100%.png

Les Amours (1553)/Poème 216

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Les amours de P. de Ronsard Vandomois, nouvellement augmentées par lui, & commentées par Marc Antoine de Muret. Plus quelques odes de l'auteur, non encor imprimées
chez la veuve Maurice de la Porte (p. 240).

Depuis le jour que mal sain, je soupire,
L'an dedans soi s'est roüé par set fois.
(Sous astre tel je pris l'hain) toutefois
Plus qu'au premier ma fievre me martire.

Quand je soulois en ma jeunesse lire
Du Florentin les lamentables vois,
Comme incredule, alors je ne pouvois
En le moquant, me contenir de rire.

Je ne pensoi, tant novice j'étoi
Qu'home eut senti ce que je ne sentoi,
Et par mon fait les autres je ne jugeoie.

Mais l'Archerot qui de moi se facha,
Pour me punir, un tel soin me cacha
Dedans le cœur, qu'onque puis je n'eus joie.