Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/446

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Sauvez-la, pour l’amour de Dieu, sauvez-la des mains de ces gens ! » s’écria Jeanie à Archibald.

« Elle est folle, mais elle n’est pas dangereuse, messieurs, dit Archibald. Ne voyez-vous pas qu’elle est folle ? ne la maltraitez pas ; conduisez-la devant le magistrat du lieu. — Oui, oui, ne vous inquiétez pas, nous aurons soin d’elle, dit l’un d’eux ; passez votre chemin, et mêlez-vous de vos affaires. — C’est un Écossais, d’après son accent, dit un autre ; et, s’il veut sortir de sa voiture, je me charge de remplir d’os brisés son plaid écossais. »

Il était évident qu’il serait impossible de tirer Madge de leurs mains ; et tout ce que put faire Archibald, qui avait de l’humanité, fut d’ordonner aux postillons de se presser d’arriver à Carlisle, afin de pouvoir envoyer au secours de cette infortunée. Ils furent bientôt hors de portée de les entendre ; et à peine entrés dans les rues de Carlisle, Archibald, à l’instante prière de Jeanie, alla chez un magistrat pour y exposer l’état où se trouvait cette malheureuse créature, et le danger qu’elle courait dans ce moment.

Il revint environ une heure et demie après, et rapporta à Jeanie que le magistrat s’était empressé d’aller en personne avec quelques officiers de paix au secours de la malheureuse, et que lui-même les avait accompagnés ; qu’étant arrivés près de la mare bourbeuse, où le peuple lui faisait faire le plongeon cruel, ce qui est son châtiment favori, le magistrat était parvenu à l’arracher de ses mains, mais dans un état complet d’insensibilité, causé par le traitement cruel qu’elle avait reçu. Il ajouta qu’il l’avait vue porter à l’hospice, et qu’il avait entendu dire qu’elle avait repris ses sens, et que l’on espérait qu’elle se remettrait.

Ces dernières paroles cependant n’étaient pas tout à fait conformes à la vérité, car on n’espérait pas que Madge Wildfire survécût au traitement qu’elle avait reçu ; mais Jeanie paraissait si agitée, qu’Archibald ne crut pas devoir lui faire connaître tout le danger de son état. Cet accident l’avait tellement émue, que, quoique leur intention eût été de se rendre à Longtown ce soir-là, ses compagnons jugèrent plus prudent de passer la nuit à Carlisle.

Cette résolution fut d’autant plus agréable à Jeanie qu’elle désirait, s’il était possible, avoir une entrevue avec Madge Wildfire. En comparant quelques paroles qui lui étaient échappées dans sa folie, avec le récit que lui avait fait George Staunton, elle ne voulait pas laisser échapper l’occasion d’obtenir d’elle, si sa situation