Le Tiers Livre/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Œuvres complètes (1552)
Alphonse Lemerre (2 : Le Tiers Livre, Le Quart Livrep. 165-168).

Comment les femmes ordinairement appetent choses defendues.

Chapitre XXXIIII.


On temps (dist Carpalim) que i’estois ruffien à Orléans, ie n’auois couleur de Rhetoricque plus valable, ne argument plus persuasif enuers les dames, pour les mettre aux toilles, & attirer au ieu d’amours, que viuement, apertement, detestablement remonstrant comment leurs mariz estoient d’elles ialous. Ie ne l’auois mie inuenté. Il est escript. Et en auons loix, exemples, raisons, & experiences quotidianes. Ayans ceste persuafion en leurs caboches, elles feront leurs mariz coquz infalliblement par Dieu, sans iurer, deussent elles faire ce que feirent Semyramis, Pasiphaé, Egesta, les femmes de l’isle Mandés en Ægypte blasonées par Herodote & Strabo : & aultres telles mastines.

Vrayement (dist Ponocrates) i’ay ouy compter, que le Pape Ian. XXII. passant vn iour par l’abbaye de Coingnaufond, feut requis par l’Abbesse, & meres discretes, leurs conceder vn indult, moyenant lequel se peussent confesser les vnes es aultres, alleguantes que les femmes de religion ont quelques petites imperfections secretes, les quelles honte insupportable leurs est deceler aux homes confesseurs : plus librement, plus familierement les diroient vnes aux aultres soubs le sceau de confession. Il n’y a rien (respondit le Pape) que voluntiers ne vous oultroye, mais ie y voy vn inconuenient. C’est que la confession doibt estre tenue secrette. Vous aultres femmes à poine la celeriez. Tresbien, (dirent elles) & plus que ne font les homes. Au iour propre le pere sainct leur bailla vne boyte en guarde, dedans laquelle il auoit faict mettre vne petite Linote : les priant doulcement qu’elles la serrassent en quelque lieu sceur & secret, leurs promettant en foy de Pape, oultroyer ce que portoit leur requeste, si elles la guardoient secrette : ce neantmoins leurs faisant defense riguoreuse, qu’elles ne eussent à l’ouurir en façon quelconques sus poine de censure ecclesiasticque & de excommunication eternelle. La defense ne feut si tost faiste, qu’elles grilloient en leurs entendemens d’ardeur de veoir qu’estoit dedans : & leurs tardoit que le Pape ne feut ia hors la porte, pour y vacquer. Le pere sainct auoir donné sa benediction sus elles, se retira en son logis. Il n’estoit encores trois pas hors l’Abbaye, quand les bonnes dames toutes à la foulle accoururent pour ouurir la boyte defendue, & veoir qu’estoit dedans. Au lendemain le Pape les visita en intention, ce leurs sembloit, de leurs depescher l’indult. Mais auant entrer en propous, commanda qu’on luy apportast sa boyte. Elle luy feut apportée. Mais l’oizillet n’y estoit plus. Adoncques leur remontra, que chose trop difficile leurs seroit receller les confessions, veu que n’auoient si peu de temps tenu en secret la boyte tant recommandée.

Monfieur nostre maistre, vous soyez le tresbien venu. I’ay prins moult grand plaisir vous oyant. Et loue Dieu de tout. Ie ne vous auois oncques puys veu que iouastez à Monspellier auecques nos antiques amys Ant. Saporta, Guy Bouguier, Balthasar Noyer, Tollet, Ian Quentin, François Robinet, Ian perdrier, & François Rabelais, la morale comœdie de celluy qui auoit espousé vne femme mute. Ie y estois (dist Epistemon). Le bon mary voulut qu’elle parlait. Elle parla par l’art du Medicin & du Chirurgien, qui luy coupperent vn encyliglotte qu’elle auoit soubs la langue. La parolle recouuerte, elle parla tant, & tant, que son mary retourna au Medicin pour remede de la faire taire. Le Medicin respondit en son art bien auoir remedes propres pour faire parler les femmes : n’en auoir pour les faire taire. Remede vnicque estre surdité du mary, contre cestuy interminable parlement de femme. Le paillard deuint sourd par ne sçay quelz charmes qu’ilz feirent. Sa femme voyant qu’il estoit sourd deuenu, qu’elle parloit en vain, de luy n’estoit entendue, deuint enraigée. Puys le Medicin demandant son salaire, le mary respondit qu’il estoit vrayement sourd : & qu’il n’entendoit sa demande. Le Medicin luy ieda on dours ne sçay quelle pouldre, par vertus de laquelle il deuint fol. Adoncques le fol mary & la femme enragée se raslierent ensemble & tant bastirent les Medicin & Chirurgien qu’ilz les laisserent à demy mors. Ie ne riz oncques tant, que ie feis à ce Patelinage.

Retournons à nos moutons (dist Panurge). Vos parolles translatées de Barragouin en François voulent dire, que ie me marie hardiment, & que ne me soucie d’estre coqu. C’est bien rentré de treufles noires. Monsieur nostre maistre, ie croy bien qu’au iour de mes nopces vous serez d’ailleurs empesché à vos pratiques, & que n’y pourrez comparoistre. Ie vous en excuse.

Stercus & vrina Medici sunt prandia prima.
Ex aliis paleas, ex istis collige grana.

Vous prenez mal, (dist Rondibilis) le vers subsequent est tel :

Nobis sunt signa, vobis sunt prandia digna.

Si ma femme se porte mal : I’en vouldrois veoir l’vrine, (dist Rondibilis) toucher le pouls : & veoir la disposition du basuentre, & des parties vmbilicares, comme nous commende Hippo. 2. Apho. 35. auant oultre proceder. Non, non, (dist Panurge) cela ne faict à propous. C’est pour nous aultres Legistes, qui auons la rubricque, De ventre inspiciendo. Ie luy appreste vn clystere barbarin. Ne laissez vos affaires d’ailleurs plus vrgens. Ie vous enuoiray du rislé en vostre maison. Et serez tous iours nostre amy. Puys s’approcha de luy, & luy mist en main sans mot dire quatre Nobles à la rose. Rondibilis les print trestbien : puys luy dist en effroy comme indigné. He, he, he, monsieur, il ne failloit rien. Grand mercy toutesfoys. De meschantes gens iamais ie ne prens rien. Rien iamais des gens de bien ie ne refuse. Ie suys tousiours à vostre commendement. En poyant, dist Panurge. Cela s’entend, respondit Rondibilis.