L’Encyclopédie/1re édition/SECONDAIRE

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  SECOND
SECONDE  ►

SECONDAIRE, adj. (Gramm.) qui ne vient qu’en second, qui n’est que du second ordre. Raisons secondaires ; planetes secondaires.

Secondaire, adj. (Astronomie.) les cercles secondaires de l’écliptique sont les cercles de la longitude des étoiles, ou des cercles qui passant par les poles de l’écliptique, coupent l’écliptique en angles droits, & servent à marquer la distance des étoiles ou des planetes à l’écliptique.

Par le moyen de ces cercles on rapporte à l’écliptique tous les points des cieux ; c’est-à-dire que chaque étoile, chaque planete, ou tout autre phénomene est conçu être dans ce point de l’écliptique, qui est coupé par le cercle secondaire qui passe par l’étoile ou par la planete proposée. Voyez Écliptique, Longitude, &c.

Si deux étoiles se rapportent au même point de l’écliptique, c’est-à-dire si ces deux étoiles se trouvent dans le même cercle secondaire, & du même côté, par rapport à un des poles de l’écliptique, on dit qu’elles sont en conjonction ; quand on les rapporte à des points opposés, c’est-à-dire quand elles se trouvent dans le même cercle secondaire, & de différens côtés, par rapport à un des poles, elles sont dites être en opposition ; si elles sont rapportées à deux points distans d’un quart de cercle, c’est-à-dire si les plans des cercles secondaires par lesquels elles passent, font entr’eux un angle droit, on dit qu’elles sont en aspect quadral ou en quadrature ; si les points différent d’une sixieme partie de l’écliptique, on dit qu’elles sont en aspect sextile. Voyez Aspect, &c.

En général on peut appeller cercles secondaires tous les cercles qui coupent à angles droits un des six grands cercles ; tels sont les cercles azimuthaux ou verticaux, par rapport à l’horison, &c. les méridiens, par rapport à l’équateur, &c. Voyez Azimuth, Vertical, &c.

Les planetes secondaires sont des planetes qui tournent autour d’autres planetes, comme centres de leur mouvement, & avec lesquelles elles sont emportées autour du Soleil. Voyez Planete.

Saturne, Jupiter & la Terre sont chacune accompagnées de planetes secondaires : Jupiter en a quatre, Saturne cinq, que l’on appelle les satellites de ces deux planetes. Voyez Satellite.

La Terre est accompagnée d’une planete secondaire que l’on appelle Lune, voyez Lune.

Le mouvement des planetes principales est très simple, étant composé seulement d’un mouvement de projection en ligne droite, qui est une tangente à l’orbite de la planete, & d’une tendance vers le Soleil. Ces planetes étant à de très-grandes distances les unes des autres, les effets de leur gravitation mutuelle l’une vers l’autre sont peu sensibles. Mais il en est tout autrement par rapport aux planetes secondaires ; car outre que chacune d’elles gravite particulierement vers sa planete principale respective comme vers son centre, elle est encore attirée vers le Soleil, de même que sa planete principale ; de maniere que quand la planete secondaire est plus éloignée du Soleil que sa planete principale, elle est moins attirée vers le Soleil, & quand elle est plus proche, elle est plus attirée, & presque toujours dans une direction différente de la force avec laquelle elle tend vers sa planete principale. Or par cette double tendance vers le Soleil & vers leur planete principale, le mouvement des satellites ou des planetes secondaires se compose extrèmement, & s’affecte d’un grand nombre d’irrégularités.

La plûpart de ces singularités s’observent dans le mouvement de la Lune, & c’est au célebre M. Newton que nous en devons l’explication & le calcul. On en remarque aussi de semblables & même de plus considérables dans les autres planetes secondaires, principalement dans le second satellite de Jupiter. Voyez Satellite.

Points collatéraux secondaires. Voyez Collatéral.

Cadrans secondaires ou cadrans de la seconde espece, sont les cadrans qui ne sont ni horisontaux, ni équinoctiaux, ni polaires, ni méridionaux, ni septentrionaux, ni orientaux, ni occidentaux. V. Cadran. (O)