Le Tasse (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 281-282).


LE TASSE [1].

 

Longtemps comme une chaîne il traîna l’existence,
L’épine se courbait à chacun de ses pas.

Élisa Mercœur.
 

Victime qu’accablaient l’infortune et la gloire,
Il fléchit sous un poids de génie et d’amour ;
À force de souffrance il paya sa mémoire :
L’orage était au cœur, il dura tout le jour.

En vain au souvenir d’Éléonore absente,
Ses pleurs coulaient unis aux larmes d’une sœur ;

Pour s’exiler encore il fuit le doux Sorrente ;
Son âme qui le suit, emporte sa douleur.

Mais la palme attendait son front sans diadème ;
Il voit d’un œil sans pleurs d’inutiles apprêts ;
À l’airain funéraire échappe un cri suprême,
Et le Tasse n’obtient qu’un laurier pour cyprès.

L’égoïste raison accusait sa démence,
Elle insultait celui qu’elle n’entendait pas ;
Long-temps comme une chaîne il traîna l’existence,
L’épine se courbait à chacun de ses pas.

Son œil vit au berceau l’infortune et la gloire,
Il fléchit sous un poids de génie et d’amour ;
De son tourment sublime il paya sa mémoire :
L’orage était au cœur, il dura tout le jour.


(1828.)
  1. Une personne, qui se trouvait à la maison, demanda à Élisa de lui faire quelques vers sur le Tasse ; elle prit la plume et écrivit ceux ci-dessus. Elle n’aimait pas qu’on lui donnât un sujet, parce qu’il fallait s’inspirer à froid, disait-elle, et que ces sortes de vers ne valent jamais ceux que l’on fait d’inspiration. Aussi ces quarante vers ne devaient pas servir pour ses Italiennes. C’était une ode qu’elle devait faire sur cet admirable poète.