L’Encyclopédie/1re édition/HYSTÉRIQUE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 420).

HYSTÉRIQUE, adj. ὑστερικὸς, uterinus, (Med.) est une épithete qui s’applique en général à tout ce qui a rapport à la matrice : ainsi on appelle hystérique la plûpart des maladies de cette partie ; on dit colique hystérique, flux hystérique, fureur hystérique, &c. On donne le nom d’hystériques aux personnes mêmes qui sont affectées de ces maladies, & aux remedes qui sont employés spécialement pour leur traitement. Voyez Matrice.

Hystérique, (passion ou affection.) c’est ainsi que l’on désigne assez communément parmi les Medecins, une des maladies des plus compliquées qu’il y ait par rapport à ses causes & à ses symptomes, dans laquelle la plûpart de ceux qui en ont écrit, sur-tout parmi les anciens, ont pensé que la matrice est le siege de la cause principale du mal, ce qui lui a fait donner le nom de passion hystérique.

Mais comme la plus saine partie des auteurs modernes ne distingue la passion hystérique de la passion hypochondriaque, que parce que la cause occasionnelle de celle-là dépend souvent des lésions de fonctions particulieres au sexe féminin, quoique la cause prochaine soit la même, puisqu’ils conviennent que dans l’une & dans l’autre de ces maladies, c’est le genre nerveux qui est principalement affecté ; ce qui est démontré par les symptomes aussi multipliés que variés, qui les accompagnent, qui ont tous rapport à la nature des mouvemens convulsifs ou spasmodiques ; il s’ensuit que l’on doit aussi rapporter l’espece de maladie dont il s’agit ici, à la mélancholie qui en est comme le genre : ainsi voyez Mélancholie.

Et comme un des symptomes des plus ordinaires dans la passion hystérique comme dans l’affection hypochondriaque, est l’embarras dans la tête, si connu sous le nom de vapeurs, c’est celui sous lequel il en sera traité, qui fournira en son lieu matiere à un article dans lequel sera circonstancié ce qui est particulier à chaque sexe, dans ces deux especes de mélancholie. Voyez Vapeurs.

Hystérique pierre, (Hist. nat. Lythol.) c’est une pierre noire, arrondie, qui prend assez bien le poli ; elle est fort pesante, & se trouve en Amérique dans la nouvelle Espagne ; on lui attribue des vertus singulieres dans les maladies de l’uterus, qu’elle guérit lorsqu’on l’applique extérieurement sur le nombril. Voyez Boëce de Boot, de gemmis & lapidibus.

De Lact parle d’une pierre d’Amérique qu’il possédoit ; elle étoit taillée en un plateau ovale, & d’un très-beau noir ; on y voyoit deux taches d’un blanc brillant comme de l’argent ; il croit que c’étoit la pierre connue sous le nom de lapis uterinus, ou hystericus.

Il ne faut point confondre la pierre dont il s’agit ici, avec celle qu’on nomme hysterolite. Voyez cet article.