Il te faut enfanter parmi la tubéreuse

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Perles rouges : 93 sonnets historiquesBibliothèque-Charpentier (p. 72-73).


XXXVI


Il te faut enfanter parmi la tubéreuse
Dont l’odeur est mortelle aux parturitions ;
Ce fils qui vient de naître avec précautions,
La Cour doit ignorer sa naissance peureuse.

Toi que l’Histoire nomme une Grande Amoureuse,
Tes fardeaux sont plus lourds que ceux des Ixions !
Tu roules tes plaisirs, des, Gnides aux Sions
En lesquelles, pour toi, le repentir se creuse.


De procréer un Duc si l’orgueil t’est donné,
Ta clameur triomphale au nom du nouveau-né
Se tait — pour épargner un opprobre à la Reine !

Et ton cri maternel à la mort de l’enfant,
Lorsque sur toi, le cloître a clos sa sainte arène,
Se tait — pour épargner un scandale au couvent !