Les Voleurs (Vidocq)/dico1/C

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
◄  B Lexique des argotiers D  ►

C

** CABASSER, v. a. — Tromper.

CABE, s. m. — Chien.

CABERMONT, s. m. — Cabaret.

CABESTAN, s. m. — officier de paix ou de police.

CABOT, s. m. — Chien.

CABRIOLET, s. m. — Hotte du chiffonnier.

CADENNE, s. f. — Chaine de col.

CADET, s. m. — Pince de voleur.

CADICHON, s. f. — Montre.

* CAFARDE, s. f. — Lune (la).

* CAGNE, s. m. — Cheval.

cagoux, ARCHI-SUPPOT DE L’ARGOT.[1] — S’il faut croire les historiens du temps, et particulièrement Sauval, le royaume argotique était mieux organisé que beaucoup d’autres, car le grand Coësré n’accordait les dignités de l’empire qu’à ceux de ses sujets qui s’en étaient montrés dignes, soit par leurs capacités, soit par les services qu’ils avaient rendus ; aussi n’était-ce que très-difficilement que les argotiers obtenaient le titre de Cagoux, ou Archi-Suppôt de l’Argot.

Les Cagoux étaient, pour la plupart, des écoliers chassés des divers collèges de Paris, des moines qui avaient jeté le froc aux orties, et des prêtres débauchés. Le nom de Cagoux vient probablement de la cagoule, espèce de capuchon adapté à leur juste-au-corps, et dont ils avaient l’habitude de se couvrir la tête lorsqu’ils ne voulaient pas être connus.

Les Cagoux se faisaient passer pour des personnes de condition ruinées par quelque malheur imprévu, et leur éloquence leur donnait les moyens d’extorquer aux bonnes ames des aumônes quelquefois considérables.

Les Cagoux étaient chargés, par le grand Coësré, de la conduite des novices, auxquels ils devaient apprendre le langage argotique et les diverses ruses du métier d’argotier.

Ce n’était qu’après un noviciat de quelques semaines, durant lesquelles il était rudement battu, afin que son corps se fit aux coups, que le novice était admis à fournir aux argotiers réunis sous la présidence de leur monarque, le premier des deux chefs-d’œuvre qui devaient lui valoir l’accolade fraternelle ; à cet effet, une longue corde, à laquelle étaient attachées une bourse et une multitude de petites clochettes, descendait du plafond d’une vaste salle ; le novice, les yeux bandés, et se tenant seulement sur une jambe, devait tourner autour de la corde et couper la bourse, sans que les clochettes tintassent ; s’il réussissait, il était admis à faire le second chef-d’œuvre ; dans le cas contraire, il était roué de coups et remis aux Cagoux jusqu’à ce qu’il fût devenu plus adroit.

Le lendemain les Cagoux accompagnaient dans un lieu de réunion publique celui qui était sorti victorieux de la première épreuve, et lorsqu’ils avaient avisé un bourgeois portant, suivant la coutume du temps, sa bourse suspendue à sa ceinture, ils lui ordonnaient d’aller la couper ; puis, s’adressant à ceux qui se trouvaient là : Voilà, disaient-ils, un homme qui va voler la bourse de ce bourgeois, ce qui avait lieu en effet. Le pauvre novice alors était encore battu, non-seulement par les spectateurs désintéressés, mais encore par ses compagnons, qui, cependant, trouvaient le moyen de protéger sa fuite lorsqu’à la faveur du tumulte qu’ils avaient fait naître, ils avaient fait une ample moisson dans les poches des bons habitans de Paris. (Voir le premier volume de l’excellent roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris.)

CAILLÉ, s. m. — Poisson.

CALÈGE, s. f. — Quoiqu’on ne rencontre pas la Calège sur la voie publique, elle n’est pas cependant une femme honnête ; ses appas sont la marchandise qu’elle débite, mais elle vend très-cher ce que la Ponante et la Dossière (voir ces mots), livrent à un prix modéré ; sa toilette est plus fraiche, ses maniènes plus polies, mais ses mœurs sont les mêmes ; la Ponante danse le chahut à la Courtille ; la Calège danse le cancan au bal Musard ; l’une boit du vin à quinze et se grise ; l’autre boit du champagne et s’énivre ; la première a pour amant un Cambriolleur ou un Roulotier ; l’amant de la seconde est faiseur ou escroc. Il ne faut pas juger sur l’étiquette du sac.

* callotS, s. m.[2] — Sujets du grand Coësré, qui allaient mendiant par les rues de l’ancien Paris ; ils feignaient d’être récemment guéris de la teigne, et de venir de Sainte-Reine. « Sainte-Chapelle où toutes les années il s’opérait, dit Félibien, un grand nombre de guérisons vraiment miraculeuses.»

CALOQUÉ, s. m. — Chapeau.

CALOTS, s. m. — Coquilles de noix ; au singulier, dé à coudre.

CALVIGNE, s. f. — Vigne.

CALVIN, s. m. — Raisin.

CAMBRIOLLE, s. f. — Chambre.

cambriolleur-euse, s. — On reconnaît un soldat, même lorsque qu’il a quitté l’uniforme pour endosser l’habit bourgeois, on peut se mettre à sa fenêtre, regarder ceux qui passent dans la rue et dire, sans craindre de se tromper, celui-ci est un tailleur, cet autre est un cordonnier ; il y a dans les habitudes du corps de chaque homme un certain je ne sais quoi qui décèle la profession qu’il exerce, et que seulement ceux qui ne savent pas voir ce qui frappe les yeux de tout le monde ne peuvent pas saisir ; en bien, si l’on voulait s’en donner la peine, il ne serait guère plus difficile de reconnaître un voleur qu’un soldat, un tailleur ou un cordonnier. Comme il faut que ce livre soit pour les honnêtes gens le fil d’Ariane destiné à les conduire à travers les sinuosités du labyrinthe, j’indique les diagnostics propres à faire reconnaître chaque genre ; si après cela ceux auxquels il est destiné ne savent pas se conduire, tant pis pour eux.

Les Cambriolleurs sont les voleurs de chambre soit à l’aide de fausses cles soit à l’aide d’effraction. Ce sont pour la plupart des hommes jeunes encore, presque toujours ils sont proprement vêtus, mais quel que soit le costume qu’ils aient adopté, que ce soit celui d’un ouvrier ou celui d’un dandy, le bout de l’oreille perce toujours. Les couleurs voyantes, rouge, bleu ou jaune, sont celles qu’ils affectionnent le plus ; ils auront de petits anneaux d’or aux oreilles ; des colliers en cheveux, trophées d’amour dont ils aimeront à séparer ; s’ils portent des gants ils seront d’une qualité inférieure ; si d’aventure l’un d’eux ne se fait pas remarquer par l’étrangeté de son costume il y aura dans ses manières quelque chose de contraint qui ne se remarque pas dans l’honnête homme ; ce ne sera point de la timidité, ce sera une gêne, résultat de l’appréhension desc trahir. Ces diverses observations ne sont pas propres seulement aux Cambriolleurs, elles peuvent s’appliquer à tous les membres de la grande famille des trompeurs. Les escrocs, les faiseurs, les chevaliers d’industrie, sont les seuls qui se soient fait un front qui ne rougit jamais.

Les Cambriolleurs travaillent rarement seuls ; lorsqu’ils préméditent un coup, ils s’introduissent trois ou quatre dans une maison, et montent successivement ; l’un d’eux frappe aux portes, si personne ne répond, c’est bon signe, et l’on se dispose à opérer ; aussitôt, pour se mettre en garde contre toute surprise, pendant que l’un des associés fait sauter la gâche ou jouer le rossignol, un autre va se poster à l’étage supérieur, et un troisième l’étage au dessous.

Lorsque l’affaire est donnée ou nourrie, l’un des voleurs se charge de filer (suivre) la personne qui doit être volée, dans la crainte qu’un oubli ne la force à revenir au logis ; s’il en est ainsi, celui qui est chargé de cette mission la devance, et vient prévenir ses camarades, qui peuvent alors s’évader avant le retour du mézière.

Si, tandis que les Cambriolleurs travaillent, quelqu’un monte ou descend, et qu’il désire savoir ce que font dans l’escalier ces individus qu’il ne connait pas, on lui demande un nom en l’air : une blanchisseuse, une sage-femme, une garde malade ; dans ce cas, le voleur interrogé balbutie plutôt qu’il ne parle, il ne regarde pas l’interrogateur, et empressé de lui livrer le passage, il se range contre la muraille, et tourne le dos à la rampe.

Si les voleurs savent que le portier est vigilant, et s’ils présument que le vol consommé ils auront de gros paquets à sortir, l’un d’eux entre tenant un paquet sous le bras ; ce paquet, comme on le pense bien, ne contient que du foin, qui est remplacé, lorsqu’il s’agit de sortir, par les objets volés.

Quelques Cambriolleurs se font accompagner, dans leurs expéditions, par des femmes portant une hotte ou un panier de blanchisseuse, dans lesquels les objets volés peuvent être facilement déposés ; la présence d’une femme sortant d’une maison, et surtout d’une maison sans portier, avec un semblable attirail, est donc une circonstance qu’il est important de remarquer, si, surtout, l’on croit voir cette femme pour la première fois.

Il y a aussi les Cambriolleurs à la flan (voleurs de chambre au hasard) qui s’introduisent dans une maison sans auparavant avoir jeté leur dévolu ; ces improvisateurs ne sont sûrs de rien, ils vont de porte en porte, où il y a ils prennent, où il n’y a rien, le voleur, comme le roi, perd ses droits. Le métier de Cambriolleur à la flan, qui n’est exercé que par ceux qui débutent dans la carrière, est très-périlleux et très-peu lucratif.

Les voleurs ont des habitudes qu’ils conservent durant tout le temps de leur exercice ; à une époque déjà éloignée, ils se faisaient tous chausser chez une cordonnière que l’on nommait la mère Rousselle, et qui demeurait rue de la Vannerie ; à la même époque, Gravès, rue de la Verrerie, et Tormel, rue Culture-Sainte-Catherine, étaient les seuls tailleurs qui eussent le privilège d’habiller ces messieurs. Le contact a corrompu les deux tailleurs, pères et fils sont à la fin devenus voleurs, et ont été condamnés ; la cordonnière, du moins je le pense, a été plus ferme ; mais, quoiqu’il en soit, sa réputation était si bien faite et ses chaussures si remarquables, que lorsqu’un individu était arrêté et conduit à M. Limodin, interrogateur, il était sans miséricorde envoyé à Bicêtre si pour son malheur il portait des souliers sortis des magasins de la mère Rousselle. Une semblable mesure était arbitraire sans doute, mais cependant l’expérience avait prouvé son utilité.

Les voleuses, de leur côté, avaient pour couturière une certaine femme nommée Mulot ; elle seule, disaient-elles, savait avantager la taille, et faire sur les coutures ce qu’elles nommaient des nervures.

Les nuances, aujourd’hui, ne sont peut-être pas aussi tranchées ; mais cependant, si un voleur en renom adopte un costume, tous les autres cherchent à l’imiter.

Je me suis un peu éloigné des Cambriolleurs, auxquels je me hâte de revenir ; ces messieurs, avant de tenter une entreprise, savent prendre toutes les précautions propres à en assurer le succès ; ils connaissent les habitudes de la personne qui habite l’appartement qu’ils veulent dévaliser ; ils savent quand elle sera absente, et si chez elle il y a du butin à faire.

Le meilleur moyen à employer pour mettre les Cambriolleurs dans l’impossibilité de nuire, est de toujours tenir la clé de son appartement dans un lieu sûr ; ne la laissez jamais à votre porte, ne l’accrochez nulle part, ne la prêtez à personne, même pour arrêter un saignement de nez ; si vous sortez, et que vous ne vouliez pas la porter sur vous, cachez-la le mieux qu’il vous sera possible. Cachez aussi vos objets les plus précieux ; cela fait, laissez à vos meubles toutes vos autres clés : vous épargnerez aux voleurs la peine d’une effraction qui ne les arrêterait pas, et à vous le soin de faire réparer le dégât que sans cela ils ne manqueraient pas de commettre.

Les plus dangereux Cambriolleurs sont, sans contredit, les Nourrisseurs ; on les nomme ainsi parce qu’ils nourrissent des affaires. Nourrir une affaire, c’est l’avoir toujours en perspective, en attendant le moment le plus propice pour l’exécution ; les Nourrisseurs, qui n’agissent que lorsqu’ils ont la certitude de ne point faire coup fourré, sont ordinairement de vieux routiers qui connaissent plus d’un tour ; ils savent se ménager des intelligences où ils veulent voler ; au besoin même, l’un d’eux vient s’y loger, et attend, pour commettre le vol, qu’il ait acquis dans le quartier qu’il habite une considération qui ne permette pas aux soupçons de s’arrêter sur lui. Ce dernier n’exécute presque jamais, il se borne seulement à fournir aux exécutans tous les indices qui peuvent leur être nécessaires. Souvent même il a la précaution de se mettre en évidence lors de l’exécution, afin que sa présence puisse, en temps opportun, servir à établir un alibi incontestable.

Ce sont ordinairement de vieux voleurs qui travaillent de cette manière ; parmi eux on cite le nommé Godé, dit Marquis, dit Capdeville ; après s’être évadé du bagne, il y a plus de quarante ans, il vint s’établir aux environs de Paris, où il commit deux vols très-considérables, l’un à Saint-Germain en Laye, l’autre à Belleville ; cet individu est aujourd’hui au bagne de Brest, où il subit une condamnation à perpétuité.

Les vols de chambre sont ordinairement commis les dimanches et jours de fête.

CAMBROU-ouze, s. — Domestique, servante.

CAMBROUZE, s. f. — Province.

CAMBROUZIER, s. m. — Voleur de campagne.

CAMÉLÉON, s. m. — Courtisan.

camelot, s. m. — Marchand.

CAMELOTTE, s. m. — Sperme.

CAMELOTTE, s. f. — Toute espèce de marchandises.

CAMISOLLE, s. m. — Gilet.

CAMOUFLE, s. f. — Chandelle.

CAMOUFLET, s. m. — Chandelier.

CAMOUFLEMENT, s. m. — Déguisement.

CAMOUFLER, v. a. — Déguiser.

* CAMUSE, s. f. — Carpe.

CANAGE, s. f. — Agonie, dernière lutte contre la mort.

CANAPÉ, s. m. — On trouve dans le langage des voleurs, dix, vingt mots même, pour exprimer telle action répréhensible, ou tel vice honteux ; on n’en trouve pas un seul pour remplacer ceux de la langue usuelle, qui expriment des idées d’ordre ou de vertu ; aussi doit-on s’attendre à trouver, dans un livre destiné à faire connaître leurs mœurs et leur langage, des récits peu édifians. J’ai réfléchi long-temps avant de me déterminer à leur donner place dans cet, ouvrage ; je craignais que quelques censeurs sévères ne m’accusassent d’avoir outragé la pudeur, mais après j’ai pensé que le vice n’était dangereux que lorsqu’on le peignait revêtu d’un élégant habit, mais que, nu, sa laideur devait faire reculer les moins délicats ; voilà pourquoi cet article et quelques autres semblables se trouveront sous les yeux du lecteur ; voilà pourquoi je n’ai pas employé des périphrases pour exprimer ma pensée ; voilà pourquoi le mot propre est toujours celui qui se trouve sous ma plume. Je laisse au lecteur le soin de n’apprendre si la méthode que j’ai adoptée est la meilleure.

Le Canapé est le rendez-vous ordinaire des pédérastes ; les Tantes (voir ce mot), s’y réunissent pour procurer à ces libertins blasés, qui appartiennent presque tous aux classes éminentes de la société, les objets qu’ils convoitent ; les quais, depuis le Louvre jusqu’au Pont-Royal, la rue Saint-Fiacre, le boulevard entre les rues Neuve-du-Luxembourg et Duphot, sont des Canapés très-dangereux. On conçoit, jusques à un certain point, que la surveillance de la police ne s’exerce sur ces lieux que d’une manière imparfaite ; mais ce que l’on ne comprend pas, c’est que l’existence de certaines maisons, entièrement dévolues aux descendans des Gomorrhéens, soient tolérées ; parmi ces maisons, jedois signaler celle que tient le nommé, ou plutôt (pour conserver à cet être amphibie la qualification qu’il ou elle se donne), la nommée Cottin, rue de Grenelle Saint-Honoré, n° 3 ; la police a déjà plusieurs fois fait fermer cette maison, réceptacle immonde de tout ce que Paris renferme de fangeux, et toujours elle a été rouverte ; pourquoi ? je m’adresse cette interrogation, sans pouvoir y trouver une réponse convenable ; est-ce parce que quelquefois on a pu y saisir quelques individus brouillés avec la justice ; je ne puis croire que ce soit cette considération qui ait arrêté l’autorité, on sait maintenant apprécier l’utilité de ces établissemens où les gens vicieux se rassemblent pour corrompre les honnêtes gens qu’un hasard malheureux y amène.

CANARD SANS PLUMES, s. m. — Nerf de bœuf avec lequel les argousins frappent les forçats qui sont en route pour le bagne.

CANELLE, s. — Caen.

CANER, v. a. — Agoniser, être prêt à mourir.

CANER LA PÈGRENNE, v. n. — Mourir de faim.

CANICHE, s. m. — Bullot carré à oreilles.

CANTON ou CARRUCHE, s. f. — Prison.

CANTONNIER-ière, s. — Prisonnier, prisonnière.

CAPAHUTER, v. a. — Assassiner son complice pour s’approprier sa part de butin.

CAPITAINAGE, s. m. — Agiotage.

CAPITAINE, s. m. — Agioteur.

CAPITAINER, v. a. — Agioter.

* CAPONS, s. m.[3] — Sujet du roi des argotiers, larrons et coupeurs de bourses.

* CAPRE, s. m. — Carolus, ancienne pièce de monnaie.

CARANTE, s. f. — Table.

CARCAGNO, s. m. — Usurier.

CARDINALE, s. f. — Lune. Terme des voleurs des provinces du Nord.

CAR-D’ŒIL, ou plutôt QUART-D’ŒIL, s. m. — Commissaire de police.

CARER, v. a. — Voler à la care. (Voir ci-après Careur).

careur-euse, s. — Presque tous les Careurs sont des Bohémiens, des Italiens ou des Juifs. Hommes ou femmes, ils se présentent dans un magasin achalandé, et après avoir acheté ils donnent en paiement une pièce de monnaie dont la valeur excède de beaucoup celle de l’objet dont ils ont fait l’acquisition ; tout en examinant la monnaie qui leur a été rendue, ils remarquent une ou deux pièces qui ne sont pas semblables aux autres, les anciennes pièces de vingt-quatre sous, les écus de six francs à la vache ou au double W, sont celles qu’ils remarquent le plus habituellement, parce que l’on croit assez généralement qu’il y a dans ces pièces de monnaie une certaine quantité d’or, et que cette croyance doit donner à la proposition qu’ils ont l’intention de faire, une certaine valeur : « Si vous aviez beaucoup de pièces semblables à celles-ci, nous vous les prendrions en vous donnant un bénéfice,» disent-ils. Le marchand, séduit par l’appât du gain, se met à chercher dans son comptoir, et quelquefois même dans les sacs de sa réserve, des pièces telles que le Careur en désire, et si pour accélérer la recherche le marchand lui permet l’accès de son comptoir, il peut être assuré qu’il y puisera avec une dextérité vraiment remarquable.

Les Careurs ont dans leur sac plusieurs ruses dont ils se servent alternativement, mais un échange est le fondement de toutes ; au reste il est très-facile de reconnaître les Careurs, tandis qu’on ouvre le comptoir, ils y plongent la main comme pour aider en triage et indiquer les pièces qu’ils désirent, si par hasard le marchand a besoin d’aller dans son arrièrre boutique pour leur rendre sur une pièce d’or, ils le suivent, et il n’est sorte de ruses qu’ils n’emploient pour parvenir à mettre la main dans le sac.

Que les marchands se persuadent bien que les anciennes pièces de vingt-quatre sous, les écus de six francs à la vache ou au double W, ainsi que les monnaies étrangères n’ont point une valeur exceptionnelle ; qu’ils aient l’œil continuellement ouvert sur les inconnus, hommes, femmes ou enfans, qui viendraient, sous quel prétexte que ce soit, leur proposer un échange, et ils seront à l’abri de la ruse des plus adroits Careurs.

Il y a parmi les Careurs, comme parmi les Cambriolleurs et autres voleurs, des nourisseurs d’affaires ; ces derniers, pour gagner la confiance de celui qu’ils veulent dépouiller, lui achètent, jusqu’à ce que le moment opportun soit arrivé, des plèces cinq ou six sous au-delà de leur valeur réelle.

Les Romamichels (voir ce mot) citent parmi les célébrités de leur corporation, deux Careuses célèbres, nommées la Duchesse et la mère Caron. Avant d’éxercer ce métier ces femmes servaient d’éclaireurs à la bande du fameux Sallambier, chauffeur du Nord, exécuté à Bruges avec trente deux complices.

caribener, v. a. — Voler à la care. (Voir Careur.)

CARLE, s. m. — Argent monnoyé.

CARLINE, s. f. — Mort (la).

CARNE, s. f. — Viande gâtée.

CAROUBLE, s. f. — Fausse clé.

caroubleur-euse, s. — Variété de Cambriolleurs ; ils entretiennent des intelligences avec les domestiques, frotteurs, colleurs de papiers, peintres. Aussi comme ils connaissent parfaitement les endroits qui peuvent leur offrir des ressources, ils vont droit au but ; la plupart du temps ils se servent de fausses clés qu’ils fabriquent eux-mêmes sur les empreintes qui leur sont données par les indicateurs leurs complices.

CASCARET, s. m. — Écu de trois francs.

CASQUER, v. a. — Donner aveuglément dans tous les pièges.

CASSANTE, s. — Noix, dent.

CASSER, v. a. — Couper.

CASTUC, s. f. — Prison.

CASTUS, s. m. — Hôpital.

CAVALER (Se), v. p. — S’enfuir.

CAVE, s. f. — Dupe.

CAYER, s. m. — Poisson.

* CAYMAN, s. m. — Mendiant.

CERCLE, s. m. — Argent.

CERCLÉ, s. m. — Tonneau.

CENTRE A L’ESTORGUE, s. m. — Sobriquet, faux nom.

CENTRE, s. m. — Nom propre.

CERF-VOLANT, s. f. — Femme qui dépouille les petits enfans dans une allée ou dans un lieu écarté.

* CERT DE CHARRUE, s. m. — Quart d’écu.

CHAHUTER, v. a. — Faire tapage pour s’amuser.

CHAHUTEUR-euse, s. — Tapageur, tapageuse.

CHANOINE-esse, s. — Rentier, rentière.

CHANTER (Faire), v. a. — (Voir ci-après Chanteur.)

CHANTEUR, s. m. — Celui qui fait contribuer un individu en le menaçant de mettre le public ou l’autorité dans la confidence de sa turpitude. Ce serait une entreprise pour ainsi dire inexécutable que dévoiler tous les chantages, et seulement esquisser la physiologie de tous les Chanteurs. Après avoir parlé des journalistes qui exploitent les artistes dramatiques, auxquels ils accordent ou refusent des talens suivant que le chiffre de leurs abonnemens est plus ou moins élevé ; ceux qui vous menacent, si vous ne leur donnez pas une certaine somme, d’imprimer dans leur feuille une notice biographique sur vous, votre père, votre mère ou votre sœur, qui vous offrent à un prix-raisonnable l’oraison funèbre de celui de vos grands parens qui vient de rendre l’ame ; du vaudevilliste qui a des flons-flons pour tous les anniversaires ; du poète qui a des dithyrambes pour toutes les naissances et des élégies pour tous les morts, il en resterait encore beaucoup d’autres, Chanteurs par occasion sinon par métier ; et parmi ces derniers il faudrait ranger ceux qui vendent leur silence ou leur témoignage, l’honneur de la femme qu’ils ont séduite, une lettre tombée par hasard entre leurs mains et mille autres encore ; mais comme il se eus

n’y a pas de loi qui puniœe le tourbe ndroit, lo ealom niateur, le violateur de lalïoijunée ; comme tous ceux dont je viens de parler-sont de lrè$··= hemém gm, je ne veux pas m’ooouper d’eu-x, .

Les homes de est ouvrage se me permettent de parler que des individus que les irticles dll Code Pénal atteignent ; si jamais, ce qu’à Dieu ne plaise, je me détermine à écrire le recueil q des rusesde tous les fripons qui pullulent dans le monde, lripons auxquels le procureur du roidonne la main, et qui sont salués par locomsnisseize de pelles, il faudra que je me réwlve à écrire un ouvrage plus volumineux qllë la Babgraphk des frènes Michaud.

Si quelquefois de très-braves gens lfétâient pas les victimes des C/zanlaurs, . on pourrait, p sans qu’il en résultat. un grand mel, laisser ws derniers exeveer paisiblement leur industrie ; car ceux qu’ils exploitent ne valent guère plus qu’eux ; ce sont de ces hommes que les lois du moyen âge, lois impitoyables il est vrai, eendemnaient au dernier supplice ; de ces hommes dont toutes les actions, toutes les pensées, sont un outrage aux lois imprescriptibles de la naturegdeœs hommes que l’on est Iëwé de q CHA 63

reg rder commedes anomalies, si l’on ne veut pas concevoir une bien triste idée de la pauvre humanité.

Les Chanteurs ont à leur disposition de jeunes garçons doués d’une jolie physionomie, qui s’en vont tourner autour de tel financier, de tel noble personnage, et même de tel magistrat qui ne se rappelle de ses études classiques que les odes d’Anacréon à Bathylle, et les passages des Bucoliques de Virgile adressés. à Alexis ; si le pantre mord si fhameçon, le Jeims le mène dans un lieu propice, et lorsque le défit est bien constaté, quelquefois même lorsqu’il n déjà reçu un commencement d’exécution, arrive un agent de police d’une taille et d’une corpulence respectable : • Ah ! je vous y prends, dit-il ; suivez-moi chez lc commissaire de police. » Le Jésus pleure, le r pécheur supplie ; larmesetpriéressont inutiles. p Le pécheur olïre de l’argent, le faux sergent de ville est incorruptible, mais le commissaire depolice supposé n’est pas inexorable : tout s’arrange, moyennant finance, et le procès-verbal est jeté au feu.

Ce n’est point toujours de cette manière que procèdent les C/zanteun, c’est quelquefois le 64 CHA · frère du jeune homme qui remplace le sergent de ville, et son père qui joue le rôle du commissaire de police ; cette dernière manière de procéder est même la plus usitée. Beaucoup de gens, bien certains qu’ils avaient affaire à des fripons, ont cependant financé’ ; s’ils s’étaient plaint, les Clzanœws, il est vrai, auraient été punis, mais la turpitude des plaignants aurait été connue : ils se turent p et firent bien. Un individu bien connu, le sieur L......, exerce depuis très-long-temps, à Paris, le métier de Chanteur, sans que jamais la police ait trouvé l’occasion de lui chercher noise ; ses confrères, admirateurs enthousiastes de son audace et de son adresse, l’ont surnommé le soprano des Chanteurs. Je ne pense pas cependant qu’il lui manque ce que ne possèdent pas les sopranos de la chapelle sixtine. CHARLOT, s. m. — Bourreau. ’ - CHARON, s. m. -· Voleur, J ·’ ’ CHARRIAGE, s. m. — Le mot c/zarrùzge, dans la langue des voleurs, est un terme générique qui signifie voler un individu en le mystillant. Je donne dans l’article ci-après (voir n Clzamèurs), quelques détails sur le mode de il charriage le plus usité : il sera parlé des autres à leur ordre respectif.

CHARRIEURS, s. m. — Les Charrieurs sont en même temps voleurs et mystificateurs, et presque toujours ils spéculent sur la bonhomie d’un fripon qui n’exerce le métier que par occasion ; ils vont habituellement deux de compagnie, l’un se nomme l’Américain, et l’autre le Jardinier. Le Jardinier aborde le premier individu dont l’extérieur n’annonce pas une très-vaste conception, et il sait trouver le moyen de lier conversation avec lui ; tout à coup ils sont abordés par un quidam, richement vêtu, qui s’exprime difficilement en français, et qui désire être conduit, soit au Jardin du Roi, soit au Palais-Royal, soit à la plaine de Grenelle pour y voir le petite foussillement pien choli, mais toujours à un lieu très-éloigné de l’endroit où l’on se trouve ; il offre pour payer ce léger service une pièce d’or, quelquefois même deux ; il s’est adressé au Jardinier, et celui-ci dit à la dupe : « Puisque nous sommes ensemble, nous partagerons cette bonne aubaine ; conduisons cet étranger où il désire aller, cela nous promènera.» On ne gagne pas tous les jours dix ou vingt francs sans se donner si peu de peine, aussi la dupe se garde bien de refuser la proposition ; les voilà partis tous les trois pour leur destination.

L’étranger est très-communicatif. Il raconte son histoire à ses deux compagnons ; il n’est que depuis peu de jours à Paris ; il était au service d’un riche étranger qui est mort en arrivant en France, et qui lui a laissé beaucoup de pièces jaunes, qui n’ont pas cours en France, et qu’il voudrait bien changer contre des pièces blanches ; il donnerait volontiers une des siennes pour deux de celles qu’il désire.

La dupe trouve l’affaire excellente, il y a 100 p.% à gagner à un pareil marché ; il s’entend avec le Jardinier, et il est convenu qu’ils duperont l’Américain. « Mais, dit le Jardinier, les pièces d’or ne sont peut-être pas bonnes, il faut aller les faire estimer.» Ils font comprendre cette nécessité à l’étranger, qui leur confie une pièce sans hésiter, et ils vont ensemble chez un changeur qui leur remet huit pièces de cinq francs en échange d’une de quarante ; ils en remettent quatre à l’Américain, qui parait parfaitement content, et ils on gardent chacun deux : les bons comptes font les bons amis ; l’affaire est presque conclue, l’Américain étale ses rouleaux d’or, qu’il met successivement dans un petit sac fermé par un cadenas.

« Vous âvre fait estimer mon bièce d’or, dit-il alors, moi fouloir aussi savoir si votre archent il être pon.»

Rien de plus juste, dit le Jardinier. L’Américain ramasse toutes les pièces de cinq francs du pantre, et sort accompagné du Jardinier, soi-disant pour aller les faire estimer. Il va sans dire qu’il a laissé en garantie le petit sac qui contient ses rouleaux d’or.

Le simple est tout à fait tranquille ; il attend paisiblement dans la salle du marchand de vins, chez lequel il s’est laissé entraîner, qu’il plaise à ses deux compagnons de revenir ; il attend une demi-heure, puis une heure, puis deux, puis les soupçons commencent à lui venir, il ouvre le sac dans lequel au lieu de rouleaux de pièces d’or, il ne trouve que des rouleaux de monnaie de billon.

CHARRIEUR A LA MÉCANIQUE. — Voleur qui, avec le mouchoir, attrape un passant par le col, le porte ainsi sur les épaules pendant qu’un camarade s’occupe à le dévaliser de manière à le laisser quelquefois nu et sans vie sur la route.

Lorsque le pantre est mort, ce qui arrive quelquefois, les Charrieurs à la mécanique jettent le cadavre dans le canal ; car c’est ordinairement dans ce quartier désert qu’ils exercent leur horrible industrie.

* CHASSE NOBLE, s. m. — Chasse-coquin, suisse de porte.

CHASSE A L’ESTORGUE, s. m. — Œil louche.

CHASSER DES RELUITS, v. a. — Pleurer.

CHAT, s. m. — Concierge de prison.

CHATTE, s. f. — Pièce de six francs. Les filles publiques will à-peu-près les seules qui se servent de ce terme.

CHAUD-e, v. p. (Être). — Qui se défie, qui se tient sur ses gardes.

CHAUDELANCE, s. f. — Gonorrhée.

CHAUMIR, v. a. — Perdre.

CHEMISE DE CONSEILLER, s. m. — Linge volé.

* CHENATRE ou CHENU, ad. — Bon.

CHÊNE, s. m. — Homme.

CHENU RELUIT, adv. — Bonjour.

CHENU SORGUE, adv. — Bonsoir.

CHER, ad. — Rude.

CHER, ad. — Haut, élevé.

CHÉRANCE, s. f. — Ivresse.

CHEVAL DE RETOUR, s. m. — Celui qui est conduit au bagne pour la deuxième fois.

chevalier d’industrie, s. m. — Les Chevaliers d’industrie, quelles que soient d’ailleurs les qualités qu’ils possèdent, n’ont pas marché avec le siècle, ils sont restés stationnaires au milieu des changemens qui s’opéraient autour d’eux, je crois même qu’ils ont reculé en lieu d’avancer ; car j’ai beau regarder autour de moi, je ne reconnais pas, prmi les illustrations contemporaines, les dignes successeurs des Cagliostre, des comte de Saint-Germain, des Casanova, des chevaliers de la Morlière, et de cent autres dont les noms m’échappent.

Ces messieurs de l’ancien régime étaient pour la plupart des cadets de famille, mousquetaires, chevau-légers ou chevaliers de Malte, qui, avant de devenir fripons, avaient commencé par être dupes. Ils portaient la cravate, le jabot et les manchettes de point de Bruxelles, l’habit nacarat, la veste gorge de pigeon, la culotte noire, les bas de soie blancs et les souliers à talons rouges ; l’or et les pierreries étincelaient sur toute leur personne ; ils étaient toujours pimpans, frisés, musqués et poudrés, et lorsqu’il le fallait ils savaient se servir de l’épée qui leur battait le mollet. Un nom illustre, un titre quelconque, qui leur appartenait réellement, ou qu’ils savaient prendre, leur ouvrait toutes les portes ; aussi on les rencontrait quelquefois à l’œil de bœuf, au petit lever, ou dans les salons de la favorite ; comme les plus grands seigneurs ils avaient leur petite maison, ils entretenaient des filles d’opéra ; et le matin avant de sortir, ils demandaient à leur valet s’il avait mis de l’or dans leurs poches, le Chevalier à la Mode de Dancourt, le marquis du Joueur ; et celui de l’École des Bourgeois, sont des types que le lecteur connait aussi bien que moi.

A cette époque un homme de bonne compagnie devait nécessairement avoir des dettes, et surtout ne pas les payer ; Don Juan faisait des politesses à M. Dimanche, mais Don Juan est une spécialité. Les grands seigneurs et les chevaliers d’industrie du dix-huitième siècle faisaient rosser par leurs gens ou jeter par les fenêtres ceux de leurs créanciers qui se montraient récalcitrants. Les chevaliers d’industrie de l’époque actuelle sont, sauf les qualités qu’ils ne possèdent pas, à-peu-près ce qu’étaient leurs prédécesseurs ; l’humeur des créanciers est plus changée que tout le reste ; ces messieurs, maintenant, ne se laissent ni battre, ni jeter par la fenêtre, mais ils se laissent duper : les chevaliers spéculateurs n’en demandent pas davantage.

Voici l’exposé des qualités physiques et morales que doit absolument posséder celui qui veut suivre les traces des grands hommes de la corporation :

Un esprit vif et cultivé, une bravoure à toute épreuve, une présence d’esprit inaltérable, une physionomie à la fois agréable et imposante, une taille élevée et bien prise.

Le chevalier qui possède ces diverses qualités n’est encore qu’un pauvre sire, s’il ne sait pas les faire valoir ; ainsi il devra, avant de se lancer sur la scène, s’être muni d’un nom d’honnête homme ; un chevalier d’industrie ne peut se nommer ni Pierre Lelong, ni Eustache Lecourt.

Sa carrière est manquée s’il est assez sot pour se donner un nom du genre de ceux-ci : Saint-Léon, Saint-Clair, Saint-Firmin, ou quelque autre saint que ce soit ; le saint est usé jusqu’à la corde.

Pourvu d’un nom, l’aspirant doit se pourvoir d’un tailleur. Ses habits, coupés dans le dernier goût, sortiront des ateliers de Humana, de Barde ou de Chevreuil : le reste à l’avenant ; il prendra ses gants chez Valker, son chapeau chez Bandoni, ses bottes chez Concanon, sa canne chez Thomassin ; il ne se servira que de foulards de l’Inde, et de mouchoirs de fine batiste ; il conservera ses cigares dans une boite élégante, des magasins de Susse on de Gironx.

Il se logera dans une des rues nouvelles de la Chaussée-d’Antin. Des meubles de palissandre, des draperies élégantes, des bronzes, des globes magnifiques, des tapis de Lamornaix, garniront ses appartements.

Ses chevaux, seront anglais, son tilbury du carrossier à la mode.

Son domestique ne sera ni trop jeune ni trop vieux ; perspicace, prévoyant, audacieux et fluet, il saura, à propos, parler des propriétés de monsieur, de ses riches et vieux parents, etc., etc.

Lorsque l’aspirant se sera procuré tout cela, sans débourser un sou, il aura gagné ses éperons de chevalier.

Un portier complaisant est la première nécessité d’un chevalier d’industrie, aussi le sien sera choyé, adulé, et surtout généreusement payé.

Lorsque toutes ses mesures sont prises, le chevalier entre en lice et attaque l’ennemi avec l’espoir du succès ; alors les marchands et les fournisseurs attendent dans son antichambre qu’il veuille bien les recevoir ; quelquefois même un escompteur délicat apporte lui-même de l’argent au grand personnage ; à la vérité, cet honnête usurier vend ses écus au poids de l’or, il ne prend que 4 ou 5 p.% par mois, et l’intérêt en dedans, de sorte que l’emprunteur ne reçoit que très-peu de chose, mais toujours est-il qu’il reçoit, tandis qu’il est positif que le marchand d’argent ne recevra jamais rien.

CHEVRONNÉ (Être), v. p. — Être en récidive, être noté comme voleur.

CHIBRE, s. m. — Membre viril.

CHICANE, v. a. (Grinchir à la). — Les Grinchisseurs à la chicane sont les plus adroits Tireurs, ceux qui travaillent sans compères. Ils sa placent devant une personne, mettent leur main derrière eux, et de cette manière lui volent ou sa montre ou sa bourse ; certes, ce sont là d’adroits fripons, et desquels on peut dire, sans craindre de se tromper, qu'ils ont des yeux au bout des doigts.

CHIFFARDE. s. f. — Pipe.

CHIFFERTON, s. m. — Chiffonnier.

CHIFFON. Balancer Le Chiffon. Le Chiffon rouge., s. f. — La langue. Parler.

CHIFFON, s. m. — Mouchoir.

CHIFFONNIER, s. m. — Voleur de mouchoirs. (Voir Pègriot)

CHIPETTE. s. f. — Tribade.

CHIQUE, s. f. — Église.

CHIQUER, v. a. — Battre.

CHOLETTE, s. m. — Demi-litre.

CHOMIR, v. a. — Perdre.

CHOPER, v. a. — Prendre.

chopin, s. m. — Vol.

CHOUETTE, ad. — Excellent.

CHOURIN, s. m. — Couteau.

CIGOGNE, s. f. — Préfecture de police.

CIGALE, s. f. — Pièce d’or.

* CIGUE, s. f. — Pièce d’or.

CLOU, ÊTRE AU CLOU. — Prison. Être en prison.

cocangeS ou LA ROBIGNOLE. — Jeu des coquilles de noix. Le jeu des coquilles de noix est un des mille et un trucs employés par les fripons qui courent les campagnes pour duper les malheureux qui sont possédés par la funeste passion du jeu. Les Cocangeurs ou Robignoleurs se réunissent plusieurs sur la place publique d’un village ou d’une petite ville, lorsqu’ils ont obtenu le condé franc, ou dans quelque lieu écarté, lorsqu’ils craignent d’être dérangés ; mais dans l’un et dans l’autre cas ils choisissent de préférence pour exercer, un jour de marché ou de foire ; sachant bien que ceux qui se laisseront séduire auront ce jour là les poches mieux garnies que tout autre.

Les objets dont ils se servent sont : 1°. trois coquilles de grosses noix : les cocanges, et une petite boule de liège : la robignole. L’un d’eux, après s’être assis par terre, place son chapeau entre ses jambes et les cocanges sur le chapeau ; cela fait, il couvre et découvre alternativement la robignole ; après avoir fait quelques instans ce manège, il s’arrête et se détourne comme pour se moucher ou cracher ; un compère alors lève successivement les trois cocanges, et lorsqu’il a découvert la robignole, il dit, assez haut pour être entendu de celui qui doit être dupé : « Elle est là.» C’est à ce moment que celui qui tient le jeu propose aux curieux assemblés autour de lui, des paris plus ou moins considérables ; le compère, pendant ce temps, s’est entendu avec la dupe, et ils se mettent alors à jouer de moitié ; celui qui tient le jeu est doué d’une agilité capable de faire honneur au plus habile escamoteur, il a su changer adroitement la robignole de place, le reste se devine : ce coup se nomme le coup de tronche.

On a vu des individus perdre à ce jeu des sommes très considérables ; ils méritaient sans doute ce qui leur arrivait, ou leur intention était bien celle de tromper celui que d’abord ils avaient pris pour un niais, mais jamais l’intention de la dupe n’a justifié les méfaits du dupeur ; que l’on punisse le premier, rien de mieux, mais que l’on ne ménage pas le second, et bientôt, du moins je l’espère, on aura vu disparaitre cette foule d’individus qui spéculent sur les passions mauvaises.

COCASSE, s. m. — Fin.

COCASSERIE, s. f. — Finesse.

COCHEMARD, s. m. — Cocher.

COENNE DE LARD, s. f. — Brosse.

coesré, s.m. — A chaque pas que l’on faisait dans l’ancien Paris, on rencontrait des ruelles sales et obscures qui servaient de retraite à tout ce que la capitale renfermait de vagabonds, gens sans aveu, mendians et voleurs. Les habitans nommaient ces réduits Cours des Miracles, parce que ceux des mendians qui en sortaient le matin pâles et estropiés, pour aller par la ville solliciter la charité des bonnes ames, se trouvaient frais et dispos lorsque le soir ils y rentraient.

Le premier de ces asiles, ou Cours des Miracles, qui soit cité par les auteurs qui ont écrit l’histoire et la monographie de la capitale, est la rue du Sablon, dont aujourd’hui il ne reste plus rien ; cette rue, qui était située près l’Hôtel-Dieu, fut fermée en 1511 à la requête des administrateurs de l’hôpital, « pour qu’elle ne servit plus de retraite aux vagabonds et voleurs qui y menaient une vie honteuse et dissolue.»

Cette rue, dès l’an 1227, servait de retraite à ces sortes de gens. Étienne, doyen de Notre-Dame, et le chapitre de Paris, ne voulurent consentir à l’agrandissement de l’hôpital, qu’à la condition expresse qu’il ne serait point fait de porte à la rue du Sablon, du côté du Petit Pont : « De peur que les voleurs qui s’y réfugiaient ne se sauvassent, par cette rue, chargés de leur butin, et que la maison de Dieu ne servit d’asile à leurs vols et à leurs crimes.»

La rue de la Grande Truanderie, fut, après celle du Sablon, la plus ancienne Cour des Miracles ; son nom lui vient des gueux et fripons, qu’à cette époque on nommait truands, qui l’ont habitée primitivement ; la troisième fut établie, vers l’année 1350, dans la rue des Francs-Bourgeois, au Marais. Ce n’est que lorsque la population des gueux eut pris un certain accroissement, qu’ils se répandirent dans les cours : du roi François, près la rue du Ponceau ; Sainte-Catherine, rue de la Mortellerie ; Brisset, Gentien, Saint-Guillaume, puis enfin, Cour des Miracles. Sauval rapporte que de son temps, les rues Montmartre, de la Jussienne, et circonvoisines, étaient encore habitées par des individus mal famés et de mauvaises mœurs. « La Cour des Miracles, dit-il ailleurs, était encore habitée par plus de cinq cents misérables familles ; on voulut, ajoute-t-il, détruire ce cloaque, mais les maçons qui commençaient leurs travaux furent battus et chassés par les gueux, et l’on ne put rien y faire. »

On est étonné, sans doute, de voir dans une ville comme Paris, une aussi formidable assemblée de fripons, cependant rien n’est plus concevable. La police, à cette époque, n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui, et s’il faut croire ce que rapporte Louis Vervin, avocat à Paris, dans son ouvrage publié en 1622, intitulé : l’Enfer des Chicaneurs, elle se faisait d’une singulière manière : « Les sergens, dit-il, courent partout pour trouver des coupables, mais s’ils prennent des voleurs, ils les relachent aussitôt que ceux-ci leur donnent de l’argent.» Ce n’était pas seulement l’incurie de l’administration qui avait donné naissance à la formidable corporation dont le grand Coësré était le chef, le mal avait pris naissance dans l’organisation même de l’État, et dans les événemens du temps. Jusqu’au règne de Louis XI, il n’y eut pas en France d’armée nationale ; le roi avait les archers de sa garde et ses gentilshommes : c’était là tout ; seulement, lorsque la guerre était déclarée, les vassaux de la couronne conduisaient leur contingent au secours du roi, et la campagne terminée, chacun s’en retournait dans ses foyers ; mais les serfs, ou gens de mainmorte, qui avaient acquis dans les camps une certaine expérience, ne se souciaient pas toujours de retourner sur les terres de leurs seigneurs, où ils étaient taillables et corvéables ; ils se débandaient, abandonnaient la bannière, et ceux qui n’allaient pas se joindre aux compagnies franches, qui, à tout prendre, n’étaient en temps de paix que des compagnies de brigands organisés, venaient chercher un asile dans les grandes villes, et principalement dans Paris, où ils se réunissaient aux bohémiens qui y étaient venus en 1427, aux mauvais sujets des universités, aux vagabonds, aux filous, qu’ils ne tardaient pas à imiter. La corporation, par la suite, devint si formidable, qu’elle eut pendant un laps de temps assez long, ses franchises et ses privilèges ; on pouvait bien, lorsqu’on l’avait attrapé, pendre un truand ou un mauvais garçon, mais un archer du guet, à pied ou à cheval, ne se serait pas avisé d’aller le chercher dans une Cour des Miracles, ces lieux étaient des asiles interdits aux profanes, et dont les habitans avaient une organisation pour ainsi dire sanctionnée par la police du temps. Le roi des Argotiers ou de l’Argot, le chef suprême des Courtauds de boutanche, Malingreux, Capons, Narquois, etc., avait une part d’autorité pour le moins aussi belle que celle du prévôt de Paris, part d’autorité que ce dernier avait été, pour ainsi dire, obligé de céder à la force.

COGNAC, s. m. — Gendarme.

COGNADE, s. f. — Gendarmerie.

COGNE, s. m. — Gendarme.

COLIN ou COLAS, s. m. — Col.

COLLIER ou COULANT, s. f. — Cravate.

COLLÉGE, s. f. — Prison.

COLLÉGIEN-ne, s. — Prisonnier-ère.

COLLETIN, s. f. — Force.

COLOQUINTE, s. f. — Tête.

COMBERGER, v. a. — Compter.

COMBRE, s. m. — Chapeau.

COMBRIER, s. m. — Chapellier.

COMBRIEU, s. m. — Chapeau.

COMBRIEZ. s. f — Pièce de vingt sols.

COME, s. m. — Commerce.

COMMENSAL (Vol au). — Il est de ces vérités qui sont devenues triviales à force d’être 82 COM

répétées ; et parmi elles, il faut citer le vieux proverbe qui dit que : Pour n’être jamais ’trompé, il faut se délier de tout le monde. Les exigences du proverbe sont, comme on le voit, un peu grandes ; aussi n’est-ce que pour prouver à mes lecteurs que je n’oublie rien, que je me détermine à parler du vol au communal, seulement, je me bornerai à rapporter un fait récemment arrivé à Saint-Cloud.

Paris est environné d’une grande quantité de maisons bourgeoises habitées par leurs pro- ; prütaires ; ces propriétaires, durant la belle I saison, louent en garni les appartemeus dont ils ne se servent pas, et si le locataire paie cher v et exactement, si son éducation et ses manières sont celles d’un homme de bonne compagnie, il est bientôt un des commensaux de la J famille. Bon nombre de vols et d’escroqueries n commis par ces lwmmes dzktingueis, devraient à cependant avoir appris depuis long-temps aux J gens trop faciles, le danger des liaisons im- J promptu, mais quelques pièces d’or étalées à u propos font oublier les mésaventures du voisin, surtout à ceux qui sont doués d’une certailw dose d’amour-propre, qualité ou défaut assez commun par le temps qui court. Dans le courant du mois d’avril 1836, un individu qui prétendait être un comte allemand (ce qui au reste peut bien être vrai, car tout le monde sait que rien, en Germanie, n’est plus commun que les comtes et les barons), arriva à Saint-Cloud et prit le logement le plus confortable du meilleur hôtel de la ville ; cela fait, il visita un grand nombre d’appartements garnis, mais aucun ne lui plaisait ; enfin il en trouva un qui parut lui convenir : c’était celui que voulait louer un vieux propriétaire, père d’une jeune et jolie fille ; le prix de location convenu, le noble étranger arrête l’appartement ; il paie, suivant l’usage, un trimestre d’avance, et s’installe dans la maison.

Le comte se levait tard, déjeunait, lisait, dînait à cinq heures, il faisait quelques tours de jardin, puis ensuite il rentrait chez lui pour lire et méditer de nouveau ; cette conduite dura quelques jours, mais ayant par hasard rencontré dans le jardin Mme L......, et sa fille, il adressa quelques compliments à la mère, et salua respectueusement la demoiselle : la connaissance était faite. Bientôt il fut au mieux avec ses hôtes, et il leur apprit ce que sans doute ils désiraient beaucoup savoir : il était le neveu, et l’unique héritier, d’un vieillard qui, par suite de malheurs imprévus, ne possédait plus que soixante et quelques mille francs de rente.

« On ne saurait trop faire pour un homme qui doit posséder une fortune aussi considérable, se dit un jour M. L…, monsieur le comte est toujours seul, il ne sort presque jamais, il doit beaucoup s’ennuyer ; tâchons de le distraire.» Cette belle résolution une fois prise, M. L… invita le comte à un grand diner offert à un ancien marchand d’écus retiré, qui avait conservé les traditions de son métier, et qui savait mieux que personne ce que peut rapporter un écu dépensé à propos. Cette réunion fut suivie de plusieurs autres, et bientôt le comte, grâce à ses manières empressées, à son extrême politesse, devint l’intime ami de son propriétaire. Le comte avait dit qu’il attendait son oncle, et des lettres qu’il recevait journellement de Francfort, annonçaient l’arrivée prochaine de ce dernier ; l’oncle priait son neveu de lui envoyer la meilleure dormeuse qu’il pourrait trouver, de lui choisir un logement, etc. Comme on le pense bien, le gîte de l’oncle fut choisi dans la maison de M. L……, l’époque de son arrivée étant prochaine. Le comte, sur ces entrefaites, demande la jeune personne en mariage, les parens sont enchantés, et la jeune fille partage leur ravissement.

M. R***, l’ami de la famille, est mis dans la confidence ; le comte lui demandodes conseils, et parle d’acheter des diamans qu’il destine à sa future ; mais comme il ne connait personne à Paris, il craint d’être trompé, M. R*** conduit lui-même le comte chez un bijoutier de ses amis, auquel il le recommande. Un comte présenté par M. R***, qui a été payeur de rentes trente-six à quarante ans, et qui doit certainement connaître les hommes, devait inspirer de la confiance, enfin M. le comte achette des boucles d’oreilles superbes, qu’il remet à sa prétendue ; il fait tant et si bien, qu’il obtient pour 16 à 18,000 fr. de diamans sans argent ; le bijoutier, qui croyait voir dans M. le comte une ancienne connaissance de M. R***, livra aveuglément. Mais il fallait reprendre les boucles d’oreilles données à la prétendue. Le comte dit à la demoiselle : « Il me semble que les boucles d’oreilles qu’on vous a remises ne sont pas aussi belles, à beaucoup près, que celles que je vous destinais.» Il les examine : « C’est infâme, dit-il, d’avoir ainsi changé les diamans ; ily a plus de 4,500 fr. de différence ; je ne puis souffrir cela, etc.»

Il doit aller au-devant de son oncle, il emprunte 7 à 800 fr. au beau-père, qui, pour ne pas fatiguer M. le comte, porte les 800 fr. dans ses poches ; mais, arrivé à Paris, le comte prit la peine de le décharger de ce fardeau, et ne revint plus.

Il emporta 16 à 18,000 fr. au bijoutier, 800 fr. à son beau-père en herbe, et 800 fr. au traiteur.

Il est inutile d’ajouter que l’oncle d’Allemagne n’était qu’un compère qui s’est prêté à cette manœuvre.

* COMPLE, s. m. — Chapeau.

* COMTE DE LA CARRUCHE, s. m. — Geolier.

CONOBRER, v. a. — Connaître.

CONDÉ, s. f. — Permission de tenir des jeux illicites.

CONDÉ(Demi), s. m. — Adjoint au maire.

CONDÉ FRANC ou CONDÉ AFFRANCHI, s. m. — Magistrat qui se laisse corrompre. CONI, s. f. — Mort.

CONSERVATOIRE. — Bureaux de commissionnaires près le Mont-de-Piété.

Plusieurs des directeurs de ces bureaux, pour gagner davantage et recevoir une rétribution de l’emprunteur, prêtent souvent, sur les objets qu’on leur présente, un tiers de plus que ce que pourrait prêter le grand Mont-de-Piété, de cette manière l’objet engagé se trouve estimé à sa juste valeur ; les fripons avec lesquels les commissionnaires s’entendent, reçoivent seulement la somme prêtée par le grand Mont-de-Piété, et paient aux commissionnaires complaisans la prime convenue d’avance.

Porteur d’une reconnaissance émanée des bureaux dont je viens de parler, un individu revêtu d’un costume de militaire ou de matelot accoste sur la voie publique un passant auquel il peint sa misère, et offre sa reconnaissance ; il a besoin d’argent pour continuer sa route, et, si le passant se laisse séduire, il la lui vend 10, 15 fr. et quelquefois plus.

Ces escroqueries n’auraient pas lieu si les commissionnaires n’y donnaient pas les mains en prêtant souvent plus que la valeur réelle de l’objet qui leur est présenté, et il cessera sitôt que l’administration voudra bien surveiller de près ceux qu’elle emploie.

COQUER, v. a. — Dénoncer.

COQUER LA LOFFITUDE, v. a. — Donner l’absolution.

COQUER LE POIVRE, v. a. — Empoisonner.

coqueur. — Celui qui donne des affaires à la police.

COQUEUR DE BILLE, s. m. — Bailleur de fonds.

coquillardS, s.[4] — Sujets du grand Coësré, qui mendiaient dans les rues de Paris ; ils revenaient, disaient-ils, de Saint Jacques de Galice ou de la terre sainte ; et vendaient très-cher aux bonnes femmes et aux dévots du temps, les coquilles qui étaient attachées au premier collet de leur robe ; de là le proverbe : ne pas donner ses coquilles.

COQUILLON, s. m. — Pou.

CORNAGE, s. f. — Puanteur.

CORNANTE, s. f. — Vache.

CORNER, v. a. — Puer.

CORNET D’ÉPICES, s. m. — Capucin.

CORNICHON, s. m. — Veau.

CORVETTE, s. m. — Jeune sodomite. Terme usité au bagne.

* COSNE, s. f. — La mort.

* COSTE DE BŒUF, s. m. — Sabre.

COUCOU, s. f. — Montre. Terme des Floueurs.

COUILLÉ-ère, s. — Homme simple, femme simple.

* COURBE, s. f. — Épaule.

COURIR (Se), v. p. — Se méfier.

COURTANGE (La), s. f. — La Courtille.

COURTAUDS DE BOUTANCHE, s. m.[5] — Sujets du grand Coësré, qui ne mendiaient que l’hiver.

COURTE, s. m. — Membre viril.

CRACHER, v. a. — Parler.

CRACHER AU BASSIN, v. a. — Donner de l’argent de mauvaise grâce.

CRAMPER, v. a. — Fuir.

CRAPAUD, s. m. — Cadenas.

CRÉATEUR, s. m. — Peintre.

CRÉPINE, s. f. — Bourse.

* CREUX, s. f. — Maison.

BRIE, s. f. — Viande.

CRIBLER, v. a. — Crier.

CRIBLER AU CHARBON, A LA CHIANLIT, v. a. — Crier au voleur.

CRIBLEUR DE LANCE, s. m. — Porteur d’eau.

CRIBLEUR DE MALADES, s. m. — Celui qui dans une prison est chargé d’appeler les détenus au parloir.

CRIGNOLLE, s. f. — Viande.

CRIGNOLIER-ère, s. — Boucher-ère.

CRIQUE, s. f. — Eau-de-vie.

** CROLLE, s. f. — Écuelle.

CROISSANT, s. f. — Gilet.

CROIX, s. f. — Écu de six francs.

crosse (La), s. m. — L’avocat du roi.

CROSSER, v. a. — Sonner.

CROSSEUR, s. m. — Sonneur.

* CROTTE D’ERMITE, s. f. — Poire cuite.

* CRUCIFIX A RESSORTS. — Pistolet.

CUISINE, s. f. — Préfecture de police.

CUISINIER, s. m. — Employé de la préfecture de police.

CUIT (Être), v. p. — Être condamné.

CULBUTE, s. f. — Culotte.

CUPIDON, s. m. — Chiffonnier.

CURIEUX, s. m. — Juge d’instruction, président du tribunal.

◄  B Lexique des argotiers D  ►
  1. Note Wikisource : voir aussi Les Cagoux et Les Archi-Suppôts de l’argot en l’annexe « Pièces justificatives »
  2. Note Wikisource : voir aussi Les Callots en l’annexe « Pièces justificatives »
  3. Note Wikisource : voir aussi Les Capons en l’annexe « Pièces justificatives »
  4. Note Wikisource : voir aussi Les Coquillards en l’annexe « Pièces justificatives »
  5. Note Wikisource : voir aussi Les Courtauds de Boutanche en l’annexe « Pièces justificatives »