La Neige (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes d’Élisa Mercœur, Texte établi par Adélaïde AumandMadame Veuve Mercœur (p. 225-226).


LA NEIGE.
CHANT III [1].

La neige à flots légers tombait amoncelée,
À l’heure où l’ombre apprend le court exil du jour ;
Et, jetant son reflet dans la blanche vallée,
Le doux soleil du soir brillait au bleu séjour.

Quand, pressant éperdu ta pâle et froide amie,
Sur ses lèvres cherchant un reste de chaleur,
Ton délirant baiser croyait trouver sa vie…
Dis, mon pauvre Olivier, ce qu’éprouvait ton cœur ?

Sur sa bouche fermée il n’était plus d’haleine,
Son sein calme et glacé n’avait pas un soupir ;
La brise s’étendait sur ses boucles d’ébène,
Sa vie était, hélas ! un dernier souvenir.

Un moment égaré, tu la crus endormie ;
Mais son cœur, que ta main interrogeait encor,

Sans palpiter reçut la pression chérie ;
Ce silence, Olivier, te révéla sa mort.

Ton âme renferma ta muette souffrance,
Tu dévoras tes pleurs, et n’osas pas gémir ;
Pouvais-tu donc pleurer sur un moment d’absence,
Lorsque l’éternité devait vous réunir ?

Mais la neige tombait ; et, rapide et légère,
On eût dit qu’enviant l’adieu de tes regards,
Pour étendre sur elle un voile funéraire,
Jalouse, elle amassait ses nuages épars.

Ta main, en écartant cette neige ennemie,
Cherchait encore en vain un battement du cœur ;
Il ne s’agitait plus au sein de ton amie,
Et sur elle planait une douce lueur.

Pour la dernière fois ton regard immobile,
En silence, Olivier, long-temps la contempla ;
Et, te penchant vers elle, accablé mais tranquille,
Dans un calme baiser ton âme s’exhala.

Le jour parut aux cieux : un pieux solitaire
S’inclina près de vous avec sa blanche croix ;
Et le divin pardon, qu’implorait sa prière,
Sur vos restes glacés descendit à sa voix.

Élisa Mercœur.
(3 septembre 1825.)
  1. Je n’ai pu retrouver les deux autres chants de ce petit poëme, intitulé Isaure et Olivier, poëme élégiaque.