100%.png

Le Coran (Traduction de Savary)/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Traduction de Claude-Étienne Savary.
LE CORAN,

traduit de l’arabe, accompagné de notes, précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet, tiré des écrivains orientaux les plus estimés.

Seconde partie.
Réédition de 1821 (première édition en 1782).

Publié à Paris et Amsterdam par G. Dufour, Libraire.
◄  Chapitre XLIX Sourate 50 Chapitre LI  ►


CHAPITRE L.
K.
donné à La Mecque, composé de 45 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


K. J’en jure par le Coran glorieux.

2Surpris de voir un prophète de leur nation, les infidèles crient au prodige.

3Victimes de la mort, disent-ils, lorsqu’ils ne restera de notre être qu’un amas de poussière, serons-nous ranimés de nouveau ? Cette résurrection nous paraît chimérique.

4Nous savons combien d’entre eux la terre a dévorés. Leurs noms sont écrits dans le livre.

5Ils ont traité la vérité de mensonge. L’esprit de confusion s’est emparé d’eux [1].

6Ne voient-ils pas comme nous avons élevé le firmament sur leurs têtes, comme nous l’avons orné d’astres lumineux ? Y aperçoivent-ils la moindre imperfection ?

7Nous avons déployé la terre sous leurs pas ; nous y avons élevé les montagnes ; nous avons mis dans son sein les germes précieux de toutes les plantes.

8Partout une magnificence divine éclate aux regards de nos fidèles adorateurs, et rappelle à leurs cœurs le souvenir d’un Dieu.

9Nous versons des nuages la pluie bienfaisante : elle fait éclore toutes les plantes qui ornent vos jardins, et les moissons qui ornent vos plaines.

10Elle fait croître les palmiers élevés dont les dates [2] retombent en grappes suspendues.

11Elles servent à la nourriture de nos serviteurs. La pluie rend la vie à la terre stérile ; image de la résurrection.

12Le peuple de Noé, les habitans de Rassi, et les Thémudéens nièrent la mission de leurs apôtres. 13Aod, Pharaon, les concitoyens de Loth, les habitans d’Aleïca, le peuple de Thobbai, traitèrent leurs prophètes d’imposteurs. Tous ont éprouvé les châtimens que je vous annonce.

14La création de l’univers nous a-t-elle coûté le plus léger effort ? Cependant ils doutent de la résurrection !

15Nous avons tiré l’homme du néant. Le moindre mouvement de son âme nous est connu. Nous sommes plus près de lui que la veine de son cœur.

16Lorsque, près du tombeau, les deux anges viennent s’asseoir, l’un à sa droite et l’autre à sa gauche,

17Il ne profère pas une parole qui ne soit notée exactement.

18Les angoisses de la mort le saisissent. Voilà, lui dit-on, le terme que tu voulais reculer.

19Le son de la trompette annoncera le jour des menaces.

20Chaque homme se présentera avec un guide et un témoin.

21Tu vivais dans l’insouciance, lui dira-t-on ; ce jour n’occupait point ta pensée. Nous avons fait tomber le voile qui t’aveuglait. Aujourd’hui ta vue sera perçante.

22Un des anges dira : Voilà ce que j’ai préparé contre lui.

23Qu’on jette dans l’enfer l’infidèle et le prévaricateur ;

24Qu’on y précipite ceux qui ont empêché le bien, violé les lois, et douté de la religion sainte.

25Qu’on fasse subir les tourmens les plus rigoureux à l’idolâtre.

26Seigneur, dira Satan, je ne l’ai point conduit à l’erreur ; il s’est perdu lui-même.

27Ne disputez point devant moi, répondra l’Éternel, votre arrêt est prononcé.

28Ma parole est immuable. Je ne traite point injustement mes serviteurs.

29Dans ce jour nous demanderons à l’enfer : Tes gouffres sont-ils remplis ? Il répondra : Avez-vous encore des victimes ?

30Non loin de là, le paradis est préparé aux hommes vertueux.

31Voilà, diront les anges, les bonheur promis à ceux qui ont fait pénitence et qui ont gardé les commandemens du Seigneur,

32A ceux qui ont craint le miséricordieux dans le secret, et qui lui ont offert un cœur converti.

33Entrez-y avec la paix. Le jour de l’éternité commence.

34Ici tous les plaisir sont rassemblés. L’excès de votre félicité passera votre attente.

35Combien nous avons exterminé de peuples plus puissans que les habitans de la Mecque ! Parcourez la terre, et voyez s’ils ont trouvé un abri contre notre vengeance.

36Ces exemples doivent instruire ceux qui un cœur, des oreilles, et qui sont capables de réflexion.

37Nous avons créé dans six jours les cieux, la terre, et tous les êtres répandus dans l’univers, et nous n’avons point senti la fatigue.

38Souffre avec constance leurs discours, et loue le Seigneur avant le lever et le coucher du soleil.

39Publie ses louanges au commencement de la nuit, et accomplis l’adoration [3].

40Songe au jour où le Héraut céleste appellera les mortels.

41L’instant où le cri véritable se fera entendre sera celui de la résurrection.

42Nous donnons la vie et la mort ; nous sommes le terme de toutes choses.

43Dans ce jour la terre ouvrira son sein ; les hommes s’élanceront du tombeau. Il nous sera facile de les rassembler.

44Nous connaissons les discours des infidèles. N’use point de violence pour leur faire embrasser l’islamisme.

45Lis le Coran à celui qui craint nos menaces.


  1. Les infidèles prétendaient que Mahomet était un mage, et le Coran un livre de magie ; d’autres qu’il était un poëte, et le Coran un livre de poésie. Gelaleddin.
    Ce dernier reproche n’est pas sans fondement. Tout le Coran est écrit par versets. Les premiers chapitres sont en prose rimée, une partie des derniers est en vers. Mahomet a déployé dans son ouvrage toutes les richesses de l’éloquence et de la poésie.
  2. Les dattiers produisent trois ou quatre grosses grappes qui sortent du sommet de l’arbre et qui retombent à l’entour. Elles sont formées de petits rameaux longs et flexibles ; où sont attachées les dattes. Ces grappes pèsent jusqu’à cent vingt livres. La datte est d’un vert foncé en naissant ; elle devient rouge à mesure qu’elle grossit ; et lorsqu’elle est mûre elle est noirâtre. Ce fruit d’un goût sucré et agréable, perd beaucoup à être désséché.
  3. Et accomplis l’adoration. On doit entendre par ces mots la prière nommée el aché, c’est-à-dire, du souper, qui se fait environ deux heures après le coucher du soleil. Maracci s’est trompé en croyant que ces mots signifiaient des génuflexions qui n’étaient point prescrites par loi. Maracci, p. 673.