Les Amours (1553)/Poème 215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 239-240).

Cet oeil besson dont, goulu, je me pais,
Qui fait rocher celui qui s’en aprouche
Ore d’un ris, or d’un regard farouche
Nourrit mon coeur en querelle & en pais.

Par vous, bel oeil, en soufrant je me tais,
Mais aussi tôt que la douleur me touche,
Toi belle, sainte, & angelique bouche,
De tes douceurs revivre tu me fais.

Bouche pourquoi me viens-tu secourir,
Quand ce bel oeil me force de mourir?
Pourquoi veus-tu que vif je redevienne?

Las! bouche, las! je revis en langueur,
Pour plus de soin, afin que le soin vienne
Plus longuement se paitre de mon coeur.