que la crainte de la mort s’éloignait pour faire place en moi à une mélancolique et tendre habitude de soins quasi-maternels, je revins à des lectures plus sérieuses, qui bientôt m’attachèrent passionnément.

J’avais eu d’abord à lutter contre le sommeil, et je puisais sans cesse dans la tabatière de ma bonne maman pour ne pas succomber à l’atmosphère sombre et tiède de sa chambre. Je pris aussi beaucoup de café noir sans sucre et même de l’eau-de-vie quelquefois, pour ne pas m’endormir, quand elle voulait causer toute la nuit ; car il lui arrivait de temps en temps de prendre la nuit pour le jour, et de se fâcher de l’obscurité et du silence où nous voulions, disait-elle, la tenir ; Julie et Deschartres essayèrent quelquefois d’ouvrir les fenêtres, pour lui montrer qu’il faisait nuit en effet. Alors elle s’affligeait profondément, disant qu’elle était bien sûre que nous étions en plein midi, et qu’elle devenait aveugle, puisqu’elle ne voyait pas le soleil.

Nous pensâmes qu’il valait mieux lui céder en toute chose et détourner surtout la tristesse. Nous allumions donc beaucoup de bougies derrière son lit et lui laissions croire qu’elle voyait la clarté du jour. Nous nous tenions éveillés autour d’elle, et prêts à lui répondre quand, à tout moment, elle sortait de sa somnolence pour nous parler.

Les commencemens de cette existence bizarre me furent très pénibles. J’avais un impérieux besoin du peu de sommeil que je m’étais accordé précédemment. Je grandissais encore. Mon développement, contrarié par ce genre de vie, devenait une angoisse nerveuse indicible. Les excitans, que j’abhorrais comme antipathiques à ma tendance calme, me causaient des maux d’estomac et ne me réveillaient pas.

Mais la reprise de l’équitation imposée par Deschartres m’ayant fait en peu de jours une santé et une force nouvelles, je pus veiller et travailler sans stimulans comme sans fatigue, et c’est alors seulement que, sentant changer en moi mon organisation physique, je trouvai dans l’étude un plaisir et une facilité que je ne connaissais pas.

C’était mon confesseur, le curé de La Châtre, qui m’avait prêté le Génie du Christianisme. Depuis six semaines je n’avais pu me décider à le rouvrir, l’ayant fermé sur une page qui marquait une si vive douleur dans ma vie. Il me le redemanda. Je le priai d’attendre encore un peu et me résolus à le recommencer pour le lire en entier avec réflexion, ainsi qu’il me le recommandait.

Chose étrange, cette lecture destinée par mon confesseur à river mon esprit au catholicisme, produisit sur moi l’effet tout contraire de m’en détacher pour jamais. Je dévorai le livre, je l’aimai passionnément, fond et forme, défauts et qualités. Je le fermai, persuadée que mon âme avait grandi de cent coudées ; que cette lecture avait été pour moi un second effet du Tolle, lege de saint Augustin ; que désormais j’avais acquis une force de persuasion à toute épreuve, et que non-seulement je pouvais tout lire, mais encore que je devais étudier tous les philosophes, tous les profanes, tous les hérétiques, avec la douce certitude de trouver dans leurs erreurs la confirmation et la garantie de ma foi.

Un instant renouvelée dans mon ardeur religieuse, que l’isolement et la tristesse de ma situation avaient beaucoup refroidie, je sentis ma dévotion se redorer de tout le prestige de la poésie romantique. La foi ne se fit plus sentir comme une passion aveugle, mais comme une lumière éclatante. Jean Gerson m’avait tenue longtemps sous la cloche, doucement pesante, de l’humilité d’esprit, de l’anéantissement de toute réflexion, de l’absorption en Dieu et du mépris pour la science humaine, avec un salutaire mélange de crainte de ma propre faiblesse. L’Imitation de Jésus-Christ n’était plus mon guide. Le saint des anciens jours perdait son influence ; Chateaubriand l’homme de sentiment et d’enthousiasme, devenait mon prêtre et mon initiateur. Je ne voyais pas le poète sceptique, l’homme de la gloire mondaine, sous ce catholique dégénéré des temps modernes.

Ceci ne fut point ma faute, et je ne songeai pas à m’en confesser. Le confesseur lui-même avait mis le poison dans mes mains. Je m’en étais nourrie de confiance. L’abîme de l’examen était ouvert, et je devais y descendre, non comme Dante, sur le tard de la vie, mais à la fleur de mes ans et dans toute la clarté de mon premier réveil.

Hélas ! toi seul es logique, toi seul es réellement catholique, pécheur converti, assassin de Jean Huss, coupable et repentant Gerson ! C’est toi qui as dit :

« Mon fils, ne vous laissez point toucher par la beauté et la finesse des discours des hommes. Ne lisez jamais ma parole dans l’intention d’être plus habile ou plus sage. Vous profiterez plus à détruire le mal en vous-même qu’à approfondir des questions difficiles.

« Après beaucoup de lectures et de connaissances, il en faut toujours revenir à un seul principe : C’est moi qui donne la science aux hommes, et j’accorde aux petits une intelligence plus claire que les hommes n’en peuvent communiquer.

« Un temps viendra où Jésus-Christ, le maître des maîtres, le seigneur des anges, paraîtra pour entendre les leçons de tous les hommes, c’est-à-dire pour examiner la conscience de chacun. Alors, la lampe à la main, il visitera les recoins de Jérusalem, et ce qui était caché dans les ténèbres sera mis au jour, et les raisonnemens des hommes n’auront point de lieu.

« C’est moi qui élève un esprit humble, au point qu’il pénètre en un moment plus de secrets de la vérité éternelle, qu’un autre n’en apprendrait dans les écoles en dix années d’étude. — J’instruis sans bruit de paroles, sans mélange d’opinions, sans faste d’honneur et sans agitation d’argumens……

« Mon fils, ne sois point curieux, et ne te charge point de soins inutiles.

« Qu’est-ce que ceci ou cela vous regarde ? Pour vous, suivez-moi !

« En effet, que vous importe que celui-ci soit de telle ou telle humeur, que celui-là agisse ou parle de telle ou telle manière ?

« Vous n’avez point à répondre pour les autres. Vous rendrez compte pour vous-même. De quoi vous embarrassez-vous donc ?

« Je connais tous les hommes ; je vois tout ce qui se passe sous le soleil, et je sais l’état de chacun en particulier, ce qu’il pense, ce qu’il désire, à quoi tendent ses desseins……

« Ne vous mettez point en peine de choses qui sont une source de distractions et de grands obscurcissemens de cœur……………….

« Apprenez à obéir, poussière que vous êtes ! apprenez, terre et boue, à vous abaisser sous les pieds de tout le monde…………………………

« Demeure ferme et espère en moi, car que sont des paroles, sinon des paroles ? Elles frappent l’air, mais elles ne blessent point la pierre…………………………………………………

« L’homme a pour e nnemis ceux de sa propre maison, et il ne faut point ajouter foi à ceux qui diront : Le Christ est ici, ou il est là !………

« Ne te réjouis en aucune chose, mais dans le mépris de toi-même et dans l’accomplissement de ma seule volonté………

« Quitte-toi toi-même, et tu me trouveras. Demeure sans choix et sans propriété d’aucune chose, et tu gagneras ainsi beaucoup.

« Tu t’abandonneras ainsi toujours, à toute heure, dans les petites choses comme dans les grandes. Je n’excepte rien. Je veux, en tout, te trouver dégagé de tout.

« Quitte-toi, résigne-toi. Donne tout pour tout. Ne cherche rien, ne reprends rien, et tu me posséderas. Tu auras la liberté du cœur et les ténèbres ne t’offusqueront plus.

« Que tes efforts, et tes prières, et tes désirs aient pour but de te dépouiller de toute propriété, et de suivre nu, Jésus-Christ nu, de mourir à toi-même et de vivre éternellement à moi…….

« Rougissez, Sidon, dit la mer !…… Rougissez donc, serviteurs paresseux et plaintifs, de voir que les gens du monde sont plus ardens pour leur perte que vous ne l’êtes pour votre salut ! »

Voilà, non pas le véritable esprit de l’Évangile, mais la véritable loi du prêtre, la vraie prescription de l’Église orthodoxe : « Quitte-toi, abîme-toi, méprise-toi ; détruis ta raison, confonds ton jugement ; fuis le bruit des paroles humaines. Rampe, et fais-toi poussière sous la loi du mystère divin ; n’aime rien, n’étudie rien, ne sache rien, ne possède rien, ni dans tes mains, ni dans ton âme. Deviens une abstraction fondue et prosternée dans l’abstraction divine ; méprise l’humanité, détruis la nature ; fais de toi une poignée de cendres, et tu seras heureux. Pour avoir tout, il faut tout quitter. » Ainsi se résume ce livre à la fois sublime et stupide, qui peut faire des saints, mais qui ne fera jamais un homme.

J’ai dit sans aigreur et sans dédain, j’espère, les délices de la dévotion contemplative. Je n’ai point combattu en moi le souvenir tendre et reconnaissant de l’éducation monastique. J’ai jugé le passé de mon cœur avec mon cœur. Je chéris et bénis encore les êtres qui m’ont plongée dans ces extases par le doux magnétisme de leur angélique simplicité. On me pardonnera bien, par la suite, à quelque croyance qu’on appartienne, de me juger moi-même et d’analyser l’essence des choses dont on m’a nourrie.

Si on ne me le pardonnait pas, je n’en serais pas moins sincère. Ce livre n’est pas une protestation systématique. Dieu me garde d’altérer pour moi, par un parti pris d’avance, le charme de mes propres souvenirs ; mais c’est l’histoire de ma vie, et, dans tout ce que j’en veux dire, je veux être vraie.

Je n’hésiterai donc pas à le dire : Le catholicisme de Jean Gerson est anti-évangélique, et, pris au pied de la lettre, c’est une doctrine d’abominable égoïsme. Je m’en aperçus le jour où je le comparai, non avec le Génie du Christianisme, qui est un livre d’art, et nullement un livre de doctrine, mais avec toutes les pensées que ce livre d’art me suggéra. Je sentis qu’il y avait une lutte ouverte en moi, et complète, entre l’esprit et le résultat de ces deux lectures. D’un côté, l’annihilation absolue de l’intelligence et du cœur en vue du salut personnel ; de l’autre, le développement de l’esprit et du sentiment, en vue de la religion commune.

Je relus alors l’Imitation dans l’exemplaire que m’avait donné Marie Alicia, et qui est encore là sous mes yeux, avec le nom, écrit de cette main chérie et vénérée. — Je savais par cœur ce chef-d’œuvre de forme et d’éloquente concision. Il m’avait charmée et persuadée de tous points ; mais la logique est puissante dans le cœur des enfans. Ils ne connaissent pas le sophisme et les capitulations de conscience. L’Imitation est le livre du cloître par excellence, c’est le code du tonsuré. Il est mortel à l’âme de quiconque n’a pas rompu avec la société des hommes et les devoirs de la vie humaine. Aussi avais-je rompu, dans mon âme et dans ma volonté, avec les devoirs de fille, de sœur, d’épouse et de mère ; je m’étais dévouée à l’éternelle solitude en buvant à cette source de béate personnalité.

En le relisant après le Génie du Christianisme, il me sembla entièrement nouveau, et je vis toutes les conséquences terribles de son application dans la pratique de la vie. Il me commandait d’oublier toute affection terrestre, d’éteindre toute pitié dans mon sein, de briser tous les liens de la famille, de n’avoir en vue que moi-même et de laisser tous les autres au jugement de Dieu. Je commençai à être effrayée et à me repentir sérieusement d’avoir marché entre la famille et le cloître sans prendre un parti décisif. Trop sensible au chagrin de mes parens ou au besoin qu’ils pouvaient avoir de moi, j’avais été irrésolue, craintive. J’avais laissé mon zèle se refroidir, ma résolution vaciller et se changer en un vague désir mêlé d’impuissans regrets. J’avais fait de nombreuses concessions à ma grand’mère, qui voulait me voir instruite et lettrée. J’étais le serviteur paresseux et plaintif, qui ne se veut point dégager de toute affection charnelle et de toute condescendance particulière. J’avais donc répudié la doctrine, à partir du jour où, cédant aux ordres de mon directeur, j’étais devenue gaie, affectueuse, obligeante avec mes compagnes, soumise et dévouée envers mes parens. Tout était coupable en moi, même mon admiration pour sœur Hélène, même mon amitié pour Marie Alicia, même ma sollicitude pour ma grand’mère infirme… Tout était criminel dans ma conscience et dans ma conduite. — Ou bien le livre, le divin livre avait menti.

Pourquoi donc alors le docte et savant abbé de Prémord, qui me voulait aimante et charitable, pourquoi ma douce mère Alicia, qui repoussait l’idée de ma vocation religieuse, m’avaient-ils donné et recommandé ce livre ? Il y avait là une inconséquence énorme ; car, sans m’amener à la pratique véritable de l’insensibilité pour les autres, le livre m’avait fait du mal. Il m’avait tenue dans un juste milieu entre l’inspiration céleste et les sollicitudes terrestres. Il m’avait empêchée d’embrasser avec franchise les goûts de la vie domestique et les aptitudes de la famille. Il m’avait amenée à une morne révolte intérieure, dont ma soumission passive était la manifestation, trop cruelle si elle eût été comprise ! J’avais trompé ma grand’mère par le silence, quand elle croyait m’avoir convaincue. Et qui sait si ses chagrins, ses susceptibilités, ses injustices n’avaient pas rencontré en moi une cause secrète qui les légitimait, encore qu’elle l’ignorât ? Elle avait souvent trouvé mes caresses froides et mes promesses évasives. Peut-être avait-elle senti en moi, sans pouvoir s’en rendre compte, un obstacle à la sécurité de sa tendresse.

De plus en plus épouvantée par mes réflexions, je m’affligeai profondément de la faiblesse de mon caractère et de l’obscurcissement de mon esprit, qui ne m’avaient pas permis de suivre une route évidente et droite. J’étais d’autant plus désolée que je m’avisais de cela alors qu’il était trop tard pour le réparer, et au lendemain du malheureux jour où ma grand’mère avait perdu la faculté de comprendre mon retour à ses idées sur mon présent et mon avenir.

Tout était consommé maintenant ; qu’elle vécût infirme de corps et d’âme pendant un an ou dix, ma place assidue était bien marquée à ses côtés ; mais pour la suite de mon existence, il me fallait faire un choix entre le ciel et la terre ; ou la manne d’ascétisme dont je m’étais à moitié nourrie était un aliment pernicieux dont il fallait à tout jamais me débarrasser, ou bien le livre avait raison, je devais repousser l’art et la science, et la poésie et le raisonnement, et l’amitié et la famille, passer les jours et les nuits, en extase et en prières auprès de ma moribonde, et de là, divorcer avec toutes choses et m’envoler vers les lieux saints pour ne jamais redescendre dans le commerce de l’humanité.

Voici ce que Chateaubriand répondait à ma logique exaltée :

« Les défenseurs des chrétiens tombèrent (au dix-huitième siècle) dans une faute qui les avait déjà perdus. Ils ne s’aperçurent pas qu’il ne s’agissait plus de discuter tel ou tel dogme, puisqu’on rejetait absolument les bases. En partant de la mission de Jésus-Christ, et remontant de conséquence en conséquence, ils établissaient sans doute fort solidement les vérités de la foi ; mais cette manière d’argumenter, bonne au dix-septième siècle, lorsque le fond n’était point contesté, ne valait plus rien de nos jours. Il fallait prendre la route contraire, passer de l’effet à la cause, ne pas prouver que le christianisme est excellent parce qu’il vient de Dieu, mais qu’il vient de Dieu parce qu’il est excellent…………………………… Il fallait prouver que, de toutes les religions qui ont jamais existé, la religion chrétienne est la plus poétique, la plus humaine, la plus favorable à la liberté, aux arts et aux lettres. On devait montrer qu’il n’y a rien de plus divin que sa morale ; rien de plus aimable, de plus pompeux que ses dogmes, sa doctrine et son culte. On devait dire qu’elle favorise le génie, épure le goût, développe les passions vertueuses, donne de la vigueur à la pensée……. qu’il n’y a point de honte à croire avec Newton et Bossuet, Pascal et Racine ; enfin il fallait appeler tous les enchantemens de l’imagination et tous les intérêts du cœur au secours de cette même religion contre laquelle on les avait armés……

« Mais, n’y a-t-il pas de danger à envisager la religion sous un jour parfaitement humain ? Et pourquoi ? Notre religion craint-elle la lumière ? Une grande preuve de sa céleste origine, c’est qu’elle souffre l’examen le plus sévère et le plus minutieux de la raison. Veut-on qu’on nous fasse éternellement le reproche de cacher nos dogmes dans une nuit sainte, de peur qu’on découvre la fausseté ? Le christianisme sera-t-il moins vrai parce qu’il paraîtra plus beau ? Bannissons une frayeur pusillanime. Par excès de religion, ne laissons pas la religion périr. Nous ne sommes plus dans le temps où il était bon de dire : Croyez, et n’examinez pas. On examinera malgré nous, et notre silence timide, augmentant le triomphe des incrédules, diminuera le nombre des fidèles. »

On voit que la question était bien nettement posée devant mes yeux. D’une part, abrutir en soi-même tout ce qui n’est pas la contemplation immédiate de Dieu seul ; de l’autre chercher autour de soi et s’assimiler tout ce qui peut donner à l’âme des élémens de force et de vie pour rendre gloire à Dieu. L’alpha et l’oméga de la doctrine. « Soyons boue et poussière ; soyons flamme et lumière. — N’examinez rien si vous voulez croire. — Pour tout croire, il faut tout examiner. » À qui entendre ?

L’un de ces livres était-il complètement hérétique ? Lequel ? Tous deux m’avaient été donnés par les directeurs de ma conscience. Il y avait donc deux vérités contradictoires dans le sein de l’Église ? Chateaubriand proclamait la vérité relative. Gerson la déclarait absolue.

J’étais dans de grandes perplexités. Au galop de Colette, j’étais tout Chateaubriand. À la clarté de ma lampe, j’étais tout Gerson, et me reprochais le soir mes pensées du matin.

Une considération extérieure donna la victoire au néo-chrétien. Ma grand’mère avait été de nouveau, pendant quelques jours, en danger de mort. Je m’étais cruellement tourmentée de l’idée qu’elle ne se réconcilierait pas avec la religion et mourrait sans sacremens ; mais, bien qu’elle eût été parfois en état de m’entendre, je n’avais pas osé lui dire un mot qui pût l’éclairer sur son état et la faire condescendre à mes désirs. Ma foi m’ordonnait cependant impérieusement cette tentative : mon cœur me l’interdisait avec plus d’énergie encore.

J’eus d’affreuses angoisses à ce sujet, et tous mes scrupules et cas de conscience du couvent me revinrent. Après des nuits d’épouvante et des jours de détresse, j’écrivis à l’abbé de Prémord pour lui demander de me dicter ma conduite et lui avouer toutes les faiblesses de mon affection filiale. Loin de les condamner, l’excellent homme les approuva : « Vous avez mille fois bien agi, ma pauvre enfant, en gardant le silence, m’écrivait-il dans une longue lettre pleine de tolérance et de suavité. Dire à votre grand’mère qu’elle était en danger, c’eût été la tuer. Prendre l’initiative dans l’affaire délicate de sa conversion, cela serait contraire au respect que vous lui devez. Une telle inconvenance eût été vivement sentie par elle, et l’eût peut-être éloignée sans retour des sacremens. Vous avez été bien inspirée de vous taire et de pr ier Dieu de l’assister directement. N’ayez jamais d’effroi quand c’est votre cœur qui vous conseille : le cœur ne peut pas se tromper. Priez toujours, espérez, et, quelle que soit la fin de votre pauvre grand’mère, comptez sur la sagesse et la miséricorde infinies. Tout votre devoir auprès d’elle est de continuer à l’entourer des plus tendres soins. En voyant votre amour, votre modestie, l’humilité et, si je puis parler ainsi, la discrétion de votre foi, elle voudra peut-être, pour vous récompenser, répondre à votre secret désir et faire acte de foi elle-même. Croyez à ce que je vous ai toujours dit : Faites aimer en vous la grâce divine. C’est la meilleure exhortation qui puisse sortir de nous. »

Ainsi, l’aimable et vertueux vieillard transigeait aussi avec les affections humaines. Il laissait percer l’espoir du salut de ma grand’mère, dût-elle mourir sans réconciliation officielle avec l’Église, dût-elle mourir même sans y avoir songé ! Cet homme était un saint, un vrai chrétien, dirai-je, quoique jésuite, ou parce que jésuite ?

Soyons équitables. Au point de vue politique, en tant que républicains, nous haïssons ou redoutons cette secte éprise de pouvoir et jalouse de domination. Je dis secte en parlant des disciples de Loyola, car c’est une secte, je le soutiens. C’est une importante modification à l’orthodoxie romaine. C’est une hérésie bien conditionnée. Elle ne s’est jamais déclarée telle, voilà tout. Elle a sapé et conquis la papauté sans lui faire une guerre apparente, mais elle s’est ri de son infaillibilité tout en la déclarant souveraine. Bien plus habile en cela que toutes les autres hérésies, et partant, plus puissante et plus durable.

Oui, l’abbé de Prémord était plus chrétien que l’Église intolérante, et il était hérétique parce qu’il était jésuite. La doctrine de Loyola est la boîte de Pandore. Elle contient tous les maux et tous les biens. Elle est une assise de progrès et un abîme de destruction, une loi de vie et de mort. Doctrine officielle, elle tue, doctrine cachée, elle ressuscite ce qu’elle a tué.

Je l’appelle doctrine, qu’on ne me chicane pas sur les mots, je dirai esprit de corps, tendance d’institution, si l’on veut ; son esprit dominant et agissant consiste surtout à ouvrir à chacun la voie qui lui est propre. C’est pour elle que la vérité est souverainement relative, et ce principe une fois admis dans le secret des consciences, l’Église catholique est renversée.

Cette doctrine tant discutée, tant décriée, tant signalée à l’horreur des hommes de progrès, est encore dans l’Église la dernière arche de la foi chrétienne. Derrière elle, il n’y a que l’absolutisme aveugle de la papauté. Elle est la seule religion praticable pour ceux qui ne veulent pas rompre avec Jésus-Christ Dieu. L’Église romaine est un grand cloître où les devoirs de l’homme en société sont inconciliables avec la loi du salut. Qu’on supprime l’amour et le mariage, l’héritage et la famille, la loi du renoncement catholique est parfaite. Son code est l’œuvre du génie de la destruction ; mais dès qu’elle admet une autre société que la communauté monastique, elle est un labyrinthe de contradictions et d’inconséquences. Elle est forcée de se mentir à elle-même et de permettre à chacun ce qu’elle défend à tous.

Alors, pour quiconque réfléchit, la foi est ébranlée. Mais arrive le jésuite, qui dit à l’âme troublée : « Va comme tu peux et selon tes forces. La parole de Jésus est éternellement accessible à l’interprétation de la conscience éclairée. Entre l’Église et toi, il nous a envoyés pour lier ou délier. Crois en nous, donne-toi à nous, qui sommes une nouvelle Église dans l’Église : une Église tolérée et tolérante, une planche de salut entre la règle et le fait. Nous avons découvert le seul moyen d’asseoir sur une base quelconque la diffusion et l’incertitude des croyances humaines. Ayant bien reconnu l’impossibilité d’une vérité absolue dans la pratique, nous avons découvert la vérité applicable à tous les cas, à tous les fidèles. Cette vérité, cette base, c’est l’intention. L’intention est tout, le fait n’est rien. Ce qui est mal peut être bien, et réciproquement, selon le but qu’on se propose. »

Ainsi, Jésus avait parlé à ses disciples dans la sincérité de son cœur tout divin, quand il leur avait dit : « L’esprit vivifie, la lettre tue. Ne faites pas comme ces hypocrites et ces stupides qui font consister toute la religion dans les pratiques du jeûne et de la pénitence extérieure. Lavez vos mains et repentez-vous dans vos cœurs. »

Mais Jésus n’avait eu que des paroles de vie d’une extension immense. Le jour où la papauté et les conciles s’étaient déclarés infaillibles dans l’interprétation de cette parole, il l’avait tuée, ils s’étaient substitués à Jésus-Christ. Ils s’étaient octroyé la divinité. Aussi, forcément entraînés à condamner au feu, en ce monde et en l’autre, tout ce qui se séparait de leur interprétation et des préceptes qui en découlent, ils avaient rompu avec le vrai christianisme, brisé le pacte de miséricorde infinie de la part de Dieu, de tendresse fraternelle entre tous les hommes, et substitué au sentiment évangélique si humain et si vaste le sentiment farouche et despotique du moyen âge.

En principe, la doctrine des jésuites était donc comme son nom l’indique, un retour à l’esprit véritable de Jésus, une hérésie déguisée, par conséquent, puisque l’Église a baptisé ainsi toute protestation secrète ou déclarée contre ses arrêts souverains. Cette doctrine insinuante et pénétrante avait tourné la difficulté de concilier les arrêts de l’orthodoxie avec l’esprit de l’Évangile. Elle avait rajeuni les forces du prosélytisme en touchant le cœur et en rassurant l’esprit, et tandis que l’Église disait à tous : « Hors de moi point de salut ! » le jésuite disait à chacun : « Quiconque fait de son mieux et selon sa conscience sera sauvé. »

Dirai-je maintenant pourquoi Pascal eut raison de flétrir Escobar et sa séquelle ? C’est bien inutile ; tout le monde le sait et le sent de reste : comment une doctrine qui eût pu être si généreuse et si bien faisante est devenue entre les mains de certains hommes, l’athéisme et la perfidie, ceci est de l’histoire réelle et rentre dans la triste fatalité des faits humains. Les pères de l’Église jésuitique espagnole ont, du moins sur certains papes de Rome, l’avantage pour nous de n’avoir pas été déclarés infaillibles par des pouvoirs absolus, ni reconnus pour tels par une notable portion du genre humain. Ce n’est jamais par les résultats historiques qu’il faut juger la pensée des institutions. À ce compte, il faudrait proscrire l’Évangile même, puisqu’en son nom tant de monstres ont triomphé, tant de victimes ont été immolées, tant de générations ont passé courbées sous le joug de l’esclavage. Le même suc, extrait à doses inégales du sein d’une plante, donne la vie ou la mort. Ainsi de la doctrine des jésuites, ainsi de la doctrine de Jésus lui-même.

L’institut des jésuites, car c’est ainsi que s’intitula modestement cette secte puissante, renfermait donc implicitement ou explicitement dans le principe une doctrine de progrès et de liberté. Il serait facile de le démontrer par des preuves, mais ceci m’entraînerait trop loin, et je ne fais point ici une controverse. Je résume une opinion et un sentiment personnels, appuyés en moi sur un ensemble de leçons, de conseils et de faits que je ne pourrai pas tous dire (car si le confesseur doit le secret au pénitent, le pénitent doit au confesseur, même au delà de la tombe, le silence de la loyauté sur certaines décisions qui pourraient être mal interprétées), mais cet ensemble d’expériences personnelles me persuade que je ne juge ni avec trop de partialité de cœur, ni avec trop de sévérité de conscience la pensée mère de cette secte. Si on la juge dans le présent, je sais comme tout le monde ce qu’elle renferme désormais de dangers politiques et d’obstacles au progrès ; mais si on la juge comme pensée ayant servi de corps à un ensemble de progrès, on ne peut nier qu’elle n’ait fait faire de grands pas à l’esprit humain et qu’elle n’ait beaucoup souffert, au siècle dernier, pour le principe de la liberté intellectuelle et morale, de la part des apôtres de la liberté philosophique ; mais ainsi va le monde sous la loi déplorable d’un malentendu perpétuel. Trop de besoins d’affranchissement se pressent et s’encombrent sur la route de l’avenir, dans des moments donnés de l’histoire des hommes, et qui voit son but sans voir celui du travailleur qu’il coudoie croit souvent trouver un obstacle là où il eût trouvé un secours.

Les jésuites se piquaient d’envisager les trois faces de la perfection : religieuse, politique, sociale. Ils se trompaient ; leur institut même, par ses lois essentiellement théocratiques, et par son côté ésotérique, ne pouvait affranchir l’intelligence qu’en liant le corps, la conduite, les actions (per inde ac cadaver). Mais quelle doctrine a dégagé jusqu’ici le grand inconnu de cette triple recherche ?

Je demande pardon de cette digression un peu longue. Avouer de la prédilection pour les jésuites est, au temps où nous vivons, une affaire délicate. On risque fort, quand on a ce courage, d’être soupçonné de duplicité d’esprit. J’avoue que je ne m’embarrasse guère d’un tel soupçon.

Entre l’Imitation de Jésus-Christ et le Génie du Christianisme, je me trouvai donc dans de grandes perplexités, comme dans l’affaire de ma conduite chrétienne auprès de ma grand’mère philosophe. Dès qu’elle fut hors de danger, je demandai l’intervention du jésuite pour résoudre la difficulté nouvelle. Je me sentais attirée vers l’étude par une soif étrange, vers la poésie par un instinct passionné, vers l’examen par une foi superbe.

« Je crains que l’orgueil ne s’empare de moi, écrivais-je à l’abbé de Prémord. Il est encore temps pour moi de revenir sur mes pas, d’oublier toutes ces pompes de l’esprit dont ma grand’mère était avide, mais dont elle ne jouira plus et qu’elle ne songera plus à me demander. Ma mère y sera fort indifférente. Aucun devoir immédiat ne me pousse donc plus vers l’abîme, si c’est, en effet, un abîme, comme l’esprit d’a Kempis[26] me le crie dans l’oreille. Mon âme est fatiguée et comme assoupie. Je vous demande la vérité. Si ce n’est qu’une satisfaction à me refuser, rien de plus facile que de renoncer à l’étude ; mais si c’est un devoir envers Dieu, envers mes frères ?… Je crains ici, comme toujours, de m’arrêter à quelque sottise. »

L’abbé de Prémord avait la gaîté de sa force et de sa sérénité. Je n’ai pas connu d’âme plus pure et plus sûre d’elle-même. Il me répondit cette fois avec l’aimable enjouement qu’il avait coutume d’opposer aux terreurs de ma conscience.

« Mon cher casuiste, me disait-il, si vous craignez l’orgueil, vous avez donc déjà de l’amour-propre ? Allons, c’est un progrès sur vos timeurs accoutumées. Mais, en vérité, vous vous pressez beaucoup ! À votre place, j’attendrais, pour m’examiner sur le chapitre de l’orgueil, que j’eusse déjà assez de savoir pour donner lieu à la tentation ; car, jusqu’ici, je crains bien qu’il n’y ait pas de quoi. Mais, tenez, j’ai tout à fait bonne idée de votre bon sens, et me persuade que quand vous aurez appris quelque chose, vous verrez d’autant mieux ce qui vous manque pour savoir beaucoup. Laissez donc la crainte de l’orgueil aux imbéciles. La vanité, qu’est-ce que cela pour les cœurs fidèles ! Ils ne savent ce que c’est. — Étudiez, apprenez, lisez tout ce que votre grand’mère vous eût permis de lire. Vous m’avez écrit qu’elle vous avait indiqué dans sa bibliothèque tout ce qu’une jeune personne pure doit laisser de côté et n’ouvrir jamais. En vous disant cela, elle vous en a confié les clés. J’en fais autant. J’ai en vous la plus entière confiance, et mieux fondée encore, moi qui sais le fond de votre cœur et de vos pensées. Ne vous faites pas si gros et si terribles tous ces esprits forts et beaux-esprits mangeurs d’enfans. On peut aisément troubler les faibles en calomniant les gens d’église ; mais peut-on calomnier Jésus et sa doctrine ? Laissez passer toutes les invectives contre nous. Elles ne prouvent pas plus contre lui que ne prouveraient nos fautes, si ce blâme était mérité. Lisez les poètes. Tous sont religieux. Ne craignez pas les philosophes, tous sont impuissans contre la foi. Et si quelque doute, quelque peur s’élève dans votre esprit, fermez ces pauvres livres, relisez un ou deux versets de l’Évangile, et vous vous sentirez docteur à tous ces docteurs. »

Ainsi parlait ce vieillard exalté, naïf et d’un esprit charmant, à une pauvre fille de dix-sept ans, qui lui avouait la faiblesse de son caractère et l’ignorance de son esprit. Était-ce bien prudent, pour un homme qui se croyait parfaitement orthodoxe ? Non, certes ; c’était bon, c’était brave et généreux. Il me poussait en avant comme l’enfant poltron à qui l’on dit : Ce n’est rien, ce qui t’effraie. Regarde et touche. C’est une ombre, une vaine apparence, un risible épouvantail. Et, en effet, la meilleure manière de fortifier le cœur et de rassurer l’esprit, c’est d’enseigner le mépris du danger et d’en donner l’exemple.

Mais ce procédé, si certain dans le domaine de la réalité, est-il applicable aux choses abstraites ? La foi d’un néophyte peut-elle être soumise ainsi d’emblée aux grandes épreuves ?

Mon vieil ami suivait avec moi la méthode de son institution : il la suivait avec candeur, car il n’est rien de plus candide qu’un jésuite né candide. On le développe dans ce sens pour le bien, et on l’exploite dans ce même sens pour le mal, selon que la pensée de l’ordre est dans la bonne ou dans la mauvaise voie de sa politique.

Il me voyait capable d’effusion intellectuelle, mais entravée par une grande rigidité de conscience, qui pouvait me rejeter dans la voie étroite du vieux catholicisme. Or, dans la main du jésuite, tout être pensant est un instrument qu’il faut faire vibrer dans le concert qu’il dirige. L’esprit du corps suggère à ses meilleurs membres un grand fond de prosélytisme, qui chez les mauvais est vanité ardente, mais toujours collective. Un jésuite qui, rencontrant une âme douée de quelque vitalité, la laisserait s’étioler ou s’annihiler dans une quiétude stérile, aurait manqué à son devoir et à sa règle. Ainsi M. de Chateaubriand faisait peut-être à dessein, peut-être sans le savoir, l’affaire des jésuites, en appelant les enchantemens de l’esprit et les intérêts du cœur au secours du christianisme. Il était héroïque, il était novateur, il était mondain ; il était confiant et hardi avec eux, ou à leur exemple.

Après avoir lu avec entraînement, je savourai donc son livre avec délices, rassurée enfin par mon bon père et criant à mon âme inquiète : En avant ! en avant ! Et puis je me mis aux prises sans façon avec Mably, Locke, Condillac, Montesquieu, Bacon, Bossuet, Aristote, Leibnitz, Pascal, Montaigne, dont ma grand’mère elle-même m’avait marqué les chapitres et les feuillets à passer. Puis, vinrent les poètes ou les moralistes : La Bruyère, Pope, Milton, Dante, Virgile, Shakspeare, que sais-je ? Le tout sans ordre et sans méthode, comme ils me tombèrent sous la main, et avec une facilité d’intuition que je n’ai jamais retrouvée depuis, et qui est même en dehors de mon organisation lente à comprendre. La cervelle était jeune, la mémoire toujours fugitive, mais le sentiment rapide et la volonté tendue. Tout cela était à mes yeux une question de vie et de mort, à savoir, si après avoir compris tout ce que je pouvais me proposer à comprendre, j’irais à la vie du monde ou à la mort volontaire du cloître.

Il s’agit bien, pensais-je, de prouver ma vocation dans des bals et des parures comme on contraint Elisa à le faire ! Moi qui déteste ces choses par elles-mêmes, plus j’aurai vu les amusements puérils et supporté les fatigues du monde, moins je serai sûre que c’est mon zèle et non ma paresse qui me rejette dans la paix du monastère. Mon épreuve n’est donc pas là. (En ceci j’avais bien raison et ne me trompais pas sur moi-même.) Elle est dans l’examen de la vérité religieuse et morale. Si je résiste à toutes les objections du siècle, sous forme de raisonnement philosophique, ou sous forme d’imagination de poète, je saurai que je suis digne de me vouer à Dieu seul.

Si je voulais rendre compte de l’impression de chaque lecture et en dire les effets sur moi, j’entreprendrais là un livre de critique qui pourrait faire bien des volumes ; mais qui les lirait en ce temps-ci ? Et ne mourrais-je pas avant de l’avoir fini ?

D’ailleurs, le souvenir de tout cela n’est plus assez net en moi, et je risquerais de mettre mes impressions présentes dans mon récit du passé. Je ferai donc grâce aux gens pour qui j’écris des détails personnels de cette étrange éducation, et j’en résumerai le résultat par époques successives.

Je lisais, dans les premiers temps, avec l’audace de conviction que m’avait suggérée mon bon abbé. Armée de toutes pièces, je me défendais aussi vaillament qu’il était permis à mon ignorance. Et puis, n’ayant pas de plan, entremêlant dans mes lectures les croyans et les opposans, je trouvais dans les premiers le moyen de répondre aux derniers. La métaphysique ne m’embarrassait guère, je la comprenais fort peu, en ce sens qu’elle ne concluait jamais rien pour moi. Quand j’avais plié mon entendement, docile comme la jeunesse, à suivre les abstractions, je ne trouvais que vide ou incertitude dans les conséquences. Mon esprit était et a toujours été trop vulgaire et trop peu porté aux recherches scientifiques pour avoir besoin de demander à Dieu l’initiation de mon âme aux grands mystères. J’étais un être de sentiment, et le sentiment seul tranchait sur moi les questions à mon usage, qui toute expérience faite, devinrent bientôt les seules questions à ma portée.

Je saluai donc respectueusement les métaphysiciens ; et tout ce que je peux dire à ma louange, à propos d’eux, c’est que je m’abstins de regarder comme vaine et ridicule une science qui fatiguait trop mes facultés. Je n’ai pas à me reprocher d’avoir dit alors : « À quoi bon la métaphysique ? » J’ai été un peu plus superbe quand, plus tard, j’y ai regardé davantage. Je me suis réconciliée, plus tard encore, avec elle, en voyant encore un peu mieux. Et en somme, je dis aujourd’hui que c’est la recherche d’une vérité à l’usage des grands esprits, et que, n’étant pas de cette race, je n’en ai pas grand besoin. Je trouve ce qu’il me faut dans les religions et les philosophies qui sont ses filles, ses incarnations, si l’on veut.

Alors, comme aujourd’hui, mordant mieux à la philosophie, et surtout à la philosophie facile du dix-huitième siècle, qui était encore celle de mon temps, je ne me sentis ébranlée par rien et par personne. Mais Rousseau arriva, Rousseau, l’homme de passion et de sentiment par excellence, et je fus enfin entamée.

Étais-je encore catholique au moment où, après avoir réservé, comme par instinct, Jean-Jacques pour la bonne bouche, j’allais subir enfin le charme de son raisonnement ému et de sa logique ardente ? Je ne le pense pas. Tout en continuant à pratiquer cette religion, tout en refusant de rompre avec ses formules commentées à ma guise, j’avais quitté, sans m’en douter le moins du monde, l’étroit sentier de sa doctrine. J’avais brisé à mon insu, mais irrévocablement, avec toutes ses conséquences sociales et politiques. L’esprit de l’Église n’était plus en moi : il n’y avait peut-être jamais été.

Les idées étaient en grande fermentation à cette époque. L’Italie et la Grèce combattaient pour leur liberté nationale. L’Église et la monarchie se prononçaient contre ses généreuses tentatives. Les journaux royalistes de ma grand’mère tonnaient contre l’insurrection, et l’esprit prêtre, qui eût dû embrasser la cause des chrétiens d’Orient, s’évertuait à prouver les droits de l’empire turc. Cette monstrueuse inconséquence, ce sacrifice de la religion à l’intérêt politique me révoltaient étrangement. L’esprit libéral devenait pour moi synonyme de sentiment religieux. Je n’oublierai jamais, je ne peux jamais oublier que l’élan chrétien me poussa résolument, pour la première fois, dans le camp du progrès, dont je ne devais plus sortir.

Mais déjà, et depuis mon enfance, l’idéal religieux et l’idéal pratique avaient prononcé au fond de mon cœur et fait sortir de mes lèvres, aux oreilles effarouchées du bon Deschartres, le mot sacré d’égalité. La liberté, je ne m’en souciais guère alors, ne sachant ce que c’était, et n’étant pas disposée à me l’accorder plus tard à moi-même. Du moins, ce qu’on appelait la liberté civile ne me disait pas grand’chose. Je ne la comprenais pas sans l’égalité absolue et la fraternité chrétienne. Il me semblait, et il me semble encore, je l’avoue, que ce mot de liberté placé dans la formule républicaine, en tête des deux autres, aurait dû être à la fin, et pouvait même être supprimé comme un pleonasme.

Mais la liberté nationale, sans laquelle il n’est ni fraternité ni égalité à espérer, je la comprenais fort bien, et la discuter équivalait pour moi à la théorie du brigandage, à la proclamation impie et farouche du droit du plus fort.

Il ne fallait pas être un enfant bien merveilleusement doué, ni une jeune fille bien intelligente pour en venir là. Aussi étais-je confondue et révoltée de voir mon ami Deschartres, qui n’était ni dévot ni religieux en aucune façon, combattre à la fois la religion dans la question des Hellènes et la philosophie dans la question du progrès. Le pédagogue n’avait qu’une idée, qu’une loi, qu’un besoin, qu’un instinct, l’autorité absolue en face de la soumission aveugle. Faire obéir à tout prix ceux qui doivent obéir, tel était son rêve ; mais pourquoi les uns devaient-ils commander aux autres ? Voilà à quoi lui, qui avait du savoir et de l’intelligence pratique, ne répondait jamais que par des sentences creuses et des lieux communs pitoyables.

Nous avions des discussions comiques, car il n’y avait pas moyen pour moi de les trouver sérieuses avec un esprit si baroque et si têtu sur certains points. Je me sentais trop forte de ma conscience pour être ébranlée et, par conséquent, dépitée un instant par ses paradoxes. Je me souviens qu’un jour, dissertant avec feu sur le droit divin du sultan (je crois, Dieu me pardonne, qu’il n’eût pas refusé la sainte ampoule au Grand Turc, tant il prenait à cœur la victoire du maître sur les écoliers mutins), il s’embarrassa le pied dans sa pantoufle et tomba tout de son long sur le gazon, ce qui ne l’empêcha pas d’achever sa phrase ; après quoi il dit fort gravement en s’essuyant les genoux : « Je crois vraiment que je suis tombé. — Ainsi tombera l’empire ottoman, » lui répondis-je en riant de sa figure préoccupée. Il prit le parti de rire aussi, mais non sans un reste de colère, et en me traitant de jacobine, de régicide, de philhellène et de Bonapartiste, toutes injures anonymes dans son horreur pour la contradiction.

Il était cependant pour moi d’une bonté toute paternelle, et tirait une grande gloriole de mes études, qu’il s’imaginait diriger encore parce qu’il en discutait l’effet.

Quand j’étais embarrassée de rencontrer dans Leibnitz ou Descartes les argumens mathématiques, lettres closes pour moi, mêlés à théologie et à la philosophie, j’allais le trouver, et je le forçais de me faire comprendre par des analogies ces points inabordables. Il y portait une grande adresse, une grande clarté, une véritable intelligence de professeur. Après quoi, voulant conclure pour ou contre le livre, il battait la campagne et retombait dans ses vieilles rengaines.

J’étais donc, en politique, tout à fait hors du sein de l’Église, et ne songeais pas du tout à m’en fourmenter ; car nos religi euses n’avaient pas d’opinion sur les affaires de la France, et ne m’avaient jamais dit que la religion commandât de prendre parti pour ou contre quoi que ce soit. Je n’avais rien vu, rien lu, rien entendu dans les enseignemens religieux qui me prescrivît, dans cet ordre d’idées, de demander au spirituel l’appréciation du temporel. Mme de Pontcarré, très passionnée légitimiste, très ennemie des doctrinaires d’alors, qu’elle traitait aussi de Jacobins, m’avait étonnée par son besoin d’identifier la religion à la monarchie absolue. M. de Chateaubriand, dans ses brochures que je lisais avidement, identifiait aussi le trône et l’autel ; mais cela ne m’avait pas influencée notablement. Chateaubriand me touchait comme littérateur, et ne me pénétrait pas comme chrétien. Son œuvre, où j’avais passé à dessein l’épisode de Réné, comme un hors-d’œuvre à lire plus tard, ne me plaisait déjà plus que comme initiation à la poésie des œuvres de Dieu et des grands hommes.

Mably m’avait fort mécontentée. Pour moi, c’était une déception perpétuelle que ces élans de franchise et de générosité, arrêtés sans cesse par le découragement en face de l’application. « À quoi bon ces beaux principes, me disais-je, s’ils doivent être étouffés par l’esprit de modération ? Ce qui est vrai, ce qui est juste doit être observé et appliqué sans limites. »

J’avais l’ardeur intolérante de mon âge. Je jetais le livre au beau milieu de la chambre, ou au nez de Deschartres, en lui disant que cela était bon pour lui, et il me le renvoyait de même, disant qu’il ne voulait pas accepter un pareil brouillon, un si dangereux révolutionnaire.

Leibnitz me paraissait le plus grand de tous : mais qu’il était dur à avaler quand il s’élevait de trente atmosphères au-dessus de moi ! Je me disais avec Fontenelle, en changeant le point de départ de sa phrase sceptique : « Si j’avais bien pu le comprendre, j’aurais vu le bout des matières, ou qu’elles n’ont point de bout ! »

« Et que m’importe, après tout, disais-je, les monades, les unités, l’harmonie préétablie et sacrosancta Trinitas per nova inventa logica defensa, les esprits qui peuvent dire MOI, le carré des vitesses, la dynamique, le rapport des sinus d’incidence et de réfraction, et tant d’autres subtilités où il faut être à la fois grand théologien et grand savant, même pour s’y méprendre ! »[27].

Je me mettais à rire aux éclats toute seule de ma prétention à vouloir profiter de ce que je n’entendais pas. Mais cette entraînante préface de la Théodicée, qui résumait si bien les idées de Chateaubriand et les sentimens de l’abbé de Prémord sur l’utilité et même la nécessité du savoir, venait me relancer.

« La véritable piété, et même la véritable félicité, disait Leibnitz, consiste dans l’amour de Dieu, mais dans un amour éclairé, dont l’ardeur soit accompagnée de lumière. Cette espèce d’amour fait naître ce plaisir dans les bonnes actions qui, rapportant tout à Dieu comme au centre, transporte l’homme au divin. — Il faut que les perfections de l’entendement donnent l’accomplissement à celles de la volonté. Les pratiques de la vertu, aussi bien que celles du vice, peuvent être l’effet d’une simple habitude ; on peut y prendre goût, mais on ne saurait aimer Dieu sans en connaître les perfections. — Le croirait-on ? des chrétiens se sont imaginé de pouvoir être dévots sans aimer le prochain, et pieux sans comprendre Dieu ! Plusieurs siècles se sont écoulés sans que le public se soit bien aperçu de ce défaut, et il y a encore de grands restes du règne des ténèbres…… Les anciennes erreurs de ceux qui ont accusé la divinité, ou qui en ont fait un principe mauvais, ont été renouvelées de nos jours. On a eu recours à la puissance irrésistible de Dieu, quand il s’agissait plutôt de faire voir sa bonté suprême, et on a employé un pouvoir despotique, lorsqu’on devait concevoir une puissance réglée par la plus parfaite sagesse ? »

Quand je relisais cela, je me disais : « Allons, encore un peu de courage ! C’est si beau de voir cette tête sublime se vouer à l ’adoration ! Ce qu’elle a conçu et pris soin d’expliquer, n’aurais-je pas la conscience de vouloir le comprendre ? Mais il me manque des élémens de science, et Deschartres me persécute pour que je laisse là ces grands résumés pour entrer dans l’étude des détails. Il veut m’enseigner la physique, la géométrie, les mathématiques ! Pourquoi pas, si cela est nécessaire à la foi en Dieu et à l’amour du prochain ? Leibnitz met bien le doigt sur la plaie quand il dit qu’on peut être fervent par habitude. Je suis capable d’aller au sacrifice par la paresse de l’âme ; mais ce sacrifice, Dieu ne le rejettera-t-il pas ?

J’allais prendre une ou deux leçons. « Continuez, me disait Deschartres. Vous comprenez ! — Vous croyez ? lui répondais-je. — Certainement, et tout est là. — Mais retenir ? — Ça viendra. »

Et quand nous avions travaillé quelques heures : « Grand homme lui disais-je (je l’appelais toujours ainsi), vous me croirez si vous voulez, mais cela me tue. C’est trop long, le but est trop loin. Vous avez beau me mâcher la besogne, croyez bien que je n’ai pas la tête faite comme vous. Je suis pressée d’aimer Dieu, et s’il faut que je pioche ainsi toute la vie pour arriver à me dire, sur mes vieux jours, pourquoi et comment je dois l’aimer, je me consumerai en attendant, et j’aurai peut-être dévoré mon cœur aux dépens de ma cervelle.

— Il s’agit bien d’aimer Dieu ! disait le naïf pédagogue. Aimez-le tant que vous voudrez, mais il vient là comme à propos de bottes !

— Ah ! c’est que vous ne comprenez pas pourquoi je veux m’instruire.

— Bah ! on s’instruit…… pour s’instruire ! répondait-il en levant les épaules.

— Justement, c’est ce que je ne veux pas faire. Allons, bonsoir, je vais écouter les rossignols. »

Et je m’en allais, non pas fatiguée d’esprit (Deschartres démontrait trop bien pour irriter les fibres du cerveau), mais accablée de cœur, chercher à l’air libre de la nuit et dans les délices de la rêverie la vie qui m’était propre et que je combattais en vain. Ce cœur avide se révoltait dans l’inaction où le laissait le travail sec de l’attention et de la mémoire. Il ne voulait s’instruire que par l’émotion, et je trouvais dans la poésie des livres d’imagination et dans celle de la nature, se renouvelant et se complétant l’une par l’autre, un intarissable élément à cette émotion intérieure, à ce continuel transport divin que j’avais goûtés au couvent, et qu’alors j’appelais la grâce.


FIN DU TOME HUITIÈME.


Typographie L. Schnauss.



HISTOIRE DE MA VIE.






HISTOIRE

DE MA VIE

PAR

Mme GEORGE SAND.

Charité envers les autres ; Dignité envers soi-même ; Sincérité devant Dieu.

Telle est l’épigraphe du livre que j’entreprends.

15 avril 1847.

GEORGE SAND.


TOME NEUVIÈME.

PARIS, 1855.

LEIPZIG, CHEZ WOLF



CHAPITRE DIX-SEPTIEME. (SUITE.)

Leibnitz. — Relâchement dans les pratiques de la dévotion, avec un redoublement de foi. — Les églises de campagne et de province. — Jean-Jacques Rousseau, le Contrat social.


Je dois donc dire que les poètes et les moralistes à formes éloquentes ont agi en moi plus que les métaphysiciens et les philosophes profonds pour y conserver la foi religieuse.

Serai-je ingrate envers Leibnitz pourtant, et dirai-je qu’il ne m’a servi de rien, parce que je n’ai pas tout compris et tout retenu ? Non, je mentirais. Il est certain que nous profitons des choses dont nous oublions la lettre, quand leur esprit a passé en nous, même à petites doses. On ne se souvient guère du dîner de la veille, et pourtant il a nourri notre corps. Si ma raison s’embarrasse peu, encore à cette heure, des systèmes contraires à mon sentiment ; si les fortes objections que soulève contre la Providence, à mes propres yeux, le spectacle du terrible dans la nature et du mauvais dans l’humanité, sont vaincues par un instant de rêverie tendre ; si, enfin, je sens mon cœur plus fort que ma raison, pour me donner foi en la sagesse et en la bonté suprême de Dieu, ce n’est peut-être pas uniquement au besoin inné d’aimer et de croire, que je dois ce rassérénement et ces consolations. J’ai assez compris de Leibnitz, sans être capable d’argumenter de par sa science, pour savoir qu’il y a encore plus de bonnes raisons pour garder la loi que pour la rejeter.

Ainsi, par ce coup d’œil rapide et troublé que j’avais hasardé dans le royaume des merveilles ardues, j’avais à peu près rempli mon but en apparence. Cette pauvre miette d’instruction que Deschartres trouvait surprenante de ma part, réalisait parfaitement la prédiction de l’abbé, en m’apprenant que j’avais tout à apprendre, et le démon de l’orgueil, que l’Église présente toujours à ceux qui désirent s’instruire, m’avait laissée bien tranquille, en vérité. Comme je n’en ai jamais beaucoup plus appris depuis, je peux dire que j’attends encore sa visite, et qu’à tous les complimens erronés, sur ma science et ma capacité, je ris toujours intérieurement, en me rappelant la plaisanterie de mon jésuite : Peut-être que jusqu’à présent il n’y a pas sujet de craindre beaucoup cette tentation.

Mais le peu que j’avais arraché au règne des ténèbres m’avait fortifiée dans la foi religieuse en général, dans le christianisme en particulier. Quant au catholicisme…… y avais-je songé ?

Pas le moins du monde. Je m’étais à peine doutée que Leibnitz fût protestant et Mably philosophe. Cela n’était pas entré pour moi dans la discussion intérieure. M’élevant au-dessus des formes de la religion, j’avais cherché à embrasser l’idée mère. J’allais à la messe et n’analysais pas encore le culte.

Cependant, en me le rappelant bien, je dois le dire, le culte me devenait lourd et malsain. J’y sentais refroidir ma piété. Ce n’était plus les pompes charmantes, les fleurs, les tableaux, la propreté, les doux chants de notre chapelle, et les profonds silences du soir, et l’édifiant spectacle des belles religieuses prosternées dans leurs stalles. Plus de recueillement, plus d’attendrissement, plus de prières du cœur possibles pour moi dans ces églises publiques où le culte est dépouillé de sa poésie et de son mystère.

J’allais tantôt à ma paroisse de Saint-Chartier, tantôt à celle de La Châtre. Au village, c’était la vue des bons saints et des bonnes dames de dévotion traditionnelle, horribles fétiches qu’on eût dits destinés à effrayer quelque horde sauvage ; les beuglemens absurdes de chantres inexpérimentés, qui faisaient en latin les plus grotesques calembours de la meilleure foi du monde ; et les bonnes femmes qui s’endormaient sur leur chapelet en ronflant tout haut ; et le vieux curé qui jurait au beau milieu du prône contre les indécences des chiens introduits dans l’église. À la ville, c’étaient les toilettes provinciales des dames, leurs chuchotemens, leurs médisances et cancans apportés en pleine église comme en un lieu destiné à s’observer et à se diffamer les unes les autres, c’était aussi la laideur des idoles et les glapissemens atroces des collégiens qu’on laissait chanter la messe, et qui se faisaient des niches tout le temps qu’elle durait. Et puis tout ce tripotage de pain bénit et de gros sous qui se fait pendant les offices, les querelles des sacristains et des enfans de chœur à propos d’un cierge qui coule ou d’un encensoir mal lancé. Tout ce dérangement, tous ces incidens burlesques et le défaut d’attention de chacun qui empêchait celle de tous à la prière m’étaient odieux. Je ne voulais pas songer à rompre avec les pratiques obligatoires, mais j’étais enchantée qu’un jour de pluie me forçât à lire la messe dans ma chambre et à prier seule à l’abri de ce grossier concours de chrétiens pour rire.

Et puis, ces formules de prières quotidiennes, qui n’avaient jamais été de mon goût, me devenaient de plus en plus insipides. M. de Prémord m’avait permis d’y substituer les élans de mon âme quand je m’y sentirais entraînée, et insensiblement je les oubliais si bien, que je ne priais plus que d’inspiration et par improvisation libre. Ce n’était pas trop catholique, mais on m’avait laissée composer des prières au couvent. J’en avais fait circuler quelques-unes en anglais et en français, qu’on avait trouvées si fleuries qu’on les avait beaucoup goûtées. Je les avais aussitôt dédaignées en moi-même, ma conscience et mon cœur décrétant que les mots ne sont que des mots, et qu’un élan aussi passionné que celui de l’âme à Dieu ne peut s’exprimer par aucune parole humaine. Toute formule était donc une règle que j’adoptais par esprit de pénitence et qui finit par me sembler une corvée abrutissante et mortelle pour ma ferveur.

Voilà dans quelle situation j’étais quand je lus l’Émile, la Profession de foi du vicaire savoyard, les Lettres de la montagne, le Contrat social et les discours.

La langue de Jean-Jacques et la forme de ses déductions s’emparèrent de moi comme une musique superbe éclairée d’un grand soleil. Je le comparais à Mozart ; je comprenais tout ! Quelle jouissance pour un écolier malhabile et tenace d’arriver enfin à ouvrir les yeux tout à fait et à ne plus trouver de nuages devant lui ! Je devins, en politique, le disciple ardent de ce maître, et je le fus bien longtemps sans restrictions. Quant à la religion, il me parut le plus chrétien de tous les écrivains de son temps, et, faisant la part du siècle de croisade philosophique où il avait vécu, je lui pardonnai d’autant plu