Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/495

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle reconnut la main de mistress Semple, femme de chambre de la duchesse. May remit alors à Jeanie un paquet cacheté qui portait la même adresse : il contenait la clef avec une étiquette portant que le coffre et son contenu étaient une marque de souvenir offerte à Jeanie Deans par son amie la duchesse d’Argyle et par ses filles. La caisse ayant été ouverte à la hâte, comme le lecteur le pense bien, on la trouva pleine de linge et d’effets de femme de la meilleure qualité, mais convenables à l’état de Jeanie. À chacun des articles était attaché le nom de la personne qui l’offrait, comme pour faire sentir à celle qui recevait ce présent l’intérêt particulier qu’elle avait inspiré à chacun des membres de cette noble famille. Désigner par les noms qui leur étaient propres les divers objets, serait une entreprise qui n’a jamais été tentée, soit en prose, soit en vers ; d’ailleurs la plupart des termes d’alors ne seraient plus connus, même des couturières de nos jours. Cependant je déposerai un inventaire exact du contenu de la caisse entre les mains de mon obligeante amie, miss Marthe Buskbody, personnage dont on a parlé à la fin des Presbytériens d’Écosse, qui m’a promis, si ce sujet paraissait intéresser la curiosité du public, de me fournir un glossaire avec des commentaires de sa façon. Mais, pour le moment, il suffira de dire que ce présent était digne des nobles bienfaiteurs, et convenable à la situation de celle à laquelle il était fait ; que tout y était beau et bon, et qu’on n’avait rien oublié de ce qui pouvait trouver place dans le trousseau d’une jeune personne de la classe de Jeanie, sur le point de s’unir à un respectable ministre.

Chaque article fut déployé, examiné, admiré, au grand étonnement de May, qui déclarait que la reine ne pouvait avoir de plus belles hardes ni en plus grande quantité, et non sans un peu d’envie de la part de la future intendante des vacheries du duc. Ce sentiment peu aimable, mais assez naturel, se manifesta par des critiques peu fondées, au moyen desquelles elle s’efforçait de rabaisser le mérite de chaque objet à mesure qu’il passait en revue ; mais il se manifesta plus vivement encore lorsque au fond de la caisse on trouva une robe de soie blanche, d’une forme très-simple, mais enfin de soie blanche, et de soie française, sur laquelle était attaché un petit papier qui indiquait que c’était un présent du duc d’Argyle à sa compagne de voyage, pour être porté le jour où elle changerait de nom.

Mistress Dutton ne put se contenir plus long-temps : elle mur-