Page:Œuvres complètes de Maximilien de Robespierre, tome 1.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
226
œuvres complètes de maximilien robespierre

 Il est très bien
 J’en suis certain
Car toi-même, aimable Henriette
Dicta cette chansonnette
  À mon cœur.


3

 
Peu m’importe d’ailleurs
Que ce fruit de ma veine
Soit goûté des neuf sœurs
Je me rirai sans peine
De l’Hélicon
Et d’Apollon
Si tes yeux d’un regard prospère
Voient cet hommage sincère
  De mon cœur.




VERS POUR LE MARIAGE DE Mlle DEMONCHEAUX[1]


C’en est fait, aimable Émilie,
Un mot a fixé ton destin :
Un mortel trop digne d’envie
T’a soumise au joug de l’Hymen.

Mais de ce dieu qu’on calomnie
Ne crains pas l’empire éternel,
Contre ses loix, quoiqu’on publie.
L’hymen n’est point un dieu cruel.

L’homme, ce sultan formidable
Dont on vante la majesté,
A la voix d’une épouse aimable
Dépose toute sa fierté.

  1. Cette pièce a été publiée par M. Lucien Peise, dans son recueil : Quelques vers de Maximilien Robespierre, p. 23.