L’Encyclopédie/1re édition/DÉGEL

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  DÉGAUCHIR
DEGENERER  ►

DÉGEL, s. m. (Phys.) fonte de glace, qui par la chaleur de l’air reprend son premier état de fluide. Voyez Glace.

Nous allons donner en substance les principaux phénomenes du dégel d’après l’ouvrage de M. de Mairan, qui a pour titre : Dissertation sur la glace, Paris 1749. Nous supprimerons les explications physiques, tant parce qu’elles sont purement conjecturales, que parce qu’elles doivent être lûes dans l’ouvrage même.

La glace mise sur une assiete d’argent moins froide qu’elle, fond plus vite que sur la paume de la main, parce que la glace s’applique plus exactement à la surface polie du métal. La glace fond plus vite sur le cuivre que sur les autres métaux, & sur un fer à repasser, que sur un fer ordinaire ; & il est bon d’ajoûter que le cuivre, & sur-tout le cuivre jaune, est celui de tous les métaux que la chaleur dilate le plus.

La glace se fond beaucoup plus lentement qu’elle ne s’est formée ; elle commence à se fondre par la surface : mais au lieu que l’eau se gele du centre à la circonférence, elle se dégele de la circonférence au centre.

Dans tout ce que nous venons de dire, nous entendons en général par dégel la fonte de la glace ; mais dans l’usage ordinaire ce mot signifie l’adoucissement du tems, qui fait fondre dans un pays les glaces & les neiges. Les causes générales du dégel sont le retour du soleil vers nous, la précipitation des corpuscules nitreux & salins de l’air, les vents de sud chauds, ou tempérés, & humides, & surtout le relâchement des parties extérieures du terrein par une sortie plus abondante des vapeurs terrestres. Mezeray rapporte qu’en 1608, il se forma dans le dégel, par le mouvement des glaçons, une masse de glace sur la Saône à Lyon devant l’église de l’Observance. Le froid paroît augmenter au commencement du dégel, quoiqu’il diminue réellement ; c’est que l’air est alors plus humide & plus pénétrant. Voyez Chaleur, Cave, Thermometre & Degré.

Les murailles & les autres corps solides & épais ayant été refroidis par la gelée, & se réchauffant plus lentement, il arrive que pendant le dégel les particules humides de l’air qui s’y attachent, forment encore une espece de gelée ou de neige : ces mêmes particules se condensant ainsi dans les sillons très-fins & presque imperceptibles que le sable des vitriers fait sur les panneaux de vitre, y forment des courbes plus ou moins régulieres & remarquables. Voyez Dissertation sur la glace, page 319, & suivantes. (O)