Page:Ésope - Fables - Émile Chambry.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


été versifiées, semble-t-il, sur les fables correspondantes de P, sauf 5 dont 2 ont été versifiées sur B, 2 sur L, 1 sur Ch. Les autres manuscrits contiennent 42 fables en vers qui ont pour sources les fables en prose de Ba, sauf 5 : La Grenouille médecin (69) qui a été mise en vers sur une rédaction originale de Ca, Le Chien invité 79, sur La, La Lionne et les Animaux 195, qui paraît originale, et les deux rédactions de La Cigale et les Fourmis qui ont été refaites sur L ou sur une rédaction perdue. Les vers des 42 fables sont des scazons politiques, c’est-à-dire des dodécasyllabes soumis à deux lois seulement : le césure après la 5e ou la 7e syllabe, et l’accent tonique sur l’avant-dernière syllabe. Les fables de Cd aussi sont des scazons politiques construits sur les mêmes principes ; mais, soit que le manuscrit soit fautif, soit que je l’aie mal corrigé, la loi de la césure n’y est pas toujours bien observée.

Quelle date assigner à la rédaction de manuscrits si composites ? Les fables en prose pourraient bien pour une part sortir des écoles des rhéteurs, et remonter au 4e, peut-être au 5e siècle. Pour les fables en vers, celles qui ont été versifiées sur B, c’est-à-dire sur une paraphrase en prose de Babrius, sont sans doute le premier échantillon de cette versification qui ne repose plus sur la quantité, mais sur le nombre des syllabes ; l’accent, placé comme dans Babrius à l’avantdernière syllabe, est le chaînon qui unit la nouvelle versification à l’ancienne. Aussi je me hasarderais à ne pas faire descendre notre recension en vers au-dessous du VIe siècle.


Le Triuultianus et le Vaticanus 1745.

À ces 4 grandes classes il faut joindre deux petits manuscrits isolés : le Triuultianus qui contient 6 fables d’une forme originale, et le Vaticanus 1745 qui n’en a qu’une. Le Triuultianus est certainement un extrait d’un manuscrit perdu. Il offre, dans la fable des deux Coqs, la moralité chrétienne dont j’ai déjà parlé ; mais cette moralité ne donne pas son âge ; car elle a certainement été substituée par un moine à une moralité plus ancienne, semblable à celles que portent les autres rédactions du même sujet. Une fable est en vers scazons politiques, La Perdrix et le Chasseur, ce qui nous autorise à rapporter la rédaction de ce manuscrit au VIe siècle. – Quant à la fable du Vaticanus, Le Rat et la