L’Encyclopédie/1re édition/HUMIDITÉ

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 352).
◄  HUMIDE
HUMIDIER  ►

HUMIDITÉ, s. f. qualité de ce qui est humide, qui rend humide les corps auxquels il s’attache. Voyez Qualité.

Aristote définit l’humidité une qualité passive, qui fait qu’un corps ne peut être retenu dans ses bornes, encore qu’il le soit aisément dans celles d’un autre, ce qui revient au même que la définition qu’il donne de la fluidité, voyez Fluidité ; cependant on peut dire dans un sens, & on le verra par la suite de cet article, que fluide & humide ne sont pas synonimes. Le mercure, par exemple, est certainement fluide, & cependant n’est pas humide, par rapport aux corps auxquels il ne s’attache pas.

Les Péripatéticiens définissent l’humidité une qualité par laquelle un corps devient propre à en humecter d’autres, & en les humectant à les amollir, & les rendre propres à recevoir telle figure ou impression qu’on veut.

Les modernes considerent l’humidité comme une espece particuliere de fluidité, & la définissent en disant que c’est la propriété d’un corps fluide, qui, étant appliqué à un corps solide, s’y attache, & communique sa qualité aux autres corps.

L’humidité prise en ce sens appartient au corps fluide ; on pourroit prendre l’humidité dans un autre sens, en tant qu’elle appartient au corps solide auquel le fluide s’attache : c’est dans ce sens qu’on dit qu’une place couverte de brouillard est humide, qu’une piéce de bois est humide.

Il est certain que l’humidité n’est qu’une espece de mode relatif, car plus les parties constituantes d’un fluide, comparées avec les pores & les particules des autres corps, sont disposées à pénétrer dans ces pores, ou à s’attacher à ces particules, plus ce fluide est humide : au contraire, ce fluide est d’autant moins humide, qu’il y a entre les particules de ces sortes de corps plus d’opposition à s’unir.

Le vif-argent, par exemple, n’est point humide par rapport à nos mains, & aux étoffes ; mais il doit passer pour humide par rapport à l’or, à l’étain, ou au plomb, à la surface desquels il s’attache ; & de même l’eau, toute humide qu’elle est, par rapport à un grand nombre de corps, n’est pourtant pas humide par rapport à quelques corps qu’elle ne mouille pas ; car elle coule en globules, ou gouttes rondes, sur certaines feuilles de plantes, & ne mouille point les plumes des canards, des cignes, & des autres oiseaux aquatiques.

A quoi l’on peut ajouter que la texture seule des corps peut faire qu’un fluide devienne humide ; car, ni le vif-argent, ni le plomb fondu, ni le bismuth, ne s’attachent point au verre lorsqu’ils sont seuls, au lieu qu’ils le font, lorsqu’ils sont mêlés, au point de ne former qu’une seule masse, comme cela paroît par l’usage que l’on fait de cette composition pour étamer les glaces. Voyez Etame.

L’air est un fluide très sujet à l’humidité, par la quantité de vapeurs aqueuses dont il se charge sans cesse, & se décharge ensuite ; on connoît le degré d’humidité de l’air, par le moyen de l’hygrometre ou hygroscope. Voyez Hygrometre. Chambers.

Humidité, (Med.) c’est une des qualités galéniques, qui contribue à former différentes especes de tempéramens & d’intempéries, selon qu’elle est combinée avec les autres, & qu’elle péche par excès ou par défaut. Voyez Qualité, Tempérament, Intempérie, Humeur.