Le Zend-Avesta (trad. Darmesteter)/Volume III/Chapitre III

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


 
Traduction de James Darmesteter

Édition : Musée Guimet. Publication : Ernest Leroux, Paris, 1893.
Annales du Musée Guimet, Tome 24.


INTRODUCTION
CHAPITRE III
L’Avesta et les Arsacides


CHAPITRE III


L’AVESTA ET LES ARSACIDES


I. L’AvPsta contient dos textes écrits après la chuto de la dominaiion grecque. — I^e Hôm Vas/il. — Alexandre cité sous l’épilhète de Keresâni. II. L’état politique auquel se réfère l’Avesla est celui de l’Iran sous les Arsacides. — Les " Rois de Provinces «ou Muli’ik I avâif {Irnàucl’wn du zend dahyupaiti).


Ainsi l’agglomérai de textes qui forme l’Avesla sassanide, tel que l’arrêta Adarbâd iMahraspand au commencement du iv siècle, s’est formé de Irais couches superposées, celle de Vologèse au milieu du i" siècle, celle d’Ardashîr el Tansar, au milieu du m" siècle, celle de Shàhpûhr " h la lin du même siècle. Les textes qui constituent ces trois couches sont-ils tous des drbris d’un Avesia antérieur ùla conquête d’Alexandre ? faut-il y distinguer des textes anciens el des textes récents, ou en termes plus précis des textes antérieurs à la conquête et des textes postérieurs ? ou enlin tout est-il postérieur à la conquête ?

L’histoire extérieure de r.vcsta, telle qu’elle résulte du témoignage même du Parsisme ancien, nous a prouvé que la première hypothèse doit être écartée tout d’abord. En effet, des deux documents sur lesquels repose cette histoire, le documoni du ix" siècle, le Dinl ;art. fait de l’Avesla une œuvre récente dans la forme, au moins dans sa forme dernière, puisque, d’après ce document, l’.Vvesta est composé de fragments anciens sur lesquels on a, sous .Vrdashîr. reslilnépar ronjeelm-eb’ monuineni ancien, el qu’on y a même ajouté sous Shâhpûhrl' des textes empruntés à l’étranger. L’autre document, contemporain de l’œuvre même do restauration et émanant de son principal ouvrier, Tansar, est encore plus modeste et ne reconnaît que de faibles débris de la littérature ancienne. C’est à présent à l’examen interne du livre même et à l’analyse du fond à corroborer ou infirmer, à préciser ou corriger Timpression créée par le témoignage de la tradition.