Le Roman de Renart/Aventure 23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Traduction par Paulin Paris .
Texte établi par Paulin Paris J. Techener (pp. 129-132).

VINGT-TROISIÈME AVENTURE.

Comment Ysengrin voulut se venger de Renart, et comme il en eut regret.



C’étoit là bien commencer la journée. Renart fait ensuite le tour de la montée, puis descend vers le marais qui d’un coté la terminoit ; il s’y baigne, et donne à ses membres une nouvelle agilité. Comme il revenoit à terre, il voit arriver sur lui le seigneur Ysengrin qui, depuis l’aventure racontée par ses louveteaux, n’avoit pas une amitié fort tendre pour lui. « Ah ! te voila donc enfin ! » dit Ysengrin en lui jetant un regard furieux ; « tu vas, j’espère, payer tout ce qui m’est du. Je sais comment tu as violé le seuil de ma maison, comment tu as déshonoré ma famille, outragé, salli, battu mes enfans. Écoute ce que j’entends faire. Tu te disois mon neveu, tu faisois semblant de m’aimer comme j’avois moi-même la sottise de t’aimer ; eh bien ! je vais te loger dans une prison qui t’empêchera de tromper à l’avenir qui que ce soit au monde. Tu seras tranquille de ton coté, sans avoir besoin de dresser pièges, embuscades ou guet-apens, de sonner le beffroi, de jeter pierres ou faire jouer mangoneaux. Tu ne craindras plus la vengeance de roi, prince ou seigneur plus puissant que toi. Et cette prison, tu la connois, je suppose. »

Renart, auquel tout moyen de fuite étoit interdit, sent qu’il ne peut éviter le sort dont on le menace qu’en s’humiliant devant son redoutable ennemi. Il tombe à genoux, la queue entre les jambes, et d’un ton contrit et suppliant : « Oncle, » dit-il, « il est d’usage en cour de barons d’offrir et prendre l’amende de ce qu’on a méfait. Vous pensez que j’ai méfait, dites donc quelle amende vous exigez de moi, et Dieu aidant, je vous satisferai. — Par Dieu le père ! » répond Ysengrin, « l’amende que je demande c’est la place que je te ménage dans mon ventre. Il me prend envie d’ajouter ta chair à la mienne, de mêler mon sang avec le tien, de réunir par ce moyen les ruses de ton esprit à la générosité de mon courage. Allons ! ne vous faites pas prier, mon beau neveu ; cette belle rangée de dents est prête, comme vous voyez, à vous recevoir. Vous y mettez vraiment trop de cérémonie. »

Disant cela, Ysengrin s’étoit jeté sur Renart, l'avoit retenu sous ses pieds sans mouvement, l’avoit battu, mordu, houspillé comme jamais ne le fut prisonnier en terre Sarrasine. Il a beau crier merci, invoquer la pitié de son bon oncle, Ysengrin le prend par la nuque, lui déchire la peau et le réduit enfin à ne plus exhaler que des gémissemens étouffés.

Une chose préserva damp Renart, sa chair étoit loin d’être, même pour Ysengrin, un friand morceau. Après l’avoir longtems martyrisé : « J’hésite, » dit-il, « sur le genre de mort que je te donnerai. Si j’allumois un feu ardent pour te griller ? ensuite je te mangerois : non, tu serois mort trop vite. » Et cependant voyant Renart attendre gueule béante le moment de rendre le dernier soupir, Ysengrin lui ferme la gorge de son pied, et peu s’en faut qu’il ne l’étrangle.

Mais au moment même, il en étoit grand temps, voilà que la pitié trouve place dans le cœur d’Ysengrin. Il remembre les anciens liens d’amitié, les bons tours qu’ils ont fait souvent ensemble, les jeux, les plaisirs, les agrémens de leur premiere jeunesse. Peu à peu ses yeux se troublent et viennent à se remplir de larmes. « Ah ! mon Dieu, le voilà mort ! Et qu’ai-je fait ? J’ai pu frapper mon ancien ami, mon meilleur conseiller ! maudite colère ! » Ces paroles arrivent aux mourantes oreilles de Renart, il fait un léger mouvement. « Qu’est-ce ? » dit Ysengrin, « je crois qu’il a remué : oui, ses veines battent encore, bien qu’on sente à peine sa respiration. — Oui, je vis ; » dit Renart, « mais vous avez commis un grand crime, en traitant comme votre plus grand ennemi le pauvre neveu qui vous aimoit tant. Vous êtes fort, et vous avez écrasé le foible, l’innocent privé de défense. » Ysengrin fut longtems sans répondre et comme en proie à de véritables remords pendant que son neveu reprenoit des forces et du courage.

« Tenez, » dit le premier Renart, « au lieu de me maltraiter sans raison, regardez et profitez de l’aventure qui vient s’offrir à nous. »