Le Koran (Traduction de Kazimirski)/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Librairie Charpentier (p. 138-145).

CHAPITRE VIII

LE BUTIN[1].


Donné à Médine. — 76 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Ils t’interrogeront au sujet du butin. Réponds-leur : Le butin appartient à Dieu et à son envoyé. Craignez le Seigneur. Cherchez à arranger vos différends entre vous, et obéissez à Dieu et à son envoyé, si vous êtes fidèles.
  2. Les vrais croyants sont ceux dont les cœurs sont pénétrés de crainte lorsque le nom de Dieu est prononcé, dont la foi augmente à chaque lecture de ses enseignements, ceux qui ne mettent de confiance qu’en leur Seigneur ;
  3. Qui observent la prière et font l’aumône des biens que nous leur dispensons.
  4. Ceux-là sont les vrais croyants ; ils occuperont des degrés (en rapport avec leurs œuvres) auprès de leur Seigneur ; à eux le pardon de leur Seigneur et une subsistance généreuse.
  5. Souviens-toi du moment on Dieu te fit sortir de ta demeure[2] pour la mission de la vérité, et qu’une partie des croyants ne te suivait qu’à contre-cœur ;
  6. Qu’on se mit à discuter avec toi sur la vérité qui avait déjà clairement apparu ; ils ne te suivaient qu’à contre-cœur, comme si on les eût conduits à la mort, comme s’ils la voyaient de leurs yeux[3].
  7. Le Seigneur vous avait promis que l’une des deux troupes vous serait livrée ; vous désirâtes que ce ne fut pas la plus forte. Le Seigneur cependant a voulu prouver la vérité de ses paroles, et exterminer jusqu’au dernier des infidèles,
  8. Pour établir la vérité et anéantir le mensonge, dussent les coupables en concevoir du dépit.
  9. Lorsque vous implorâtes l’assistance du Très-Haut, il vous exauça. Je vous appuierai, dit-il, de dix mille anges se succèdent sans intervalle.
  10. Il vous fit cette promesse afin de porter dans vos cœurs la joie et la confiance. Tout Secours vient de Dieu, car il est puissant et sage.
  11. Souvenez vous de ce moment où, en signe de sécurité de sa part, il vous enveloppa dans le sommeil, ou il fit descendre l’eau du ciel pour vous purifier, pour éloigner de vous l’abomination de Satan, pour lier vos cœurs par la foi et affermir vos pas[4].
  12. Il dit alors aux anges : le serai avec vous. Allez affermir les croyants. Moi, je jetterai la terreur dans le cœur des infidèles. Et vous, frappez-les sur les nuques et sur les extrémités des doigt[5].
  13. Ils se sont séparés de Dieu et de son envoyé. Quiconque se séparera de Dieu et de son apôtre, Dieu lui fera éprouver combien il est terrible dans ses châtiments.
  14. Telle est votre rétribution, souffrez-la ; le feu est préparé pour les infidèles.
  15. Ô croyants ! Lorsque vous rencontrerez l’armée ennemie marchant en ordre, ne prenez pas la fuite.
  16. Quiconque tournera le dos au jour du combat, à moins que ce ne soit pour revenir à la charge ou pour se rallier, sera chargé de la colère de Dieu. Sa demeure sera l’enfer ; quel affreux séjour !
  17. Ce n’est pas vous qui les tuez, c’est Dieu. Quand tu lances un trait, ce n’est pas toi qui le lances, c’est Dieu, pour éprouver les fidèles par une belle épreuve ; car Dieu entend et sait tout.
  18. Dieu le fait, parce qu’il met au néant les ruses des infidèles.
  19. Vous avez désiré la victoire, ô infidèles ! Et la victoire a tourné contre vous. Si vous cessez les premiers de nous combattre, cela vous sera plus avantageux. Si vous y revenez, nous y reviendrons aussi. Votre grand nombre ne vous servira à rien, car Dieu est avec les croyants.
  20. Ô croyants ! Obéissez à Dieu et à son apôtre ; ne vous éloignez jamais d’eux. Vous l’avez entendu.
  21. Ne ressemblez pas à ceux qui disent : Nous vous écoutons, et qui n’écoutent pas.
  22. Les plus mauvaises des bêtes de la terre auprès de Dieu, ce sont les sourds et les muets qui n’entendent rien.
  23. Si Dieu leur eût connu quelque bonne disposition, il leur aurait donné l’ouïe ; mais, s’ils l’avaient, ils se détourneraient et s’éloigneraient de lui.
  24. Ô croyants ! Répondez à l’appel de Dieu et du prophète quand il vous appelle à ce qui vous fait vivre, et sachez que Dieu se glisse entre l’homme et son cœur, et que vous serez un jour rassemblés autour de lui.
  25. Redoutez la tentation : Les injustes ne seront pas les seuls qu’elle atteindra, et sachez que Dieu est terrible dans ses châtiments.
  26. Souvenez-vous que, faibles et en petit nombre dans cette contrée[6], vous craigniez d’être exterminés par vos ennemis ; mais Dieu vous a donné un asile, il vous a protégés de son secours, et a pourvu à votre subsistance. Peut-être lui rendrez-vous des actions de grâces.
  27. Ô croyants ! Gardez-vous de tromper Dieu et le prophète. N’usez pas de fraude dans vos engagements, puisque vous êtes instruits.
  28. Songez que vos richesses et vos enfants sont un sujet de tentation, et que la récompense que Dieu vous prépare est magnifique.
  29. Ô croyants ! Si vous craignez le Seigneur, il vous séparera des méchants ; il expiera vos fautes, il vous les pardonnera, car il est généreux dispensateur de grâces.
  30. Quand les infidèles tramaient un complot contre toi, Ô Mohammed ! Quand ils voulaient te saisir, te tuer ou te chasser, Dieu à son tour complota contre eux, et certes Dieu est le plus habile à nouer un complot.
  31. Quand on leur relit nos enseignements, ils disent : Nous les avons déjà entendus. Il ne tiendrait qu’à nous d’en produire de semblables. Ce ne sont que des contes des anciens (des vieux contes).
  32. Quand ils disent : Dieu ! Si le Koran est réellement la vérité, fais pleuvoir du ciel les pierres sur nos têtes ; fais-nous éprouver quelque châtiment douloureux.
  33. Sache que Dieu ne les punit pas, tant que tu es au milieu d’eux ; il ne les punit pas non plus pendant qu’ils implorent son pardon[7].
  34. Mais rien n’empêchera Dieu de les châtier quand ils éloigneront les fidèles du temple sacré de la Mecque, quoiqu’ils n’en soient pas les gardiens[8] ; car les gardiens du temple sont ceux qui craignent Dieu ; la plupart d’entre eux l’ignorent.
  35. Leur prière à la maison sainte n’était qu’un sifflement et un battement de mains[9]. Ils entendront ces mots : Goûtez la peine de votre impiété.
  36. Les infidèles dépensent leurs richesses pour détourner les autres de la voie de Dieu ; ils les dépenseront toutes. Un repentir amer en sera le fruit, et ils seront vaincus.
  37. Les infidèles seront réunis dans l’enfer.
  38. Dieu séparera le mauvais d’avec le bon ; il entassera le mauvais l’un sur l’autre, il en formera un faisceau et le mettra au feu de la géhenne. Ce sont les méchants qui seront alors perdus.
  39. Dis aux infidèles que, s’ils mettent fin à leur impiété, Dieu leur pardonnera le passé ; mais, s’ils y retombent, ils ont devant eux l’exemple des peuples d’autrefois.
  40. Combattez-les jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de tentation[10] et qu’il n’y ait plus d’autre culte que celui du Dieu unique ; s’ils mettent un terme à leurs impiétés, certes Dieu voit tout.
  41. S’ils tournent le dos, sachez que Dieu est votre protecteur : Quel protecteur et quel défenseur !
  42. Sachez que, lorsque vous avez fait un butin, la cinquième part en revient à Dieu, au prophète, aux parents, aux orphelins, aux pauvres et aux voyageurs ; si vous croyez en Dieu, à ce que nous révélâmes à notre serviteur dans la journée de la Distinction[11], dans la journée où les deux armées se rencontrèrent. Dieu est tout-puissant.
  43. Souvenez-vous de ce jour ou vous étiez campés sur le passage le plus rapproché, vos ennemis sur le passage le plus éloigné de la vallée, et que la caravane était plus bas[12]. Si vous aviez pris des engagements mutuels, vous y auriez manqué, effrayés du nombre de l’ennemi[13] ; mais vous vous y êtes trouvés réunis comme par hasard, afin que Dieu accomplît l’œuvre décrétée dans ses destins ;
  44. Afin que celui qui devait périr, périt par un signe évident du ciel, et que celui qui devait survivre, vécut par le même signe. Dieu sait et entend tout.
  45. Souviens-toi, ô Mohammed ! Que Dieu te montra en songe l’armée ennemie peu nombreuse. S’il te l’eût montrée plus forte, vous auriez tous perdu courage, et vous auriez soulevé à ce propos des disputes ; il a voulu vous en préserver. Il connait ce que recèle le cœur des hommes.
  46. Quand vous vous trouvâtes en face des ennemis, Dieu les fit voir peu nombreux à vos yeux ; il en diminua le nombre à vos yeux, pour accomplir l’œuvre décrétée dans ses destins. Il est le terme de toutes choses.
  47. O croyants ! Quand vous êtes en face d’une troupe armée soyez inébranlables, et répétez sans cesse le nom du Seigneur. Vous serez bénis.
  48. Obéissez à Dieu et au prophète ; ne soulevez point de disputes, car elles abattraient votre courage et vous enlèveraient le succès. Soyez persévérants, car Dieu est avec les persévérants.
  49. Ne soyez pas comme ceux (des Mecquois) qui sortirent avec jactance et ostentation de leurs demeures pour détourner les hommes de la voie du Seigneur. Il voit leurs actions.
  50. Satan leur avait déjà préparé leurs actions, et leur dit : Aujourd’hui vous êtes invincibles ; je suis votre auxiliaire. Mais, quand les deux armées furent en présence, il leur tourna le dos en disant : Je ne m’en mêle pas ; je vois ce que vous ne voyez pas, je crains Dieu dont les châtiments sont terribles.
  51. Les hypocrites et ceux dont le cœur est atteint d’une infirmité disaient alors en parlant des vrais fidèles, de vous : Leur croyance les rend aveugles[14]. Mais celui qui met sa confiance en Dieu sait qu’il est puissant et sage.
  52. Quel spectacle, lorsque les anges ôtent la vie aux infidèles ! Ils les frappent sur leurs visages et sur leurs reins, et leur crient : Allez goûter la peine du feu.
  53. Ce supplice est l’œuvre de vos mains, car Dieu n’est point un oppresseur de ses serviteurs.
  54. Leur sort ressemble à celui des gens de Pharaon et des incrédules qui les ont précédés. Dieu les anéantit à cause de leurs iniquités. Il est fort et terrible dans ses châtiments.
  55. C’est parce que Dieu ne change point les bienfaits dont il comble les hommes, tant qu’ils ne pervertissent point leurs cœurs. Il voit et entend tout.
  56. Leur sort ressemble à celui des gens de Pharaon et à ceux qui, avant eux, ont traité de mensonges les signes du Seigneur. Nous les avons anéantis à cause de leurs péchés, et nous avons submergé les gens de Pharaon ; Ce n’étaient que des impies.
  57. Les plus mauvaises des bêtes de la terre auprès de Dieu, ce sont ceux qui sont ingrats, qui ne croient pas ;
  58. Ceux avec lesquels tu as fait un pacte et qui le rompent à tout moment, et qui ne craignent point Dieu.
  59. Si tu parviens à les saisir pendant la guerre, disperse par le spectacle de leur supplice ceux qui les suivront, afin qu’ils y réfléchissent.
  60. Si tu appréhendes quelque trahison de la part d’une peuplade, rends-lui la pareille ; Dieu n’aime point les traîtres.
  61. Ne crois-pas que les infidèles aient le dessus, car ils ne sauraient affaiblir la puissance de Dieu.
  62. Mettez donc sur pied toutes les forces dont vous disposez et de forts escadrons, pour en intimider les ennemis de Dieu et les vôtres, et d’autres encore que vous ne connaissez pas et que Dieu connaît. Tout ce que vous aurez dépensé dans la voie de Dieu vous sera payé, et vous ne serez point lésés.
  63. S’ils inclinent à la paix, tu t’y prêteras aussi, et tu mettras ta confiance en Dieu, car il entend et sait tout.
  64. S’ils te trahissent, Dieu te suffira : C’est lui qui t’a aidé par son assistance et par celle des fidèles. Il a uni leurs cœurs. Si tu avais dépensé toutes les richesses de la terre, tu n’y serais pas parvenu. Mais Dieu les a unis, car il est puissant et sage.
  65. O prophète ! Dieu et ceux des croyants qui te suivent te suffisent.
  66. O prophète ! Excite les croyants au combat. Vingt hommes fermes d’entre eux terrasseront deux cents infidèles. Cent en mettront mille en fuite, parce que les infidèles ne comprennent rien.
  67. Voilà que Dieu vous allège votre tache ; il sait combien vous êtes faibles[15]. Cent hommes fermes d’entre vous vaincront deux cents ennemis, et mille triompheront de deux mille par la permission de Dieu, qui est avec les hommes fermes.
  68. Il n’a jamais été donné à un prophète de faire des prisonniers sans commettre de grands massacres sur la terre. Vous désirez le bien de ce monde, et Dieu veut vous donner ceux de l’autre. Il est puissant et sage.
  69. Si une permission de Dieu n’avait pas eu lieu précédemment[16], vous auriez expié ce que vous avez pris par un châtiment douloureux[17].
  70. Nourrissez-vous des biens licites enlevés aux ennemis, et craignez le Seigneur. Il est clément et miséricordieux.
  71. Ô prophète ! Dis aux captifs qui sont entre vos mains : Si Dieu voit de la droiture dans vos cœurs, il vous donnera des richesses plus précieuses que celles qu’on vous a enlevées, et il vous pardonnera, parce qu’il est clément et miséricordieux.
  72. Mais s’ils (les captifs) veulent être perfides ; or ils avaient déjà été perfides envers Dieu[18] ; tu sais que Dieu te les a livrés, et Dieu est savant et sage.
  73. Les croyants qui auront abandonné leurs foyers pour combattre de leurs biens et de leurs personnes dans la voie de Dieu, ceux qui ont donné asile au prophète et l’ont assisté dans ses œuvres, seront regardes comme parents les uns des autres. Ceux qui ont cru, mais qui n’ont point émigré, ne seront point compris dans vos relations de parenté, jusqu’à ce qu’eux aussi ils aient quitté leurs foyers. Mais, s’ils implorent votre appui à cause de la foi, vous le leur accorderez, à moins que ce ne soit contre ceux qui sont vos alliés. Le Très-Haut voit vos actions.
  74. Les infidèles se prêtent une assistance mutuelle. Si vous n’agissez pas de même, le désordre et de grands maux envahiront le pays.
  75. Ceux qui ont cru et quitté leurs foyers pour combattre dans la voie de Dieu, ceux qui ont donné asile au prophète et l’ont assisté, ceux-là sont les véritables croyants. Le pardon du Seigneur et des bienfaits généreux leur reviennent de droit.
  76. Ceux qui ont cru et émigré depuis, et qui combattent dans la voie de Dieu, font partie de votre communauté. Mais les hommes unis par les liens du sang sont plus proches les uns des autres : Voilà ce qui est écrit dans le livre de Dieu, et Dieu sait toutes choses[19].
  1. De Médine où Mahomet s’était fixé depuis sa fuite de La Mecque.
  2. De Médine, où Mahomet s’était fixé depuis sa fuite de la Mecque.
  3. Ceci se rapporte au premier combat de Bedr. Mahomet avait appris qu’une caravane de Koreïchites revenait, chargée de marchandises, de Syrie à la Mecque et il conçut le projet de l’attaquer. La caravane, de son coté, craignant sur sa route une attaque de Mahomet, envoya à la Mecque demander une escorte, et prit, en attendant, la route la plus rapprochée de la mer. Les Mecquois, au nombre d’environ mille hommes, se dirigèrent à la rencontre de la caravane. Ce fut alors que les avis se partagèrent dans le camp de Mahomet : les uns jugeaient qu’il était plus avantageux de se jeter sur la caravane ; d’autres qu’il fallait frapper un grand coup, et, malgré en disproportion des forces, attaquer les Mecquois. Mahomet cherchait a donner du courage aux siens en leur promettant l’assistance divine.
  4. Avant le combat, les mahométans occupaient un terrain aride et dépourvu d’eau. Ils en tiraient un mauvais augure pour le succès de leur entreprise. Satan exploitait cette situation dans leurs songes, et cherchait à ébranler leur foi. Dans la nuit, Dieu envoya une pluie abondante pour les désaltérer et les purifier.
  5. Frapper sur les extrémités des doigts, signifie faire administrer une correction.
  6. Savoir, à la Mecque. Mahomet s’adresse ici aux Mohadjers, c’est-à-dire à ceux qui avaient émigré de la Mecque.
  7. Le pronom ils se rapporte, selon les uns, aux fidèles mêlés aux idolâtres ; selon d’autres, aux idolâtres eux-mêmes, qui, dans un accès de repentir, implorent le pardon de Dieu.
  8. La garde du temple de la Mecque était toujours confiée à quelque famille influente, même du temps du paganisme, et on se disputait cet honneur.
  9. Les idolâtres, disent les commentaires, se promenaient tout nus, hommes et femmes, bras dessus bras dessous, et sifflaient entre leurs doigts, et faisaient du bruit pour troubler Mahomet dans ses prières.
  10. C’est-à-dire, qu’il n’y ait plus de tentation de l’idolâtrie. Le mot fitneh, qui, dans l’origine et dans ce passage du Koran, veut dire tentation, s’emploie encore pour sédition, désordre, discorde, trouble, tout motif ou sujet de désordre. On l’applique aussi à un individu qui est la cause de troubles.
  11. La journée de Bedr, où les infidèles furent pour la première fois en présence des croyants, et où la séparation entre les deux cultes fut scellée par la victoire des uns et la défaite des autres.
  12. La caravane des Koreïchites suivait la route la plus rapprochée de la mer ; elle se trouvait par conséquent plus bas que les musulmans d’un côté, et les Mecquois idolâtres de l’autre.
  13. La supériorité des forces ennemies vous aurait effrayés au point de vous faire abandonner le champ de bataille ; mais ignorant leur nombre, vous avez tenu bon.
  14. Pour attaquer des forces plus considérables que les leurs.
  15. En vous rendant capables d’être un contre deux, Dieu vous rend la tâche plus facile.
  16. C’est·à-dire, si Dieu n’avait pas autorisé précédemment (en termes généraux) la rançon des captifs.
  17. C’est à dire, la rançon des captifs pris au combat de Bedr. Après le combat de Bedr, on amena devant Mahomet soixante-dix prisonniers. Quelques musulmans zélés opinaient pour la mort ; mais, comme il se trouvait parmi les captifs des parents de Mahomet, on les relâche moyennant une rançon. À la suite de cet acte de faiblesse, que certaines révélations antérieures semblaient autoriser, Mahomet en reçut une qui condamnait l’élargissement des captifs.
  18. Comme infidèles, virtuellement toujours en état de trahison envers Dieu.
  19. Ce passage a été révélé pour fixer les rapports légaux entre les Arabes ; il arrivait que les compagnons de Mahomet et ceux qui avaient émigré héritaient les uns des autres au préjudice des parents.