Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne lui coûtaient rien, lorsqu’il fallait les servir. Sévère pour lui-même, il était indulgent pour les autres. Modeste et doux dans le commerce de la société, on oubliait son génie pour mieux jouir de son cœur. Il connaissait trop le prix du temps pour aller le perdre dans un monde frivole qui n’offre le plus souvent que des ridicules, et où l’esprit est longtemps sans recueillir une pensée[1]. Il aimait sur-tout l’entretien des gens de lettres et des savans. Il les attirait chez lui, non par ostentation, ni pour avoir l’air de les protéger ; mais pour profiter de leurs lumières : il était fait pour les entendre et les juger. Il avait pour eux cette considération et ce respect que méritent des hommes qui ne veulent pour toute récompense de leurs travaux, que la gloire d’avoir éclairé leur siècle[2].

Si l’on veut se donner le spectacle des vertus antiques, il faut suivre M. DUPATY dans le sein de sa famille. Il faut le

  1. Entre plusieurs torts ridiculement graves que la frivolité cérémonieuse de nos mœurs reprochait à M. Dupaty, elle ne pouvait surtout lui pardonner de ne prendre aucune part aux puériles riens qui occupent les cercles. Il avait la bonne foi de convenir qu’il préférait la naïve simplicité de ses enfans à l’esprit faux, leurs jeux innocens à l’art toujours en représentation dans les sociétés et l’intimité de ses amis vrais aux fades attentions de ces complaisans à qui l’intérêt et la vanité inspirent des protestations aussi fausses que serviles.

    Par une suite du même principe, il ne rendait que très peu de visites. Les sérieuses occupations de sa charge et les grandes méditations auxquelles il se livrait, remplissaient presque tout son temps. Il ne concevait pas d’ailleurs que deux indifférents, dont l’un se soucie aussi peu de faire des visites que l’autre d’en recevoir, s’obstinent à s’ennuyer mutuellement avec cette persévérance et cette ponctualité qu’on peut regarder comme un de nos ridicules.

  2. Il est rare que la carrière des lettres soit celle qui mène à la fortune. Occupé du monde idéal sur lequel il promène ses regards sublimes, le génie voit à peine le monde qui l’admire ; et plein de grandes conceptions, il dédaigne les petites adresses, les intrigues sourdes, les combinaisons méprisables par où la médiocrité s’élève ou enrichit. Pénétré de la dignité des gens de lettres, et mettant après la vertu, le talent au-dessus de tout, M. Dupaty avait fait de sa maison celle de tous les hommes de mérite ; il suffirait de porter ce titre pour y être admis avec bienveillance, traité avec distinction, et prévenu de toutes les manières que la générosité peut inventer pour secourir le besoin, sans faire rougir la délicatesse.