100 percent.svg

Le Coran (Traduction de Savary)/97

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Traduction de Claude-Étienne Savary.
LE CORAN,

traduit de l’arabe, accompagné de notes, précédé d’un abrégé de la vie de Mahomet, tiré des écrivains orientaux les plus estimés.

Seconde partie.
Réédition de 1821 (première édition en 1782).

Publié à Paris et Amsterdam par G. Dufour, Libraire.
◄  Chapitre XCVI Sourate 97 Chapitre XCVIII  ►


CHAPITRE XCVII.
La Nuit célèbre.
donné à La Mecque, composé de 5 versets.

Au nom de Dieu clément et miséricordieux.


Nous t’envoyâmes le Coran dans la nuit célèbre[1].

2Qui te fera connaître le prix de cette nuit glorieuse ?

3Elle est plus précieuse que mille mois.

4Elle fut consacrée par la venue des anges et de l’esprit[2]. Ils obéirent aux ordres de l’Éternel, et apportèrent des lois sur toutes choses.

5La paix accompagna cette nuit jusqu’au lever de l’aurore.


  1. Cette nuit célèbre fut nommée Elcadar, parce que Dieu y disposa toutes choses avec sagesse.
    La tradition nous apprend, dit Zamchascar, que le Coran fut apporté pendant cette nuit de la table gardée au septième ciel, dans le ciel de la lune. Gabriel qui l’avait recueilli en un seul volume, le dicta à Mahomet pendant l’espace de vingt-trois ans.
  2. L’esprit, c’est Gabriel.