Le Dialogue (Hurtaud)/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Hurtaud.
Lethielleux (p. 247-248).


CHAPITRE XLIII

(73)

De quelle manière l’âme quitte l’amour imparfait et arrive à l’amour parfait.

Jusqu’ici je t’ai montré de différentes manières comment l’âme sort de l’imperfection et s’élève à l’amour parfait, et ce qu’elle fait après qu’elle est arrivée à cet amour de l’ami, à cet amour filial. Je t’ai dit et je te répète qu’elle y parvient par la persévérance, en s’enfermant dans la maison de la connaissance d’elle-même. Cette connaissance d’elle-même doit être accompagnée de la connaissance de Moi-même, pour qu’elle ne tombe pas dans le trouble et la confusion. Car la connaissance d’elle-même lui inspirera la haine de l’amour sensitif qu’elle a de soi, et aussi de son attrait pour les consolations personnelles.

De cette haine fondée sur l’humilité naîtra la patience, par laquelle elle deviendra forte contre les assauts du démon, contre les persécutions des hommes, et même vis-à-vis de Moi quand, pour son bien, je lui retirerai les joies spirituelles. Cette vertu lui fera supporter toutes les privations.

Si, dans quelque épreuve, la sensualité voulait relever la tête et s’insurger contre la raison, le juge qu’est la conscience devrait se dresser au-dessus d’elle, pour maintenir contre elle et sur elle les droits de la raison, et réprimer tous les mouvements désordonnés. L’âme qui se conserve dans la haine de la sensualité, se corrige sans cesse et réprime en tout temps, non seulement les mouvements qui sont contre la raison, mais encore ceux qui parfois viennent de Moi.

C’est ce que veut faire entendre mon doux serviteur saint Grégoire, lorsqu’il dit qu’une conscience qui est sainte et pure, pèche sans cesse, c’est-à-dire qu’à raison de sa pureté même, elle voit des fautes là où il n’y en a pas. Ainsi doit faire, ainsi fait l’âme qui veut sortir de l’imperfection, en attendant, dans le réduit de la connaissance d’elle-même, les ordres de ma Providence avec la lumière de la foi, comme les disciples qui n’allèrent point au-devant de l’avènement de l’Esprit-Saint, mais se tinrent enfermés dans le cénacle, pour y persévérer avec humilité dans les veilles et les oraisons continuelles.

Voilà, je Le l’ai dit, ce que fait l’âme quand elle est sortie de l’imperfection et s’est enfermée dans sa maison pour parvenir à la perfection. Là, elle veille, l’œil de l’intelligence toujours ouvert sur la doctrine de ma Vérité humiliée, qu’elle a connue en elle-même, et elle se tient en prière continuelle, en cette prière du saint et vrai désir, parce qu’en elle aussi elle connaît l’amour de ma Charité.