Page:Abd-Allâh ibn Abd-Allâh - Le présent de l'homme lettré.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


était un homme juste et approuvé de Dieu en paroles et en œuvres, devant Dieu et devant les hommes. Ce témoignage des disciples prouve une fois de plus que Jésus était un homme, approuvé de Dieu et nullement un créateur, ni un Dieu, ni un Fils de Dieu.


3° Le troisième dogme consiste à croire que l’hypostase du Fils s’est incarnée en la personne de Jésus, dans le sein de Marie. Sachez (que Dieu vous fasse miséricorde) que les chrétiens croient que Dieu aurait puni[1] Adam et sa postérité, à cause du péché d’Adam d’avoir mangé de l’arbre. Puis Dieu, ayant eu compassion d’eux et voulant leur faire grâce en les faisant sortir du feu, a envoyé son fils, qui s’est incarné dans le sein de Marie, qui a pris le corps de Jésus et est devenu homme et dieu, homme de la substance de sa mère et dieu de la substance de son père. Mais Jésus n’avait d’autre moyen de faire sortir Adam et sa postérité du feu que sa mort, par laquelle toutes les créatures ont été rachetées de la main de Satan. Il est donc mort, de mort violente, a revécu après trois jours et est descendu aux enfers, dont il a arraché Adam et les autres prophètes.

Cette doctrine extraordinaire ne repose sur aucun fondement ; jamais ni prophète, ni envoyé, n’a enseigné quelque chose de semblable ; comment se pourrait-il, du reste, que le Créateur éternel se fût transformé en chair et en sang, qu’il eût un fils soit dans les cieux soit sur la terre, qu’il eût en lui des successions de temps ou des changements d’état ? Non, Dieu est celui qui n’a à côté de lui ni pareil ni semblable ; il n’est d’autre Dieu que Lui ! que sa gloire soit sanctifiée et ses perfections exaltées en face de la chair destinée à mourir ! Celui qui est le vivant ne saurait mourir ; celui qui a fait des Cieux son trône, n’a pu incarner son essence suprême et sainte dans le sein d’une femme.

Mais discutons la question : Vous croyez, n’est-il pas vrai, que Jésus est Dieu, que celui qui ne le croit pas, n’est pas chrétien ? Comme il leur faut absolument répondre oui à cette question, nous leur disons : Vous avancez une grande erreur et une impossibilité manifeste ; car, quoiqu’on fasse, votre doctrine sur Jésus ne peut s’expliquer que de l’une de ces cinq façons : 1° Vous le faites Dieu éternel ou résidant dans le Dieu éternel ; 2° Jésus a dit cela

  1. Var. : du châtiment de l’Enfer.