L’Encyclopédie/1re édition/COMMA

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  COMITTAN
COMMAND  ►

COMMA, s. m. terme de Gram. & d’impr. Ce mot est Grec, κόμμα, segmen, incisum. Quintilien, vers le commencement du ch. jv. du liv. IX. fait mention des incises & des membres de la période, incisa quæ κόμματα, membra quæ κῶλα. Les incises font un sens partiel qui entre dans la composition du sens total de la période, ou d’un membre de période. Voyez Construction & Période.

On donne aussi le nom d’incise aux divers sens particuliers du style coupé : Turenne est mort ; la victoire s’arrête ; la fortune chancele ; c’est ce que Cicéron appelle incisim dicere. Cic. orat. chap. lxvj. & lxvij.

On appelle aussi comma une sorte de ponctuation qui se marque avec les deux points : c’est de toutes les ponctuations celle qui après le point indique une plus forte séparation. Le sieur Leroi, ce fameux prote de Poitiers, dans son traité de l’ortographe qui vient d’avoir l’honneur d’être augmenté par M. Restaut ; le sieur Leroi, dis-je, soûtient que la ponctuation des deux points doit être appellée comma, & que ceux qui donnent ce nom au point-virgule sont dans l’erreur. Apparemment l’usage a varié ; car Martin Fertel, Richelet, & le dictionnaire de Trévoux édition de 1721, disent que le comma est la ponctuation qui se marque avec un point & une virgule : le sieur Leroi soûtient au contraire que malgré le sentiment de ces auteurs, la ponctuation du point-virgule est appellée petit-que par tous les Imprimeurs ; parce qu’en effet ce signe sert à abreger la particule Latine que, quand à la suite d’un mot elle signifie & : par exemple, illaq ; hominesq ; deosq ; au lieu de illaque, hominesque, deosque. Ici il ne s’agit que d’un fait ; on n’a qu’à consulter les Imprimeurs : ainsi le prote de Poitiers pourroit bien avoir raison. Nous verrons au mot Ortographe s’il est aussi heureux quand il s’agit de raisonnement. (F)

Comma, terme de Musique, est un petit intervalle qui se trouve en quelques cas, entre deux sons produits sous le même nom par des progressions differentes.

On distingue trois especes de comma : 1°. le mineur, dont la raison est de 2025 à 2048 ; ce qui est la quantité dont le si dièse, que donne la quatrieme quinte de sol dièse pris comme tierce majeure de mi, est surpassé par l’ut naturel qui lui correspond. Ce comma est la différence du semi-ton moyen au semi-ton majeur.

2°. Le comma majeur est celui qui se trouve entre le mi produit par la progression triple comme quatrieme quinte en commençant par ut, & le même mi ou sa réplique considéré comme tierce majeure de cet ut : la raison en est de 80 à 81. C’est le comma ordinaire : & il est la différence du ton majeur au ton mineur.

3°. Enfin le comma maxime, qu’on appelle comma de Pythagore, a son rapport de 524288 à 531441 ; & il est l’excès du si dièse produit par la progression triple, comme douzieme quinte de l’ut, sur le même ut élevé au degré correspondant. Voyez Tempérament. (S)