Page:Œuvres de Blaise Pascal, VIII.djvu/206

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


190 ŒUVRES

tam, cujus duplum ipse Mersennus et ego et multi alii perlegimus, ad ipsum Galilaeum misit, estque penitus eadem cum una ex tribus quos à Nobili Viro D. Du. Verdus, jam Romse degentis, tanquam in Italia inventas nuper accepi. Et quoniam, circa ea tempora quibus ad Geleberrimum Galilaeum scribebat ipse de Beaugrand, compertum est eumdem non so- lum illam propositionem, sed et multas alias aliorum aucto- rum tamquam suas, suppressis Auctorum nominibus, quo- cunque missitare consuevisse, factum est ut vir Doctissimus D. Des Argues, cum talem plagiarium ferre non posset, de ea re in quodam ex suis operibus ' jam ante sex annos in lucem emissis, disertis verbis scripserit, ut quid cuique proprium esset, omnes certiores faceret. Ibi autem ipse D. Desargues D. De Fermât suam de tangentibus curvarum deque Mini- mis et Maximis inveniendis methodum, mihi autem meam Trochoidem à Plagiario illo usurpatas nostris utriusque no- minibus additis restituit. Heec inquam erant de quibus sta- tim monendus mihi videbare. »

Nous ne connaissons point l'écrit de Desargues auquel Ro- berval fait allusion ; peut-être, après tout, ne faut-il voir dans toute cette histoire qu'une légende qui s'est amplifiée peu à peu. Un fait subsiste néanmoins, qu'il faut expliquer. Nous possédons quelques-unes des lettres échangées par Torricelli, Mersenne et Roberval entre i643 et 1647. Or, il est manifeste que, de i644 à i646, le ton de Roberval s'est tout à fait modifié. Nous avons cité plus haut la lettre de i643 où Roberval se réjouit d'apprendre que Torricelli s'intéresse à la cycloïde. Nous retrouvons des compliments analogues dans les lettres de Mersenne : « Porro, noster Geometra tuis iitteris vehementer delectatus est », etc. (BuUei. di bibliogra- Jîa, etc.-, 1875, p. 4i 0- ^^ 1646, au contraire, et dans sa lettre ouverte de 1647 i^^de supra p. i85) Roberval porte plainte et accuse. — C'est peut-être parce que, en 1646, Roberval a vu

1. Vide infra p. 199.

2. Vide infra p. 191.

�� �