Le Koran (Traduction de Kazimirski)/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Librairie Charpentier (p. 425-427).

CHAPITRE L.

KAF[1].


Donné à la Mecque. — 45 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Kaf[2]. Par le Koran glorieux,
  2. Ils s’étonnent de ce que de leur sein s’éleva un homme qui les avertit. Ceci est surprenant, disent les infidèles.
  3. Une fois morts et réduits en poussière, devrions-nous revivre ? Ce retour est trop éloigné[3].
  4. Nous savons combien la terre en a déjà dévoré ; nous avons un livre que nous avons conservé, et qui en instruit.
  5. Ils ont traité de mensonge la vérité qui leur est venue. Ils sont dans une affaire inextricable.
  6. Ne porteront-ils pas leurs regards vers le ciel élevé au-dessus de leurs têtes ? Ils verraient comment nous l’avons construit, comment on n’y voit pas de fissures.
  7. Et la terre, nous l’avons étendue et nous y avons jeté des montagnes, nous y avons produit des couples précieux de toutes espèces.
  8. Sujet de réflexion, et avis à tout serviteur qui aime a retourner vers nous.
  9. Nous faisons descendre du ciel l’eau bienfaisante ; par elle, nous faisons germer les plantes des jardins, et les grains que l’on moissonne.
  10. Et les palmiers élevés dont les cimes sont chargées de rangées de fruits,
  11. Pour servir de nourriture aux hommes. Au moyen de l’eau du ciel, nous rendons la vie à une contrée morte. C’est ainsi que s’opérera la résurrection.
  12. Le peuple de Noé, les hommes de Rass[4], et les Thémoudites, ont avant ceux-ci traité de menteurs leurs prophètes.
  13. Ad et Pharaon, le peuple de Loth et les habitants de la forêt[5], le peuple de Tobba[6], tous ont traité leurs prophètes d’imposteurs, et ont mérité le châtiment dont nous les menacions.
  14. Sommes-nous donc fatigué par la première création, pour qu’ils soient dans le doute sur la création nouvelle de la résurrection ?
  15. Nous avons créé l’homme, et bons savons ce que son âme lui dit à l’oreille ; nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire.
  16. Lorsque les deux anges[7] chargés de recueillir les paroles de l’homme se mettent à les recueillir, l’un assis à sa droite, et l’autre à sa gauche,
  17. Il ne prononce aucune parole sans qu’il y ait un observateur tout prêt à la noter.
  18. L’étourdissement de la mort certaine le saisit. Voici le terme que tu voulais reculer.
  19. On sonne la trompette. Voici le jour promis.
  20. Toute âme s’y achemine, et avec elle un conducteur qui la pousse et un témoin.
  21. Tu vivais dans l’insouciance de ce jour, lui dira-t-on. Nous avons ôté le voile qui te couvrait les yeux. Aujourd’hui ta vue est perçante.
  22. Celui qui l’accompagne[8] lui dira : Voilà ce que j’ai préparé contre toi.
  23. Jetez dans l’enfer tout infidèle endurci,
  24. Qui s’opposait au bien, violait les lois et doutait ;
  25. Qui plaçait à côté de Dieu d’autres dieux. Précipitez-le dans le tourment affreux.
  26. Celui qui l’accompagne dira à Dieu : Seigneur, ce n’est pas moi qui l’ai séduit ; cet homme était dans une fausse route, bien éloignée de la vraie.
  27. — Ne disputez pas devant moi, dira Dieu : Je vous avais bien menacés avant ce jour-ci.
  28. Ma parole ne change pas, et je ne suis point l’oppresseur des hommes.
  29. Alors nous crierons à l’enfer : Es-tu rempli ? et il répondra : En avez-vous encore ?
  30. Non loin de là est préparé pour les justes le jardin des délices.
  31. Voilà ce qui a été promis à tout homme qui faisait la pénitence, et observait les lois de Dieu,
  32. À tout homme qui craignait le Clément, et qui vient avec un cœur contrit.
  33. Entrez-y en paix, voici le jour de l’éternité.
  34. Vous y aurez tout à votre gré, et nous pouvons augmenter encore ses bénédictions.
  35. Combien n’avons-nous pas anéanti de peuples plus forts que les habitants de la Mecque ! Parcourez les pays, et voyez s’il est un abri contre notre colère !
  36. Avis à tout homme qui a un cœur, qui prête l’oreille-et qui voit.
  37. Nous avons créé les cieux et la terre et tout l’espace qui les sépare, en six jours. La fatigue n’a pas eu de prise sur nous.
  38. Supporte avec patience leurs discours, et récite les louanges de ton Seigneur avant le lever du soleil et avant son coucher.
  39. Récite aussi ses louanges dans la nuit et après les deux prosternements[9].
  40. Prête attentivement l’oreille au jour où le crieur criera du lieu voisin[10].
  41. Le jour où les hommes entendront réellement ce cri, sera celui de la sortie des tombeaux.
  42. Nous faisons vivre et nous faisons mourir. Nous sommes le terme de toutes choses.
  43. Le jour où la terre s’entrouvrira sous leurs pas sera le jour du rassemblement. Il nous est facile de le faire.
  44. Nous savons le mieux ce qu’ils (les infidèles) disent, et toi tu ne saurais les y contraindre.
  45. Avertis par le Koran ceux qui craignent mes menaces.
  1. Ce chapitre reçoit son titre de la lettre Kaf, placée en tête du premier verset
  2. Voyez II, 1, note.
  3. C’est-à-dire, que la mort anéantit trop l’existence de l’homme pour qu’il se relève dans sa forme primitive, et revienne pour ainsi dire de si loin.
  4. Voy. chap. XXV, 40.
  5. Cette forêt était dans le pays des Madianites.
  6. Voy. chap. LIV, 56
  7. Au lieu du mot anges, dont il s’agit bien ici, d’après les commentaires, le texte porte seulement ces mots : lorsque deux recueillants recueillent.
  8. L’ange de la mort.
  9. Prosternement C’est l’action de se jeter de tout son corps par terre. Cette attitude, si l’on peut s’exprimer ainsi, est une des parties essentielles de la prière ; le mot adoration, dont on pourrait à la rigueur se servir, ne rend pas avec autant de précision le mot arabe soudjoud.
  10. C’est-à-dire, d’où toutes les créatures pourront l’entendre.