L’Insulaire (fragment) (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 279-280).
◄  Napoléon
Le Tasse  ►


L’INSULAIRE.
FRAGMENT.

 
Il fut plus loin que tous ; il fut loin comme un rêve.
Élisa Mercœur.
 

Qu’importe !… à l’univers appartient sa mémoire !
Je dois, comme poète, un tribut à sa gloire:
Libre à moi de chanter lorsqu’il dort sur l’écueil.
Doit-on, s’il est sans glaive, insulter au courage ?
La mort l’a consacré ; la haine est un outrage
          À la majesté du cercueil !

Quand, despote du sort et géant de puissance,
Aux jeux des nations il apportait la France,
Je n’eusse pas vendu mes accens au vainqueur ;
Mais pour ce que je sens, je veux garder mon âme ;

On ne me verra pas en comprimant sa flamme,
          Faire un esclave de mon cœur.

Il unit en faisceau vingt sceptres et son glaive ;
Il fut plus loin que tous, il fut loin comme un rêve !…
Qui donc l’expliquera, l’être mystérieux ?
Faut-il qu’on le blasphème, ou faut-il qu’on l’adore ?
Tout marqué de ses pas l’univers doute encore
          S’il vint de l’enfer ou des cieux…

Des cieux ! lorsque lui seul manquait à l’équilibre,
Quand un peuple insensé, fatigué d’être libre,
Comme un coursier dompté, reprit le frein des lois.
Mais il vint de l’enfer ! alors qu’au rang suprême,
Il fit, en s’asseyant, paré du diadème,
          Son marche-pied du front des rois !

Alors que, s’immolant une jeune victime,
Il fit pâlir sa gloire, et l’entacha d’un crime ;
Ou qu’impuissant rival d’un éternel hiver,
Les donnant à la mort comme un présent d’esclaves,
Aux fêtes du Kremlin, il conduisait ses braves ;
          Il venait encor de l’enfer !

Mais .............
...............

(1828.)