L’Encyclopédie/1re édition/CONVERGENT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
CONVERS  ►

CONVERGENT, adj. en Algebre, se dit d’une série, lorsque ses termes vont toûjours en diminuant. Ainsi 1, , , , &c. est une série convergente. Voyez Série, Suite & Divergent. (O)

Convergent : droites convergentes, en Géométrie se dit de celles qui s’approchent continuellement, ou dont les distances diminuent de plus en plus, de maniere qu’étant prolongées, elles se rencontrent en quelque point ; au contraire des lignes divergentes, dont les distances vont toûjours en augmentant. Les lignes qui sont convergentes d’un côté, sont divergentes de l’autre. Voyez Divergent.

Les rayons convergens, en Dioptrique, sont ceux qui en passant d’un milieu dans un autre d’une densité différente, se rompent s’approchant l’un vers l’autre ; tellement que s’ils étoient assez prolongés, ils se rencontreroient dans un point ou foyer. Voyez Rayon & Réfraction, &c.

Tous les verres convexes rendent les rayons paralleles convergens, & tous les verres concaves les rendent divergens, c’est-à-dire que les uns tendent à rapprocher les rayons, & que les autres les écartent ; & la convergence ou divergence des rayons est d’autant plus grande, que les verres sont des portions de plus petites spheres. Voyez Concave, &c. C’est sur ces propriétés que tous les effets des lentilles, des microscopes, des télescopes, &c. sont fondés. Voyez Lentille, Microscope, &c.

Les rayons qui entrent convergens d’un milieu plus dense dans un milieu plus rare, le deviennent encore davantage, & se réunissent plûtôt que s’ils avoient continué à se mouvoir dans le même milieu. Voyez Réfraction.

Les rayons qui entrent convergens d’un milieu plus rare dans un milieu plus dense, deviennent moins convergens & se rencontrent plûtard que s’ils avoient continué leur mouvement dans le même milieu. on suppose dans les deux propositions précédentes, que la surface qui sépare les deux milieux, est plane.

Les rayons paralleles qui passent d’un milieu plus dense dans un milieu plus rare, comme par exemple du verre dans l’air, deviennent convergens, & tendent à un foyer, lorsque la surface dont il, sortent a sa concavité tournée vers le milieu le plus dense, & sa convexité vers le milieu le plus rare. Voyez Réfraction.

Les rayons divergens ou qui partent d’un même point éloigné, dans les mêmes circonstances, deviennent convergens & se rencontrent ; & à mesure qu’on approche le point lumineux, le foyer devient plus éloigné : de sorte que si le point lumineux est placé à une certaine distance, le foyer sera infiniment distant, c’est-à-dire que les rayons seront paralleles ; & si on l’approche encore davantage, ils seront divergens. Voyez Divergent ; voyez aussi Convexité, Concave, Foyer, &c.

Si la surface qui sépare les deux milieux est plane, les rayons paralleles sortent paralleles, mais à la vérité dans une autre direction ; & si les rayons tombent divergens, ils sortent plus divergens : mais s’ils tombent convergens, ils sortent plus convergens. C’est tout le contraire, si les rayons passent d’un milieu plus rare dans un plus dense. (O)

Convergent : hyperbole convergente, est une hyperbole du troisieme ordre, dont les branches tendent l’une vers l’autre, & vont toutes deux vers le même côté. Telles sont (fig. 35. sect. con.) les branches hyperboliques AB, CD, qui ont une asymptote commune. (O)

Convergent, en Anatomie, se dit des muscles qui rencontrent ou rencontreroient obliquement le plan que l’on imagine diviser le corps en deux parties égales & symmétriques, & forment ou formeroient avec lui un angle dont le sommet regarderoit le plan horisontal. Voyez Corps. (L)