Page:Œuvres de Walter Scott, Ménard, traduction Montémont, tome 26, 1838.djvu/499

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


furent aussi invités. Le festin se composait de tout ce que le pays pouvait fournir, car Duncan Knock avait toujours à sa disposition tous les éléments d’un bon et solide dîner. L’île fournissait du bœuf et du mouton ; les lacs, les rivières et le détroit, du poisson de mer et d’eau douce ; les forêts du duc, les marais et les bruyères, toute espèce de gibier, depuis le daim jusqu’au lapin : et quant à la boisson, la bière y coulait avec autant d’abondance que l’eau. L’eau-de-vie et l’usquebaugh, dans ses heureux temps, n’étaient pas soumis aux droits, le vin blanc et même le vin de Bordeaux y étaient pour rien, attendu que les privilèges étendus du duc lui donnaient droit à tous les tonneaux de vin qui étaient jetés sur la côte occidentale lorsque des vaisseaux faisaient naufrage. En un mot, comme Duncan s’en vantait, le festin ne faisait pas sortir un plack de la poche du duc, quoiqu’il fût aussi abondant que somptueux.

On porta la santé du duc à pleines rasades bona fide, et Davie Deans lui-même tira du fond de sa poitrine le premier huzza qui en fut jamais sorti, pour augmenter les acclamations avec lesquelles cette santé fut reçue. Bien plus, son cœur s’était tellement épanoui dans cette mémorable circonstance, et il était si disposé à l’indulgence, qu’il n’exprima aucun mécontentement lorsque trois joueurs de cornemuse commencèrent l’air : Les Campbell sont en route. La santé du révérend ministre de Knocktarlity fut reçue avec de semblables honneurs, et il y eut de grands éclats de rire, parce qu’un de ses confrères ajouta malignement : « Puisse notre confrère avoir bientôt une femme pour faire les honneurs du presbytère ! » Ce fut dans cette occasion que Davie Deans accoucha de sa première plaisanterie ; et il paraît que l’enfantement fut difficile, car il fut accompagné de beaucoup de grimaces et de contorsions : il s’arrêta plus d’une fois en chemin avant de pouvoir exprimer son idée. Enfin il s’écria : « Il vient d’être uni à une épouse spirituelle, et c’est trop pour un jour que de le menacer aussi d’une femme temporelle ! » Cela dit, il partit d’un éclat de rire rauque et bref, et redevint tout à coup grave et silencieux, comme s’il était tout étonné lui-même de cet effort de gaieté.

Après une ou deux autres santés, Jeanie, mistress Dolly et les autres femmes du pays qui avaient honoré la fête de leur présence, se retirèrent dans la nouvelle habitation de Davie, à Auchingower, et laissèrent ces messieurs continuer leurs libations.