Le Zend-Avesta (trad. Darmesteter)/Volume II/Vendidad/Fargard 11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


 
Traduction de James Darmesteter

Édition : Musée Guimet. Publication : Ernest Leroux, Paris, 1892.
Annales du Musée Guimet, Tome 22.


VENDIDAD
Fargard 11
11.
Formules d'exorcisme pour chasser la Druj Nasu des objets qu’elle a souillés : maison, feu, eau, terre, animaux, plantes, homme.


FARGARD 11

Ce Fargard a le même caractère que le précédent et le complète : il contient les exorcismes spéciaux pour la purification des divers objets souillés par le contact de la mort : la maison oîi le mort a passé, et le feu, l’eau, la terre, l’animai, la plante, l’homme que le mort a touchés. L’exorcisme est composé d’une formule qui varie avec l’objet à purifier (§§ 4, o, 6, 7), et d’une formule uniforme commune à tous (.5§ 8-20). 1 . Zaraihushtra demanda à Ahura Ma/da : Ahura Mazda, Esprit très bienfaisant, créateur du monde des corps, saint 1

Comment purifierai-je la maison ? Comment le feu ’.

Comment l’eau ’■

Comment la terre ?

Comment le bœuf ?

Conmient la plante ?

Comment le fidèle, homme et femme ? Comment les étoiles ? Comment la lune ? ComuienI le soleil ? Comment la lumière infinie ? Comment toutes les bonnes choses, faites par Mazda, qui ont leur ijerme dans le Bien •’ 2(i). Aluira Mazda répondit :

Chante, ô Zaralhushtra, les paroles de purification. Alors purifiée sera la maison, purifié le feu, purifiée l’eau, purifiée la terre, purifié le bœuf, purifiée la plante, purifié le fidèle, homme et femme ; purifiées les étoiles, purifiée la lune, purifié le soleil, puiitiée la lumière infinie, purifiées toutes les bonnes choses, laites par Mazda, qui ont leur germe dans le Hien. 3 {" ?). [Tu déclameras donc ces paroles, les plus victorieuses et les mieux guérissantes de toutes] ; tu chanteras cinq Ahuna Vairya : Yathâ ahû vairyô : Le désir du Seigneur est la règle du Bien.. . etc. l^’ Ahuna Vairya protège la personne’.

Vatliîi aliùvainô : Li> cli’sir du Seigneur esl la règle du hien... lu’ui-nù Mazdù : Quel prolecteur m’ as-tu donné, ô Mazda..’ ! lié verelLreni-jà : Quel est le rictorieux qui protégera ta doctrine... ? Prutégez-nous île celui ijui nous torture, 6 Mazdu et .Spenta .rniaiti... ’•

(y), si tu veux purifier la maison, prononce à haute voix ces paroles : 

Tant que dure la maladie, mon grand protecteur {est celui (jui enseigne le bien a la perversité]

Si lu veux purifier le feu, prononce à haute voix ces paroles : C’est ton feu tout d’abord qu’i nous renons serrir, ù A/iura Mazda ^ ■’ (I3j. Si tu veux purifier les eaux, prononce à haute voix ces paroles : Nous sacrifions aux eaux Maèkaiùtis, aux eau.r Héltraihtis. ati.r eaux Frarazali "

i. Il prolè ;.ie l’iiuiiime contre l ;i Diiij Nasu. — I^’aiialysc du Ithilmri a.’ rolieiil (le tout ce cliapilre que ta mention de l’Aliiina vairya : " De la puissance victorieuse du YalLâ aln'i vair> 6 pour détruire la Druj et i^uérir ». ’2. Ce sont les l’ormules déjà connues, (luel’on récite au^c l’unerailles, dans la puriticalion des chemins (Farg. VIII, lU-til .

3. al iiiù yavà l)cfi«lvù pafrè uiazislitù (Vasna XLIX, 1 a). D’après le Grand Uundahisli, ce vers fut récité par l’Esprit du ciel, au moment oii Ahrinian envaliit le ciel (voir vol. I, 1521, noie 1). Ici la pelilo maison de l’homme est assimiltje à ta grande maison du inonde.

4. alijà tinvà àlhn") > crc/.éuâ puoui-uyè puiri- jasàiuaiilè Slu/.dà Ahurà (Vasna, XXXVl, 1).

5. apù at yazauiaidù uiackaiùtislica liélivaiAlishca l’ravazanlu’i [Vasna X.X.WIll, 3).

ZE.ND-AVESTA : VE.NDIDAD. — FARGARD 11 181

Si lu veux purilier la terre, pronouce à haute voix ces paroles : Nous sacrifions d cette Terre avec les Femmes ; à cette Terre qui nous porte et aux Femmes qui sont tietincs, ô Ahura Mazda ’^ 6 (17). Si tu veux purifier le bœuf, prononce à haute voix ces paroles : Cette œuvre, la meilleure de toutes, nous C accomplirons en ordonnant ri ceux qui sont instruits et à ceux qui ne le sont pas, aux moitres (d ti ceux qui ne sont pas maîtres, d’assurer au bétail sécurité et hon fourra</e ’ . Si tu veux purifier les plantes, prononce à haute voix ces paroles : Cest pour lui’^ en récompense que Mazda a fait pousser les plantes.. . 7 (211. Si tu veux purifier le fidèle, homme ou femme, prononce ces paroles :

â Airyémâ ishyô. QuAiri/aman qui comble les vœux vienne ici pour lu joie des hommes et des femmes de Zarathushtra ! Pour la joie de Voliu Manô ! Avec la récompense désirée que la Belif/ion mérite.’ Je demande pour la sainteté la faveur conmifée qii Ahura Mazda accorde yrandement ’".

8 (25). [Tu déclameras ces paroles qui sont les plus victorieuses et les mieux guérissantes de toutes] : Tu chanteras huit Ahuoa Vairya : Yathâ aliù vairyù : « Le désif du Seigneur est la règle du bieu... " kém-nà Mazdà : « Quel protecteur m’as-tu doané, ô Mazda... ? » ké veretlirein-jà : « Quel est le victorieux qui protégera la doctrine... ? » " Prolegez-iious de celui qui nous torture, n Ma/îda el Spenta Armaili... »

!) &'>!. perenê aêshmem. «Jebats" Aèshma ; je bals ia.Nasu ; je bats 

la souillure par contact direct, je bats la souillure par contact indirect. 6. imàm àat zàiu |renàl)isli hulbrù yazanialdè (Yasna XX^LVH1, l’i. 7. (javè adliàisli tàisli shyaotlinùiîsli vàisli valiislitàisli fraèsliyàmalii [ Yasiia XXX^ 4). 8. Le bœuf : « pour lui », i)our le nourrir ; el aussi « de lui », les plantes élan sorties de la moelle du taureau Evak-dât (voir vol. I, 316, note 19) : de là sans doute ces bas- reliefs mithriaques où la queue du taureau immolé par Mitbra termine en épis de blé.

9. at aiiyài aslià Mazdàu urvaràu vakiisbal (^’asna LV1II, G). lu. Vasna LIV, 1.

11. i»ereiiè ; voir plus haut, p. 17."). nide 4. (. [h- Itals Kliiù, je Ijats khraigUni ; j.’ bals Bùidhi, je bals l’engeance de Bùidhi ; je bats Ivufidi, je bats l’engeance de Kundi]’-. " Je bals la maigre Bùshyàsla’ je bats Bnshyàsta aux longues mains. " [Je bats Mùidhi, je bats Kapasti].

" Je bals la l’airika qui vient sur le feu, sur l’eau, sur la terre, sur le bœuf, sur la plante. Je bals l’impureté qui vient sur le l’eu, sur l’eau, sur la terre, sur le bœuf, sur la plante.

10 (/’-). perenêthwâ. " Je te cbasse, misérable Aûgra Mainyu, du feu, de l’eau, de la terre, du bœuf, de la piaule, du fidèle, homme ou femme : des étoiles, delà lune, du soleil, de lalumière infinie ; de toutes les bonnes choses, faites par Ma/.da. ((ui ont leur germe dans le Bien. >> 1 1 (33). [Tu déclameras ces paroles, les plus victorieuses et les mieux guérissantes de toutes] : lu chanteras quaire Ahuna Vairya : Yalhà aliù vairyô...

liém-iià luazdii.. .

lié vcrptlirenj-jà. ..

12 (35). parshta aêshmem » J"ai battu Aêshma, j’ai batli la^asu, l’2. Ce para^raplie manque dans le Vendidad peiilvi. I^es noms de démons qtiil i-oiilienl sont obscurs. Kbi-ù et Klirùijjlnii semblent des dédoublements de Aèshiua Klirvidru : Ktirù serait le Meurtre et Klirùig-hni le -Meurtrier ; Bùidhi est inconnu : c’est peut-être un doublet de Bùiti (v. Vd. XIX. 2). Kuàdi est sans doute identique au Kuùda du Vd. XIX, 41,138, lequel est « la monture des sorciers » [bdraki ijdlûkdn ; Bd. XXVUI, 4’2). Bùidlii-zlia et Kuùdi-zlia semblent dérivés de Biii<llii, Kundi, par suffixe zlia, marquant naissance (ja).

13. Le démon dulonj ; et paresseux sommeil :voir’d. XVlll, 166. — zs , zdrkur ;

« maigre, parce que qui dort longtemps devient maigre ». — dareghô-grava, diruni/f /av « aux longues mains, parce quelles s’étendent sur chacun ». 14. JUuidbi est inconnu. — kapasti rappelle étrangement le persan kahasl C^~^, ciiloquinthe (type de la plante amére). 11 semble naturel de voir dans la kapasti une nianifcslion de Zairi, l’ennemi d’Ameretiit et des plantes qu’il empoisonne. Mùidlii serait une manifestation de Tauru, l’ennemi de Haurvalàt et des eaux : serait-ce l’alfolement de l’ivresse (maodbana) ? D.-us cet ordre d’idées Khrù, Bùidlii, Kuùdi, Rrisliyàsia répondraient aux quatre premiers .msliaspands, seraient les Hnmkdrs des quatre premiers Contre-.mshaspands. 15. parslita ; forme obscure ; le pehlvi tradin’l pnlkdrrm, comme pdiii’ jx-renànè ; ZEND-AVESTA : VE>rtll»AI). — KAHCAMD 11 |S3 j’ai battu la souillure par coiilact direct, j’ai hatlu la souilluie par cnntarl indirect.

" [J’ai battu Khiù. battu Khrùighni.

’< J’ai battu Bùidhi, battu Bùidbizha.

« J’ai battu Kundi, battu kundizha].

« J’ai battu la maigre Bùshyàsta, battu Bùshyàsfa aux longues mains. ’< [J’ai battu Mûidhi. battu Kapasli].

« J’ai battu la Pairilai qui vient sur le feu, sur l’eau, sur la terre, sur le bœuf, sur la plante. »

13 (40). parshtathwâ. "Je t’ai battu, misérable AngraMaiuyu, [je t’ai chassé] du feu, de l’eau, de la terre, du bœuf, de la plante ; du lidèle, homme ou femme ; des étoiles, de la lune et du soleil ; de la lumière infinie, de toutes les bonnes choses, faites par Mazda, qui ont leur germe dans le Bien. »

14i41). [Tu déclameras ces paroles, les plus victorieuses et les mieux guérissantes de toutes] : Tu chanteras quatre fois Mazdà at moi : O Mazda, dis-mni les paroles el. les œuvres ercellentes : afin que, pnr la Bonne Pensée et la Sainlelé [du fidèle] qui rons paye sa dette de louange, ’"•ous puissiez, ô Ahura , ptu- rnl re puissunre , fauc paraître à entre qré le mnndp de la résurrection^" .

15-16. pei’i'nè AèsUniein. Jr hais Arshina. elr. ,= : ^ï ; 9-101. 17. [Tu déclameras ces paroles, les plus victorieuses el les mieux guérissantes rie toutes].

Tu ctianteras «(ualri ! fois â Airyénii’i ishjù : Qu’Airyamn r/tii comhh’ /s- ihpjix vii’inn’ ici /iinir lu juir ilcx Iniiniiirs ot ilos fftnmpis rh Znratliusl)lra ’. .. (=’^1).

18-19. parshta Aèsliinem. J’ai ftallit Aèshmu, etc. {= ij§ l’2-13 . 20. Tu (léclamei’as ces paroles, les plus victorieuses et les mii’u i^ucrissanle* lie Iniiles .

lu l’hanteras cinc| Aliuiia Viiii’« :

Rallia aliù vairvô : Ai^ (Irxir du Srii/n/’ur es/ la ri’(/lf ilii liirn. j ai traduit couiuii’ uu participe passé (parsli-ta est à par coinme liarsli-ta est à dar , raccusatif élanl amené par l’analogie île pprenà Arshnicm. l’Ic. |> :ii’slil.’i ponrrail aussi èh-p lin pluriel d’impératif ; balte/. Ifi. Va~ua IV, 1.-»{liii de l :i ( ;;dlia li hum vaiti).

1«4 ANNALES DU MUSEE GUIMET

kém-nà Mazdâo : Quel protecteu7’ m’as-tu donné, 6 Mazda...’ ! hé vercllircm-jâ : Quel est le victorieux qui protégera la doctrine...’ ! Protpgez-noua de celui qui nous torture, 6 Mazda et Spenta-Armaiti ! Péris, Druj démoniaque ! Péris, source des démons ! Péris, créatrice des démons ! Péris, toi qui fais grandir les démons ! Péris et disparais, â Drvj ! Précipite-toi et disparais ! Péris et disparais à toujours par les régions du IS’ord et ne livre plus éi la mort le monde matériel du Bien !