Page:Abd-Allâh ibn Abd-Allâh - Le présent de l'homme lettré.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


une si grande preuve de modestie et de soumission à son Maître et Créateur !

Nous lisons ensuite au chap. XVII de l’évangile de Jean : Le Christ leva les yeux au ciel et, s’humiliant devant le Dieu unique et créateur, il dit : « Il est nécessaire aux hommes de savoir que tu es le seul Dieu, créateur, et que c’est toi qui m’as envoyé ». Dans ces paroles Jésus reconnaît qu’il est un prophète, envoyé par Dieu avec une révélation sur l’unité et que Dieu, très haut, est Un et Créateur ; il n’y a pas d’autre créateur que lui. Jésus est d’accord ici avec tous les prophètes et envoyés. (Les bénédictions de Dieu soient sur eux tous !)

Si quelqu’un maintenant s avisait de dire qu’en effet dans le passage cité plus haut, Jésus reconnaît qu’il est prophète envoyé, mais que dans d’autres passages il se déclare éternel et créateur, nous lui répondrions : C’est calomnier Jésus qui est innocent de cette imputation et de tout ce qui s’y rapporte. Vous n’avez qu’à faire attention au contexte dans les divers endroits. Du reste, Jésus reconnaissant d’un côté et conformément à la vérité qu’il est homme, envoyé de Dieu, pourrait-il de l’autre côté et contrairement à la vérité se prétendre éternel et créateur ! Non, cette contradiction n’émane pas de lui, mais de ceux qui vous ont induits en erreur.

Matthieu dit aussi encore dans son évangile[1] : Le diable invita le Christ à se prosterner devant lui et, lui montrant les royaumes du monde et leur gloire, il lui dit : « Prosterne-toi devant moi et je te remettrai tout cela » : Mais le Christ lui répondit : « Il est écrit pour tout homme, de n’adorer que Dieu, le seigneur, Dieu unique, et de ne se prosterner que devant lui. » Nous avons ici encore une preuve que Jésus est innocent de toute prétention à la divinité. Car, s’il était Dieu, comment le diable aurait-il osé lui adresser pareille parole ? Et dans sa réponse au diable, Jésus reconnaît expressément que Dieu seul est Dieu, et que l’on ne doit se prosterner que devant lui. De plus, comme il est notoire que Jésus, comme tous les autres prophètes, était garanti contre les suggestions intérieures et secrètes du diable, comment celui-ci aurait-il pu lui adresser la tentation extérieure, publique, de se prosterner devant lui ? Cette erreur ne saurait provenir que des auteurs des évangiles.

  1. Chap. IV, v. 8.