L’Encyclopédie/1re édition/ORTHOGRAPHE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

ORTHOGRAPHE, s. f. ce mot est grec d’origine : ὀρθογραφία, de l’adjectif ὀρθός, rectus, & du verbe γράφω, scribo ou pingo. Ce nom par sa valeur étymologique, signifie donc peinture ou représentation réguliere. Dans le langage des Grammairiens, qui se sont approprié ce terme, c’est ou la représentation réguliere de la parole, ou l’art de représenter régulierement la parole.

Il ne peut y avoir qu’un seul système de principes pour peindre la parole, qui soit le meilleur & le véritable ; car il y auroit trop d’inconvéniens à trouver bons tous ceux que l’on peut imaginer. Cependant on donne également le nom d’orthographe à tous les systèmes d’écriture que différens auteurs ont publiés ; & l’on dit l’orthographe de Dubois, de Meigret, de Pelletier, de Ramus, de Rambaud, de Lesclache, de Lartigaut, de l’abbé de Saint-Pierre, de M. du Marsais, de M. Duclos, de M. de Voltaire, &c. pour désigner les systèmes particuliers que ces écrivains ont publiés ou suivis. C’est que la régularité indiquée par l’étymologie du mot, n’est autre chose que celle qui suit nécessairement de tout corps systématique de principes, qui réunit tous les cas pareils sous la même loi.

Aussi n’honore-t-on point du nom d’orthographe, la maniere d’écrire des gens non instruits, qui se rapprochent tant qu’ils peuvent de la valeur alphabétique des lettres, qui s’en écartent en quelque cas, lorsqu’ils se rappellent la maniere dont ils ont vû écrire quelques mots ; qui n’ont & ne peuvent avoir aucun égard aux différentes manieres d’écrire qui résultent de la différence des genres, des nombres, des personnes, & autres accidens grammaticaux ; en un mot, qui n’ont aucun principe stable, & qui donnent tout au hasard : on dit simplement qu’ils ne savent pas l’orthographe ; qu’ils n’ont point d’ortographe ; qu’il n’y en a point dans leurs écrits.

Si tout système d’orthographe n’est pas admissible, s’il en est un qui mérite sur tous les autres une préférence exclusive ; seroit-il possible d’en assigner ici le fondement, & d’indiquer les caracteres qui le rendent reconnoissable ?

Une langue est la totalité des usages propres à une nation pour exprimer les pensées par la voix. C’est la notion la plus précise & la plus vraie que l’on puisse donner des langues, parce que l’usage seul en est le législateur naturel, nécessaire & exclusif. Voyez Langue, au comm. D’où vient cette nécessité, de ne reconnoître dans les langues que les décisions de l’usage ? C’est qu’on ne parle que pour être entendu ; que l’on ne peut être entendu, qu’en employant les signes dont la signification est connue de ceux pour qui on les emploie ; qu’y ayant une nécessité indispensable d’employer les mêmes signes pour tous ceux avec qui l’on a les mêmes liaisons, afin de ne pas être surchargé par le grand nombre, ou embarrassé par la distinction qu’il faudroit en faire, il est également nécessaire d’user des signes connus & autorisés par la multitude ; & que pour y parvenir, il n’y a pas d’autre moyen que d’employer ceux qu’emploie la multitude elle-même, c’est-à-dire, ceux qui sont autorisés par l’usage.

Tout ce qui a la même fin & la même universalité, doit avoir le même fondement, & l’écriture est dans ce cas. C’est un autre moyen de communiquer ses pensées, par la peinture des sons usuels qui en constituent l’expression orale. La pensée étant purement intellectuelle, ne peut être représentée par aucun signe matériel ou sensible qui en soit le type naturel : elle ne peut l’être que par des signes conventionnels, & la convention ne peut être autorisée ni connue que par l’usage. Les productions de la voix ne pouvant être que du ressort de l’ouie, ne peuvent pareillement être représentées par aucune des choses qui ressortissent au tribunal des autres sens, à moins d’une convention qui établisse entre les élémens de la voix & certaines figures visibles, par exemple, la relation nécessaire pour fonder cette signification. Or, cette convention est de même nature que la premiere ; c’est l’usage qui doit l’autoriser & la faire connoître.

Il y aura peut être des articles de cette convention qui auroient pû être plus généraux, plus analogues à d’autres articles antécédens, plus aisés à saisir, plus faciles & plus simples à exécuter. Qu’importe ? Vous devez vous conformer aux décisions de l’usage, quelque capricieuses & quelque inconséquentes qu’elles puissent vous paroître. Vous pouvez, sans contredit, proposer vos projets en réforme, sur-tout si vous avez soin en en démontrant les avantages, de ménager néanmoins avec respect l’autorité de l’usage national, & de soumettre vos idées à ce qu’il lui plaira d’en ordonner : tout ce qui est raisonné & qui peut étendre la sphere des idées, soit en en proposant de neuves, soit en donnant aux anciennes des combinaisons nouvelles, doit être regardé comme louable & reçu avec reconnoissance.

Mais si l’empressement de voir votre système éxécuté, vous fait abandonner l’orthographe usuelle pour la vôtre ; je crains bien que vous ne couriez les risques d’être censuré par le grand nombre. Vous imitez celui qui viendroit vous parler une langue que vous n’entendriez pas, sous prétexte qu’elle est plus parfaite que celle que vous entendez. Que feriez-vous ? Vous ririez d’abord ; puis vous lui diriez qu’une langue que vous n’entendez pas n’a pour vous nulle perfection, parce que rien n’est parfait, qu’autant qu’il remplit bien sa destination. Appliquez-vous cette réponse ; c’est la même chose en fait d’orthographe ; c’est pour les yeux un système de signes représentatifs de la parole, & ce système ne peut avoir pour la nation qu’il concerne aucune perfection, qu’autant qu’il sera autorisé & connu par l’usage national, parce que la perfection des signes dépend de la connoissance de leur signification.

Nul particulier ne doit se flatter d’opérer subitement une révolution dans les choses qui intéressent toute une grande société, sur tout si ces choses ont une existence permanente ; & il ne doit pas plus se promettre d’altérer le cours des variations des choses dont l’existence est passagere & dépendante de la multitude. Or, l’expression de la pensée par la voix est nécessairement variable, parce qu’elle est passagere, & que par-là elle fixe moins les traces sensibles qu’elle peut mettre dans l’imagination : verba volant. Au contraire, l’expression de la parole par l’écriture est permanente, parce qu’elle offre aux yeux une image durable, que l’on se représente aussi souvent & aussi long-tems qu’on le juge à-propos, & qui par conséquent fait dans l’imagination des traces plus profondes ; & scripta manent. C’est donc une prétention chimérique, que de vouloir mener l’écriture parallelement avec la parole ; c’est vouloir pervertir la nature des choses, donner de la mobilité à celles qui sont essentiellement permanentes, & de la stabilité à celles qui sont essentiellement changeantes & variables.

Devons-nous nous plaindre de l’incompatibilité des natures des deux choses qui ont d’ailleurs entr’elles d’autres relations si intimes ? Applaudissons-nous au contraire, des avantages réels qui en résultent. Si l’orthographe est moins sujette que la voix à subir des changemens de forme, elle devient par-là même dépositaire & témoin de l’ancienne prononciation des mots ; elle facilite ainsi la connoissance des étymologies, dont on a demontré ailleurs l’importance. Voyez Étymologie.

« Ainsi, dit M. le Président de Brosses, lors même qu’on ne retrouve plus rien dans le son, on retrouve tout dans la figure avec un peu d’examen..... Exemple. Si je dis que le mot françois sceau vient du latin sigillum, l’identité de signification me porte d’abord à croire que je dis vrai ; l’oreille au contraire, me doit faire juger que je dis faux, n’y ayant aucune ressemblance entre le son so que nous prononçons & le latin sigillum. Entre ces deux juges qui sont d’opinion contraire, je sais que le premier est le meilleur que je puisse avoir en pareille matiere, pourvû qu’il soit appuyé d’ailleurs ; car il ne prouveroit rien seul. Consultons donc la figure, & sachant que l’ancienne terminaison françoise en el a été récemment changée en eau dans plusieurs termes, que l’on disoit scel, au lieu de sceau, & que cette terminaison ancienne s’est même conservée dans les composés du mot que j’examine, puisque l’on dit contre scel & non pas contre sceau ; je retrouve alors dans le latin & dans le françois la même suite de consonnes ou d’articulation : sgl en latin, sel en françois, prouvent que les mêmes organes ont agi dans le même ordre en formant les deux mots : par où je vois que j’ai eu raison de déférer à l’identité du sens, plutôt qu’à la contrariété des sons ».

Ce raisonnement étymologique me paroît d’autant mieux fondé & d’autant plus propre à devenir universel, que l’on doit regarder les articulations comme la partie essentielle des langues, & les consonnes comme la partie essentielle de leur orthographe. Une articulation differe d’une autre par un mouvement différent du même organe, ou par le mouvement d’un autre organe ; cela est distinct & distinctif : mais un son differe à-peine d’un autre, parce que c’est toûjours une simple émission de l’air par l’ouverture de la bouche, variée à la-vérité selon les circonstances ; mais ces variations sont si peu marquées, qu’elles ne peuvent opérer que des distinctions fort légeres. De là le mot de wachter dans son glossaire germanique : praf. ad Germ. §. X. not. k. linguas à dialectis sic distinguo, ut differentia linguarum sit à consonantibus, dialectorum a vocalibus. De-là aussi l’ancienne maniere d’écrire des Hebreux, des Chaldéens, des Syriens, des Samaritains, qui ne peignoient guere que les consonnes, & qui sembloient ainsi abandonner au gré du lecteur le choix des sons & des voyelles ; ce qui a occasionné le système des points massorétiques, & depuis, le système beaucoup plus simple de Masclef.

On pourroit augmenter cet article de plusieurs autres observations aussi concluantes pour l’orthographe usuelle & contre le néographisme : mais il suffit, ce me semble, en renvoyant aux articles Néographe & Néographisme, d’avertir que l’on peut trouver de fort bonnes choses sur cette matiere dans les grammaires françoises de M. l’abbé Régnier & du pere Buffier. Le premier rapporte historiquement les efforts successifs des néographes françois pendant deux siecles, & met dans un si grand jour l’inutilité, le ridicule & les inconvéniens de leurs systèmes, que l’on sent bien qu’il n’y a de sûr & de raisonnable que celui de l’orthographe usuelle : traité de l’orthogr. pag. 71. Le second discute, avec une impartialité louable & avec beaucoup de justesse, les raisons pour & contre les droits de l’usage en fait d’orthographe ; & en permettant aux novateurs de courir tous les risques du néographisme, il indique avec assez de circonspection les cas où les écrivains sages peuvent abandonner l’usage ancien, pour se conformer à un autre plus approchant de la prononciation : n°. 185, 209.

Le traité dogmatique de l’orthographe peut se diviser en deux parties : la lexicographie, dont l’office est de fixer les caracteres élémentaires & prosodiques qui doivent représenter les mots considérés dans leur état primitif, & avant qu’ils entrent dans l’ensemble de l’élocution ; & la logographie, dont l’office est de déterminer les caracteres élémentaires qui doivent marquer les relations des mots dans l’ensemble de l’énonciation, & les ponctuations qui doivent désigner les différens degrés de la dépendance mutuelle des sens particuliers, nécessaires à l’intégrité d’un discours. Voyez Grammaire.

Si l’on trouvoit la chose plus commode, on pourroit diviser ce même traité en trois parties : la premiere exposeroit l’usage des caracteres élémentaires ou des lettres, tant par rapport à la partie principale du matériel des mots, que par rapport aux variations qu’y introduisent les diverses relations qu’ils peuvent avoir dans la phrase ; la seconde expliqueroit l’usage des caracteres prosodiques ; & la troisieme établiroit les principes si délicats, mais si sensibles de la ponctuation.

La premiere de ces deux formes me paroît plus propre à faciliter le coup d’œil philosophique sur l’empire grammatical : c’est comme la carte de la région orthographique, réduite à la même échelle que celle de la région orthologique ; c’est pourquoi l’on en a fait usage dans le tableau général que l’on a donné de la Grammaire en son lieu.

La seconde forme me semble en effet plus convenable pour le détail des principes de l’orthographe ; les divisions en sont plus distinctes, & le danger des redites ou de la confusion y est moins à craindre. C’est une carte détaillée ; on peut en changer l’échelle : il n’est pas question ici de voir les relations extérieures de cette région, il ne s’agit que d’en connoître les relations intérieures.

L’Encyclopédie ne doit se charger d’aucun détail propre à quelque langue que ce soit en particulier, fût-ce même à la nôtre. Ainsi l’on ne doit pas s’attendre à trouver ici un traité de l’orthographe françoise. Cependant on peut trouver dans les différens volumes de cet ouvrage les principaux matériaux qui doivent y entrer.

Sur les lettres, on peut consulter les articles Alphabet, Caracteres, Lettres, Voyelles, Consonnes, Initial, & sur-tout les articles de chaque lettre en particulier. Ajoutez-y ce qui peut se trouver de relatif à l’orthographe sous les mots Genre, Nombre, Personne, &c.

Sur les caracteres prosodiques, on peut consulter les articles Accent, Apostrophe, Cédille, Division, & sur-tout Prosodique.

Sur les ponctuations, comme la chose est commune à toutes les langues, on trouvera à l’article Ponctuation tout ce qui peut convenir à cette partie. (B. E. R. M.)