L’Encyclopédie/1re édition/SYSTOLE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
◄  SYSTEME
SYSTYLE  ►

SYSTOLE, s. f. en Médecine, est la contraction du cœur d’un animal, par laquelle le sang est poussé des ventricules du cœur dans les arteres. Voyez Cœur, Sang, Artere, &c.

La systole du cœur est très-bien expliquée par Lower, qui montre que le cœur est un véritable muscle, dont les fibres sont mises en action, comme celles des autres muscles, par le moyen de certaines branches de la huitieme paire de nerfs qui s’y distribuent, & qui y transmettent du cerveau le fluide nerveux, autrement les esprits animaux. L’abord de ces esprits fait enfler les fibres musculaires du cœur, & ainsi les raccourcit. En conséquence la longueur du cœur diminue, sa largeur ou son épaisseur augmente, la capacité des ventricules devient moindre, les orifices tendineux des arteres se dilatent, ceux des veines sont formés par leurs valvules, & le sang contenu dans les ventricules est exprimé dans les orifices des arteres. Voyez Muscle.

Tout cela s’appelle systole ou contraction du cœur. L’état opposé à celui-là se nomme la diastole, ou la dilatation du cœur. Voyez Diastole & Pouls.

Drake ajoute à l’explication de Lower, que les muscles intercostaux & le diaphragme contribuent à la systole, en ouvrant au sang un passage du ventricule droit du cœur au ventricule gauche à-travers les poumons, sans quoi le sang ne pourroit passer d’un ventricule à l’autre ; & par ce moyen l’obstacle que le sang contenu dans le ventricule droit formeroit nécessairement à sa contraction, ne subsiste plus. Voyez Contraction.

Lower & Drake prétendent que la systole est l’état naturel du cœur, & que la diastole est son état violent. Boerrhaave prétend au contraire que la systole est l’etat violent, & la diastole l’état naturel.

Systole, dans la Poésie greque & latine, figure ou licence poétique, par laquelle d’une syllabe longue on en fait une breve, comme dans ce vers de Virgile.

Matri longa decem tulerunt fastidia menses.