75 percent.svg

Le Koran (Traduction de Kazimirski)/68

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Librairie Charpentier (p. 471-473).

CHAPITRE LXVIII.

LA PLUME.


Donné à la Mecque. — 52 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Noun[1]. J’en jure par la PLUME et par ce qu’ils (les hommes) écrivent.
  2. Tu n’es point, ô Mohammed ! par la grâce de ton Seigneur, un possédé.
  3. Il t’est réservé une récompense parfaite[2].
  4. Tu es d’un caractère élevé.
  5. Tu verras et ils (les infidèles) verront
  6. Lequel de vous est atteint de démence.
  7. Dieu sait le mieux qui s’égare, et il connaît le mieux ceux qui suivent le droit chemin.
  8. N’obéis point à ceux qui traitent les révélations de mensonges.
  9. Ils voudraient que tu les traitasses avec douceur ; alors ils te traiteraient avec douceur.
  10. Mais toi, n’écoute pas celui qui jure à tout propos[3], et qui est méprisable.
  11. N’écoute point le calomniateur, qui va médisant des autres,
  12. Qui empêche le bien, le transgresseur, le criminel,
  13. Cruel et de naissance impure,
  14. Quand même il aurait des richesses et beaucoup d’enfants.
  15. Cet homme qui, à la lecture de nos versets, dit : Ce sont des contes des anciens,
  16. Nous lui imprimerons une marque sur le nez.
  17. Nous les avons éprouvés (les Mecquois) comme nous avions éprouve jadis ces possesseurs du jardin quand ils jurèrent qu’il en cueilleraient les fruits le lendemain matin[4] (de grand matin).
  18. Ils jurèrent sans aucune restriction[5].
  19. Une calamité de nuit survint pendant qu’ils dormaient.
  20. Le lendemain matin, le jardin fut détruit comme si on avait coupé tout.
  21. Le matin ils s’entr’appelaient :
  22. Allez avec le jour à votre champ, si vous voulez couper (cueillir) vos dattes.
  23. Ils s’en allaient se parlant à l’oreille.
  24. Qu’aujourd’hui au moins pas un seul pauvre n’entre dans votre jardin[6].
  25. Ils y allèrent avec le jour, bien décidés à ne rien donner.
  26. Et quand ils virent ce qu’était devenu le jardin, ils s’écrièrent : Nous étions dans l’erreur.
  27. Nous voila frustrés dans notre espoir.
  28. Le plus raisonnable d’entre eux leur dit : Ne vous ai-je pas répété : Que ne pensez-vous à Dieu ?
  29. — Louange à Dieu ! répondirent-ils, nous avons commis une iniquité.
  30. Et ils se mirent à se blâmer l’un l’autre.
  31. Malheureux que nous sommes ! nous étions méchants.
  32. Peut-être Dieu nous donnera-t-il en échange un autre jardin meilleur que celui-ci : nous désirons ardemment la grâce de Dieu.
  33. Tel a été notre châtiment ; — mais le supplice de l’autre monde sera plus terrible. Ah ! s’ils le savaient !
  34. Les jardins de délices attendent les hommes qui craignent Dieu.
  35. Traiterons-nous également ceux qui se résignent à la volonté de Dieu (les musulmans) et les coupables ?
  36. Qu’avez-vous pour en juger ainsi ?
  37. Avez-vous quelque pièce écrite ou vous lisez
  38. Que vous obtiendrez ce que vous voudrez ?
  39. Avez-vous reçu de nous un serment qui nous oblige pour toujours, et jusqu’au jour de la résurrection, à vous fournir ce que vous jugerez a propos d’avoir ?
  40. Demande-leur : Qui d’entre vous en est garant ?
  41. Ont-ils des compagnons ? qu’ils les amènent, s’ils disent la vérité.
  42. Le jour ou les jambes seront à nu[7], on les appellera à l’adoration ; mais ils n’auront pas les forces nécessaires.
  43. Les yeux baisses et les visages couverts de honte, on les appelait à l’adoration pendant qu’ils étaient sains et saufs, et ils ne venaient pas.
  44. Ne me parle donc plus en faveur de ceux qui accusent ce livre de mensonge. Nous les amènerons par degrés a leur perte sans qu’ils sachent par quelles voies.
  45. Je leur accorderai un long délai ; car mon stratagème est solide[8].
  46. Leur demanderas-tu une récompense de ta mission ? Mais ils sont accables de dettes !
  47. Ont-ils la connaissance des choses cachées ? les transcrivent-ils du livre de Dieu ?
  48. Attends donc avec patience le jugement de ton Seigneur, et ne sois pas comme l’homme au poisson[9], qui, suffoque par la colère, criait vers Dieu.
  49. Si la faveur de son Seigneur ne l’avait embrassé, il aurait été jeté sur la cote aride, couvert de blâme.
  50. Mais Dieu l’avait pris pour son élu, et il l’a rendu juste.
  51. Peu s’en faut que les infidèles ne l’ébranlent par leurs regards, quand ils entendent réciter le Koran, et qu’ils ne disent : C’est un possédé.
  52. Non, ce (le Koran) n’est qu’un avertissement pour l’univers.
  1. Voy. II, 1, note.
  2. Mot à mot : un salaire ou une récompense qu’on ne te reprochera pas.
  3. Grand faiseur de serments qui jure sur ce qui est vrai et sur ce qui est faux.
  4. Un homme pieux possédait un jardin planté de palmiers ; il avait coutume de prévenir les pauvres de son endroit du jour où il couperait les dattes ; les fruits qui tombaient en dehors du drap étendu sous l’arbre, ceux que le vent abattait ou ceux que le couteau manquait, revenait aux pauvres. Après sa mort, ses fils, moins charitables que leur père, décidèrent un jour de ne plus prévenir les pauvres de la récolte des dattes, et de les couper de grand matin. Mois la nuit une tempête détruisit leur jardin, et il n’en resta aucune trace.
  5. C’est-à-dire, ils jurèrent qu’ils feraient le lendemain la récolte, sans ajouter s’il plaît à Dieu, si Dieu le veut.
  6. Nous avons fait remarquer ailleurs (chap. XVIII, 18, 19, note cette particularité de la phraséologie arabe, d’après laquelle la personne qui fait partie d’une troupe, au lieu de se servir du pronom nous, emploie, en parlant à ses compagnons, le pronom vous.
  7. C’est-à-dire, au jour ou l’on se préparera pour une affaire grave, qui est le jugement dernier.
  8. Il n’en sera pas moins efficace après un long délai.
  9. Il s’agit ici du prophète Jonas dévoré par la baleine. Nous traduisons le mot hout du texte par poisson ; c’est un nom générique pour tout gros poisson ; les Arabes ne connaissaient pas la classification des naturalistes, qui rangent les baleines parmi les mammifères cétacés, etc. ; il est du reste inutile de soulever ici la question de savoir si un cétacé quelconque pouvait se trouver dans les eaux du Tigre.