L’Encyclopédie/1re édition/NUTATION

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  NUSCO
NUTRITION  ►

NUTATION, (Botan.) direction de la plante du côté du soleil.

Le soleil par son action sur la surface supérieure des feuilles, change souvent leur direction, & les détermine à se tourner de son côté : c’est ce mouvement connu des Physiciens, qu’ils ont nommé la nutation des plantes.

Cette nutation est beaucoup plus sensible dans les feuilles des herbes, que dans celle des arbres. M. Bonnet a observé que celle de la grande & de la petite mauve, celle du trêfle, & de l’atriplex, suivent, en quelque maniere, le cours du soleil : au matin, leurs feuilles regardent le levant. Vers le midi, & vers le soir le couchant. Pendant que le soleil demeure sous l’horison, & dans des tems couverts ou pluvieux, les feuilles des plantes qu’on vient de nommer, se disposent horisontalement, & présentent leur surface inférieure à la terre. Les phénomènes du tournesol, n’ont donc rien de particulier, & presque toutes les plantes herbacées deviendront des tournesols pour l’observateur, qui sait les suivre avec attention. Les feuilles de la plupart des plantes ligneuses ont trop de roideur pour se prêter aussi facilement à toutes les impressions du soleil ; elle s’y prêtent cependant assez souvent, & l’on ne manque pas d’observation en ce genre. Quelquefois même la plante s’incline vers le soleil, & en suit les mouvemens. (D. J.)

Nutations, se dit en Astronomie, d’une espece de mouvement qu’on observe dans l’axe de la terre, en vertu duquel il s’incline tantôt plus, tantôt moins à l’écliptique.

La nutation de l’axe de la terre vient de la figure de cette planete, qui n’est par exactement sphérique, & sur laquelle l’action de la lune & du soleil est un peu différente, selon les situations où ces deux astres sont par rapport à nous. Car la terre n’étant pas un globe parfait, la force qui résulte de l’action de la lune & du soleil sur elle, ne passe pas toujours exactement par le centre de gravité de la terre, & par conséquent elle doit produire dans son axe un petit mouvement de rotation.

M. Bradley est le premier qui ait observé ce mouvement, en 1747, qu’il a trouvé suivre à-peu-près la révolution des nœuds de la lune. J’ai démontré, en 1749, dans mes recherches sur la précession des équinoxes, que ce phénomene est en effet une suite du système newtonien. Voyez Précession & Equinoxe.

M. Bradley, par ses observations, détermine la nutation de l’axe de la terre de 18″. en tout, & cette nutation se fait dans le même tems que la révolution des nœuds de la lune ; aussi ai je trouvé par la théorie, que cette nutation doit se faire de la sorte, & qu’elle dépend presque entierement de l’action de la lune, & de la position de son orbite. Cette nutation produit en même tems dans la précession des équinoxes une petite équation, qui dépend aussi de la lune & de la position de ses nœuds. Voyez Précession & Equinoxes ; & comme la nutation vient presque uniquement de la lune, au lieu que la précession vient de la lune & du soleil ; on tire de-là une méthode pour déterminer la masse de la lune. Voyez Lune & mes recherches sur la précession des équinoxes. Voyez aussi la seconde partie de mes recherches sur le système du monde, art. 302, où j’ai prouvé que M. Bradley est bien fondé à croire ses observations de la nutation exactes, à 2″. près tout-au-plus. (O)