Le Koran (Traduction de Kazimirski)/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Librairie Charpentier (p. 193-197).

CHAPITRE XIII.

LE TONNERRE[1].


Donné La Mecque. — 43 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Élif. Lam. Min. Ra.[2]. Voici les signes du Livre, et ce qui a été envoyé d’en haut est la vérité même ; cependant le plus grand nombre ne croient pas.
  2. C’est Dieu qui a élevé les cieux sans colonnes visibles, et s’est établi sur le trône. Il a soumis le soleil et la lune, et chacun de ces astres poursuit sa course jusqu’à un point déterminé ; il manie les affaires de l’univers, et fait voir distinctement ses merveilles. Peut-être finirez-vous par croire avec certitude qu’un jour vous serez en présence de votre Seigneur.
  3. C’est lui qui a étendu la terre, qui y a mis les montagnes et les fleuves, qui y a établi des couples dans toutes les productions, qui ordonne à la nuit d’envelopper le jour. Certes, dans tout cela il y a des signes pour ceux qui réfléchissent.
  4. Et sur la terre vous voyez des portions différentes par leur nature, quoique voisines, des jardins de vignes, des blés, des palmiers isolés ou réunis sur un tronc. Ils sont arrosés par la même eau, et c’est nous qui les rendons supérieurs les uns aux autres, quant au goût. Certes, il y a dans ceci des signes pour les hommes doués de sens.
  5. Si quelque chose doit t’étonner de leur part, étonne-toi quand tu les entends dire : Se peut-il qu’étant changés en poussière, nous devenions ensuite une création nouvelle ?
  6. Ils ne croient point en Dieu ; des chaînes entoureront leurs cous, ils seront voués aux flammes, et y demeureront éternellement.
  7. Ils te solliciteront plutôt de hâter le mal que le bien (la colère plutôt que la miséricorde de Dieu). De semblables exemples ont déjà eu lieu avant eux. Certes Dieu est indulgent pour les hommes, malgré leur iniquité ; mais aussi il est terrible dans ses châtiments.
  8. Les incrédules disent : Est-ce que par hasard Dieu ne lui aurait donné aucun pouvoir pour faire des miracles ? Tu n’es donc qu’un avertisseur, et chaque peuple a eu un envoyé chargé de le diriger.
  9. Dieu sait ce que chaque femelle porte dans son sein, de combien la matrice se resserre ou s’élargit. Tout, chez lui, a sa mesure.
  10. Il connaît ce qui est caché et ce qui est manifeste. Il est le Grand, le Très-Haut.
  11. Pour lui tout est égal : celui qui cache son discours et celui qui le proclame tout haut, celui qui s’enveloppe dans la nuit et celui qui se produit au grand jour.
  12. Tout homme a des anges qui se succèdent sans cesse, placés devant lui, derrière lui ; ils veillent sur lui par ordre du Seigneur. Dieu ne changera point ce qu’il a accordé aux hommes, tant qu’ils ne le changeront pas les premiers, ce qu’ils possèdent de bien en mal. Quand il veut les punir, rien ne peut lui faire obstacle ; les hommes n’ont de protecteur que lui.
  13. C’est lui qui fait briller l’éclair à vos regards pour inspirer la crainte et l’espérance. C’est lui qui suscite les nuages chargés de pluie.
  14. Le TONNERRE célèbre ses louanges, les anges le glorifient pénétrés de frayeur. Il lance la foudre, et atteint ceux qu’il veut pendant qu’ils disputent au sujet de Dieu, car il est immense dans son pouvoir.
  15. Lui seul est digne d’être invoqué, et cent qui implorent d’autres dieux n’obtiennent rien ; semblables à celui qui étend ses deux mains vers l’eau pour la porter à sa bouche, mais qui ne parvient jamais à l’atteindre. Les cris des infidèles s’égarent dans leur route[3].
  16. Tout ce qui est dans les cieux et sur la terre se prosterne devant Dieu de gré ou de force. Les ombres mêmes de tous les êtres s’inclinent devant lui les matins et les soirs.
  17. Dis : Quel est le souverain des cieux et de la terre ? Réponds : C’est Dieu. Dis-leur : L’oublierez-vous donc pour chercher des patrons qui n’ont pour eux-mêmes aucun pouvoir sur qui leur est utile ou ce qui leur nuit ? Dis-leur : L’aveugle et celui qui voit sont-ils égaux, et les ténèbres et la lumière est-ce la même chose ? Donneront-ils pour compagnons à Dieu des divinités qui auraient créé comme a créé Dieu, en sorte que les deux créations se confondent à leur yeux ? Dis plutôt : Dieu est créateur de toutes choses· il est l’Unique, le Victorieux.
  18. Il fait descendre l’eau du ciel ; les torrents coulent dans leurs lits dans une certaine mesure ; le courant emporte l’écume qui surnage, et les métaux que les hommes fondent au feu pour en retirer des ornements et des outils produisent une écume pareille. C’est ainsi que Dieu met en parabole le vrai et le faux. L’écume s’en va rapidement, mais ce qui est utile aux hommes reste sur la terre. C’est ainsi que Dieu propose des paraboles. De belles récompenses seront à ceux qui répondent à l’appel de Dieu ; mais ceux qui n’y répondent pas, quand ils auraient tout ce que la terre contient et encore une fois autant, cela ne saurait les racheter. Leur compte sera affreux, leur demeure la géhenne. Quel affreux lit de repos !
  19. Celui qui sait que Dieu t’a envoyé la vérité du ciel se conduira-t-il comme un aveugle ? Les sages y réfléchiront.
  20. Ceux qui remplissent fidèlement les engagements pris envers Dieu et ne brisent point son alliance ;
  21. Qui unissent ce qu’il a ordonné d’unir, qui redoutent leur Seigneur et craignent la mauvaise issue de leur compte ;
  22. Ceux que le désir de contempler la face de Dieu rend constants dans l’adversité, qui s’acquittent avec exactitude de la prière, qui donnent en secret ou en public des biens que nous leur avons dispensés, qui effacent leurs fautes par leurs bonnes œuvres, à ceux-là le dernier séjour.
  23. Les jardins d’Éden, ils y entreront ainsi que leurs pères, leurs épouses et leurs enfants qui auront été justes. Là ils recevront la visite des anges, qui entreront par toutes les portes.
  24. La paix soit avec vous, leur diront-ils, parce que vous avez persévéré : qu’il est doux ce dernier séjour.
  25. Ceux qui violent le pacte de Dieu après l’avoir accepté, qui séparent ce que Dieu a voulu unir, et commettent les iniquités sur la terre, ceux-là, chargés de malédictions, auront pour séjour une demeure affreuse.
  26. Dieu verse à pleines mains ses bienfaits sur qui il veut, ou les resserre. Ils se réjouissent des biens de ce monde ; mais qu’est-ce donc que la vie d’ici-bas comparée à la vie future, si ce n’est un usufruit temporaire ?
  27. Les infidèles disent : Il n’a reçu sans doute d’en haut aucun pouvoir pour faire des miracles. Dis-leur : Dieu égare celui qu’il veut, et ramène à lui ceux qui se repentent,
  28. Qui croient, et dont les cœurs se reposent en sécurité dans la commémoration de Dieu. Eh quoi ! n’est-ce pas dans la commémoration de Dieu que les cœurs des hommes obtiennent la quiétude ! Ceux qui croient et font le bien, à ceux-là la béatitude et la plus belle retraite.
  29. Nous t’avons envoyé à un peuple que d’autres ont précédé, afin que tu leur récites nos révélations. Ils ne croient point au Clément sans bornes[4]. Dis-leur : C’est mon Seigneur, il n’y a point d’autre dieu que lui. J’ai mis ma confiance en lui. C’est à lui que tout doit retourner.
  30. Quand le Koran ferait mouvoir les montagnes, quand il fendrait la terre et ferait parler les morts, ils ne croiraient pas ; mais c’est à Dieu qu’appartient l’empire sur tout. Les croyants doutent-ils[5] que Dieu puisse diriger dans la droite voie tous les hommes, s’il le voulait ?
  31. Les malheurs ne cesseront pas d’accabler les infidèles pour prix de leurs œuvres, ou s’abattront à l’entrée de leurs habitations, jusqu’à ce que les menaces de Dieu soient accomplies ; et certes Dieu ne manque pas à sa parole.
  32. Avant toi aussi, mes envoyés furent l’objet de la raillerie ; j’ai accordé un répit aux fidèles, puis je les ai châtiés ; et quels furent mes châtiments !
  33. Est-ce que celui qui veille sur toutes les actions d’une âme est comme celui qui ne l’observe pas[6] ? Ils ont donné des égaux à l’Eternel. Dis-leur : Nommez vos divinités ; prétendez-vous apprendre à Dieu ce qu’il aurait jusqu’ici ignoré sur la terre, ou bien les divinités ne sont-elles qu’un vain nom ? C’est plutôt que la fraude des infidèles leur a été préparée de longue main, et ils se sont égarés loin du vrai sentier ; et certes celui que Dieu voudra égarer n’aura plus de guide.
  34. Le châtiment les atteindra dans ce monde, un autre plus terrible les attend dans l’autre : ils n’auront point de protecteur qui les défends contre Dieu.
  35. Voici quel sera le jardin promis à ceux qui craignent Dieu : le jardin arrosé de courants d’eau ; l’aliment de ses fruits est inépuisable, et ses ombrages permanents. Telle sera la fin des croyants ; celle des infidèles sera le feu.
  36. Ceux qui ont reçu les Écritures se réjouissent de ce qui t’a été révélé. D’autres, les partis des Arabes, en rejettent une partie. Dis-leur : Dieu m’a ordonné de l’adorer et de ne lui associer aucun être. J’appelle les hommes à son culte, et je retournerai à lui.
  37. Nous t’avons révélé ce Koran pour qu’il soit un code en langue arabe : si tu suivais leurs désirs, après avoir reçu la science, tu n’aurais ni ami, ni protecteur qui te protège contre Dieu.
  38. Avant toi, nous avons envoyé d’autres prophètes, à qui nous avons donné des épouses et une lignée. Aucun d’eux n’a fait de miracles, si ce n’est par la permission de Dieu. A chaque époque son livre sacré.
  39. Dieu efface ce qu’il veut, ou le maintient. La mère du Livre[7] est entre ses mains.
  40. Soit que nous te fassions voir l’accomplissement d’une partie de nos menaces, soit que nous t’appellions à nous avant ce terme, ta mission est de prêcher, et à nous appartient de demander un compte sévère,
  41. Ne voient-ils pas que nous avons pénétré dans leur pays et que nous le rognons tout autour[8] ? Dieu juge, et personne ne révise ses arrêts. Il est prompt à régler ses comptes.
  42. Leurs pères ont agi avec ruse ; mais Dieu est maître de toute ruse : il connait les œuvres de chacun, et les infidèles apprendront un jour qui sera en possession du séjour éternel.
  43. Les infidèles te diront : Tu n’as point été envoyé par Dieu. Réponds-leur : Il me suffit que Dieu et celui qui possède la science du Livre soient mes témoins entre vous et moi.
  1. Le titre de cette sourate est pris du verset 14, qui commence par le mot tonnerre.
  2. Voy. II, 1
  3. C’est-à-dire, n’arrivent pas jusqu’à Dieu.
  4. Le Clément sans bornes, errahmam, est un des noms de Dieu dans le chapelet musulman. Ce nom, porté par quelques individus parmi les Arabes, était une innovation lorsque Mahomet l’appliqua pour la première fois à Dieu.
  5. Le mot du texte est : ne désespèrent pas, que les commentateurs, s’appuyant sur une tradition, regardent comme équivalent de ne savent-ils pas ?
  6. Les mots soulignés ne se trouvent pas dans le texte, la phrase n’est pas achevée ; mais ici comme dans d’autres passages du Koran, il n’est pas difficile de la compléter. Ces mots s’appliquent à Dieu.
  7. Le mot du texte ommo’lkitab (la mère du Livre), qui ordinairement sert à désigner le premier chapitre du Koran, veut dire ici le prototype du Koran, le livre des arrêts éternels de Dieu.
  8. Cela s’applique au pays habité par les Arabes idolâtres, serrés de plus un plus par les conquêtes de Mahomet.