Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rouge sale ; sa main flétrie est armée d’une arme ancienne appelée hache de Lochaber, espèce de hallebarde à long manche, dont le fer est en forme de hache d’un côté et de crampon de l’autre[1]. Un tel spectre se traîne encore, si l’on ne m’a pas trompé, autour de la statue de Charles II, sur la place du Parlement : comme si la statue d’un Stuart était le dernier refuge de tout souvenir de nos anciennes mœurs. Un ou deux autres aussi apparaissent, dit-on, autour de la porte du corps-de-garde qu’ils occupèrent dans les Luckenbooths ; lorsque leur ancien asile de High-Street eût été détruit[2]. Mais le sort des manuscrits confiés à des amis et à des exécuteurs testamentaires est si incertain, que des récits contenant ces fragiles souvenirs de l’antique garde d’Édimbourg, qui avec son vaillant et refrogné caporal John Dhu (le plus terrible visage de soldat que j’aie jamais vu de ma vie), était dans mon enfance tour à tour un sujet de terreur et de dérision pour la pétulante population de l’école Haute, ne verront peut-être le jour que lorsqu’on aura tout-à-fait perdu le souvenir de cette institution. Ils serviront alors d’illustrations aux caricatures de Kay, qui a conservé les traits de quelques-uns de ces héros. À une époque précédente, quand les complots des jacobites excitaient de perpétuelles alarmes, les magistrats d’Édimbourg déployèrent un grand zèle pour maintenir ce corps, quoique composé de la manière que nous l’avons dit, sur un pied plus respectable que lorsque, ce qui arriva dans la suite, leur plus dangereux service fut d’en venir aux mains avec la populace, aux anniversaires de la naissance du roi. Aussi excitaient-ils plutôt la haine que le mépris.

Le capitaine John Porteous attachait la plus grande importance à l’honneur du corps qu’il commandait. Il fut vivement irrité de l’affront fait par Wilson à ses soldats en favorisant l’évasion de son camarade, et il s’exprimait avec beaucoup de feu sur ce sujet. Mais sa fureur augmenta encore quand il entendit parler d’un complot formé pour sauver Wilson lui-même du gibet, et il s’emporta en menaces et en imprécations que, pour son malheur, on ne se rappela que trop dans la suite. En effet, si la résolution

  1. Ce crampon servait à escalader les portes ; on saisissait par son moyen le faîte de la porte, puis on s’élevait au-dessus à l’aide du manche de la hallebarde.
  2. Cet ancien corps est aujourd’hui entièrement dissous. Leur dernière marche, pour aller remplir leurs fonctions à la foire de Hallow, eut quelque chose de triste. Dans de meilleurs jours, leurs tambours et leurs fifres faisaient entendre en de pareilles occasions, l’air animé du Jockey à la foire ; mais cette dernière fois des vétérans consternés s’avancèrent lentement au son lugubre de ce chant funèbre : Le dernier jour a lui sur la bruyère.