L’Encyclopédie/1re édition/INDICATIF

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Briasson, David l’aîné, Le Breton, Durand (Tome 8p. 673).
◄  INDICATEUR
INDICATION  ►

INDICATIF, adj. (Gramm.) le mode indicatif, la forme indicative. L’indicatif est un mode personnel qui exprime directement & purement l’existence d’un sujet déterminé sous un attribut.

Comme ce mode est destiné à être adapté à tous les sujets déterminés dont il peut être question dans le discours, il reçoit toutes les inflexions personnelles & numériques, dont la concordance avec le sujet est la suite nécessaire de cette adaptation ; cette propriété lui est commune avec tous les autres modes personnels sans exception.

Mais il exprime directement. C’est une autre propriété qu’il ne partage point avec le mode subjonctif, dont la signification est oblique. Toute énonciation dont le verbe est au subjonctif, est l’expression d’un jugement accessoire, que l’on n’envisage que comme partie de la pensée que l’on veut manifester ; & l’énonciation subjonctive n’est qu’un complément de l’énonciation principale. Celle-ci est l’expression immédiate de la pensée que l’on se propose de manifester, & le verbe qui en fait l’ame doit être au mode indicatif. Ainsi ce mode est direct, parce qu’il sert à constituer la proposition principale que l’on envisage ; & le subjonctif est oblique, parce qu’il ne constitue qu’une énonciation détournée qui entre dans le discours par accident & comme partie dépendante. Je fais de mon mieux ; dans cette proposition, je fais exprime directement, parce qu’il énonce immédiatement le jugement principal que je veux faire connoître. Il faut que je fasse de mon mieux ; dans cette phrase, je fasse explique obliquement, parce qu’il énonce un jugement accessoire subordonné au principal, dont le caractere propre est il faut. C’est à cause de cette propriété que Scaliger le qualifie, solus modus aptus scientiis, solus pater veritatis. de caus. l. I. v. 116.

J’ajoûte que le mode indicatif exprime purement l’existence du sujet, pour marquer qu’il exclue toute autre idée accessoire, qui n’est pas nécessairement comprise dans la signification essentielle du verbe ; & c’est ce qui distingue ce mode de tout autre mode direct. L’impératif est aussi direct, mais il ajoûte à la signification générale du verbe l’idée accessoire de la volonté de celui qui parle. Voyez Impératif. Le suppositif que nous sommes obligés de reconnoître dans nos langues modernes, est direct aussi ; mais il ajoûte à la signification générale du verbe l’idée accessoire d’hypothese & de supposition. Voy. Suppositif. Le seul indicatif, entre les modes directs garde sans mélange la signification pure du verbe. Voy. Mode.

C’est apparemment cette derniere propriété qui est cause que dans quelque langue que ce soit, l’indicatif admet toutes les especes de tems qui sont autorisées dans la langue, & qu’il est le seul mode assez communément qui les admette toutes. Ainsi pour déterminer quels sont les tems de l’indicatif, il ne faut que fixer ceux qu’une langue a reçus. Voyez Tems. (B. E. R. M.)