La Grèce contemporaine/Table détaillée

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
L. Hachette et Cie. (p. TdM).
TABLE DES MATIÈRES
LE PAYS.
I. Idée qu’on se fait de la Grèce. — Deux sceptiques. — Premier coup d’œil, qui n’est pas rassurant. — Syra. 
 1
II. Le brillant Antonio. — L’Attique au mois de février. — Le ciel et la mer. — Le Pirée et la route d’Athènes. 
 4
III. Le climat de la Grèce ; chaleurs intolérables et froids terribles. — Le vent du nord et le sirocco. — Un premier jour de printemps. — Comparaison entre les différentes provinces de la Grèce. — Le pays est malsain. 
 9
IV. Première excursion. — Comment on apprend le grec moderne. — Mon professeur cire mes bottes. — Voyage dans l’île d’Egine avec Garnier. — Nous donnons le spectacle aux Eginètes. — Paysage. 
 11
V. Le voyage. — Idées d’Antonio sur la France. — Petits profits du métier de parrain. — Préparatifs. — De l’inutilité des armes en Grèce. — Nos gens. — Histoire naturelle de Pagoyate. — Le grand Epaminondas, mon cheval. — Leftéri. 
 16
VI. Physionomie de Mycènes. — Les bords de l’Èurotas. — Ce qui reste de Sparte et de Mistra. — Aspect de la Laconie 
 23
VII. L’Arcadie. — Le cours de la Néda : nous voyageons dans un fleuve. — Le Laden. 
 29
VIII. Conclusion. — La Grèce telle qu’elle est. 
 32
LES HOMMES.
I. Population de la Grèce. — Les Hellènes d’aujourd’hui ne sont pas des Slaves. — Phanariotes. — Pallicares. — Insulaires. — Le costume national 
 34

II. Le type grec. — Les femmes d’Athènes. — Beauté des hommes. — Sobriété de tout le peuple. — Effets du vin dans les pays chauds. 
 39
III. Les Grecs n’ont point de passions violentes. — Les fous sont très-rares dans le royaume et très-communs aux îles ioniennes : pourquoi ? 
 42
IV. Le peuple grec est encore un des peuples les plus spirituels de l’Europe : il travaille facilement. — Curiosité. — Un maître d’école érudit et un village qui veut s’instruire. 
 43
V. Passion pour la liberté : il y a toujours eu des hommes libres en Grèce. — Le brigandage et la piraterie sont deux formes de liberté. — Le Magne n’a jamais obéi à personne. — Impôt payé au bout d’un sabre. 
 47
VI. Égalité. — Les Grecs étaient égaux du temps d’Homère : « ils le seront éternellement. — Impossibilité de fonder une aristocratie. — Le ministre et l’épicier. — Ce qu’il faut penser des princes grecs qu’on voit à Paris. — Les nobles honteux ; leurs cartes de visite. 
 50
VII. Patriotisme. — Insurrection de Céphalonie. — La bravoure des Grecs. — Leur dégoût de l’agriculture. — Passion pour le commerce. — Petros veut acheter le cheval de son maître. 
 53
VIII. Revers de la médaille. — Les Grecs sont indisciplinés et jaloux. — Loi des autochtones et des hétérochthones. — La probité grecque. — Deux ministres se disputent un pot-de-vin. — Le président de l’Aréopage met son jardin en loterie. 
 57
IX. Les Albanais et les Valaques, laboureurs et bergers. — Les Maltais. — L’italien s’oublie et l’on apprend le français. — Histoire des Bavarois en Grèce. — Polonais. — Turcs. 
 61
X. Sentiments des Grecs pour les étrangers. — Les Anglais aux îles Ioniennes. — Un Anglais qui ne veut pas perdre son accent. — Are you a gentleman ? — La haute cour de justice à Corfou. 
 66
XI. La colonie française en Grèce. — Les philhellènes. — Le colonel Touret. — Le général Morandi. — Un procès inouï. — L’École française d’Athènes. 
 70
XII. Histoire de deux grandes dames étrangères qui s’étaient fixées en Grèce. 
 78
AGRICULTURE, INDUSTRIE, COMMERCE.

I. Poids et mesures. ― Mesures officielles et mesures usitées. ― Tout se vend au poids. ― La monnaie n’est pas en rapport avec les autres mesures. ― L’or et l’argent monnayé ont disparu. 
 92
II. Agriculture : quelles ressources offre-t-elle à la Grèce ? ― Le pays n’est pas stérile. ― Difficulté de connaître l’étendue des terres arables : le cadastre n’est pas fait. ― Les eaux courantes. ― Culture des céréales, du coton, de la garance, du tabac. ― L’olivier. ― La vigne : les vins de Santorin et de Malvoisie. ― Le vin résiné. ― Les raisins de Corinthe. ― La soie. ― Les fruits : pourquoi les Grecs ne mangent-ils que des fruits verts et ne mangent-ils jamais d’asperges. ― Les forêts. 
 94
III. Agriculture : emploi des ressources. ― Progrès rapides et brusque arrêt de la production agricole. ― Culture des céréales ; les femmes à la charrue. ― L’huile et le vin sont mal fabriqués. ― Les forêts ne sont ni gardées ni exploitées. ― Budget des ponts et chaussées. ― Danger de traverser une rivière sur un pont. ― Les forêts sont régulièrement incendiées. ― Un bon garde forestier. ― Résumé. 
 105
IV. Les jardins d’Athènes. ― Le printemps à la ville. ― Jardin de la reine. ― Ce que coûte une pelouse. ― Comment la reine ouvre son jardin au public. ― Jardin botanique d’Athènes. ― École d’agriculture de Tyrinthe. ― Colonie agricole de M. de Roujoux, à Carvati. 
 113
V. Les bêtes. ― Le cheval, animal déraisonnable. ― Un accident de voyage. ― Un cavalier en robe de chambre. ― Deux prudents diplomates. ― L’âne et Ajax. ― Les bêtes à laine. ― L’agneau à la Pallicare. ― La chasse. ― Inutilité du port d’armes. ― Tolérance des propriétaires. ― Les oiseaux de proie. ― La tortue. ― Les animaux qu’on ne nomme pas. 
 121
VI. Les mines et les carrières. ― Le Pentélique et Paros. ― Charbon de terre à Marcopoulo et à Koumi.― Plomb argentifère de Zéa. ― Marbre de Carysto. ― Émeri de Naxos. ― La propiété de toutes les mines et carrières, à l’exception de deux, est en litige. ― Incurie et impuissance du gouvernement. 
 134
VII. Industrie. ― Ce que la Grèce enverra à l’exposition de 1855. ― Tous les produits manufacturés qui se consomment dans le royaume sont importés. ― Tableau de l’importation. ― Progrès de la Turquie. ― La Grèce n’a que deux genres d’industrie : la filature de soie et la construction des navires. ― Conversation avec un filateur de Mistra. ― Comparaison du prix des navires à Syra et à Marseille. 
 138
VIII. Commerce. 
 144
LA FAMILLE.
I. Famille bourgeoise. ― Famille phanariote. ― Famille de paysans. Famille de Pallicares. 
 157
II. Le mariage, acte purement religieux. ― Les fiançailles. ― Le divorce. ― La mère de famille. ― Discours d’une mère de famille à la reine. ― Mortalité. 
 166
III. Les mariages d’argent. ― La chasse aux étrangers. ― Histoire d’un corset. 
 169
IV. Souvenirs des temps héroïques : les mariages pendant la guerre de l’indépendance. ― Un ministre du roi Othon a payé sa femme. ― Une fiancée dans une caisse. 
 175
V. Chapitre des coups de canif et des coups de couteau. 
 179
VI. L’esprit de famille. 
 182
LE GOUVERNEMENT ET L’ADMINISTRATION.
I. Le gouvernement. ― Analyse de la charte. ― Le roi l’a donnée malgré lui. ― Les ministres et les fonctionnaires. ― Les chambres. ― Un député dont l’élection a coûté quatorze hommes. ― Le sénat. ― Le corps judiciaire:tous les magistrats sont amovibles. ― Puissance du roi. ― Sentiments du peuple. ― Le roi est étranger et hétérodoxe. ― Il n’y a pas d’héritier présomptif. 
 186
II. Divisions administratives. ― Le fonctionnaire grec. ― Les passagers de l’Othon et de l’Amélie. ― Histoire d’un jeune employé du ministère des affaires étrangères, qui avait peur de l’eau comme Panurge, et d’un préfet de police qui aima mieux revecoir un coup de pied que de payer quarante-cinq francs. 
 192
III. La capitale transportée d’Astros à Égine, d’Égine à Nauplie, de Nauplie à Athènes. ― Ce que deviennent les capitales mises au rebut. ― Le gouvernement aurait dû s’établir à Corinthe ou au moins au Pirée. ― Influence de l’archéologie. ― Fureur de bâtir. ― Aspect d’Athènes. ― Le bazar. ― L’horloge de lord Elgin. ― La ville neuve. ― Les monuments modernes. ― Les ministères. ― Avenir d’Athènes. 
 196
IV. La justice : point de justice. ― Intégrité des juges. ― Leur patriotisme. ― La justice a des façons un peu vives. Leftéri en prison. ― Un procès en justice de paix. ― Les prisons. ― La peine de mort. ― Tragédie abominable. 
 203
V. Armée et marine. ― Effectif de l’armée. ― L’armée utile et l’armée inutile. ― Application ingénieuse de la conscription. ― L’école des Évelpides et l’avenir des jeunes officiers. ― Matériel de la marine. ― Personnel. ― Deux matelots par officier. 
 208
VI. L’instruction. ― Gratuité de l’enseignement. ― Penchant de tous les Grecs pour les professions libérales. ― L’étudiant domestique. ― Littérature. ― Beaux-arts. ― Un mot sur les antiquités. ― M. Pittakis. ― Conduite du gouvernement. 
 213
LA RELIGION.
I. Constitution de l’Église de Grèce. ― Son indépendance. ― Histoire du Tomos. ― Intrigue de la Russie. ― Le moine Christophoros. ― Loi organique sur le saint synode. ― Loi sur l’épiscopat. ― Le clergé subalterne : ses ressources. ― Le papas d’Isari. 
 224
II. Les moines. ― Les monastères en pays turc. ― Un monastère à deux fins dans la ville de Janina. ― Le gouvernement grec a fermé quelques couvents. ― Il aurait dû les fermer tous. ― Ignorance, paresse et turbulence des moines. ― Leur hospitalité. ― Une journée au monastère de Loukou. ― Pensées et sentiments de l’hégoumène sur la profession du moine. ― Le Mégaspiléon. ― Les bibliothèques des couvents. 
 237
III. Les églises. ― Tous les Grecs pratiquent leur religion, et n’en vivent pas mieux. ― Caractère du catholicisme byzantin. ― Les fêtes. ― Le carnaval. ― Le carême. ― Péchés que le carême fait commettre. ― La nuit de Pâques. ― Les coups de fusil. ― Les enfants de Mistra. 
 243
IV. Un enterrement grec. 
 249
V. Superstition et intolérance. 
 253
LES FINANCES.
I. Observations générales sur la situation financière de la Grèce. ― La Grèce vit en pleine banqueroute depuis sa naissance. ― Les impôts sont payés en nature. ― Les contribuables ne payent point l’État, qui ne paye point ses créanciers. ― Budget d’exercice et budget de gestion. ― Les ressources du pays ne se sont pas accrues en vingt années. 
 257

II.Recettes. ― L’impôt direct ou la dîme. ― L’usufruit, impôt qui ne peut exister qu’en Grèce. ― Les douanes. ― Un ministre qui espère que ses agents l’ont trompé. ― Un gouvernement qui se ruine en battant monnaie. ― Pourquoi la Grèce ne frappe que des sous. ― Domaine immense qui ne rapporte presque rien. ― Les eaux de Thermia, médicament très-dangereux. ― Forêts inutiles. ― L’État n’est payé ni par ses débiteurs ni par ses fermiers. 
 262
III. Dépenses. ― La dette intérieure. ― Les gouvernements forts sont les seuls qui trouvent à emprunter. ― Le gouvernement grec n’empruntera jamais de ses sujets. ― Les dettes de l’État remontent à la guerre de l’indépendance. ― Il ne les paye point. ― Pensions. ― La phalange : c’est le régime des colonels. ― Un libraire qu’on fait capitaine et un diplomte qu’on veut nommer général. ― Un négociant qui touche la solde de capitaine de vaisseau. 
 271
IV. Dépenses. ― La dette extérieure. ― En 1832, la France, l’Angleterre et la Russie garantissent un emprunt de 60 miilions contracté par la Grèce. ― Sur cette somme, la Grèce a pu disposer de 10 millions. ― Efforts tentés pour payer les intérêts. ― La Grèce reconnaît qu’il lui est impossible de s’acquitter. ― Elle doit aujourd’hui 33 millions à la France. 
 275
V. Dépenses. ― La dette différée. ― La Grèce doit 200 millions à certains capitalistes anglais. ― En 1823 et 1824, elle a emprunté 57 millions sur lesquels elle en a touché 23. ― Elle doit encore 57 millions, plus 30 ans d’intérêts composés. 
 282
VI. Dépenses. ― La liste civile. ― L’indemnité des chambres. ― Les sept ministères. ― La cour, l’armée et la flotte absorbent presque la moitié du budget. ― Utilité de ces trois institutions. ― Un mot sur les îles Ioniennes qui n’ont ni cour, ni flotte, ni armée. 
 286
LE ROI, LA REINE ET LA COUR.
I. Le roi n’a pas assez de santé ; la reine en a trop. — Beauté célèbre de la reine. — Le roi est toujours indécis, la reine toujours décidée ; le roi examine les lois sans les signer, la reine les signe sans les examiner. — Bonté du roi, rancune de la reine. — Histoire d’une grande famille et d’un petit cahier. 
 291
II. La vie privée des souverains de la Grèce. — Un nouveau Buckingham qui n’a pas réussi : la pomme de Pâris. 
 295

III. Le roi et la reine sont restés allemands ; ils aiment la Grèce comme on aime une propriété : égoïsme de ce gouvernement. — Il n’a créé aucun des établissements publics. — Il n’a accordé que les libertés qui lui ont été arrachées. — Il a engagé le royaume dans une guerre où les Grecs n’avaient rien à gagner. 
 298
IV. Politique du roi au dehors. ― Son ingratitude envers la France. ― Coup d’œil en arrière sur nos bienfaits. ― Retour sur l’affaire Pacifico et l’affaire King : le roi a compromis les pays par des motifs d’intérêt personnel. 
 300
V. Politique au dedans. ― Chefs de brigands à la cour. ― Le brigandage est une arme politique. ― La torture employée contre les amis de l’opposition. ― Crimes épouvantables dénoncés à la chambre des députés, et impunis. Le roi pardonne tout à ceux qui lui sont dévoués. 
 303
VI. La cour. ― Liste civile du roi : il pourrait vivre en seigneur riche ; il aime mieux vivre en roi misérable. ― Le palais et son mobilier. ― La ferme de la reine. ― Comment le roi a espéré qu’il aurait une maison de campagne, et comment il s’est trompé. ― Les carrosses du roi. 
 309
VII. Personnel de la cour. ― La grande maîtresse. ― Une dame de cire. ― Les dames d’honneur. ― Le maréchal du palais. ― Les officiers et leurs costumes. 
 314
VIII. Un bal à la cour. ― Les uniformes diplomatiques. ― Le grand cercle. ― La danse, les rafraîchissements et les bouquets. 
 317
LA SOCIÉTÉ.
I. Histoire de brigands. ― Un domestique en vacances. ― Comment on avance dans la gendarmerie. ― Un voleur généreux. ― Athènes assiégée par les brigands. ― Les malheurs d’un touriste qui portait des bijoux. ― La chaîne de Mme D***. ― Le gouvernement à la recherche d’un trésor. ― La duchesse de Plaisance et le brigand Bibichi. ― Un mort très-remuant. ― Précautions à prendre contre les fossoyeurs. ― Un brigand qui veut faire une fin. ― Dix francs de récompense. ― Un sous-préfet à faire peur. 
 323
II. L’hospitalité grecque. ― Utilité des lettres de recommandation. ― Le chibouk, la cigarette et le cigare. ― Le café turc. ― Éloge de Petros. ― Manière de préparer le café. ― Le glyco, et particulièrement le loukoum. ― Usage et abus de la poignée de main. 
 335

III. Aspect des rues. ― La ville en plein air. ― Retour sur l’antiquité. ― Le carrefour de la Belle-Grèce. ― L’épicier, le barbier et le pharmacien. ― Les sénateurs du marché. ― Le changeur. ― Le bazar à huit heures du soir. ― Les hommes dorment dans les rues et les femmes sur les toits. ― La chambre à coucher du peuple est mal balayée. ― Éclairage. 
 342
IV. Les hôtels. ― Les cabarets. ― Les khanis. ― Parallèle du khani et de l’auberge. ― Point de restaurant. ― Les fiacres d’Athènes. ― L’omnibus improvisé. ― Les bains turcs. ― Reproche grave à M. Alfred de Musset. ― Le supplice du bain. ― La récompense. 
 347
V. Le sport. ― Le turf athénien. ― La place de la musique. ― Les plaisirs du dimanche. ― Le chapelet des Grecs. ― Emploi du mouchoir de poche. ― Le roi et la reine au milieu de leurs sujets. Souvenirs du Cirque Olympique. 
 355
VI. Le théâtre. ― Vice de construction. ― MM. les officiers. ― Le chant des Grecs. ― Les dilettanti. ― Vers français d’un citoyen d’Athènes. 
 361
VII. Le beau monde. ― Bal chez M. Jean S***. ― La conspiration des violons. ― Les toilettes, l’ail et la conversation. ― Les cancans. ― Un duel au bord de l’Illissus. ― Galanterie de bon goût. ― Les cors d’un charmant valseur. ― Histoire d’un bracelet. ― Un monsieur qui a pris cinq tasses de brouillon. ― Les provisions du père de famille. ― Succès d’une paire de gants blancs. 
 366
VIII. Les misérables. ― Mendiants d’Athènes. ― Les Albanais de Pavlitza. ― Pour acheter un mari ! ― L’écharpe d’une vieille femme. ― Pas de pain ! ― Une nuit de réflexions. ― Caravane d’émigrants. ― Un chant populaire. ― Service désintéressé. 
 377
IX. Une fête de village en Arcadie. ― L’hospitalité du parèdre. ― Un verre pour trois. ― La danse n’est pas un plaisir enivrant. ― L’orchestre. ― Les femmes s’invitent d’elles-mêmes. ― Un bal champêtre sans gendarme. ― Le vin du cru. 
 390